68291 - Rumersheim-le-Haut

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Rumersheim-le-Haut
Blason Rumersheim-le-Haut-68291.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole -
Canton Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim

Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim (Ancien canton)

Code INSEE 68291
Code postal 68740
Population 1 095 habitants (2015)
Nom des habitants Rumersheimois, Rumersheimoises
Superficie 1 667 hectares
Densité 65,68 hab./km²
Altitude Mini : 210 m
Point culminant 224 m
Coordonnées
géographiques
47.851944° / 7.522222° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68291 - Rumersheim-le-Haut carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Histoire de Rumersheim-le-Haut

  • Au temps des Romains, il existait une voie militaire reliant Augst à Strasbourg et traversant « la partie ouest du ban de Rumersheim du sud au nord »[1]. Et le site du Burghof au sud du village actuel, attesté per les historiens, constituait un des bastions romains dressés « le long de la frontière »[2].
  • À partir de 1259, Rumersheim passe aux mains des comtes de Habsbourg et le restera jusqu'au traité de Westphalie. Avec dix autres villages de la Hardt, il faisait partie du "Niederampt", c'est à dire du bailliage inférieur de la seigneurie de Landser, régie par « la prévôté d'Othmarsheim »[3], (Ottmarsheim).
  • Au XIVe siècle, ce secteur très rural doit faire face à plusieurs calamités : récoltes anéanties par invasions d'insectes ou inondations du Rhin, provoquant maladies et famine. S'y rajoutent des épidémies de peste et choléra. Au siècle suivant, invasions et barbarie se succèdent. Les Suisses font des incursions dans la Hardt. Les Armagnacs sont missionnés pour les chasser, mais « ils n'ont pas reçu leur solde et se vengent sauvagement »[4] par des destructions en masse.
  • Durant les XVIIe et XVIIIe siècle, l'Alsace est fortifiée. Outre la "ceinture de fer" conçue par Vauban et marquée par plusieurs places-fortes telles celle de Neuf-Brisach, de nombreuses redoutes[5] sont construites. Sur les 76 édifiées le long du Rhin, il y en avait « 31 entre Huningue et Neuf-Brisach »[6] dont une à l'est de Rumersheim, au bord du fleuve.

La bataille de Rumersheim

Croix de Hammerstatt
Lieu de la bataille

En 1709, alors que les impériaux autrichiens tentent de reprendre des possessions françaises, a lieu sur le territoire rumersheimois une bataille décisive pour l'Alsace. Depuis le 21 août l'autrichien Claude Florimont de Mercy, « à la tête de 26 escadrons »[7] s'installe sur une île du Rhin, au niveau de Neuenburg. Puis grâce à un pont de bateaux, il fait passer sa cavalerie et ses soldats sur la rive gauche, au sud de Rumersheim, puis les fait avancer « jusqu'à la hauteur de la cense de Hammerstadt »[7]. Mais le 26 août au petit matin, le comte français Léonor Marie du Maine du Bourg[8] donne ordre à ses huit mille hommes de charger le campement ennemi. Mercy prend la fuite, le pont lâche, des Autrichiens se noient. « On retire du Rhin près de sept cent chevaux qui servent à remonter la cavalerie française »[9]. Quand Du Bourg, victorieux, racontera cet épisode par la suite, il parlera de « plus de quinze cents morts des ennemis »[10].

  • Les 17, 18 et 19 septembre 1852 a lieu une crue historique. après un déluge de plusieurs jours, le Rhin enfle et se déchaine, provoquant de nombreuses brèches dans les digues, dont une de 250 mètres de large à Chalampé. Les eaux en furie déferlent dans la plaine, emportant tout sur leur passage. Un témoignage paru dans le journal de l'époque relate « Toute la plaine entre Rumersheim et Blodelsheim ne formait plus qu'un immense lac »[11].
  • Quelques années plus tard, lors de la construction du Grand canal d'Alsace destiné à régulariser le Rhin, des cités provisoires sont construites pour tous les travailleurs embauchés pour ce chantier.

La seconde guerre mondiale

  • Lors de la construction de la ligne Maginot dès 1930, une "ligne des abris" est créée sur la rive gauche, parallèle à la "ligne de la berge". Deux casemates d'infanterie sont construites : la 56/3 - Rumersheim-Nord et la 57/3 - Rumersheim-Sud.
  • Libération : la commune est libérée le 9 février 1945 par la 2e compagnie du 1er bataillon du 5e Régiment de Tirailleurs Marocains, qui a libéré Munchhouse la veille au soir, malgré « la neige profonde de 50 à 80 cm et le froid »[12].

