88123 - Damblain - Fondeurs de cloches damblinois

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour aux familles notables de Damblain


Plus de soixante maîtres fondeurs de cloches ambulants de Damblain sont identifiés. Une liste établie par Berthelé a été complétée par des renseignements tirés des actes d’état civil ou RP et surtout des recherches entreprises par Henry Ronot, Ginette et Maurice Thouvenin, Roger Douche et Agnès Nazarian.

  • Bailly François habita Damblain vers 1620.
  • Bastien James (1802-1881)
  • Bernard Pierre à Damblain en 1707, habita ensuite Breuvannes.
  • Bourbonnois François « maître fondeur de métail » en 1698, a fondu pour l'église St Hilaire à St Florent les Saumur en 1694, 1695, époux d’Anne Breton, a un fils Etienne en 1672, et Jean Baptiste en 1692.Décédé en 1714, époux d'Anne Trouin.
  • Bourbonnois Jean François son fils, né le 20 novembre 1714, posthume.
  • Breton Jean.
  • Breton François, frère de René
  • Breton René en 1618, époux de Anne Collin, un de mes aïeux, père de Lazare Breton.
  • Brutel Mammès en 1634, associé avec son beau-frère Hémonin Blaise.
  • Burel François en 1701. Décédé en 1735 à Damblain, un mois après y avoir fondu avec ses fils les trois cloches. La plus grosse, Sainte Bénigne, de 2365 livres, a été fondues quatre fois. Epouse Marie Michel le 26 juin 1712.
  • Burel Pierre en 1745, fils de François ; fond une cloche à Lamarche en 1759.
  • Chapelle Jean en 1616 et 1618, a fondu des cloches à Liège avec Nicolas Chapelle et François Racle.
  • Chapelle Didier de 1612 à 1618, marié à Anne Brutel, décédé en 1640, allait fondre en Allemagne, aux environs de Cassel.
  • Chapelle Nicolas en 1618, décédé à Damblain en 1645, lors du second siège de la Mothe.
  • Chapelle Nicolas, fils de Jean, a refondu en 1685, avec J. Gillot et F. Moreau le gros bourdon de la cathédrale Notre Dame de Paris ; il pèse 13 tonnes et son battant 500 kg.
  • Chauchard Pierre décède à Damblain en 1756.
  • Chevillot François en 1627, fondait en Allemagne avec Racle.
  • Delapaix François en 1660, a fondu en Hollande en 1670.
  • Delapaix Etienne présent lui aussi à Damblain en 1660.
  • Dubois Bernard (1680-1730), a fondu à Leuville en 1708 avec Claude Delapaix. Époux d’Anne Raclot.
  • Dubois François, (1693-1747) frère du précédent, a fondu la grosse cloche de l'église collégiale de Bourmont et l'a signé : « Con-flavit Franciscus Athanasius Dubois de Damblain, artis. Peritus ».
  • Dubois Nicolas en 1740, travaille à Tournai avec Nicolas Boulanger de Colombey et fond trois cloches pour l’église de Lamarche en 1742.
  • Dubois Joseph François, fils de Nicolas, décédé en campagne. Il a travaillé avec son père.
  • Dubois François Athanase, (1742-1817) également fils de Nicolas. Il est père de deux fondeurs de cloches nés à Colombey-les-Choiseul : Nicolas né en 1773 et Jean Baptiste (1780-1855).
  • Euvrard Claude présent à Damblain en 1722 d'après Jules Marchal.
  • Febvre Charles né en 1695 de Simon et Anne Briot. Il a fondu le bourdon de la cathédrale de Poitiers en 1734, avec Antoine et Claude Bricard de Breuvannes.
  • Febvre Nicolas de 1625 à 1682. Époux de Marie Delespine et père de Simon qui suit.
  • Febvre Simon de 1701 à 1716. Époux de Marie Briot.
  • Febvre Simon le fils né en 1692. Cité fondeur de cloches en 1716.
  • France François en 1620 et 1630.
  • François François.
  • Gaignière Mongeot en 1504.
  • Guichard Melchior fils du graveur de médaille François Guichard.
  • Gillot Jean, présent à Damblain en 1632 où nait son fils Jean.
  • Henry Thomas (1754-1852) décède à Damblain.
  • Joly Michel réfugié de la Mothe en 1645 après sa destruction sur ordre du roi de France, puis habite définitivement Breuvannes.
  • Jullien Nicolas, présent à Damblain en 1635, époux de Catherine Brutel.
  • Jullien Nicolas né à Damblain en [[1635, époux d’Anne Febvre.
  • Jullien Alexis (1662-1734), s’installe en Hollande avec son beau-frère Jean François Petit, dont est issue toute une dynastie de fondeurs encore présente aujourd’hui en Hollande sous le nom « Petit et Fritsen ».
  • Laherard Claude en 1725, a fondu dans le Nivernais en 1721. Époux d’Anne Sabatier.
  • Lenicaud Nicolas en 1620.
  • Paris Jean, gendre de François Simon.
  • Peigney Charles François (1748-1829) né et décédé à Damblain.
  • Peigney Nicolas Philibert (1764-1845) frère du précédent. Ils sont petit-fils du fondeur François Voillemot.
  • Peigney François (1800-1859) fils de Nicolas Philibert, décédé à Poitiers où il avait installé une fonderie.
  • Peigney Nicolas Philibert (1802-1861) frère du précédent, décédé à Niort où il avait installé un atelier fixe. Tous deux s’étaient installés séparément dans l’ouest, où Berthelé les signalent dans une quarantaine de villes rarement ensemble.
  • Petit Bénigne en 1665.
  • Prevost Claude en 1665.
  • Racle François en 1618, a fondu à Liège en 1623 avec Jean et Nicolas Chapelle.
  • Racle François fils.
  • Racle Nicolas frère du précédent travaillèrent tous trois dans la région de Lubeck où ils s'installérent après 1635.
  • Raclot François en 1719 ; a fondu en 1724 dans le Nivernais. A épousé Françoise Briot le 01/09/1682. Décédé le 14/01/1743 à 54 ans.
  • Régnauld Nicolas en 1707.
  • Rollin Martin entre 1603 et 1640.
  • Rouyer Nicolas le jeune en 1630.
  • Rozier Jean Baptiste en 1730. Époux d’Anne Ferdinand.
  • Sabatier François de 1701 à 1722, époux de Jeanne Joly puis de Claude Simon, décédé en 1732, a fondu en 1721 dans le Nivernais, et en 1696 avec Febvre Simon une cloche pour Vroncourt.
  • Sabatier Alexis (1695- 1719) fils de François, décédé en campagne par noyade à Dijon lors du baptême des huit cloches qu’il venait de couler avec son père.
  • Simon François en 1624, s'installa en Hollande.
  • Thouvenin Nicolas en 1620.
  • Trinquart Nicolas en 1613, décédé en 1623.
  • Voillot Claude, époux de Catherine Racle, le sœur de François et Nicolas. Travailla dans la région de Lubek après 1650.
  • Voillot Etienne Id son Frère Claude.
  • Vouillemot Claude en 1644.
  • Vouillemot Michel en 1644, père de Claude, il avait 96 ans en 1678.
  • Vouillemot Claude, le père des trois suivants, de 1682 à 1707, époux d’Anne Briot, fille de François et Anne Mazelin. Décédé le 28/04/1725 à 92 ans.
  • Vouillemot Claude le fils de 1707 à 1719, né le 10/10/1675.
  • Vouillemot François « maître fondeur de cloches » en 1716 et 1725, né le 04/10/1670, épouse le 10/02/1721 Anne Briot, fille de Pierre et Anne Raclot. A un fils François le 18/10/1722. Décédé le 30/03/1747.
  • Vouillemot Simon, né le 19/10/1679, épouse Anne Belin le 23/04/1709, décédé le 22/04/1747 ; parrain de Simon Gautrot, frère de mon aïeul Charles.

