90089 - Rougemont-le-Château

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Rougemont-le-Château
150px
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 90 - Blason - Territoire-de-Belfort.png    Territoire de Belfort
Arrondissement Blason Belfort-90010.png    Belfort (Préf.)
Métropole
Canton Blason Giromagny-90052.png   90-07   Giromagny

Blason en attente.png   90-05   Rougemont-le-Château (Ancien canton)

Code INSEE 90089
Code postal 90110
Population 1474 habitants (2016)
Nom des habitants Rougemontois, Rougemontoises
Superficie 1 664 hectares
Densité 88,58 hab./km²
Altitude Mini: 422 m
Point culminant 1631 m
Coordonnées
géographiques
47,735556° / 6,967222° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
90089 - Rougemont-le-Château carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • C'est à la fin du XIe siècle que commence l'histoire du village, avec l'établissement d'un prieuré sur le hameau de Saint-Nicolas, 2 à 3 kilomètres au nord-ouest du Rougemont actuel. Quelques habitations s'y regroupent.
  • Au tout début du XIIe siècle, il est fait mention écrite d'un seigneur Thibaut de Rougemont, vassal du comte de Bourgogne. Puis la seigneurie rentre dans le comté de Ferrette, dans le Sundgau. Le comte Frédéric II fait alors construire un château pour surveiller les passages sur les deux voies romaines qui se croisent en contrebas.
  • Au XIIIe siècle, le village est fortifié et un second château appelé "château-bas" est construit au cœur de la cité. En 1347, la seigneurie passe sous la coupe d'Albert II de la dynastie des Habsbourg, et restera dominée par cette maison autrichienne jusqu'au traité de Westphalie en 1948. Ensuite la seigneurie de Rougemont est offerte au général Reinhold de Rosen, également seigneur de Bollwiller, puis passera de mains en mains jusqu'à la Révolution.
  • Alors que Saint-Nicolas connait une activité importante au XVIe siècle grâce au travail de charbonniers et de verriers, c'est seulement au XIXe siècle que des industries s'implantent à Rougemont en profitant de la présence de la rivière. Des tissages à bras s'installent dans un local militaire. Un moulin est transformé en usine de pièces de serrurerie. Des usines de filage et tissage mécanique vient le jour dans les deux localités. Une usine de pièces détachées pour l'industrie textile, une tuilerie et un four à chaux sont aussi mentionnés.
  • Le 2 novembre 1870, la première bataille du siège de Belfort se déroule sur le ban communal, au lieu-dit "Champ des Fourches" et fait 17 morts.
  • Après l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine, de nombreux Alsaciens viennent se réfugier ici et accroissent fortement la population. Au XXe siècle se rajoute une usine d'extraction de Sulfate de baryum servant à blanchir le papier. Et le village se dote d'une gare car il devient le terminus d'une ligne de chemin de fer reliée à celle de Belfort à Sentheim.

Héraldique

« D'azur, à la tour d'or, ouverte du champ, maçonnée de sable, sur un mont cousu de gueules mouvant de la pointe, chargé de trois besants d'or »
La tour fait référence au château médiéval, et les besants au prieuré établi à Saint-Nicolas;

Toponymie

Le premier toponyme latin est "Rubéomonte". On trouve ensuite "Rubens Mons", puis "Rotenberg" ou "Rothenberg" dans la langue germanique.
L'appellation "Rougemont" apparait en 1793 et deviendra Rougemont-le-Château en 1873.
Ce toponyme transparent est tout simplement lié à la couleur rouge du grès des Vosges au niveau des affleurements rocheux ; lequel grès, exploité dans les carrières de Saint-germain au XVIIIe siècle, servira à la construction de l'église.

Histoire administrative

  • Département -
    • 1801-1871 : Haut-Rhin (=>1871-1919 : Allemagne)
    • 1871-2019 : Territoire de Belfort (Dép. en 1922)
  • Arrondissement - 1801-2019 : Belfort
  • Canton - 1801-1871 : Masevaux - 1871-1926 : Masevaux résiduel (Rougemont (-le-Château en 1873)) - 1926-2015 : Rougemont-le-Château - 2015-2019 : Giromagny

Résumé chronologique :

  • 1801-1871 : Cton de Masevaux, Arrt. de Belfort, Dép. du Haut-Rhin
  • 1871-1926 : Cton résiduel de Masevaux, Arrt. de Belfort, (Dép. du) Territoire de Belfort
  • 1926-2015 : Cton de Rougemont-le-Château, Arrt. de Belfort, Dép. du Territoire de Belfort
  • 2015-2019 : Cton de Giromagny, Arrt. de Belfort, Dép. du Territoire de Belfort

Patrimoine.png Patrimoine

Vestiges du château médiéval

Bases des murs et du donjon. Photo B.ohland
Plan du château
Schéma de la citerne

Il s'agit du château qui a été construit au sommet de la montagne des Boules, à 736 mètres d'altitude.
Il a connu deux périodes d'occupation :
- les XIIe et XIIIe siècles en ce qui concerne la première forteresse édifiée par les comtes de Ferrette, avec une tour quadrangulaire visant à protéger le logis adossé aux murailles.
- le XIVe siècle avec des remaniements dès 1300. Un ouvrage fortifié est alors rajouté pour protéger l'entrée. La tour d'origine est démantelée pour édifier une tour ronde. Le logis est flanqué d'un second bâtiment avec cheminée. La forge-écurie est transformée en logis.
En 1375, le château subit les assauts des troupes d'Enguerrand de Coucy et est complètement ruiné.
À noter :
- le diamètre de la tour étant de 7,75 m, la hauteur avoisinait peut-être les 15 m si on en croit les proportions en vigueur à l'époque. La partie subsistante ne comporte pas de porte d'entrée : celle-ci se trouvait à 5 m de haut, accessible par une échelle amovible et un escalier aménagé dans l'épaisseur du mur.
- la construction d'un puits n'était pas possible, mais les eaux de pluie étaient recueillies grâce à une citerne à filtration composée d'une cuvette creusée dans le substrat (et étanchéifiée avec argile) et d'un puisard circulaire.
Ce château est classé aux Monuments historiques[1].

