BOUGLÉ Céleste

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher
Céleste Aristide Bouglé 1854-1933

BOUGLE Céleste , 1854-1933 . Médecin français né à Vouillé (Vienne).


C. Bouglé, de son nom complet Céleste Aristide Bouglé, né à Vouillé en 1854 et décédé à Toulon en 1933, est un médecin dosimétriste adepte d'un strict hygiénisme moral. Il a écrit une trentaine d'ouvrages dont beaucoup portent sur les maladies vénériennes et les mauvaises mœurs. En particulier l'onanisme est cause, selon lui, de la mauvaise santé des personnes de son époque. De fait l'hygiénisme moral est un courant de pensée en vogue en cette fin de XIXe siècle.

Il est un parent éloigné du sociologue français Célestin Bouglé (En droit civil Céleste et Célestin sont parents au neuvième degré : voir l'arbre généalogique ci-après). On confond régulièrement les deux hommes dans le catalogue de certaines grandes bibliothèques en France et ailleurs, confusion provoquée par le fait que Céleste Bouglé signait ses ouvrages d'un simple « C. Bouglé » ou « Dr. Bouglé ». Céleste Bouglé a en effet écrit un certain nombre d'ouvrages, portant sur la médecine, et non sur la sociologie comme c'est le cas pour Célestin Bouglé

Œuvres

En français

En italien

Deux titres, "Les vices du peuple" et "Sécurité des sexes", ont fait l'objet de traductions en italien par Giuseppe Vittorio Germani :

  • I vizi del popolo : frode, passioni, amore, benessere : non piu contagio ne aborti, Roma, Tipografia cooperativa sociale, trad. G.V. Germani, 1907, 212 pages
  • Sicurta dei sessi : Frodi, passioni, amore, benessere. Roma, Tipografia cooperativa sociale, trad. G.V. Germani, 1909, 234 pages.
  • I vizi del popolo : frodi passioni amore benessere. Roma, Filippucci, trad. G.V. Germani, 1912, 224 pages.

Voir l'ICCU (Istituto Centrale per il Catalogo Unico delle Biblioteche Italiana) Servizio Bibliotecario Nazionale (SBN)

Céleste Bouglé le "sulfureux"

Les publications de cet homme n'ont pas toujours été du goût de tout le monde. Les 6 et 7 décembre 1884, le journal Suisse, "L'Impartial", de La Chaux-de-Fonds (Canton de Neuchâtel), rapporte la petite vague médiatique et judiciaire suscitée à l'époque par ses deux premières œuvres :

« L’IMPARTIAL - 6 décembre 1884

Chaux-de-Fond, le 4 décembre 1884, Monsieur de Rédacteur de l'Impartial, Au moment où, après Genève et Vaud, pour la troisième fois, un canton suisse, le nôtre, a expulsé le sieur Bouglé, ci-devant à la Chaux-de-Fonds, ce dernier a déclaré qu'il se vengerait. Il vient de tenir parole, en publiant sous un faux nom, un volume pornographique au premier chef, pour lequel il sera vraisemblablement poursuivi d’office. Dans cette brochure, le pseudo médecin, qui se trouve porteur de titres américains, attestant des études faites à Lyon, fait l’éloge du titre "l’art de se tuer"...

...dans ce nouvel ouvrage, diverses personnes, habitant les villes dont B. a été expulsé, sont lâchement insultées et calomniées sous le voile du pseudonyme...

L’IMPARTIAL - 6 décembre 1884. Monsieur de Rédacteur de l'Impartial,

Il y a quelques mois nous signalions l’apparition d’une brochure ordurière à l’adresse de la Suisse romande. Le triste personnage – auteur de cet écrit – qui essayait de se dérober sous le faux nom de « A. des Roberts, à New-York », n’était autre que le charlatan Bouglé. Cet être – dont le casier judiciaire est loin d’être vierge – mis en goût par son premier "chef-d’œuvre", vient de lancer un nouveau pamphlet, que nous ne prendrons pas la peine de qualifier. ... l’auteur des deux pamphlets en question n’est autre que le nommé : "Pierre-Aristide-Céleste Bouglé", né en 1854 à Vouillé, arrondissement de Poitiers, Vienne (France)". ... »

En décembre 1898, suite à des articles écrits dans le journal L'Ane (tribune libre de Neuchâtel), C. Bouglé est l'objet d'un procès en diffamation contre un certain Docteur Théophile Probst (Voir Média Procès Théophile Probst contre C.-A. Bouglé)

Céleste Bouglé l'éclectique

Outre sa qualité de médecin dosimétriste déjà évoquée, C. Bouglé s'est intéressé à l'ésotérisme, il était Chevalier de l'Ordre de la Croix Blanche (Voir : Ordre des Chevaliers du Temple) et, à partir de 1882, fut admis comme membre de l'Accademia Pitagorica de Naples, société savante fondée à Naples en 1973 (Voir : Dizionario biografico de' soci dell'Accademia Pittagorica compilé par Felice Caivano-Schipani- Napoli, 1884, page 178. Catalogue ICCU Servizio Bibliotecario Nazionale (SBN).

Référence.png Notes et références

  • ASIN : Amazon Standard Identification Number
  • OCLC : Online Computer Library Center

Médias

Images


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.