Ils épousaient des filles de fondeur : on trouve les alliances Dubois Laherard, Jolly Sabatier, Sabatier Febvre, Raclot Dubois, Raclot Briot, Vouillemot Briot, Peigney Vouillemot, Laherard Sabatier, Chapelle Brutel.

D'après les recherches de Jules Marchal, de Bourmont, le sénéchal de Bourmont, convoquait tous les trois ans tous les artisans clochetiaux de la sénéchaussée, pour élire le plus capable à la fonction de maître juré. Sa mission était de visiter tous les artisans fondeurs, vérifier leur travail, faire punir ceux qui tombaient en faute et hanter tous les aspirants à la profession. Le maître élu choisissait aussitôt son lieutenant.

Ce même jour le mot du hant ancien était changé, et communiqué à ceux qui savaient l'ancien. Les fondeurs juraient de tenir le mot du hant secret et de ne le communiquer à personne.

Ces élections eurent lieu à Bourmont jusqu'en 1725.

Parmi les maîtres, on relève de 1704 à 1725 les damblinois Febvre Simon le père en 1704, Sabatier François en 1719 et Dubois Bernard en 1725 ; Vouillemot Simon en 1719 et Burel François en 1722 furent lieutenant du maître.

Parmi les dernières coulées de fondeurs damblinois on relève celles de Nicolas Peigney père à Paris en 1791 et celles de son fils François, ambulant lui aussi, qui s’installa en 1838 à Bressuire, en Poitou, avec Thomas Henri. On trouve leur marque sur un certain nombre de cloches dans les Deux-Sèvres : Pamproux (1848) et en Vendée : Chambretaud en 1838, et la Flocellière. De même pour Thomas Henry : une petite cloche à la Brunière en 1811 et une à Mouille-ron en 1817, en Vendée, une à Coulon dans les Deux-Sèvres. Il a fondu aussi aux États-Unis. Bastien James fondit une cloche à Lamarche en 1826 et surtout Jean Baptiste Perret né à Damblain le 20 février 1796. Il apprit le métier auprès de son beau-frère François Dechaune à Breuvannes où il s'installa. Pendant 40 ans il fut, soit seul soit avec son fils Jules né à Breuvannes, ambulant dans les Landes, le Lot, le Tarn-et-Garonne, le Gers, où il créa sa fonderie en 1844 à Auch. Il a fondu les cloches des cathédrales de Montauban, d'Agen, d'Auch. Il est mort à Breuvannes le 6 juin 1857.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)


< Retour aux familles notables de Damblain