Algérie - Aïn Azel

De GeneaWiki
(Redirigé depuis Algérie - Ampère)
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Aïn Azel
Informations
Pays Drapeau de l'Algérie    Algérie
Région
Wilaya Sérif
Daïra Aïn Azel
Code postal 19245
Population 3 603 hab. (1958)
Superficie
Densité hab./km²
Nom des habitants
Altitude 934 m
Point culminant
Coordonnées (long/lat) 5°30'53" E - 35°45'18" N
Localisation


HHistoire.pngistoire de la commune

Histoire ancienne

On trouve la trace d'un <<fossé du Pharaon>> avec un aqueduc qui passe par la ferme Rémada au sud de Pascal, le lac d'El-Bahira remonte en direction où se trouvait un important camp de centurie romaine.

Ce fossé du Pharaon est très certainement le fossé défensif marquant la frontière sud de la Numidie, construit par les légions romaines au début du 1er siècle, 50 à 60 après J-C. Plus au nord est, les ruines d'une importante cité romaine que les Arabes dénomment Kerbet Selmi, certainement Perdices.

A 4kms vers le sud, la route forme une fourche enserrant un mamelon couverrt de ruines romaines.

Présence turque

Algerie (Berbérie) 1515-1830.JPG 1515-1830 Berbérie

Le gouvernement turc était propriétaire de vastes territoires dont il disposait au mieux de ses intérêts. Les indigènes qui les occupaient étaient de simples métayers ; ils payaient un fermage (hokor), plus l’impôt ; en outre, ils devaient un certain nombre de corvées et de prestations plus ou moins facultatives . Ces indi­gènes se perpétuaient sur les mêmes terres, le plus souvent depuis un temps immémorial ; ils formaient une population compacte et constituaient de véritables tribus et il y avait les douars, des gourbis, aux abords des sources d'Aïn Azel :

Béhagle, Ras el-Aïoun, Beïda-Bordj, Tennezaret, Sebkah, Gosbat, Sékrine, Bou Thaled

N'ayant aucun droit sur le sol, ils ne pouvaient en disposer à aucun titre.

Le beylik avait en outre la disposition des terres mortes tant qu'elles n'étaient l'objet d'aucune vivification ; les bois et forêts lui appartenaient à titre privé ; il était maître également des mines et des carrières.

Présence française

Algerie1830-1962.JPG 1830-1962 Algérie

La colonisation va en faire un nœud routier très important passage obligé vers la région sud, le Hodna et Biskra mais aussi la région de Batna.
Les nomades en empruntant le défilé d'El Guiba à la recherches des pâturages et de travail rejoignent le Tell et le marché du vendredià Ampère leur permet de commercer, de s'approvisionner.

Histoire

En 1844, une colonne militaire partant de Sétif le 31 Août avec pour mission d'organiser l'exploitation du bois de construction et chauffage dans la fôret de Bou Thaleb, établit un campement provisoire à porximité des sources d' Aïn-Azel et en vante les qualités et le goût. A 6 kms à l'est du futur village se trouvait la ferme militaire de colonisation, un cimetière chrétien, les sépultures des soldats du 61ème de Ligne du Colonel Bernelle, ainsi que les victimes de l'engagement sanglant du 23 Mars 1850 et des premiers colons de l'époque 1839-1845. Au nord du bordj Gourdon, autour d'un puis quelques gourbis, la Djemaa Aoka et son marabout

Bien avant 1870 des familles européennes s'installent.

Le centre créé en 1895 dépendant de la Région de Constantine, puis Sétif, est baptisé Ampère en souvenir d'André Marie Ampère (1775-1836) du nom du physicien et mathématicien, inventeur du galvanomètre, télégraphe électrique.

Site Romain, source, terres de cultures domaniales disponibles, lotissement réalisé de façon symétrique bordant un axe routier.

Le peupeuplement est identique, immigration de familles provenant des régions montagneuses déshéritées, pauvres de la Métropole, en particulier l'Adèche, l'Ariège, le Tarn, la Haute-Savoie, la Corse, l'Alsace-Lorraine et également des régions méditeranéennes, Malte, l'Italie du sud, la Sicile etc..

