Algérie - Sidi-Merouane

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Sidi-Mérouane
Informations
Pays Drapeau de l'Algérie    Algérie
Région
Wilaya
Daïra
Code postal 43150
Population 9088 hab. (1958)
Superficie
Densité hab./km²
Nom des habitants
Altitude 359 m
Point culminant
Coordonnées (long/lat) 6°15'40" E / 36°31'14" N
Localisation


HHistoire.pngistoire de la commune

Présence française

Algerie1830-1962.JPG

Nom du début : Sidi-Merouan

Centre créé en 1874 dans le département de Constantine dans l'arrondissement de Mila

Village, qui a la particularité d'avoir été créé uniquement par des familles Corses grecques, toutes originaires de Cargèse ou de Piana.
Leur histoire est tout à fait bien décrite dans les guides de la Corse, qui font même allusion à ces 80 familles qui partirent créer Sidi Mérouan en 1874.

Appuyé par l’un des leurs, établi à Constantine, M. Stephanopoli, un groupe de 33 chefs de famille arriva en pionnier, pour établir les fondements de la colonie, munis des charrues, herses, outils, semences, mulets et chevaux nécessaires.
Les enfants et le reste de la colonie suivront entre 1875 et 1877.

Désormais, ne pouvant plus retourner, ni en Corse, ni à Itylon, les voilà avec leurs nombreux enfants confrontés à toutes les difficultés de la mise en valeur dans un milieu hostile, de lots exigus, envahis de figuiers de Barbarie et de lentisques. Comme les autres colons, ils sont exposés aux fièvres paludéennes en raison de la proximité d'un marais, aux ophtalmies, à la sécheresse, aux invasions de criquets, aux incursions des pillards et surtout au manque de moyens de financement.

La concession type qui leur est attribuée comprend un lot dit « urbain » un jardin, un lot à vignes, et 2 lots de culture situés en dehors du bourg projeté, soit 130 à 150 ha au total.

Les Gréco-Corses, tout en mettant en culture leurs exploitations, vont construire leurs maisons sur le modèle de Cargèse, à étage, avec un escalier extérieur et des fenêtres étroites pour se préserver de la chaleur et pouvoir se défendre si besoin est.

Le plan du village est très rectiligne, il se construit de part et d’autre d’une rue principale montant vers le « bordj », petit fortin avec réservoir d’eau, construit à l’origine pour protéger la population. Y furent incluses l’église et l’école. Le village fut construit sous la direction de Thomas Rocchiccioli et Philippe Casta.

Les Gréco-Corses étaient venus avec un prêtre uniate de Cargèse. Leur culte fut reproduit à Sidi-Merouan jusque dans les années 1930 (baptême par immersion, signe de croix inversé, processions, offices, chants et prières en grec ancien. Saint Spiridion protégeait ses ouailles.

Les travaux publics, eux, mirent plus de temps à suivre.

Deviendra commune de plein exercice en 1881


Repère géographique.png Repères géographiques

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Carte Michelin Sidi-Mérouane.jpg

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les Maires jusqu'en 1962

6 février 1892 : STEPHANOPOLI Elie


Les Notaires

Les Curés

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

A partir de 1962 :

A.P.C (Assemblée Populaire et Communale dirigée par un Président)



Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Cimetière

Le cimetière européen n'existe plus, en 2005 : opération de regroupement des tombes - une plaque commémorative sera apposée pour rappeler le souvenir de ces défunts (financée par des organismes français)

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Sidi Merouan, un souffle d’aventure parle Général Jean Fiorini : Edition de l’Association des Descendants de Tomaso Rocchiccioli

Sidi Merouan, une colonie gréco-corse en Algérie  : Marie-Claude Bartoli N°4 de la Revue « Etudes Corses » 1975


Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)