69290 - Saint-Priest

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Saint-Priest
Blason d'Saint-Priest
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole Blason Lyon-69123.png   69 M   Métropole de Lyon
Canton Blason Saint-Priest-69290.png   69-45   Saint-Priest (Ancien canton)
Code INSEE 69290
Code postal 69800
Population 40 746 habitants (2006)
Nom des habitants Les San-Priots
Superficie 2971 hectares
Densité 1371,45 hab./km²
Altitude Mini: 189 m
Point culminant 263 m
Coordonnées
géographiques
45.697222° / 4.944722° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69290 - Saint-Priest carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Bref historique

La découverte , lors de fouilles, de fragment de vase atteste d'une occupation ancienne (environ 4700 à 5000 av JC). La découverte de foyers domestiques, de céramique et d'outil en silex laisse penser à une occupation de la ville pendant la période Néolithique et jusqu'au début de l'age de bronze (environ 2000 av JC). Des vestiges laissent supposer que la ville a été habitée vers le XIe et Xe siècle avant JC et que cette occupation s'est poursuivie. Quelques traces de l'époque gallo-romaine sont encore visibles.

Au moyen Age Saint Priest est une possession savoyarde et son territoire est partagé entre quelques gentilshommes et des églises de Lyon. En 1027 le Dauphiné est la propriété de Humbert, comte de Savoie.En 1032 Saint Priest appartient à l’empire et ceci jusqu’au XIVe siècle. En 1251, Humbert de Bocsozel, seigneur de Maubec cède à l’abbaye d’Ainay ses terres situées à Saint-Priest et Manissieux.

En 1349, Philippe VI achète le Dauphiné lors du traité de Roman, son fils, Charles prend le titre de dauphin. Le comte Amédée VI de Savoie, qui avait lui aussi des prétentions sur ces terres voisines, à l'origine de nombreux conflits entre les maisons de Savoie et celle du Dauphiné, attaque en 1353 en Bugey en pays de Gex, et vainc les Dauphinois aux Abrets en 1354. Le Traité de Paris du 5 janvier 1355 met fin au conflit entre le comte de Savoie, Amédée VI, le roi de France, Jean II (Jean le Bon) et son fils Charles, Dauphin de France. Le Guiers et le Rhône séparent (comme aujourd’hui) les territoires de Savoie et du Dauphiné. Saint Priest passe donc sous le Dauphin .

Le premier seigneur de Saint Priest serait le Chevalier Humbert Richard (Seigneur de Saint-Symphorien d’Ozon) qui reçoit le château en 1336 par un don de l'abbaye d'Ainay pour service rendu. Après lui six Richard se succéderont jusqu'à la vente le 28 février 1645 par Henry de Budoz de Richard , comte de Saint-Priest à Jacques Guignard seigneur de Bellevue qui sera élu prévôts des marchands de Lyon en 1655. Après la mort en 1821 de François Emmanuel Guignard (ancien ministre de l'intérieur de Louis XVI en 1790), le château sera vendu par sa famille en 1838 à Mr Bonnardet, lequel le revendra en 1903 à Mr Planque.

Le château fut occupé par les missions africaines jusqu’en 1938 date à laquelle il devint propriété municipale pour 380000 francs (conseil du 6 septembre). Le bâtiment sera occupé successivement par les troupes pendant la guerre, un centre de formation pour adulte, puis des services municipaux. Le 28 décembre 1984 le château est inscrit à l’inventaire des monuments historiques.

Nom révolutionnaire : Zélé-Patriote, Beau-Priest

En 1855 une gare de chemin de fer du PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) est implantée à Saint Priest. La ligne Lyon-Grenoble est mise en service en 1858.

Le 11 novembre 1942, les forces allemandes envahissent la zone non occupée pour organiser la surveillance et le contrôle des personnes. Le Château après la réquisition de juin 1940 est de nouveau réquisitionné. Des baraquements en béton sont construits dans le parc, dont un destiné à accueillir un radar. Il deviendra le centre Gustave COSTE.

Dans la nuit du 2 mai 1944, les alliés cherchant à affaiblir les troupes allemandes, lâchent quatre-vingts bombes sur la cité Berliet . Le 14 août, la base aérienne de Bron est détruite. Après les débarquements du 6 juin et du 15 août 1944, les troupes américaines et les résistants des Forces françaises de l’intérieur libèrent Saint-Priest, en même temps que Lyon, le 3 septembre.

Commune récemment détachée du département de l'Isère en 1967 et rattachée au département du Rhône (Loi 29/12/1967, JO 30/12/1967, effet 31/12/1967). Fait partie de l'agglomération lyonnaise.

