80620 - Péronne

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Péronne
Blason Péronne- 80620.png
Médaille - Légion d'honneur.png Croix de Guerre 39-45.jpg
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 80 - Blason - Somme.png    Somme
Métropole
Canton Blason Péronne- 80620.png   80-20   Péronne

Blason Péronne- 80620.png   80-33   Péronne (Ancien canton)

Code INSEE 80620
Code postal 80200
Population 7 702 habitants (2013)
Nom des habitants Péronnais, Péronnaises
Superficie 1 416 hectares
Densité 543 hab./km²
Altitude Mini : 47 m
Point culminant 117 m
Coordonnées
géographiques
49.932222° / 2.936388° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
80620 - Péronne carte administrative .png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • 923: Charles III est fait prisonnier par Herbert II de Vermandois, qui avait sa confiance. Il finira ses jours en captivité dans la tour de Péronne (929).
  • 1468 : Louis XI signe à Péronne un traité avec Charles le Téméraire.

Héraldique

Armes Péronne-80620.png

Pour conserver le souvenir de la résistance glorieuse de ses habitants au mois d'août 1535 contre les Impériaux de Charles Quint, François 1er autorisa la ville de Péronne à surmonter d'une couronne la lettre P qu'elle avait précédemment dans ses armes et à illustrer de fleurs de lys d'or le champ d'azur de son écu. Il lui donna pour devise la légende : "Urbs nescia vinci" (Ville qui ignore la défaite), pour support deux chiens griffons, symbole de la fidélité, et pour cimier, une jeune fille tenant de la main droite au-dessus de sa tête un sabre nu recourbé.

Source : Mémoire de la Société des Antiquaires de Picardie - Tome XIX - page 60.

Les armoiries se lisent : D'azur aux trois fleurs de lis d'or, à la lettre P capitale couronnée du même en abîme.

XVIIIe siècle

Fête de la Vérité et de la Raison

Le 2 frimaire an II (22 novembre 1793), le conseil général considérant qu'il est du devoir d'une administration républicaine de consacrer un temple à la Raison arrête que l'église de Saint-Fursy sera évacuée de tous les instruments du fanatisme et qu'elle sera consacrée à la Raison et à la Vérité. Cette consécration solennelle est célébrée par une fête civique et républicaine le 10 frimaire (30 novembre).

À 1 h, réunion des groupes du cortège à l'église Saint-Sauveur. Inscriptions des bannières portées par les groupes :

  • 1er groupe (tambours, musique et un peloton de la garde nationale) "Le peuple est debout, il écrase les tyrans et le fanatisme".
  • 2e groupe (femmes mariées vêtues de blanc et ornées de rubans tricolores) "Nous élèverons nos enfants dans la haine des rois, de l'aristocratie et des prêtres".
  • 3e groupe (jeunes citoyennes non mariées vêtues de blanc) "Nous ne nous marierons qu'à l'autel de la patrie, et nous n'épouserons que ceux qui auront concouru à sa défense".
  • 4e groupe (jeunes citoyens armés de piques) "Patience, nous vengerons nos frères".
  • 5e groupe (DUMONT et DUQUESNOY, représentants du peuple, le District, le conseil général de la commune, et les députés des communes du district, précédés de deux gendarmes nationaux à pied) "Peuple, tu nous as confié tes intérêts, nous jurons de les défendre".
  • 6e groupe (les juges précédés aussi de deux gendarmes) "Aussi juste que l'équilibre".
  • 7e groupe (vieillards des deux sexes) "Nous voyons l'aurore du bonheur".
  • 8e groupe (la société populaire et, au milieu d'elle, une femme représentant la Raison, coiffée du bonnet de la Liberté, portée par 8 hommes sur un char modestement orné) "Guerre aux châteaux, paix aux chaumières, mépris des prêtres et surveillance pour le peuple".

