69143 - Neuville-sur-Saône

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Neuville-sur-Saône
Blason Neuville-sur-Saône-69143.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 69 - Blason - Rhône.png    Rhône
Métropole Blason Lyon-69123.png   69 M   Métropole de Lyon
Canton Blason Neuville-sur-Saône-69143.png   69-25   Neuville-sur-Saône (Ancien canton)
Code INSEE 69143
Code postal 69250
Population 7 435 habitants (2016)
Nom des habitants Les Neuvillois
Superficie 547 hectares
Densité 1359,23 hab./km²
Altitude Mini: 168 m, hauteur du lit de la Saône
Point culminant 310 m au bois du Parc
Coordonnées
géographiques
45.876944° / 4.841667° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
69143 - Neuville-sur-Saône carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

D'abord appelée Vimy, la ville prit le nom de Camille de Neuville de Villeroy, archevêque de Lyon et devint la capitale de la province de Franc-Lyonnais. Elle porta un moment le nom de Neuville-l'Archevêque, puis en 1794 celui de Marat-sur-Saône et enfin après la Révolution, celui de Neuville-sur-Saône.

Quelques dates

  • En 1872, Badische Anilin und Soda Fabrik (BASF) a acquis une usine auprès des frères THOMAS.
  • L'usine de la Badische Anilin und Soda Fabrik située au four à Chaux est placée sous séquestre comme bien allemand en 1914. On y installa en 1915, les appareils nécessaires à la fabrication de la Tolite (TNT). Le 14 février 1917 un incendie suivit de trois explosions détruisit la poudrerie. On dénombra de nombreux morts et des funérailles nationales eurent lieu le 18 février.
  • 2 septembre 1944 le pont est détruit par l'armée allemande en retraite. Le Bac à traille reprend du service. Une passerelle provisoire pour relier les deux arches non détruites du pont fut réalisée et inaugurée le 23 décembre 1944.
  • 3 septembre 1944 , jour de la libération de la cité par le 1er régiment de fusiliers marins
  • 12 juin 1944 , les Allemands vide les prisons et 23 résistants sont fusillés dans un pré en bordure de la route du parc, Un résistant parvient à s'échapper (Roger BOSSÉ)

Héraldique

D'azur au chevron d'or, accompagné de trois croisettes ancrées du même.

Armes de Camille de Neuville.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2020 : Rhône
  • Arrondissement - 1801-2020 : Lyon
  • Canton - 1801-2015 : Neuville(-sur-Saône)
  • Commune - 1801-2020 : Neuville-sur-Saône


Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Canton de Neuville-sur-Saône, Arrt. de Lyon, Dép. du Rhône

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Notre-Dame de l'Assomption

Plan de Notre-Dame de l'Assomption


Église avec une façade de style rococo édifiée sur l'emplacement de l'ancienne église Notre-Dame par décision de Monseigneur Camille de NEUVILLE De VILLEROY.
Ce dernier à financé l'édifice. Les premiers travaux débutèrent en décembre 1677, la première pierre fut posée et bénie le 3 juillet 1678 et l'église fut consacrée le 8 septembre 1681 par Monseigneur Camille de NEUVILLE De VILLEROY. Au XVIIIe siècle des aménagements sont réalisés par PERRACHE. Un projet de façade est élaboré en 1867 par l'architecte BELLEMAIN, mais la façade actuelle fut réalisée en 1894 sous la maîtrise de l'architecte CHOMEL.
Deux tours carrées encadrent le chevet en s'élançant au-dessus du faux transept. Elles rappellent les deux clochers de l'hôtel de ville de Lyon. L'église est réalisée en pierre de Couzon. Édifice à nef unique à trois travées, avec des chapelles latérales de chaque côté.
Les boiseries de l'abside datent de 1724 et 1726 . Elles ont été réalisées par Joseph GUIULLEMAIN.
Les boiseries du chœur datent de 1746 1747 . Elles ont été réalisées par les menuisiers lyonnais VACHER frères et sculptées par DESSARD. La partie inférieure de ces boiseries a été garnie de trophées sculptés dans du bois tendre par Charles DUFRAINE en 1859. Sur la photo ci dessous vous pouvez voir le Saint Suaire et le Reliquaire.
Les décorations réalisées en 1724 et 1747 l'ont été grâce à la générosité de la nièce de Camille de NEUVILLE , Marie Angélique de NEUFVILLE De VILLEROY, duchesse de Boufflers.
L'architecte, décorateur et peintre Jean-Antoine MORAND (1727-1794) et l'ingénieur, architecte et sculpteur Antoine-Michel PERRACHE (1726-1779) réalisent en 1755 un calvaire classé aux M.H depuis 1982[1].
Les vitraux représentent les grands épisodes de la vie de Marie. Ils furent à l'origine réalisés par Lucien BÉGULE vers 1890. Détruits par l'explosion de 1917 , ils ont pu être reconstitués par le maître-verrier NICOD et par CONVERT, et posés en 1933. À nouveau détruits en 1944, ils ont été restaurés par les établissements Lamy-Paillet de Lyon.

