77034 - Blandy

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Blandy
77034 - Blason - Blandy.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 77 - Blason - Seine-et-Marne.png    Seine-et-Marne
Métropole
Canton Blason en attente.png   77-05   Le Châtelet-en-Brie
Code INSEE 77034
Code postal 77115
Population 721 habitants (1999)
Nom des habitants Blandynois
Superficie 1399 hectares
Densité 48 hab./km²
Altitude 59 m / 104 m
Point culminant 104 m
Coordonnées
géographiques
48.566944° / 2.782778° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
77034 - Blandy carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • Le nom d'usage de la commune est Blandy-les-Tours.
  • Le nom viendrait du latin Blandiacum qui suppose une origine Gallo Romaine.

Héraldique

D’azur aux sept besants d’ordonnés 3.3.1, au chef du même.

Patrimoine.png Patrimoine

Le château

  • Le Chateau est mentionné dès 1206 comme propriété des Vicomtes de Melun.
  • La tour carré date du début du XIVe siècle.
  • L'état actuel du château avec ses cinq tours date de la fin de la guerre de cent ans.
  • Le château est la propriété successive de la duchesse de Nemours XVIIe siècle,puis du Maréchal de Villars , puis du Duc de Choiseul-Paslin en 1764 et de Pierre Charles Tuot maire de Blandy en 1888. Il est depuis 1992 la propriété du Conseil Général de Seine-et-Marne.

L'Église

  • L'Église Saint Maurice date du XIVe siècle. Le clocher reste la partie la plus ancienne de l'édifice. La nef est quant à elle de Style Gothique

Extérieur de l’église Saint-Maurice

L’église Saint-Maurice qui a traversé toutes ces périodes : l’époque de la seigneurie châtelaine (le Moyen Âge, la Renaissance, et le XVIIe), le XVIIIe au XXe, et qui à travers toutes ces époques conserve toujours la même fonction religieuse.

Les parties les plus anciennes sont le clocher et la nef, datés du XIVe siècle. L’église est très certainement agrandie par la suite, au XIVe l’église était plus petite ( petite porte bouchée). Le chœur est agrandi au XVIe, Jacqueline de Rohan fit agrandir l’église qui ne pouvait plus suffire aux grandes cérémonies nécessitées par les grandes fêtes données au château. Peut-être à cette période de l’histoire, l’église fut « transformée » en temple protestant car Jacqueline de Rohan s’était convertie au protestantisme. La sacristie à l’arrière est sans doute datable du XVIIIe, on ne sait pas exactement. L’entrée principale donne sur l’ouest, il faut imaginer que le fossé longeait de très près l’église, cette façade devait donner sur un grand parvis. Belle porte du XVIIIe, ornée de médaillons sculptés (un rameau avec ses feuilles), restaurée récemment. A côté des piédestaux qui devaient supporter des statues.

Intérieur de l’église Saint-Maurice.

L’intérieur est de style gothique, on a cette impression de lumière et d’équilibre. A noter, une particularité : l’église ne possède qu’un seul bas côté ! Il n’y a pas de transept (nef transversale qui coupe à angle droit la nef principale d'une église), c’est la partie près de la chaire qui devait en tenir lieu pour les cérémonies, et à ce même endroit était situé le chœur au XIVe. La chaire est datée de 1772 (date gravée dans pied du meuble), on peut observer la colombe du Saint-Esprit. Un grand nombre de mobilier/décoration intérieure sont également datés du XVIIIe.

Les arcs des voûtes de la nef et du bas côté situées au milieu du chœur ont subis des transformations, sûrement quand l’église fut agrandie au XVIe. Les croisées d’ogives du chœur sont les plus majestueuses, les autres voûtes sont d’une grande simplicité. Le chœur est de style gothique flamboyant (gothique tardif, « flammes » sculptées dans la pierre caractéristiques) : les baies géminées à rosace éclairait le chœur, celle du chevet sont obturées par la sacristie. Les clefs de voûtes du bas côté portaient les armoiries des Orléans Longueville ou des Rothelin, effacées lors de la révolution. Derrière le retable du chœur, des blasons des seigneurs de Blandy peints sur le mur ont aussi été effacés.

