77441 - Samois-sur-Seine

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Samois-sur-Seine
Blason Samois-sur-Seine-77441.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 77 - Blason - Seine-et-Marne.png    Seine-et-Marne
Métropole
Canton Blason Fontainebleau-77186.png   77-07   Fontainebleau

Blason Fontainebleau-77186.png   77-13   Fontainebleau (Ancien canton)

Code INSEE 77441
Code postal 77920
Population 2 236 habitants (1999)
Nom des habitants Samoisiens
Superficie 630 hectares
Densité 354,92 hab./km²
Altitude Mini: 41 m
Point culminant 118 m
Coordonnées
géographiques
48.452222° / 2.75° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
250px
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Samois sur Seine, commune se situant proche de la Capitale, avec ses îles, sa forêt Bellifontaine de sapins et chênes, ses gorges et ses rochers est un charmant petit village.

Pont Romain

Le pont de Samois, détruit et jamais reconstruit fut l'un des plus important sur la Seine. Construit par les romains, mesurant 900 pieds depuis le bas Samois jusqu'à l'autre rive d'Héricy, il du être reconstruit vers le XIIème siècle. Deux tours carrées défendaient le passage sur chaque rive, et s'élevait deux moulins dont les Samoisiens étaient contraints de faire moudre leur grain sous peine de "coups, confiscation et amende" (Edit de Saint Louis 1270).

Samois-sur-Seine au Moyen âge

  1. LES ILES : Les premiers hommes recherchaient des situations insulaires, afin de se protéger et de se défendre plus facilement. Les marécages et les nombreuses îles se trouvant sur le bas Samois, plus nombreuses autrefois offraient une situation privilégiée. Aujourd'hui, on peut en reconnaître trois :
    1. - « l'Ile aux Barbiers », la plus grande, au milieu du fleuve où s'adossait jadis un barrage (« l'Ile de la Jonchère » jointe à celle au Barbier par le service des Ponts et Chaussées au siècle dernier).
    2. - « l'Ile du Berceau », très rapprochée du Bas-Samois rattachée en amont et en aval par un pont rénové en béton... Une Avau-terre (ou Avaut-terre) en eau morte recouverte d'un pont nommé de "Pont de l'Avaut-terre" permet au courant d'eau de maintenir une ouverture étroite entre les deux terres.
    3. - « l'Ile de Thérouenne » (ou Thiérouante), plus rapprochée de la rive droite de la commune d'Hérîcy se devine encore (face au stade de La Touffe et en aval ) mais commence à se combler par l'amas de vases, de roseaux et déchets ménagers ...... donc à fusionner , avec la terre ferme . (D'aprés Archéologie historique de LIMOSIN).
  2. LE PORT et LA CITE : L'histoire confirme l'existence du port de Samois entre l'Ile de la Cité et le bas Samois. ( île aujourd'hui complètement disparue et rattachée à la terre ). Au pied de la colline, des moulins s'élevaient ( près de la première arche se voient encore trois embrasures de roues à eau ). Ce bras de cours d'eau constituait à la fois le bief de ces moulins, et le bassin du port des Nautes. Les moulins ayant été détruits, avec les habitations riveraines, lors des invasions, et, plus tard, lors des guerres religieuses, les effondrements commencèrent à remplir le cours d'eau devenu inutile et impraticable, les habitants achevèrent de !e combler par du "tout venant" afin de former un terre-plein permettant de relier l'île à la colline, susceptible de recevoir de nouvelles constructions. Un petit pont de bois en amont de cette île, reliait la colline, à l'emplacement de la rue du Petit-Pont. Ce qui montrerait qu'à l'origine de l'âge de pierre il existait le Haut-Samois "lieu habité" donc la fondation de la cité , et celle éloignée du Bas-Samois, comme cité fluviale et port "lieu de labeurs".
  3. FONDATION DE SAMOIS : Lorsque les Nautes "hommes de la Seine", descendaient et remontaient le fleuve depuis Sens, la ville de Samois devint un lieu de halte, commode pour les bateliers et profitable pour les habitants. Le légendaire Samothès, père des Celtes, législateur des Druides, fondateur du royaume des " Senons", qui empruntait la Seine depuis Sens, leur capitale, était d'une grande puissance et d'une haute influence à l'arrivée de Jules César dans les Gaules. Ce même Samothès ayant donné son nom à Samois, a fondé comme extension de sa domination druidique les limites de son royaume. Le Rocher de Samois est admirablement situé pour l'établissement d'un de ces ordres, lieu où les « Samothées » exerçaient leur culte,qui auraient pu donner leur nom de « Samesius puis Samius ». Sous l'occupation romaine : nous trouvons : "Samius" . A partir du onzième siècle, nous trouvons: Samesii », puis Samerîus, Samesius, Chamois, Chamoiz, Samors, et Satnose ). Ces différents noms figurent dans des chartes royales, mémoires ou cartes géographiques. En 1144, un acte nous indique le nom de Jobert « de Samois » et de sa femme Ermangarde, pour une largesse au monastère de Preuilly. En 1178, un autre seigneur surnommé Beaucens, se nommait Pierre « de Samois ». (Archéologie d'après LIMOSIN)

