69194 - Saint-Didier-au-Mont-d'Or

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Saint-Didier-au-Mont-d'Or est situé sur les crêtes formant les contreforts sud du petit massif du Mont d'Or, à côté du 9e arrondissement de la ville de Lyon. Le vallon de Rochecardon sépare la ville de Lyon du centre de Saint-Didier.

Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Blason Saint-Didier-au-Mont-d'Or-69194.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole Blason Lyon-69123.png   69 M   Métropole de Lyon
Canton Blason Limonest-69116.png   69-10   Limonest (Ancien canton)
Code INSEE 69194
Code postal 69370
Population 6 436 habitants (2008)
Nom des habitants Les Désidériens
Superficie 834 hectares
Densité 771,7 hab./km²
Altitude 338 m (mairie)
Mini: 175 m
Point culminant 587 m
Coordonnées
géographiques
45.811389° / 4.7981° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69194 - Saint-Didier-au-Mont-d'Or carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • Première citation de Saint-Didier en 984 sous le nom de Sanctus Désidérius in monte aureo dans la charte dressée par l'archevêque de lyon Burchard.
  • Par le décret du 25e jour du 1er mois de l'an II de la République française (Septembre 1793), la Convention nationale prescrit aux communes dont le nom rappelle le « souvenir de la royauté , de la féodalité et de la superstition » de changer d'appellation. Ainsi la commune reçoit le nom de Simoneau-au-Mont-d'Or en 1794 sous la Révolution française.

Naissance de Champagne

Champagne une église est ouverte au culte le 9 novembre 1862 et consacrée le 12 juin 1864. Cette indépendance religieuse est le premier pas vers la séparation entre Champagne et Saint-Didier.

En 1869, le conseil municipal de Saint-Didier participe aux frais de la construction du presbytère de Champagne.

En 1872, 2 295 habitants résident à Saint-Didier dont 507 à Champagne. Le quart des seize conseillers municipaux représente ces 507 habitants.

Le 2 juin 1872, le préfet du Rhône reçoit une demande de séparation de la part des « Champenois ». Les habitants de Saint-Didier étaient hostiles au projet. Par la suite les habitants de « Saint-Fortunat » réclament à leur tour l'autonomie. Comme ils sont représentés par quatre conseillers et que ceux ci se liguent avec ceux de Champagne, la vie municipale s'en trouve bloquée (8 contre 8).

François GAY, distillateur installé à Champagne avait un ami Jean-Marie MICHEL qui avait soutenu Jean-Marie-Antoine de LANESSAN lors des élections des députés de Lyon. M. MICHEL accepta de s'intéresser aux diverses demandes d'autonomie de Champagne et sensibilisa le ministre LANESSAN sur ce dossier. C'est ainsi grâce à cet appui ministériel que l'érection de Champagne en commune fut prononcée par la loi du 30 décembre 1900 avec prise d'effet le 1er janvier 1901.

Blason en attente.png Héraldique

  • D'hermine à la bande de gueules chargée d'un dextrochère armé d'argent mouvant du bord dextre de la bande, tenant un huchet du même.
Le blason est une évocation du blason de la famille de MONTDOR. Ils prétendaient descendre de l’illustre Roland dit de Roncevaux.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : Rhône
  • Arrondissement - 1801-.... : Lyon
  • Canton - 1801-.... : Limonest

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Canton de Limonest, Arrt. de Lyon, Dép. du Rhône