Village disparu de Hammerstatt

Détail de la croix

« Sur le territoire de la commune se trouve le lieu-dit "Hammerstadt" où existait un village au Moyen-Âge »[13].
Ce hameau est déjà cité en l'an 730 et perdure jusqu'au XVIe siècle.
Il devient ensuite une grande ferme, gérée par les Jésuites d'Ensisheim.
C'est à proximité qu'eut lieu la bataille de Rumersheim.
Les lieux sont ravagés par un incendie en 1796 et le village n'est pas reconstruit.
Cette croix située au bord de la route D 468, entre Rumersheim et Blodelsheim, a été dressée par la famille Thuet en 1860.

Héraldique

68291 - Rumersheim-Haut Blason.JPG

Blasonnement : « D'azur à Saint Nicolas, habillé pontificalement, mitre en tête, tenant de sa dextre un livre ouvert en bande et de sa senestre sa crosse contournée, adextré de deux croisettes rangées en pal, le tout d'or ».

Explications : Lors de la création de l'Armorial Général sous Louis XIV, les présentes armoiries furent destinées à l'ancienne commune bas-rhinoise de Rumersheim[14]. Le blason de cette dernière ayant changé, ces armoiries devinrent celles de Rumershiem-le-Haut « par une décision prise le 15 janvier 1822 par le conseil municipal »[15] de la commune rumersheimoise.

Toponymie

La première mention du village remonte à 1298 sous la forme "Rumersheim".
Au XVe siècle, on trouve la forme "Romersen". Et deux siècles plus tard la graphie "Rummerszheim".

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin, 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne), 1919-2019 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar, 1871-1919 : Kreis Guebwiller, 1919-2015 : Guebwiller, 2015-2019 : Thann-Guebwiller
  • Canton - 1801-2019 : Ensisheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Église saint-Gilles

Église en 2018 Photo B.ohland
  • Une première chapelle dédiée à Marie, se trouvait à l'emplacement du cimetière, non loin de là, dès 1250.
  • L'édifice actuel est à l'initiative de l'abbé Gervais Protais Munsch. Il fait cette proposition en 1777, esquisse les plans et participe à la moitié du financement avec ses deniers personnels, l'autre moitié provenant des dons des paroissiens. Les plans sont finalisés par les architecte François Antoine Zeller (de Landser) et Jean-Michel Gantner, dans un style peu courant dans la région.
En 1862, la toiture et les vitraux sont refaits. En 1903 a lieu l'installation d'une tribune. En 1974 s'opère une grande modification : les autels latéraux sont supprimés, ainsi que la chaire et les confessionnaux. En 1987 et 1988, extérieur et intérieur sont restaurés. En 1990, c'est au tour de l'orgue.
L'édifice est inscrit à l'inventaire général du patrimoine[16]. Sa dernière restauration date de 2013.


Chœur Photo B.ohland
  • La peinture au plafond représente le couronnement de la Vierge.
  • L'horloge date de 1844 et a été réalisée par Jean-Baptiste Schwilgué[17] pour la somme de 2850 frs.
  • Les cloches sont au nombre de trois :
- la moyenne, Santa Maria, date de 1818 et pèse 299 kilos.
- la grande, Saint-Gilles, date de 1842 et pèse 728 kilos.
- la petite, Joseph Aloïse, date de 1932 et pèse 284 kilos.
  • L'orgue, de onze jeux, garde encore une part de mystère. Le buffet date vraisemblablement du XVIIIe siècle et est attribué à François Callinet, de Rouffach, à cause de sa composition et de sa sonorité. Néanmoins, la présence d'un clavier blanc, le dessus de flûte harmonique, le salicional et l'absence de cornet sont d'une époque plus tardive et seraient l'œuvre de son fils, Claude Ignace Callinet. (Source : panneau d'information apposé sur l'église).
En 1917, les Allemands avaient réquisitionné les tuyaux de façade en étain. Une restauration a eu lieu en 1990 par la manufacture Alfred Kern et fils de Strasbourg. Il est inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel[18].



École, presbytère et mairie

  • Il existait un presbytère dès 1752. Cette date figure sur des plans de l'architecte Philippe Jacques Dano. Le bâtiment a été restauré et abrite désormais la mairie. Il est inscrit à l'inventaire général[19].
  • Quant à l'ancienne mairie-école, du XIXe siècle, elle est devenue l'école des filles.