Le cortège se rend sur la place, au milieu de laquelle est érigée une montagne couverte de gazon, ayant à sa cime l'arbre de la liberté. Des deux côtés sur l'élévation sont deux bûchers, le premier composé des confessionnaux, des lettres de prêtrise et d’emblèmes de la superstition, le second de titres de noblesse, de chevalerie de féodalité, etc. Arrivé au sommet de la montagne, une salve d'artillerie se fait entendre, la déesse de la Raison tenant de la main gauche le livre de la Loi, et foule aux pieds les productions du Marais et du fanatisme. Deux jeunes citoyennes lui placent sur la tête une couronne de chêne. Elle en remet une à chacun des représentants du peuple qu'ils reçoivent pour la Convention nationale aux applaudissements des spectateurs et aux cris mille fois répétés de "Vive la Convention, vive la Montagne !" Embrasement des bûchers. Pendant ce temps la déesse chante des couplets en l'honneur de la Montagne. Discours du président de la société populaire. Le cortège dirige ensuite sa marche vers le temple de la Raison en chantant des hymnes patriotiques. Arrivé en face du grand portail, on voit s'élever aux acclamations d'un peuple immense et au bruit de l'artillerie l'arbre de la Fraternité, de l'Humanité et de la Raison.

  • Inscriptions dans l'intérieur du temple : "Le fanatisme est détruit, la vérité triomphe, la féodalité et les privilèges sont anéantis, l'égalité règne".
  • Sur le pilier du parvis : "L'imposture a disparu, l'égalité reste".
  • Sur le principal autel : "La vérité et la raison".
  • Au dessous : "La république une et indivisible, l'égalité, la fraternité, la liberté ou la mort".
  • Sur un vase placé sur le principal autel : "Soulagement des pauvres".
  • Sur le premier autel de côté : "A PELLETIER et MARAT, assassinés pour avoir voté la mort du tyran et défendu le peuple, la patrie reconnaissante".
  • Sur le second autel de côté : "L'immortel BEAUREPAIRE préfère se donner la mort à trahir ses devoirs".
  • Derrière le principal autel, une pyramide destinée à recevoir le buste de Jean-Jacques ROUSSEAU avec cette inscription : "Au précurseur de la Vérité et de la Raison salut".

Le cortège entré dans le temple, un citoyen et une citoyenne approchent de l'autel et l'acte de leur mariage y est dressé et signé. Les deux représentants du peuple donnent le baiser fraternel à la jeune épouse. Discours d'André DUMONT. Il rappelle successivement aux différents groupes les devoirs que leur imposent les inscriptions dont ils sont précédés. Discours du procureur syndic. Retour à l'église Saint-Sauveur. La journée se termine par des danses et des jeux.

Source : Archives départementales de la Somme - Inventaire sommaire.

Lettre au Comité de Salut Public au sujet de la disette

En fructidor an III (août 1795), le Comité de Salut Public demande au District de Péronne d'envoyer 900 quintaux de blé. Le conseil général lui écrit le 10 fructidor (27 août).

Depuis 5 mois et plus, les citoyens de ce district sont livrés aux angoisses de la plus affreuse disette. Épuisés par les réquisitions, les achats du gouvernement et des départements frontière, ils n'ont vécu que d'avoine, de son et d'herbes. Les plus aisés n'ont pu se procurer qu'un pain d'orge ou d'avoine mêlé à très peu de froment. Des mouvements séditieux, quelques pillages même de grains destinés pour Paris ont été la suite de la faim pressante des citoyens de plusieurs communes. La moisson offre maintenant des ressources aux habitants des campagnes, mais ceux des villes sont toujours en proie à la disette la plus affreuse. Ils sont sans pain et ne peuvent atteindre aux prix excessifs que les premiers grains récoltés se vendent. Un rassemblement assez considérable s'est formé dans la matinée du 7 (24 août) ; il s'est porté à la municipalité, de là au district. Les cris : du pain, du pain, se sont fait entendre. Les autorités constituées ont harangué le peuple. Il a d'abord écouté tranquillement les paroles de paix que lui portaient ces autorités, dans l'espoir d'avoir du pain dans la journée. Mais, lorsqu’il entendit qu'il était impossible de détourner un grain du magasin, ils se sont permis des menaces et des propos violents. Le district a donné sa réquisition au commandant de la place pour dissiper l'attroupement et faire la garde du magasin. Le reste de la journée, celle d'hier et d'aujourd'hui se sont passées tranquillement. Mais la cause du mal subsiste toujours. Nous ne pouvons calculer les malheurs qui peuvent en résulter si le peuple n'est secouru. L'arrêté du Comité de Salut Public du 4 germinal (24 mars) sur la réquisition du 10e des grains pour l'armée et Paris en assurait aux citoyens le remplacement en nature, lors de l'arrivée des grains de l'étranger. Les représentants en mission ont eux-mêmes garanti, sous la foi nationale, l'exécution de cette promesse. Vous ne laisserez point périr de faim des citoyens qui, confiants en leurs représentants et en l'arrêté du Comité de Salut Public, se sont dépouillés des grains qui étaient nécessaires à leur subsistance pour venir au secours de leurs frères de Paris et des armées qu'on leur peignait très pressants.