Les chapelles sont du milieu du XVIe. Pendant longtemps elles sont dévolues soit à une famille bienfaitrice soit à une confrérie (par exemple la confrérie Saint-Vincent, confrérie des vignerons). Ces chapelles ont reçues au XVIIIe des boiseries et des tableaux. Elles étaient complétées à la limite du chœur par des « bergeries » réservées à certains membres qui administraient la paroisse avec le curé (ils faisaient partie de la « Fabrique »). Ces bergeries étaient en fait des sortes de stalles (siège en bois autour du chœur, généralement pour le clergé) fermées pour fidèles privilégiés car on ne pouvait entrer dans le chœur que par un passage étroit, une porte basse, il y avait une clôture. On voit la trace des bergeries sur le carrelage et on peut en admirer une remisée sur le bas-côté.

Les stalles n’existent plus qu’en trois endroits : 4 ordinaires et 2 plus belles avec des miséricordes ornées de têtes en bois sculpté, complétée par des prie-Dieu.

Le maître autel est datable du XVIIIe siècle: on y accède par un escalier en marbre, certaines marches ont été taillées dans des pierres tombales (on observe des d’inscriptions funéraires). Le sol de l’église est composé de tomettes, mais autrefois il y avait peut-être bien plus de pierres tombales comme celle de l’entrée de l’église (famille Harly). Ou encore comme celle du curé Boutillier (montrer). Les pierres tombales fixées contre le mur sud ne sont pas à leur place d’origine. Le devant du maître autel est orné de très belles sculptures dont une inscription hébraïque.

Derrière le maître autel, on peut observer un retable en bois sculpté (de style Louis XIV) édifié de 1772 à 1774. Il était peint et orné de 4 piliers d’ordre composite (combinaison de différents types de colonne). Au centre un tableau représente une descente de croix (XVIIIe), en haut une tête d’ange polychrome. Plus haut le Saint Esprit disperse ses « rayons ». De part et d’autre en plâtre, une Vierge et un Ecce Homo (expression latine « Voici l’homme » par Ponce Pilate lorsqu’il présente le Christ à la foule couronné d’épines).

Les autels des chapelles sont beaucoup plus simples, le devant orné d’une croix de malte, l’emblème des chrétiens d’orient, des chevaliers de Jérusalem puis des œuvres hospitalières de l’ordre de Malte). Ils datent du XVII au XIXe. Les tableaux des chapelles :

Guérison de Tobie aveugle (XVIIIe, école française, copie du XVIIe, classée MH) L’Annonciation (huile sur toile, fin XVI ou début XVIIe, inscrit à l’inventaire MH) Saint Maurice (toile peinte, XVIIe ?) Raconter alors l’histoire de Saint Maurice Le Saint Rosaire, (huile sur toile, XVII ou XIXe) Saint Pierre, (sur toile, XVII ou XIXe) Saint Louis, (sur toile, XVII ou XIXe) La Pentecôte, (toile peinte, XVIIIe ?) Le Père éternel (huile sur bois, XVII ou XIXe). Saint Sébastien

Les tableaux du retable et des chapelles n’ont pas individuellement une grande valeur artistique, mais il s’agit d’un ensemble remarquable car ils sortent tous du même atelier et de la même époque. On ne connaît rien de leur mise en place dans l’église. Certains tableaux ont été restaurés, d’autres sont en cours de restauration.


Voir les sculptures, les vitraux.

Le baptistère du XVIIIe, emblèmes épiscopaux et eucharistiques. La clôture et le confessionnal du XVIIIe


Ancien mobilier de cette église :

En 1793, on décide de descendre les cloches (il en restera une) pour faire des canons et d’arracher les croix de fer. 94 linges et ornements sacerdotaux (en cuivre, fer, argent) sont portés à Melun, tout comme le cercueil en plomb de la marquise de Rothelin (la sépulture était au centre de l’église à la marche du chœur, elle fut profanée, sa dalle martelée) pour faire des balles.

L’église était autrefois ornée de plusieurs tapis, ornements, statues, qui ont disparus, ont été détruits ou vendus. Elle possédait beaucoup de biens, chandeliers, vases, ustensiles divers. L’inventaire des biens paroissiaux en 1906 fait état de tapis, vases, croix, objets liturgiques. La plupart des objets indiqués ont disparus.