Patrimoine.png Patrimoine

L'église Notre Dame de Saint-Didier

La nef principale -
Photo J-P GALICHON

A XIXème siècle l'ancienne église romane est devenue trop petite et le conseil de fabrique envisage dès 1848 son remplacement par une église plus vaste et mieux placée.
En 1857 le conseil fait appel à l'architecte Pierre BERNARD [1806 (Saint-Cyr-au-Mont-d'Or) - 1882 (Lucenay)] pour élaborer le projet d'une nouvelle église sur un emplacement à 150 m au dessus du vieux bourg. Celui ci vient d'achever l'église de Limonest en 1845. Le conseil transmettra ce projet au Conseil municipal, à l'archevêché et à la Préfecture afin d'obtenir les autorisations nécessaires pour lancer une souscription.
Le conseil de fabrique approuve le 15 mars 1858, le projet de l'architecte et adresse celui ci à la mairie et la préfecture en précisant que la première souscription a déjà recueilli 53370 Fr en dons de paroissiens.
Le 9 octobre 1858 , un arrêté préfectoral autorise la construction sur le terrain à acquérir en accord avec la mairie. Un première tranche de travaux débute financée par la souscription.
Au début de 1859 les fondations de l'édifice et des piliers des trois nefs sont réalisés.
La pose de la première pierre a lieu en 1860.
La consécration par Monseigneur le cardinal Louis-Jacques-Maurice de BONALD eut lieu le 26 juillet 1863 sous le vocable de " Notre Dame de St Didier au Mt d'Or " .
Le 14 août 1863 le cardinal de BONALD bénit la première pierre. Faute de financement suffisant la construction du clocher et de la façade sont mis en attente.
Le 25 avril 1864 le conseil de fabrique décide de contracter un emprunt pour solder les factures de 1863 et lance une souscription pour l'achèvement des travaux.
Compte tenu du financement le clocher et la façade ne seront achevés que fin 1875.

Église de style néo-gothique réalisée en pierre de Thomassière pour les murs et en pierre de Lissieu pour les piliers.
Le clocher s'élève à 40 mètres et abrite trois cloches. La plus grosse sonne à la volée et provient de l'ancienne église. Elle date de 1784
La nef centrale s'élève à 15 mètres pour une longueur de 40 mètres.
Les collatéraux est et ouest ont une hauteur de 7,5 mètres.
Le transept Est est occupé par un orgue du facteur d'orgue originaire de Saint-Étienne Michel JURINE béni par le cardinal Philippe BARBARIN le 18 mai 2014. Cet orgue a remplacé un orgue MERKLIN acheté en 1971 à La Mulatière et jugé irréparable en 2004.

Chapelle de Saint-Fortunat


Chapelle gothique datée du XIVe ou XVe siècle classée partiellement aux M.H.. Le portail a été rapporté dans l'alignement actuel à la suite d'une extension du bâtiment effectué au XIXe siècle.


Chapelle de Fatima


La chapelle de Fatima a été construite par la communauté portugaise de Lyon en 1960.

Chapelle située dans le lieu dit " Narcel" en bas le tour.


Quelques cabornes

La voûte à claveaux

Les cabornes appelées aussi chibottes dans la région du Puy-en-Velay, caselle dans le Lot ou bories dans le Lubéron sont des abris en pierres sèches ayant servi d'abris pour les hommes ou le matériel agricole. Toutes ces constructions sont réalisées sans charpente et en pierre sèche uniquement. chaque caborne est d'un type particulier (carré, ronde, rectangulaire ou sans forme géométrique précise).
Dans les années 1980, un recensement des cabornes, sous l’impulsion du Préinventaire des Monuments et Richesses Artistiques du Département du Rhône, a révélé l’existence de 545 cabornes pour les 11 communes adhérentes au Syndicat Mixte des Monts d’Or [1].
Deux techniques pour le toit:
La voûte à encorbellement est construite de dallettes qui s’avancent les unes sur les autres.
La voûte à claveaux est construite à l’aide d’un cintre en bois jusqu’à la pose du dernier claveau, le plus haut, en position centrale.

