80677 - Roisel

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Roisel
Blason Roisel-80677.png
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 80 - Blason - Somme.png    Somme
Métropole -
Canton Blason Péronne- 80620.png   80-20   Péronne

Blason Roisel-80677.png   80-36   Roisel (Ancien canton)

Code INSEE 80677
Code postal 80240
Population 1 756 habitants (2011)
Nom des habitants Roiseliens, Roiseliennes
Superficie 1 016 hectares
Densité 172 hab./km²
Altitude Mini : 67 m
Point culminant 142 m
Coordonnées
géographiques
° / 3.097903° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
80677 - Carte administrative - Roisel.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Repère géographique.png Repères géographiques

Associé à la Communauté de Communes du Canton de Roisel entre le 30 décembre 1994 et le 31 décembre 2012

Associé à la Communauté de Communes Haute Somme à partir du 31 décembre 2012


Localisation (aprés 2015)

80677 - Roisel carte administrative N.png


HHistoire.pngistoire de la commune

XVIIIe siècle

Entre 1790 et 1794, Roisel absorbe définitivement Certemont et Nobescourt.

Petites histoires de la Révolution

Paysan.JPG

Le 6 juin 1791, CAMUS, ex Prémontré demeurant à Epehy, est nommé curé. Le 23 juillet 1791, une enquête est menée sur les troubles occasionnés par la diversité religieuse. Le 20 juin 1792, le revenu d'une année de fondation est partagé entre LECREUX, ex cuté déporté, pour 5 mois et 18 jours, et CAMUS, curé du village, pour 6 mois et 12 jours. Le 23 juillet 1794, une estimation est faite des instruments de serrurerie laissés par LECREUX. Le 16 novembre, Il est constaté que CAMUS, qui n'est plus curé de la commune, conserve indument les miroirs, canons de la messe et tableaux de l'église.
Le 3 août 1791, le Conseil de District accorde un avis favorable à la tenue d'un marché franc le 22 de chaque mois. Cette décision est prise compte tenu de l'éloignement des autres foires, de la population, et de la situation avantageuse pour un champ de foire.
Le 26 octobre 1791, Florentin GORLIER est chargé du transport à la Monnaie de Lille de 619 kg de cuivre provenant des églises.
Le 16 décembre 1791, Nicolas ROGER, garde des avenues et voiries, perçoit ses gages.
Le 8 mars 1792, une contestation nait au sujet des arbres plantés sur le chemin qui mène de Roisel à Hamelet suit à la vente d'un bien national acquis par Jean Patrice HOCQUET demeurant à Nobescourt.
Le 2 juin 1792, une estimation est faite de la dîme inféodée aux terroirs de Roisel et Bernes. Une grange appartenant à GAUDEFROY, médecin à Péronne fait également l'objet d'une estimation.
Le 26 octobre 1793, Jean Louis MAROTTE est déclaré ne pouvoir être compris dans aucune levée militaire compte tenu qu'il n'a que 15 ans.
Le 2 novembre 1793, François THIERY, voiturier, est libéré de son emprisonnement.
Le 9 décembre 1793, Charles Antoine BUCOURT perçoit une indemnité de 800 livres pour la perte d'un chariot sur la place de Péronne. En effet, le 4 octobre, il y a conduit son chariot avec quatre chevaux. Il a attendu toute la journée. Le lendemain, il a été requis avec ses chevaux pour mener des caissons à Saint-Quentin, et de là, à Guise. Lorsqu'il est revenu, son chariot avait disparu.
Le 24 janvier 1794, une vente d'arbres provenant des propriétés de Louis CLEREMBAULT est organisée pour subvenir au besoin de bois de chauffage des indigents de la commune.
Le 8 mars 1794, Romain FLAMANT est excepté des levées militaires pour cause d'infirmité. Un certificat lui est délivré par GODEFROY, médecin à Péronne, et BOUILLET, chirurgien de Roisel.
Le 9 mars 1794, le Ministère recommande à la commune François TROCME. Ce centenaire avait deux fils au service de la République qui sont morts pour la défense de la liberté.
Le 8 avril 1794, il est décidé qu'André NOBECOURT, cultivateur tantôt à Bouchavesnes, tantôt à Roisel, ne pourra être réquisitionné que pour deux chevaux à Bouchavesnes et trois autres à Roisel.
Le 7 juin 1794, la municipalité paie son salaire à Pierre Louis SURMAY.
Le 24 août 1794, Le fils de Pierre Louis CUSVALLE, demeurant à Villers faucon obtient l'accord de se pourvoir contre la municipalité pour défaut de culture de ses terres.
Le 8 novembre 1794, la municipalité doit remplacer cinq chevaux réquisitionnés qui ont été réformés à Abbeville.
Le 5 janvier 1795, une aide est apportée pour la subsistance des habitants.
Le 3 avril 1795, la municipalité dénonce une déclaration favorable faite à un particulier par la municipalité de Guyencourt. Le District lui répond qu'il est de principe de faire confiance aux déclarations des municipalités même s'il est possible qu'elles soient empreintes de partialité.
Le 6 avril 1795, ordre est donné à la municipalité de compléter l'arriéré pour la levée du 25e cheval sous peine d'envoi de la force armée.
Le 2 juillet 1795, le District envoie un homme de confiance au commissaire des guerres pour attester que la commune a fourni un attelage de quatre chevaux conduit par François CHAPUY, charretier savoyard. Le même jour, ce dernier est placé en garde à vue pour n'avoir pas rendu compte à la municipalité ni du loyer des chevaux et voitures, ni présenté aucun procès verbal attestant soit la prise des chevaux par l'ennemi, soit la mort. Le 14 novembre, un procès verbal est produit constatant la mort d'un cheval.
Le 31 juillet 1795, Le District désigne comme garde messier (gardien de récolte) sur proposition de la commune Louis SERY et Jean Pierre SERY.
Le 9 septembre 1795, la municipalité de Cartigny demande un chariot qu'elle a fourni au parc.
Le 24 mars 1795, l'acte de vente par adjudication fait le 11 mars 1791 par Jean Patrice HOCQUET au profit d'Adrien CRAMPON est rectifié.

