Belgique - Thiméon

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Thiméon
Informations
Pays Drapeau de la Belgique    Belgique
Région Wallonie
Province Hainaut
Code postal 6230
Population hab. ()
Densité hab./km²
Nom des habitants
Superficie
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation


HHistoire.pngistoire de la commune

La commune de Thiméon a une origine très reculée comme le prouvent son histoire et l'importance qu'elle avait acquise durant le Moyen-Age vis-à-vis des communes d'alentour.

Thiméon vient du prénom latin Timinus, et il serait vraisemblable d'en rattacher l'origine à l'habitation d'un riche gallo-romain qui, à proximité de la chaussée romaine de Brunehault se serait établi dans la vallée du Tintia.

Nombre d'historiens disent que c'est à Thiméon que Louis III, roi de Germanie, défit en 879 les Normands. Rappelons en outre qu'un des plus anciens documents connus en langue romane renferme un arbitrage entre l'abbé de Floreffe, Jean II de Huy (1220 à 1239), et Wennis de Longpré au sujet d'un certain droit de l'abbaye à Thiméon.

Le village faisait partie du Comté de Namur. L'on connaît peu de chose des Seigneurs qui en ont possédé le territoire; le village d'ailleurs n'a pas tardé à devenir presque totalement une possession de l'abbaye de Floreffe.

En effet, en 1125 et 1126, Pétronille de Florennes, veuve de Raoul de Viesville, et Lambert de Maizeret cèdèrent leurs biens sur le village aux abbayes de Liessies et de Floreffe. En 1188, Simon, seigneur de Thiméon, avant de partir pour la Croisade, abandonna à l'abbaye de Floreffe son alleu de Thiméon, ainsi que la quatrième partie de l'église et des dîmes. En 1230, Alard, seigneur de Rèves et sa femme Béatrice approuvent la donation faite aux religieux de Floreffe d'un fief sis à Thiméon et appartenant à l'un de leurs vassaux, Thierri de Gosselies. De 1269 à 1272, les seigneurs d'Argenteau s'emparèrent des biens allodiaux de Thiméon, mais, touchés de repentir le chevalier Henri et son épouse renoncèrent à ces possessions, notamment en faveur de Floreffe. D'autres donations ont lieu entre 1276 et 1334. Le 8 mars 1567 les mêmes religieux achètent pour la somme de 2.400 florins à Gilles Lestainier, bailli de Viesville, la métairie de la Barre à Thiméon qui fut réunie à la ferme dite de Thiméon appartenant déjà à l'abbaye.

Le 30 janvier 1618 l'abbaye de Liessies abandonna à celle de Floreffe toutes ses possessions de Thiméon en échange des biens de l'abbaye de Floreffe à Dampremy. Enfin de 1622 à 1627, la ferme de Crespin le Barbier fut acquise moyennant les charges dont il est question dans le tableau obituaire et offices religieux. C'est ainsi que peu à peu l'abbaye de Floreffe entra en possession de la plus grande partie du village : elle en tirait une partie de la dotation de la pitance des religieux (du latin pietantia, nourriture donnée aux moines).

L'abbaye de Floreffe y conserva tous ses droits jusqu'à la Révolution Française de 1789. Les propriétés du monastère supprimé furent alors confisquées pour être vendues; quelques religieux s'unirent pour le rachat d'une partie au moins de ces biens. En 1842, trois anciens chanoines réguliers de l'abbaye de Floreffe, et qui collectivement par hérédité étaient devenus les propriétaires des biens restants de l'abbaye, firent par acte du 16 juillet devant le notaire Anciaux au palais épiscopal de Namur, donation des biens de Thiméon au Séminaire et à la cathédrale de Tournai.

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Adresse de l'administration communale

Logo internet.png Liens utiles (externes)