Repère géographique.png Repères géographiques

Rumersheim-le-Haut se situe à peu près à mi-hauteur du département, à la lisière orientale. D'ailleurs la limite de son ban se confond avec la frontière franco-allemande épousant le cours du Rhin.
Avec ses voisines, Blodelsheim au nord et Bantzenheim au sud, elle s'est développée sur un axe vertical nord/sud, à environ deux kilomètres du fleuve, au bord de la terrasse alluviale.
Son territoire est constitué de champs à l'est, propices aux cultures céréalières, et de la forêt de la Hardt à l'ouest.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population lac. 468 505 623 761 756 792 857 878 774
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 710 759 734 714 714 681 701 707 692 711
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 707 633 654 674 636 623 692 723 690 790
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 773 838 947 1 040 1 132 1 089 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
François Joseph RIETSCH 1803 - 1820  
Étienne THUET 1820 - 1830  
François Xavier RIETSCH 1830 - 1838 Né ca 1765. Laboureur et d'abord adjoint au maire. Décédé le 20 octobre 1843 (Selon arbre généalogique de (isabellehaeo) sur Geneanet)  
Joseph GOETZ 1838 - 1840  
Xavier THUET 1840 - 1846 Né ici en 1793. Fils d'Éloi Thuet et Marie-Anne Thuet. Cultivateur. Décédé le 13 mars 1860. (Selon arbre généalogique de (jmfischer) sur Geneanet)  
François-Louis THUET 1846 - 1855 Fils du précédent.  
Antoine FURLING 1855 - 1858 Né ca 1780 à Roggenhouse. Fils de Sébastien Furling et Catherine Danner. Vigneron. Décédé ici le 13 juillet 1847. (Selon arbre généalogique de (dubs974) sur Geneanet)  
François Louis THUET 1858 - 1881 Né ici le 17 avril 1814. Cultivateur. Marié à Catherine FUCHS en 1841. Décédé ici le 31 mai 1887.  
François Wilhelm MEYER 1881 - 1886  
Ferdinand GOETZ 1886 - 1897  
Richard GROTZINGER 1897 - 1909  
Jules Albert THUET 1909 - 1917
68291 - Rumersheim-Haut Tombe Maire Thuet.JPG
Né ici le 12 avril 1842. Fils de François Louis Thuet, un des maires ci-dessus, et de Catherine Fuchs. Propriétaire, cultivateur. Marié à Eugénie Seiller en 1871, trois enfants. Décédé le 8 janvier 1918 et inhumé au cimetière communal.
(Plus de détails et portrait sur arbre généalogique de (herve 75) sur Geneanet)  
Benjamin MEYER 1917 - 1923  
Eugène THUET 1923 - 1929  
Édouard GROTZINGER 1929 - 1935  
Eugène THUET 1935 - 1941  
Eugène MAURER 1941 - 1945  
Joseph THUET 1945 - 1965  
Jean-Pierre GOETZ 1965 - 1995 Né en 1933. Décédé le 10 mai 2015.  
André ONIMUS 1995 - 2014  
Thierry SCHELCHER 2014 - (2020)  

Cf. : Mairesgenweb
Autre source : Archives départementales du Haut-Rhin, liste des maires de Rumersheim-le-Haut

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Gervais-Protais MUNSCH 1734 - 1790 Né à Rouffach. À l'initiative de la construction de l'église. Décédé en 1798  
François Joseph THUET 1790 - 1843 Né le 7 mars 1766 à Hammerstatt. Fils de Jean Thuet et Marie-Anne Lang. Ordonné le 27 décembre 1789. Décédé le 6 mars 1843.  
Louis Toni HAUBTMANN 1843 - 1861
68291 - Rumersheim-Haut Tombe Curé Haubtmann.JPG
Né le 10 novembre 1810 à Sélestat.
Fils d'Ignace Haubtmann et Élisabeth Braunstein.
Décédé ici le 13 avril 1861 et inhumé au cimetière communal.  
Jean-Georges GSCHWIND 1861 - 1869 Né en 1817 à Hirtzbach. Ordonné en 1843. Auparavant curé à Chalampé. Ensuite curé à Ruederbach où il décède en 1888.  
Nicolas SESTER 1869 - 1885 Né à Schweighouse en 1835. Ordonné en 1862. Auparavant vicaire à Marienthal. Décédé en 1917.  
Jean-Martin BESSERER 1885 - 1888 Né le 27 mai 1834 à Sigolsheim. Ordonné en 1860. Auparavant curé à Stosswihr. Décédé en 1911.  
Thiébault DENTZER 1889 - 1902 Né en 1845 à Bernwiller. Ordonné en 1872. Auparavant curé à Rosenau. Décédé en 1925.  
François-Xavier MESSIER 1902 - 1907 Né en 1855 à Seppois-le-Bas. Ordonné en 1883. Auparavant curé à Logelheim. Décédé en 1928.  
Paul SUTTER 1907 - 1919 Né en 1864 à Ensisheim. Ordonné en 1888. Auparavant curé à Sewen. Décédé en 1939.  
Justin ZIEGLER 1919 - 1920 Né en 1865 à Orschwihr. Ordonné en 1889. Décédé en 1921  
Henri DITNER 1920 - 1936
68291 - Rumersheim-Haut Tombe Curé Ditner.JPG
Né en 1866 à Ammerschwihr.
Ordonné en 1894.
Auparavant curé à Folgelsbourg.
Décédé en 1936 et inhumé au cimetière communal.  
Paul MOSER 1936 - 1941 Né en 1892 à Colmar. Ordonné en 1923. Décédé en 1972.  
Laurent ZIND 1941 - 1956 Né en 1907 à Wintzenheim. Ordonné en 1933. Décédé le 13 avril 1992.  
Paul BAUMANN 1956 -1982 Né en 1909 à Kingersheim. Ordonné en 1936. Décédé le 24 avril 1998.  
Landolin MENSCH 1982 - 1996 Né en 1925 à Ruelisheim. Ordonné en 1950. Décédé en 2016.  
Piotr KOPITZARA 1996 - 1999 Né à Gutentag en Pologne.  
Christoph SMOTER 1999 - 2009 Né à Cracovie en Pologne.  
Armand MARTZ 2009 - Né en 1947 à Hoerdt.  

