71342 - Paray-le-Monial

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Paray-le-Monial
Blason Paray-le-Monial-71342.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 71 - Blason - Saône et Loire.png    Saône-et-Loire
Métropole
Canton Blason Paray-le-Monial-71342.png   71-25   Paray-le-Monial

Blason Paray-le-Monial-71342.png   71-38   Paray-le-Monial (Ancien canton)

Code INSEE 71342
Code postal 71600
Population 9 201 habitants (2015)
Nom des habitants Parodiens, Parodiennes
Superficie 2520 hectares
Densité 365,11 hab./km²
Altitude Mini: 234 m
Point culminant 304 m
Coordonnées
géographiques
46.4525° / 4.1206° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
71342 - Paray-le-Monial carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Topo.jpg Toponymie

Héraldique

D'or au paon rouant d'azur, l'aigrette de sable, allumé du même, becqué et membré de gueules.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Saône-et-Loire
  • Arrondissement - 1801-2019 :Charolles
  • Canton - 1801-2019 : Paray-le-Monial
  • Commune - 1801-2019 : Paray-le-Monial

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Basilique du Sacré-Cœur

Chevet de la basilique -
Photo J-P GALICHON

L'ancienne église prieurale de Cluny a été reconstruite au XIIe siècle par les moines de Cluny sous l'abbatiat d'Hugues de Semur (1049 - 1109). Hugues de Semur donna un rayonnement européen à l'ordre et fut à l'origine de Cluny III , plus grande église occidentale avant la reconstruction de Saint-Pierre de Rome au début du XIVe.
Les bâtisseurs de Paray se sont inspirés de Cluny III en reprenant un chevet à déambulatoire.
L'église connut une transformation au XVe siècle, où les les Damas Digoine font reconstruire l'absidiole sud pour la transformer en chapelle familiale et funéraire. Cette construction est faite dans le style gothique flamboyant.

Basilique vue de face -
Photo J-P GALICHON

Le premier pèlerinage au Sacré-Cœur se déroula en 1865. Le premier grand pèlerinage fut organisé en 1873 par le jésuite Victor DREVON en l'honneur des apparitions du Cœur de Jésus à Marguerite-Marie ALACOQUE ( Sainte Marguerite-Marie) au XVIIe.
Érigée en basilique mineur en 1875 sous le vocable du "Sacré-Cœur" par le Pape Pie IX.
Elle est devenue église paroissiale au XIXe siècle.
Le pape Jean-Paul II est venu se recueillir le 6 octobre 1986.
La basilique est composée d'un vaisseau central et deux bas-côtés. Elle compte trois travées avec un transept d'un seul vaisseau, deux petites tours à l'Ouest et une grande tour de transept. L'église a une longueur totale de 63,5 m et une largeur de 22,35 m (sans le transept). Le vaisseau central de la nef a une hauteur de 22 m, y compris la tour de transept et la hauteur totale de l'église est de 56 m.
Le chevet est typique de l'art roman. A noter'étagement pyramidal des masses et des toitures sur cinq niveaux. Le clocher octogonal du transept, domine l'édifice. Il conserve un étage d'arcatures aveugles sur une base carrée. La partie supérieure a été reconstruite en 1860 avec des baies géminées.

Pictos recherche.png Pour en savoir plus....


Vitraux - Atelier Lucien BÉGULE - Lyon

Enclos monastique

L'enclos et la basilique -
Photo J-P GALICHON
Le prieuré se reflètent dans les eaux de la Bourbince -
Photo J-P GALICHON


À l'origine, les bâtiments conventuels étaient adossés à l’église.
Le cloître intérieur desservait l'ancien réfectoire et les cuisines au rez-de-chaussée. En 1790 un inventaire précise que le monastère a douze cellules situées au premier étage, chacune équipée d'une alcôve et d'une cheminée. La position des salles de bibliothèque , du chapitre et des chambres d'hôtes ne sont pas précisés.