Source : Archives départementales de la Somme - Inventaire sommaire.

Le moulin de Damay

Situé sur la RD1017, à l'entrée de la ville de Péronne, faubourg de Paris, rue Saint-Fursy. Ce moulin à farine doit son nom à son propriétaire M. Damay qui l'exploita à partir de 1870. Une roue Sagebien de 8 mètres de diamètre et 4 mètres de largeur actionnait le système. Entre 1921 et 1928, il est transformé en minoterie dite Grands Moulins de Péronne. Son activité cessera en 1962.

Décorations

Croix de guerre 1914-1918 le 24 août 1919
Croix de guerre 1939-1945 le 11 novembre 1948. Étoile mais sans précision
Légion d'honneur le 3 octobre 1913

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Somme
  • Arrondissement - 1801-2019 : Péronne
  • Canton - 1801-2019 : Péronne

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :


  • Péronne absorbe, en 1963, l'ancienne commune Mont-Saint-Quentin, puis absorbe, en 1965, l'ancienne commune Sainte-Radegonde.

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint-Jean-Baptiste

Vue principale, photo Claude DEROLETZ

Église Saint-Jean-Baptiste conservant la façade et les porches du XVIe siècle. Le reste restauré après 1918. (Source : « La Somme les 783 communes » de Daniel DELATTRE)


Église Sainte-Radegonde (Sainte-Radegonde)

Vue principale, photo Claude DEROLETZ

Ancienne commune rattachée à Péronne. Église reconstruite après 1918. (Radegonde, fille du roi de Thuringe, mariée contre son gré à Clotaire, fils de Clovis, devint Reine des Francs en 538. elle fut plus Sainte que Reine)


Chapelle Notre-Dame-des-Victoires (Halles)

Vue principale, photo Claude DEROLETZ


Repère géographique.png Repères géographiques

Associé à la Communauté de Communes Haute Somme à partir du 31 décembre 2012

Localisation (aprés 2015)

80620 - Péronne carte administrative N.png


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 3 680 3 706 3 634 3 707 3 802 4 119 4 132 4 294 4 887 4 437
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 4 445 4 262 4 174 4 370 4 696 4 759 4 746 4 816 4 661 4 525
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 4 691 3 185 4 314 4 289 4 346 4 012 4 446 5 081 7 146 8 568
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 9 129 8 497 8 380 8 218 7 796 7 628 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cfr : Cassini avant 2006, INSEE 2006, INSEE 2006, 2011 & 2013.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

Naissances :

  • Pierre DUMARCHEY, écrivain sous le nom de Pierre MAC ORLAN, né le 26 février 1882, décédé à Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne) le 27 juin 1970
  • Jean DELPAS, jeune marin brestois participe avec son unité à la défense de Péronne en 1870-1871. Tué à sa pièce d'artillerie par les Prussiens, il est adopté par les Péronnais qui font de lui le témoin d'un siège cruel de 9 jours. Détruite en 1914-1918, sa statue de bronze sera remplacée par une statue de pierre en 1933, œuvre du sculpteur Albert Roze.

