Algérie - Rovigo

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Rovigo
Informations
Pays Drapeau de l'Algérie    Algérie
Région
Wilaya
Daïra
Code postal 09350
Population 20235 hab. (1958)
Superficie
Densité hab./km²
Nom des habitants
Altitude 141 m
Point culminant
Coordonnées (long/lat) 03°05'07"E - 36°32'26"N
Localisation


HHistoire.pngistoire de la commune

Présence turque

Algerie (Berbérie) 1515-1830.JPG 1515-1830 Berbérie


Présence française

Algerie1830-1962.JPG 1830-1962 Algérie

Doit son nom à :Pierre, Jean, Marie, René Savary, duc de Rovigo (1774-1833) Général du 1er Empire.

D'après le projet d'allotissement élaboré par le Préfet, ce centre devait comprendre soixante concessions de six hectares en moyenne avec au moins un hectare de terres irrigables, mais comme les prélèvements nécessaires pour l'emplacement du village, du cimetière, de la promenade dite du "Bois Sacré", des routes, des chemins réduisaient les concessions à cinq hectares et soixante ares, le projet fut remanié et comporta vingt-six concessions de six à sept hectares, quinze concessions de cinq à six hectares et dix-neuf concessions de quatre à cinq hectares.

Le plan de Rovigo était un carré. Au centre, cinq lots étaient spécialement destinés à recevoir des édifices publics, une mairie, une école, une gendarmerie, une fontaine et un abreuvoir.

Pour éviter toute perte de temps, Lautour-Mezeray avait donné dès la fin de septembre l'ordre au service des bâtiments civils de commencer aussitôt les travaux de nivellement des rues et des places : cela devait permettre de fixer la hauteur des seuils des maisons dont la construction devait être commencée avant la fin de l'année.

Les projets de lotissement et d'alignement furent approuvés par le Ministre et après cinq ans de négociation, de décisions prises, puis ajournées, puis reprises avec des modifications, le village de Rovigo allait enfin voir le jour.

Les soixante familles appelées à concourir à son peuplement étaient des familles d'Algériens, presque toutes françaises d'origine, bien acclimatées.
Plusieurs venaient de Douéra, de Boufarik, de Beni Méred, du Fondouk, d'El-Biar, de Souma, de Draria.
Elles comprenaient soit des cultivateurs, soit des ouvriers qui tous disposaient de certaines ressources. Ces familles se rendirent à l'emplacement du village dans les premiers jours de novembre. Malgré la persistance du mauvais temps, vingt-cinq d'entre elles s'installèrent provisoirement dans les baraques et commencèrent les travaux agricoles.

A la fin de décembre, Rovigo comptait déjà une population de deux cent soixante-sept personnes. Parmi les premiers arrivants, on peut citer :

- Jean Lauriol, arrière arrière-grand-père de Marc Lauriol, Député d'Alger Banlieue, puis Député et Sénateur des Yvelines,

- Augustin Castex, arrière-grand-père de notre ami Camille Becker.

Trois mois après, toutes les familles étaient installées dans le nouveau centre, six maisons en maçonnerie étaient achevées et cinq autres commencées. Bien que leur établissement ait eu lieu à une époque où les travaux des champs étaient déjà entrepris, les colons avaient pu néanmoins ensemencer quarante-cinq hectares en céréales et planter mille six cents arbres ; de son côté, l'Administration en avait planté mille cents sur les places, les boulevards et les routes situées aux abords du village (voir rapport de Lautour-Mezeray à de Saint Arnaud, 5 avril 1852. Archives du Gouvernement général. 1 L 62).

A la fin de 1854, Rovigo était bien transformé : deux cent trente-neuf hectares sur quatre cent cinquante-sept étaient mis en culture, deux cents hectares ensemencés en céréales et dix plantés en tabac, les plantations des particuliers dépassaient deux mille sujets (arbres de différentes espèces).

Par contre, la population avait diminué : de deux cent soixante habitants qu'elle comptait au 31 décembre 1852, elle était descendue à deux cent dix-neuf, perdant quarante-huit unités.
Il ne restait plus que quarante et un concessionnaires ; les autres trouvant leur concession trop insuffisante ou découragés par les fièvres avaient vendu leurs terres et quitté le village.

