68224 - Mulhouse

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Mulhouse
Blason Mulhouse-68224.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Blason Mulhouse-68224.png   68-10   Mulhouse-1
Blason Mulhouse-68224.png   68-11   Mulhouse-2
Blason Mulhouse-68224.png   68-12   Mulhouse-3

Anciens cantons :
Blason Mulhouse-68224.png   68-16   Mulhouse - Nord
Blason Mulhouse-68224.png   68-17   Mulhouse - Sud
Blason Mulhouse-68224.png   68-29   Mulhouse - Est
Blason Mulhouse-68224.png   68-30   Mulhouse - Ouest

Code INSEE 68224
Code postal 68100/68200
Population 109 443 habitants (2017)
Nom des habitants Mulhousiens, Mulhousiennes
Superficie 2 218 hectares
Densité 4934.31 hab./km²
Altitude Mini : 231 m
Point culminant 336 m
Coordonnées
géographiques
47.749481° / 7.33994° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68224 - Mulhouse carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Antiquité

  • Des peuplades fréquentent le secteur dès le Paléolithique supérieur, comme peuvent en témoigner des traces à Ferrette ou Illfurth, mais ils ne s'établissent pas en habitat pérenne.
  • Nulle voie romaine n'est attestée à Mulhouse, mais on sait qu'en - 58 avant J.C. le chef gaulois Arioviste est vaincu par Jules César, lors de la bataille de l'Ochsenfeld. Si l'endroit exact n'est pas encore certain, il se situe tout de même aux alentours de Mulhouse[1].

Moyen Âge

Maquette de la ville, selon une gravure de Mathieu Mérian, avant 1642
(Musée historique de Mulhouse)
  • La cité est mentionnées pour la première fois en 803, sous la forme "Mulinhusen". C'est alors un fief qui dépend de l'abbaye Saint-Étienne de Strasbourg. Les habitations commencent à se regrouper autour d'un moulin à eau.
  • Au XIIe siècle Frédéric Ier de Hohenstaufen, dit Barberousse, accorde de l'intérêt à la cité, en fait une étape lors de ses trajets, et encourage son développement. Frédéric II, durant le premier quart du XIIIe siècle, fait fortifier la bourgade. Il en subsiste une portion de rempart et la Tour du Bollwerk, ainsi que les noms de différentes portes[2]. Il en fait une véritable ville et lui confère quelques privilèges. En 1262, l'évêque de Strasbourg y fait élever un château-fort, dont le seul témoin est la Tour Nessel. Mais la bourgeoisie est en désaccord avec les évêques et préfère dépendre de l'empereur Rodolphe Ier de Habsbourg.
  • Au XIVe siècle, Mulhouse devient ville impériale, sous l'administration d'un prévôt. Mais elle s'individualise et se constitue en république libre à partir de 1347. Elle s'administre alors elle-même grâce à son Conseil[3]. En 1354, déjà ville importante, elle devient avec d'autres villes partie intégrante de la Décapole[4]. Commerce aidant, « les bourgeois affirment, peu à peu, leur autorité au détriment des notables »[5].
  • Mais face à la domination des Habsbourg, Mulhouse décide en 1466 de s'allier à des villes suisses, d'abord Berne et Soleure, ensuite Bâle. Puis en 1515, elle sort de la Décapole pour « s'unir à la Confédération suisse »[6], ce qui lui confère un statut particulier.

Époque moderne

  • En 1523, la ville adhère massivement à la Réforme avec la publication d'un édit au mois de juillet, ordonnant « d'abandonner les rites antérieurs »[7].
  • Au XVIIe siècle, le commerce se développe, mais Mulhouse doit aussi faire face à des épidémies et des conflits. Lors du traité de Westphalie, en 1648, les possessions habsbourgeoises sont rattachées à la France, mais Mulhouse tient à garder son indépendance.
  • En 1746 est créée la première manufacture d'indiennes qui va entraîner dans son sillage un essor économique et industriel au siècle suivant.

Époque contemporaine

Usine DMC, allée des Brodeuses
Photo B.ohland
  • En 1798, la ville est menacée de blocus douanier et finit par se rattacher volontairement à la France. Deux ans plus tard les portes et remparts sont abattus.
  • Le début du XIXe siècle s'oriente vers une industrialisation phénoménale. Les manufactures textiles bien sûr, avec filatures, tissages et impression sur étoffes, qui créent « près de 30 000 emplois »[8] entre 1800 et 1840, mais aussi l'industrie qui lui est directement liée, à savoir, les constructions mécaniques, la chimie, et les moyens de transport. Mulhouse devient un des pôles industriels majeurs d'Europe. D'ailleurs la cité est surnommée la ville aux 100 cheminées ou "le Manchester français". Dès 1826, les industriels fondent la SIM (Société Industrielle Mulhousienne) qui prend une place dominante dans la ville et son administration. Elle cherche aussi constamment à améliorer les techniques, et, avec une certaine philanthropie, crée des cités ouvrières et se préoccupe du bien-être des travailleurs.
  • L'annexion à l'Allemagne, en 1870, ralentit le cours des évènements et provoque une émigration massive. Puis le début du XXe siècle apporte un renouveau avec l'exploitation de la potasse. Mais un déclin des industries s'amorce entre les deux guerres.
  • Après 1945 commence une reconstruction, dont un des symboles est la Tour de l'Europe, et une orientation vers d'autres technologies (automobile, nucléaire...) entraînant avec elles créations de grandes écoles ou universités.
  • La ville a reçu la Croix de guerre 1914-1918 avec palme et celle de 1939-1945 avec palme également.
  • Au XXIe siècle, Mulhouse, classée "ville d'art et d'histoire", développe fortement le partenariat économique avec ses deux pays voisins, et joue la carte du tourisme autour de ses musées industriels.