L'association Histoire et Archéologie de Saint-Priest effectue un important travail de recherche sur l'histoire de Saint-Priest.

Historique des mairies

Mairie vers 1905

C’est le 31 janvier 1790 que l’assemblée des citoyens actifs se réunit dans l’église paroissiale pour élire le premier conseil général de la commune, lequel élira Étienne CHALMAS , notaire royal et lieutenant de châtellenie comme premier maire de Saint-Priest.
A partir de 1790 le conseil se réunit dans l’église paroissiale et ceci jusqu’en 1792 ou celui ci élira son siège au presbytère pour y tenir ses séances ordinaires. Pour les assemblées générales l’église continuera a être utilisée.
Un premier projet de construction d’une « maison commune » est annoncé par le maire le 10 janvier 1819, le budget de la commune permet cette opération avec l’aide d’emprunts, mais on ne sait pas si ce projet a vu le jour.
En 1840, le projet de construction d’une mairie-école refait jour. Les débats durent jusqu’en 1842 ou une décision est prise sur le choix de l’emplacement, ce sera sur ce qui allait devenir la place de l’ancienne mairie sur un terrain appartenant à Mme Chalmas. Le bâtiment fut terminé en 1851. En 1905 lors de la construction du groupe scolaire, les locaux occupés par l’école furent libérés et mis à la disposition de la municipalité. L’inauguration de la mairie rénovée eu lieu le 10 décembre 1909 [1].

Cette mairie fut utilisée jusqu'à la mis en service de « l’hôtel de ville » actuelle c’est à dire jusqu’en 1975.

Héraldique

D'azur aux trois quintefeuilles d'argent.

Histoire administrative

  • Département
    • 1801-1967 : Isère --> 1967-2018 : Rhône
  • Arrondissement
    • 1801-1967 : Vienne --> 1967-2018 : Lyon
  • Canton
    • 1801-1982 : Saint-Symphorien-d'Ozon --> 1982-2015 : Saint-Priest --> 2015-2018 Métropole de Lyon

Résumé chronologique :

  • 1801-1967 : Saint-Priest (Canton de Saint-Symphorien-d'Ozon, Arrondissement de Vienne, Département de l'Isère)
  • 1967-1982 : Saint-Priest (Canton de Saint-Symphorien-d'Ozon, Arrondissement de Lyon, Département du Rhône)
  • 1982-2015 : Saint-Priest (Canton de Saint-Priest, Arrondissement de Lyon, Département du Rhône)
  • 2015-2018 : Saint-Priest (Métropole de Lyon, Arrondissement de Lyon, Département du Rhône)

Repère géographique.png Repères géographiques

Commune de la banlieue Est de Lyon. Saint-Priest est située au sud-est de Lyon, la ville est séparée de Lyon par les communes de Vénissieux à l'ouest et Bron au nord.

Patrimoine.png Patrimoine

Le Château


  • Le fief est à l’origine une possession de l’Abbaye d’Ainay.
  • En 1336, il sera acquis par le chevalier Humbert RICHARD, seigneur de Saint-Symphorien-d'Ozon. Il restera dans la famille RICHARD jusqu'en 1643[2].
  • En 1643 il deviendra propriété de la famille GUIGNARD.
  • En 1830, Armand GUIGNARD de Saint Priest et son fils Alexis entreprennent des travaux pour créer un jardin à l'anglaise dans le parc.
  • En 1868 le domaine est vendu par la famille GUIGNARD à Louis BONNARDET, maire de Saint-Priest .
  • En 1903, il est acquis par le père Augustin PLANQUE, au profit de la société des missions africaines.
  • Enfin le sera château acquis par la municipalité de Théophile ARGENCE le 11 juin 1938.
  • Pendant la seconde guerre mondiale, le site fut réquisitionné par les autorités militaires et abrita des soldats français après la défaite de juin 1940. Puis en 1942, ce fut l'occupation des Allemands qui construisirent un radar dans le parc et détruisirent la plaque décorative ornant la façade ouest du château. A la Libération en 1944, il fut occupé par les armées alliées et hébergea des prisonniers de guerre.

Le château est inscrit partiellement aux M.H depuis 1984[3].