(Source : Office de tourisme de Péronne)

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Antoine LOUVEL 1643 - Seigneur de Fontaine.  
- -  
Jean Baptiste Joseph HIVER (père) 1792 - 1793 Avocat à Paris à l'époque de la Révolution, avocat à Péronne à partir de 1792.  
Antoine DEHAUSSY 1793 - 1800  
Marie François RABACHE-DUQUESNOY 17 février 1800 - août 1811 Ancien avocat à Péronne. Substitut (1811-1829) puis juge d’instruction (1829-1834) au tribunal de première instance de Péronne. Il quitte ses fonctions de maire en août 1811 car il est "appelé aux fonctions de substitut du procureur impérial au tribunal de première instance de Péronne".
(note, 3 M 65).  
Jean Charles François de BOUTEVILLE AÎNÉ août 1811 - 16 juin 1814 Démissionnaire. Officier dans le génie militaire. Propriétaire à Péronne. Président de la cour impériale à Amiens. Capitaine dans la garde nationale. Conseiller d'arrondissement de Péronne (9 mai 1816-11 juin 1823). Conseiller général de Péronne (14 mai 1823-1832).  
Jean Baptiste Joseph HIVER (père) 16 juin 1814 - 18 mai 1815 Conseiller d'arrondissement de Péronne (9 mai 1816-1830). Chevalier de la Légion d'honneur en 1815.  
Charles Armand Fidèle DÉLEVACQUE 18 mai 1815 - 26 juin 1815 Propriétaire à Péronne. Conseiller d'arrondissement de Péronne (7 décembre 1830-1831, décédé au cours de son mandat le 25 mai 1831).  
Jean Baptiste Joseph HIVER (père) 26 juin 1815 - 16 août 1817 Hiver (père) démissionne de son poste de maire le 16 août 1817 sur "invitation" du préfet qui, dans un rapport adressé au sous-préfet le 10 août 1817, indique avoir remarqué "un relâchement fâcheux sur presque toutes les parties" de l'administration de la ville de Péronne".  
François Frédéric ROSSIGNOL (père) 22 aout 1817 - décembre 1818 Premier adjoint, est nommé maire provisoire par arrêté du 22 août 1817. Notaire à Péronne. Propriétaire, domicilié à Péronne. Puis Auguste Gonnet et Charles Larcher, 2e adjoint, lui succèdent brièvement en novembre et décembre 1818.  
Edmond François Joseph HIVER (fils) 30 décembre 1818 - décembre 1834 (démissionnaire). Avocat à Péronne. Propriétaire. Capitaine de la garde nationale. Conseiller d'arrondissement de Péronne (7 décembre 1830-12 mai 1832). Conseiller général nommé (5 novembre 1831-1833). Conseiller général élu de Nesle et de Ham réunis (1833-1848). Président du conseil général (1838 et 1840). Chevalier de la Légion d'honneur.
Edmond Hiver, fils de l'ancien maire, est nommé maire de Péronne. Le ministre de l'Intérieur adresse le 22 décembre 1818 au préfet une lettre dans laquelle il indique : "Je pense qu'il y a lieu de nommer à la mairie de Péronne M. Edmond Hiver. Vous aurez soin de veiller à ce que l'ancien maire n'exerce pas sur son fils une influence qui pourrait nuire au succès de son administration."
(note du ministre de l'Intérieur en 1818, 3 M161).  
Claude François Auguste GONNET 10 décembre 1834 - 28 mai 1838  
Jean-Baptiste Alexandre DUFOSSÉ 28 mai 1838 - 26 octobre 1846 Ancien inspecteur de l'enregistrement. Ancien officier de la garde nationale.  
Claude François Auguste GONNET 26 octobre 1846 - 4 mars 1848 Avoué à Péronne. Membre du bureau de bienfaisance. Conseiller d'arrondissement de Péronne, canton de Péronne (24 novembre 1833-4 décembre 1836). Conseiller général de Péronne (1836-1848). Président du conseil général en 1843.  
Dominique François de Paule NAUDÉ 5 mars 1848 - 9 septembre 1848 Avocat, assermenté le 14 août 1806. Juge auditeur (1811-1819), juge titulaire (1819), juge d'instruction (1819-1829) puis à nouveau juge (1829-1841) au tribunal de Péronne. Conseiller général de Péronne (1848-1855). Membre du conseille municipale le 15 janvier 1829. Adjoint au maire de Péronne en 1815.  
Eugène Jean-Baptiste CORDIER 10 septembre 1848 - 31 octobre 1851 (démissionnaire). Avocat à Péronne. Légion d'honneur.  
Dominique François de Paule NAUDÉ 1er novembre 1851 - octobre 1852 Chevalier de la Légion d'honneur.  
Frédéric Adolphe ROSSIGNOL (fils) 23 octobre 1852 - 16 juillet 1858 (démissionnaire). Notaire à Péronne. Propriétaire, domicilié à Péronne. Conseiller général de Péronne (1855-1860, décédé au cours de son mandat le 25 juillet 1860, à l'âge de 61 ans).  
Alexandre Hyacinthe VILLEMANT 26 juin 1858 - 15 novembre 1870 Avocat puis avoué. Propriétaire. Conseiller général de Péronne (1860-1895). Chevalier de la Légion d'honneur.  
Joseph Théophile FOURNIER 16 septembre 1870 - 17 avril 1871 Maire provisoire (nomination comme maire de la commission municipale provisoire de Péronne).  
Alexandre Hyacinthe VILLEMANT 20 avril 1871 - 13 novembre 1872 (démissionnaire par courrier du 23 novembre 1872).  
Charles Marie MARCHANDISE 22 novembre 1872 - 11 février 1874 Notaire à Péronne. Conseiller municipal (1865-1871). Adjoint au maire (1871-1872, 1874). Maire de Péronne par intérim. Chevalier de la Légion d'honneur.  
Charles Alfred DANICOURT 12 février 1874 - février 1878 Ancien avoué. Propriétaire à Péronne.  
