87173 - Saint-Pardoux

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Saint-Pardoux
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 87 - Blason - Haute-Vienne.png    Haute-Vienne
Métropole -
Canton

Blason Bessines-sur-Gartempe-87014.png   87-04   Bessines-sur-Gartempe (Ancien canton)

Code INSEE 87173
Code postal 87250
Population 614 habitants (2016)
Nom des habitants
Superficie 2 323 hectares
Densité 21 hab./km²
Altitude Mini : 327 m
Point culminant 533 m
Coordonnées
géographiques
46.0589° / 1.2822° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
250px
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Moi, Jean FAULCON,

Chevalier, Chambellan du Roi Charles VII et seigneur de THOURON, SAINT-PARDOUX, HAUT-COR, HAUTTEFAYE, MAREUIL, BANCES et de bien d'autres terres allant jusqu'aux confins, de ce qui est en votre siècle,la Haute-Vienne et la Dordogne;

Je vous souhaite la bienvenue sur ma terre de la Gorce, Etrangers et néanmoins Amis !

Nous allons vous conter une partie de l'histoire de ce lieu.

Je suis petit-fils de Ithier FAULCON, seigneur du PONT (Thouron) jusqu'en l'an 1418, et suis le fils unique de Louis FAULCON qui m'a eu dans sa 25éme année, je n'ai plus souvenir du nom de fille de madame ma Mère.

Que se passait-il d'important en terre de France lors de mes premières années ?

Je suis né en 1425... Jeanne d'Arc venait d'avoir 13 ans ! Nous étions au beau milieu de la Guerre de Cent Ans.
Nos ennemis les anglais possédaient certaines de nos terres comme l'Aquitaine, l'Anjou, le Maine, la Normandie...
Jeanne d'Arc est née vers 1412 à Domrèmy, village du duché de Bar (en Lorraine), dont une partie relevait du royaume de France. D'origine paysanne, à dix-sept ans, prétendant avoir, en gardant son troupeau, reçu de la part de Saint Michel, Sainte Marguerite et Sainte Catherine la mission de délivrer la France de l'occupation anglaise. Elle parvient à rencontrer le Dauphin Charles (futur Charles VII), à conduire victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, levant le siège d'Orléans, conduisant le dauphin au sacre à Reims, Elle contribue ainsi à inverser le cours de la guerre de cent ans.
Parallèlement, les conquêtes et alliances matrimoniales mettent les ducs de Bourgogne à la tête de vastes et riches domaines en Flandres et aux Pays-Bas faisant d'eux de redoutables compétiteurs des rois de France au moment où ceux-ci affrontent l'ennemi Anglais. Jeanne d'Arc, capturée par les Bourguignons à Compiègne, est vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg, comte de Ligny, pour la somme de dix mille livres (plus de 4 tonnes d'argent). Elle est condamnée à être brûlée vive en 1431, dans sa 19e année, après un procès en hérésie conduit par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et ancien recteur de l'université de Paris. Le 30 mai, dés le matin, Jeanne était brûlée vive place du vieux marché à Rouen, capitale du duché de Normandie alors possession du royaume d'Angleterre.
Entaché de nombreuses irrégularités, ce procès sera cassé par le pape Calixte III en 1456 ; un second procès, en réhabilitation, sera instruit, concluant à son innocence et l'élevant au rang de martyre. Grâce à ces deux procès dont les minutes ont été conservées, elle est l'une des personnalités les mieux connues de notre époque, sous le surnom de «la Pucelle d'Orléans ». Voilà ce qu'il se passe autour de moi "Petit Seigneur" du Limousin...
D'aucuns prétendent qu'avant mon père mon château de Saint-Pardoux avait appartenu à Foucauld Bernard de Copiac, sieur de St-Pardoux et de St Sylvestre qui épousa, vers 1232 Almodie de Razés. Puis à Guillaume de Lastours, damoiseau, seigneur de St-Pardoux, décédé en 1337. Aucun document en notre possession ne peut confirmer ou infirmer ces dires.

Ce qui est certain, Monsieur mon Père a reçu en son château de Thouron le 2 mai 1438 sa majesté le Roy Charles VII dit "le Victorieux" ou encore "le bien servi".

Je n'ai plus le souvenir de l'année exacte qui m'a vu devenir seigneur de Saint-Pardoux.
Cependant, j'ai été impartial et intransigeant ainsi mes sujets me faisant respect, me craignaient et honoraient la dîme et les obligations qu'ils me devaient.
Ma bonne gestion me permettant d'agrandir mes terres au fil des ans.
Ainsi ma vie suivit son cours.

Mes forces me faisant défaut, la vie ne tardera pas à me quitter.
Aussi, je décide de tester. Nous sommes sous le règne de LOUIS XI "le prudent", en l'an 1475, le 28 mars.