Trois cloches équipent le clocher:

  • Cloche Diam 0,46 Ht 0,48 fondeur GUILLET à Lyon 1858
  • Cloche Diam 0,29
  • Cloche Diam 0,23

Un mécanisme mis en place en 1878 (qui ne fonctionne plus) activait les cloches tous les 1/4 d'heure. Les heures étaient réservées à la plus grosse d'entre elles.


Édifice inscrit aux M.H depuis 2004[2].

Les stalles sont classées aux M.H depuis 1904[3]

Vitraux

Les Blasons

Chapelle du Château d’Ombreval


Aucune chapelle n'est mentionnée dans l'acte de vente de 1630 à Monseigneur Camille de NEUVILLE De VILLEROY. C'est donc probablement lui qui la fit construire au milieu du XVIIe siècle . Elle faisait le pendant à un pavillon devenu corps de garde en 1781 et démoli en 1961 .
Cette chapelle sert aujourd'hui de salle d'exposition.


Hôtel de Ville - Ancien Château d’Ombreval

Vue côté parc - Photo J-P GALICHON
Cour intérieure - Photo J-P GALICHON


17 septembre 1967, inauguration officielle du nouvel hôtel de Ville. Le château a été légué à la commune par Mme BERTRAND et son frère Mr VERGNAIS derniers propriétaires privés du château d'Ombreval. Le château date du XVe siècle. Madame de GRESOLLES, sœur de l'archevêque Pierre d'ÉPINAC, entreprit la transformation et la reconstruction des bâtiments sur le bien acquis en 1596 à Hector BUATIER. En 1630 Camille de NEUVILLE, archevêque de Lyon achète le domaine aux héritiers de Mme Jean Baptiste LIVET qui l'avait acheté à la mort de Pierre d'ÉPINAC. L'archevêque fit clôturer le domaine par un mur. À la Révolution, le parc fut morcelé et le château vendu. En 1961 il fut donné à la commune. C'est l'architecte René SALAGNAC qui a été chargé des travaux d'aménagements.

Salle des fêtes ou Orphéon

Orphéon


Émile GUIMET, industriel demanda en 1863 à la municipalité la concession d'un bail à long terme pour un terrain. Sur cette parcelle , il fit construire à ses frais une salle de concerts dont il traça les plans inspirés par l'architecture ancienne. Devenue vétuste et relativement vétuste l'Orphéon fut démolie en 1976.


Le Pont Neuville Villevert

Le pont en 1910
Le pont en 1941


Un premier pont fut construit par une compagnie privée à partir de 1831 suivant les techniques de Marc SEGUIN. Il donnait lieu à un péage de 5 sous par passage. En 1851 le tablier du pont fut relevé pour permettre le passage des bateaux en période de grosses eaux. Le 1 janvier 1886 le pont fut affranchie. Il a été remplacé en 1934 par le pont actuel. Il est en béton armé et a été réalisé par une entreprise de Villeurbanne. Il est situé 9 m en aval du premier pont. Le nouveau pont est inauguré le 25 août 1935 en présence d’Édouard HERRIOT . Le pont fut partiellement détruit à la fin de la guerre 1939/45.


Repère géographique.png Repères géographiques

Topographie :
Les villes situées au bord de la Saône comportent essentiellement une partie plate plus ou moins large en bordure de la rivière. C'est aussi le cas à Neuville, où le noyau ancien du bourg se trouve implanté dans cette partie, dans une boucle marquée de la Saône, à une altitude de 170 m. En s'éloignant de la Saône, des coteaux de faible pente et une vallée très marquée vers le nord-est, celle du ruisseau des Torrières, entourant une zone urbaine dense. Les plateaux enfin, le prolongement de la Dombes occidentale, ont leur rebord adouci, c'est le plateau fertile de Genay. Le plateau intermédiaire surplombe la vieille ville, et les collines boisées en pente forte, non constructibles, dominent le ruisseau des Torrières à l'est.

