69123 - Église Saint-Martin d'Ainay

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour édifices religieux de Lyon

Église localisée au 11, rue Bourgelat, 69002 Lyon

Église Saint-Martin d'Ainay
Photo J-P GALICHON

H
Histoire.pngistorique

Plan basilique

Vers 859, l'abbé Aurélien (qui sera ensuite archevêque) fonde le prieuré de Saint-Benoît avec des moines venus de Bonneval.
L'établissement est élevé au rang d'abbaye.
À partir de la fin du XIe siècle les travaux pour remanier l'ancien prieuré débutent et sont dirigés par des abbés dynamiques tels GAUCERAND, AMBLARD et ARTHAUD.
Le 29 janvier 1107, le pape Pascal II consacre cette église sous le vocable de Saint-Martin.
Au XIIe et XIIIe siècle, l'abbaye exerce un pouvoir temporel important. En effet vers 1250 l'abbaye possède 72 églises ou prieurés dans le diocèse de Lyon ou au delà.
Au XIVe siècle, l'abbé fait construire un palais dans le monastère et fait édifier des remparts.
En 1562, pendant les guerres de religion, les troupes du Baron des Adrets détruisent une partie des bâtiments (cloître détruit et église dévastée). Les archives sont brûlées par les huguenots
En 1685, l'abbaye est sécularisée, les chanoines remplacent les moines.
Le 27 janvier 1780 l'abbaye perd son titre d'abbaye et les biens deviennent ceux de l'archevêché de Lyon.
Pendant la Révolution, le palais abbatial est rasé et l'église est transformée en entrepôt.
En 1802, l'église redevient lieu de culte.
Le 13 juin 1905 l'église est élevée par le pape Saint-Pie X au rang de basilique.

La basilique est classée aux Monuments Historiques de France par liste de 1840[1].

Quelques dimensions

  • 36,5 mètres à l'intérieur du fond de l'abside au mur de revers.
  • Hauteur de la nef 14,5 mètres, du bas-coté 12,5 mètres.
  • Le clocher-porche s'élève à 31,5 mètres.
  • La tour lanterne atteint, elle, 22 mètres.

XIème siècle

La chapelle sainte Blandine est profondément modifiée au cours des siècles. Des pilastres renforcent les murs et supportent une voûte en berceau.
Le chœur est voûté et décoré de chapiteaux à entrelacs et d'une marqueterie de briques.
Les trois premiers étages du clocher porche sont modifiés avec des ouvertures à décor de briques.

XIIème siècle

L'église se caractérise par ses deux clochers. A l'ouest avec une pyramide et ses pyramidions et à l'est à un seul étage.
Le sanctuaire (entrée du chœur côté chapelle saint Michel) est décoré de bas reliefs (meurtre d'Abel, offrande de Caïn et d'Abel, lutte de l'Archange saint Michel contre le dragon , le Précurseur). Le côté chapelle sainte Blandine est décoré par le Christ entre le tétramorphe (les quatre figures symbolisant les quatre Évangélistes), le péché originel , Adam et Ève chassés du paradis, l'Annonciation. Les pilastres du chœur sont décorés de petits personnages et d'animaux symboliques.

XIVème siècle

Construction de la chapelle saint Michel avant 1485 par Guichard de ROVEDIS.

XIXème siècle

Profonde transformation des différents édifices avec en particulier:

Mise en place des voûtements des trois nefs de l'église .
En 1855, l'abside est décorée d'une fresque peinte par Hippolyte FLANDRIN.
Mise en place de vitraux par Lucien BÉGULE dans la chapelle saint Michel en 1893.
Mosaïque du sol de la chapelle saint Michel en 1892.
Agrandissement de la chapelle de la Vierge au sud par l'architecte Claude-Anthelme BENOIT en 1844 et reconstruction en 1859 et 1864 par l'architecte parisien Charles-Auguste QUESTEL. La statue de la Vierge au-dessus de l'autel est l'oeuvre de Jean Marie BONNASSIEUX. Le devant d'autel est de Joseph Hugues FABISCH . Les vitraux et peintures datent de 1863 et sont du peintre Claudius JACQUARD.
Construction de la chapelle saint Joseph au Nord par l'architecte Jean POLLET en 1831 sur l'emplacement d'une galerie du cloître détruite en 1562. Les vitraux sont signés SCHULTZ (1929) et la statue de saint Joseph est du sculpteur Joseph Hugues FABISCH (1881). Les colonnettes et leurs chapiteaux de l'abside sont des réemplois provenant de l'ancienne église Saint Pierre le Vieux qui était située à proximité de la cathédrale.
Le baptistère construit en 1834 par l'architecte Jean POLLET est dans le style néo-roman. Les chapiteaux romans du XIe siècle surmontant les sept colonnes des murs intérieurs proviennent de l'abbaye de l'Île-Barbe .
Restauration de la chapelle sainte Blandine par Tony DESJARDINS, architecte diocésain.
Adjonction des portails latéraux sur la façade.

