68235 - Niederhergheim

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Niederhergheim
Blason Niederhergheim-68235.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole -
Canton Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim

Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim (Ancien canton)

Code INSEE 68235
Code postal 68127
Population 1 120 habitants (2016)
Nom des habitants Niederhergheimois, Niederhergheimoises
Superficie 1 251 hectares
Densité 89,53 hab./km²
Altitude Mini : 194 m
Point culminant 202 m
Coordonnées
géographiques
47.984722° / 7.399166° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68235 - Niederhergheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

  • Diverses tombes et une fosse néolithique ont été mises au jour sur le territoire, attestant une présence humaine à cette époque. Et en 2011, sept stèles gallo-romaines ont été découvertes de façon fortuite et attribuées au IIe ou IIIe siècle après Jésus-Christ. En grès rose, elles font de 1,50 m à 2 m de long et présentent des sculptures de personnages et, pour certaines, l'inscription D.M. : « dédicace aux dieux Mânes associés au défunt : DIS MANIBUS »[1].
  • Dès l'an 759 apparait le toponyme Heruncheim qui, par la suite, va donner le hameau de "Hergheim". Ce dernier se sépare au XIIe siècle en deux villages aux noms actuels de Niederhergheim et Oberhergheim. La première mention retenue, car s'appuyant sur des documents, est celle de 1275, dans les possessions de l'abbaye de Marbach, puis de celles des Habsbourg. Les seigneurs qui se succèdent sur ces terres au fil du temps font tout d'abord partie de la famille de Hergheim, liée à Agnès de Hergenheim, fondatrice du couvent des Dominicaines d'Unterlinden à Colmar. Ils sont à l'origine de la construction d'un château, aux environs de 1303. Suivent les familles de Hattstatt, de Huss, et celle des Schauenbourg, à commencer en 1589 par le seigneur Ulrich-Thiébaut, gouverneur de la régence d'Ensisheim, jusqu'à Michel Philippe qui décède ici en 1786. Puis la Révolution aidant, le château est incendié et rasé en 1806.
  • Le village de Niederhergheim, situé en plaine, a beaucoup souffert des multiples invasions et guerres au fil du temps. D'ailleurs le village voisin de Bieterlingen, existant depuis le XIVe siècle, est incendié par les Suédois, et disparait complétement. En 1633, les Suédois retiennent captifs certains habitants de Niederhergheim, auxquels un boulanger de Molsheim, « Simon Diebold »[2], livre du pain « pour une valeur de trois livres et deux sols »[2].
  • À moitié détruit, Niederhergheim se repeuple petit à petit grâce à des vagues d'immigration, notamment en provenance de la Suisse.
  • Après la Révolution, la période napoléonienne apporte un peu de calme. Puis en 1815, « stationne à Niederhergheim une unité de hussards hongrois »[3]. Ensuite le village connait une période de stabilité, favorable à son développement, axé essentiellement sur l'agriculture, la meunerie[4] et la production de tuiles. Du coup la démographie progresse.
  • Niederherheim a la chance d'être en dehors des zones de combat de la Première guerre mondiale, mais perd tout de même 21 de ses enfants.
  • En 1939, les habitants, contrairement à ceux d'autres communes, ne sont pas évacués. Le 17 juin 1940, les Allemands s'installent. Les Niederhergheimois essayent de résister chacun à leur façon. En 1942, les jeunes de la classe 1922 ne se laissent pas enrôler et sont déportés. Mais les années suivantes ils n'ont guère le choix, et, en 1944, le nombre d'incorporés de force dépasse la cinquantaine. Avant que la commune soit enfin libérée le 5 février 1945, elle aura perdu 24 de ses enfants durant cette deuxième guerre.

