68088 - Feldkirch

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Feldkirch
Feldkirch.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Blason Wittenheim-68376.png   68-17   Wittenheim

Soultz haut rhin.png   68-24   Soultz-Haut-Rhin (Ancien canton)

Code INSEE 68088
Code postal 68540
Population 990 habitants (2016)
Nom des habitants Feldkirchois, Feldkirchoises
Superficie 421 hectares
Densité 235,15 hab./km²
Altitude Mini: 222 m
Point culminant 249 m
Coordonnées
géographiques
47.864722° / 7.273056° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68088 - Feldkirch carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • Des sépultures mérovingiennes ont été retrouvées « sous l'église actuelle »[1].
  • Au VIIIe siècle, un lieu de culte chrétien est fondé par le moine irlandais saint Fridolin, et quelques habitations se regroupent autour d'une première église dans les champs, formant un hameau dont en trouve la première trace écrite « en 786 »[2]. Le village, tout comme celui d'Ungersheim, fait alors partie des possessions de l'abbaye de Murbach et est englobé dans la grande seigneurie de Bollwiller « jusqu'en 1648 »[3].
La paroisse de Feldkirch devient le centre religieux des villages environnants. Dans la crypte de l'église est enseveli Conrad de Rosen, seigneur qui a succédé à la maison des "de Bollwiller".
  • Pendant longtemps la principale activité des villageois reste l'agriculture. Puis une pépinière d'arbres fruitiers est créée vers 1740 par Jean Baumann, jardinier des Rosen au château de Bollwiller.
  • À l'orée du XXe siècle, une gare est construite, permettant à la commune d'être desservie par la ligne Ensisheim-Bollwiller. Puis, dès 1904, va commencer l'aventure de la potasse, sous l'impulsion d'Amélie Zurcher et de sa détermination à convaincre les industriels à multiplier les sondages :
En 1911 est foncé dans cette commune le puits Alex et sur le ban communal adjacent de Pulversheim sont creusés les puits Rodolphe I et Rodolphe II. L'exploitation de ces mines entraîne un grand besoin en main d'œuvre. Une cité ouvrière est alors construite à la pointe sud du territoire feldkirchois, en vis à vis du carreau : la cité Alex. Et à cette période la démographie du village augmente considérablement.
Quand l'exploitation du puits Alex se termine en 1954, les employés vont travailler dans d'autres mines du secteur ou doivent se reconvertir.
  • Durant la première guerre mondiale a lieu une journée tragique, le bombardement du 21 décembre 1915, provoquant la mort de sept soldats et d'une religieuse.
  • À l'issue de la seconde guerre, Feldkirch est libéré le 2 février 1945.

Héraldique

« D'azur au lion rampant d'or, une cotice de gueules brochant le tout ».
Il s'agit de la troisième version des armoiries de Feldkirch, les deux premières, avec roses et fer, étant des armoiries seigneuriales et terriennes.
Les armoiries actuelles correspondent à celles de l'armorial dressé par ordre de Louis XIV en 1697.

Toponymie

La première dénomination mentionnée est "Feldkircha", en 786. Puis la forme actuelle ne connaîtra pas de variation.
Ce toponyme fait partie des vocables religieux. "Kirch", dérivé du grec "kyriaké" signifiant église, est un élément générique très répandu. Il est ici précédé du substantif "Feld" signifiant champ. La traduction littérale nous donne donc "église des champs".
Mais le toponyme « désigne également une église mère »[4].

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2019 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar - 1871-1919 : Kreis Guebwiller - 1919-2019 : Guebwiller
  • Canton - 1801-1871 : Soultz - 1871-1919 : Sulz unterm Wald - 1919-2015 : Soultz-Haut-Rhin - 2015-2019 : Wittenheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

La mine Alex

Bâtiments subsistants du carreau Alex Photo B.ohland
Autre bâtiment

Le nom donné au puits Alex correspond à celui d'un industriel et banquier allemand, Alexander von Pflaum (1839-1911), ayant participé financièrement au projet. Ce puits est le premier à être creusé par la société KST, société des mines Kali-Sainte-Thérèse.
Foncé en 1911, avec un diamètre de 4,5 mètres, c'est deux ans plus trad, à la profondeur de -649 mètres qu'il parvient à la couche de potasse. Une galerie souterraine le met en communication avec le puits Rodolphe I. Un chevalement de 33 mètres de haut surplombait le bâtiment de la recette.
En 1919, le carreau est complété d'une usine pour traiter la potasse sur le site-même, et dix ans plus tard, d'une usine à brome.

Du début de l'exploitation en 1913 jusqu'à son terme en 1954, le puits aura extrait de la mine pas moins de 8,85 millions de tonnes de potasse.
Le puits a été remblayé dans les années 1960 et le chevalement détruit en 1984, mais il demeure des bâtiments typiques de l'architecture des mines KST. Il est inscrit à l'inventaire général du patrimoine[5].

