68 - Kaysersberg

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Kaysersberg
(Ancienne commune)
Kaysersberg.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Sainte marie aux mines.png   68-15   Sainte-Marie-aux-Mines

Kaysersberg.png   68-12   Kaysersberg (Ancien canton)

Code INSEE 68162
Code postal 68240
Population 2 676 habitants (1999)
Nom des habitants Kaysersbergeois, Kaysersbergeoises
Superficie 2482 hectares
Densité 107 hab./km²
Altitude Mini: 236 m
Point culminant 924 m
Coordonnées
géographiques
48.139444° / 7.261389° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68162 - Kaysersberg carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Des traces d'occupation dès le néolithique sont attestées.
  • Le bourg se développe autour du château, édifié au XIIIe siècle sur la colline. C'était le domaine des Hohenstaufen. Mais Rodolphe Ier de Habsbourg en devient possesseur en 1263. Puis c'est le roi Adolphe de Nassau qui donne à la cité le statut de ville impériale, et en 1354, elle entre dans la Décapole. Au siècle suivant, est autorisé « un marché hebdomadaire en 1429 et une foire en 1479 »[1]. Le négoce du vin se développe rapidement.
  • Au XVIe siècle ont lieu des conflits sociaux se soldant par le pillage et l'incendie du château. En 1573, l'empereur Maximilien confie l'administration de la ville au bailli Lazare de Schwendi, célèbre pour avoir ramené de Hongrie des plants du cépage "Tokay" (personnage immortalisé par une statue de Bartholdi à Colmar).
  • Au XIXe siècle, c'est l'industrie textile qui favorise le développement économique de Kaysersberg.
  • La ville connait d'importantes détériorations lors des deux guerres avant d'être libérée le 16 décembre 1944. Elle reçoit en 1949 la Croix de guerre 39-45 avec étoile de vermeil.
  • En 1965 un jumelage est décidé entre Kaysersberg et Lambaréné eu Gabon, en mémoire de l'œuvre d'Albert Schweitzer.
  • Kaysersberg est devenue une ancienne commune le 1er janvier 2016, commune déléguée de la commune nouvelle de Kaysersberg Vignoble[2].

Toponymie

« La première mention du village date de 1227 »[3].
« La ville impériale de Kaysersberg apparaît en 1230 sous la dénomination "Keisersperg" »[4].
Le toponyme est formé des deux racines germaniques "Kayser" signifiant empereur et "Berg" signifiant montagne (ou simple colline).

Héraldique

  • Les anciennes armoiries de Kaysersberg apparaissent au XVe siècle et se blasonnaient ainsi :

« De gueules à la gibecière de sable ferrée d'or (à enquerre) »[5].

  • Au XVIIIe siècle, c'est un sceau différent, où figure la tour du château, qui est pris pour armoiries :

« Parti : au premier parti de gueules et d'azur à la tour entourée d'une muraille crénelée d'argent maçonnée de sable, ouverte et ajourée du même, sur une montagne de cinq coupeaux de sinople, le tout brochant, au second d'argent à la gibecière de sable ferrée du champ. »

  • Armoiries actuelles :

En 1906, un brevet impérial permet la coexistence de la gibecière et du château :
« D'argent à la bourse de sable ferrée d’or ».

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : ....
  • Arrondissement - 1801-.... : ....
  • Canton - 1801-.... : ....
  • Commune - 1801-2015 : Kaysersberg

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Repère géographique.png Repères géographiques

La ville vue du château - Photo J-P GALICHON


Situé à l'ouest du département, le ban communal forme un triangle dont la pointe orientale jouxte Colmar et sa zone commerciale autour d'Houssen ; et sa limite ouest englobe les collines sous-vosgiennes.
Nichée dans un creux, à la limite entre derniers vignobles du piémont et premiers reliefs, la ville marque l'entrée de la vallée menant au col du Bonhomme.
La commune est traversée par la Weiss affluent de La Fecht [6] [7].

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église catholique de l'Invention-de-la-Sainte-Croix

Vue d'ensemble avec la poutre de gloire - Photo J-P GALICHON


Église commencée vers 1230. Le portail roman et la nef centrale sont du XIIIe siècle tandis que le chœur et les nefs latérales datent des XVe et XVIe siècles. L'intérieur est orné d'un retable de 1518 du sculpteur Jean BONGART. Le tympan représente le couronnement de la Vierge, assise à gauche du Christ. Les archanges Michel et Gabriel les encadrent.
La poutre de gloire est un calvaire monumental. Cette œuvre nommée "Christ Colossal" date de la fin du XVe siècle. Le Christ est en bois de tilleul.
Le clocher fut transformé en 1827, période où il fut rehaussé, sa flèche primitive fut remplacée par une calotte aplatie.

L'église est classée aux M.H depuis 1985[8].

