80465 - Languevoisin-Quiquery

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Languevoisin-Quiquery
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 80 - Blason - Somme.png    Somme
Métropole
Canton Blason Ham-80410.png   80-18   Ham

Blason Nesle-80585.png   80-30   Nesle (Ancien canton)

Code INSEE 80465
Code postal 80190
Population 206 habitants (190)
Nom des habitants
Superficie 483 hectares
Densité 43 hab./km²
Altitude Mini: 57 m
Point culminant 78 m
Coordonnées
géographiques
49.7475° / 2.93165° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
80465 - Languevoisin-Quiquery carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Languevoisin, autrefois Landevoisin, viendrait du gaulois land (terre, pays) et de l’adjectif voisin. Ce nom lui aurait été donné par les seigneurs de Nesle, lorsqu’ils y élevèrent une forteresse proche de leur ville. Languevoisin fut aussi longtemps un hameau dépendant de Quiquery, ce qui est aujourd’hui l’inverse. Kiq’ri serait un nom d’origine celte, choisi pour désigner ce hameau isolé et caché dans une presqu’île. On y a retrouvé des silex taillés et polis datant de la préhistoire. Les deux villages, aujourd’hui réunis en une seule commune, apparaissent dans un axiome ancien : « Quiquery, Longpain, Château-Fort à Languevoisin ». Longpain était en fait un moulin, établi sur la rivière Ingon, propriété du Marquis de Nesle. Au cours des siècles, la largeur de l’Ingon permit à de nombreux envahisseurs d’accoster dans ces deux villages, et alentour : les Vikings au Xe siècle, les Bourguignons en 1472, les Impériaux en 1522, puis les Espagnols en 1636, sur la route de la Hollande et les Prussiens en 1870. Lors de la première guerre mondiale, le village fut à nouveau détruit. Seule une ferme, et un mur de l’église restèrent debout. Aujourd’hui, le village a retrouvé son charme, et doit son renouveau à l’agriculture : chevaux, pommes de terre, maïs, ainsi que l’œillette, de la famille du pavot. Les Languevoisinois profitent des joies de la pêche et de la chasse, et se sont illustrés dans les années 50 en devenant champions de France du jeu de longue paume.

  • Source : communauté de commune du pays neslois

LANGUEVOISIN autrefois Landevoisin, aurait une étymologie gallo-française et se composerait des mots Land, terre, pays, et de l'adjectif voisin. Ce nom lui aura été donné par les seigneurs de Nesle, lorsqu'ils y élevèrent une forteresse, qui se rattachait à celle de leur ville, et devint le berceau du village dont il est ici question. Ce château-fort de Landevoisin est encore cité sur la carte de G. de Lisle.
Il nous paraît avoir été bâti vers la même époque que celui de Nesle; des titres de 1482 lui donnent le nom de fief et de château; mais on ne trouve aucun renseignement sur ses anciens châtelains. Il s'élevait au nord de l'église actuelle de Languevoisin, vers la rivière d'Ingon. à peu de distance d'un étang nommé la batlière, et d'un bois qui semble en avoir été l'ancien parc. On le détruisit dans le cours du 17 ème siècle, et l'on plaça sur ses ruines un moulin à l'huile qui prit le nom de tordoir du château-fort. On y voyait encore une ferme au commencement de notre siècle, mais il n'en reste plus aujourd'hui que l'emplacement : il dépendait eu 1780 du château de Billancourt. L'église, vocable la Nativité de la Sainte Vierge, se trouvait au 19 ème siècle entièrement isolée du village, autrefois plus rapproché de Nesle. Cette église était, selon toute apparence, la chapelle du château-fort: la tradition locale la regarderait comme un ancien temple Payen. Une chose plus certaine, c'est que ce monument religieux appartient sans aucun doute à l'époque romane : on en retrouve des signes incontestables à une petite porte latérale qui communiquait avec le château, et au portail surmonté d'une fenêtre en plein cintre et de deux autres plus petites au-dessus. Les cintres de ces deux portes sont ornés de damiers en demi-relief et de dentelures fort intéressantes, qui n'ont encore attiré l'attention d'aucun archéologue. Le chœur est du commencement de l'époque ogivale, les autres constructions ou réparations sont plus récentes. L’église fut entiérement détruite au cours de la premiére guerre mondiale.
Languevoisin renfermait le presbytère de la paroisse. Vers 1805, après que M. Perceval l'eut abandonné, MM. Billaudel, savant ecclésiastiques, y établirent un pensionnat célèbre, d'où sortirent des sujets distingués pour tous les états. Plusieurs années après, la foudre ayant incendié cette habitation, ils allèrent occuper le petit séminaire de Liesse, où l'un d'eux existe encore aujourd'hui. Languevoisin avait sa mairie; car il est parlé dans les archives de Nesle de terres attenantes à celles de la mairie de ce village et au chemin du Passillon vers Moyencourt.
En 1842, les habitants de Languevoisin se sont imposé le louable sacrifice de 10000 f. pour la restauration de leur église et pour la constitution d'une rente, qui leur permit d'avoir un prêtre, en se réunissant à Breuil , sous le titre de chapelle vicariale.
Ces dépendances de Nesle étaient du baillage de Roye, de l'élection de Péronne et de l'intendance d'Amie