Louis Marie Ernest CADOT 26 février 1878 - 10 juillet 1880 Démissionnaire. Avocat à Péronne. Député (1879-1881) - Photo  
Henri Désiré DAUDRÉ 15 septembre 1880 - mai 1881 Négociant à Péronne.  
Charles Alfred DANICOURT 11 mai 1881 - 6 décembre 1883 Démissionnaire.  
Louis Marie Ernest CADOT 6 décembre 1883 - 1888 (démissionnaire par courrier du 23 décembre 1885, mais réélu le 14 janvier 1886). Député (1879-1881) - Photo  
Gondrand GONNET 20 mai 1888 - 6 octobre 1894 Propriétaire à Péronne. Député (1889-1893). Officier de la Légion d'honneur.  
Gustave TRANNOY 7 octobre 1894 - 17 mai 1896 Avoué à Épernay (Marne) en 1866, ville dont il devint maire en 1872. Avocat au barreau de Péronne en 1879. Député (1893-1905). Sénateur (1905-1907, décédé au cours de son mandat le 24 mai 1907, à l'âge de 70 ans). Conseiller municipal en 1880, adjoint au maire (1880-1885).  
Auguste Edmond LEMAIRE-QUÉDÉ 17 mai 1896 - 5 janvier 1901 (démissionnaire). Propriétaire  
Louis Raimont Augustin COLOMBIER 6 janvier 1901 - 17 mai 1908 Ancien notaire. Banquier à Péronne.  
Charles BOULANGER 17 mai 1908 - 26 août 1914 Docteur en médecine à Péronne (1892-1928). Médecin de l'hôpital-hospice, de l'assistance médicale gratuite et des enfants assistés et du service sanitaire. Médecin légiste et médecin vaccinateur. Inspecteur des enfants du premier âge. Conseiller général de Péronne (juillet 1907-février 1928). Conseiller municipal (1896-1928), adjoint au maire (1896-1908). Officier de la Légion d'honneur.
Il fut révoqué par décret du 22 septembre 1914 pour avoir, en tant que maire de Péronne et médecin de l'hôpital, "abandonné ses deux fonctions devant l'ennemi au moment où sa présence était la plus nécessaire à ses administrés, aux malades et aux blessés."
(note, 3 M 1510).  
Alphonse LINÉ 28 août 1914 - 8 juillet 1916 Menuisier, domicilié à Péronne. Conseiller municipal (1908-1918).  
Gustave ROGUET 1917 - 1918  
Paul CARON 1917 - 1918  
Charles BOULANGER 1918 - 4 février 1928 Décédé au cours de son mandat le 4 février 1928, à l'âge de 62 ans.  
Arthur COTTEL 11 mars 1928 - janvier 1931 (démissionnaire par courrier du 3 janvier 1931). Industriel (directeur de briqueterie). Conseiller municipal de Péronne pendant 18 ans. Officier d'académie. Chevalier de la Légion d'honneur.  
Louis DAUDRÉ 18 janvier 1931 - 25 mai 1940 Décédé au cours de son mandat "Mort pour la France" le 25 mai 1940, à l'âge de 50 ans alors qu'il était chef de bataillon commandant le 3e Bataillon du 51e Régiment d'Infanterie. Avoué puis avocat. Conseiller général de Péronne (1928-1940). Chevalier de la Légion d'honneur. Croix de guerre.
"M. Daudré est intelligent, consciencieux, actif, travailleur acharné et doué au surplus d'un joli talent de parole. L'opinion publique voit en lui - avec raison - une personnalité politique d'avenir. Élu depuis peu au siège de Conseiller général du canton de Péronne, son influence y est déjà grande et ses relations avec les anciens combattants (dont il est le président) lui assurerait [sic] même, aux élections législatives prochaines, s'il était candidat, un nombre important de suffrages. Assez ambitieux et possédant une grosse fortune, il ne se dérobera pas aux désirs de ses amis quand l'occasion s'en présentera et, s'il est élu, fera un parlementaire distingué."
(note du préfet de 1932, 3 M 772).  
Léon Henri Georges LEROUX 2 août 1939 - 26 octobre 1940 Négociant en épicerie. Conseiller municipal en 1929. Maire de Péronne par intérim, suspendu pour délivrance irrégulière de cartes d'identité.  
Daniel BOINET 29 octobre 1940 - 11 février 1941 Maire par intérim.  
Daniel BOINET 12 février 1941 - 31 août 1944 Docteur en médecine. Conseiller départemental (2 mars 1943-1944). Conseiller général de Péronne (1951-1970). Conseiller municipal (1919-1945 et en 1947), adjoint au maire (1933-1945 et en 1947). Croix de guerre.  
Émile VERMOND 2 septembre 1944 - 31 octobre 1947 27 septembre 1944 (nomination comme président de la commission municipale de Péronne). Négociant à Péronne. Conseiller général de Péronne (1945-1951).  
Daniel BOINET 31 octobre 1947 - 27 mars 1971  
Jean DAUDRÉ 27 mars 1971 - 26 mars 1977 Commerçant. Conseiller général de Péronne (1970-1976). Conseiller régional (1971-1977). Conseiller municipal en 1953.  
Édouard GUILBEAU 26 mars 1977 - 18 mars 1989 2 mandats de maire. Électricien. Conseiller général de Péronne (1976-1982).  
Jean Pierre VIENOT 18 mars 1989 - mars 2008 3 mandats de maire. Député suppléant (2002 - 2012). Professeur au Lycée de Péronne. Chevalier des Palmes Académiques (2011).  
Valérie KUMM mars 2008 - 2014 Professeur en lycée professionnel en lettres/histoire-géographie. Conseillère Municipale de Gaudiempré (62) en 1989. Conseillère Municipale de Péronne (2001). Conseillère régionale de Picardie (2004). Conseillère Régionale de Picardie et vice-présidente du Conseil régional de Picardie le 22 mars 2010 - Photo  
Thérèse DHEYGERS 2014 - (2020) Retraitée de l'Éducation nationale  

