Armée de terre ~ La Légion étrangère

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à Armée de terre française

Présentation

Troupe combattante interarmes encadrée par des officiers français ou servant " à titre étranger", la Légion étrangère est composée de sous-officiers et de militaires du rang servant à titre étranger. Tous sont liés au service par un contrat d'engagement; ils souscrivent le premier en qualité de simple légionnaire.

Plus de 35 000 étrangers au service de la France, dans ses rangs, ont déjà donné leur vie pour leur patrie d'adoption.

« Legio Patria Nostra »
(La Légion est notre patrie)

Histoire

Légion Etrangère.jpg

Louis-Philippe, roi des Français, créée la Légion étrangère le 9 mars 1831.

  • 1831 : les premiers légionnaires débarquent en Algérie en août 1831.
  • 1832 (le 27 avril), ils reçoivent le baptême du feu devant Maison Carrée et se taillent la réputation de soldats vaillants et endurants au fil des combats.
  • 1835 : l'Espagne
  • 1854 : les guerres impériales
  • 1863 : l'année du Mexique
  • 1870 : premier engagement sur le sol français
  • 1883 : à la conquête de l'Empire.
  • 1914-1918 : la première guerre mondiale
  • 1920 : pacification du Maroc et du Levant
  • 1939-1945 : la Seconde Guerre mondiale
  • 1946-1954 : la guerre d'Indochine
  • 1954-1962 : retour en Algérie
  • 1969 : retour aux opérations La Légion est engagée au Tchad de 1969 à 1970, et y retournera de 1978 à 1988.
  • 1978, les feux de l'actualité se braquent le 2e REP. L'audacieuse opération aéroportée menée sur Kolwezi (Zaïre) permet au régiment de sauver la population européenne du massacre.
  • 1991, lors de la guerre contre l'Irak, plus de 2 500 légionnaires participent au sein de la division Daguet à l'opération victorieuse Tempête du désert.

Régiments et unités composant la Légion étrangère

Les régiments et unités "socle"

  • Le Commandement de la Légion étrangère (COMLE)
  • Groupement de recrutement de la Légion étrangère (GRLE)
  • 1er Régiment étranger (1er RE)
  • 4e Régiment étranger (4e RE)

Les régiments de "combat" stationnés en métropole

  • 1er Régiment étranger de cavalerie (1er REC) Carpiagne
  • 1er Régiment étranger de génie (1er REG) Laudun - l'Ardoise
  • 2e Régiment étranger de génie (2e REG) Saint-Chritol
  • 2e Régiment étranger d'infanterie (2e REI) Nîmes
  • 2e Régiment étranger de parachutistes (2e REP) Calvi (Corse)
  • 13e Demi-brigade de la Légion étrangère (13e DBLE) Larzac

Les régiments de "combat" stationnés hors métropole

  • 3e Régiment étranger d'infanterie (3e REI) Guyane
  • Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM)

La Musique de la Légion étrangère

L’histoire de la Musique de la Légion étrangère commence avec celle de la Légion créée par le roi Louis-Philippe, en 1831. À cette date, le nombre de musiciens est réglementé par les habitudes militaires de l’époque, soit un chef, un sous-chef et 27 exécutants.

Vers 1860, le nombre des exécutants atteint le chiffre de 40 musiciens. À cette époque, la musique est dirigée par monsieur WILHELM. C’est lui qui, à partir des 16 mesures imposées aux régiments français, composa la célèbre marche de la Légion étrangère, « Le Boudin ».

Dissoute au début de la guerre 14-18, elle renaîtra en 1918.

L’année 1940 impose une nouvelle dissolution. Début 1945, le colonel LEFORT reconstitue la musique pour les cérémonies de la libération de Colmar.

Elle conserve encore les traditions du chapeau chinois, du fifre et du port bas du tambour imposé par la cadence lente de ses marches.

À Savoir

« Le Boudin » est la marche officielle de le Légion étrangère en France. Il est cadencé à 88 pas/minute, ce qui caractérise le "pas Légion" si lent qui oblige cette troupe à clore les défilés à pied.

