68256 - Pfastatt

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Pfastatt
Pfastatt.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Kingersheim.png   68-08   Kingersheim

Blason Wittenheim-68376.png   68-27   Wittenheim (Ancien canton)

Code INSEE 68256
Code postal 68120
Population 7946 habitants (1999)
Nom des habitants Les Pfastattois
Superficie 524 hectares
Densité 1 516,41 hab./km²
Altitude Mini: 238 m
Point culminant 265 m
Coordonnées
géographiques
47.769722° / 7.3025° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68256 - Pfastatt carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

« Le territoire fut occupé dès l'époque de la Tène »[1].

Antiquité

« Durant l'Époque gauloise, les Séquanes occupent la colline du Haulacker. La rue de la République est une voie de communication importante reliant Illzach aux Vosges. Selon Jean-Georges Samacoitz, Jules César à Pfastatt, carnets secrets de la guerre des Gaules, éditions Oberlin 2004, Pfastatt aurait été le site de l'affrontement entre Jules César et le Germain Arioviste, relaté au début de la guerre des Gaules (Bataille de l'Ochsenfeld). Les Romains installeront, après la conquête de la Gaule, un poste d'observation et des écuries sur la colline du Haulacker. De nombreux vestiges datant de cette époque ont été découverts entre 1912 et 1939 ».
Cfr: Wikipédia

Moyen Âge

En 728, le hameau de Pfastatt fait partie des possessions de l'abbaye de Murbach. Puis il passe aux mains de l'Abbaye de Lucelle.

« C'est en 1270 que les chevaliers de Hus reçoivent le village de Pfastatt des Habsbourg. Ils bâtissent un château au lieu-dit Pfastatt le Château ».
Cfr: Wikipédia

Période moderne

« En 1628, durant la guerre de Trente Ans, le village est détruit par le feu. En 1753, sur décision de l'évêque de Bâle, Pfastatt devient une paroisse à part entière (elle était précédemment rattachée à Lutterbach). Auguste Lalance, Henry Haeffely et Gustave Schaeffer fondent les Établissements d'impression, de teinture et de blanchiments de Pfastatt, dans l'enceinte de l'ancien château en 1870 ».
Cfr: Wikipédia

Période contemporaine

Au cours du XIXe siècle la commune connait un grand essor, favorisé par le développement de l'industrie textile et l'arrivée du tramway.

Seconde guerre mondiale :
1) Expulsions :
Mi-juillet 1940, la police opère des perquisitions à l'hospice israélite de Pfastatt. Le 19 juillet commence l'expulsion : « Le directeur, M. Weill, son épouse et 35 pensionnaires [...] sont jetés dans les camions »[2]. En décembre, c'est au tour des habitants réputés "patriotiques" d'être menacées : 27 familles pfastattoises refusent les propositions allemandes et préfèrent l'expulsion, démontrant ainsi une belle résistance collective.
2) Résistance :
Comme les autres communes alsaciennes, Pfastatt doit s'adapter à la "défrancisation" : langue française interdite, germanisation des noms de rues, livres français brûlés... Certains habitants entrent en résistance, arrachant des affiches allemandes ou hissant des drapeaux tricolores...
En février 1941, un réseau organisé se met en place, le réseau "Wodli", avec pour chef Hedmond HALM. En partenariat avec des résistants de Lutterbach, ils projettent le sabotage de la voix ferrée, mais sont arrêtés avant d'arriver au but. Après cette arrestation, le réseau se réorganise : en décembre 1942, c'est Eugène DESSOUD[3] qui devient le responsable de Pfastatt.
3) Libération :
« Les troupes de libération étaient stoppées au sud de la Doller depuis novembre 1944 »[4]. Mais les combats firent rage encore deux mois, et la population resta confinée dans les caves.
C'est le 20 janvier 1945, malgré la neige et le froid, que Pfastatt, Lutterbach et l'ancienne commune de Bourtzwiller sont libérées. C'est l'œuvre de la 9e DIC (Division d'Infanterie Coloniale), notamment le groupement Salan, comprenant le 23e RIC, le 6e RIC et le 1er escadron du TD/RCCC (Tanks Destroyers du Régiment Colonial de Chasseurs de Chars).
Les opérations ont commencé dès 7h du matin, avec tirs d'artillerie du 2e bataillon, prise de possession de l'usine de teinturerie, relai de divers bataillons, puis vers 9h15 « les premiers blindés du 2e Cuirassiers traversaient la Doller pour aller sur Pfastatt »[5]. En fin de journée, les trois communes étaient libérées.


