CLAVETTE: dans la préhistoire et la légende

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour Clavette


Si bon nombre d’historiens locaux rapprochent notre histoire avec celle du Bas Poitou plutôt qu’avec la Saintonge, notre ami Georges Musset(1) dans l’introduction de son livre, « La Charente-Inférieure avant l’histoire et dans la légende » nous dit: « cette idée nous l’avons combattue plusieurs fois, notamment à l’Association Française pour l’avancement des sciences, à La Rochelle. Nous ne recommencerons pas ce plaidoyer. Nous nous contenterons simplement de dire que l’Aunis comme la Saintonge a été peuplé aux époques de la préhistoire, que nous retrouvons dans ce coin de terre les traces de la civilisation de la pierre et du bronze, et que si, toutes choses égales, le nombre de stations (préhistoriques) découvertes en Aunis n’est pas aussi considérables que celui des stations saintongeaises, la raison en est dans ce fait que l’exploration de l’Aunis, à ce point de vue spécial, ne remonte qu’à peu de temps, et qu’un très petit nombre d’archéologues s’y emploient ».

A ce sujet, en 1884, un article paraît dans la série R.C.M.A.H.(2) dont Clavette est à l’honneur:

« Nouvelles stations préhistoriques aux environs de La Rochelle:

J’appelle l’attention de la commission des Arts, sur les découvertes préhistoriques qui se font aux environs de La Rochelle. Monsieur Martial Guerry a trouvé, depuis deux ans différentes stations de plein air dans les communes de Clavette, La Jarrie, Saint-Médard et de La Jarne. Tous les objets qu’il possédait ont été déposés au mois d’août dernier, qui l’a gratifié d’une médaille d’argent et d’une subvention de 100 F et Monsieur Musset lui a fait la promesse de publier un rapport sur ses découvertes. Depuis il a trouvé une centaine de silex parmi lesquels plusieurs pointes de flèches, deux haches, une scie en parfait de conservation. »

Pour être plus précis, il s’agit de deux stations dites Robenhausien, c’est à dire de l’époque néolithique (environ 2000 ans avant J-C) et M. Martial Guerry les a découvertes:

- une au long du chemin du « Treuil Chartier » à Chassagné, au lieu dit chemin de Bernage
- l’autre au moulin de Clavette, dit Moulin de la motte ou des revenants au lieu dit fief du moulin à vent.

Il y a été découvert de « de jolies pointes de flèches à oreillettes, des éclats, des nucléus, des haches polies etc... Un jolie hachette en grès a été également trouvée par M. Guerry sue le bord de la route de La Rochelle (1). Il a relevé également « une légère éminence qui pourrait être un tumulus(3) au chemin de Bernage. Le nom du Moulin de la motte indiqueraient également un tumulus détruit (1). »

C’est à peu près tout ce que nous savons sur la préhistoire de notre village. De tous ces faits il s’en est suivi des légendes et, dans le livre de G. Musset(1), il établi « un rapport intime qui lie le lieu préhistorique à l’existence de la légende . » Il en est une qui est en rapport direct avec notre Moulin de la motte ou des revenants, qui a été confirmé par M. Boutard, le secrétaire de la société d’agriculture de La Rochelle :

« Un habitant du Moulin de Clavette avait vu à plusieurs reprises, en longeant le soir le chemin du dolmen(4), sortir du monument des apparitions de diverses sortes, c’était un jour un mouton, un autre jour un chien blanc, tel autre encore une ombre. Il n’était pas toutefois le seul témoin de ces apparitions. D’autres individus avaient eu occasion de les constater. A plusieurs reprises, au milieu de la nuit, il avait entendu ses rideaux grincer sur leurs vergerettes de fer et la terreur l’avait paralysé; un jour, cependant, il eut le courage de demander à celui qui agissait ainsi, ce qu’il voulait de lui.

Un fantôme lui apparu alors qui lui dit que son corps gisait depuis de longues années sous la Pierre-levée(5), et que son âme ne serait délivrée du purgatoire qu’à la suite d’une messe dite à Saint Nicolas de La Rochelle après une procession qui, partant de Clavette, irait passer devant la pierre.

L’habitant de Clavette, après avoir consulté son curé, consentit à faire au spectre la faveur de répondre à son désir. La procession et la messe eurent lieu en grande solennité, et à la fin de la messe, notre Clavetais aperçut une colombe qui prenait son vol vers les voûtes de l’église et qui disparut. »

Cette légende, qui s’est transmise de siècle en siècle, est toujours racontée par le dernier narrateur comme ayant trait à un fait qui se serait passé du temps de son père ou de son aïeul, mais dont, bien entendu, il n’a pas été témoin...

Enfin une chose est certaine, les découvertes de M. Guerry ont bien été reconnues et le Moulin de la motte a bien existé, d’ailleurs je pourrais vous en parler mais ... ce sera une autre histoire!


1- Georges Musset : conservateur de la bibliothèque de La Rochelle de 1879 à 1929.
2- R.C.M.A.H. : Recueil des actes de la commission des arts et monuments historiques de la Charente-Inférieure.
3- Tumulus : grand amas artificiel de terre ou de pierres que l’on élevait au dessus d’une sépulture. La deuxième subdivision. L’âge de bronze (environ 1000 avant J-C) correspond à ce que l’on appelle « la période des tumulus ». Ce mode de sépulture, qui ne montrent guère de différenciations sociales, est souvent formée de tertres groupés, parfois surmontés d’un rocher (voir menhir ou dolmen).
4- Dolmen : il s’agit du dolmen de La Jarne.
5- Pierre-levée : dolmen dit de La Jarne mais en fait il est sur la commune de Saint-Rogatien, il a été transporté vers la fin du XIXe siècle au Muséum de La Rochelle.

="Histoires de nos villages en Plaine d’Aunis" par Jean-Guy BARREAULT=