Belgique - Bouillon

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour


Bouillon
(Bouyon)
Bouillon.JPG
Armoiries de Bouillon
de gueules à la fasce d'argent
Informations
Pays Drapeau de la Belgique    Belgique
Région Wallonie.png    Wallonne
Province 800px-Flag province luxembourg.png    Luxembourg
Code postal 6830
Population 5.455 hab. (1/01/2006)
Densité 37 hab./km²
Nom des habitants Bouillonnais
Superficie 14.908 ha
Point culminant Bellevaux
Altitude Max. 396m / Min. 256m
Coordonnées (long/lat) 5°04' E / 49°47' N
Localisation
Bouillon Pays.JPG

HHistoire.pngistoire de la commune

Le mot Bouillon apparaît pour la première fois dans un texte de 988 mais probablement que le vocable existait depuis plusieurs siècles ( période gallo-romaine vraisemblablement). Le château fort de Bouillon est l’un des plus ancien vestige féodal de Belgique. Ses origines remonteraient au Xe siècle mais les bâtiments aujourd’hui visibles datent du XVIe siècle. L’ensemble de la ville, fortifiée vers 1680 par Vauban, atteste d’un passé militaire. Trois portes permettaient de franchir l’enceinte : la porte de Liège, la porte de France et la porte de la Poulie. De nombreux vestiges sont encore visibles ci et là. L’histoire du château et celle de la localité sont fortement, conjointes :

Bouillon Godefroid.jpg

La Maison d’Ardenne, dont Godefroid de Bouillon fut le dernier représentant, posséda le duché de Bouillon jusqu’en 1096, date à laquelle Godefroid le céda à Otbert le Prince-Evêque de Liège. Godefroid partit en croisade , conquit Jérusalem et y mourut en 1100. Bien que vainqueur à Jérusalem, il refusa d’en devenir roi, préférant le titre d’avoué du Saint-Sépulcre.

Les Princes-Evêques de Liège garderont, au titre de ducs de Bouillon, le contrôle du duché durant près de six siècles.

C’est par usurpation que la famille de la Marck fit main basse sur le duché au début du XVIe siècle en prenant concurremment aux Princes-Evêques le titre de duc de Bouillon. Ces derniers avaient, en effet, nommé, en 1430, Evrard III de la Marck gouverneur du duché, ce qui permit à ses descendants de pratiquer ultérieurement l’usurpation évoquée. En 1591, Henri de la Tour d’Auvergne, le père de Turenne, épousa Charlotte de la Marck qui, mourrant sans enfant, lui légua ses propriétés et ses titres. C’est donc depuis que les La Tout d’Auvergne, sans toutefois posséder le château, portent le titre de duc de Bouillon, chose confirmée officiellement par les traités de Nimègue (1679) et de Rijswyck (1697), lesquels firent suite aux conquêtes de Louis XIV.

Le XVIIe siècle fut pour Bouillon une période de calme et de liberté. Le 24 avril 1794, le peuple du duché proclame cependant le régime républicain, prémisse d’une intégration complète (le 26 octobre 1795) dans la République française (département des Forêts).

Après Waterloo, le duché de Bouillon fut réunit aux Pays-Bas puis, en 1830 suite à la révolution belge, intégré à l’actuelle Belgique.


Repère géographique.png Repères géographiques

Regroupe les anciennes communes de :

Bouillon Villages.JPG

01. Bouillon
02. Bellevaux (6834)
03. Corbion (6838)
04. Dohan (6836)
05. Les Hayons (6830)
06. Noirefontaine (6831)
07. Poupehan (6830)
08. Rochehaut (6830)
09. Sensenruth (6832)
10. Ucimont (6833)
11. Vivy (6833)



Les communes limitrophes de Bouillon sont, en Belgique, Florenville, Bertrix, Paliseul, Bièvre, Vresse-sur-Semois, puis, en France, Fleigneux, Illy, La Chapelle, Villers-Cernay, Francheval et Pouru-aux-Bois.


Le centre de Bouillon, le village de Poupehan et le hameau de Frahan à Rochehaut sont établis, chacun, sur un méandre de la Semois. Toutefois, c’est un autre méandre, le Tombeau du Géant à Botassart qui aujourd’hui est probablement le plus connu. Il s’agit d’une presqu’île boisée, et quasiment inhabité, qui présente plus ou moins la forme d’une tombe géante ornée d’une croix dessinée par l’enchevêtrement des variétés d’arbres. C'est un des plus merveilleux coins de la Semois. Il a des titres de noblesse, et beaucoup de touristes ignorent que son plus grand admirateur fut Victor HUGO. Mais laissons là l'histoire pour parler un peu de cette légende qui contribue à faire connaître Botassart, celle du Tombeau de Géant :

C'était un Trévire au service de Boduognat. Il venait de la Sambre où les Nerves avaient été taillés en pièces. C'était un rescapé parmi les cinq cents dont la mort n'a pas voulu. Il marchait pendant des jours, s'arrêtant dans les villages morts, à la recherche d'un peu d'hydromel, fouillant de son épée, les restes calcinés des bourgs jadis plaqués dans la clairière.

