69227 - Saint-Martin-en-Haut

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Saint-Martin-en-Haut
Blason Saint-Martin-en-Haut-69227.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole -
Canton Blason Vaugneray-69255.png   69-12   Vaugneray

Blason Saint-Symphorien-sur-Coise-69238.png   69-28   Saint-Symphorien-sur-Coise (Ancien canton)

Code INSEE 69227
Code postal 69850
Population 3 907 habitants (2006)
Nom des habitants Les Saint-Martinois
Superficie 3864 hectares
Densité 101,11 hab./km²
Altitude 725 m (mairie)
Mini: 453 m
Point culminant 911 m (Crêt Pelossier)
Coordonnées
géographiques
45.660556° / 4.5625° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69227 - Saint-Martin-en-Haut carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Les habitants sont surnommés les "Fagotiers".

Bref historique

Le nom de Saint-Martin apparaît pour la première fois en 984 dans les écrits. Le village sera appelé successivement Saint-Martin-de-Noalis, puis Saint-Martin-d'Annauz (au XIIe siècle), Saint-Martin-d'Annalz (au XIIIe siècle), Saint-Martin-en-Haut (dès le XVIIe siècle).

Saint-Martin-en-Haut prit le nom de Martin-l'Espérance sous la Révolution française.

Absorption de La commune de Rochefort par celle de Saint Martin

C’est le 8 juin 1802 que le maire de Saint Martin (Claude Couturier) lance l’idée d’un rattachement de Rochefort à Saint Martin.

En 1804 l’archevêque charge le curé de Saint Symphorien sur Coise , avec l’aide d’un paroissien de Duerne d’une enquête sur la paroisse de Rochefort. Cette enquête conclue en autre :

  • Eglise en mauvais état ,
  • Paroisse enclavée dans la succursale de Saint Martin
  • Distance entre les deux clochers de ¼ d’heure
  • Faible nombre des paroissiens de Rochefort 82 personnes pour 60 communiants

Les habitants protestent auprès de l’archevêque et rappel a celui ci :

  • Que la paroisse de Rochefort et la mère de celle de Saint Martin ,
  • Que la baronnie de Rochefort est très ancienne ,
  • Qu’elle a un mandement en sa faveur.

Mais il reconnaisse l’aisance de la paroisse de Saint Martin qu’ils attribuent à l’absence de curé liée à l’organisation de la paroisse suite à la mis en place du Concordat.

Le 1er septembre 1806 , les vicaires généraux réunis en conseil décident que l’ancienne paroisse de Rochefort sera réunie à celle de Saint Martin et que cette dernière administrerait désormais Rochefort. L’ordonnance des vicaires généraux est transmise au préfet du Rhône pour être soumise à l’approbation de sa majesté impériale.

Le 21 Septembre l’ordonnance des vicaires généraux est homologuée par le préfet du Rhône ; et le 21 Mars 1807 notification est faite aux habitants de Rochefort.

La suppression de la paroisse de Rochefort devait avoir pour conséquence la disparition de la commune associée. Le 24 octobre 1806 , le préfet demande au maire et à son conseil municipal de se prononcer sur cette fusion. Le conseil fut unanime pour accepter cette réunion des communes.

Il fallut attendre le 5 Février 1814 et un décret de Napoléon pour que les deux communes fusionnent.


Héraldique

Blason sur le fronton de la mairie - Photo J-P GALICHON

Voici les explications données par l'office de tourisme: "En ce qui concerne les armoiries de Saint Martin, elles paraissent être relativement récentes puisqu'elles n'ont vu le jour que vers 1870 : on ne les trouve nulle part avant cette date.
Il est donc permis d'affirmer qu'elles tirent leur origine de l'imagination de Mr Minolta de la Porte qui les a reproduites dans son ouvrage sur l'Aubépin.
Mr Bondoux, maître graveur à Paris, dit de son côté que lorsque Mr Minjolat le chargea de graver ces armes, il ne lui communiqua aucun document ou modèle pouvant faire foi. Il ressort donc que ces armoiries sont fausses et supposées.
Mlle Gognon, ingénieur au CNRS, nous dit également que ces armoiries sont récentes. Elle les interprète de la façon suivante : des anneaux, puisque Saint Martin en Haut était dépendant de l'Archevêché de Lyon ; un loup, car les habitants avaient la réputation d'être durs et rudes ; du feuillage, étant donné que Saint Martin en haut était particulièrement boisé.
Mais dira-t-on, il se pourrait que ces armes aient été celles de quelques seigneurs de la Baronnie ou d'un seigneur de la Bâtie ou de quelques autres possesseurs de fief dans la région malgré de minutieuses recherches qui autorisent à répondre par un démenti formel à de telles suppositions."