J'institue mon fils aîné, Antoine, comme mon héritier de droit ! Il touchera, mes terres, mon château de St-Pardoux, hôtels et maisons, mes étangs dont celui de la Gorce que j'ai fait bâtir, mes moulins dont celui de la Gorce. Tous ces biens, il les tiendra en toute justice, haute, moyenne et basse.
J'exige que tous mes créanciers soient payés.
Mes trois autres fils, Albert, Jean et Gabriel se partageront certains de mes biens que je leur destine. Albert tiendra mon château de Thouron et sera seigneur du lieu. Jean sera homme d'église et Gabriel touchera mon château de Bances. Mes trois filles, Anne, Jeanne et Albane recevrons mille écus (environ 1250 kg d'argent) chacune, pour les marier.

Madame ma mère, tant qu'elle vivra, sera Dame et Maîtresse de tous ses biens. Il en sera de même pour Marie de Rochechouart, ma femme.

Après moi... Sous les règnes de Louis XI (1461-1483), de Charles VIII "l'affable" (1483-1498), de Louis XII "le père du peuple" (1498-1515) et de François 1er "le père et restaurateur des lettres" (1515-1547), mon fils Antoine n'aura de cesse, lui aussi, que de faire profiter ses terres et s'adjoindra, en outre, le titre de seigneur des Laises (à Nantiat).
46 années après moi, le 9 avril 1521 Antoine fait héritier son fils, François.

Le 15 juin 1542, mon petit-fils, noble François FAULCON fait, au vicaire général de Monseigneur le cardinal Du Bellay, évêque de Limoges, hommage et serment de fidélité pour tout ce qu'il tient en fief di-celui seigneur.
En 1569, Monsieur le Duc d'Anjou campait avec son armée à Saint-Pardoux; il en partit la veille de la Fête-Dieu et se rendit à Couzeix où il était le 11 juin.
Le futur roi de France Henri III (né 19 septembre 1551 à Fontainebleau - mort le 2 août 1589 à Saint-Cloud après avoir été poignardé par le moine Jacques Clément) fut roi de Pologne de 1573 à 1575 puis roi de France de 1574 à 1589. Il était le quatrième fils d'Henri II, roi de France, et de Catherine de Médicis.

Vers 1594 sous Henri IV « le Grand » ou encore « le Vert-galant » (roi de 1589-1610), voulant vendre sa terre de St-Pardoux à Monsieur Pierre de DOUHET, seigneur de Compreignac, mon petit-fils François en fournit le dénombrement détaillé de ses biens avec une description parfaite de notre château de St-Pardoux qui était ainsi composé :
" Six chambres, une salle, une cuisine, boulangerie, cave, grenier, écurie pour dix chevaux. Le logis neuf entouré de fossés, fait dans la ceinture du donjon flanqué de trois tours où il y a des gardes en armes, plus un beau et bon puits au milieu de la basse cour. La grande basse-cour comprend une grange de 100 pieds de long (32m) et 32 de large (10m), des étables de 100 pieds de long, un petit logis de 40 pieds (13m) où il y a une chambre et des étables à mettre moutons et pourceaux, un jardin de 4 séterces et un autre de 1, un bois de haute futaie appelé le parc entouré d'une muraille et au bout une nagerie, le tout étant bordé par le grand étang et le petit (où se trouve, encore aujourd'hui, le lavoir)."

En 1605, Pierre de DOUHET, seigneur de St-Pardoux et Consul de Limoges, reçu Henri IV à la tête de la milice bourgeoise de la ville.

En 1640, Pierre FAULCON mon arrière petit-fils, seigneur des Lézes, assassinait Philippe de DOUHET (fils de Pierre) à La-Croix-de-Chasseneuil (commune de St-Symphorien sur Couze). Par sentence du vice sénéchal de Limoges le 18 décembre 1640, une chapelle devait y être bâtie pour réparation de cet homicide. Mais, par transaction du 25 janvier 1687, Marie FAULCON épouse de Gabriel PICON, écuyer, sieur de Chasseneuil, trésorier de France en la généralité de Limoges, s'oblige à payer le vicaire qui dira les messes ordonnées dans l'église de St-Pardoux où repose le corps de l'homicidé et elle sera décharger de bâtir la Chapelle.

Un petit retour en arrière,
Dans le dénombrement de 1594, l'on y lit que l'étang de la Gorce est déjà rompu, contrairement aux conclusions de Mr l'Abbé LECLER pour qui la digue aurait cédé vers 1623 (voir son dictionnaire Historique et Archéologique de la Haute-Vienne, ouvrages de 1871, 1890, 1892 et 1894).
D'autres recherches faites, quelques années plus tard, par Mr l'Abbé LEGROS qui concluait ainsi, je cite : "Le 4 juin 1643, il fit un si gros orage depuis Angoulême jusqu'à Bellac qu'il arrachât en tous endroits quantité d'arbres et surtout de noyers...". Ce serait ce jour là que la digue aurait cédé.
Deux Abbés, deux études, deux dates différentes... un autre document et une date irréfutable...