Château de Saint-André du Coing


Édifice situé 26 chemin de Méruzin.
Château probablement reconstruit au XVIe siècle siècle sur les fondations d'une construction médiévale. Au XVIIe siècle, l'édifice reçoit ses principaux aménagements.
Propriété privée , ne se visite pas.
Le château est inscrit aux M.H depuis 2007[2]

Château de Rochecardon


Bâtiment situé rue de Saint Cyr.
Château édifié par Horace CARDON (de son vrai nom Horace Folch CARDONY) bourgeois lyonnais, imprimeur d'origine italienne. Il est devenu seigneur de la Roche en 1605. Château de style Renaissance, avec la tour hexagonale, qui domine la façade sud et les fenêtres à meneaux[3] .
Jean-Jacques Rousseau y séjourna en 1770 et y composa une partie de ses " confessions ".
Transformé en copropriété privée il ne se visite pas.


Autres châteaux

  • Le château de Fromente situé au vieux bourg.
  • Le château du Mont d'Or borde l'avenue Pasteur.
  • Le château Mouterde domine le vallon de Rochecardon.

Tour du mont Narcel


Tour située au sommet du mont Narcel à 580 mètres d'altitude.
Édifice construit en 1882 (Probablement un ancien pavillon de chasse).

Repère géographique.png Repères géographiques

Saint-Didier-au-Mont-d'Or est situé sur les crêtes formant les contreforts sud du petit massif des Monts d'Or, près du 9e arrondissement de Lyon. les ruisseaux d'Arche et de Saint-André traversent la commune.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 000 1 585 1 804 1 667 1 833 1 839 1 955 2 076 2 127 2 188
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 281 2 295 2 295 2 326 2 501 2 710 2 476 2 566 1 906 1 553
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 517 1 583 2 021 2 450 2 240 2 534 3 240 3 475 3 872 4 648
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 5 115 5 967 6 154 6 340 6 411 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

  • Laurent BONNEVAY né le 28 juillet 1870 à Saint-Didier-au-Mont-d'Or ; décédé le 28 mai 1957 à Lyon, il est inhumé au cimetière de la commune. Homme politique français centriste de la Troisième République, il fut notamment Garde des Sceaux dans le ministère d'Aristide BRIAND (16 janvier 1921 - 15 janvier 1922) et président de la commission d'enquête sur le 6 février 1934. Il fit partie des 80 parlementaires qui refusèrent en 1940 de voter les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Il a par ailleurs été conseiller général du canton de Lamure-sur-Azergues et député du Rhône en 1902.
  • Jean PANZANI de son vrais nom Giovanni Ubaldo PANZANI est né en 1911 et décédé le 18 octobre 2003 à Saint-Didier-au-Mont-d'Or en France, à l'âge de 93 ans. C'est un industriel français fondateur de l'entreprise de pâtes alimentaires portant son nom.