Une bannière du XIXe en soie brodée a été conservée dans le meuble de la chapelle Saint-Louis. Les motifs sont constitués de broderies, cartons peints et cuirs peints représentant Saint Maurice, Saint Vincent, la Vierge de l’Assomption…

Les paroisses les mieux pourvues ont des reliques. L’église Saint Maurice possédait un reliquaire en bois, il en est fait mention dans les archives départementales qui le datent du XVIIIe mais en 1906 pas de mention dans l’inventaire des biens de l’église. On ne sait pas ce qu’il est devenu.


Sources CG77, Archives 77, Equipe du Château de Blandy

Repère géographique.png Repères géographiques

Arrondissement : Melun

Le village de Blandy-les-tours se trouve dans le sud de la Seine et Marne tout près de Melun, sa préfecture. Blandy est un paisible village de quelques 700 habitants et connaît de plus en plus un essor du tourisme.

Ce beau village qui mérite votre intérêt, se trouve à seulement 6 km du Château de Vaux-Le-Vicomte.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 977 852 892 747 762 - 697 - 667 -
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 672 - 659 619 625 566 584 541 521 509
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 495 448 515 519 480 519 548 611 620 561
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 609 667 721 749 - - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Demo blandy.PNG

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Blandy Les Tours - Vue du Donjon.JPG

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Jean LUIGGI 1876-1877 Docteur en Médecine  
- -  
Pierre Charles TUOT 1878-1888  
Maurice BLAQUE 1888-1888 Propriétaire  
Henri CHERTEMPS 1888-1909  
Arthur MERCIER 1909-1912  
- -  
Marie Alphonse CAILLEUX 1914-1956 (Décédé le 20/11/1956)  
Georges GERALDY 1959-1970 (Décédé 23/7/1970)  
André MACIAS 1970-1971 (Décédé le 5 mai 1971)  
Jean METIER 1971-1977  
Antoine GUELDRY 1977-1983  
Jean METIER 1983-1995  
Roger FONTAINE 1995-2001  
Denis PERRON 2001-2008  
Eric CADIOU 2008-(2014)  
- -  

Cf. [ MairesGenweb]

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
Charles MASSON - vers 1750  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - 9h00 à 12h00 -
Après-midi 16h00 à 18h00 16h00 à 18h00 - 16h00 à 18h00 16h00 à 18h00 - -

Adresse de la Mairie
1 place de Tours
77115 - Blandy
Tél. : 01 60 66 90 23 & Fax : 01 60 66 95 91
Pictos contact.png Courriel  : [mailto: ]
( Source : Site - Mise à jour : 03/2009 )

NDLR http://www.lesblandynois.fr

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • MESQUI Jean, L'Ile-de-France golhique. L'architecture militaire, Picard, 1988. Châteaux et enceintes de la France Médiévale, Paris, Picard, 1990.
  • Encyclopédie médiévale, d'après Eugène Viollet-le-Duc, édition refondue du Dictionnaire raisonné de l'architecture, par Georges Bernage et Marc Lecarpentier, Inter-livres, S.d. (vers 1990).
  • CHATELAIN André, Châteaux-forts, images de pierre des guerres médiévales, collection « Patrimoine Vivant », Edition R.E.M.P.A.R.T.
  • BLONDEAU E., Description du château de Blandy-les-Tours, 106 p., 1906, Association des Amis du château-fort de Blandy-les-Tours, Réédition de 1992.
  • MOHLER Victor, Chronique du bourg et du château de Blandy-les-Tours,de l'an 485 à l'an 1900, 1900, Association des Amis du château-fort de Blandy-les-Tours, Réédition de 1992.Réédité en 2010
  • VIRÉ Marc, Rapport de synthèse sur le diagnostic archéologique entrepris dans le château de Blandy-les-Tours en 1995, multigraphié, Service du Patrimoine de Seine-et-Marne, Dammarie-lès-Lys, 1995.
  • TAILLANDIER AH, Histoire du chateau et du bourg de BLANDY EN BRIE 1854 , réédité en 1984 par Amattéis, disponible en ligne sur Google livres
  • CG77, Le Château de Blandy les tours, préface de Marc Favier, Editions Gaud, disponible au Château.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.