88 - La Neuveville-lès-Raon

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

La Neuveville-lès-Raon
(Ancienne commune)
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 88 - Blason - Vosges.png    Vosges
Métropole
Canton
Code INSEE 88323
Code postal
Population habitants ()
Nom des habitants
Superficie hectares
Densité hab./km²
Altitude
Point culminant
Coordonnées
géographiques
-° / -° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune


  • Vers le XIIe siècle quelques habitations s'établissent autour de l'abbaye d'Étival-Clairefontaine, dont la fondation remonte au VIIe siècle. En 1147 des moines prémontrés en prennent possession et favorisent la création d'un vrai village, qui, en 1266 est nommé "Laneufville-dessous-Respy".
Schlitteurs dans les Vosges en 1903


  • Ce bourg rural prend la forme d'un village qui s'étire en longueur le long de la Meurthe. Ses habitants y vivent de l'agriculture et des métiers du bois. Outre les traditionnels bûcherons ou schlitteurs, ce sont surtout les flotteurs (ou voileurs) qui se multiplient. Grâce à la construction d'un port, le flottage du bois atteint son apogée aux XVIe et XVIIe siècles, desservant la Cristallerie de Baccarat, importante consommatrice, mais aussi Lunéville, Nancy, Metz et Thionville, à raison de « 80 000 tonnes de bois par an »[2]. Dans le patois local, ces flotteurs sont appelés « oua-lous ».


  • Au XIXe siècle, la Révolution industrielle arrive aussi dans ce bourg. Une gare est créée, induisant la fin du flottage du bois, mais de nombreuses usines s'implantent après 1870 et transforment la ville en cité industrielle, entraînant une forte croissance démographique.


Les guerres

La ville est citée à l'ordre de l'Armée et, le 20 août 1920, reçoit la Croix de guerre 1914-1918.
  • Lors de la seconde guerre mondiale, les combats font à nouveau rage, les incendies aussi. La ville est complètement sinistrée, et pour éviter de coûteuses reconstructions, le maire Joseph Colin et les autorités décident d'une fusion avec Raon-l'Étape.

Héraldique

Toponymie

  • 1147 : Laneufville-dessous-Respy
  • 1266 : Laneufville-sous-Respy
  • 1310 : La Neuveville-sous-Répy
  • 1597 : La Neuveville-sous-Raon
  • Ensuite : La Neuveville-devant-Raon, puis La Neuveville-lès-Raon

(Source : Histoire de Raon-l'Étape et La Neuveville-lès-Raon, Tome 2)

Histoire administrative

  • Département - 1801-1947 : Vosges
  • Arrondissement - 1801-1947 : Saint-Dié-des-Vosges
  • Canton - 1801-1947 : Raon-l'Étape

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Patrimoine civil et religieux

Église Saint-Georges

Façade et portail Photo B.ohland
  • À l'origine existait une chapelle déjà dédiée à saint Georges, mais n'ayant pas le statut de paroisse. Las de se déplacer jusqu'à l'abbaye, les habitants se mobilisent et finissent par trouver un accord avec les religieux. Un presbytère est alors construit en 1721 pour qu'un prêtre officie à La Neuveville.
Chevet Photo B.ohland
  • De 1835 à 1838 l'ancienne chapelle est agrandie, selon les plans d'un architecte de Saint-Dié, nommé Boucher, et devient à la fois église et paroisse Saint-Georges. Des modifications y sont apportées en 1894 et le dôme refait en 1905. Puis elle est grandement remaniée en 1973, avec chauffage, ce qui attire en hiver les fidèles de l'église Saint-Luc de Raon-l'Étape.
  • Deux éléments particuliers :
- Dans une chapelle aménagée par les paroissiens après la première guerre mondiale, figure un groupe sculpté dans du bois au XVIIIe siècle, intitulé "Vierge de Pitié" et classé aux Monuments historiques au titre d'objet depuis 1928[3].
- Un orgue, mis en place dès 1837 et œuvre de Jean-Nicolas Jeanpierre, qui l'améliore en 1862. En 1932, Joseph Vœgtlé l'enferme dans une boîte expressive, puis en 1952 Jacquot-Lavergne transforme l'instrument. C'est en 1976 que l'orgue est relevé et réharmonisé par Gonzalez, puis restauré en 2003 par Aubertin. Malgré les interventions de tous ces différents facteurs d'orgue, le buffet (qui s'inspire du style Callinet, de Rouffach) a conservé en façade les tuyaux initiaux de Jeanpierre.