Toutes ces familles, pour la plupart complètement démunies, à force de labeur, de sacrifices, d'entr'aide réussirent à former la communauté très utile du village.

La phalange d'exploitants agricoles dotée d'un courage à toute épreuve, ont par un travail acharné, animés d'une volonté sans égale, transformé cette immense région, dénomméepar les indigènes <<le Sbeer>> qualifiée de déshéritée, en une contrée céréalière et d' élévage florissante.

La route Nationale traversait le village du nord au sud avec la partie haute, la bordant de chaque côté, des maisons à étages avec terrasses et arcades sous lesquelles étaient installés des commerçants.

Des ruelles parallèles se coupant à angle droit avec, construites sur les lots urbains, de petites maisons - une grande cour, écuries, magasins, dépendances, presque toutes à l'identiques, plus tard des jardinets furent crées sur le devant pour agrémenter l'habitation.

Au centre du village un grand espace réservé où fut construit le premier groupe scolaire, la Mairie, un grand jardin public abritant le Monument aux Morts. Aussitôt sa création, plusieurs centaines d'arbres provenant des pépinières locales, furent plantés sur le domaine public, la route de Sétif fut bordée sur plusieurs kilomètres, toutes les rues, la grande place furent plantés de variétés provenant du midi de la France : mûriers, micocouliers, tilleuls, sophoras, troènes...

Les concessionnaires, eux, avaient dans leurs contrats une obligation de plantation faute de quoi, ils étaient déclarés dépossédés de leur bien.

Tous les canaux d'irrigation furent bordés de plantation.


Les ressources

La principale ressource, l'unique était l'agriculture et l'élevage. Le climat continental avec une pluviométrie déficiente, le sirocco asséchant les cultures ne favorisait pas les rendement céréaliers.

Pour ceux qui s'accrochaient à cette terre qu'ils avaient défrichée, il fallait trouver d'autres ressources qui ne pouvaient venir que du sol, la source d' Aïn-Azel ne permettait pas d'irriguer qu'une très faible portion de terres ce qui ne pouvait donc suffire au besoin des familles. La terre était de bonne qualité, seule l'eau du ciel manquait.

Il en existait dans le sous-sol, une très importante nappe fut découverte dans la plaine de l'Ousserra au lieu dit les <<quatorze>> ainsi dénommé car, à l'époque, les attributaires reçurent chacun une parcelle de quatorze hectares. Encore fallait-t-il creuser des puits et les équiper d'un moteur diesel et d'une pompe, creuser, aménager les canaux d'irrigation. Ce ne fut donc que progressivement, mais devant les résultats encourageants des premiers que les autres s'entraidant, empruntant, purent, en réalisant eux-mêmes ces travaux difficiles et dangereux, réussir.

Partout où cela fut possible des puits, des galeries furent creusés, amenagés en station de pompage pour l'irrigation. A partir d'avril et jusqu'à l'automne, résonnait le bruit caractéristique des dizaines de moteurs diesel, l'eau, cette source de vie, coulait à flot.

Cette plaine se transforma en un immense jardin, les plantations, les luzernières, les champs de pomme de terre, de tabac, de maïs, les hecatres de melons et de pastèques..

Repère géographique.png Repères géographiques

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Familles notables.png Notables

Les Maires jusqu'en 1962

Les Notaires

Les Curés

  • Père Talagrand
  • Abbé Glaize

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

A compter de 1962 :

A.P.C (Assemblée Populaire et Communale dirigée par un Président)

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

  • Nom actuel : Aïn-Azel- wilaya 19 Sétif Débaptisé par la République démocratique Algérienne, a pris le nom de la Source, aucun village n'existait avant la présence française, hormis des douars alentours.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Ampère modèle des villages de colonisation - Revue P.N.H.A n° 152 - Editions du Grand Sud - 34070 Montpellier
  • Les Villages des Hauts Plateux Sétifiens de Maurice Villard et Yves Brassard - en vente ACEP

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)