« Plus récemment, le 31 décembre 2000, la fermeture de l'usine DMC - Texunion de Pfastatt (311 salariés) laisse une friche industrielle de 33 ha. En 2004, la réhabilitation de la friche industrielle laissée par Texunion débute. Le Domaine de la Cotonnade devrait à terme permettre à la commune d'accroître sa population de 25 %. Le 6 juillet 2008, vers 19 heures, un incendie se déclare à l'hôpital de Pfastatt. Le bilan est lourd (quatre morts) ».
Cfr: Wikipédia

Topo.jpg Toponymie

« Le nom Pfastatt (Pfàscht[6]) en alsacien apparaît sous la forme Pfaffen Statten au cours du XIIIe siècle, ce qui pourrait se traduire par « l'emplacement des prêtres »2, mais la colline du Haulacker est habitée depuis l'Antiquité et le nom actuel serait en réalité lié à une remotivation assez tardive. En effet, en 790, le site s'appelle Findstatinse, germanisation du locus celte vindo- (blanche) -ialos (la clairière), autrement dit : la clairière blanche ». Cfr: Wikipédia

Héraldique

D'azur au mors de cheval d'argent, à la gourmette de même.

Les armoiries datent de 1976. Le mors de cheval correspond à l'emblème de Pfastatt[7].

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-2015 : Wittenheim - 2015-2017 : Kingersheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

L'église Saint-Maurice :

Église Saint-Maurice
Photo B.ohland
  • Depuis le VIIIe siècle, Pfastatt dépendait de la paroisse de Lutterbach, et seule une petite chapelle permettait de célébrer des obsèques.
  • « En 1505, Hans de Hauss fit construire à la place de la chapelle une petite église consacrée à saint Maurice »[8]. Mais toujours pas de paroisse indépendante ni de curé attitré.
  • Pour faire face à l'évolution démographique, les habitants multiplièrent demandes et tractations auprès de l'abbaye de Lucelle et finirent par être entendus. En effet, en 1753, Pfastatt devient une paroisse autonome, mais à une condition : le curé doit aussi s'occuper de Richwiller, laquelle doit, en contrepartie, aider à l'entretien de l'église de Pfastatt et de son cimetière.
  • Au XIXe siècle, l'architecte J.B. Schacre entreprend une nouvelle construction de type néo-roman, suivant un plan en croix latine, et agrémentée d'une flèche polygonale. Elle est inaugurée en 1867, sans être terminée, et c'est son fils qui achève l'édifice en 1876.


L'église évangélique mennonite : Cette église est présente depuis le début du XXe siècle, mais la date exacte diffère selon les sources :
- depuis 1912 avec consécration de la chapelle en 1923, selon Un jour à Pfastatt : qui sont les mennonites ?
- 1918 selon le livre Le Haut-Rhin, les 377 communes[9]
- 1925 selon[10]
Elle abrite un orgue récent réalisé par Curt SCHWENKEDEL.

Les caves à champagne :

Entré de cave surmontée de l'étoile des brasseurs Photo B.ohland

Sous la colline Haulacker, à la sortie de Pfasttat en direction d'Illzach, il existe tout un réseau souterrain allant jusqu'à 15 mètres de profondeur. Il date du XVIIIe siècle et aurait d'abord servi aux tuiliers, puis à des brasseurs limonadiers au siècle suivant.
À partir de 1853, ces caves ont abrité des stocks de champagne car elles offraient les conditions propices à une bonne conservation : « Le premier fabricant fut Charles SCHIRMER, natif du Sundgau »[11]. Une deuxième entrée de cave, adjacente à celle-ci, porte la date de 1862
Enfin, pendant la seconde guerre mondiale, elles ont servi d'abri aux résistants ou à la population lors des bombardements, pouvant abriter jusqu'à 400 personnes.
Situées sous l'école Jean-Jacques WALTZ, les caves sont en cours de réhabilitation et seront peut-être un jour visitables.
Autres éléments du patrimoine:
- une synagogue : un premier édifice, datant du milieu du XVIIIe siècle a été détruit. Un deuxième, construit en 1901, s'est trouvé désaffecté et démoli en 1946.
- un presbytère : il date de la fin du XVIIe siècle
- la mairie : elle a été construite en 1913, selon les plans de deux architectes mulhousiens : Louis SELTZER et Charles SCHULE.