Gare

Lorsque la ligne ferroviaire Lunéville - Saint-Dié est en construction de 1862 à 1864, il est question d'implanter une gare à La Neuveville ou Raon pour desservir la vallée. Sous prétexte de logique et de moindre coût, c'est La Neuveville qui est retenue, et la gare est inaugurée en mai 1864. Mais la dénomination "La Neuveville - Raon" n'est pas appréciée par les Raonnais déjà frustrés par le choix du lieu ; ils vont obtenir gain de cause le mois suivant et la gare s'appellera "Raon l'Étape - La Neuveville". Des modifications en 1912 permettent l'accroissement du trafic. Après la fusion, sous le nom le nom de "Raon-l'Étape", la gare va devenir importante dans le secteur Vosgien.

Mairie

À l'origine les services de la municipalité logeaient dans une "mairie-école", à côté de l'église Saint-Georges. En 1874 est construit un nouvel édifice, non loin de la gare. Détérioré une première fois par un incendie en 1940, il est volontairement et définitivement brûlé quand les Allemands battent en retraite en 1944. Pendant trois ans, les services s'installent dans une résidence privée, puis il est décidé de ne pas investir dans une reconstruction alors que l'hôtel de ville de Raon est bien assez grand pour les deux populations décimées après les guerres.

Patrimoine industriel

Chaussonnerie Amos

Chaussonnerie en 1918

Elle est initialement créée à Wasselonne en 1795, mais une "filiale" vient s'implanter ici pour profiter de la qualité de l'eau, importante dans le processus de blanchiment.
Construite de 1872 à 1874, elle se concentre d'abord sur le tissage puis se diversifie en feutres pour les chaussons ou bérets, mais aussi flanelle et lainages.
L'usine emploie plus des 3/4 des habitants des deux villes et des cités ouvrières sont construites. Les chiffres sont éloquents :
- À la fin du XIXe siècle, la production de chaussons atteint « 6 millions de paires »[4]
- Avant sa fermeture en 1975, l'usine emploie encore 1500 ouvriers.

Papeterie Meternett

Elle est construite en 1882 et son activité perdure un siècle, employant jusqu'à 160 personnes.

Les scieries

Elles sont nombreuses, mais une fait figure de proue : l'usine-mère des Établissements LECUVE, implantée en 1888 et fonctionnant en tant que scierie-papeterie jusqu'à 1949.

Repère géographique.png Repères géographiques

La commune s'est développée sur la rive gauche de la Meurthe, à la confluence avec la rivière "La Plaine" s'écoulant depuis le massif du Donon encadrée par des versants très boisés.
Maintenant confondue avec la ville de Raon-l'Étape, elle se situe par la route à 17 km de Saint-Dié-des-Vosges, 44 km d'Épinal et 69 km de Nancy.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 630 660 801 867 1 202 1 242 1 254 1 268 abs. 1 204
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 276 1 390 abs. 1 656 1 833 1 997 2 149 2 360 2 704 3 019
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 386 2 928 3 077 3 026 3 044 ... ... ... ... ...

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
CAQUEL - Adjoint, faisant office de maire au sortir de la seconde guerre mondiale.  
Joseph COLIN  ? - avril 1947 Dernier maire de La Neuveville-lès-Raon et premier maire de la nouvelle municipalité de Raon-l'Étape. Décédé en décembre 1947. Une école porte son nom.  

Les curés

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean FRÉMILLET 1721 - 1726  
Claude VRIOT 1726 - 1727  
Charles CORDIER 1728 - 1732  
F. CHAVON 1732 -  
- -  
Jacques POIRSON 1798 -  
- -  
DESCHASEAUX 1830-  
- -  
Georges WOLFROM 1859 - 1881  
PETITDIDIER 1881 - 1888  
CHARDIN 1888 - 1893  
A. GILBERT 1893 - 1903  
Louis BOZON 1903 - 1910  
(Albert ?) AMARCA 1910 - 1922 Un Albert ARMACA est né en 1862 à Saint-Dié-des-Vosges.  
Albert SIMON 1922 - 1929  
VAXELAIRE janvier 1929 - septembre 1929  
L. CLAUDON 1929 - 1934  
GRÉGOIRE 1934 - 1941  
Pierre COINCHELIN 1941 - 1967  

(Source : Histoire de Raon-l'Étape et La Neuveville-lès-Raon, tome 4)

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste des soldats inscrits sur le monument


À savoir pour vos recherches généalogiques

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Fiche Le flottage du bois à Baccarat, office de tourisme de Baccarat.
  • Guide touristique Raon-l'Étape, des lacs au Donon.
  • Dépliant à la rencontre des orgues de Raon-l'Étape.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références