Léproserie-Maladrerie de Courbuisson

  1. FONDATION DE LA LEPROSERIE. — Ayant apprécié en Palestine, dès son retour de Croisade, des services des Chevaliers de Saint-Lazare, le roi "Louis VII le Jeune" créa au douzième siècle, une maladrerie ou léproserie à Samois. Il leur confia la noble mission de combattre une maladie fort commune à l'époque, «la lèpre». Par lettres patentes datées de 1154, il leur fit donation de son château de Baigny, près d'Orléans, où les Chevaliers de Saint-Lazare établirent le siège et le chef-lieu de leur ordre. Grâce aux libéralités du roy, les Frères hospitaliers de Saint-Lazare fondèrent, dans l'Ile-de-France, l'Orléanais et le Gâtinais, plusieurs de ces hôpitaux : la maladrerie de Courbuisson fut l'un des tout premiers. La plus ancienne mention de cette léproserie date de décembre 1260; charte de Louis IX, qui dispense le maître de cet établissement de lui payer le cens ; une autre mention se trouve dans un acte passé devant l'officialité de Sens (novembre 1265), concernant un don fait à cette maison par une lépreuse du voisinage, nommée Aveline de la Couldre. (La Couldre faisait partie de la paroisse de Fontaine-le-Port.) En 1269, ce don fut l'objet d'une contestation de la part d'un oncle de la donatrice. Il est également parlé de la léproserie dans le testament d'un Pierre du Châtelet, bourgeois de Melun.
  2. SCEAU DE LA LEPROSERIE. — Un sceau de la léproserie de Courbuisson demeure au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale. Description de la matrice : « Cette matrice est en bronze, de forme circulaire, munie d'une queue pyramidale et terminée à sa partie supérieure par un trèfle repercé, qui ne semble pas remonter au delà du quinzième siècle. Sa légende : « S. Leposarie du Curtodumo » : de dumus... buisson. « Ce petit monument archéologique tire son intérêt de la figure qui en occupe le champ. Un lépreux, coiffé d'un bonnet conique, tient de la main droite sa cliquette ; il semble qu'il porte en outre une besace. La cliquette est formée de deux planchettes plus larges à leur partie supérieure qu'à leur base, c'est-à-dire à leur point de réunion » (Annales du Gatinais de Maurice Prou)
  3. SUPPRESSION DE LA LEPROSERIE. — Vers le milieu du seizième siècle, la lèpre ne sévissant plus, la plupart des léproseries devinrent le refuge des vagabonds. Louis XIV en 1673, incorpora aux ordres militaires du Mont-Carmel et de Saint-Lazare les biens de toutes les maladreries. Une seule exception fut faite en faveur de la maladrerie de Saint-Mesmin, près d'Orléans, réservée aux lépreux restés dans le royaume. Par arrêt du Conseil du roy du 15 avril 1695, les biens de la maladrerie de Courbuisson et ceux de l'Hôtel-Dieu de Samois furent attribués à l'Hôtel-Dieu de Melun. Cet arrêt ne reçut son exécution en 1711. Les bâtiments de Saint-Lazare de Courbuisson furent démolis en 1739. L'Hôtel-Dieu de Melun fut autorisé à détruire la chapelle de la maladrerie et à en vendre les matériaux à son profit, mais à charge d'édifier à la place une croix de pierre, pour perpétuer le souvenir de ce saint lieu. Il n'est plus resté comme souvenir de cette chapelle que le nom de La Chapelle, conservé de nos jours à l'emplacement qu'elle occupait.
  4. CONSTRUCTION DE COURBUISSON EN FIEF. — Après la suppression de la maladrerie, le domaine de Courbuisson fut érigé en fief. Deux seigneurs, les sieurs Mesnager et un comte de Saint-Julien en furent propriétaires. Ce lieu devint à partir de 1858 une maison forestière avec pépinière. Les bois du voisinage portent le nom de "Ventes de Courbuisson". (D'aprés Archéologie historique de LIMOSIN).