Patrimoine.png Patrimoine

Mosaïque de la crypte
La crypte (VIIème siècle) était censée renfermer les reliques de sainte Blandine.
La mosaïque du sol de la crypte date de 1854, elle évoque le nom des martyrs lyonnais de 177.

Chapelle Sainte Blandine
Un petit chœur domine une nef dont la voûte en berceau plein-cintre repose sur des piliers adossés aux murs latéraux. Le chœur, surélevé au-dessus de la crypte est couvert d’une demi-coupole pourvue de deux trompes et décorée de colonnettes et de chapiteaux à entrelacs.

Orgue
Orgue construit par le facteur d'orgue MERKLIN en 1889.

Chapelle de la Vierge
Huit des neuf caissons du dallage de mosaïques devant l'autel sont antiques. Six d'entre eux proviennent de l’institution Adélaïde PERRIN situé à côté.

Coupole
L'architecture de saint Martin d'Ainay est originale par la colonnade qui la couronne à la manière d’une sorte de triforium, les colonnes des arcs des fenêtres et celles des arcs des trompes étant sur le même niveau. Les colonnes des quatre angles ont une fonction esthétique.

Maître Autel
Le maître-Autel a été consacré le 8 décembre 1855, il est l'oeuvre de POUSSIELGUE-RUSAND.

Baptistère
Sur l'extérieur du baptistère les bas reliefs romans sont d'origine :
Au sud, des animaux fantastiques représentent le mal.
Au nord, l'annonce aux bergers de la Nativité.
À l'intrados du linteau, la main de Dieu.

À l'intérieur les sculptures sont une réalisation de Joseph Hugues FABISCH de 1883.


Pictos recherche.png Pour en savoir plus....

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Église Saint-Martin d'Ainay
La façade et le clocher porche
Photo J-P GALICHON

Extérieur

Intérieur

Baptistère

Chapelle Sainte Blandine et sa crypte

Chapelle Saint Joseph

Intérieur de la basilique

Chapelle de la Vierge

Sanctuaire

Pilastres

Vitraux chapelle saint Michel

Les curés de Saint-Martin d'Ainay

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Benoît GODARD - Source[2]  
Laurent COCHOUD 17 septembre 1597 - Source[2]  
Jean GUÉRIN - Source[2]  
Clément DURAND 5 juin 1632 - Source[2]  
Claude MUGNIER - Source[2]  
Alexandre POURRA 31 août 1661 - Source[2]  
Charles de MUZY - Source[2]  
Pomponne de RIVERIE 1 juin 1722 - Source[2]  
Jean MAGLOIRE 1 juin 1729 - Source[2]  
Claude DENANTES 16 janvier 1748 - Source[2]  
Jean Jacques LEGAY 1753 (?) - 1789 Source[2]  
- - Période révolutionnaire  
Aimé REGNIER 1803 - 1825 source[3] - Décédé à 73 ans  
Marc Antoine FERRAND Février 1825 - 1844 source[4]  
Jean BOUÉ 1844 - 1868 Ex curé de Saint-Just - Archéologue il fit restaurer les églises de Saint-Just et de Saint-Martin  
Jean François DUTEL Novembre 1868 - Ex curé de Saint-Bernard  
Jean Marie Étienne DELAROCHE 1887 - 1909 (1838 - 1909) - Archiprêtre en 1902 - Ex archiprêtre du Bois-d'Oingt - Ex curé à Saint-Irénée  
Paul VIGNON 1909 - 1941 Ex curé du Saint-Sacrement - Ex curé auxiliaire de Brignais - Puis aumônier de la Compassion  
Claudius ROCHIGNEUX 1941 - Ex professeur au Petit séminaire de Montbrison - Ex curé de Rontalon - Ex curé de La Demi-Lune  
- -  
- -  

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Saint-Martin d'Ainay, par le R.P. RAVIER 1948.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.