Héraldique

68235 - Niederhergheim Blason.JPG

Les armoiries de la commune ont été créées en 1977 et se blasonnent ainsi :
« Fascé d'or et de sinople à la pointe d'argent chargée d'un crochet en forme de S contourné de sable, brochant sur le tout »

Les couleurs reprennent le blason des nobles de Hergheim (ou de Herckheim) qui portaient « fascé d'or et de sinople de six pièces »[5].
Le crocher en forme de "S", à l'origine disposé à l'horizontale, était l'emblème du village.

Toponymie

  • "Heruncheim" jusqu'au XIIe siècle, avant que l'agglomération soit séparée en deux.
  • "Nieder Herenkeim" en 1275, le préfixe germanique "nieder" signifiant "en bas" ou "du bas"[6].
  • "Niderhergheim" et à nouveau Niederhergheim avec un "e" à partir de 1801.

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin, 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne), 1919-2020 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar, 1871-1919 : Kreis Guebwiller, 1919-2015 : Guebwiller, 2015-2020 : Thann-Guebwiller
  • Canton - 1801-2020 : Ensisheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Sainte-Lucie

Vue d'ensemble Photo B.ohland

Historique :
Il a existé semble-t-il deux églises avant celle-ci. Celle du Moyen Âge, déjà placée sous le vocable de sainte Lucie, et qui est agrandie en 1605 deux ans après l'arrivée du curé « Jean-Jacques WEY »[7]. Une deuxième église, dont on ne connait pas la date, mais qui figure sur des plans. Elle comportait une tour pour laquelle est commandée une horloge, en 1843, à l'horloger strasbourgeois Schwilgué.

Colonnes et chapiteaux encadrant le portail Photo B.ohland

À partir de 1857, la population ayant augmenté, l'église commence à être trop petite et un nouveau projet est envisagé. Il est confié à l'architecte L. Laubser, et la municipalité étudie le financement... Ce n'est qu'en 1866 que l'emplacement est choisi et le projet accepté. Les travaux peuvent commencer, mais en 1868, l'architecte constate de nombreuses malfaçons que le maître d'œuvre ne veut pas reconnaître. L'architecte démissionne et sera remplacé par V. Heylmann. En 1969 a lieu une expertise pour la construction du clocher, puis le préfet met en place une régie pour rectifier les erreurs. La construction s'achève en juin 1870 et l'église est consacrée en juillet. L'aménagement intérieur n'est pas tout à fait terminé et sera retardé par l'arrivée de la guerre.
Architecture :
L'église est mise en valeur par un vaste parvis. Elle est longue d'une trentaine de mètres et large d'une quinzaine, la nef atteignant 12 mètres de haut. Le portail principal est encadré de colonnes dont les chapiteaux supportent une double voussure. Le clocher quadrangulaire est surmonté d'une flèche à six faces. L'abside est séparée de la nef par un arc en plein cintre. La décoration intérieure date de 1896 et a été effectuée par le peintre Carl Philipp Schilling, dans un style néo-roman particulièrement rare dans la région. Ces décors intérieurs et les vitraux sont inscrits depuis 2000 aux Monuments historiques[8].
Mobilier et cloches :
- les décors intérieurs se traduisent par des plafonds à caissons colorés et ornées de motifs, ainsi que par des fresques murales représentant des scènes bibliques ou des motifs géométriques ou floraux, le tout étant très coloré, parfois souligné d'or.
- l'orgue, également néo-roman, date de 1888. Il a été réalisé pat Théophile Klem pour le buffet, et Martin Rinckenbach, d'Ammerschwihr, pour la partie instrumentale; il a été réparé en 1902, 1946, et nettoyé en 1975.
- la chaire de 9 mètres de haut date de 1870, mais son auteur est inconnu. La cuve met en scène les évangélistes. L'abat-son à six pans présente un décor géométrique.
- le maître-autel est accompagné d'un retable architecturé, avec niches garnies de statuettes en bois, et nombreux pinacles. Son auteur est inconnu.
- les cloches, fabriquées par Cuasard à Colmar, sont au nombre de cinq : Immaculée Conception, Sainte-Lucie, Saint-Joseph, Sacré-Cœur, Sainte-Anne, qui sonnent « l'accord mineur do, mi bémol, fa, sol, si bémol »[9]. Une sixième, ayant échappé aux réquisitions de la guerre, a été conservée, sans être reliée à l'électrification.