Extérieur

Intérieur

Église Saint-Jean-Baptiste de l'ancien couvent des Franciscains

Inscription sur façade occidentale

Les franciscains vinrent s'établir à Kaysersberg en 1460, invités par le Magistrat. L'église fut consacrée à saint Jean Baptiste en 1483 (inscription au-dessus du portail occidental).
L'église, orientée, comportait un chœur à pans coupés et une nef à un vaisseau. La façade occidentale avec campanile (couvert par un dôme à l'impériale) conserve dans la travée centrale le portail (muré). L'édifice fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1946[9].


Chapelle Notre-Dame-du-Scapulaire, dite de l'Oberhof

Même vue un siècle plus tôt

Chapelle située au 3, rue de l'Oberhof sur la rive gauche de la Weiss.
Chapelle du XIVe siècle (1391) ayant subi des dommages de guerre.
La chapelle et la propriété attenante appartenaient jadis à l'abbaye de Pairis, près d'Orbey.
Édifice privé.

L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1946[10].

Chapelle Saint-Michel et son ossuaire

Façade - Photo J-P GALICHON


Chapelle avec ossuaire reconstruite en 1463 (millésime gravé sur la porte ouest du mur sud) , à l'extérieur de l'enceinte primitive du XIIIe siècle.

L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1967[11].


Chapelle Saint-Wolfgang


Chapelle située sur un rocher au sud de la ville, route d'Ammerschwihr.
Ancienne chapelle de la léproserie surplombant le cimetière afin d’éviter le moindre contact avec les malades ,consacrée en 1418, reconstruite en 1488 par le greffier-syndic qui en fit don à la Ville, démolie, reconstruite à nouveau en 1519. Chapelle à nef unique, dont le plafond a été refait au XVIIIe siècle, prolongée par un chœur en demi-cercle.


L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1932[12].

Église protestante


La première église protestante fut inaugurée le 19 octobre 1862. Un décret impérial du mois d'août 1862 avait autorisé le consistoire de Riquewihr à ouvrir un oratoire à l'usage du culte protestant[13].

L'église protestante actuelle est la maison natale du docteur Albert SCHWEITZER (14 janvier 1875).

Pont fortifié


Pont construit en remplacement d'un ancien ouvrage en bois. Ce pont fortifié est construit en 1514 et est alors muni, de part et d'autre de parapets, de meurtrières afin de prévenir toute action pouvant survenir le long de la Weiss[14] . Au milieu du pont, une chapelle surmontée des armoiries du Saint-Empire romain germanique et de celles de la ville abrite une statue polychrome de la Vierge datée du XVIIIe siècle.

La chapelle est inscrite aux M.H depuis 1932[15].


Tour de la porte haute


La Tour de la Porte Haute mesure 12 mètres de hauteur. Elle est datée du XVe siècle. C'est une tour de guet, elle participait à la défense de la ville en fermant le chemin de ronde. De plan carré, la tour a conservé ses meurtrières.


La Tour est inscrite aux M.H depuis 1932[16].


Le schlossberg

Les murs du donjon ont une épaisseur atteignant 4 mètres . - Photo J-P GALICHON


La construction débute dans la première moitié du XIIIe siècle par les seigneurs de Ribeaupierre afin de barrer les routes venant de Lorraine. L'enceinte est construite dans le premier tiers du même siècle[17]. Les ruines du château font l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 1er octobre 1841[18].
Les vestiges de l'enceinte reliant le château au système fortifié de la ville ont fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 18 septembre 1995.
En 1263 Rodolphe de Habsbourg en fera sa résidence.
Le château est devenu propriété communale le 1e janvier 2008.


Hôtel de ville


Construit en grès des Vosges entre 1603 et 1605 siècle dans le style Renaissance rhénane par le charpentier Dominique HAECHER pour servir de résidence et de centre administratif au bailli impérial.
La grande salle du Conseil est caractérisée par un plafond à caissons et par des lambris en bois, ainsi que par des portes aux colonnes cannelées et aux chapiteaux doriques et ioniques, surmontés d'un travail de marqueterie représentant le symbole de la justice.
Le bâtiment est classé aux M.H depuis 1880[19].


Musée Albert SCHWEITZER


En 1806 les portes Haute et Basse de la ville furent détruites. Un corps de garde fut édifié à chaque entrée de la ville d'après les plans de l'ingénieur des Ponts et Chaussée, GOUGET père. Les travaux furent adjugés en mars 1807. En 1981 les locaux ont été aménagés en musée destiné à la mémoire d'Albert SCHWEITZER.
Inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1996[20].