Héraldique

Grandes Armes de Mulhouse, sur l'hôtel de ville
Drapeau mulhousien
  • Les Grandes Armes de Mulhouse « apparaissent dès 1267 et figurent dans leur disposition actuelle dès 1390 »[9].
Elles se blasonnent ainsi : « D'argent, à une roue de moulin de gueules, supportée par deux lions d'or, surmontée d'une couronne murale à 5 tours, soutenue d'un ruban d'argent au nom de la ville de Mulhouse ». La couronne murale fait référence à la Décapole.
  • Les armes simples symbolisent la roue d'un moulin hydraulique, celui qui serait à l'origine de la ville.
Elles se blasonnent ainsi : « D'argent à la roue de moulin de gueules ».
  • Le drapeau mulhousien est flammé de 20 pièces d'argent et de gueules, avec un canton armorié en haut à gauche qui reprend l'emblème de la roue de moulin. C'était le drapeau officiel de la République de Mulhouse au XVIIIe siècle jusqu'à sa réunion à la France en 1798. « Il est remis à l'honneur en 1901 »[10].


Toponymie

La base du toponyme est la dénomination germanique "Mülhausen" composé du suffixe "hausen" signifiant maisons complétant le nom "Mûhl" signifiant moulin. Ce qui se traduit par maisons du moulin.
Ce toponyme a légèrement varié au fil du temps, à partir de la même base :
en 803 : Mulinhusen -- en 1153 : Mulhusen -- en 1347 : Stadtrepublik Mülhausen -- en 1798 : Mulhausen -- depuis 1848 : Mulhouse (le toponyme Mulhausen refaisant son apparition pendant les périodes d'annexion à l'Allemagne).

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin, 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne), 1919-2021 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1857 : Altkirch, 1857-1871 : Mulhouse, 1871-1919 : Kreis Mulhouse, 1919-2021 : Mulhouse
  • Canton - 1801-1861 : (Mulhausen) Mulhouse, 1861-1958 : Mulhouse-Nord et Mulhouse-Sud, 1958-2015 : Mulhouse-Nord, Mulhouse-Sud, Mulhouse-Ouest et Mulhouse-Est, 2015-2021 : Mulhouse-1, Mulhouse-2 et Mulhouse-3

Résumé chronologique :

  • 1801-.... : Cton de , Arrt. de , Dép. de

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Musées de Mulhouse

Hôtel de ville, musée historique C.Angsthelm

La cité mulhousienne offre de nombreux musées.
Outre un musée historique et un musée des Beaux-Arts, on dénombre quatre musées industriels et technologiques, de grande importance au niveau européen ou mondial, comme la Cité du Train ou la Cité de l'automobile, dont une grande partie de la collection est classée aux Monuments historiques.
Certains sont labellisés "Musées de France".
Quand au musée du Sapeur Pompier d'Alsace, avant de s'installer à Vieux-Ferrette, il était présent quelques années à Mulhouse.

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour en savoir plus...


Édifices religieux

Temple Saint-Étienne
Photo B.ohland
Nouvelle église Saint-Étienne
Photo B.ohland


Les édifices religieux de Mulhouse sont très nombreux. Certains situés au départ dans le village de Dornach sont devenus mulhousiens en 1914.

Ils reflètent l'histoire mouvementée de la ville et de son essor industriel.

Différents cultes sont représentés. Certains édifices ont changé d'affectation cultuelle au cours du temps, ou ont même été séparés en deux parties pour la célébration de deux cultes différents.

Du XIIIe au XXe siècle, le panorama de ces édifices est très varié....

