Archives détruites

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher


Page en construction.png
Cet article est une ébauche à compléter.
Vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.
Page pour noter tous les accidents dont ont été victimes des services d'archives (guerres, incendies, bombardements, inondations, ...).
Et tout ce qui a été détruit avec le plus d'informations possibles (destructions accidentelles, destructions volontaires, ...).
Pour l'instant (page courte), noter en vrac.
  • 1944 : les archives du tribunal de grande instance de Saint-Dié (dont l’état civil) et de nombreuses communes des environs ont été détruites lors des combats de la Libération : certaines collections d’état civil sont donc en partie lacunaires. :source


  • En 1972-1973, ont été versées au Centre des archives contemporaines (CAC) des Archives nationales quelques 1610 mètres linéaires d’archives de la Cour des comptes, archives comptables en vrac, qui ont été intégralement détruites en 1981 et 1986 (volontairement).
  • BNF
inondations (fuites) 2004 et 2014
  • Côtes-d'Armor (22)
29/FRIM/14 : Incendie à la Préfecture, registres paroissiaux de 32 paroisses partiellement détruits
(détails)
  • Manche (50)
Les archives départementales ont été détruites intégralement le 6 juin 1944, 85 000 articles, soit environ 7 kilomètres linéaires, ont disparu.
Il s'agit principalement des archives publiques anciennes (entre autres les archives de l'administration royale, séries A et C, des archives religieuses, dont la richissime série H qui conservait les fonds des établissements monastiques), de fonds privés pour le Moyen Âge et pour l'Ancien Régime, mais aussi des archives publiques modernes conservées aux archives départementales et dans les services de l'État, notamment à Saint-Lô et à Coutances.
Il résulte de ce désastre archivistique, un cadre de classement des archives de la Manche très particulier, où les imprimés (bibliothèque, journaux), la documentation (fichiers et dossiers documentaires), l'iconographie et les archives sonores viennent suppléer en partie la perte des séries d'archives traditionnelles.
Fonds (et pertes) détaillés sur Wikipédia
  • AD54 - Nancy
22/05/2012, inondation cause orages, archives départementales de La Porte-Verte à Essey-lès-Nancy.
L'eau a atteint une hauteur de 15 cm et a endommagé 406 mètres linéaires d'archives.


  • Meuse
Montmédy, sous-préfecture (ancien arrondissement) bombardée (détruite) le 05/09/1870.
  • Paris (75)
archives du ministère des Finances ont été détruites en presque totalité en mai 1871 lors de la Commune de Paris dans l’incendie de ses locaux rue du Mont-Thabor près des Tuileries
  • Somme (80)
infos à récupérer
  • Var
Inondations du 15/06/2010
Voir article des AD
  • 971 - Guadeloupe
Archives départementales de la Guadeloupe, Caserne d'Orléans, juste en arrière de la préfecture de Basse-Terre.
En 1955, un court-circuit mit le feu au bâtiment. Les archives de la Guadeloupe, peu épargnées jusque là, furent ainsi une nouvelle fois touchées; il existe d'ailleurs désormais en Guadeloupe un fonds d'archives baptisé « Fonds de “l'incendie de 1955” ». Cependant, la plupart des fonds échappèrent aux flammes, mais malheureusement pas à l'eau que projetèrent les pompiers afin de circonscrire l'incendie, et le séchage durera paraît-il plusieurs années.
Concerne aussi le Fonds Suédois de Saint-Barthélemy.
Source
  • Saint- Barthélemy
Voir Guadelopue (971)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Page 13 (vue 18 du pdf), bibliothèques françaises, et collections, endommagées ou détruites
Voir page 60 une liste de services français d'archives, et page 68 une liste de fonds d'archives détruits (avec pourcentage).
  • Rapport de 2005 de la commission des archives notariales (les destructions sont détaillées)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)