Botassart TombeauDuGéant2.JPG

Parfois d'une hutte restée debout, sortait un vieillard, les mains tremblantes levées vers le ciel, et le vieillard demandait « d'où viens-tu, l'homme ? » L'homme baissait la voix, la voix et la tête surmontée d'un mufle de taureau sauvage. Le géant baissait la tête pour dire :
« De là! … »
"Là", c'était la Sambre, la fille de Meuse qui avait vu tomber les plus forts guerriers des Gaules. Et l'homme racontait:
« Ils sont adroits et agiles, les soldats bruns du Consul de Rame. Agites et cruels. Ils ont tué, pillé et brûlé. Ils ont violé les grandes filles aux yeux bleus et aux cheveux de lin. Les filles dont le corps est blanc comme du lait caillé. »
« J'ai vu des guerriers Nerves arracher de leur poitrine les flèches qu'ils retournaient contre les Romains au torse étincelant de cuivre. »
« J’en ai vu d'autres s'empaler sur leur lame pour échapper au cortège de morts qui blanchissent sur les routes de la déportation. »
« J'ai vu ... »
Et les yeux du géant se voilaient.
« J'ai vu des enfants accrochés par le cou aux chênes de la forêt et les corbeaux becqueter leur cervelle, qui coulait sur les cheveux blonds ; des filles de joie liées aux chars, des filles de joie aux seins nus marbrés de sang. »
« J'ai vu … »
Et l'homme n'achevait pas. Il s'en allait les épaules lasses sous la peau de biche qu'une courroie serrait aux reins. Le vieillard rentrait alors pour attendre la mort et des larmes fuyaient dans la moustache rousse.
Parfois le géant traversait un village que la fureur des Méridionaux avait épargné. Alors il s'arrêtait pour boire un bol de lait et manger une galette cuite sur la cendre. Il s'arrêtait aussi pour dormir. Alors, l'entouraient des estropiés que l'invasion avait meurtris et des adolescents aux yeux bleus.
« D'où viens-tu ? .. »
« De là … »
Et il racontait encore. Il racontait toujours et son corps en dormant tremblait comme la feuille sous un vent d'orage.
Mais le géant n'alla pas plus loin. Labiénus qui avait laissé croire qu'il se retirait en Aquitaine, occupait avec ses cavaliers, les hauteurs de Montragut et de Liresse. Une patrouille le rencontra. Il voulut fuir, mais, bien vite, il se rendit compte que toute fuite devenait inutile. Arrivé au bord de la vallée, il enleva la courroie qui lui serrait les reins et en fit un lacet. On entendit crier un bouleau qui ploya dans un frisson terrible. Le centurion était sur lui. D'un, coup d'épée, il trancha le cuir et, dans les rochers descendit le géant mort. On retrouva, le lendemain, son grand corps accroché à un buisson. Son grand corps sanglant, meurtri, disloqué, mais qui ne servirait pas de pâture aux lions, ni de chair à fouet dans le palais de Rome.
Un vieillard borgne le découvrit. Un vieillard qui appela des adolescents mutités qui creusèrent sa tombe dans une boucle de la Semois. Dans la terre on le mit avec son épée et la peau de biche en guise de linceul.
C'est là qu'il repose toujours. Qu'il repose sous les chênes, dans la boucle merveilleuse de la Semois appelée depuis "Le Tombeau du Géant".
Marcel LEROY


Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les Bourgmestres

Prénom(s) NOM Mandat Observations
 
Jacques Pierret 1989  

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de l'administration centrale

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h00-12h00 8h00-12h00 8h00-12h00 8h00-12h00 8h00-12h00 - -
Après-midi 13h00-16h30 13h00-16h30 13h00-16h30 13h00-16h30 13h00-16h30 - -
Commune.png

Administration Centrale
Adresse : Place Ducale, 1 - 6830 Bouillon

Tél : 32 (0)61 46 74 11 - Fax : 32 (0)61 46 80 48

Courriel : Contact

Site internet : Site de la Ville

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site de la Ville (Septembre 2011)

Archives & Dépouillement des registres

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.