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour une découverte, non exhaustive


Patrimoine civil

Tour du Bollwerk, XIIIe
Photo C. Angsthelm
  • La Tour du Bollwerk ou Tour du cochon date du XIIIe siècle et est classée aux Monuments historiques depuis 1898[11]. Sa popularité a amené les habitants à surnommer Mulhouse "La cité du Bollwerk".
  • La Tour Nessel, également du XIIIe siècle, est un vestige du château épiscopal détruit en 1262. Tour porte qui permettait d'entrer dans la cité, elle a été transformée en tour simple au XVe siècle.
  • L'hôtel de ville : édifice de style Renaissance rhénane à deux étages édifié en 1552, partiellement classé (description plus détaillée sur la page des musées).
  • La Maison Mieg, construite en 1560 et décorée au XVIIe siècle par le décorateur Mieg. Son élévation et ses décors intérieurs sont inscrits aux Monuments historiques depuis 1929 et 1994[12].
  • Le théâtre municipal : situé rue de la Sinne, ce théâtre qui a ouvert ses portes en 1868 est devenu municipal en 1875. Dans son prestigieux cadre à l'italienne tout en rouge et or du XIXe siècle, il offre une programmation très éclectique.
  • Les tribunaux :
- le Tribunal de Grande Instance date de 1878 et est l'œuvre de M. Dietrich. Sa façade principale, son hall et son escalier d'honneur sont inscrits aux Monuments historiques depuis 1992[13].
- le Tribunal d'Instance a été construit dans un style éclectique, en 1899, par l'architecte Joseph Müller. Le peintre verrier Adolf Schell y a réalisé des verrières en 1902. Le bâtiment est inscrit partiellement aux Monuments historiques depuis 1987[14].
  • La Caisse d'Épargne : un concours lancé en 1907 a choisi les architectes Louis Seltzer et Charles Schulé pour un édifice imposant avec façade à colonnes et fronton sculpté par Albert Schultz, terminé en 1912.
  • Les Bains Municipaux : commencé en 1913, interrompu par la guerre, le projet se termine en 1925. L'architecte Maurice Baumeister et le peintre verrier Joseph Ehrismann ont conçu; là aussi, un grand édifice, avec deux bassins, des bains romains et des cabines munies de baignoires. Hall, vitraux et bains romains sont inscrits aux Monuments historiques depuis 2008[15].
  • La Tour de l'Europe : cette tour moderne, haute de 99 m, avec un restaurant tournant au dernier étage, est l'œuvre des architectes F. Spoerry et B. Michau, à l'endroit où existait l'ancienne digue de la ville fortifiée.



Patrimoine industriel

La patrimoine industriel était fort étoffé, puisqu'on dénombrait 15 manufactures d'indiennes en 1766 (où travaillaient 2 250 ouvriers) puis 22 juste avant la Révolution. Elles se sont encore multipliées au siècle suivant. Se rajoutaient les usines mécaniques, déjà 5 au XIXe siècle, pour construire les machines textiles ou les machines à vapeur. Tuileries et usines chimiques comme Péchiney complétaient l'ensemble.
La plupart ont été rasées pour faire place à de nouveaux quartiers ou à des lycées par exemple. La tuilerie Lesage, de 1897, existe encore, avec sa cheminée. Une partie des bâtiments de l'usine DMC est restée intacte. Et la fonderie de la SACM a été entièrement reconvertie.

Dollfus-Mieg et Cie (DMC)

Bâtiment administratif à l'entrée
  • Cette immense entreprise, devenue mondialement célèbre pour sa production de fils à broder, a été créée par Daniel Dollfus (second fils de Jean) en 1800. En deux entités différentes, d'abord une à Dornach, puis à Mulhouse. Petit à petit les bâtiments se sont multipliés car le site s'est diversifié : après les indiennes se sont rajoutées tissage et filature. En 1841, Émile Dollfus innove en rajoutant la fabrication de fil à coudre, puis Frédéric-Engel Dollfus y rajoute le fil à broder qui fera la renommée internationale de la maison DMC. C'est l'époque glorieuse de cette aventure textile.
À la fin du siècle commence le déclin des indiennes. Pendant la seconde guerre mondiale, les locaux sont réquisitionnés pour la production de matériel de guerre. En 1961, DMC fusionne avec l'entreprise Thiriez & Cartier-Bresson, à l'origine du logo avec la tête de cheval. L'entreprise emploie alors 30 000 salariés. Mais le choc pétrolier survient, ainsi que la concurrence asiatique. En 1990, le nombre de salariés est descendu à 15 000. Au XXIe siècle a lieu une restructuration, une mise en cessation de paiement, une liquidation judiciaire, enfin le rachat en 2016 par un fonds d'investissement britannique.
Réfectoire dans la verdure


  • Le site DMC occupait une surface de 75 hectares, le long du ruisseau Dollerbaechlein, dont la qualité des eaux était favorable au blanchiment du tissu. Les bâtiments se sont multipliés au fil du temps, variant un peu les formes : bâtiment trapu pour l'administration, sheds ou très grand bâtiment pour la filature de 1812[16], des blocs en forme de barres au XXe siècle. Mais tous sont en briques rouges, créant une certaine unité. Les bâtiments portaient des numéros et les allées des noms, comme allée des brodeuses ou rue Lily Ebstein[17].
Nombre de ces bâtiments on été rasés. Mais il en demeure certains, sur 5 hectares, dont le fameux réfectoire, construit en 1886 dans un style un peu plus travaillé et agrémenté d'une pièce d'eau, qui constituait une réalisation sociale d'avant-garde à cette époque. Ce réfectoire et son environnement sont inscrits aux Monuments Historiques depuis 2015[18].
Le reste du site et de ses bâtiments est en pleine mutation : il accueille diverses associations créatrices d'évènements. Prend aussi forme un grand projet de réhabilitation en nouveau quartier, tout en préservant le bâti industriel.