Héraldique

Parti : au premier d'azur à la tour d'argent posée sur un mont au naturel, au second de gueules à l'arbre arraché cousu de sinople surmonté de quatre oiseaux volants de sable ; au pont de trois arches d'argent sur une rivière ondée aussi d'argent et d'azur, brochant en pointe sur la partition.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Seine-et-Marne
  • Arrondissement - 1801-1926 : Fontainebleau --> 1926-1988 : Melun --> 1988-2019 : Fontainebleau
  • Canton - 1801-2019 : Fontainebleau
  • Commune - 1801-1903 : Samois --> 1903-2019 : Samois-sur-Seine

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 895 808 927 974 1 053 1 038 1 055 - 1 150 -
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 085 - 1 087 1 092 1 191 1 130 1 020 1 036 1 031 1 050
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 094 942 1 014 1 124 1 113 1 273 1 364 1 380 1 373 1 574
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 574 1 916 2 236 2 021 2 100 2 068 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Patrimoine.png Patrimoine

Repère géographique.png Repères géographiques

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
Jules DURUPT 12 novembre 1944-1959  
Roger Carton 1959-1966  
- -  
Marc JEUNET 1977-1983  
Jean François ROBINET 1983-1995  
Annick IRLINGER 1995-2001  
Georges GUILLO LOHAN 2001-2008  
Jean François ROBINET 2008-2014  
Didier MAUS 2014-(2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h30 à 12h30 de 8h30 à 12h30 de 8h30 à 12h30 de 8h30 à 12h30 de 8h30 à 12h30 de 9h00 à 12h00 -
Après-midi de 15h00 à 17h30 de 15h00 à 17h30 de 15h00 à 16h30 de 15h00 à 16h30 de 15h00 à 16h30 - -

Ouverture de la mairie : Lundi, mardi, mercredi, jeudi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 15 à 17 h 30 - Vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 15 à 16 h 30. - Samedi de 9 h à 12 h.

Adresse de la Mairie
Place de la République
77920 - Samois-sur-Seine
Tél. : 01 64 69 54 69 & Fax : 01 64 69 54 64
Pictos contact.png Courriel : Contact
( Source : [ Site] - Mise à jour : )

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Les cahiers Samoisiens - Samois-sur-Seine au XXème siècle : Les amis de Samois-sur-Seine.
  • Samois-sur-Seine : Notice historique et archéologique par Victor Bouquet.
  • Samois-sur-Seine : Notice historique et archéologique par Paul Comble et Auguste Limosin

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.