Les bâtiments visibles aujourd'hui ont été édifiés entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle grâce à la volonté du cardinal de Bouillon. La façade du prieuré est de style classique.
À la révolution, les moines quittent le cloître et les bâtiments sont rachetés par la municipalité. Ils ont servi de lieu pour les écoles de la commune. Ils ont été réhabilités entre 1975 et 1985 .
Le jardin visible dans l'enclos date de 1999.
Le portail menant du cloître à l'église possède un linteau sculpté polychrome de huit médaillons représentant de gauche à droite : une rosace fleurie; animal ailé à tête de batracien; un quadrupède ailé à tête d'oiseau; deux gorgones représentées à l'envers; quadrupèdes face à face; tête de singe. (Voir détail ci dessous)
La polychromie médiéval apparaît depuis la restauration. La sculpture du linteau rappelle l'abbaye de Moissac affiliée à Cluny.

Le château des Abbés

Sur la photo de droite ci-dessus, la tour cylindrique est le seul vestige de l'ancien château des Abbés. Le palais abbatial date du XVe siècle, c'est un lieu de repos pour les Abbés de Cluny. L'édifice est débuté en 1456 sous Jean de BOURBON et achevé en 1485 par Jacques d'AMBROISE.
Au XIXe siècle, le château en ruine est acquis par une communauté de prêtres en charge de l'accueil des pèlerins. Ceux-ci feront construire en 1889 sur les fondations de l'ancien château une vaste maison agrémentée d'un parc pour recevoir les pèlerins pour une grand messe en plein air. En 1890, deux allées de platanes en forme de croix sont créées, formant une cathédrale de verdure. En 1902, à l'intersection des allées, un dôme a été construit pour accueillir les cérémonies de plein air.

La Tour Saint Nicolas

Vue ensemble -
Photo J-P GALICHON
L'église -
Photo J-P GALICHON

L'église Saint Nicolas, succursale de l'église Notre Dame, fut édifiée au début du XVIe siècle en remplacement d'une chapelle plus ancienne. Cette nouvelle église débutée en 1531 fut ouverte et consacrée au culte en 1535. Ce nouveau lieu de culte était au cœur de la ville contrairement à Notre Dame.
Le clocher est de construction plus récente puisque datant de la fin du XVIIe siècle.
Avec la révolution, le culte est supprimé à saint Nicolas et le lieu devient un bâtiment civil. En 1861, les chapelles latérales et le chevet sont détruits après le transfert de la mairie dans l'hôtel Jaillet en 1858. Il semble que ce soit la présence de l'horloge qui, déclarée d'utilité publique, évita la destruction totale.
Les bâtiments sont aujourd’hui un lieu d'exposition après avoir été une halle aux grains, maison commune ou lieu de justice.
L'église a été restaurée en 1973 à l'occasion du millénaire de la cité.

Inscrite partiellement aux M.H depuis 1950 [1]


Ancienne Église Notre-Dame

Vue ensemble -
Photo J-P GALICHON


Chapelle dans laquelle son éminence le cardinal PERRAUD est inhumé depuis le 16 février 1906.
L'actuelle chapelle d'origine pré-romane est reconduite au XIe siècle sur l'emplacement d'une église existant déjà au IXe siècle.
Elle est située sur la colline des Grainetières. Elle a été utilisée comme église paroissiale jusqu'au XVIIIe siècle. Entourée de son cimetière, elle est en dehors du bourg. Une étude archéologique a montré que l'édifice était beaucoup plus vaste. La chapelle actuelle ne conserve que les deux travées de chœur de l'église du XIe. La nef se prolongeait au devant de la façade actuelle. L'ensemble devait mesurer 14,5 m de large et 29 mètres de longueur.
On aperçoit les traces d'arrachement sur les murs nord et sud, correspondant à la position des absidioles.