Fonderie (ancienne SACM)

Mélange d'architecture
  • "La Fonderie" est devenu un quartier de Mulhouse, mais auparavant elle désignait une grande usine de constructions mécaniques.
Le précurseur en est André Koechlin, associé de DMC, à sa Direction en 1818, maire de Mulhouse, mais aussi ingénieur. En 1826, il fonde une usine de production pour les machines textiles, puis en 1839 créé un atelier de construction de locomotives, appelé "André Koechlin & Cie". Bien installée à proximité du canal du Rhône au Rhin, et tout près de la voie ferrée Mulhouse-Thann (dont A. Koechlin est aussi à l'initiative), l'usine fait provenir son charbon des houillères de Ronchamp. L'usine prospère et s'associe aux Ateliers de Graffenstaden. Mais avec l'annexion de 1870, la production se rabat sur Belfort, et en 1871 est créée la Société Alsacienne de Constructions Métalliques (SACM), qui va désormais produire sur trois sites. Au fil du temps, elle deviendra l'entreprise "Alsthom" et sa production ne se limitera plus aux locomotives, mais s'élargira avec les chaudières, les moteurs diesel, le matériel des mines ou des Ponts-et-Chaussées, et plus tard la pile atomique.
  • À l'origine, la fonderie elle-même était complétée d'un atelier d'usinage et d'un autre bâtiment abritant une machine à vapeur. Elle fonctionnait avec une certaine autonomie et disposait même d'un « service d'incendie spécifique prêt à intervenir à tout moment »[19]. Après le mouvement de contestation de 1936, la fonderie a été transférée à Masevaux, et le bâtiment transformé en atelier de découpe. La production s'est arrêtée en 1986.
Depuis l'an 2000, une partie des friches est en réhabilitation. La fonderie elle-même a été remaniée et aménagée en édifice contemporain, souvent surnommé "la Cathédrale". Depuis 2007, elle fait partie du campus de l'Université de Haute-Alsace, abritant notamment la Faculté des sciences économiques, sociales et juridiques, ainsi qu'un centre de formation des enseignants et formateurs, une section des archives municipales et une bibliothèque universitaire.


Patrimoine militaire

Un des bâtiments de la caserne Barbanègre

Suite à l'annexion de 1870, quatre casernes sont érigées pour abriter la garnison :
- la caserne Lefebvre : construire en 1874 dans un style wilhelmien, avec des façades imposantes, elle a été réhabilitée en 108 logements. Dans son jardin intérieur subsiste le char du lieutenant Jean de Loisy, mort en 1944.
- la caserne Barbanègre : construite en 1889 pour le 22e régiment de dragons badois et composée de 7 immeubles. Une reconversion a été opérée en 1903, puis une réhabilitation en 178 logements en 2014. Son porche d'entrée a été conservé et installé au milieu d'un giratoire.
- la caserne Coehorn : construite en 1891 sous le nom de "Grossherzog Friedrich Kaserne", elle prend ensuite le nom de caserne Vauban, puis caserne Turenne, avant de devenir caserne Coehorn. Elle accueillait le 1er bataillon du 171e RIF.
- la caserne Drouot : caserne de cavalerie construite en 1906, en l'honneur d'Antoine Drouot, général d'artillerie du Ier Empire, elle abritait le 57e régiment de transmissions. Elle aussi à été réhabilitée en logements et village artisanal.

Repère géographique.png Repères géographiques

Mulhouse est située dans la partie sud du département, à 47 km au nord-est de Belfort.
La ville initiale s'est logée entre les rivières de l'Ill et de la Doller, dont les eaux, de qualité différentes mais complémentaires se sont avérées propices à l'industrie textile.
De légères collines bordent la cité sur le flanc sud-est, notamment le Rebberg, lieu de résidence des grands patrons industriels de l'époque. Au nord-est commence à s'épanouir la forêt de la Hardt et au nord s'étale la plaine d'Alsace.

68 - Carte administrative - Cantons - Mulhouse.png

Les cantons de Mulhouse (6899) :

Démographie.png Démographie

Mulhouse absorbe en 1914 l'ancienne commune de Dornach et en 1947 l'ancienne commune de Bourtzwiller.

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population - 6 018 8 053 9 603 13 300 16 932 20 129 29 415 29 574 45 981
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 45 587 58 773 52 892 58 513 63 629 69 759 76 892 82 986 89 118 94 498
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 95 041 99 226 99 892 99 534 96 697 87 655 99 079 108 995 116 336 117 013
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 112 157 108 357 110 359 110 514 110 351 108 999 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017, *Supplément au n° 21 de l'Industriel Alsacien pour l'année 1835.