  • Source : L’arrondissement de Péronne par Paul Decagny (curé) en 1844


Quiquery

QUIQUERY-LONG PAIN, appelé aussi Saint-Quentin-le-sec, était une ancienne paroisse du doyenné de Nesle avec Languevoisin pour succursale. Ce hameau isolé et caché dans une presqu'île, semble remonter à une époque assez reculée et avoir eu jadis plus d'importance. Il renfermait l'église paroissiale devenue ensuite beaucoup trop spacieuse pour sa population. C'était un édifice de style à ogive du 14 ème siècle environ, Il fut démoli en 1828 et remplacé par une chapelle d'une grande simplicité.
Le vocable de cette église était Saint Quentin ; et à peu de distance du lieu où elle s'élevait, se trouve une fontaine du nom de ce Saint , restaurée en 1764 et célèbre, par son pèlerinage. La légende traditionnelle rapporte que Saint-Quentin s'arrêta dans cet endroit et s'y désaltéra , lorsqu'on le conduisait d'Amiens à Auguste de Vermandois. La dîme de Quiquery et Languevoisin appartenait au chapitre de Noyon pour les deux tiers: quatre chapelains de la cathédrale, dits cornets, en percevaient le reste. L'évêque nommait à la cure, dont le revenu s'élevait à près de 2000 livres. Elle fut occupée, Au 17 ème siècle par Jean Faillouel, dont l'épitaphe se trouve dans le bas-côté gauche de la cathédrale de Noyon, où on lit: * Cy gist vénérable et discrette personne Jehan Faillouel prêtre chapelains de l'église N.-D. de Noyon, curé de Saint-Quentin de Quiquery et Landevoisin
LONG PAIN ne consiste qu'en un moulin et dépendances, établi sur la rivière l'Ingon. Après la révolution le fermier de ce moulin en obtint la possession, du marquis de Nesle, à cause de sa rare fidélité. Il y avait autrefois un autre moulin près du lieu dit Becquerel, du mot celtique bec, fossé. Ce moulin appartenait à l'abbaye de Corbie, ainsi que le bois du Bus et des fermes, censes et terres, à Quiquery.

  • Source : L’arrondissement de Péronne par Paul Decagny (curé) en 1844

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : .... : Somme
  • Arrondissement - 1801-.... : .... : Péronne
  • Canton - 1801-.... : .... : 1801, Nesle
  • Commune - 1801-.... : .... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Languevoisin
  • 1820-.... : absorbe Quiquery
  • La commune adhère à la communauté de communes du pays Neslois

Patrimoine.png Patrimoine

Église Notre-Dame-de-la-Nativité

Vue principale, photo Claude DEROLETZ

Église érigée en 1926-1927.

Quiquery la chapelle Saint-Quentin

Languevoisin-Quiquery 80465 chapelle st-quentin.jpg
Languevoisin-Quiquery 80465 chapelle st-quentin clocher.jpg
Languevoisin-Quiquery 80465 chapelle st-quentin interieur.jpg


Quiquery : La fontaine Saint-Quentin

Languevoisin-Quiquery 80465 fontaine st-quentin.jpg
Languevoisin-Quiquery 80465 statue de st-quentin.jpg


Venus de Milo .jpg Archéologie

  • Sites archéologiques :

Sole de l’Epinette, Sole du Bois Marotte et Sole de la Voie de Quiquery Publié le vendredi 15 juillet 2011 · Mis à jour le mardi 19 juillet 2011 code opération : GB19911801 à Languevoisin quiquery, Somme

  • Description -

Communes : Languevoisin-Quiquery et Breuil
Cette fouille fait suite au diagnostic mené sous la direction d’Emmanuel Petit (Inrap) et complété par des sondages profonds conduits par Marie Soressi (Inrap). Le tracé du canal recoupe, à cet endroit, les territoires communaux de Languevoisin-Quiquery et de Breuil dans le département de la Somme.