« Tiens, voilà du boudin, voilà du boudin, voilà du boudin
Pour les Alsaciens, les Suisses et les Lorrains,
Pour les Belges, y en a plus, pour les Belges, y en a plus,
Ce sont des tireurs au cul. »


Concernant les Alsaciens, Suisses et Lorrains, il s’agit ici d’une allusion à une décision ministérielle du 6 mars 1871, rappelée par une circulaire du 27 novembre 1873, qui avait suspendu d’une manière générale les engagements volontaires des étrangers et spécifié que les Alsaciens, les Lorrains et les Suisses pouvaient seuls obtenir des autorisations.
Et les Belges ? Selon la version reconnue, en 1870, lorsque la guerre franco-prussienne éclate, la France décide que la Légion étrangère doit y participer.
Le roi des Belges, Léopold II, demande formellement que les légionnaires ressortissants de son pays ne participent pas à ce conflit en raison de la neutralité de la Belgique.
Le gouvernement français accède à cette demande et les légionnaires en partance chantent à leurs malheureux camarades belges obligés de quitter les rangs ces paroles quelque peu désobligeantes.

Le boudin : il ne s’agit pas ici de charcuterie mais de la toile de tente ou du paquetage que les légionnaires mettaient en bandoulière et dont la forme rappelait le boudin.

Le code d'honneur du légionnaire

1 - Légionnaire, tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité.
2 - Chaque légionnaire est ton frère d'arme, quelle que soit sa nationalité, sa race, sa religion. Tu lui manifestes toujours la solidarité étroite qui doit unir les membres d'une même famille.
3 - Respectueux des traditions, attaché à tes chefs, la discipline et la camaraderie sont ta force, le courage et la loyauté tes vertus.
4 - Fier de ton état de légionnaire, tu le montres dans ta tenue toujours élégante, ton comportement toujours digne mais modeste, ton casernement toujours net.
5 - Soldat d'élite, tu t'entraînes avec rigueur, tu entretiens ton arme comme ton bien le plus précieux, tu as le souci constant de ta forme physique.
6 - La mission est sacrée, tu l'exécutes jusqu'au bout et, s'il le faut, en opérations, au péril de ta vie.
7 - Au combat, tu agis sans passion et sans haine, tu respectes les ennemis vaincus, tu n'abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés, ni tes armes.

Les Monuments aux morts

Le Monument aux morts de la Légion étrangère Henry FARNSWORTH

Le Monument de la Légion étrangère Henry FARNSWORTH, est situé à l'écart du village de Souain-Perthes-les Hurlus, dans le département de la Marne.
"Le Monument Américain" comme l’appelle les habitants de Souain, est un cimetière ossuaire où repose parmi 130 corps, des légionnaires des 1° et 2° Régiment Étrangers, tombés lors de l'offensive française en Champagne, en Septembre 1915.

Le Monument aux morts de la Légion étrangère de Bonifacio

Le monument de Saïda est dédié à tous les morts des unités ayant participé à la conquête de l'Algérie : Chasseurs, Spahis, Zouaves, Tirailleurs, Légionnaires etc.

Il a avait été ramené de Saïda par la Légion étrangère en 1962 (il fut confié à la ville de Bonifacio le 23 juin 1963), un an environ après l'installation de ce régiment à Bonifacio, où il devait résider 23 ans.

L'inauguration du Monument de la Légion étrangère, ou plus exactement le monument de Saïda a eu lieu en juin 1963 en présence des personnalités civiles et militaires sur la place appelée aujourd'hui "Place Bir-Hakeim" en haut de la rue Saint Dominique.

Après son départ définitif de Bonifacio, la Légion étrangère en fit cadeau à la ville, en témoignage de reconnaissance envers la population pour l'accueil que celle-ci lui avait réservé.

Le Monument aux morts de la Légion étrangère du 1er Étranger d'Aubagne

Ce sont les légionnaires qui paieront le monument en laissant pendant quatre années une journée de solde par mois.

Ils représentent les légionnaires de l'époque 1830-1840, de la campagne du Mexique, des conquêtes coloniales entre 1885 et 1910 et le volontaire de la guerre 1914-1918. La mappemonde, les palmes, les guirlandes et les statues seront en bronze. En doré sur le globe noir, les pays où la Légion étrangère est intervenue pour défendre nos couleurs.

Le monument est entièrement terminé dans les premiers jours du mois de mars 1931. La date d'inauguration est arrêtée au 30 avril 1931.