Cédant aux requêtes des colons, l'Administration distribua l'année suivante un supplément de deux hectares par famille, mais ces nouvelles terres, situées dans la montagne et couvertes de broussailles, étaient très difficiles à mettre en valeur.

La population resta à peu près stationnaire. A la fin de 1856, elle comptait quarante-cinq familles formant un effectif de deux cent trente individus. Leur situation était loin d'être brillante. "Il y a des individus d'Alger qui possèdent cinq concessions achetées à vil prix et les colons primitifs qui sont restés avec les cinq hectares données par l'Administration sont généralement dans une gène fort grande" (rapport Roi, 31 décembre 1856. Archives nationales. F 80 1170).

Les colons de Rovigo sollicitèrent un nouvel agrandissement de leur territoire. Il ne pouvait être réalisé qu'en achetant trois cents hectares de terres à trois propriétaires voisins qui habitaient en France. Trouvant leurs prétentions exagérées, le Ministre menaça d'user de l'expropriation, s'ils ne venaient exploiter eux-mêmes leurs terres : un seul y consentit et les deux autres furent expropriés. Cet accroissement de territoire n'empêcha nullement la population de décroître. Elle n'atteignait pas deux cents habitants en 1860. Il ne restait plus à cette date que trente-huit concessionnaires ; à la suite de mutations ou d'acquisitions, vingt-deux d'entre eux possédaient moins de quatre hectares de terre, douze concessionnaires de vingt à trente. Les autres propriétaires n'habitaient pas la localité et louaient leurs terres soit à des colons du village, soit à des fermiers. Le dépeuplement ne fit que s'accentuer par la suite : il ne restait plus que vingt-six anciens concessionnaires en 1868.

L'adduction des eaux thermales d'Hammam-Melouane, auxquelles de remarquables vertus thérapeutiques étaient attribuées, et la création à proximité de Rovigo d'un grand établissement thermal destiné non seulement aux Algériens, mais même aux étrangers, était le seul remède proposé alors contre la stagnation de ce centre.

Il a fallu plus d'un demi-siècle pour arriver à la mise en exploitation rationnelle des sources d'Hammam-Melouane dont les eaux chlorurées sulfatées sodico-calciques, fortement thermales, de 39° à 44°, opèrent des cures merveilleuses dans les rhumatismes, les douleurs articulaires de toutes espèces, les affections ganglionnaires, les séquelles de traumatisme, les affections utérines, le rachitisme et la scrofule infantiles, et la cachexie palustre. Le débit des ces eaux est considérable : les travaux de captage entrepris sous la direction du Service des Mines ont donné jusqu'à huit cent mille litres par jour et les techniciens espèrent dépasser encore ce chiffre.

L'aménagement de ces eaux a été confié en 1926 à une Société Anonyme française, au capital de cinq millions dont la constitution a été faite par un comité composé de dix personnalités algéroises qui ont accepté d'être les administrateurs de cette société. Le cahier des charges comporte les aménagements suivants :

1 - création d'un établissement thermal moderne avec baignoires individuelles, piscines, salles de repos et de soins para thermaux,

2 - construction et aménagement d'hôtels de trois catégories avec restaurant,

3 - édification d'un Casino comprenant des salles de spectacle, de danse, de lecture, de jeux et de restauration,

4 - aménagement d'un parc ombragé avec terrain pour jeux de plein air


Repère géographique.png Repères géographiques

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Carte Michelin Rovigo.jpg


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Familles notables.png Notables

  • Jules Roy né à Rovigo (Algérie) en 1907, officier de carrière, il sert dans l'aviation des Forces françaises libres comme pilote de bombardier à la fin de la guerre 1939-1945. C'est en 1946 qu'il fait de brillants débuts d'écrivain avec La Vallée heureuse (Prix Renaudot). De la même veine seront les romans suivants : Le Navigateur, La Femme infidèle, Les Flammes de l'été..

Les Maires jusqu'en 1962

Les Notaires

Les Curés

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

A partir de 1962 :

A.P.C (Assemblée Populaire et Communale dirigée par un Président)

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

  • Rovigo Site de l'Amicale des Arbéens]