  • Résultats

Un site du Néolithique ancien à Languevoisin-Quiquery
Le site a été identifié comme appartenant au groupe de Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain et comporte des fosses riches en mobilier lithique et céramique. La localisation géographique de cette découverte est tout à fait remarquable. En effet, le site est implanté à une confluence de deux petits ruisseaux, l’Ingon et Le Petit Ingon. Ce type d’implantation, en dehors des grandes vallées alluviales, est rarement découvert, même si le développement de l’archéologie préventive a permis de mettre en évidence des occupations dès la phase moyenne du Néolithique ancien dans des vallées secondaires et dans des zones de plateaux. Ces découvertes documentent cette vaste région située entre les vallées de l’Oise et de l’Aisne au sud et le Hainaut belge au nord.
Un habitat ouvert Bronze-Hallstatt
La fouille a porté sur une surface de 13 600 m² et a permis la mise au jour d’un habitat protohistorique daté de la phase moyenne de l’âge du Bronze mais aussi de la période du Hallstatt, soit entre 1 500 et 1 200 ans avant notre ère. Cette occupation s’organise à partir d’au moins quatre bâtiments sur poteaux dont les fonctions sont, pour l’heure, difficiles à préciser mais s’orientent majoritairement vers le stockage de céréales. Une dizaine de silos excavés se développent au nord de l’emprise et supposent que la conservation des denrées végétales s’opérait davantage dans cette zone. Les maisons contemporaines de cette occupation n’ont pas été perçues, probablement en raison du mode architectural qui ne laissait que peu de traces au sol. La présence de blocs de torchis, de lests pour métiers à tisser et de foyers confirme la proximité des habitats dans cette zone.

  • Anne-Charlotte Baudry, Nicolas Cayol et Gilles Prilaux (Inrap)

Repère géographique.png Repères géographiques

  • Le canal du nord passe sur le territoire de la commune une écluse et un port céréalier important se situent prés du hameau de Quiquery.
  • La commune de Languevoisin et surtout le hameau de Quiquery vont être fortement impactés par le futur canal Seine Nord.
  • La rivière : Ingon(affluent de la rivière Somme) arrose Languevoisin .


Localisation (aprés 2015)

80465 - Languevoisin-Quiquery carte administrative N.png


Démographie.png Démographie

le pic maximal
le pic minimal

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 197 206 163 272 333 349 354 349 351 324
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 341 326 332 301 288 300 299 264 268 290
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 275 229 218 199 216 205 204 204 211 211
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 215 206 211 210 202 191 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
Pierre GEEREM 1995 - 2008 -  
Jacques GRAVET 2008 - (2020) - [ Photo]  
- - -  

Cfr [ Mairesgenweb]


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
BATAILLE Henri - - 14/18  
CASTIÉ André - - 14/18  
CHATELAIN Georges Melchior Ernest - 22/06/1890 à Languevoisin (80) 17/05/1918 Plessier-les-Royes (60) fiche sur le site mémorial genweb  
GUILBERT Eugène Joseph Gustave 02/02/1892 à Languevoisin (80 20/08/1917 à Louvemont 55 Fiche sur le site memorial genweb  
VILLAIN Camille Eugéne Eudore 07/03/1891 à Languevoisin (80) 23/08/1914 à Fillières 54 - Meurthe-et-Moselle Fiche sur le site memorial genweb  


^ Sommaire


Médaillés de la légion d'honneur natifs de la commune

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
GUILMONT Louis Joseph Charles 05/11/1878 - Dossier sur le site Léonore  
ROUSSEL Jean Louis Marc 18/05/1805 -  

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - - ?
Après-midi - 15h00 - 16h30 - - 16h00 - 18h00 - -
Languevoisin-Quiquery 80465 mairie.jpg

Mairie
Adresse : 1, Grande rue - 80190 Languevoisin-Quiquery

Tél : 03 22 78 38 73 - Fax : 03 22 88 20 54

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : 49.7475° / 2.93165° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.lepaysneslois.com/ (29/08/2011)

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



^ Sommaire