Chapelle Sainte-Catherine et maison des ermites

Maison des ermites
Chapelle Sainte-Catherine
  • La maison des ermites, derrière la chapelle, est mentionnée en tant que "maison du moine" en 1441 dans un registre de l'archevêché de Bâle. Elle était en ruines en 1580. Elle comportait trois pièces et un socle pour un fourneau dont des carreaux de faïence ont été retrouvés.
  • La Chapelle Sainte-Catherine est la troisième de ce nom. La première remonte au milieu du XVe siècle et une seconde a été érigée en 1650. En raison d'une source aux vertus guérisseuses, la chapelle est devenue un lieu de pèlerinage très fréquenté jusqu'au XIXe siècle et les offrandes y étaient 75 fois plus élevées que dans l'église paroissiale. La chapelle actuelle a été construite en 1876 à l'emplacement de l'édifice originel, à l'initiative de Gaston Ehrard, maire de la commune.


Église Saint-Pierre

Façade et portails
Façade latérale
  • Jusqu'au XVIe siècle, Rougemont faisait partie de la paroisse d'Angeot. Puis Leval et Romagny se sont regroupées avec Rougemont pour former une paroisse autonome. En 1620, Saint-Nicolas s'y est rattachée. L'église médiévale se trouvait à l'emplacement actuel du monument aux morts, mais tombant en ruine, elle a été démolie.
  • En 1851 les communes concernées se sont unies pour acheter un autre terrain et construire une église plus grande. Le projet du nouvel édifice en grès des Vosges a été confié à l'architecte Diogène Poisat. Deux entreprises se sont succédé et les travaux étaient terminés en 1866. Une restauration intérieure a été effectuée en 2017 et les murs clairs prennent une teinte violacée au soleil matinal.
  • L'orgue en tribune, de type néo-gothique, a été construit en 1894 par le strasbourgeois Charles WETZEL. « La bombarde de pédale est en réalité une orphicléide de Jacquet 1850, provenant d'un orgue de la Meuse »[2]. La chaire est en calcaire de Savonnières.


Chapelle Saint-Nicolas

Chapelle Saint-Nicolas Photo B.ohland

Cette chapelle se situe à l'entrée du hameau. Elle a été construite en 1866, à l'initiative du maire de Rougemont et député belfortain Émile Keller (1828-1909) qui avait déjà fait construire un château à cet endroit. La chapelle a été utilisée comme crypte. Dans un angle sous le porche se dresse une statue en bois représentant saint Nicolas sauvant les enfants. Et à l'arrière de l'édifice, une Vierge à l'Enfant.

Repère géographique.png Repères géographiques

Rougemont-le-Château se situe à l'est du département, au pied des Vosges.
La limite nord-est de son ban communal se confond avec la délimitation entre Haut-Rhin et Territoire de Belfort.
La commune se trouve à 32 kilomètres de Mulhouse et 22 de Belfort.
Son territoire est traversé par la rivière Saint-Nicolas prenant sa source dans le hameau du même nom.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 820 860 828 1 044 1 250 1 259 1 186 1 271 1 355 1 214
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 316 1 481 1 630 1 874 2 054 2 229 2 316 2 329 2 338 2 252
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 130 1 847 1 763 1 644 1 537 1 415 1 482 1 409 1 375 1 318
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 301 1 198 1 198 1 374 1 388 1 474 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - Liste des maires de 1808 à 1920 et trombinoscope des maires ci-dessous  
Émile WINCKLER 16 mai 1908 - 4 juin 1920 -  
Auguste PERROT 5 juin 1920 - 16 mai 1929 -  
Pierre KELLER 17 mai 1929 - 15 mai 1935 -  
Victor DONZE 16 mai 1935 - 1er mars 1945 -  
Émile GAUCHET 2 mars 1945 - 31 août 1945 -  
Émile RINGENBACH 1er sept. 1945 - 30 oct. 1947 -  
Paul ROBERT 31 oct. 1947 - 14 mars 1971 -  
Ernest NOVIER 15 mars 1971 - 22 juillet 1977 -  
Côme PETITJEAN 31 août 1977 - 18 mars 1983 -  
Jean-François BAILLY 18 mars 1983 - 24 juin 1995 -  
Michel BERNE 24 juin 1995 - 23 mars 2014 -  
Didier VALLVERDU 2014 - (2020) -  
- - -  


Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
(Clovis Eugène) Georges CHIRON 1930-1935 ou plus Né en 1880. Décédé le 4 septembre 1963 à Rougemont.
Voir Histoire et Patrimoine sous-Vosgien  
- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts, commun aux communes de Rougemont-le-Château, Leval et Romagny-sous-Rougemont


Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des morts de Leval, Romagny-sous-Rougemont et Rougemont-le-Château

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières



Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9h00 - 12h00 9h00 - 12h00 9h00 - 12h00 9h00 - 12h00 9h00 - 12h00 - -
Après-midi 15h00 - 19h00 - 15h00 - 18h00 - 15h00 - 18h00 - -
90089 - Rougemont Château Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 3 place de l'église - 90110 ROUGEMONT-LE-CHÂTEAU

Tél : 03 84 23 00 18 - Fax : 03 84 23 72 07

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Référence.png Notes et références