80726 - Sancourt

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Sancourt
Blason Sancourt - 80726.png
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 80 - Blason - Somme.png    Somme
Métropole
Canton Blason Ham-80410.png   80-18   Ham

Blason Ham-80410.png   80-24   Ham (Ancien canton)

Code INSEE 80726
Code postal 80400
Population 317 habitants (1999)
Nom des habitants Sancourtois, Sancourtoises
Superficie 720 hectares
Densité 44 hab./km²
Altitude 57 m
Point culminant 82 m
Coordonnées
géographiques
49.773° / 3.038° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
80726-Sancourt-carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Sancourt, Cencourt sur une carte ancienne, est un village d'époque française, situé à environ 3 km de Ham, près de la route de cette ville à Péronne. Ce nom de lieu peut s'expliquer par deux systèmes d'étymologie : il serait composé des mois censùs curtis, village de la cense, métairie; ou bien son initiale aurait été formée de l'expression romane san, foin, et signifierait un pays où l'on récolte beaucoup de foin. Sancourt en effet, avait élevé ses habitations sur le bord des belles prairies qu'arrose la Germaine.

En 1048, Baudouin évêque de Noyon, accorda l'autel de Sancourt à l'abbaye de Saint-Eloi de Noyon.
L'église en 1844, vocable saint Médard, est un des plus anciens monuments de l'époque de transition : on en remarque tous les caractères dans l'architecture du portail et du clocher, dont la tour quadrangulaire et écrasée offre beaucoup de ressemblance avec celles des églises de Falvy, Pargny et Morchain. Les deux chapelles collatérales, dont l'une a conservé sa voûte en pierre, sont deux constructions plus récentes et enrichies de quelques ornements gothiques. L'intérieur renferme plusieurs chapiteaux fort intéressons; et au-dedans comme au-dehors, les murs portent les marques d'une ancienne consécration. Cet antique édifice est assez bien conservé.
Les gros décimateurs [1] étaient : l'abbé de St Eloi de Noyon et celui de Corbie, chacun pour un quart; l'abbé de N.-D. de Ham pour le reste. L'abbaye de Corbie avait obtenu cette portion de dîmes pour son échange avec celle d'Arrouaise, qui la possédait auparavant.
L'abbé de Saint-Éloi de Noyon nommait à la cure dont le revenu s'élevait à environ 1 000 livres. Elle fut desservie par MM. Claude Lardier, en 1670. — Ribaux en 1784. — Charles Flamant, de Brouchy, avant et après la Révolution- — Desgrains, ancien religieux de l'abbaye de Ham. — Hallo.
La seigneurie de Sancourt était partagée entre M. de Mont-Aigle et l'abbaye de Notre-Dame de Ham : on aperçoit ( en 1844) des traces de leurs armoiries aux murs de l'église du lieu. Sur la partie du domaine qui leur appartenait, les religieux de Ham avaient une jolie maison de campagne, qui était le but ordinaire de leurs promenades, pendant le cours de la belle saison.
Quelques feuilles détachées d'un ancien livre, qui traitait d'un siège d'Athies et des guerres de la province de Vermandois, faisaient mention d'une bataille sanglante, qui eut lieu dans la plaine de Sancourt sous le règne de Charles VI. Nous n'avons pu obtenir plus de renseignements sur cet ouvrage ni sur cette rencontre, où, disait l'auteur, près de 8 000 hommes avaient été tués. Il ne pourrait être ici question que d'un .combat, engagé entre les Bourguignons et les Français, lors du saccagement de la ville de Ham en 1411.

