BRIOT Isaac

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour aux familles notables de Damblain

Isaac Briot, graveur en taille douce, monnayeur

Costume de mode,
Cliquer pour agrandir
Isaac Briot est né en 1585 à Damblain. Il pratique la religion réformée comme son frère Nicolas, son père, ses oncles François Briot et François Racle. Il est partisan d'un calvinisme tolérant.

Son apprentissage n'a pas laissé de trace. En 1609 il rejoint son frère Nicolas à Paris. Il s'installe comme graveur en taille douce, éditeur d'estampes. Il a gravé environ deux cent cinquante estampes, dont le portrait de Marie de Médicis en 1610 et celui du pape Urbain VIII en 1624. Il édite aussi des costumes de mode. En 1608, il épouse Suzanne Rambour, décédée en 1635. Ils auront quatre enfants : Louis (1609-1678), Jeanne née en 1612, Pierre (1613-1678) et Marie, graveur en taille douce. La filiation de cette dernière n'est confirmée qu'au moment de la sucession d'Isaac. Est-ce Jeanne ? Ce n'est pas impossible, l'utilisation de surnom étant fréquente; Isaac est parfois appelé Jacques.

D'un second mariage, avec Théodora Clos, il aura un fils Jacques (1642-1701), décédé en exil aux Pays Bas, le seul des Briot à subir les conséquences de la révocation de l'édit de Nantes.

Il fait plusieurs apparitions à Damblain en 1618 et 1630 pour une affaire de prêt d'argent qui ne lui est pas remboursé, et en 1620 pour un conflit avec le père de son futur associé Jean Racle.

Nicolas lui confie la direction de ses affaires après son départ pour l'Angleterre. C'est à ce titre que Richelieu, dont il a gravé le portrait, fait appel à lui pour la frappe mécanique des monnaies d'argent, quand Louis XIII décide de réformer ces monnaies. Sous le contrôle de Jean Warin, détenteur de la charge de conducteur des machines, il participe à la frappe massive pour l'époque des écus et fractions d'écus en argent (demi, quart, douzième et vingt-quatrième). Ses frappes se distinguent de celles de Jean Warin par la finesse et la précision de la gravure et par sa signature : une rosette à cinq pétales, la fleur d'églantier chère aux Briot et à François Guichard.

Il meurt à Paris le 5 mars 1670.


< Retour aux familles notables de Damblain