Hydrographie :
La partie ouest de Neuville est bordée du nord au sud par la Saône[5] , qui reçoit, au lieu-dit Pont Mallaval, le ruisseau des Torrières[6] . Celui-ci prenant sa source dans le bas du Bois du Parc est alimenté par le ruisseau de la Bascule, au nord-est de Neuville, par la source Camille, qui s'écoule d'une galerie souterraine longue de 280 mètres, enfin par la source de la Vosne, Il est canalisé depuis le quartier de la Blanchisserie jusqu'au au Pont Mallaval. Au nord-est il reçoit également les eaux du ruisseau intermittent de la Cavin.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 732 1 752 1 590 1 816 1 476 1 605 1 741 1 823 2 194 2 126
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 2 439 2 679 2 936 3 414 3 116 3 250 3 239 3 214 3 257 2 906
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 935 2 923 3 022 3 398 3 372 3 589 3 991 4 703 5 413 5 663
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 6 982 6 762 7 062 7 093 7 232 7 435 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cartes postales anciennes


Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la page consacrée aux cartes postales ...

Photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Antoine BARGE 21 février 1790-1792 Premier maire de Neuville, Manufacturier  
Jean LOBREAU 2 décembre 1792-1793 Exerce jusqu'au 21 décembre 1793, date de son arrestation.  
François JEANCE, fils 21 décembre 1793-1794 Serrurier  
François JEANCE 3 février 1794-1794 Serrurier  
Louis CABARET 30 septembre 1794-1794  
Louis CABARET 13 avril 1795-1795  
Antoine Gabriel BUISSON 6 novembre 1795-1795 Président de la municipalité cantonale, Notaire à Neuville sur Saône  
Philippe CADIER 26 mars 1797-1797 Président de la municipalité cantonale, Domicilié à Cailloux sur Fontaines  
Philippe GOIRAN 22 septembre 1797-1797 Président de la municipalité cantonale, Domicilié à Couzon au Mont d'Or  
Jean BENOT 21 novembre 1797-1797 Président de la municipalité cantonale, Domicilié à Fontaines Saint Martin  
Jean François SAUNOIS 23 mars 1798-1799 Président de la municipalité cantonale, Domicilié à Neuville sur Saône  
Jean François SAUNOIS 31 mars 1799-1806 Redevient Maire pour la seule commune de Neuville sur Saône  
Antoine Gabriel BUISSON 29 juin 1806-1815 Par arrêté du Préfet du Rhône du 11 juin 1806, Notaire à Neuville sur Saône  
Pierre Marie DURAND 1er octobre 1815-1818 Notaire à Neuville sur Saône  
Jean Vincent RAMBAUD 11 janvier 1818-1828 Par arrêté du Préfet du Rhône du 6 décembre 1817, Blanchisseur  
Martin TRAMOY 10 février 1828-1844 Meunier  
Antoine MEYREL 15 août 1844-Mai 1862 Par arrêté du Préfet du Rhône du 28 juillet 1844  
Claude ROZET 18 mai 1848-1852 Cafetier  
Pierre VILLION 3 octobre 1852-1853 remplace Claude ROZET  
Martial de PRANDIERE 25 septembre 1853-1862 Rentier  
Claude Marie GIRIN 5 Octobre 1862-1867 Avoué  
Claude SAILLARD 3 février 1867-1871 Boucher  
André LAGARDE 8 Janvier 1871-1874 Epicier  
Hyacinthe Joachim ROUX 23 février 1874-1874 Manufacturier, Passementier  
Louis PERRIN 8 août 1874-1876 Adjoint, remplace le Maire décédé le même jour  
François VERGNAIS 24 mai 1876-1884 Négociant en vins propriétaire du domaine d'Ombreval  
Pierre SAMUEL 8 mai 1884-1884 Négociant en vins  
Jean CHRISTOPHE 22 juin 1884-1892 fabricant de choux et de tuilles sur le Quai Barbes  
Auguste WISSEL 15 mai 1892-1912 Manufacturier en impression sur étoffes  
Elie GUILLON 19 mai 1912-1935 Entrepreneur de maçonnerie  
Joseph CICERON 19 mai 1935-1941 négociant en coton  
René CHASSIN 31 mai 1941-1945 Ingénieur, Nommé par le Préfet du Rhône Angeli, maintenu à la Libération  
Jean OBOUSSIER 11 octobre 1945-1957 Docteur en Pharmacie, Chevalier de la Légion d'Honneur  
Léon CHAMBARETAUD 9 novembre 1957-1959 Agent d'assurance Sénateur du Rhône  
Paul François CAMPANT 22 mars 1959-1977 Cultivateur au Parc à Neuville sur Saône  
Jean MACHURAT 25 mars 1977-1983 Ingénieur  
Paul LAFFLY 6 mars 1983-2008 Docteur en Médecine, Chevalier de la Légion d'Honneur  
Jean-Claude OLLIVIER 23 mars 2008-2014 Acheteur d'énergie verte  
Valérie GLATARD 5 avril 2014-2020 Educatrice  
Eric BELLOT 25 mai 2020-(2026) Proviseur  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
- - -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Etienne CAVET 1602 - 1606 Docteur en droit, chanoine en l'église St Paul à Lyon, curé de Vimy. C'est Mre Cavet qui accepta la fondation de noble Claude Deglatou archer des gardes du corps du Roi, c'est aussi lui qui fit réparer le cellier de St Germain comme il parait par l'inscription gravée au-dessus de la porte d'entrée : "Cavet Cura Cunctis"  
Jean DRU 1606 - 1632 Le 26 avril on trouve un registre de baptême de Mre Dru curé de Vimy. Le nombre des baptêmes n'était pour lors que d'environ 25 par année commune.  
Balthazard MUGNIER 1632 - 1652 Docteur en Théologie Source[7]  
François BALSAUD 1652 - 1676 Docteur en Théologie, mourut en 1676. C'est sous son apostolat que fut fondé l'établissement d'un vicaire à Neufville par Mgr Camille en 1670. Source[7]  
Guillaume CURTILLAT 1676 - 1697 Bachelier en sorbonne, nommé le 17 avril 1676, on trouve encore un registre signé de sa main le 21 janvier 1697, mais point d'acte mortuaire, ni de la plupart des précédents, ni de leur prise de possession. ll Iavait la confiance de Mgr Camille de Neufville, il l'assista lors de sa mort et hérita d'une portion de sa bibliothèque ; il était promoteur substitué de ce diocèse. Source[7]  
Antoine CHANCEY 25.4.1697 - 1719 On trouve un registre signé de lui du 16 juin 1697. Il mourut le 3 avril 1719, âgé de 68 ans. Source[7]  
Antoine BRICITTO 22.4.1719 - 1740 Docteur en théologie, archiprêtre de Dombes. On trouve un registre signé de lui le 14 novembre. Il mourut le 3 avril 1740. Source[7]  
Gaspard de BOMBOURG 19.5.1740 - Gradué, il avait été curé de Genay pendant 18 ans et réforma bien les abus dans cette paroisse. Auparavant curé de Chaneins. Il mourut à Lyon le 7 ou 9 mars 1748 chez M. Cabanonson beau-frère, fut présenté à la paroisse d'Ainay transporté et enterré dans l'église de Neuville. Source[7]  
Jean GACON 16.8.1748 - 1791 Baptisé le 10 janvier 1727 à Bagé le Chatel (Ain) , fils de Jean, procureur et fermier général du marquisat de Bâgé-le-Châtel.