CUVILLY et Cuvilliers est le nom que portent quelques maisons, établies au nord-ouest de Sancourt, de l'autre côté de la rivière. Ce nom de lieu serait composé des mots villa, ville, villiers, maison des champs, et curtis, du village ou de la métairie principale.
VIEFVILLE, Viéville et Vieuxville, Vêtus villa, est une autre dépendance de Sancourt, laquelle, d'après son étymologie bien compréhensible, aurait une origine plus ancienne : ou pourrait même .supposer plus d'importance à ce pays, dans les siècles reculés.
Il avait son château et des seigneurs de son nom, qui furent assez distingués. Des 1170, parait Odon dela Vieux-ville qui donne l'autel de Séraucourt à la nouvelle abbaye de Fervacques. Il fit cette concession, sous l'aveu d'Yves de Nesle et de Philippe d'Alsace.
En 1401 Jeanne d'Amboise, dame de Nesle, permet la donation, faite à l'abbaye de S.'-Quentin-en-l'île. d'un fief mouvant d'elle à Vjeux-ville et Gauchy.
En 1413, Monstrelet cite le seigneur de la Viefville au nombre des principaux chevaliers, qui accompagnaient le duc Jean de Bourgogne : c'est sans doute le même qui était lieutenant du gouverneur général de Picardie en 1415.
En 1496, Jacques de la Viefville paraît comme doyen du chapitre de Noyon ; il devint ensuite vicaire général et official de l’évêque Guillaume de Marafin, et mourut le 2 septembre 1508. Vers cette époque, la seigneurie de Viefville et de Sancourt en partie était passée dans la maison de Bovelles, qui obtint dans la suite la terre de Bernes et le fief d'Ennemain. Cette maison a produit un des plus savants ecclésiastiques de son siècle : CHARLES DE BOVELLES.
La seigneurie de Viefville passa, dans les derniers temps, à la famille des comtes de Lignières, qui y réside encore aujourd'hui. Cette famille se distingua surtout dans la carrière des armes. Le capitaine de Lignières commandait la 10e compagnie des troupes préposées à la défense de Saint-Quentin, lors du siège de 1557 : en 1640 et 1658, était gouverneur de la même ville François des Essarts, marquis de Lignières, marié en secondes noces à Marguerite de Sorel.
Sancourt et ses dépendances étaient des baill. et élection de Saint-Quentin et de l'intendance d'Amiens [2].

Charles de Bovelles

CHARLES DE BOVELLES naquit, il est vrai, à Saint-Quentin, mais il appartenait aussi à Viefville et à Sancourt, dont il était seigneur. Étant devenu chanoine de St.-Quentin, puis de Noyon, il donna ces deux domaines à son neveu, père de Jean de Bovelles, qui épousa Élisabeth de l'Épinay le 16 janvier 1641.
Il est étonnant que l'histoire ne nous apprenne aucune des particularités de la vie de ce docte chanoine. Peu d'auteurs cependant ont eu une érudition aussi profonde, et des talents aussi variés: mais il n'est connu que sur le témoignage de ses contemporains, et surtout par les nombreux ouvrages de mathématiques, philosophie, théologie, médecine, morale, poésie, etc. qu'il a composés. Quelques uns de ces ouvrages ont été imprimés.

  • Ce sont plusieurs traités : de Intellect., avec dédicace à Francois de Halluin, évéque d'Amiens.
  • De Sensu et sept livres Quœstionum theologicarum, dédiés à Charles de Hangest, évêque de Noyon, dont il fit également l'épitaphe.
  • D'autres, sur le néant; de Arte oppositorum; de Generatione; de Sapiente; de XII numeris; sur les attributs de Dieu; de stptem œtatibus; de propriâ ratione; de Vitiis linguœ vulgaris; de Voto et libero arbitrio; etc., tous dédiés aussi à d'illustres personnages.
  • Des Conclusions théologiques. Une Vie de J.-C. Un commentaire sur l'évangile S. Jean et sur l'Oraison dominicale.
  • Des Eléments de physique.
  • Des Épîtres adressées à plusieurs savants de l'Europe, et d'autres opuscules que nous omettons.

Ses manuscrits furent transportés avec son corps dans la chartreuse de Mont-Regnault, près Noyon, à l'époque de sa mort arrivée vers 153o. Les principaux étaient : Tres libri de immortalitate animœ; Quartus de resurrectione; Liber de areâ peccali; Liber vitiorum; Liber de laude gentium; Liber de raplu Divi Pauli; et beaucoup d'autres ouvrages sur la physique et les mathématiques , qu'il serait trop long d'énumérer. Il est peu d'auteurs qui aient écrit autant que Charles de Bovelles; mais il a sans doute vérifié le proverbe: « Qui trop embrasse mal étreint , car il ne reste plus un seul de ces ouvrages volumineux, qui soit bien connu de nos jours.
Les Bovelles portaient pour écusson , de gueules au pal d'or à côté de deux vols de même; pour cimier, un casque surmonté d'un animal empassé de gueules; et pour support, deux sauvages couronnés de lauriers. [3]