D'argent au loup de sable, au chef de gueules chargé de trois annelets d'or.


Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : Rhône
  • Arrondissement - 1801-.... : Lyon
  • Canton - 1801-.... : Saint-Symphorien-sur-Coise

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Canton de Saint-Symphorien-sur-Coise, Arrt. de Lyon, Dép. du Rhône

Patrimoine.png Patrimoine

L’église Saint-Martin

L’église actuelle a été bâtie à l’époque ou le curé Philippe FAURE exerçait son ministère. Celui ci a rencontré de nombreuses difficultés dans son projet. En particulier le choix du terrain fut sujet à polémique.
Construire sur l’emplacement de l’ancienne église de 1757 (un peu plus au nord) permettait l’agrandissement de la place « du marché ».
Construire dans le jardin du presbytère présentait l’inconvénient d’un terrain en déclivité et d’une situation excentrée par rapport au village.

69277 - Saint-Martin-en-Haut Eglise Carte.jpg
Le 8 février 1882, le conseil municipal présidé par Jean-Louis JOANNON adopte le projet de construction plaçant l’église au centre du village et pour ceci autorise l’acquisition d’une maison au chevet de l’ancienne église.

Les travaux débutèrent le 19 mars 1886 par la démolition de l’ancienne église, sous la maîtrise de l’architecte Antoine BOUBON. Le 10 octobre la bénédiction de la première pierre a été faite par le vicaire général. Le coût de la construction est de 213706 francs.

L’édifice a les caractéristiques suivantes : Longueur 47 m, largeur 21 m, Hauteur intérieure 16 m, Hauteur au niveau du clocher 46 mètres.
Il est de style Roman auvergnat du XIIe siècle. Il est réalisé avec du granit régional, de plusieurs couleurs. La flèche est couverte par des ardoises de deux teintes alternées.

Certain des vitraux illustrent les dix commandements de Dieu. D'autres sont des copies de peintres célèbres. Beaucoup sont signés des ateliers LORIN de Chartres.

L’église fut achevée en 1889. Mais diverses améliorations sont intervenues depuis :
1894, mis en place du chemin de croix.
1896, la commune acheta quatre cadrans d’horloge représentant des scènes bibliques pour l’équipement du clocher.
1923, installation de l’orgue.


Depuis sa construction le bâtiment a subit diverses rénovations :

1923 – 1927 rénovations des cloches.
1947 - Déplacement de l’orgue pour le placer au-dessus du porche et révision de celui ci; remise en état du clocher.

1989 – Eclairage et sonorisation ; peinture ; réfection du clocher, des escaliers et traitement des bois.

La mairie

Le 24 janvier 1909, le conseil municipal présidé par Louis-Auguste GUERIN se prononce pour la réalisation d’un bâtiment regroupant la mairie et le groupe scolaire, cette décision est liée en partie a la possibilité de bénéficier des subventions publiques (département et état). Le 27 février, le projet est approuvé par le préfet.

Après des procédures d’adjudication longues, les travaux débutent en 1919 et se terminent en1913.

La mairie occupe le centre du bâtiment, l’école publique des garçons à partir de 1912 l’aile droite et ceci jusqu’en 1999. L’aile gauche a connu des utilisations diverses telles que appartement, salle de réunion, atelier industriel. A l’origine cette aile droite devait être l’école des filles , mais ces dernières préféraient l’école privée.

L’édifice construit en pierre de taille de la carrière de « La Poipe » a été nommé à une époque « La caserne ».

Repère géographique.png Repères géographiques


Saint-Martin-en-Haut est la deuxième plus grande commune du département du Rhône après Lyon.

La commune est située sur la ligne de partage des eaux. Ses principales rivières sont l'Artilla et le Garon qui se jettent dans le Rhône, la Coise et le Potensinet (affluent de la première) qui se jettent dans la Loire.

La roche Samson est située au sud de Duerne, au lieu-dit "le Pêcher". Elle a certainement été ici à l'époque glaciaire par les glaciers. Selon la légende cette pierre en équilibre aurait été lancée du Pilat par un géant Samson....


Démographie.png Démographie

Saint-Martin-en-Haut absorbe en 1814 l'ancienne commune de Rochefort.

.

