Antoine PINAY

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


<Retour à Saint-Symphorien-sur-Coise < Retour à Saint-Chamond

Antoine PINAY

Né le 30 décembre 1891 à Saint-Symphorien-sur-Coise, il était de la même génération que le général de Gaulle. Fils de Claude (un industriel du chapeau) et de Marie BESSON (fille d'agriculteur), le jeune Antoine délaisse très vite l’école (Collège des maristes de Saint-Chamond ) ; il aime beaucoup l’histoire, mais sa faiblesse en mathématiques l’empêche de se présenter au baccalauréat. Il préfère se tourner vers les affaires de son père. Après la guerre de 14-18, où il est grièvement blessé, il se lance dans l’industrie. Précisément à Saint-Chamond. Il devient patron d’une tannerie.

De l’homme, l’histoire retiendra d’abord sa longévité.


Quelques dates

  • Épouse en 1917 Marguerite FOULETIER (fille d’un notable), propriétaire d’une tannerie à St Chamond.
  • 1929 il devient le premier magistrat de Saint Chamond pour une durée de presque cinquante ans, (1929 à 1977 avec une période d'inéligibilité).
  • En 1934, il est élu conseiller général.
  • En 1936, deux ans plus tard, il est député indépendant. Il restera député jusqu'en 1938.
  • 1938 il est sénateur. Son parti politique est celui des radicaux indépendants.
  • En 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et fut nommé peu après par le Chef de l’État français au Conseil national.
  • En 1944 (la Libération) il est déclaré inéligible pour son attitude pendant la guerre. Mais l'inéligibilité est levée en 1945 .
  • 1945 : Les élections cantonales ont lieu les 23 et 30 septembre 1945. Elles n’ont suscité ni grand intérêt de la presse, ni de campagne animée. Cette discrétion ne peut que servir Antoine Pinay qui arrive en tête à l’issue du premier tour avec 5 568 voix ; il obtient le plus grand nombre de voix dans le canton de Saint-Chamond. Il restera conseiller général de Saint-Chamond jusqu'en 1979.
  • En 1946 il est élu à la deuxième Assemblée constituante. Membre du CNIP (Centre national des indépendants et paysans, parti de droite libéral), il poursuit sa carrière politique pendant la IVème et la Vème République. Il restera député jusqu'en 1958.
  • En 1948 il entre au gouvernement comme secrétaire d'État. Il est ministre en 1950 successivement ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme dans les cabinets Pleven, Queuille et Edgar Faure.
  • Il redevient député en 1946. Il le restera jusqu’en 1958.
  • En 1949 on retrouve Antoine Pinay dans le fauteuil de président du conseil général de la Loire.
  • Le 8 mars 1952, il est président du Conseil. Il conservera ce poste neuf mois, il lance un premier emprunt national, gagé sur l'or. Sur le plan social, il met en place l’échelle mobile, c’est-à-dire l’indexation des salaires sur les prix.
  • 1955 : court passage au ministère des Affaires étrangères. Il permet l'indépendance du Maroc et engage l'autonomie tunisienne.
  • 1958 : il devient ministre des Finances du général de Gaulle. Alors il lance un second emprunt évidemment indexé sur l’or. Il lance l’opération nouveau franc : 100 francs « anciens » allaient devenir 1 franc lourd.
  • 1960 : son libéralisme économique et son attachement à l’Algérie française le conduisent à démissionner en janvier 1960 du gouvernement présidé par le général de Gaulle. "Le petit homme au chapeau rond" se retire alors sur ses terres de Saint-Chamond.
  • 1973 (1973-1974) il est le premier Médiateur de la République nommé le 30 janvier 1973 par le Président Georges Pompidou, il a démissionné en mai 1974 pour pouvoir apporter son soutien à Valéry Giscard d'Estaing, alors candidat à la présidence de la République.
  • Décède le 13 décembre 1994 à Saint-Chamond .

Jusqu'à la fin de sa longue vie (103 ans !), on le surnomme « le sage de Saint-Chamond » et il est consulté par de nombreux hommes politiques.

Photos

Bibliographie

  • PINAY l'indépendant de Jean-Antoine GIANSILY ISBN 2-84057-251-6


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.