(Source : affichage dans l'église et Le clergé régulier et séculier de l'Alsace).

Liste des titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Charles Jules ECKERT, dit Beuret 4 juin 1883 21 octobre 1959 Engagé volontaire au 60e R.I. Grièvement blessé. Cité le 1er octobre 1915.
Sera ensuite éclusier sur le canal de Loing.

Nommé chevalier le 12 juillet 1935. Son dossier  

- - -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 11h - 11h45 11h - 11h45 11h - 11h45 11h - 11h45 11h - 11h45 - -
Après-midi 15h - 17h 15h - 17h - 15h - 17h 15h - 17h - -
68291 - Rumersheim-Haut Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 3, rue des Lilas - 68740 RUMERSHEIM-LE-HAUT

Tél : 03 89 26 04 05 - Fax : 03 89 26 01 24

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Décembre 2016)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, Haut-Rhin, collection "Images du patrimoine", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  • Marie-Madeleine KAUFMANN, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0903 K 83551
  • Revue Les saisons d'Alsace n° 76, Strasbourg, Éditions des Dernières Nouvelles d'Alsace, 2018
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried n° 12, 1999, 150 pages, ISSN 0990-6894
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried n° 24, 2011, 196 pages, ISSN 0990-6894

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Page 12, in Marie-Madeleine KAUFMANN, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0903 K 83551
  2. Page 11, in Marie-Madeleine KAUFMANN, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0903 K 83551
  3. Histoire d'Alsace
  4. Page 24, in Marie-Madeleine KAUFMANN, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0903 K 83551
  5. Petit ouvrage isolé de fortification, plutôt dans la campagne, de forme triangulaire ou carrée.
  6. Page 73, dans l'article de Claude Muller intitulé "L'œuvre de Vauban jugée par l'un de ses successeurs", pages 72 et 73, in Revue Les saisons d'Alsace n° 76, Strasbourg, Éditions des Dernières Nouvelles d'Alsace, 2018
  7. 7,0 et 7,1 Page 43, dans l'article de Claude Muller intitulé "La guerre dans la Hardt, le comte du Bourg et la bataille de Rumersheim", pages 41 à 44, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried n° 24, 2011, 196 pages, ISSN 0990-6894
  8. Envoyé par le duc François IV de Harcourt, Léonor Marie du Maine du Bourg sera nommé en 1713 gouverneur général de l'Alsace, puis, en 1724, maréchal de France.
  9. Page 44, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried n° 24, 2011, 196 pages, ISSN 0990-6894
  10. Page 81, dans l'article de Claude Muller intitulé "La guerre des sièges", pages 78 à 83, in Revue Les saisons d'Alsace n° 76, Strasbourg, Éditions des Dernières Nouvelles d'Alsace, 2018
  11. Page 101, dans l'article d'Olivier Conrad intitulé "Fléaux et calamités naturelles au siècle dernier dans le haut-Rhin", pages 93 à 114, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried n° 12, 1999, 150 pages, ISSN 0990-6894
  12. Témoignage de Monsieur Ertiani, citoyen d'honneur de Munchhouse, page 83, in Marie-Madeleine KAUFMANN, Munchhouse, une petite histoire dans la grande, Mulhouse, Journal des ménagères, 2003, 240 pages, ISSN 0903 K 83551
  13. Page 61, in Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, Haut-Rhin, collection "Images du patrimoine", Illkirch, Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  14. Maintenant Berstett
  15. Archives départementales du haut-Rhin, Armoiries des communes du Haut-Rhin
  16. Base Mérimée
  17. Jean-Baptiste Schwilgué est par ailleurs l'auteur de la troisième horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg.
  18. Base Palissy
  19. Base Mérimée