78646 - Versailles - Château

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Le château côté jardin Galichonj


Le château

Château de Versailles Portrait de Louis XIV .JPG
  • Le château de Versailles est un château et un monument historique français qui se situe à Versailles, dans les Yvelines, en France. Il fut la résidence des rois de France Louis XIV, Louis XV et Louis XVI. Le roi et la cour y résidèrent de façon permanente du 6 mai 1682 au 6 octobre 1789, à l'exception des années de la Régence de 1715 à 1723.

Situés au sud-ouest de Paris, ce château et son domaine visaient à glorifier la monarchie française.

Le château est constitué d'une succession d'éléments ayant une harmonie architecturale. Il s'étale sur 63 154 m², répartis en 2 300 pièces. Le parc du château de Versailles s'étend sur 815 ha, contre environ 8 000 ha avant la Révolution française, dont 93 ha de jardins. Il comprend de nombreux éléments, dont le Petit et le Grand Trianon (qui fut également résidence de Napoléon Ier, Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe Ier, et Napoléon III), le hameau de la Reine, le Grand et le Petit Canal, une ménagerie (aujourd’hui détruite), une orangerie et la pièce d'eau des Suisses.

  • Le rétablissement de la grille royale disparue pendant la période révolutionnaire, s'inscrit dans la politique générale de restauration menée au château de Versailles depuis plus d'un siècle. Celle-ci consiste à revenir, chaque fois que cela est possible, au dernier état historique connu de l'Ancien Régime, c'est-à-dire celui de la résidence officielle occupée jusqu'en 1789 par la famille royale et la Cour.


Appartements



La Chapelle Royale

Château de Versailles Chevet chapelle.jpg
  • La chapelle est l'oeuvre de Jules-Hardouin-Mansart, les travaux débutèrent en 1699 et s'achèveront en 1710. A la mort de J.Hardouin-Mansart en 1708, son beau-frère Robert de Cotte prendra la relève.
  • la chapelle dédiée à Saint Louis est de style gothique. Son élévation intérieure avec la colonnade du premier étage, s'inspire de l'antiquité.
  • Le plafond, de J.Hardouin-Mansart est consacré à la Sainte Trinité.
  • Au-dessus de l'autel, l'orgue du facteur Clicquot a été tenu par François Couperin.



Le Jardin

Versailles le jardin.jpg
  • En 1661, Louis XIV charge André le Nôtre (1623-1700) de la création et de l'aménagement des jardins de Versailles. Les travaux entrepris en même temps que ceux du palais durent une quarantaine d'années.
  • André le Nôtre ne travaille pas seul : Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) dirige le chantier ; Charles Le Brun (1619-1690) donne les dessins d'un grand nombre de statues et de fontaines ; un peu plus tard, Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) ordonne les décors de plus en plus sobres et agrandit l'Orangerie de Louis le Vau (1612-1670). Le roi lui-même se fait soumettre tous les projets et veut le détail de tout.
  • Louis XIV aime les jardins de Versailles autant et peut-être plus que le château. Presque jusqu'à sa mort, il préside à leur aménagement, s'y promène souvent, en fait le cadre de fêtes somptueuses, y accompagne des hôtes de marque et des ambassadeurs étrangers. Soulignée par les représentations de la mythologie greco-romaine, l'extraordinaire beauté des lieux sert à la figuration du pouvoir. Vers la fin de son règne, il écrit un itinéraire que l'on peut toujours suivre aujourd'hui et par lequel il indique la manière de montrer les jardins de Versailles.
  • Plus de 400 sculptures, vases et statues, exécutés par les plus grands noms, font aujourd'hui de ce jardin le plus grand musée en plein air du monde.
  • L'eau, sous toutes ses formes, est l'ornement privilégié des jardins français du XVIIe.transformant la perspective principale des jardins en une longue trouée lumineuse, le grand Canal est la création la plus originale d'André Le Nôtre. Le miroir d'eau du canal mesure 1670 mètres de long. La largeur constante du début à la fin du canal est une illusion savamment étudiée garantissant l'harmonie et l'équilibre de la perspective.
  • Pour alimenter en eau les jardins de Versailles, les fontainiers et ingénieurs du roi ont élaboré un réseau de drainage depuis les collines et plateaux des environs de Versailles. La fameuse machine de Marly, dont il ne reste que des vestiges, permettait d'cheminer l'eau de la Seine jusqu'à Versailles.



L'Orangerie

Château de Versailles l'Orangerie.jpg
  • Édifiée par Louis le Vau en 1663, elle a été transformée par Jules Hardouin-Mansart à partir de 1683. Elle forme avec son parterre un ensemble parfaitement équilibré et harmonieux, encadré par les escaliers monumentaux des Cent Marches.
  • La récente restauration du parterre de l'Orangerie d'après les plans originaux de Le Nôtre a permis de rétablir ses arabesques de buis disparues au XIXe siècle.


(Source  : dépliant des Jardins)

Le Grand Trianon

  • Le Grand Trianon est sans nul doute le bâtiment le plus raffiné du domaine de Versailles. Construit par Jules-Hardouin-Mansart en 1687 sur l'emplacement d'un autre Temple construit en 1670 pour abriter les amours de Louis XIV avec Madame de Montespan.
  • Le palais, à l'architecture italienne, d'un seul tenant, avec un péristyle de marbre rose et de porphyre, est recouvert d'un toit plat bordé par une balustrade.
  • D'abord occupé par Louis XIV et sa famille, la reine Marie Leszczynska y logera son père le roi Stanislas lorsqu'il viendra en visite à Versailles. Marie-Antoinette lui a préféré le Petit Trianon que lui avait offert Louis XVI.
  • En 1963, le général de Gaulle prendra l'initiative, après restauration des lieux, d'y accueillir les hôtes de la République.