  • *Compléments
Année 1812 1813 1814 1815 1816 1817 1818 1819 1820 1821
Population 10 784 11 168 10 080 9 856 9 248 8 832 8 736 9 792 11 424 12 260
Année 1822 1823 1824 1825 1826 1827 - - - -
Population 14 624 14 080 15 164 16 000 13 848 20 864 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Cartes postales anciennes

Pictos recherche.png Article détaillé : Pour découvrir d'autres cartes anciennes de la ville...


Photos


Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Alfred DREYFUS réhabilité
Sculpteur Sylvie Koechlin, 2016
  • Marcel BERNHARDT, dit ALCANTER de BRAHM, écrivain sous le nom de "BRAND", né le 3 mai 1868, époux de Jeanne Ichard, décédé en 1942.
  • Pierre CHAMBON, biologiste et généticien, né le 7 février 1931.
  • Alfred DREYFUS : Officier, lieutenant-colonnel,
à Mulhouse le 9 octobre 1859, décédé à Paris le 12 juillet 1935.
Fils de Raphaël Dreyfus et de Jeannette Libmann. Marié le 18 avril 1890 à Lucie Eugénie Hadamard.
Chevalier de la Légion d'Honneur le 25 janvier 1919.
Plusieurs statues à l'effigie d'Alfred Dreyfus : à Mulhouse : Square Steinbach et à Paris : Place Pierre-Lafue.
  • Huguette DREYFUS, pianiste, née le 30 novembre 1928, décédée en 2016.
  • Marie-Émilie EBSTEIN, dite Lily EBSTEIN, dessinatrice de mode. Née ici, le 2 août 1920, elle part à Vichy en 1939 avec sa famille d'origine juive, est convoyée à Drancy et déportée à Auschwitz où elle meurt en 1943. Un membre de sa famille a retrouvé une valise avec ses dessins. Une rue dans l'enceinte DMC porte son nom depuis 2017.
  • Charlotte GONIN, chanteuse connue sous le nom de VITAA, née le 14 mars 1983, ayant à son actif plusieurs albums sortis en 2007, 2009, 2013, 2015.
  • Gérard HÉROLD, acteur, né à Mulhouse (Haut-Rhin) le 10 septembre 1939, décédé à Paris le 19 août 1993.
  • Louis Lazare JACOB, musicien (groupe Les Compagnons de la Chanson) sous le nom de Jean-Louis JAUBERT, né le 29 août 1920, décédé à Paris le 23 février 2011.
  • Le père Albert MORGENSTERN : professeur, aumônier, curé de la congrégation du Saint-Esprit, ancien missionnaire en Guadeloupe. Né en 1925, décédé en 2015.
  • Thierry OMEYER, handballeur, né le 2 novembre 1976.
Il est né le 02 février 1925 et est décédé à Wolxheim le 11 décembre 2015. La cérémonie religieuse de ses obsèques a été célébrée en l'église de Wolxheim le 16 décembre 2015.
  • Rémy PFLIMLIN : A travaillé pour "Jours de France", pour les "Dernières Nouvelles d'Alsace", pour la "Société Alsacienne de Publications". PDG du quotidien "L'Alsace". Directeur général de France 3. Président du festival Musica. Directeur général de Presstalis. Administrateur de la société SOLINEST. Président du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Président du conseil d'administration de TV5 Monde. Président de France Télévisions. Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'Ordre National du Mérité. Il est le petit-neveu de Pierre PFLIMLIN, maire de Strasbourg.
    Né à Mulhouse le 17 février 1954, décédé à Paris le 03 décembre 2016. La cérémonie religieuse des obsèques a eu lieu en l'église du Sacré-Cœur de Mulhouse le 09 décembre 2016. Elle a été présidée par Monseigneur Grallet, archevêque de Strasbourg. France 3 Régions - Informations. ( Source : Faire-part de décès - Dernières Nouvelles d'Alsace. et Wikipédia - Rémy PFLIMLIN)
Rue Lily Ebstein, usines DMC
  • Isabelle PIA, actrice, de son vrai nom Geneviève BOUSSAGEON, née le 13 juillet 1935, décédée à Paris le 10 juillet 2008.
  • Jean SCHLUMBERGER, industriel du textile, né à Mulhouse (Haut-Rhin) (23 février 1819-1908).
  • Christiane SCRIVENER, femme politique, née le 1er septembre 1925.
  • Frank TÉNOT, journaliste, né le 31 octobre 1925, décédé à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) le 8 janvier 2004.
  • Antoine WAECHTER, homme politique, né le 11 février 1949.
  • Alfred WERNER, Suisse, prix Nobel de chimie en 1913, né le 12 décembre 1866, décédé à Zurich (Suisse) le 15 novembre 1919.
  • Delphine WESPISER : Miss Haut-Rhin, Miss Alsace, Miss France 2012. Née en 1992.
  • William WYLLER, réalisateur producteur, né le 1er juillet 1902, décédé à Los Angeles (États-Unis) le 27 juillet 1981. Réalisateur du film Ben Hur, en 1959, qui remporta « 11 Oscars sur 12 nominations »[20]. William WYLLER lui-même a reçu de nombreuses distinctions au cours des 45 années de sa carrière.
  • Christian ZUBER, journaliste, né le 19 février 1930, décédé à Paris le 23 juillet 2005.