L'église Saint-Priest

La première pierre de l’église actuelle du « village » fut posée en 1833 . L’église fut bénite par l’abbé Revol , curé de la paroisse le jour de Noël 1838. Pour certains historiens le chœur de l’église actuelle est l’ancienne chapelle privée des Comtes de Saint-Priest. Depuis sa mise en service le bâtiment a subit diverses rénovations et aménagements :la façade en 1853 et le clocher en 1867. Le clocher reçoit trois cloches, une cloche (Fondeur CHEVALIER à Lyon) de l’ancienne église offerte par le comte de Saint-Priest François Emmanuel GUIGNARD en 1815 et deux cloches bénites le 8 septembre 1888 (Fondeur PACCARD à Annecy).

L’ancien édifice était orienté du sud-est au nord-ouest, face à la place. Le nouveau, construit sur le même emplacement est orienté du levant au couchant.
Église située dans le vieux Saint-Priest.

Les vitraux ont été restaurés en 1985 par la société des Vitraux Gormand-Duval[4] .

L'église Sainte-Marguerite


Au début du XIXe siècle, les habitants des hameaux de Manissieux, Mi-Plaine et la Fouillouse veulent doter leur hameau d’une place publique et d’une chapelle.
Ils lancent une souscription, celle ci rapporte la somme de 4690 Fr qui servira en autres à l’acquisition d’un terrain auprès des héritiers de Jean Pierre CUZIN pour un montant de 1400 francs. (Acte notarié du 26 mars 1843 de maître FAVARD).
La chapelle sans clocher est inaugurée le 26 mai 1843. Elle mesure 23 m de longueur par 8 m de large.
La sacristie ne peut accueillir de cloche, un projet de renforcement et de réhaussement sera établi par un architecte lyonnais (plan du 28 avril 1886). La préfecture de Grenoble donnera son accord le 28 octobre 1886. C’est la commune qui financera les travaux. Le clocher est accessible par la sacristie. Le clocher héberge une cloche moulée par le fondeur Lyonnais BURDIN Ainé en 1844 .

1926 – Installation d’une horloge à quatre cadrans.
1936 – Restauration du bâtiment par la commune et embellissement intérieur par les paroissiens.
2013 – Peinture de l’intérieur de l’église.


L'église Notre-Dame de la Paix


Église située 29, boulevard Édouard Herriot.

Église réalisée entre 1966 et 1967 et livrée au culte au printemps 1967, elle accompagne la réalisation du nouveau centre-ville [5] .
Les vitraux sont sur le thème du Magnificat et ont été inaugurés le 14 avril 2007. Ils ont été réalisés par Henri GUÉRIN, peintre verrier (30 juillet 1929 - 24 octobre 2009)[6] .

Lieux de cultes disparus

Photo J-P GALICHON - Ancienne chapelle saint-Vincent-de-Paul

  • Chapelle de la cité Berliet construite en 1930, démolie vers 1954.
  • Chapelle saint-Vincent-de-Paul dans le quartier de la gare. Première pierre posée en novembre 1962. Elle servit de lieu de culte jusqu’en 1976. Acquise par la municipalité en 1978 pour devenir le salle Chrysostome.

Le fort de Saint-Priest

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cartes postales

Photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

  • Christophe RIPPERT, chanteur né le 3/6/1969


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 100 1 210 1 253 1 489 1 718 1 854 1 981 2 152 2 209 2 312
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 428 2 518 2 475 2 506 2 410 2 724 2 387 2 584 2 577 2 608
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 543 2 704 4 268 5 957 5 336 5 673 7 115 10 681 20 419 36 734
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 42 677 41 876 40 974 40 746 42 535 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015.

Familles notables.png Notables

  • La Famille GUIGNARD
  • Joseph BERLIOZ (1846-1921) descendant de Claude Berlioz (1605-2/12/1690) Expert Géomètre qui participa au relevé du nouveau département de la Savoie rattachée à la France, et celui de la gare de St-Priest pour le PLM. Un des fondateurs en 1884 du Secours de Saint-Priest. Son petit fils Claudius Berlioz fut 1er adjoint du Maire Ch. Ottina.
  • Laurent PERICHON (Cessieu 1819-1886 St-Priest). Il fonda au lieu dit la Déserte, la ferme de "Grange-Blanche" la plus importante de la fin du 19ème à Saint-Priest
  • Charles OTTINA :(1902 -1974), ingénieur de métier qui travaillait dans le civil pour l'armée, a été Maire de Saint-Priest de 1949 à 1972.Pendant les 23 années de son mandat, la ville a connu une croissance démographique considérable.

