Belgique - Beyne-Heusay

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Beyne-Heusay
l'écu se lit comme suit:
ECARTELE: Aux un et quatre,
d'argent à la bande coficée de sable,
chargée de trois coquilles d'or,
qui est de Villenfagne.
Aux deux et trois,
d'argent au lion de gueules,
armé et lampassé de même,
chargé en coeur d'un croissant montant d'or,
qui est de Grady.
Informations
Pays Drapeau de la Belgique    Belgique
Région Wallonne
Province Liège
Code postal 4610
Population 11.734 hab. (01/01/2004
selon le M.B. du 16 juillet 2004.)
Densité 1607 hab./km²
Nom des habitants beynois
Superficie 732 ha
Point culminant
Altitude
Coordonnées (long/lat)
Localisation
A cheval sur la N3
qui partant de Liège rejoint vers l'est la E40.
Avec au Nord, la Commune (et anciens charbonnages) de Blégny;
à l'Est, la Commune de Fléron;
au Sud, le territoire de la ville de Chaudfontaine;
et à l'Ouest, la Ville épiscopale de Liège.


HHistoire.pngistoire de la commune

La commune de Beyne-Heusay, installée sur les premières marches du plateau de Herve, s'est constituée, au fil des siècles, par le regroupement de divers villages et hameaux. Actuellement, elle regroupe les anciennes communes de : Bellaire, Beyne-Heusay, Queue-du-Bois, ainsi que le village de Moulins-sous-Fléron (anciennement partie de la commune de Fléron).
La création du premier de ceux-ci, celui de Beyne, remonte à 1321, dans ce qui était alors la Principauté de Liège. Pour la petite histoire, il faut savoir qu'une "beyne" était le terme employé pour le cerclage métallique d'une roue (du wallon beine). Or, un dimanche du début du XIVème siècle, une dame noble, de Forêt se rendait à Jupille comme chaque dimanche matin, où elle entendait la messe. A mi-chemin, la "beine" de la roue se brisa et la dame ne put aller plus loin. Or, à cet instant, l'église de Jupille s'embrasait durant l'office, causant la mort de bien des fidèles. Elle vit, dans cet accident un avertissement de la divinité et, pour la remercier de ne pas avoir été blessée et en mémoire des nombreux fidèles martyrs, elle fit bâtir une chapelle dans ce lieu qu'on appela... du nom de l'objet rompu. Le dernier seigneur connu de Beyne, avant la révolution française, était issu de la famille de Villenfagne dont le blason était:d'argent à la bande citicée de sable, chargée de trois coquilles d'or.
Pendant de très nombreuses années, les hameaux de Beyne, de Heusay (lieu planté de houx) et de Neuville constituèrent des entités distinctes, ayant chacune leur "bourguemaître". Leur réunion ne fut d'ailleurs réalisée qu'en 1796, sous le régime français. Le premier maître de la communauté unifiée et intégrée dans le département de l'Ourthe, fut Monsieur F. BELLEFLAMME, en 1800.
Plus près de nous, en 1977, l'entité de Beyne-Heusay s'est agrandie en s'associant avec les anciennes communes de Bellaire et Queue-du-Bois, d'une part, avec Moulins-sous-Fléron, nécessaire trait d'union entre les deux versants, d'autre part. Ces dernières entités avaient pour seigneur, un membre de la famille de Grady, également régnant sur les hameaux de Waoury et Parfondvaux avant la révolution française; son blason était d'argent au lion de gueules, armé et lampassé de même, chargé en coeur d'un croissant d'or.
L'union des deux blasons pré-cités, forment actuellement les quatres "quartiers" des armoiries concédées, à la Commune, par un arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 15 février 2000. Auparavant, l'emblême de l'entité de Beyne-heusay était constitué d'une feuille de houx et d'une roue de charette.
L'histoire de l'ensemble de la commune est étroitement associée à celle de l'exploitation des mines de charbon. En effet, dès le XIIIème siècle, des documents mentionnent la présence de gisements de houille dans le sous-sol de la région et à partir de XIXème siècle, les charbonnages prirent une telle importance qu'ils façonnèrent, à leur image, la population et l'habitat de la commune. D'ailleurs, si vous visitez son cimetière (et ceux qui l'avoisine), vous recencerez un grand nombre de familles issues d'Italie, de Pologne mais aussi d'Espagne et du Portugal.
Ce n'est que dans le courant des années 1960 que les différents sièges d'exploitation - Werister, Homvent, les Quatre Jean - fermèrent leurs portes, marquant ainsi la fin d'une époque en même temps que le début d'une autre ère.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Hotel communal complet.jpg Vue actuelle (2006) de l'Hôtel Communal qui comporte à la fois: Maison Communale et son Administration, mais aussi le bureau de la Police Fédérale.

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

N'hésitez pas de consulter:

l'Office Généalogique et Héraldique de Belgique (O.G.H.B.) à l'adresse suivante: http://www.oghb.org
Les archives paroissiales de: Moulins-sous-Fléron, Beyne-Heusay, Bellaire.
Les archives provinciales de Liège à Cointe.
Les registres de commandes auprès de la famille Dethier (funénariums).
Les archives familiales Belleflamme, Werister, Villenfagne, Grady.
Les archives des Filles de La Croix (qui régissaient auparavant la Clinique) et celles de Notre-Dame des Bruyères.

Visite intéressante:

La visite de cimetières est souvent négligée, à tord. Certains monuments, stèles et autres ornements funéraires sont parfois détendeurs d'informations précieuses. A Bellaire: + rue sur l'Arbois et + rue Promise; A Moulin-sous-Fléron: + rue des papillards; A Beyne: + rue du Cimetière et + rue Grand-Fontaine.

Le Château de Neufcour et son environnement peut receler des informations précieuses. A titre d'anecdote, le dernier Baron qui résidait à proximité en l'actuel château des Bruyères (qui se trouve actuellement sur la commune de Chênée) - maintenant décédé - avait une épouse très malade qu'il confiât aux Filles de la Croix. Au décès de sa femme, pour remercier le dévouement des soeurs, il leur céda une grande partie de son domaine afin qu'elles s'y établissent et bâtissent un sanatorium. Il n'en fût pas tout à fait ainsi: Les soeurs s'installèrent au château et firent bâtir au sud de celui-ci une clinique qu'elles dirigèrent d'une main de fer. Notre-Dame des Bruyères est actuellement géré par le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Liège ainsi que l'ancien domaine cédé aux soeurs. La plus grande partie du domaine se situant actuellement sur la commune de Chênée. En face de la Clinique, un Cèdre plus que Centenaire est dit "classé" mais non répertorié au patrimoine comme tel.

Adresse de l'administration communale

Place Joseph Dejardin 2 - 4610 Beyne-Heusay

Logo internet.png Liens utiles (externes)