Belgique - Onkerzele

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Onkerzele
Informations
Pays Drapeau de la Belgique    Belgique
Région Flandre
Province Flandre orientale
Code postal
Population 1693 hab. (1895)
Densité hab./km²
Nom des habitants
Superficie 832 ha 43 a
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation

Histoire.png Histoire de la commune

Onkerzele (ou parfois anciennement Onkerzeele), était un petit village essentiellement agricole dont les productions de tabac étaient forts renommées. Le seul cours d'eau est, à l'ouest, la Dendre.

Onkerzele est déjà mentionné en 1149 sous le non de Unchresele.

Sous l'Ancien Régime, Onkerzele avait un banc échevinal commun ("Vierschaer" en néerlandais) avec le village de Nederboelaere. Le village (ou "paroisse" comme l'on disait alors) faisait partie de la baronnie de Boulaere (ou parfois "Bourlers" en français) et était englobé dans le "Pays d'Alost" (Land van Aalst en néerlandais).

L'église Saint-Martin date de 1842 et a été construite dans le style néo-gothique.

Mentionnons aussi les apparitions mariales du 9 août au 31 octobre 1933 à Onkerzele : Léonie (Leonieke, Nieke) Van den Dijck, une mère de famille nombreuse, née en 1875 et morte en 1949, dit avoir vu la Vierge à trente-trois reprises. Elle aurait reçu les stigmates. Cependant, le cardinal van Roey estima le 25 mars 1942 que « les faits manquent de tout caractère surnaturel » et qu’ « en conséquence, tout acte de culte procédant de ces faits ou ayant un rapport avec eux doit être regardé comme interdit ». Léonie aurait, si l’on en croit son biographe, prédit la mort du Roi Albert (Ier), la mort de la reine Astrid, l’éclatement de la seconde guerre mondiale. Elle reçut des fleurs d’une main invisible et ses larmes s'étaient cristallisées en perles. Peu avant sa mort, elle avait dit que comme preuve de ses dires, son corps ne retournerait pas en poussière avant longtemps. En 1972, sous l’œil des caméras, son cercueil fut ouvert et de fait, bien qu’elle n’ait pas été embaumée, son corps était intact.

Aujourd'hui, la commune fait partie de la ville de Grammont (Geraardsbergen en néerlandais).

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Les archives de l'ancienne commune d'Onkerzele étaient conservées aux Archives de l’Etat à Renaix. Ce dépôt a été supprimé le 1er septembre 2009. Pour la situation actuelle, voyez la page "Renaix" de Généawiki.

Pour toute recherche relative à des actes de plus de cent ans, il faut s'adresser aux Archives de l'Etat.

Sont notamment consultables aux Archives de l’Etat :

  • les actes d’état civil de 1795 jusqu’à la fin du 19e siècle avec des tables décennales, sous la forme de microfilms. Ces actes sont rédigés en français ou en néerlandais suivant les époques considérées.
  • les registres paroissiaux antérieurs à 1796, malheureusement sans index alphabétique, sous la forme de microfilms. Ces registres sont rédigés en latin. Ces registres débutent en 1606 pour les baptêmes, en 1610 pour les mariages et en 1621 pour les inhumations.

A l’appui et en complément des registres paroissiaux, l’on consultera prioritairement les actes de dévolution successorale et de tutelle (les « états de biens », « staten van goed » en néerlandais) passés devant les échevins jusqu’à la fin de l'Ancien Régime. Pour Onkerzele et Nederboelare (le banc échevinal était commun aux deux paroisses), les actes vont de 1549 à 1795. Les renseignements généalogiques contenus dans ces actes ont été analysés par André Lafort et publiés en 2007. Cet ouvrage peut être acquis auprès de M. André Lafort à l'adresse : andre.lafort(arobase)skynet.be

Cet ouvrage donne également la liste des nombreux bourgeois forains de Grammont (Geraardsbergen en néerlandais) résidant à Onkerzele. Il est en effet intéressant de savoir que de très nombreux habitants du village (ou de la "paroisse" comme l'on disait alors) prenaient, contre payement généralement, la bourgeoisie (la "civilité" ou, en quelque sorte, la "nationalité") d'une ville (Grammont en l'occurence) pour bénéficier de la protection de cette ville. Les bourgeois "forains" (= "du dehors", "extérieurs", à rapprocher de "foreign" en anglais) bénéficiaient de cette bourgeoisie sans toutefois résider dans la ville qui leur accordait sa protection. Cette qualité de bourgeois était héréditaire (moyennant payement périodique, certes) et c'est en cela que ces registres de bourgeoisie sont très intéressants pour le généalogiste. Il serait erroné de croire que cette qualité de bourgeois ou de bourgeois forain impliquait l'appartenance à une classe sociale supérieure (même si ceux qui ne possédaient strictement rien ne remplissaienbt pas non plus les formalités pour obtenir ou conserver la qualité de bourgeois d'une ville) : de modestes paysans étaient bourgeois forains de la ville précitée.

Adresse de l'administration communale

Pour des recherches généalogiques (de moins de cent ans : à ne pas oublier), il faut prendre contact avec la ville de Grammont à l'adresse suivante :

archief(at)geraardsbergen.be

Anne De Waele tel. 00 32 (0) 54 43 44 18

La ville compte un forfait de 18.59 EUR pour des recherches de plus d'une demi-heure, plus un forfait de 5 EUR par acte.

Logo internet.png Liens utiles (externes)