79068 - Cahier de doléances - Chantecorps

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Extrait de Département des Deux-Sèvres: Cahier de doléances des sénéchaussées de Niort et de Saint-Maixent, et des communautés et corporations de Niort et Saint-Maixent pour les États généraux de 1789, Léonce Cathelineau , Imprimerie G.Clouzot - Niort , 1912 , 463p.


CHANTECORPS

Dép. : Deux-Sèvres. — Arr. : Parthenay. — Cant. : Menigoute.

Gén. : Poitiers. — Elect. : Saint-Maixent. — Dioc. : Poitiers.

Justice de l'abbaye des Châtelliers.

Princip. cult. : blé.

Seigneur en 1789 : Marie Legier de la Sauvagère, veuve de Pierre Sarizay, dame des fiefs de Vautebis, Chantecorps et Clavé.

Popul. en 1790 : 725 habitants.

Taille : 5.096 L 15 s. (princip. : 2.492 L 15 s ; accès. : 1.174 L ; capitat. : 1.430 L).


PROCÈS-VERBAL

Date : 1er Mars 1789.

Président : Jean Boutin, syndic.

Population : 100 feux.

Comparants : Pierre Arrouet, laboureur ; Nicolas Fournier, laboureur; Louis Paillier, laboureur; Louis Dupuy, laboureur; René Belliard, laboureur ; Charles Chaigne, laboureur ; Jean Dupuy, bordier; Jean Boutin, charpentier; Louis Cadiot, bordier; Alexis Renaudon, journalier; François Bouquet, bordier; Louis Prouteau, journalier ; Louis Gardier, laboureur, et autres habitants.

Députés : François Pignon, et François Renault.

Suivent 13 signatures.


CAHIER DE DOLÉANCES

Cahier de la paroisse de Chantecorps.

Plaintes et doléances de la dite paroisse.

Le malheur ayant forcé notre père commun à contracter différentes dettes qu'il est juste qu'acquitte la Nation, en conséquence des ordres de notre Bon Roi qui désire que tous et chacun de ses sujets concourent avec lui pour le bien général du [plusj beau Royaume de l'Europe, les habitants de la paroisse de Chantecorps assemblés, ont d'une voix animée adressé au ciel leurs voeux les plus sincères pour la prospérité et la durée de ce vaste empire et la santé du meilleur souverain de l'Univers.

D'après ces voeux, nous souhaitons que les impositions qu'il plaira à la Nation de prélever soient réparties sur toutes les classes des sujets de Sa Majesté, à raison de leur propriété, revenu, fortune et commerce, sans distinction d'aucun ordre.

Que la corvée qu'il a plu au Roi de changer en prestation d'une somme quelconque, soit payée également par toutes sortes de personnes des trois ordres du Royaume ; on observera à cet égard qu'une grande partie de notre paroisse appartient à l'ordre de Saint-Bernard et que par conséquent la répartition faite avec justice de cette imposition, si utile au commerce est désirable pour le soulagement des pauvres.

Fait et arrêté le premier mars 1789, en présence desdits habitants qui ont déclaré ne savoir signer, sauf les soussignés ci-dessous.

(Suivent 6 signatures, celles de : François Renault, et François Pignon, députés, etc.)