Diplômé en droits civil et canon.
Nommé comme vicaire de Neuville adjoint du curé DEBONBOURG en 1746. (19 ans) A la mort de ce dernier il est nommé curé commis, puis sur présentation de Madame Angélique de NEUVILLE, l'archevêque de Lyon le nomme curé en date du 16 août 1748. En 1749 il sera archiprêtre de la Dombes.
Le 2 janvier 1791 après la messe, il fait serment de fidélité à la nation. Le 2 avril 1791 il figure parmi les contre révolutionnaire et le 19 juin de la même année il est expulsé.
Il sera prisonnier à Couzon et remis en liberté le 16 janvier 1796, il décèdera le 9 juin 1796 au château de l'Aventurière.

Jean GACON a été reconnu pour ses travaux d'hydraulicien[8].
Il a participé activement à la décoration de l'église.
 
Hector d'HODIEU 1791 - 1792 Prêtre assermenté, installé curé de Neuville le 19 juin 1791, il démissionne le 21 novembre 1793. Source[7]  
- - Période révolutionnaire  
Pierre CHAPUIS 1803 - 1818 Né à Pont de Veyle vers 1764, il fut nommé diacre le 27 mai 1788 et prêtre la même année. Nommé Vicaire à Neuville fin 1788. Expulsé de sa cure avec le curé Gacon le 29 mai 1791. Il se réfugia à Chalamont dans l'Ain où il fut adjoint de mission. Après le Concordat, il fut nommé curé de Neuville. IL s'installa à la cure le 11 février 1803.

