69259 - Vénissieux

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Vénissieux
Blason Vénissieux-69259.png
Blason de Vénissieux
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole Blason Lyon-69123.png   69 M   Métropole de Lyon
Canton Anciens cantons
Blason Vénissieux-69259.png   69-41   Vénissieux - Nord
Blason Vénissieux-69259.png   69-42   Vénissieux - Sud
Code INSEE 69259
Code postal 69200
Population 57 179 habitants (2006)
Nom des habitants Les Vénissians
Superficie 1533 hectares
Densité 3729,87 hab./km²
Altitude Mini: 171 m
Point culminant 229 m
Coordonnées
géographiques
45.697778° / 4.886667° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69259 - Vénissieux carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Etymologie

L'étymologie gallo-romaine donne "villa de Vinicius". Suivent les variantes postérieures de "Venicus", au XVIe siècle, puis de "Venici".

Bref Historique

Au Moyen Age, la place était défendue par un château fort, et l'église était située dans l'enceinte. Toute l'histoire de vénissieux n'est faite que des conquêtes et donations au profit des seigneurs et du clergé. C'est ainsi qu'entre le IXe siècle et XIe siècle, Véniciès appartenait au royaume de Bourgogne, avant de tomber sous la dépendance de l'Empire germanique. Le village est ensuite devenu une terre dauphinoise, avant de réintégrer définitivement le royaume de France.

Le château de Vénissieux a été construit au XIIIe siècle, et la dernière muraille a été démantelée en 1881 car elle masquait la façade de la mairie nouvellement construite.

Jusqu'aux premières révolutions industrielles Vénissieux fut un village principalement agricole, des vignes était plantées sur le plateau des Minguettes.

La commune est rattachée au Rhône depuis 1852 , alors quelle dépendait du département de L'Isère depuis la révolution.


Le début de l'industrialisation de la commune date des années 1910-1920. Plusieurs grandes industries s'installent à Vénissieux et notamment Berliet en 1915 qui implante une usine de poids lourds (Devenu depuis Renault Truck filiale de Volvo).

Une page d'histoire de Vénissieux

L’Industrie Chimique à Saint-Fons

L’une des toutes premières usines à s’installer au hameau de Saint Fons fut DURAND-HUGUENIN en 1847 pour produire des colorants tels que la Fuscine ou l’aniline. En 1899 cette société sera absorbée par la Compagnie pour l’Industrie chimique de Bâle (CIBA).

En 1851 , les frères BOUVARD obtiennent l’autorisation de l’acide sulfurique .

En 1852 , Charles GRUAT , propriétaire d’un terrain à proximité de l’eau demande l’autorisation d’exploiter une usine d’acide nitrique , sulfurique et de chlorure de chaux. La municipalité refuse mais en mai 1853 la préfecture du Rhône (toute nouvelle autorité administrative) autorise cette construction. Le chimiste lyonnais Claude Marius PERRET et ses fils (Michel et Jean-Baptiste) acquièrent le terrain auprès de Charles GRUAT et les autorisations associées et en 1854 une première usine est construite. L’établissement PERRET-OLIVIER (Olivier nom du gendre de Claude Marius) se développera sans cesse. La société sera aussi propriétaires des mines de Chessy et Saint-Bel et à ce titre aura le monopole d’approvisionnement de la pyrite (minerai) sur la région. En 1872 , la société PERRET-OLIVIER qui occupe 80 hectares à Saint-Fons fusionne avec la Compagnie Saint-Gobain pour mieux affronter la concurrence.

En 1883 , Prospère MONNET transfert une partie de son activité à St Fons , en 1895 il créer avec GILLIARD et CARTIER la Société des Usines Chimique du Rhône (SCUR) qui est l’ancêtre de Rhône-Poulenc.

D’autres établissements produisant des produits chimiques se sont installés au bord du Rhône , on peu cité : GIGODOT-LAPREVOTE qui sera repris par COIGNET ; JOURDAN qui fabrique de la colle.

Naissance de Saint Fons

La commune traditionnelle de Vénissieux était rurale . Pour ces agriculteurs les industriels colonisateurs du sol ruinaient l’agriculture. Pour les usiniers, ils sont les créateurs d’un pays riche et peuplé Saint-Fons.

Depuis 1866, le conseil municipal de Vénissieux a refusé successivement l'installation d'une église, d'une poste, d'une école de fille, d'une gendarmerie... En 1870 les industriels demande l'installation d’une brigade de sapeurs-pompiers pour protéger leurs installations chimiques. Nouveau refus des autorités municipales. Ce refus aux industriels déclenche une guerre entre les deux parties.