Maisons

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Ville de naissance

  • Urbain Joseph Alexandre ADAM : Horloger.
Né le 25 mai 1815 et décédé le 18 janvier 1881 à Colmar.
Les horloges de cet horloger ont été installées dans de nombreux édifices alsaciens tel que l'église de Raedersheim (datée de 1857), l'église Saint-Jean-Baptiste de Kembs (datée de 1858), l'église protestante de Riquewihr (datée de 1859).
  • François Antoine MEYER : Député du 31 mars 1789 au 30 septembre 1791.
Né le 29 janvier 1754 et décédé en cette commune le 11 décembre 1827.
Assemblée Natinale
  • Joseph PHILIPPI : curé missonnaire, « Apôtre des Badois ».
Né le 7 février 1808 à Kaysersberg. Fait ses études à Colmar, puis à Soleure en Suisse. Ordonné prêtre à Strasbourg en 1829.
peinture Ch.Serfass
Prêtre une année à Schlierbach, il est ensuite nommé curé de Blodelsheim, où il organise des missions spirituelles auxquelles viennent assister les suisses du grand Duché de Bade. En 1854, il est nommé curé missionnaire et grand prédicateur de Molsheim, et y restera jusqu'en 1882.
Il décède le 1er février 1891 à Molsheim, où il est inhumé.
  • Albert SCHWEITZER, médecin, né le 14 janvier 1875 à Kaysersberg (département du Haut-Rhin), décédé à Lambaréné (Gabon) le 4 septembre 1965 à l'âge de 90 ans.
Il fut tout à la fois pasteur, organiste, musicologue, écrivain, docteur en médecine et dirigeant d'hôpital.
Il créa un centre médical à Lambaréné, village de la République Gabonaise, où il soigna les indigènes atteints de lèpre et de maladies tropicales. Sa maison à Gunsbach, près de Munster (Haut-Rhin), resta son point d'attache à l'Alsace ; il aimait y revenir et s'y reposer lorsqu'il prenait des vacances.
Généalogie d'Albert SCHWEITZER
Aïeux d'Albert Schweitzer

Ville de décès

  • François Antoine MEYER : Député du 31 mars 1789 au 30 septembre 1791.
Voir ci-dessus.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 2 600 2 308 2 541 2 867 3 053 3 383 3 138 3 271 3 465 3 311
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 217 3 173 2 831 2 588 2 590 2 746 2 738 2 759 2 662 2 657
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 700 2 485 2 540 2 559 2 504 2 347 2 549 2 821 2 979 2 942
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 2 707 2 755 2 676 2 715 2 709 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photos

Cartes postales

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean-Baptiste GSELL 1790-1791  
François GSELL 1791-1793  
Jean-Baptiste GSELL 1793-1795  
Nicolas HOLL 1795-1797  
Paul GSELL 1797  
Ignace GEBHART 1797  
Nicolas MAIRE 1797-1800  
Jean Népomucène François PEYERIMHOFF 1800-1808 Notaire  
François GSELL 1808-1816  
Ignace GEBHART 1816-1821 Propriétaire  
Jean SCHWINDENHAMMER 1821-1830  
François Joseph KAUFFMANN 1830-1832 Propriétaire  
Joseph GSELL 1832-1834  
Michel BAEGERT 1834-1848  
Joseph GSELL 1848-1852  
Michel BAEGERT 1852-1866  
François Joseph BAEGERT 1866-1870  
Aimé NACHBAUR 1870-1871 Président de la commission municipale  
François-Joseph BAEGERT 1871-1900  
Victor WEIBEL 1900-1919  
Joseph RIEDER 1919-1932  
Joseph SALZMANN 1932-1941  
Antoine EHRHART 1941-1943  
DEISS 1943-1944  
Joseph SALZMANN 1944-1945  
Pierre KUENTZ 1945-1959  
Georges FERRENBACH 1959-1977  
Louis BUND 1977-1995  
Henri STOLL 1995-2015 Dernier maire de Kaysersberg - Les Verts . Conseiller général. Professeur d'informatique au lycée Camille Sée.  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean ADAM 1764 - Décédé en 1818  
Antoine ADAM 1813 - Décédé en 1845  
Antoine DIETRICH 1845 - 1868 Auparavant curé à Spechbach-le-Bas. Décédé en 1868  
François GANTER ou GANDER 1868 - 1873 Auparavant curé à Gueberschwihr.  
Jacques KANNENGIESSER 1873 - 1889 Auparavant curé à Moosch. Décédé en 1889  
Joseph GERBER 1889 - 1906 Auparavant curé à Zimmersheim. Décédé en 1907  
Joseph GANTER 1906 - 1908 Auparavant vicaire à Lautenbach.  
Eugène BACHER 1908 - 1915 Auparavant curé à Brunstatt. Décédé en 1915  
Jean BURGET ou BURKET 1915 - Auparavant curé à Westhalten  
- -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Pictos recherche.png Consulter la liste

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h-12h 8h-12h 8h-12h 8h-12h 8h-12h - -
Après-midi 13h-17h 13h-17h 13h-17h 13h-17h 13h-16h - -
68 - Kaysersberg Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 39, rue du Général de Gaulle - 68240 KAYSERSBERG

Tél : 03 89 78 11 11 - Fax : 03 89 78 11 12

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : 48.139444° / 7.261389° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site officiel (janvier 2014)

Associations d'histoire locale

Nom de la commune en langues régionales

  • en alsacien : Kaysersbarg
  • en allemand : Kaysersberg

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Cahiers Albert Schweitzer, publication trimestrielle de l'Association Française de ses Amis, 1b, quai Saint-Thomas, Strasbourg.
  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.



^ Sommaire