Église Saint François de Sales


Chapelle des Apparitions

Chapelle des apparitions, portail et tympan

Cette chapelle fait partie de l'ensemble des Visitandines qui s'installèrent dans la cité parodienne en 1626.
La construction de la chapelle commença en 1633 avec un vocabulaire iconographique emprunté à l'époque médiévale tel que les billettes , que l'on trouve aussi sur la basilique. Le tympan du portail s'inspire de celui de Charlieu et représente le moment de la Cène ou Jésus bénit le pain devant ses apôtres. Et c'est dans ce sanctuaire que le Sacré Cœur apparut à Marguerite Marie Alacoque entre 1673 et 1675. Par la suite, c'est à partir des écrits de la sainte que le culte du Sacré Cœur se répandit en France et à l'étranger.
La chapelle a été rebâtie à partir des structures au XIXe siècle, puis restaurée entre 1965 et 1966 et à nouveau en 2003-2004. (Source : panneau d'information sur le site)

Hôtel particulier JAYET

Bandeau JAILLET Photo J-P GALICHON


Demeure construite entre 1525 et 1528, la façade de cette résidence renaissance est plaquée sur des structures plus anciennes. Une partie du bâtiment devant dater du XVe car l'accès se fait grâce à un escalier à vis typique de cette époque.
Outre les nombreuses sculptures, la façade devait être décorée par une polychromie dont quelques traces ont été mises en évidence lors de la restauration de 1994.
Pierre JAYET, marchand, appartenait à une des premières familles protestantes de Paray-le-Monial. Il est représenté avec son épouse dans le bandeau séparant les deux étages.
Depuis 1862 l'hôtel particulier JAYET est transformé en hôtel de ville.

Édifice classé aux M.H depuis 1875 [2]

Repère géographique.png Repères géographiques

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

  • Joseph BOUGLIONE, homme de cirque né le 17 février 1904, décédé à Paris le 5 août 1987
  • Jacqueline MAILLAN, comédienne, née le 11 janvier 1923, décédée à Paris le 12 mai 1992


Décès:

  • Sainte MARGUERITE-MARIE ALACOQUE, religieuse mystique née à Verosvres (Saône-et-Loire) le 22 juillet 1647, décédée le 17 octobre 1690
  • Patrick RAYNAL, humoriste né à Vierzon (Cher) le 29 mai 1926, décédé le 1er mai 2010

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 635 2 848 2 898 3 090 3 019 3 486 3 384 3 524 3 481 3 425
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 396 3 528 3 388 3 627 3 979 4 015 3 855 4 088 4 362 4 431
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 4 814 5 302 6 469 7 135 7 794 7 770 8 499 9 557 10 716 11 545
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 10 639 9 859 9 191 9 042 9 094 9 160 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photos

Cartes postales

Familles notables.png Notables

Pierre GOURSAT né 15 août 1914 à Paris et décédé le 25 mars 1991 est le fondateur de la communauté de l'Emmanuel et de la Fraternité de Jésus. Il est inhumé au cimetière de Paray.