Dénomination Adresse Commentaires
Croix de chemin 97 rue de Richwiller Érigée par le sculpteur RITZMANN en 1886, cette croix en grès des Vosges fait 3,5 m de haut et 1,40 de large.
Château fort ; château ; usine de teinturerie Pfastatt le Château Château fort, château, usine de teinturerie dite établissement Schaeffer et Cie, Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Château fort, château, usine de teinturerie dite établissement Schaeffer et Cie' à Pfastatt
- - -

Repère géographique.png Repères géographiques

Commune haut-rhinoise qui fait partie intégrante de la banlieue mulhousienne, Pfastatt se situe au nord-ouest de l'agglomération, entre Lutterbach, Richwiller et Illzach.
Elle est traversée par la Doller, affluent de l'Ill.
Depuis 2009, Pfastatt est jumelée avec Cascastel-des-Corbières.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 582 622 734 754 980 1 104 1 211 1 243 1 208 1 256
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 381 1 551 1 648 1 814 2 000 2 121 2 282 2 414 2 726 3 004
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 3 216 3 468 3 937 4 225 4 095 3 463 4 591 5 209 5 986 6 353
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
Population 6 247 8 061 7 946 8 356 9 111 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

Décès :

  • Eugène LACAQUE, graveur dessinateur né à Lutterbach (Haut-Rhin) le 14 février 1914, décédé le 23 février 2005

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Dominique BURTZ 1790  
François Joseph TRAPP 1795  
Sébastien BURTZ 1796  
Jean-Baptiste KASTNER 1798  
Sébastien BURTZ 1800  
Sébastien BURTZ (fils) 1808  
Jean HEITZ 1815  
Daniel HAEFFELY 1835  
Henri HAEFFELY 1846  
Sébastien BURTZ 1848  
Henri HAEFFELY 1852  
François Joseph TRAPP 1871  
François Joseph BRENDLEN 1872  
Gaspard KELLER 1880  
Antoine SCHOFF 1886-1914 Né en 1845[12] - Décès le 27 octobre 1914 . Il dirige l'usine Schaeffer et Cie avec Marcel SCHOFF  
Marcel SCHOFF 1914 Fils de Antoine  
Camille BOURTZ 1914  
Marcel SCHOFF 1919  
Joseph HARTMANN 1922  
Alphonse EGLER 1923  
Martin ECKEL 1925  
Joseph BIGENWALD 1926  
Alfred DURRENBACH 1930  
Charles WERNER 1934  
- -  
- -  
Joseph WEISS 1945  
- -  
André LICHTLE 1977 Il est "maire honoraire" en 2005  
- -  
Francis HILLMEYER 1997 - (2020) Député du Haut-Rhin[13]  
- -  

Cf. : Mairesgenweb et AD68

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean-Michel SCHANDALAT
En religion : Dom Thiébaut
juin 1783 - juin 1785 Né à Guebwiller le 10/02/1735. Ordonné prêtre en 1753. Sera ensuite curé de Lutterbach de juin 1785 à avril 1792. Puis s'exilera à Mulhouse  
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
HARTMANN Maurice 29 octobre 1779 2 août 1840 à Mulhouse Chevalier de la Légion d'honneur le 18 juin 1812
Fils de Jean HARTMANN et de Catherine TRITSCH  
BLOCH Eugène Armand 24 juillet 1856 -
-
Chevalier de la Légion d'honneur le 13 juillet 1921
Fils de Isaac BLOCH, propriétaire, et de Emma SÉE  
SCHWOB Arthur 05 novembre 1864 - Chevalier de la Légion d'honneur le 3 juillet 1925
Fils de Samuel SCHWOB, cordonnier, et de Pauline SCHWOB  
STRICKER Pierre Charles 18 décembre 1896 - Chevalier de la Légion d'honneur le 17 décembre 1933
Fils de Théodore STRICKER, chimiste, et de Marie Cécile WEISS  
- -  
- -  
Les titulaires de la médaille de Sainte Hélène

La médaille de Sainte Hélène, créée par Napoléon III, récompense les 405000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815.