XXe siècle

Lors de la Première Guerre mondiale, Roisel est annéanti en totalité. La commune est située en zone d'occupation allemande. Elle est administrée par deux "kommandantur", nord et sud. Un certain Hermann est le secrétaire de l'une d'entre elles. Les autorités allemandes ordonnent la réquisition générale du cuivre et du zinc.

Un soir, d'octobre 1916, un avion français vient bombarder Roisel. Les troupes allemandes assistent alors à une projection au cinéma "Kino". L'attaque fait 70 morts et une centaine de blessés dans les rangs de l'armée d'occupation.

Avant l'offensive, l'armée allemande évacue à Tincourt Boucly le 4 mars 1917 208 habitants de Roisel. Les troupes anglaises entrent dans Roisel le 20 mars. Elles en sont délogées le 23 mars, avant de reconquérir la commune définitivement le 25 mars. La position présente l'intérêt stratégique de se trouver à l'embranchement ferroviaire dont les voies conduisent vers Péronne, Saint Quentin et Cambrai.

L'armée allemande démolit et incendie les bâtiments qui sont encore debout suite aux combats. Selon Maurice THIERY, elle ravage également les arbres fruitiers et le matériel agricole avant son départ.

Source : Les crimes allemands dans la Picardie dévastée.

Blason de Roisel Héraldique

  • Blason d'azur au buste de Saint Fursy, évêque, auréolé, tenant dans sa dextre une crosse et cantonné, en chef, de deux fleurs de lys et, en pointe, de deux rencontres de bœuf, le tout d'or.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2018 : Somme
  • Arrondissement - 1801-2018 : Péronne
  • Canton - 1801-2015 : Roisel, 2015-2018 : Péronne

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :


  • La commune absorbe, entre 1790 et 1794, les territoires des anciennes communes Certemont et Nobescourt.