Le domaine de Marie-Antoinette

Marie Antoinette
  • La création du Domaine de Marie-Antoinette s'inscrit dans le projet du Grand Versailles qui a notamment pour ambition de rendre Versailles à ses contrastes, baroque et classique, dépouillement et extravagance, inspiration masculine, celle de Louis XIV, et inspiration féminine, celle de Marie-Antoinette succédant à Madame de Pompadour. Le Petit Trianon et ses jardins sont indissociablement liés au souvenir de Marie-Antoinette : elle est la seule reine qui ait imposé son goût personnel à Versailles, prenant à revers la vieille Cour et ses traditions. Dans son domaine de Trianon que Louis XVI lui offre en 1774, elle trouve le havre d'intimité qui lui permet d'échapper à l'Étiquette. Nul ne peut y pénétrer sans son invitation.



Le Petit Trianon

Versailles Gravure du Petit Trianon.jpg
Madame de Pompadour
  • Construit par l'architecte A.J.Gabriel, le Petit Trianon vient couronner la composition du Jardin voulu par Louis XV et qui répond à l'intérêt qu'il semble marquer pour la zoologie et surtout la botanique ; ce pavillon d'agrément, décoré par le sculpteur H.Guibert, est situé au centre d'un jardin des plantes créé par les jardiniers Richard père et fils et le botaniste B.de Jussieu.
  • Conçu pour l'usage privé de Louis XV et de Madame de Pompadour, il est inauguré en juin 1769 en présence de Madame du Barry. La reine Marie-Antoinette en fait son séjour préféré, transformant à l'anglaise une partie du jardin.
  • Le Petit Trianon est restauré et remeublé sous l'Empire (1804-1815) pour Pauline Borghèse, sœur de Napoléon 1 er, et pour l'impératrice Marie-Louise, puis à nouveau sous la Monarchie de Juillet (1830-1848) pouor le duc d'Orléans, fils aîné de Louis-Philippe. En 1867, l'impératrice Eugénie en fait un musée consacré à Marie-Antoinette.



Le Hameau de la Reine

Maison de la Reine
  • Suivant l'exemple du prince de Condé à Chantilly, la Reine veut avoir son propre village pouor jouir des plaisirs de la campagne avec ses enfants. De 1783 à 1785, Richard Mique construit le Hameau, de style normand, en s'inspirant des dessins du peintre Hubert Robert.
  • Douze chaumières entourées de jardins potager et fleuriste, étaient originellement disposées autour du grand lac. Un peu à l'écart se situe la Ferme d'où la Reine obtient le lait qu'on lui sert dans des porcelaines de Paris dans la Laiterie de propreté qui possède une belle table de marbre blanc refaite sous Napoléon. Elle est située au pied de la Tour de Malborough, première construction du Hameau (1783).
  • Sous l'empire, le Hameau est remeublé avec délicatesse pour l'Impératrice Marie-Louise (1811). Les bâtiments sont restaurés grâce à la générosité de John D.Rockefeller Jr et de ses enfants au début du XXe siècle. La ferme est quant à elle concédée depuis 1993 à l'Association Assistance aux Animaux qui s'emploie à la restaurer et à l'animer.
  • Marie-Antoinette possédait sa propre maison, luxueusement meublée par Georges Jacob et Jean-Henri Riesener était reliée au billard par une galerie de bois.
  • Subsistent le Moulin avec sa roue à eau, la Maison du Garde, le Colombier et le Réchauffoir (cuisine).



Le Théâtre

Versailles Le Théâtre.jpg
  • L'un des plus beaux théâtres historiques d'Europe révélant un aspect méconnu de la vie de Marie-Antoinette.
  • Pour parfaire son français, Marie-Antoinette prend des cours de comédie alors qu'elle est encore à Vienne. De là vient sans doute son goût pour le théâtre, ainsi que des pièces qu'elle jouait en famille en Autriche.
  • En 7777, Marie-Antoinette demande à Richard Mique de s'inspirer des plans de la salle du château de Choisy construit par Gabriel pour Madame de Pompadour. Commencé en juin 1778 il sera achevé en 1779.
  • Dissimulé entre la montagne et la charmille du Jardin Anglais, le bâtiment à l'apparence d'une dépendance sans caractère. Un porche à l'antique flanqué" de deux colonne ioniques surmontées d'un petit fronton sculpté par Deschamps est le seul décor visible.
  • L'intérieur de la salle est tendu de bleu et les consoles du balcon figurent des dépouilles de lion, l'animal emblème des rois. Le parterre est encadré de deux baignoires ceinturées de balustrades et d'un balcon au premier étage. Les décors sculptés sont en carton pâte, en cohérence avec le caractère non officiel du théâtre. Seul luxe décoratif un rideau en taffetas de soie brodé d'or vendu en 1794.
  • Le théâtre n'est inauguré qu'en août 1780 à l'occasion des fêtes organisées à Trianon. Plusieurs représenttions y sont données, en compagnie d'une Reine tantôt actrice, tantôt spectatrice, notamment : La gageure imprévue et le roi fermier de Sedaine, Le devin de village de Jean-Jacques Rousseau.


{Source : dépliant Le Domaine de Marie-Antoinette, 2009}

Autres vues

Cartes postales anciennes

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)