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 800 1 600 1 984 2 467 2 976 2 381 2 320 2 502 2 486 2 640
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 716 2 693 2 676 2 662 2 663 2 761 2 751 2 851 2 752 2 681
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 536 2 236 2 271 2 361 2 520 2 419 2 461 2 434 2 518 2 538
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 2 893 3 081 3 429 3 834 3 848 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Étienne MARTINIERE De MAPEROU 04/1790 - 1791 -  
Benoît CHASTAING 20/11/1791 - 1792 Destitué - notaire  
Pierre BONNARD 07/09/1792 - 11/1794 -  
Étienne BOUTEILLE 10/11/1794 - 06/1796 -  
- - Administration provisoire nommée par le directoire en novembre 1796  
Jean-Marie CHEVALLIER Du BROUILLON 23/09/1800 - 7/01/1801 -  
Claude COUTURIER 7/01/1801 - 1806 -  
Pierre MORETTON 20/09/1806- 1809 -  
Augustin-Victor VILLE 1809 - 1815 -  
François DUCREUX 1815 - 14/07/1816 -  
Antoine François DUCREUX 1816 - 1847 Frère du précédent  
Pierre CLAVEL 1847 - 1848 Décès  
Augustin-Victor VILLE 1848 - 1862 Décès  
Jean-Paul QUINET 02/03/1862 - 1866 -  
Jean-Fleury CLAVEL 24/11/1866 - 1871 -  
Joseph AUGIER 14/05/1871 - 1878 -  
Jean-Baptiste JOANNON 21/01/1878- 1888 -  
Jean-Claude VILLE 1888 - 1903 -  
Jean-Marie BESSENAY 31/05/1903 - 1907 -  
Étienne Augustin CHAMBE 1907 - 1908 Suite élection partielle  
Louis Auguste GUERIN 17/05/1908 - 1912 -  
Antoine GAREL 10/05/1912 - 1919 -  
Jean-Pierre COURBIERE 10/12/1919 - 1938 -  
Pierre MARTINIERE 4/12/1938 - 1944 Élu en 1938 et nommé par le préfet le 05/04/1941  
Pierre GAREL 4/10/1944 - 1947 Démission  
Joannès DUPORT 23/03/1947 - 1947 -  
Pierre GAREL 31/10/1947 - 1952 Démission  
François RIVOIRE 24/08/1952 - 1953 -  
Pierre GAREL 10/05/1953- 1961 -  
Jean-Pierre MARTINIERE 21/04/1961 - 1971 -  
Claude THIOLLIER 26/03/1971 - 1798 Décès  
Pierre CHEVALLIER 8/05/1978 - 1989 -  
Georges CHAMBE 24/03/1989 - 1997 Démission  
Maurice CELLIER 1997 - 2001 -  
Régis CHAMBE 2001 - (2020) Réélu en 2008; 2014 [ Photo]  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Antoine MARGAT 18 mars 1597 - Source[1]  
Jean MARGAT - Curé en 1652[1]  
Mathieu BOYER - Source[1]  
Jean Baptiste CHASTAING 3 septembre 1694 - Source[1]  
Pierre CHASTAING 20 juin 1718- Neveu du précédent[1]  
Pierre MOSNIER 26 mai 1744 - Source[1]  
Gabriel de CASTELLAS 11 août 1767 - 1789 Source[1]  
Claude AMINE 08/02/1793 - 1829 Inhumé au centre de l'église - (6/06/1757 - 21/01/1829)  
André BRUNEL Mars 1829 - Encore curé en 1839  
Michel OJARD Août 1861 - Source[2]  
Philippe FAURE 1880 - 1899 Décès le 4/11/1899  
Jean Marie Michel Félix GIRAUD 1900 - 1907 (1846 - 1907) - Ex curé de La Chapelle-de-Mardore  
Jean REYNARD 1907 - 1911 Ex curé de Sainte-Foy-l'Argentière - Puis aumônier de l'hôpital Oriol à Saint-Chamond  
Jean BATAILLON 1911 - 1928 -  
Léon DURET 1928 - 1936 -  
Louis GAILLARD 1936 - 1951 -  
Maurice BRUGERE 1951 - 1955 -  
Adrien PERRIER 1955 - 1957 -  
Louis CORTES 1957 - 1969 -  
Paul CONFAUREUX 1969 - 1975 -  
Robert JURON 1975 - 1979 -  
Lucien BESANÇON 1979 - 1989 -  
Jules CHATENAY 1989 - 1999 -  
Marc COSTARIGOT 2000 - 2008 -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h à 12h 8h à 12h 8h à 12h 8h à 12h 8h à 12h 9h à 12h -
Après-midi 13h30 à 17h 13h30 à 18h 13h30 à 18h 13h30 à 18h 13h30 à 18h - -
69227 - Saint-Martin-en-Haut Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Place de la Mairie - 69850 SAINT-MARTIN-EN-HAUT

Tél : 04 78 48 61 01 - Fax : 04 78 48 56 05

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site (04/2014)

Consultation des registres en ligne

Dépouillements des registres

Dépouillements registres paroissiaux

Archives notariales

Recherches généalogiques personnelles

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Saint-Martin-en-Haut et ses environs

  • Saint Martin en Haut 1900 - 2000

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.