Pour conclure, Une légende prétend, qu'au moment de la rupture de la digue, un Chevalier aurait devancé le flot sur son destrier jusqu'à Montmorillon, afin d'avertir la population du risque d'inondation... N'étant pas cru, il aurait été jeté en prison, pris pour fou ! Mais, quelques heures plus tard, une partie de la ville aurait été détruite.... Ceci n'est qu'une légende colportée à travers les siècles.

Vous pourrez voir, à la fin de votre visite, l'exposition de photocopies de ces écrits (XIV CAZE - IX.) (III CAZE - III. Liasse PAGE 266) et aussi, les impôts dus métairie par métairie ...

  • Recherches effectuées par S. FRONTIER (2011-2013) Sources: Archives Départementales et commentaires d'anciens de la commune.

Patrimoine.png Patrimoine

Le château du seigneur de Saint-Pardoux

C'était avant 1599, François FAULCON, seigneur de Saint-Pardoux, Thouron, etc.. , voulant vendre sa terre de St-Pardoux à Monsieur de DOUHET, seigneur de Compreignac, fournit un dénombrement de ses biens dont le château de Saint-Pardoux (l'actuelle mairie est située, en partie, sur l'emplacement des douves) .

Le château est composé d'un donjon flanqué de trois tours où il y a des gardes en armes. Le logis neuf, fait dans la ceinture du donjon, compte six chambres, une salle, une cuisine, boulangerie, cave, grenier et écurie pour dix chevaux. Le tout étant entouré de fossés.

Au milieu de la basse-cour est un beau et bon puits.

La grande basse-cour comprend :

- Une grange de 100 pieds de long (32 m) et 32 pieds de large (10 m).
- Des étables de 100 pieds de long.
- Un petit logis de 40 pieds de long (13 m) où il y a une chambre et des étables à mettre moutons et pourceaux.
- Un jardin de 4 séterces et un autre de 1 séterce.
- Un bois de haute futaie, appelé "le parc", entouré d'une muraille et au bout une nagerie.

Le tout étant bordé par le grand étang et en dessous le petit où se trouve le lavoir. Depuis très longtemps les vestiges du château de Saint-Pardoux ont disparus.

Source : Archives départementales de la Haute-Vienne, III CAZE, III LIASSE.

Recherches effectuées par S. FRONTIER (2011-2013)


La digue de l'étang de la Gorce connu jusque là sous l'appellation de Lac des Moines de Grandmont

Tant d'années sont passées... je me souviens... Les moines de Grandmont auxquels on l'a attribué, n'y sont en rien responsables... C'est bien moi, Jean FAULCON, qui a fait construire cet étang à La Gorce, j'y possédais déjà métairie et moulin. Les étangs rapportaient bien et celui-là serait le plus grand, 400 arpents (180 de vos hectares) ! J'ai fait édifié, entre ces deux peux, une digue d'au moins 25 pieds de haut (8 de vos mètres), 75 pieds de large à sa base (24 mètres) et environ 450 pieds de longueur (130 à 140 mètres). Des dizaines d'hommes venaient des métairie alentours, chaque jour du levé au couché du soleil, à la petite saison (de l'automne au printemps). Ainsi me payaient-ils leurs impôts et diverses contributions. Les pioches, masses, barres à mine, burins, pelles... tintaient dans la carrière que j'ai fait percer, là-bas derrière la colline, afin de tailler le parement à l'eau. Les charrettes, tirées par des bœufs ou des vaches, roulaient la pierraille et la terre de comblement... et il en fallait des tombereaux ! Les gros blocs de granit avançaient sur des rondins de châtaignier à la sueur des hommes et au rythme lancinant des "han, han, han". Leurs plaintes me fatiguaient et les travaux n'avançaient pas assez vite à mon goût. J'ai dû, même, faire porter du vin pour leur donner plus de coeur à l'ouvrage. Bien m'en a pris, la digue s'est vite terminée et "festoyade" j'ai donnée lors de la mise en eau. Fête quelque peu perturbée par les cris et gesticules de quelques manants poursuivant une bête en folie. Ces pauvres paysans ne sachant s'y prendre, la vache se jette à l'eau nageant jusqu'au peux faisant face à la digue. Elle y restera durant les sept années qui se sont écoulées jusqu'à la première pêche... Etant gestante d'un mâle lors de sa fugue, elle sera ramenée à l'étable accompagnée de six autres bovins... Depuis ce jour, cette colline a été appelée "le peux des sept veaux".

Recherches effectuées par S. FRONTIER

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population - - - - - - - - - -
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population - - - - - - - - - -
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population - - - - - - - 711 633 497
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 465 482 466 513 552 614 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cfr : Cassini avant 2006, INSEE 2006 & 2011

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
Maurice LAPERAS 1940 - 1983 Conseiller général (1970-1976)  
Jean-Michel LARDILLIER 1983 - (2020)  
- -  

Source : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : - 87250 SAINT-PARDOUX

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références