Source : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Joseph Théophile FOURNIER -  
Fursy Nicolas FRESSON 1800 - 1830  
Charles Marie MARCHANDISE -  
François Frédéric ROSSIGNOL -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Michel GOULLIEUX - Ordonné prêtre le 29 juin 1960 à Amiens. Prêtre auxiliaire de la paroisse Saint-Jean-Baptiste à Péronne. Né le 7 décembre 1932 à Péronne. Décédé le 9 mars 2012 à Péronne, à l'âge de 80 ans. Repose au cimetière de Péronne.  
Pierre PERDU - Ordonné prêtre le 14 mars 1964 à Amiens. Curé de Péronne de 1982 à 1990, curé de Saint-Acheul et au Cœur Immaculé de Marie en 1990, curé in solidum et modérateur à la paroisse d’Amiens-centre en 2001, prêtre auxiliaire à la paroisse de La Paix à Amiens en 2011. Né le 8 février 1937 à Amiens. Décédé le 29 janvier 2012 à Amiens. Repose au cimetière de La Madeleine à Amiens.  
- -  
Nicolas JOUY 2004 - 2014 Curés des paroisses de Saint Jean-Baptiste (Péronne), Saint-Joseph (Moislains, Combles), Notre-Dame de Moyenpont (Roisel) avec:
Jean-Paul BOUVIER. Ordonné diacre le 26 octobre 1982. Ordonné prêtre le 25 juin 1983. Aumônier militaire 2009 - 2012 au Fort de Vincennes (Paris 12e). Nommé curé in solidum du Secteur Vermandois le (1er septembre 2012 - 2016)  
Patrick DERVILLE 2014 - 2018 Curé des paroisses de Saint Jean-Baptiste (Péronne), Saint-Joseph (Moislains, Combles), Notre-Dame de Moyenpont (Roisel). Nommés 1er septembre 2014 à Saint Jean-Baptiste (Péronne) avec messieurs les abbés Jean BANG et Jean-Paul BOUVIER, ce dernier est nommé le 1er septembre 2016, Curé de la paroisse Notre-Dame (Nesle). En remplacement c'est le Père Bruno-Clément SAKNDE dit "Père Bruno" venant de Ouagadougou (Burkina-Faso) pour 3 ans  
Rolland PAUL 1er septembre 2017 - ... Évêché de Rouen en 2006. Curé avec messieurs les abbés Patrick DERVILLE et Jean BANG  
Jean-Louis BRUNEL 1er septembre 2018 - ... Curé pour la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Péronne et modérateur des paroisses Saint-Joseph de Moislains Combles, Notre-Dame de Moyenpont  
- -  