Le 26 octobre 1962, le monument sera démonté de Sidi-bel-Abbès et reconstruit à Aubagne, ce sera le premier travail accompli par les légionnaires dans le nouveau quartier du 1er Étranger. Le monument sera à nouveau érigé pour célébrer la cérémonie de Camerone le 30 avril 1963.


Plus de 35 000 étrangers au service de la France, dans ses rangs, ont déjà donné leur vie pour leur patrie d'adoption.

Période Conflit Perte en hommes
1835 - 1839 Campagne d'Espagne 1 103 †
1854 - 1856 Campagne de Crimée (Russie) 444 †
avril 1859 Campagne d'Italie 143 †
30 avril 1863 Combat de Camerone (Mexique) 468 †
1870 - 1871 Conflit franco-allemand 930 †
1883 - 1914 Pacification de l'Indochine 1 910 †
1893 - 1902 Soudan - Madagascar 262 †
1907 - 1914 Maroc 235 †
1914 - 1918 Grande Guerre 5 931 †
1914 - 1934 Maroc 1 496 †
1914 - 1933 Tokin 55 †
1920 - 1927 Syrie 45 †
1939 - 1945 Deuxième Guerre mondiale 9 017 †
1946 - 1954 Guerre d'Indochine (309 † officiers - 1082 † sous-officiers - 9 092 † légionnaires) 10 483 †
1952 - 1952 Conflit du Maroc 66 †
1954 - 1962 Guerre d'Algérie 1 976 †
1954 À Diên-Biên-Phu, du 13 mars au 7 mai, la Légion dénombre 318 tués, 738 disparus et 2 322 blessés. 1 056 †
1960 - 2000 Sahara-Mauritanie - Tach - Kolvezi (Zaïre) - Liban - Guerre du Golfe - Ex-Yougoslavie - Afrique Noire - Côte d'Ivoire ... + de 51 †

Inscriptions de batailles, décorations et cravates de certains drapeaux de régiments

1er Régiment étranger

Son drapeau porte les plus anciennes inscriptions de batailles de la Légion :

  • Sébastopol 1855
  • Kabylie 1857
  • Magenta 1859
  • Camerone 1863
  • Extrême-Orient 1884-1885
  • Dahomey - Maroc 1892-1907
  • Madagascar 1895-1905
  • Orient 1915-1917

Son drapeau est décoré de la Croix de la Légion d'honneur en 1906 et titulaire de la Croix de guerre 1939-1945 avec une palme et de la médaille de la ville de Milan.

Le chant du régiment : « Nous sommes tous des volontaires »

2e REI

Son premier drapeau date du 11 septembre 1844. Au nom d’un destin commun, il reprend la plupart des inscriptions de batailles du 1er RE :

  • Sébastopol 1855
  • Kabylie 1857
  • Magenta 1859
  • Camerone 1863
  • Extrême-Orient 1884-1885
  • Dahomey 1892
  • Madagascar 1898-1905
  • Maroc 1907-1913, 1921-1934
  • Indochine 1946-1954.

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec une palme, de la Croix de guerre des TOE avec trois palmes et la médaille de la ville de Milan.
Elle porte la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre des TOE. Héritier des compagnies montées, le « 2 » commémore le 2 septembre le combat d’El-Moungar de 1903 et entretient un mulet de tradition.

Chant de tradition : « Anne-Marie du 2 »

2e REP

Le drapeau du 2e REP lui a été remis en 1956 à Philippeville. Il porte les inscriptions suivantes :

  • Camerone 1863 ;
  • Indochine 1945 -1954.
Cité huit fois à l’ordre de l’armée en Indochine, son drapeau est titulaire de la Croix de Guerre des Théâtres d’opérations Extérieures (TOE) avec huit palmes et sa cravate porte la fourragère aux couleurs de la Légion d’honneur avec olive aux couleurs de la croix de guerre des TOE. Comme toutes les unités aéroportées, le 2e REP fête Saint Michel, le patron des paras.

Chant du régiment : « La Légion marche »

3e REI

Le drapeau du 3e REI est le plus décoré de l’armée française après celui du RICM.