En 1872 , les habitants de Saint-Fons envoient au préfet une pétition demandant à ce dernier d’érigé le hameau de Saint-Fons en commune indépendante. La pétition est portée Par Lucien PICARD (1838-1918), industriel de la chimie. Le préfet nomme le maire de Bron comme commissaire enquêteur. Celui ci sensible aux arguments des industriels de Saint-Fons dont Compagnie Saint-Gobain donne un avis favorable à la séparation.

En 1884 , le maire de Villeurbanne (M. DEDIEU) est désigné le 14 Août par le préfet pour remplir la même mission. Celui ci donne un avis contraire estimant que « la séparation n’a pas lieu d’être et qu’elle serait un danger pou les idées républicaines ».

Le 21 décembre 1884 , les habitants de Saint-Fons ont élus une commission syndicale composées en majorité des représentants des industriels pour établir un cahier de revendication .

Le conseil municipal de Vénissieux repoussera jusqu’en 1887 les projets des « Usiniers » de Saint-Fons.

En 1885 , le conseil général et d’arrondissement donneront leur aval pour cette séparation , alors que jusque là ils étaient opposés au projet.

De 1886 au début de 1888 , les difficultés de la délimitations des territoires sera résolu.

C'est le 21 mars 1888, que le sénat votait un projet de loi voté à la chambre des députés le 30 juin 1887, érigeant le hameau de Saint-Fons en commune. Jusque la ce hameau industriel faisait partie de la commune de Vénissieux.

L'industrialisation de Vénissieux

La gare et la Verrerie

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle , trois implantations marqueront le développement industriel de Vénissieux qui jusque là était village essentiellement agricole.

En 1872 ; implantation par Eugène MARECHAL d'un atelier de fabrication de toile cirée  ; atelier qui fera place dès 1874 à une usine employant environ 200 ouvriers.

Lors de la séparation de le hameau de Saint-Fons et de Vénissieux , ce sera la seule "usine" implantée sur la commune.

En 1897 , l'association de la Verrerie Stéphanoise installe à Vénissieux : "La Verrerie Ouvrière de Vénissieux" près de la gare. Cette SCOP (Société Coopérative de Production) occupait toujours une soixantaine d'ouvrier en 1965.

En 1915 , Marius BERLIET décide l'installation d'une usine "Intégrale" (Sans recourt à la Sous-Traitance) sur un terrain en bordure de la voie ferrée Lyon-Grenoble sur les communes de Vénissieux et Saint-Priest. Ce développement industriel entrainera le développement des transports.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-.... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Blason en attente.png Héraldique

De gueules à la clef en pal accostée à dextre d'une enclume et à sénestre d'une roue d'engrenage, le tout d'argent ; au chef d'or chargé d'un dauphin d'azur, allumé, oreillé, barbé, loré et peautré de gueules.

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint-Germain


Les parties les plus anciennes de l'église (Clocher et Chapelle de la vierge) datent du XVe siècle. La nef a évolué en fonction des besoins d’accueil.


Église de l'Immaculée Conception


Église édifiée de 1900 à 1905 pour remplacer une chapelle devenue trop petite suite à l'urbanisation du quartier du "Moulin à vent" à la fin du XIXe siècle.
Le bâtiment dessiné par l'architecte lyonnais BERNARD est financé en partie par les ventes des tisanes du curé botaniste RÉMY. L'ancienne église ou les offices se déroulaient pendant la construction est démolie à la fin de la réalisation du bâtiment actuel.
La paroisse de l'Immaculée sera créer le 6 décembre 1907 par l'évêque de Grenoble par détachement de la paroisse Saint-Germain.
A la réalisation de la première chapelle le père CHEVRIER à participé. Une portrait souvenir rappel ce personnage.

Photos complémentaires


Église Sainte-Jeanne-d'Arc


Église située dans le quartier de Parilly.
Une page d'histoire [1].


Mosquée Turc Eyup Sultant


Mosquée située rue des Frères Amadeo dans le quartier Parilly.
Mosquée construite à partir de 2007 ouverte au culte en juillet 2013.
La mosquée possède une surface de 3400m².


