Belgique - Chaudfontaine

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Chaudfontaine
Informations
Pays Drapeau de la Belgique    Belgique
Région Wallonne
Province Liège
Code postal 4050
Population 21.003 hab. (au 1 janvier 2013)
Densité hab./km²
Nom des habitants Calidifontains
Superficie 2.551 ha
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation

Histoire.png Histoire de la commune

Regroupe les anciennes communes de : Beaufays (4052), Chaudfontaine (4050), Embourg (4053), Vaux-sous-Chèvremont (4051). Commune située dans la vallée de la Vesdre, à 10 kilomètres de Liège, (Région wallonne).
Chaudfontaine, dont les habitants sont les Calidifontains, est surtout connue pour ses sources d’eau chaudes (36,6° C.). Depuis plusieurs siècles, c’est un centre de cures thermales. Certaines sources sont exploitées commercialement. Une importante usine d’embouteillage existe sur place.

Le dictionnaire historique et géographique des communes belges, rédigé par Eugène de Seyn, (3ème édition, non datée, Tome I, p. 95) mentionne à propos du nom du village de Beaufays qu'il vient du latin "bellum fagetum" qui signifie "Beau bois de hêtres" et que ce nom apparaît en 1215 pour se transformer en "Béalfais" en 1250-1280 avant de prendre sa forme définitive actuelle. Ses habitants sont les Belfagétains. L'abbaye de Beaufays fut initialement un couvent mixte fondé vers 1123 (Eug. de Seyn, id., p. 94). Vers 1225, le couvent ne fut plus occupé que par des moines jusqu'à la Révolution. Les remarquables bâtiments, vendus en 1798, sont actuellement une propriété privée. L'église des religieux, construite au tout début du XVIIIème siècle, devint et demeure encore l'église paroissiale. Durant la seconde guerre mondiale sa tour fut abattue pour éviter de servir de tour d’observation et ses cloches emportées par les Allemands. Elle se dégrada peu à peu et fut fermée au culte en 1983, après le tremblement de terre qui ébranla la région liégeoise. La restauration, qui dura quatre ans, fut terminée en 1991. L’église possède un orgue remarquable du facteur d’orgues liégeois Jean-Baptiste Picard (1706-1779), restauré en 1994.

La tradition veut qu’Ambiorix, chef des Eburons, qui battait en retraite devant Jules César, se réfugia à Embourg où les habitants, les Embouriens, l’accueillirent et le cachèrent. Il existe encore de nos jours une "place Ambiorix".

Vaux-sous-Chèvremont, venant du latin "caprae mons", littéralement "la vallée sous le mont des chèvres" et dont les habitants se nomment les Valcaprimontois, fut de tout temps un endroit stratégique compte tenu de sa configuration, et du caractère escarpé de la colline sur laquelle furent successivement construits un oppidum romain puis une forteresse mérovingienne réputée imprenable mais qui fut cependant investie par ruse sous le règne de l'évêque Notger. Celui-ci aurait prêté main-forte à l'impératrice du Saint-Empire romain de la Nation Germanique Théphano, femme d'Otton II et mère du jeune Otton III (Marie-Guy BOUTIER, in Bulletin de la Collection royale de toponymie et dialectologie LXXVI/2004, pp. 327 et suiv., spéc. 334). Selon une légende, Notger aurait permis que des soldats, déguisés en prêtres, l'accompagnent au cours d'une cérémonie destinée à baptiser le fils du seigneur de l'endroit.(Eugène. de Seyn, op. cit, tome 2, p. 1365). Il faut préciser que la forteresse était devenue un foyer de rébellion contre la dynastie ottonienne et, pour la cité liégeoise, une menace permanente. Notger fit raser le château en 987 et édifier une chapelle à la Vierge Marie, chapelle qui devint progressivement un but de pèlerinage. Cette chapelle fut rebâtie à la fin du XVIIème siècle. L'accroissement du nombre de pèlerins entraîna les autorités religieuses à entreprendre la construction d'un couvent confié aux Pères Carmes et dont l'église sera élevée au rang de basilique mineure en 1928 par le Pape Pie XI en présence de 40.000 personnes. A la suite des apparitions de Banneux, la dévotion mariale se déplaça vers ce nouveau sanctuaire. En 2020, faute de moyens financiers pour l’entretenir, l’immense couvent, qui ne comptait plus que trois Pères Carmes, fut vendu avec la Basilique désacralisée à un groupe de promoteurs immobiliers dans le but de transformer les bâtiments en 71 logements tout en gardant la volumétrie des constructions emblématiques.

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Adresse de l'administration communale

Avenue du Centenaire 14 - 4050 Chaudfontaine

Logo internet.png Liens utiles (externes)