Moulin

Un moulin existe au moins depuis le XVIIe siècle. Il puise son eau du canal des douze moulins, qui n'est autre que la vieille Thur.
Une certaine part des meuniers font partie de la famille Anbiehl, originaire de Suisse.
En 1936, il est racheté par la famille Peterschmitt qui va le faire évoluer. Il s'agit actuellement d'une grande minoterie, sur la départementale 1 bis reliant Niederhergheim à Herrlisheim-près-Colmar.

Statue de saint Jean Népomucène et Mairie-école

Statue au bord d'un jardin, rue d'Oberhergheim
  • À l'origine, la statue de saint Jean de Népomucène, datant de 1778, était installée au bord de l'eau, comme dans de nombreuses communes d'Alsace. Lors des travaux préliminaires à la construction d'un pont sur l'Ill, elle est déplacée au centre du village.
D'une hauteur d'1,5 m, elle est composée de grès clair et porte encore quelques traces d'une ancienne polychromie. Sa tête a dû être réparée. Son auteur n'est pas connu.
Côté de l'ancienne entrée,
nouvelle mairie à l'arrière
  • Il existait un premier bâtiment, près de l'église, mais il est vendu en 1786 car devenu trop petit.
Le curé Beck réclame une nouvelle mairie-école qui est achevée en 1789 suite au deuxième projet de l'architecte Ritter. C'est le curé lui-même qui y loge après la Révolution car son presbytère a été vendu.
Un nouveau projet voit le jour en 1812, mais est refusé car trop couteux. Finalement c'est la version de l'architecte Pétin qui est approuvée en 1820 et menée à terme en 1822. Mais la population continue à augmenter. Le bâtiment ne suffit plus et un nouveau projet voit le jour en 1840. Finalisée deux ans plus tard par l'architecte Bleicher, la nouvelle bâtisse va abriter l'école de garçons (tandis que le bâtiment précédent devient école de filles). À partir de 1978, grâce à la création d'un nouveau quartier scolaire, l'école des garçons n'abrite plus désormais que la mairie du village.
En 2019, un bâtiment contemporain est construit à l'arrière et entraîne la restructuration de l'ancien.


Anciennes fermes

Il demeure dans le village plusieurs anciennes fermes, la plupart du temps avec logis à colombage, parfois coursive, cour intérieure et dépendances.br> - la plus ancienne, 2 rue des Vignes, est inscrite aux Monuments historiques[10]. Un linteau de style Renaissance porte la date de 1502 et les initiales JB. Le linteau du puits porte la date de 1768.
- la ferme située 1 place de l'église, d'un maître d'œuvre inconnu, porte la date de 1696 sur l'étable et les dates de 1741 et 1832 sur logis et puits. Le corps de logis en angle est pourvu d'une coursière à encorbellement. Le ferme est inscrite à l'inventaire général du patrimoine.
- la ferme sans colombage, située 2 rue de l'église, s'ouvre sur une cour intérieure. Une partie du logis date du XVIIIe siècle. Une autre partie porte l'inscription FABR EM 1829. La grange est sans doute plus tardive car aurait été construite avec les matériaux de l'ancienne église, vendus par adjudication, notamment l'arc séparant la nef du chœur.


Repère géographique.png Repères géographiques

Niederhergheim se trouve dans la partie nord du département, dans la plaine, et est située à 13 kilomètres au sud de Colmar et 12 kilomètres à l'ouest de Neuf-Brisach. Son ban communal qui s'étire en une bande allongée d'ouest en est, est traversé par l'Ill (à l'est) et la Vieille Thur (à l'ouest).