19 mai 1940

Sancourt 80726 Plaque commémorative.jpg
Sancourt 80726 square.jpg

Le 19 mai 1940 plusieurs combattants du 140e régiment d'infanterie alpin périssent à Sancourt en tentant d'endiguer l'offensive allemande sur les rives de la Somme.
Le 140e régiment d'infanterie alpine appartient à la 3e division légère d'infanterie alpine destinée dans un premier temps à être envoyée en Norvège. L'attaque allemande, le 10 mai 1940, va annuler la mission initiale. La division, venant de Bretagne, est dirigée vers la Somme.
Le 17 mai 1940, le 140e R.I.A., débarque au Plessis-Belleville. Le 18 mai, Il est amené en autobus avec mission de border la Somme entre Canisy/Eppeville, à l'ouest de Ham, et Pargny/Béthencourt. La défense des ponts sur la Somme est primordiale. Les attaques allemandes y seront repoussées jusqu'au 7 juin suivant.

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint-Médard

Vue principale, photo Claude DEROLETZ


Église Saint-Médard

Sancourt 80276 eglise 3.jpg
Sancourt 80276 eglise 4.jpg

Église du XVIe siècle, elle fait partie des églises romanes du bord de somme, vocable saint Médard.
Elle a été restaurée après la première guerre mondiale, mais la partie basse jusqu’au niveau des vitraux est d’origine. La bénédiction de l’église restaurée et de la nouvelle cloche a eu lieu le 2 mai 1926.
Pour l’anecdote : on raconte qu’avant la destruction de 14/18 une personne ayant fait don des horloges du clocher, ne voulu que trois horloges, du coté orphelin habitaient des personnes que le donateur ne portait pas dans son cœur.
L’église avait le cœur et le transept de la première renaissance, la nef et les bas-coté dataient du XIIe siècle, la tour centrale datait du XIIe siècle assise sur la dernière travée de la nef.
Le mur primitif existe encore, le chœur et les chapelles datent du XVIe siècle, la fenêtre surmontant le portail est du XVIIIe siècle.


Héraldique

  • D'argent fretté de gueules.
Historique du blason sur le site l'Armorial des villes et villages de France.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : .... :
  • Arrondissement - 1801-.... : .... :
  • Canton - 1801-.... : .... :
  • Commune - 1801-.... : .... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Repère géographique.png Repères géographiques

  • La commune fait partie de la Communauté de Communes du Pays Hamois.
  • Sancourt est situé à 4 km de Ham, la commune est traversée par la Germaine affluent de la rivière Somme.

Localisation (aprés 2015)

80726 - Sancourt - carte administrative N.png



^ Sommaire

Tourisme et Gastronomie

la commune posséde un gite d'étape des chambres d'hôtes et une boutique de la ferme et de produits régionnaux.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 353 402 456 402 418 452 439 437 457 459
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 475 492 468 442 423 395 374 389 402 370
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 353 196 255 241 261 272 356 331 294 273
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 310 317 279 279 264 264 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Sancourt 80726 courbe de population.jpg

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
Mme CHAUWIN -  
Bernard DEMONCHY 2001 - 2014 Salarié de la DDE. Conseillé municipal en 1977. Vice-président de l'urbaniste à la Communauté de Communes du Pays Hamois (2008-2014). Ne se représentera pas en 2014. Décédé le 14 mai 2014, à l'âge de 62 ans.  
Christian VILBERT 2014 - (2020)  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Paul Louis Joseph DHENNIN -19/06/1890 - Dossier sur le site Léonore  
Marie Jules Edouard GAMBART 18/03/1839 - Dossier sur le site Léonore  
Henri Gustave Marie de LIGNIERES 04/10/1822 Dossier sur le site Léonore  
Hubert Joseph MAROTTE 22/02/1774 - Dossier sur le site léonore  
Benoît Paul Gabriel Stephane WATTIER 21/03/1867 -  


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - sur rdv - -
Après-midi - 17h30 à 19h - - sur rdv - -
Sancourt 80726 mairie.jpg

Mairie
Adresse : 8, rue de l'Église - 80400 SANCOURT

Tél : 03 23 81 10 26 - Fax : 03 23 81 10 26

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 49.773° / 3.038° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



^ Sommaire