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Simon GALATIN 05/1790 - 1791 -  
Jean-Marie DEPIERRE 27/11/1791 - 06/1792 -  
Jean VINCENT 12/1792 – ? ou septembre 1793??  
Jean-Baptiste RITTON 28 juin 1795 – ? -  
Guillaume PASSERON 17/07/1800 - 1802 -  
André GRAND  ? - ? -  
DUSCEAUX 10/06/1804 – 1807 -  
De VIGIERE 1807 - 1815 -  
Jean-Claude TURRIN 1815 – 1815 -  
De VIGIERE 1815 – 1815 -  
Marie Vital Des TOURNELLES 1815 – 1817 -  
Jean CHATOUX 10/1817 – 1817 -  
Pierre MAJEUR 12/1817 – 1821 -  
Hubert-Michel BARBOUSSE 1821 – 1833 -  
Humbert MORATEUR 1833 – 1836 -  
Pierre DECUREL 1836 – 1838 -  
Jean-Pierre DAVID 1838 – 1848 -  
André THEVENIN 04/1848 – 1848 -  
Benoît DEMARE 04/1848 – 1861 -  
Emmanuel MOUTERDE 1861 – 1870 -  
François TURRIN 1870 – 1874 -  
Joseph DEBLESSON 1874 – 1878 -  
François TURRIN 1878 – 1881 -  
Georges LOUVIER 01/1881 – 1881 -  
Jean-André MORATEUR 02/1881 – 1888 -  
Eugène ROUSSIALE 1888 – 1900 -  
Gabriel RONGIER 1900 – 1909 -  
Antoine MEUNIER 1909 – 1912 -  
Auguste PAYANT 1912 – 1918 -  
Pierre FALCOT 08/1918 – 12/1919 Adjoint fonction de maire  
Jean-Pierre GOUET 1919 – 1925 -  
Pierre FALCOT 1925 – 1935 -  
Charles MOUTERDE 1935 – 1945 -  
Pierre FALCOT 1945 – 1947 -  
André MICHEL 1947 - 1962 -  
André LOISELET 1962 - 1979 -  
Yves BERGER 1979 - 1995 -  
Claudine FRIEH 1995 - 2008 -  
Denis BOUSSON 2008 - (2020) - [ Photo]  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
Louis JOYART 1656 - Source[4]  
Jacques FREGELOT  ? - Source[4]  
Jacques FRAVERGNE 25 septembre 1683 - Source[4]  
Jean Joseph JUZEAUD 19 octobre 1706 - Source[4]  
Pierre CAZE 16 février 1746 - Source[4]  
Louis Joseph PINETON 20 avril 1751 - Source[4]  
Jacques REY  ? - Source[4]  
Pierre-Édouard RICHARD 27 septembre 1758 – 1789 Source[4]  
Pierre REVEL - Curé en 1791 ayant prêté serment  
- - -  
Pierre REVEL Février 1803 - -  
Antoine François PASCAL Mars 1830 - Source[5]  
Jean BERGER Janvier 1858 - 1864 Source[5] - Puis curé de Saint-Nizier  
Jean Baptiste RUBAT Octobre 1864 – 1875 Source[5] - Ex vicaire à Villefranche - Autre source[6]  
Antoine FOURNIER Septembre 1875 – 1906 Source[5]  
BENOIT 1906 – 1910 -  
GERANTET De SALUNEAUX 1910 – 1917 Puis curé de Saint-Polycarpe, à Lyon  
Daniel GELY 1917 – 1932 Nommé chanoine honoraire de la Primatiale et pénitencier en 1932[7]  
LYONNET 1932 – 1953 -  
- - -  
Maurice FEYEUX 1963 - 1989 -  
Jean MOLARD 1989 - 1996 -  
Jean VUAILLE 1996 - 2001 -  
- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument de rue de le république - Photo J-P GALICHON
Monument du cimetière - Photo J-P GALICHON


Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur les Monuments aux Morts ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h30 à 12h15 de 8h30 à 12h15 de 8h30 à 12h15 de 8h30 à 12h15 de 8h30 à 12h15 de 9h00 à 11h45 -
Après-midi de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 - -
69194 - Saint-Didier-au-Mont-d'Or-mairie.jpg

Mairie
Adresse : 34, Avenue de la république - 69370 SAINT-DIDIER-SUR-MONT-D'OR

Tél : 04 78 35 85 25 - Fax : 04 78 64 90 88

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : 45.811389° / 4.7981° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : La mairie de la commune de Saint-Didier-au-Mont-d'Or est ouverte aux horaires suivants : Lundi au vendredi de 8h30 à 12h15, mardi, mercredi, jeudi de 13h30 à 17h, samedi de 9h à 11h45.

Source : http://www.mairie-saintdidieraumontdor.fr/contact/contact.htm (05/2010)


Attention : La commune a versé l'intégralité de ses registres de plus de 100 ans aux archives départementales.

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Histoire de Saint-Didier au Mont d'or de Maurice HERMANN, 1985.
  • Saint-Didier-au-Mont-d'Or il y a 200 ans de Marcelle FOURNIER et Marie-Dominique LARDOUX, 1991.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.