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 620 604 689 809 870 952 1 009 1 002 946 930
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 938 955 926 826 868 790 775 708 711 722
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 701 702 709 770 744 679 690 690 717 802
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 801 852 921 972 980 1 120 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Augustin MAURER 1792 - 1795 Fonctionnaire.  
Joseph KIENER 1795 - 1797  
François-Joseph BÜRGANTZLÉ 1797 - 1798 Né en 1748. D'abord adjoint. Décède en 1883.  
Léger BRUNNER 1798 - 1799  
André KIENER 1799 - 1813 Né en 1753. C'est lui qui appuie la demande d'une nouvelle mairie-école. Décède en 1819  
André HECHINGER (père) 1813 - 1815 Né en 1768. Cultivateur. Reprend le dossier de la mairie-école resté en suspens. Décède en 1831.  
François-Joseph SCHINDELHOLTZ 1815 - 1816  
Égide LITOLF 1816 - 1816  
François-Joseph MANN 1816 - 1817  
Gervais HECHINGER 1817 - 1831 Né en 1766. Cultivateur. Décède en 1848.  
François-Joseph BÜRGANTZLÉ 1831 - 1835 Fils du précédent. Né en 1797.  
Sébastien HECHINGER 1835 - 1837 Frère de Gervais. né en 1780. Cultivateur. Décède en 1841.  
François-Joseph BÜRGANTZLÉ 1837 - 1872 Le même.  
Jean-Jacques HECHINGER 1872 - 1888 Fils de Sébastien ci-dessus. Né en 1821. Cultivateur. Décède en 1896.  
François Antoine HECHINGER 1888 - 1914 Fils de André Hechinger (fils),(meunier). Né en 1842. Cultivateur. Décède en 1918.  
André Eugène HECHINGER 1914 - 1917 Fils de André Hechinger (fils),(meunier). Né en 1857. Décède en 1916.  
Albert HECHINGER 1917 - 1929  
Léon HECHINGER 1929 - 1941  
André HECHINGER 1941 - 1945  
Léon HECHINGER 1945 - 1946  
Bruno NOEHRINGER 1946 - 1965  
André EHRSAM 1965 - 1977  
Lucien ENGASSER 1977 - 2001  
Gilbert MOSER 2001 - 2020  
Alain ZEMB 2020 - (2026)  
-  

Cf. : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Étienne BECK 1786-1803 Jésuite. Soutient la demande d'une nouvelle mairie-école. déporté pendant la Révolution, revient en 1801. Sera ensuite curé à Saint-Étienne de Mulhouse.  
Georges RICHERTT 1803-1818 Né en 1761. Capucin. Décède en 1818.  
Frigidien FREYBURGER 1818-1863 Était auparavant curé à Ferrette. Décède en 1867  
Théophile Georges LIENHART 1863-1871 Était auparavant à Jetterswiller. Sera ensuite supérieur au couvent des sœurs de Reinacker.  
Jacques ULRICH 1871-1887 Né en 1823. Était auparavant à Tagsdorf. Décède en 1887.  
Antoine LOTZ 1887-1892 Ordonné prêtre en 1870. Était depuis 1879 curé à Andolsheim. Fait partie des fondateurs de la Caisse de crédit mutuel de Niederhergheim. Est nommé en 1892 supérieur au couvent des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé. Devient chanoine honoraire en 1894. Décède en 1911.  
Nicolas HILFIGER 1892-1913 Né en 1843. Ordonné en 1868. Était depuis 1876 curé de Soppe-le-Bas. Joue un rôle de pacificateur au sein du Crédit mutuel. Décède en 1913.  
Jacques PETER 1913-1921 Né en 1854. Ordonné en 1879. Était auparavant à Andolsheim. Président du Crédit mutuel. Décède en 1921.  
Théophile ROLLAT 1921-1947 Né en 1868. Ordonné en 1894. Était auparavant à Ottmarsheim. Se retire en 1947. Décède en 1952.  
Albert DECKERT 1947-1986 Né en 1907. Décède en 1989.  
Michel METZ 1986-  
- -  