En 1808, il quitta Neuville pour rejoindre son nouveau poste, curé de Bourg. Il décédé à Bourg en Bresse en 1827 et fut enterré dans le cimetière de Neuville.

Source[9]  
Etienne MARCHAND janvier 1808 - 1822 Source[9] - Inhumé au tombeau des prêtres  
Gilbert DURAND février 1823 - mars 1832 Décédé à Neuville le 31 octobre 1832. Source[9] - Inhumé au tombeau des prêtres  
THÉVENARD 1823 - -  
Charles CHIRAT Décembre 1832 - 1849 Né le 16 septembre 1793, il fut curé de Millery ; nommé curé de Neuville le 9 novembre 1832, installé le 27 janvier 1833. Il semble que ce soit lui qui meurt le 15 septembre 1851, chanoine d'honneur, et curé de Notre Dame Notre-Dame Saint-Louis à Lyon à l'âge de 57 ans. Source- [9]  
Joseph Alexandre PEYRARD juillet 1849 - 1881 Né à St Didier (Haute Loire) le 10 mars 1800, prêtre le 20 mai 1826. Vicaire à Notre Dame de Roanne, puis à Saint Bonaventure en 1832. Curé de Dardilly en 1835. Nommé curé de Neuville le 23 juillet 1849. Retiré en 1881. Décédé à Saint Cyprien (Loire) le 3 novembre 1883. Source[9]  
Michel GAILLARD juin 1882 - 1888 décédé à Neuville le 4 janvier 1888. Source[10] - Inhumé au tombeau des prêtres  
Michel BÉRAUD 1888 - 1901 Décédé à Neuville sur Saône, Ex curé de Fontaines-Saint-Martin - (1831 - 1901)  
Pierre Paul RAVUT 1901 - 1914 Ex curé de Fontaines Notre-Dame - Inhumé au tombeau des prêtres Source[11] - (1849 - 1914)  
François Claudius Napoléon LATHUILLIERE 1914 - 1943 Chanoine honoraire, Ex curé de Marchampt - Encore chanoine archiprêtre de Neuville en 1938 - Inhumé au tombeau des prêtres  
Marcel CURTELIN 1943 - 1965 a quitté Neuville, nommé supérieur de la maison de retraite des prêtres à Vernaison.  
Christophe 1965 - 1975 Quitte Neuville, nommé curé de Mars (Loire)  
ROUSSEL 1975 - 1985 Quitte Neuville et est nommé à Lentilly.  
Abbé CACAUD 1985 - 1991 Quitte Neuville et est nommé à Roanne.  
ROUX 1991 - 1992 Quitte Neuville, venant de Roanne, nommé à Caluire.  
Pierre BUTHAUD 1992 - 1996 Quitte Neuville, venant de Oullins, nommé à Lyon à la paroisse du Sacré Cœur  
Christophe MALRIC Depuis 2018 Curé de la paroisse Saint-Christophe des Deux-Rives  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monuments aux Morts ...


Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur la stèle...

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 de 09h00 à 12h00 -
Après-midi 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 13h30 - 17h00 - -
69143 Neuville-sur-Saône-Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Place du 8 mai 1945 - 69250 NEUVILLE-SUR-SAÔNE

Tél : 04 72 08 70 00 - Fax : 04 78 91 75 43

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site (17/05/2014)

Associations d'histoire locale

Neuville Histoire et Patrimoine, Place de la Voûte, contact en Mairie Permanence le samedi matin de 10h00 à 12h00

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  L'hôpital de Neuville-sur-Saône 1855-2010

  • Devoir de Mémoire (2012) Paul LAFFLY - Marc RODRIGUEZ - ISBN 978-2-918607-29-8 édition du Poutan
  • Pré inventaire des monuments et richesses artistiques Neuville-sur-Saône (1985) N° 11 - ISBN 2-910865-13-4
  • Pré inventaire des monuments et richesses artistiques Neuville-sur-Saône (2001) N° 11 - ISBN 2-910865-13-4 Réédition
  • Mémoire en images Neuville sur Saône par les amis du vieux Neuville ISBN 2-84253-888-9
  • Actes des journées d'études 2015 – Neuville sur Saône ISBN 978-2-9066998-33-9 Union des sociétés historiques du Rhône et Lyon Métropole.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.