Médaille - Légion d'honneur.png Les titulaires de la Légion d'honneur

Pictos recherche.png Consulter la liste ...


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945 - Indochine - Algérie

Pictos recherche.png Consulter la liste ...

Carré militaire 1914-1918

Pictos recherche.png Consulter la liste du carré militaire



Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h30 - 12h 8h - 12h 8h - 12h 8h - 12h 8h - 12h 8h - 12h -
Après-midi 14h - 17h30 13h30 - 17h30 13h30 - 17h30 13h30 - 17h30 13h30 - 17h30 - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 3, place Louis Daudré - BP 20045 - 80201 PÉRONNE

Tél : 03 20 73 31 00 - Fax : 03 20 73 31 01

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : 49.933056° / 2.937222° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Annuaire-Mairie & L'annuaire Service Public (Avril 2016)

Associations d'histoire locale

Les registres d'état civil ne commencent qu'à partir de 1802.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Péronne - Tome II
  Histoire générale de Péronne - Partie I
  Histoire générale de Péronne - Partie II
  Péronne: la vie municipale entre les deux guerres mondiales et sous l'occupation 40-44
  Péronne et son canton
  Péronne sous l'occupation
  L'arrondissement de Péronne sous l'occupation (1914 - 1918) - Tome I
  L'arrondissement de Péronne sous l'occupation (1914 - 1918) - Tome II

  • Inventaire sommaire de la série L. Tome II. Registres des districts - Archives Départementales de la Somme - J. ESTIENNE.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



^ Sommaire


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.