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Etienne CHALMAS 1790 - 1790  
Horace DUC 1790 - 1794  
Joseph GINOT 1794 - 1795  
Jean PAGNOUD CHENAVAS 1795 - 1795  
Pierre REYMOND 1795 - 1799  
Pierre EDOUARD 1799 - 1800  
GIVORD 1800 - 1800  
Etienne CHALMAS 1800 - 1815  
Pierre REYMOND 1815 - 1816  
Jean Jacques CHALMAS 1816 - 1821  
Pierre REYMOND 1821 - 1830  
Pierre CUSIN 1830 - 1834  
Pierre REYMOND 1834 - 1840  
Jean Baptiste FAVARD 1840 - 1846  
Jean PAYET CHAVRET 1848 - 1854  
Pierre CUSIN 1854 - 1862  
Louis BONNARDET 1862 - 1870  
François REYMOND 1870 - 1874  
François GERMANET 1874 - 1876  
François REYMOND 1876 - 1888  
Jean François FOUGERES 1888 - 1892  
François REYMOND 1892 - 1896  
Jean Baptiste PAYET MAUGERON 1896 - 1900  
Jean Antoine BARGES 1900 - 1904  
Claude François BUISSON 1904 - 1908  
Louis FAVARD 1908 - 1919  
Gabriel PAYET 1919 - 1925  
Pierre BERLIOZ BENIER 1925 - 1929  
Théophile ARGENCE 1929 - 1940 Le 21 juillet, l’administration de l’État français démet de ses fonctions le maire. Il est remplacé par une délégation spéciale.  
Clément PAYET BURIN 1941 - 1945  
Ulysse CŒUR 1945 - 1946  
Etienne VOURLAT 1946 - 1949  
Charles OTTINA 1949 - 1972  
Marius JOLY 1972 - 1977  
Louis GIREAU 1977 - 1983  
Bruno POLGA 1983 - 2003  
Martine DAVID 2003 - 2014 Réélue en 2008  
Gilles GASCON 2014 - (2020)  
- -  

Origine : tableau du hall de la Mairie de Saint-Priest

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés de saint-Priest

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean de VILGAT - Curé en 1318  
Jean COGNET - Curé en 1389  
Vital de BORELLY - Curé en 1440  
Claude GERARD - Curé en 1551  
Claude de MENTHON - Curé en 1613  
Charles COTAREL 1661-1684  
François BOLLIOUD 1684-1729 inhumé dans le chœur de l’église ou se trouve sa pierre tombale  
Hyacinthe ANTHENAND 1729-1757 inhumé au pied de la croix du cimetière ancien  
Jean Dominique ANTHENAND 1757- neveu du précédent  
- -  
Pierre JOLY 1816-1838  
Joseph REVOL 1838-1858 Inhumé à Saint-Priest  
Jean Baptiste BILLON 1858-1892  
Jean Pierre COUTURIER 1883-1892  
Alexandre VILLON 1892-1910  
Joseph BIGILLON 1910-1928 Ex curé de Pusignan[7] - inhumé au cimetière communal (nouveau)  
Marius PARIS 1928-1932  
Antoine BARLAND 1932-1957 (1882-1961) - Né à Communay – Inhumé à Saint-Priest – Prêtre des Missions étrangères[8]  
André KLEIN 1957-1963  
Marcel CLAIR 1963-1969  
Jean VALOIS 1969-1973  
Jean VANEL 1973-1982  
- -  
Jean Marie JOUHAM 1993-2003 Nommé en 2003 recteur à la basilique de Fourvière – En 2011 devient curé de la paroisse de Val d’Ozon – En 2014 curé d’Oullins et Pierre Bénite.  
- -  

Les curés de sainte Marguerite

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean François COLLIARD 1963-1969 Dernier curé de Manissieux  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument aux morts du château
Monument aux morts du cimetière communal
Monument aux morts du cimetière communal de Manissieux
Plaque commémorative de l'église
Saint-Priest



Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur les Monuments aux Morts ...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h15 à 12h15 de 8h15 à 12h15 de 8h15 à 12h15 de 8h15 à 12h15 de 8h15 à 12h15 de 9h00 à 11h30 -
Après-midi de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 de 13h30 à 17h30 - -
69290 - Saint-Priest-Mairie.jpg

Mairie
Adresse : 14 place Charles Ottina - 69800 SAINT-PRIEST

Tél : 04 72 23 48 48 - Fax : 04 72 23 48 00

Courriel :

Site internet :

GPS : 45.697222° / 4.944722° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Mairie (01/2013)

Associations d'histoires locales

A proximité : Cercle de Généalogie de Mions Site du Cercle de Généalogie de Mions association à vocation culturelle et intercommunale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Petite histoire de Saint-Priest de Charles TALON 1974
  • Saint Priest et ses trois églises – Par le groupe d’histoire locale

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.