L'église Saint-Rémi

Façade occidentale Photo B.ohland
Vue latérale Photo B.ohland
Portail et statue Photo B.ohland
  • L'église antérieure a été reconstruite en 1725 « par l'architecte Jacques Spingal de Masevaux »[6], en conservant la base du clocher médiéval. Le niveau supérieur du clocher et sa flèche datent de 1870.

Un examen attentif de la toiture révèle un motif de croix latine créé par des couleurs de tuiles différentes.
Sur des pierres du chevet subsistent des marques de tâcheron et numéros de pierre.

La date de 1725 est inscrite au-dessus du portail d'entrée, accompagnée de roses en relief et du cinquième verset du psaume 92 en lettres gothiques : « La sainteté Seigneur, s'attache à ta maison pour les temps éternels ».
Au-dessus de ce portail présentant une porte ouvragée, une niche arrondie abrite une statue de l'Immaculée Conception.

  • L'édifice est inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel[7].


L'intérieur

ChœurPhoto B.ohland

La nef de style "halle" précède un chœur voûté en plein-cintre, qui a été financé par la maison des Rosen. Une belle clarté dans l'édifice permet d'apprécier le mobilier, riche et varié, dont de nombreux éléments sont inscrits dans la base Palissy :
- Le maître-autel : de facture baroque avec un baldaquin à quatre colonnes se terminant par une couronne à laquelle est suspendue une colombe, il provient de l'église antérieure. Réalisé en 1719 par un artisan de Masevaux, il a été restauré en 1835 par le peintre thannois Joseph Pulffer. Les colonnes en faux marbre mettent en valeur le tableau central, de la même époque, représentant le baptême de Clovis par saint Rémi.

Chaire à prêcher

- La chaire : en bois de chêne, décorée dans un style similaire à celui de l'autel, elle a été restaurée au XVIIIe siècle par les ateliers Klem de Colmar. Sa cuve présente les quatre Évangélistes. Le Bon Pasteur orne le dorsal et le saint Esprit décore l'abat-voix.
- L'orgue : daté de 1766, il est l'œuvre de deux artistes milanais, Ambroise Ronzoni et Carl Tamola. La partie instrumentale a été remplacée en 1785 par Joseph Rabiny. Puis le facteur d'orgues Callinet y a effectué une restauration.
- Les vitraux : les six pièces de la nef ont été réalisées par l'Institut Catholique de Vaucouleurs, deux en 1891 par Martin Pierson, celui de l'apparition de la Vierge à Bernadette Soubirous suivant des cartons de Th. Bouchy. Ceux du chœur, de 1874, sont l'œuvre du peintre Joseph Beyer et représentent l'Annonciation et la Nativité.

- Les porte-cierges de procession : composés d'un ovale en métal peint fixé sur un support de cierge, ils remontent au temps de la Confrérie du Rosaire, donc XVIIIe siècle. Ils évoquent les trois mystères : joyeux, douloureux, glorieux.
- La statue de saint Joseph à l'Enfant : en bois peint, elle date vraisemblablement de la première moitié du XIXe siècle.
- Le chemin de croix : certaines stations sont regroupées en triptyques, réalisés en 1896 par trois artistes : les peintres L. Beau et L. Chovet de Paris et l'ébéniste Th. Klem de Colmar.
- Les fonts baptismaux : du XIXe, en grès gris, ils présentent l'allégorie de la Charité, l'Espérance et la Foi.
- La Pieta : ce groupe sculpté sur un autel est encadré par des plaques présentant les victimes de guerres et fait office de monument aux morts.


Le "Scloesschen" ou petit château

Petit château

Cette demeure agrémentée d'une tourelle était le centre de la cour colongère.
Elle porte la date de 1604 et les initiales de son commanditaire, Hans Holder, qui était « régisseur de la cour domaniale de Feldkirch en 1605 »[8].
Avec les vestiges de sa grange initiale, la bâtisse est inscrite à l'inventaire général du patrimoine[9].

Repère géographique.png Repères géographiques

Situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Mulhouse, Feldkirch est un village qui s'est épanoui dans la plaine, plus précisément au niveau du bassin potassique.
Son ban communal s'étire en longueur du nord au sud et un étranglement en son milieu délimite deux territoires : l'ancien village au nord, la cité Alex au sud. Il est traversé par cinq ruisseaux différents : le Feldbach interne et le Feldbach moyen, le Wuenheim, le Krebsbach et le Lohbach.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 294 274 349 342 440 450 470 458 445 420
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 475 489 436 366 375 395 413 395 396 406
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 395 420 478 588 533 491 529 628 632 729
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 712 835 910 923 956 990 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos


Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
Michel HOLDER 1801-1806 -  
François Joseph DURWELL 1806-1825 -  
Joseph RIBER 1825-1830 -  
François TSCHANN 1830-1837 -  
Rémi STRUB 1837-1848 -  
François Joseph ALLEMAN 1848-1865 -  
Rémi MOYSES 1865-1876 -  
Rémi PFULB 1876-1915 -  
Joseph STRUB 1915-1925 -  
Joseph RAUCH 1925- -  
- - De 1941 à 1945 la commune est rattachée à Bollwiller.  
Xavier BREG 1945-1965 -  
Louis HERRGOTT 1965-1977 -  
André MEYER 1977-1983 -  
Gérard SCHMITT 1983-1989 -  
Philippe HERRISE 1989-1995 -  
Marcel HAENNI 1995-2006 -  
Attilio UGOLINI 2006-2008 -  
Bertrand FELLY 2008-2016 -  
Pierre SALZE 2016-(2020) -  

Cf. : Mairesgenweb
(Voir aussi Archives départementales, Liste des maires du Haut-Rhin)

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Joseph ERNST 1802-1803 Sera ensuite curé à Chalampé.  
Thomas RAYBER 1803- ? Auparavant curé à Leymen. Sera ensuite curé à Eschwiller.  
François KNECHT  ? -1822 Auparavant curé à Rimbach-Zell. Sera ensuite curé à Buhl.  
Joseph BLÉNIAT 1822-1823 Auparavant curé à Rimbach-Zell. Sera ensuite curé à Riedisheim.  
Joseph HERRÉ 1823-1830 Aumônier. Sera ensuite curé à Grussenheim.  
André FRIES 1830-1855 Auparavant curé à Thann. Sera ensuite curé à Soultzmatt.  
Jean-Baptiste HAAS 1855-1890
68088 - Feldkirch Tombe Curé Haas.JPG
Né à Soultzbach-les-Bains, en 1810 ou 1819 ?
Auparavant curé à Wasserbourg.
Décède en 1890.
Inhumé ici.  
Victor BLANCHARD 1890-1896 Aumônier. Décédé à Sentheim le 25 mars 1914.  
Antoine GLASSER 1896-1906 Sera ensuite curé à Heiligenberg.  
Auguste SCHMITT 1906-1922 Auparavant curé à Balschwiller. Décède en 1922.  
Victor RIMELIN 1922- ? Auparavant curé à Wintzenbach.  
- -  
- -  
Léon STURCHLER - Il est décédé le 20 juin 2015.  
abbé Gabriel GIRROY 2019  

Les titulaires de la Légion d'Honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Jean-Baptiste BAUMANN 6 février 1781 4 octobre 1818 Lieutenant de hussards.
Chevalier le 10 octobre 1813. Son dossier  
Rémy BISCHOFF 24 janvier 1759 - Maréchal des Logis au 7e régiment de Cuirassiers.
Chevalier le 14 juin 1804. Son dossier  
Émile REBER 30 juillet 1863 - Lieutenant territorial au 37e R.I.
Chevalier le 5 janvier 1918. Son dossier  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

La commune n'a pas érigé de monument aux morts.
Ce sont la piéta sur un autel de l'église, et les deux plaques commémoratives qui l'encadrent qui font office de monument aux morts.

Piéta, à droite en entrant
Pictos recherche.png Consulter la liste des victimes inscrites sur les plaques commémoratives

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 7h30... 10h00 - 12h00 10h00 - 13h00 10h00 - 12h00 7h30 - 13h00 - -
Après-midi ... 18h00 16h00 - 18h00 16h00 - 18h30 - - -
68088 - Feldkirch Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 55 rue Principale - 68540 FELDKIRCH

Tél : 03 89 48 10 60 - Fax : 03 89 62 90 09

Courriel : secretariat-feldkirch@wanadoo.fr

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Daniel Delattre, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Marie-Philippe SCHEURER, Canton de Soultz Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1991, 80 pages, ISBN 2-908307-25-4
  • Jean Schweitzer, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 page 39 in Jean Schweitzer, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 pages.
  • Livret Bien vivre à Feldkirch, guide pratique, réalisé par la mairie.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Page 51, in Daniel Delattre, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  2. A.D. de Colmar, armoiries des communes du Haut-Rhin
  3. Page 6, in Marie-Philippe SCHEURER, Canton de Soultz Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1991, 80 pages, ISBN 2-908307-25-4
  4. Page 39, in Jean Schweitzer, La toponymie alsacienne, collection "alsatiques", Éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123
  5. Base Mérimée
  6. Page 19, in Marie-Philippe SCHEURER, Canton de Soultz Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1991, 80 pages, ISBN 2-908307-25-4
  7. Base Mérimée
  8. Page 19, in Marie-Philippe SCHEURER, Canton de Soultz Haut Rhin, images du patrimoine, collection "L'Inventaire", Illkirch, Le Verger éditeur, 1991, 80 pages, ISBN 2-908307-25-4
  9. Base Mérimée