Repère géographique.png Repères géographiques

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

  • Florence FORESTI, humoriste née le 8/11/1973


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 118 1 967 1 958 2 370 2 714 3 021 3 078 3 176 3 338 3 681
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 820 4 411 4 750 5 224 5 355 5 884 3 502 3 394 3 867 4 417
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 4 939 8 050 11 506 16 157 16 337 15 283 20 374 29 040 47 613 74 347
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 64 804 60 444 56 061 57 179 60 159 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

cfr: Cassini & Population 2006 & Population 2011.

La ville connu un accroissement très rapide de sa population : d'environ 20 000 habitants dans les années 1950, elle atteignit près de 75 000 habitants au début des années 1970, grâce à la construction de grands ensembles, notamment la cité des Minguettes. Ce quartier est symbolique d'une forme d'urbanisation encouragée dans les années 1960 qui a donné, une vingtaine d'années plus tard, des quartiers défavorisés ayant perdu leur attrait d'origine. Dès les années 1980, d'importants programmes de rénovation urbaine ont transformé les Minguettes, réduisant la densité de population trop forte au profit d'un meilleur cadre de vie. Cette rénovation explique la baisse du nombre d'habitants à Vénissieux depuis lors.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
THIBAUDON 1790 - -  
LABONNE 1791 - 1792 -  
Antoine CASSIN 1792 - 1795 -  
Henri DEREYLIEU 1795 - 1795 -  
Claude MILLIAT 1795 - 1800 Agent Municipal  
Jean SANDIER 1800 - 1800 -  
Antoine GIVORD 1800 - 1816 -  
Pierre MELIN 1816 - 1818 -  
Sébastien BOUTHÉON 1818 - 1830 -  
Antoine BARIOZ-BUSQUET 1830 - 1831 -  
Étienne SANDIER 1831- 1848 -  
Jean-Étienne GUILLERMIN 1848 - 1851 -  
Jean-Jacques SANDIER 1851 - 1865 -  
Jean COMTE 1865 - 1870 -  
Jean COMTE 1871 - 1874 -  
François BALMONT 1870 - 1871 -  
Eugène MOTTARD 1874 - 1876 -  
Jean-François GARAPON 1876 - 1879 -  
Napoléon SUBLET 1879 - 1895 -  
Claude CHAGNIEUX 1895 - 1896 -  
Jean-Marie SAMBET 1896 - 1900 -  
Pierre ANNEQUIN 1900 - 1904 -  
Laurent GERIN 1904 - 1905 -  
Auguste BAVOSAT 1908 - 1910 -  
Jean-François GARIN 1910 - 1919 -  
Louis BOYER 1919 - 1925 -  
Jean VALLET 1925 - 1930 -  
Eugène PELOUX 1930 - 1935 -  
Ennemond ROMAND 1935 - 1939 -  
- 1939 - 1941 Délégation Spéciale  
Marcel JUVENETON 1941 - 1944 Notaire  
Louis DUPIC 1944 - 1962 Par arrêté préfectoral du 10 octobre 1944, un nouveau Conseil Municipal est nommé.  
Marcel HOUËL 1962 - 1985 -  
André GERIN 1985 - 2009 Démission  
Michèle PICARD 2009 - (2020) -  
- - -  
- - -  

Source : Bibliographie

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés de Saint-Germain

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
François GIROUD Mai 1891 - -  
François Henri ROY Juin 1891 - -  
TRUCHET 1900 - Ex curé de Saint-Quentin-sur-Isère - Paroisse Saint-Germain  
Jean-François CHAVRET 1917 - 1940 -  
- - -  

Les curés de l'Immaculée Conception

Prénom(s) NOM Période Observations
Joanny de LOUDÉ 1907 - Premier curé de la paroisse  
- -  
- -  
Yves MUSSET 1998 - 2004  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h30 à .... de 8h30 à .... de 8h30 à .... de 8h30 à .... de 8h30 à .... - -
Après-midi à 17h00 à 17h00 à 17h00 à 19h00 à 17h00 - -
69259 - Vénissieux Hôtel de Ville.jpg

Hôtel de Ville
Adresse : 5 rue Marcel Houel - 69200 VENISSIEUX

Tél : 04 72 21 44 44 - Fax : 04 72 21 44 77

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (mars 2013)

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Patronymes

Remarques

A proximité : Cercle de Généalogie de Mions Site du Cercle de Genealogie de Mions association à vocation culturelle et intercommunale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Vénissieux la rebelle de Maurice CORBEL ISBN 2-7022-0481-3 Édition Cercle d'Art

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.