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jacques BRIGAUD 1790 - 1790 Ancien notaire et juge de paix  
Mathieu-Nicolas BERTUCAT 1' novembre 1790 - 1792 Député à la convention- démission suite à l'élection à la convention[3]  
Philibert BOUILLET 1792 -  
- -  
- -  
Alexandre Nicolas RIBALLIER 1800 - Nommé par le préfet.  
- -  
- -  
Hyacinthe MAUBLANC de CHISEUIL 1840 (?) - 1868 Député [4] - Conseiller général du canton de Digoin de 1842 à 1848 et du canton de Paray-le-Monial de 1848 à 1870. - Sa généalogie[5]  
Gustave de CHALONGE 1868 -  
Jules BERGER 17 septembre 1870-  
Gustave de CHALONGE Printemps 1871-  
Jules-Victor LADOUS 29 décembre 1874-août 1876 Adjoints : MM. Maurice-Henri, vicomte de MARGUERIE et Claude BUSSEUIL.
M. LADOUS était notaire (président de la Chambre des Notaires de l'arrondissement de Charolles) et suppléant du juge de paix - Président de la commission municipale à partir du 19 juin 1875.  
Jules BERGER 19 août 1876-1877  
François-Louis MALHERBE Octobre 1877-  
Jules BERGER 31 décembre 1878-1881  
François Louis MALHERBE Juin 1881-1881  
Jules BERGER Novembre 1881-  
François Louis MALHERBE Mai 1884-  
CHASSEROT Octobre 1884-1888 Ferblantier  
Jules BERGER 1888-1896 Démission de son mandat de maire , mais reste membre du CM  
FAUCONNET 1896-Août 1898  
Benoît CRÉTIN 1898-1925  
- -  
Louis DESRICHARD 1943 - Sa biographie [6]  
Antoine MOUTERDE - Maire en 1946  
- -  
- -  
- -  
Marcel Alain DRAPIER 1971 - 1989 Conseiller général  
Jean-Marc NESME 1989 - (2020) Député (1988-1997 et 2002-2012) - Conseiller régional (1986-1992)  
- -  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
ISAMBERT - 1756  
PREVERAUD 1756 - 1771  
BRIGAUD 1771 - 1821  
GRISARD 1821 - 1847  
BARD 1847 - 1853  
DUPREY 1853 - 1860  
STEVAUX 1860 - 1871  
PETILLOT 1871 - 1873  
ROZAND 1873 - 1902  
PEROD 1902 - 1913  
SCULFORT 1913 - 1939  
TOURNY 1939 - 1972  
Alain LEROUX 1972 -  


Prénom(s) NOM Période Observations
Jean Henry VERNERET 1821 - 1834 Fils de Jean Henry VERNERET (père)  
Jean Baptiste DEVILLE 1835 - 1839  
Joseph DAUGE 1840 - 1857  
François Philibert CROZIER 1857 - 1861  
Jules-Victor LADOUS 1861 - 1899 Également président de la Chambre des Notaires de l'arrondissement de Charolles.  
BATAILLY 1899 - 1914  
Antoine MOUTERDE 1914 - 1946  
Michel MOUTERDE 1946 - 1983  


Prénom(s) NOM Période Observations
PUIVET et JACOB -  
DARGAUD -  
DARGAUD fils  ? - 1784  
BIGUEURCE 1784 - 1818  
CHAPUIS 1818 - 1822  
BOLO 1822 - 1825  
GUILLERMAIN 1825 - 1830  
MISSEREY 1830 - 1840  
GAUDRIOT 1842 - 1883  
VERNERET 1883 - 1897  
MEUNIER 1897 - ?  
CHAPUIS  ? - 1937  
MARTIN 1937 - 1957  
LEBOUIS 1957 - 1964  
PETITJEAN 1964 - 1976  


Fusion des 3 études en 1976

Prénom(s) NOM Période Observations
Michel MOUTERDE et LEROUX Alain -  
DUCAROUGE Bernard et Daniel CHOLEZ 1990 -  
LEROUX Alain et DUCAROUGE Bernard 1983 - 2011  
Daniel CHOLEZ et Philippe ENGEL 2011 -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Adrien BAUDINOT - Élu au États généraux comme membre du clergé- Décédé le 9 mai 1789  
- -  
- -  
Jean Philibert FARGES 1832 - 1841 Puis curé de Saint-Laurent-en-Brionnais  
Arsène MARILLER 1841 -  
Gabriel-Adolphe VIAL D'ALAIS 1846 - Ex curé de Charolles  
- -  
- -  
Louis BARNAUD 1880 - Ex curé de Palinges  
- -  
- -  
- -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
71342 - Paray-le-Monial Hotel de ville.jpg

Hotel de ville
Adresse : - 71600 PARAY-LE-MONIAL

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (mars 2013)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


  • Bourgogne Romane Édition Zodiaque.
  • Paray-le-Monial : Histoire de ma commune par l’association "Histoire de Paray-le-Monial". Septembre 1986

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.