Medaille st helene 2.jpg
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Thiébaut BACH 16 décembre 1793 - Régiment : 100e de ligne, période : 1812 à 1815, dossier : 138980; Ancien militaire titulaire d'une pension viagère de 100 francs augmentée de 150 francs pour la porter à 250 francs selon la Loi du 5 mai 1869. Renouvelle son titre en 1879. Titulaire depuis le 15 février 1870 avec effet au 15 août 1869.  
Jacques BACH 06 mai 1792 26 juillet 1862 à Pfastatt Régiment : 1er d'artillerie à pied, période : 1812 à 1815, dossier : 237851  
François Joseph BACH 03 octobre 1793 - Régiment : 3e d'artillerie à cheval, période : 1813, dossier : 139000  
François Joseph BACH 09 juillet 1788 - Régiment : 27e léger, période : 1808 à 1816, dossier : 138999  
Joseph TSCHOPP 08 octobre 1783 - Régiment : 42e de ligne, période : 1807 à 1815, dossier : 139003  
François Joseph SPONY 30 octobre 1794 - Régiment : 7e d'artillerie à pied, période : nov.1813 à ?, dossier : 237853  
Joseph PHILLIPP 31 octobre 1793 - Régiment : 1er du train, période : 1811 à 1813, dossier : 237851  
David BERHNEIM 26 décembre 1792 - Régiment : entre au service successivement à la 6e compagnie du 3e bataillon puis à la 6e compagnie du 1e bataillon du 61e régiment d'infanterie de ligne; matricule 11798, arrivé au corps le 13 mars 1813. Il est passé au 57e régiment d'infanterie de ligne le 1e août 1814. (Date de l'organisation). S.H.A.T.21YC 514 Bernheim. Période : 1812 à 1815, divers : taille 1m68/visage long, le front bas, les yeux bruns, le nez long, la bouche petite, le menton pointu, cheveux et sourcils noirs/Conscrit de 1812 compris sur la liste de désignation du canton de Mulhausen sous le numéro 164. dossier : 139055  

Source : Les médaillés de Sainte-Hélène

Émigration

Émigration aux Etats-Unis d'Amérique

  • Joséphine AST , 24 ans, couturière, passeport délivré le 18 mars 1857 à Colmar. Destination : Cincinnati, pour s'y fixer.
  • Jean-Baptiste BITSCH, 21 ans, imprimeur d'indiennes, passeport délivre le 16 septembre 1847 à Colmar. Destination : New-York.
  • Michel BOHRER, 35 ans, serrurier, passeport délivré le 20 mars 1854 à Colmar. Destination : St Louis avec sa femme et sa fille.
  • Prosper BURGART, 30 ans, serrurier, mentionné ayant comme origines Pfastatt / Morschwiller-le-Bas. Passeport délivré le 13 février 1860 à Mulhouse. Destination : Boston, pour s'y fixer.
  • Valentin BURGHARD, 17 ans, mineur, mentionné ayant comme origines Mulhouse / Pfastatt, passeport délivré le 16 août 1864 à Mulhouse. Destination : New-York pour s'y fixer.
  • Auguste CRUNENBERGER, 31 ans, contremaître de blanchiment, mentionné ayant comme origines Pfastatt / Dornach, passeport délivré le 05 mars 1859 à Mulhouse. Destination : New-York avec sa femme Lack Catherine 31 ans, sa fille véronique 3 ans et sa belle-sœur LACK Agnès 21 ans.
  • Maurice CRUNENBERGER, 40 ans, ouvrier de fabrique, passeport délivré le 26 avril 1866 à Mulhouse. Destination : Cincinnati pour s'y fixer.
  • Georges DIETRICH, 39 ans, chaudronnier, mentionné ayant comme origines Brunstatt / Pfastatt. Passeport délivre le 19 janvier 1866 à Mulhouse. Destination : New-York avec sa nièce Angélique AST pour s'y fixer.
  • Etienne EGY, 39 ans, journalier, mentionné ayant comme origines Lutterbach / Pfastatt. Passeport délivré le 20 avril 1868 à Mulhouse. Destination : New-York avec sa sa femme Haeffely Marguerite 43 ans pour s'y fixer avec ses enfants : André 7 mois, Amélie 10 ans, Françoise 8 ans, Rosalie 6 ans, Marie 5 ans, Jacques 3 ans et Edouard 3 mois.Demande de rapatriement depuis Cincinnati pour sa femme et leur enfants en juillet.
  • Georges Jean END, 22 ans, boucher, passeport délivré le 16 avril 1867 à Mulhouse. Destination : San Francisco, pour s'y fixer.
  • Benjamin GERIG, 18 ans, fileur ou serrurier ?, mentionné ayant comme origines Pfastatt / Mulhouse (16, rue du Tir), passeport délivré le 22 octobre 1860 à Mulhouse. Destination : New-York, pour s'y fixer. Date du départ : octobre 1860
  • Chrétien GERIG, 44 ans, agriculteur, mentionné ayant comme origines Pfastatt / Mulhouse (16, rue du Tir), passeport délivré le 22 août 1864 à Mulhouse. Destination : New-York, pour affaires avec sa femme Reck Barbe 37 ans et ses enfants : Chrétien 9 ans et Barbe 7 ans. Date du départ: septembre 1864.
  • Sébastien GERIG, 18 ans, cultivateur, mentionné ayant comme origines Pfastatt / Mulhouse, passeport délivré le 18 février 1857 à Colmar. Destination : New-York, pour s'y fixer.
  • Chrétien GIRODAT, 28 ans, cultivateur, mentionné ayant comme origines Hégenheim / Pfastatt, passeport délivré le 04 février 1854 à Colmar. Destination : New-York.
  • François MACK, 33 ans, serrurier, passeport délivré le 28 août 1849 à Colmar. Destination : New-York.
  • Jean ROTH , 44 ans, cultivateur, , mentionné ayant comme origines Pfastatt / Boron, passeport délivré le 30 avril 1870 à Boron. Destination : New-York avec sa femme Ernst Catherine 39 ans pour s'y fixer.
  • Marie ROTH, 25 ans, domestique, mentionnée ayant comme origines Pfastatt / Illzach, passeport délivré le 10 février 1849 à Colmar. Destination : Ohio.
  • Jean Pierre THOMAS, 37 ans, ouvrier de fabrique, passeport délivré le 29 avril 1847 à Colmar. Destination : St Louis de Potosi avec sa femme, ses 4 enfants et sa belle-soeur.
  • Joséphine VOGEL, 22 ans, couturière, passeport délivré le 18 mars 1857 à Colmar. Destination : Cincinnati pour s'y fixer.