Les meuniers

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean RENCKER - Né ca 1655. Meunier au moulin seigneurial.  
Balthazar ANBIEHL - Né en Suisse. Décédé en 1702  
Gabriel AMBIEHL - Fils de Balthazar. Né ca 1682. Décédé en 1725.  
Jean(1) AMBIEHL - Autre fils de Balthazar. Né ca 1685. Décédé ca 1736.  
Jean(2) AMBIEHL - Fils de Gabriel. Né en 1710. Il fait ériger un calvaire encore visible devant l'ancien moulin. Décédé en 1774.  
André AMBIEHL - Fils de Jean(2). Né en 1745. Décédé en 1777.  
Jean(3) AMBIEHL -1824 Fils d'André. Né ca 1783. Décédé en 1863  
André HECHINGER - Né en 1802. Décédé en 1873.  
François BRUCKERT 1853- Né en 1815. Également tuilier.  
Albert LACH -1940 ? Né en 1874. Mécanicien en 1940. Décédé en 1952.  

(Source : consultation d'arbres généalogiques sur Geneanet et CRHF de Guebwiller)

Quelques instituteurs

À partir de 1839, ce sont les sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé qui prennent en charge l'enseignement des filles, jusqu'en 1968.
En 1858, il y a deux sections dans l'école des garçons.

Prénom(s) NOM Période Observations
Antoine JELSPERGER 1815-1825 Né en 1760. Décède en 1842.  
Jean-Baptiste ZIMMERMANN 1825-1855 Né en 1787. Démissionne en 1855. Décède en 1857.  
Ignace DILLIG 1855-1871 Il est secondé par des instituteurs successifs pour la seconde classe.  
Karl SCHLIENGER 1871-1891 Enseignant allemand.  
Alfred KRITTER 1891-1919 Enseignant allemand.  
Albert BUEHER 1919-1923  
Auguste SONNTAG 1923-1935  
Victor HOSTI 1935-1940 Est envoyé "en stage" par les autorités allemandes.  
- -  
Victor HOSTI 1945-1962  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts
Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes inscrites sur le monument...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h - 12h 8h - 12h 8h - 12h 8h - 12h 8h - 12h - -
Après-midi 14h - 16h30 - - - - - -
68235 - Niederhergheim Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 6, place de la Mairie - 68127 NIEDERHERGHEIM

Tél : 03 89 49 45 08 - Fax : 03 89 49 94 61

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Mairie & L'annuaire Service Public (Décembre 2016)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Léon ROHN, Niederhergheim au fil des âges, Strasbourg, Éditions COPRUR, 1993, 270 pages, ISBN 2-903297-89-4
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 30, 2018, ISSN : 0990-6894
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 328, 2016, ISSN : 0990-6894

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Article de Jean Philippe Strauel, intitulé "Les Stèles funéraires romaines de Niederhergheim, pages 5 à 10, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 30, 2018, ISSN : 0990-6894
  2. 2,0 et 2,1 Article de Louis Schlaeffli, intitulé "Note relative à la guerre de Trente Ans à Niederhergheim", in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 328, 2016, ISSN : 0990-6894
  3. Léon ROHN, Niederhergheim au fil des âges, Strasbourg, Éditions COPRUR, 1993, 270 pages, ISBN 2-903297-89-4
  4. grâce à un moulin situé sur le canal "des 12 moulins"
  5. Archives départementales, armoiries des communes du Haut-Rhin
  6. Son pendant "ober", fréquemment rencontré en Alsace, signifiant "du haut"
  7. Léon ROHN, Niederhergheim au fil des âges, Strasbourg, Éditions COPRUR, 1993, 270 pages, ISBN 2-903297-89-4
  8. Base Mérimée
  9. Léon ROHN, Niederhergheim au fil des âges, Strasbourg, Éditions COPRUR, 1993, 270 pages, ISBN 2-903297-89-4
  10. Base Mérimée
Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.