  • Camerone 1863
  • Artois 1915
  • Champagne 1915
  • La Somme 1916
  • Les Monts - Verdun 1917
  • Picardie 1918
  • Soissonais 1918
  • Vauxaillon 1918
  • Maroc 1925 - 1934
  • Djebel Mansour 1943
  • Alsace 1944 - 1945
  • Stuttgart 1945
  • Indochine 1945 - 1954
Titulaire de seize citations à l’ordre de l’armée, il est décoré de la Croix de la Légion d’honneur, de la Médaille Militaire, de la Croix de guerre 1914-1918 avec neuf palmes, de la Croix de guerre 1939-1945 avec trois palmes et de la Croix de guerre des TOE avec quatre palmes. Plusieurs décorations étrangères lui ont également été attribuées : le Mérite militaire chérifien, l’ordre de la Tour et de l’Epée du Portugal, la Médaille des Volontaires catalans et le badge de la « Distinguished Unit ».
Sa cravate porte la triple fourragère de la Légion d’honneur avec olive aux couleurs des croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945, de la Médaille Militaire avec olive aux couleurs de la croix de guerre des TOE.

Chant du régiment : « Anne-Marie du 3 » et « Défilé du 3e REI »

13e DBLE

Le drapeau de la « 13 » rappelle surtout sa gloire au sein des FFL :

  • Camerone 1863
  • Bjervik - Narvik 1940
  • Keren - Massaouh 1941
  • Bir Hakeim 1942
  • El Alamein 1942
  • Rome 1944
  • Colmar 1945
  • Authion 1945
  • Indochine 1945-1954.

Il est décoré de la Croix de la Libération de la rosette de la Résistance, des Croix de guerre 1939-1945 avec quatre palmes et TOE avec quatre palmes et de la Croix de guerre norvégienne avec glaive. Sa cravate porte la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire avec olives aux couleurs des Croix de guerre 1939-1945 et des TOE. Depuis le 18 juin 1996 s’y est ajoutée la fourragère aux couleurs de l’Ordre de la Libération créée par le président Jacques CHIRAC à cette date.

Unité interarmes, la « 13 » ne commémore pas d’événement particulier dehors de Camerone. Cependant, ses différentes composantes sacrifient à leurs saints patrons : Georges, Barbe, Michel ou Maurice.

Chant de tradition : « Sous le soleil brûlant d’Afrique »

Les casernes

Nîmes

Le quartier Hoche-Sernam est sans nul doute le principal quartier militaire de Nîmes, et ce titre lui ait dû par la présence d'une des plus grandes casernes de la Légion étrangère de France.

Aubagne

Le 50e anniversaire (2012) de l’installation du 1er Régiment Étranger (RE) sur le camp de la Demande, rebaptisé aujourd’hui quartier Vienot, et qui abrite à la fois le 1er RE et le Commandement de la Légion étrangère.

Nogent

Seul site de la Légion étrangère en Ile-de-France, le fort de Nogent (Val-de-Marne)

Calvi

Le régiment est établi au camp Raffalli, en baie de Calvi (Haute Corse). Il possède un centre amphibie, un poste de montagne (au Col de Vergio) et plusieurs champs de tir en Balagne et en Corse.

Castelnaudary

Le centre de formation au 4e régiment étranger (4e RE), à Castelnaudary,

Les sites de recrutement de la Légion étrangère


Quelques légionnaires des anciens temps

Légionnaires (cliquer sur le nom pour obtenir la fiche)

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Les archives de la Légion étrangère sont conservées au Service Historique de l'Armée de Terre (SHAT) à Vincennes, dans les sous-séries

  • Xb pour les archives administratives des unités,
  • 2Yb 2197-2213 pour les contrôles des officiers de 1851 à 1922,
  • 48Yc pour les contrôles de troupes établis entre 1856 et 1909.

Pour les années après 1909

  • Le centre des archives du personnel militaire (SHD-CAPM Caserne Bernadotte, 64023 Pau cedex) détient en revanche une imposante série de dossiers individuels d’engagés volontaires étrangers, principalement polonais ou tchécoslovaques : ces quelque 125 000 dossiers ont souvent été constitués après guerre à des fins de reconnaissance (décorations notamment).
  • Pour les étrangers d’autres nationalités, c’est le bureau des anciens de la Légion étrangère (BALE Quartier Viénot - BP 21 355 13 784 Aubagne cedex) qui est compétent.


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

Informations extraites du site : Portail internet de la Légion étrangère (Ministère de la Défense) avril 2016



^ Sommaire