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 7h30 à 11h45 7h30 à 11h45 7h30 à 11h45 7h30 à 11h45 7h30 à 13h30 - -
Après-midi 13h30 à 17h00 13h30 à 17h00 13h30 à 17h00 13h30 à 17h00 - - -

:

68256 - Pfastatt Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 18 Rue de la Mairie - 68120 PFASTATT

Tél : 03 89 52 46 10 - Fax : 03 89 50 90 61

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (2016)

Dépouillements des registres paroissiaux

Le dépouillement a été réalisé par André KIENER et comporte :

  • Mariages  : 1609 à 1805
  • Baptêmes  : 1608 à 1805
  • Sépultures  : 1609 à 1805
  • Confirmations : 1745 à 1759

Il a été édité par la Fédération Généalogique de Haute-Alsace sous forme de "Cahier SAIREPA * n° 56" et est disponible au Centre de Recherches sur l'Histoire des Familles (C.R.H.F.) de Guebwiller

n° ISBN 2-913738-22-2

Daniel SCHAERER Président de la Société d'Histoire & adjoint au maire de Pfastatt * S.A.I.R.E.P.A. = Programme de Saisie des Registres Paroissiaux

Archives notariales

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Pfastatt - Histoire d'un village de Haute-Alsace

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Pfastatt / Lutterbach, 20 janvier 1945-2005, 60e anniversaire de la Libération, fascicule réalisé conjointement par l'Association d'Histoire de Lutterbach et la société d'Histoire de Pfastatt, 23 pages.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Page 150, in Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  2. Page 4, dans l'article de Daniel SCHAERER intitulé "Pfastatt, la résistance", in Pfastatt / Lutterbach, 20 janvier 1945-2005, 60e anniversaire de la Libération, ouvrage réalisé par les sociétés d'histoire des deux communes concernées
  3. Eugène DESSOUD a ensuite écrit un livre intitulé Joies et peines d'antan, Pfastatt, histoire d'un village de Haute Alsace
  4. Édito de Jo SPIEGEL, maire de Kingersheim en 2005, page 3, in Pfastatt / Lutterbach, 20 janvier 1945-2005, 60e anniversaire de la Libération, ouvrage réalisé par les sociétés d'histoire des deux communes concernées
  5. Page 9 dans l'article de Charles FRIDMANN intitulé "Les combats de la Libération", in Pfastatt / Lutterbach, 20 janvier 1945-2005, 60e anniversaire de la Libération, ouvrage réalisé par les sociétés d'histoire des deux communes concernées
  6. Un francophone pourra entendre "Pfoscht", mais en réalité il s'agit du son "an" sans le "n" qui est émis
  7. Archives du Haut-Rhin
  8. De la guerre de Trente ans à la Révolution
  9. Daniel Delattre, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  10. Église Évangélique Mennonite de Pfastatt et Orgue de Pfastatt, église mennonite
  11. Un jour à Pfastatt : les galeries
  12. Pfastatt info
  13. Assemblée Nationale