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Pierre THIERRY 1798 - 1800 Lors de la réunion de Mulhouse à la France, il a le statut de président de la municipalité, ancienne fonction apparentée à celle de maire  
Jean Michel HOFER 21 Décembre 1800 - mai 1807 Fiche , officiellement, le premier maire  
Antoine SPOERLIN mai 1807 - mai 1811 Portrait  
Josué KOECHLIN mai 1811 - septembre 1814 Fiche  
Jean-Henri DOLLFUS (fils) septembre 1814 - 1815 Fiche  
Jean-Jacques KOECHLIN 1815 Fiche  
Mathieu HOFER juin 1815 - juillet 1816 Maire provisoire  
Alexandre MOLL juillet 1816 - décembre 1819 Fiche  
Jean-Jacques KOECHLIN décembre 1819 - avril 1821 Le même. Né en 1776. Petit-fils de Samuel KOECHLIN cofondateur de la 1ère manufacture d'indiennes. Député en 1820. Décède en 1834.  
Jean-Henri DOLLFUS (fils) avril 1821 - juillet 1825 Le même. Né en 1755. Son père était aussi un des cofondateurs de la 1ère manufacture d'indiennes.  
Armand BLANCHARD juillet 1825 - juillet 1830 Né en 1779. Ancien capitaine de la garde et aide de camp dans l'Armée de Napoléon Ier. Sous-préfet dans des villes différentes. Décède en 1862.  
Sébastien SPOERLIN juillet 1830 - septembre 1830 Maire provisoire  
André KOECHLIN septembre 1830 - avril 1832 Cousin de Jean-Jacques KOECHLIN ci-dessus. Né en 1789. Directeur de DMC en 1818. Crée sa propre usine de constructions mécaniques : André Koechlin & Cie, qui deviendra la SACM puis Alsthom. Actionnaire de la Société civile des Houillères de Ronchamp.  
André BAUMGARTNER avril 1832 - août 1832 Maire provisoire  
André KOECHLIN août 1832 - mars 1843 Le même. Député du Haut-Rhin de 1832 à 1848. Chevalier de la Légion d'honneur en 1836. Démissionne de son mandat de maire en 1843. Sera conseiller général du canton d'Altkirch de 1846 à 1848 - Décède en 1875.  
Jean Georges WEISS mars 1843 - juillet 1843 Maire provisoire  
Émile DOLLFUS juillet 1843 - septembre 1848 Frère de Jean ci-dessous. Né en 1805. Un des patrons de DMC. Cofondateur de la SIM. Plutôt conservateur. Député en 1846. Conseiller général en 1852. Décède en 1858. Fiche  
Émile KOECHLIN septembre 1848 - août 1852 Fils de Rodolphe KOECHLIN. Né en 1808. Ingénieur chez André Koechlin & Cie. Crée sa propre filature. Démissionne en 1852. Décède en 1883. Fiche Républicain modéré, il démissionna en 1852 pour protester contre le rétablissement de l'Empire.  
Joseph KOECHLIN-SCHLUMBERGER août 1852 - octobre 1863 Fils de Josué KOECHLIN ci-dessus. Industriel, directeur d'une filature. Cofondateur de la SIM. À l'origine d'une école professionnelle. Conseiller général du Haut-Rhin. Fiche  
Jean DOLLFUS novembre 1863 - juillet 1869 Fils de Daniel DOLLFUS, fondateur des usines DMC. Donc frère d'Émile ci-dessus. Né à Mulhouse en 1800. Directeur de DMC jusqu'en 1826, puis des indiennes jusqu'en 1876. Fondateur de la première cité ouvrière. Chevalier de la Légion d'honneur puis commandeur en 1867. Il représente Mulhouse au Reichstag de 1877 à 1878 et de 1881 à 1884. Il démissionne en 1869.  
Henri Léopold BOCK juillet 1869 - 1870 Né en 1797. Associé des usines de constructions mécaniques André Koechlin & Cie. Premier adjoint faisant fonction de maire.  
Auguste DUJARDIN 1870 - 1871 Né en 1825. Notaire. Président de la commission municipale durant la guerre de 1870-71. Expulsé par les Allemands. Décède en 1882.  
Jean de Frédéric SCHOEN août 1871 - septembre 1872 Né en 1805. Maire provisoire. décède en 1884.  
Jean MIEG-KOECHLIN septembre 1872 - mai 1887 Gendre de Joseph KOECHLIN-SCHLUMBERGER. Né en 1819. Manufacturier. Également Conseiller général de Haute-Alsace. Député au parlement régional. Fiche Dernier maire issu du grand patronat mulhousien. Décède en 1904.  

