Armée de terre ~ Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour Guer
Retour Saint-Cyr-l'École

Vue aérienne du camp


Historique

C'est à Napoléon Bonaparte que l'on doit la création de l'Ecole Spéciale Militaire (ESM) de Saint-Cyr en 1802. Elle s'installe au château de Fontainebleau (arrêté du 8 pluviôse an XI (28 janvier 1803)), puis en 1806 à Saint-Cyr près de Versailles en 1808.

Pendant 150 ans, elle y forma l'élite des officiers.

Après la guerre de 1870, les landes de Coëtquidan, près de Rennes, furent utilisées comme champ de tir d'artillerie, puis terrain de manœuvre lorsque fut créé, au début du siècle, le camp actuel.

Pendant la guerre de 1914-1918 les unités mobilisées y vinrent en grand nombre s'instruire avant leur départ pour le front.

A partir de 1961, a lieu la séparation en deux écoles distinctes :

  • l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr (ESM);
  • l'École Militaire Interarmes (EMIA).

Ces deux écoles forment des officiers des armes.

En 1977, une troisième école est créée à Coëtquidan, destinée à former des élèves officiers des services de l'armée de Terre, du service de Santé, du service des Essences : c'est l'École Militaire du Corps Technique et Administratif (EMCTA).

En 2010, naît l’Ecole d’Administration Militaire, fruit de la fusion entre l’EMCTA et l’Ecole Militaire Supérieure d’Administration et de Management (EMSAM) de Montpellier. l'école d'administration militaire a été dissoute le lors du Triomphe 2013 et une partie de ses missions ont été transférées aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

En outre, les écoles ont reçu la mission de former les élèves Officiers Sous Contrats (futurs OSC) et les Volontaires Aspirants De l'Armée de Terre (VADAT) leur formation est assurée au sein du 4e Bataillon de l'ESM.

L'école spéciale militaire (ESM) de Saint-Cyr est la grande école du commandement de l'armée de Terre.

Elle constitue avec l'école militaire interarmes (EMIA) un pôle de formation situé à Coëtquidan,

L’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

Les titres de gloire

Le sacrifice des dix milles Saint-Cyriens morts pour la France et la valeur des officiers issus de l'Ecole depuis sa création ont valu à son drapeau d'être décoré successivement :

Le drapeau

Dans les plis du drapeau sont inscrits :

  • sur un côté, "République Française - École Spéciale Militaire";
  • sur l'autre, "Honneur et patrie - Premier Bataillon de France - Ils s'instruisent pour vaincre".

L'école militaire interarmes

L'école militaire interarmes est l'héritière des traditions les plus anciennes attachées à l'image du chef et de l'officier. Elle trouve ses racines dans les écoles d'armes de Poitiers, de Saumur, de Fontainebleau, de Versailles et de Saint-Maixent qui, depuis 1878, ont formé des officiers recrutés parmi les sous-officiers et les officiers de réserve.

Le drapeau

La dernière de ces écoles lui a légué son drapeau, et surtout sa devise : « Le travail pour loi, l'honneur comme guide. », devise qui condense l'essentielle des valeurs qu'elle s'attache à défendre.

Le 4e Bataillon de l'ESM

Le 4e bataillon constitue la troisième école de Saint-Cyr Coëtquidan, l’école des stages courts. Il conduit la formation, essentiellement militaire et humaine, dans de multiples stages (environ 800 stagiaires par an).

Depuis 2001 il assure la formation militaire initiale :

  • des officiers sous contrat de la filière spécialiste ;
  • des officiers sous contrat de la filière encadrement ;
  • des officiers sous contrat pilote ;
  • des élèves officiers polytechniciens ;
  • des élèves officiers ingénieurs en étude de l'armement ;
  • des élèves officiers de réserve ;
  • des élèves officiers de réserve du corps technique et administratif du service de santé ;
  • des étudiants civils émanant de diverses écoles d'enseignement supérieur (stages professionnalisant partenariat grandes écoles).

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

Informations extraites du site du ministère de la défense avril 2016


^ Sommaire