Décorations

Croix de guerre 1914-1918 le 27 octobre 1920.

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint-Martin

Vue principale, photo Claude DEROLETZ

Village en partie détruit pendant la première Guerre Mondiale. Église reconstruite après 1918. (Source : « La Somme les 783 communes » de Daniel DELATTRE).



Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 204 1 122 1 203 1 225 1 511 1 586 1 591 1 675 1 660 1 715
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 768 1 800 1 905 1 964 1 867 1 722 1 668 1 758 1 744 1 796
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 796 1 418 1 745 1 808 1 711 1 570 1 625 1 843 1 908 1 846
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 1 976 1 960 1 929 1 835 1 756 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015.

Recensements 80 ROISEL.jpg

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Source carte postale : Archives départementales de la Somme

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean Patrice HOCQUET 1803 - 1812  
- -  
Pierre Michel DEVRAINNE 1830 - 1840 Maire au moins durant la période indiquée. Né le 27 août 1779.  
Nicolas Emmanuel Quentin CAILLEAUX 1839 - 1842  
Modeste Laurent Désiré HOCQUET 1842 - 1848  
Jean Pierre Désiré DEVRAINNE 1848 - 1853  
Isidore Théophile LEFORT 1853 - 1859  
Maxime BAUDRÉ 1860 - 1863  
Pierre Joseph Charles COUTTE (1828-1880) 1863 - 1880 Propriétaire. Cultivateur. Décédé au cours de son mandat le 29 novembre 1880, à l'âge de 52 ans et demi  
Charles Édouard DEVRAINNE 1881 - 1892  
Désiré Prosper MAROTTE 1892 - (1902)  
- -  
Maurice VALETTE 1965 - 1977 Directeur administratif. Palmes Académiques. Mérite Agricole. Décédé le 15 février 2013, dans sa 86e année  
Max LAMBERT 1977 - 1989 Chef d'entreprise spécialisé dans les vêtements professionnels. Conseiller municipal 1965-1971  
- -  
Michel BOULOGNE 2001 - 2014 Instituteur, conseiller municipal (1983), conseiller général de Roisel (1992 - ...), vice-président en 2008). Réélu en 2008.  
Philippe VASSANT 2014 - (2020)  
Michel BOULOGNE
Maire de Roisel

Source : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
LECREUX - 1791 Curé déporté pour n'avoir pas prêté serment à la République.  
CAMUS 1791 - 1794 Ex Prémontré.  
- -  
Patrick DERVILLE 2014 - ... Curé des paroisses de Saint Jean-Baptiste (Péronne), Saint-Joseph (Moislains, Combles), Notre-Dame de Moyenpont (Roisel). Nommés 1er septembre 2014 à Saint Jean-Baptiste (Péronne) avec messieurs les abbés Jean BANG et Jean-Paul BOUVIER, ce dernier est nommé le 1er septembre 2016, Curé de la paroisse Notre-Dame (Nesle). En remplacement c'est le Père Bruno-Clément SAKNDE dit "Père Bruno" venant de Ouagadougou (Burkina-Faso) pour 3 ans  
- -  


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
- - -  
- - -  
- - -  

Source : Liste des médaillés de la Légion d'honneur sur le site Léonore du ministère de la culture

Onze personnes nées dans la commune ont été décorées de la Légion d'honneur.