Au sein de l'Empire allemand, sous le Reichsland Elsaß-Lothringen

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Karl HACK 1887-1901  
Josué WICK 1901-1902 Démocrate-socialiste  
Émile KAYSER 1902-1908  
Auguste KLUG 1908-1913 Parti catholique & centriste ( Deutsche Zentrumspartei )  
Alfred WOLFF 1913-1914 Parti catholique & centriste ( Deutsche Zentrumspartei )  
Joseph COSSMANN 1914-1918 Parti catholique & centriste ( Deutsche Zentrumspartei )  

Période de l'entre-guerres

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Alfred WOLFF 1918-1919 Commission provisoire  
Alfred WOLFF 1919-1923 Bloc républicain  
Émile RÉMY 1923-1925 Bloc républicain. Né à Issenheim le 14/03/1861. Industriel de l'entreprise Heilmann et Cie. Adjoint au maire de Mulhouse en 1919.  
Auguste WICKY 1923-1925 Fiche SFIO, premier maire socialiste de Mulhouse  

Annexion de la seconde guerre mondiale

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Philippe HERBOLD 1918 - 1919 Nommé par le chef de l'administration civile nazie  
Auguste WICKY 1825 - 1940 Né à Bourbach-le-Bas le 4/03/1873. Décédé à Mulhouse le 12/01/1947. Ouvrier tailleur. Conseiller général du canton de Mulhouse-Sud de 1909 à 1918 puis de 1919 à 1937.  
Paul MAAS 1940 - 1944 Nommé par le chef de l'administration civile nazie  

De la libération à nos jours

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Auguste WICKY 1944 - 1947 Le même que ci-dessus. Distingué maire honoraire jusqu'à sa mort.  
Lucien GANDER 1947 - 1953 Fiche  
Jean WAGNER 1953 - 1956  
Émile MULLER 1956 - 1981  
Joseph KLIFA 1981 - 1989 Né en 1931. Conseiller municipal puis adjoint. Désigné par Émile MULLER, malade. Député du Haut-Rhin. Conseiller régional. Décède en 2009.  
Jean Marie BOCKEL 1989 - 2010 Né en 1950. Secrétaire d'État à plusieurs reprises. Député. Sénateur en 2010. Démissionne de son mandat de maire.  
Jean ROTTNER 2010 - 2017 Né en 1967. Médecin urgentiste. Directeur du SAMU. Ancien conseiller municipal puis adjoint. Vice-président du Conseil régional du Grand-Est de 2016 à 2017, puis président depuis 2017. Démissionne de son mandat de maire pour non cumul des mandats.  
Michèle LUTZ 2017 - (2026) Première femme à être maire de Mulhouse. Auparavant première adjointe, elle avait assumé l'intérim pendant certaines absences de Jean ROTTNER. Réélue en 2020 au deuxième tour.  
- - - [ Photo]  

Cf. : Mairesgenweb; Wikipedia
Autre source : François IGERSHEIM, L'Alsace des notables 1871-1914, la bourgeoisie et le peuple alsacien, Strasbourg, bf éditions, 1981, 318 pages

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
Ernest HELMER - - Né le 04 juin 1869 à Barr (Bas-Rhin)
- Officier de la Légion d'Honneur
- Notaire à Masevaux
- Notaire à Saint-Amarin
- Voir commune de Barr "les Titulaires de la Légion d'Honneur"  

Les curés

Pour les curés, pasteurs ou rabbins des différents édifices, se reporter à la sous-page des édifices religieux (voir lien dans la section "Patrimoine bâti").

Les curés de lycée
Prénom(s) NOM Période Observations
- - -  
Robert METZGER - Voir Les curés de la paroisse Saint-Antoine de Strasbourg.  
- - -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Les Mulhousiens ayant été décorés de la Légion d'honneur sont au nombre de 475, dont bien sûr les grands patrons industriels ou notables de la ville. En voici deux, les autres peuvent être trouvés s en consultant la Base Léonore.

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Frédéric Ernest AMSLER 29 juillet 1851 25 février 1929 Officier d'administration principal du Génie.

Officier en 1923, Son dossier  

Achille KATZ 15 Mai 1853 12 Mai 1924
Paris
Fils de Joseph KATZ, marchand de grains, et de Françoise LEVY.

Chevalier de la Légion d'Honneur le 20 février 1922 en qualité de Conseiller à la Cour d'Appel de Paris.  

- -  

Émigration

Émigration en Algérie

Pictos recherche.png Article détaillé : Mulhouse - Émigration en Algérie

Émigration aux États-Unis d'Amérique

Pictos recherche.png Article détaillé : Mulhouse - Émigration aux États-Unis d'Amérique

Émigration au Mexique

Pictos recherche.png Article détaillé : Mulhouse - Émigration au Méxique

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h15-12h00 8h15-12h00 8h15-12h00 8h15-12h00 8h15-12h00 - -
Après-midi 13h00-17h00 13h00-17h00 13h00-17h00 13h00-17h00 13h00-17h00 - -
68224 - Mulhouse Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 2, rue Pierre et Marie Curie - B.P. 10020 - 68948 MULHOUSE Cedex 9

Tél : 03 89 32 58 58 - Fax :

Courriel : Page Contact ou Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Site de la Mairie (Mars 2011)

Archives & Dépouillements des registres paroissiaux

Etat civil récent

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  FC Mulhouse
  Mulhouse d'hier à aujourd'hui
  Histoire de Mulhouse depuis ses origines jusqu'à nos jours
  Mulhouse
  Au temps des tram et du trolley à Mulhouse
  Mulhouse dans les années 1900
  Mulhouse d'antan

  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Carmen RIFFENACH, Fabienne ALLEMANN, Musées industriels et techniques de Mulhouse, Collection Kaléidoscope, Molsheim, Édition des Dernières Nouvelles d'Alsace, 1988, 37 pages, ISBN 2-7165-0115-7
  • André HECKENDORN et Frédéric GUTHMANN, Mulhouse, 80 lieux de cultes, histoire et patrimoine, Montreuil, 2017, Oko Éditions, 287 pages, ISBN 978-2-9561695-0-5
  • François IGERSHEIM, L'Alsace des notables 1870-1914, la bourgeoisie et le peuple alsacien, Strasbourg, Nouvel Alsacien, 1981 (CDI collège de Lutterbach)
  • Nicolas MENGUS, Ces Alsaciens qui ont fait l'Histoire, Villeveyrac, Le papillon Rouge Éditeur, 2017, 264 pages, ISBN 978-2-917875-87-2
  • Collectif d'auteurs, Et si l'Alsace m'était contée, Brunstatt, F.S.C.M., 2017, 98 pages, ISBN 979-10-90239-34-0
  • Jean-Paul GRASSER, Une histoire de l'Alsace, collection "alsatiques", Luçon, Jean-Paul Gisserot, 2013, 128 pages.
  • Bernard VOGLER, Histoire de l'Alsace, Rennes, Éditions Ouest-France, 2002, 64 pages, ISBN 2-7373-2740-7
  • Micheline LANG-REITZ et Bernard FISCHBACH, Mulhouse d'hier à aujourd'hui, collection "Regards croisés", Saint-Avertin, Éditions Alan Sutton, 2013, 96 pages, ISBN 978-2-8138-0578-2
  • Nicolas MENGUS, Ces Alsaciens qui ont fait l'Histoire, Villeveyrac, Le papillon Rouge Éditeur, 2017, 264 pages, ISBN 978-2-917875-87-2

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Soit Entre Mulhouse et Pfastatt, soit entre Cernay et Wittelksheim
  2. Porte de Bâle, Porte Haute, Porte Jeune, Porte du Miroir
  3. Petit Conseil (ou gouvernement) formé de 12 représentants de 6 corporations, auquel s'ajoute les chefs des corporations, forment le Grand Conseil
  4. Ligue de dix villes impériales libres en Alsace : Colmar, Haguenau, Kaysersberg, Mulhouse, Munster, Obernai, Rosheim, Turckheim, Sélestat et Wissembourg.
  5. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  6. Jean-Paul GRASSER, Une histoire de l'Alsace, collection "alsatiques", Luçon, Jean-Paul Gisserot, 2013, 128 pages
  7. André Heckendorn et Frédéric Guthmann, Mulhouse, 80 lieux de cultes, histoire et patrimoine, Montreuil, 2017, Oko Éditions, 287 pages, ISBN 978-2-9561695-0-5
  8. Bernard VOGLER, Histoire de l'Alsace, Rennes, Éditions Ouest-France, 2002, 64 pages, ISBN 2-7373-2740-7
  9. Archives départementales du Haut-Rhin, armoiries des communes
  10. Carmen RIFFENACH, Fabienne ALLEMANN, Musées industriels et techniques de Mulhouse, Collection Kaléidoscope, Molsheim, Édition des Dernières Nouvelles d'Alsace, 1988, 37 pages, ISBN 2-7165-0115-7
  11. Base Mérimée
  12. Base Mérimée
  13. Base Mérimée
  14. Base Mérimée
  15. Base Mérimée
  16. Avec 138 m de long sur 12 de large, c'est le plus grand encore debout en Alsace
  17. Du nom d'une dessinatrice de mode mulhousienne, juive, déportée à Auschwitz.
  18. Base Mérimée
  19. Micheline LANG-REITZ et Bernard FISCHBACH, Mulhouse d'hier à aujourd'hui, collection "Regards croisés", Saint-Avertin, Éditions Alan Sutton, 2013, 96 pages, ISBN 978-2-8138-0578-2
  20. Nicolas MENGUS, Ces Alsaciens qui ont fait l'Histoire, Villeveyrac, Le papillon Rouge Éditeur, 2017, 264 pages, ISBN 978-2-917875-87-2