  • Auguste Théodore JAMART, né le 12 décembre 1785.
  • Joseph Firmin SERY, né le 6 avril 1823. Sergent-major de la Compagnie de sous officiers vétérans caserné à Bar-le Duc, il est décoré de la Médaille militaire. Il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur en 1864 au terme de neuf campagnes et vingt ans de service effectif.
  • Jean DURIEUX est né le 22 avril 1827. En 1870, il demeure à Paris où il exerce la profession de médecin et maître en pharmacie. Il s'illustre durant le siège de la capitale en portant secours gratuitement aux soldats et aux civils sous les bombardements, recevant une blessure au pied qui va l'handicaper pour la marche. Les témoignages de sa bravoure et de son dévouement sont nombreux. Pour son attitude, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur le 15 octobre 1871. Il meurt le 20 juin 1874.
  • François Eugène de SAINT GERMAIN, né le 5 avril 1830.
  • Ferdinand Henri Oscar ISARAEL, né le 21 juin 1872.
  • Paul Henri ELOY, né le 13 avril 1873.
  • Charles Henri DORVILLE, né le 9 mai 1875, est l'enfant de Charles Henri DORVILLE et de Laurence Léontine DINE, tous deux tisseurs. À sa naissance, son père est soldat au 114e Régiment de ligne. C'est peut-être un signe qui détermine son entrée dans la carrière militaire le 9 mai 1893, jour de son de son 18e anniversaire, au rang de soldat de 2e classe au 178e Régiment d'Infanterie. Il prend rapidement du galon : caporal le 10 novembre 1893 ; sergent 28 juin 1894. Il entre à l'École Militaire d'Infanterie dont il ressort officier le 12 avril 1898. Il rejoint le 80e Régiment d'Infanterie avec le grade de sous lieutenant le 1er avril 1899, qu'il sert en tant que lieutenant à partir du 1er avril 1901. Nommé capitaine le 24 juin 1913, il est affecté au 100e Régiment d'Infanterie. Le 10 février 1919, il arrive au 40e Régiment d'Infanterie toujours au grade de capitaine. À cette époque, son père est décédé et sa mère vit désormais à Tours. Ce militaire d'1,70 m, brun aux yeux marrons, a aussi épousé une jeune femme de Tulle le 10 décembre 1900 : Marthe Marguerite PONVIEU. Dès le début de la Première Guerre mondiale, il est fait prisonnier le 2 septembre 1914 par les troupes allemandes. Il retrouve la liberté le 6 juillet 1918. Il a reçu la médaille de Chevalier de la Légion d'honneur le 31 janvier 1920. Il meurt le 15 janvier 1925.
  • Léon Édouard DINE, né le 1er juin 1878.
  • Léon ROBIDA, né le 27 mai 1881.
  • Raoul Alfred Émile MOLHANT, né le 30 avril 1888. Chirurgien dentiste à Roisel.
  • Fernand Cyriaque Théodore DELARUE, né le 27 septembre 1890.

Trois natifs de Roisel sont morts en déportation.

  • Auguste Charles Eloy GAUDFROY né à Roisel le 24 mars 1906, décédé le 5 mars 1945 à Buchenwald (Allemagne). Par arrêté en date du 9 septembre 1992, il est décidé d'apposer la mention "Mort en déportation" sur l'acte de décès.
  • Simon Charles Aubun Pierre DEVRAINE né à Roisel le 18 février 1908, décédé le 7 février 1945 à Langestein (Allemagne). Par arrêté en date du 29 août 1988, il est décidé d'apposer la mention "Mort en déportation" sur l'acte de décès.
  • Jean Robert Honoré GELE né à Roisel le 29 mai 1922, décédé en avril 1945 en Allemagne. Par arrêté en date du 4 novembre 1992, il est décidé d'apposer la mention "Mort en déportation" sur l'acte de décès.


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h-12h 8h-12h 8h-12h 8h-12h 8h-12h 9h-12h -
Après-midi 14h-18h 14h-18h 14h-18h 14h-18h 14h-17h - -
Mairie de Roisel (80).JPG

Mairie
Adresse : 1 bis, place du Général Leclerc - 80240 ROISEL

Tél : 03 22 86 60 34 - Fax : 03 22 86 73 55

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 49.946622° / 3.097903° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire-mairie, L'annuaire Service Public (06/2014)

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Roisel et ses environs
  Roisel et son canton - Tome III
  Histoire du bourg et du canton de Roisel
  Roisel et son canton - Tome I

  • Inventaire sommaire de la série L. Tome II. Registres des districts - Archives Départementales de la Somme - J. ESTIENNE
  • La guerre en 1917. Les crimes allemands dans la Picardie dévastée - Maurice THIERY - Editions E. de Boccard - Paris - 1918

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références