68041 - Blodelsheim

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Blodelsheim
Blason Blodelsheim-68041.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole -
Canton Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim

Blason Ensisheim-68082.png   68-06   Ensisheim (Ancien canton)

Code INSEE 68041
Code postal 68740
Population 1 806 habitants (2013)
Nom des habitants Blodelsheimois, Blodelsheimoises
Superficie 2 069 hectares
Densité 87 hab./km²
Altitude Mini : 205 m
Point culminant 219 m
Coordonnées
géographiques
47.885° / 7.538055° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68041 - Blodelsheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Antiquité :
De nombreuses sources indiquent la découverte d'objets néolithiques près de l'ancienne voie romaine reliant Bâle à Strasbourg et passant par Mons Brisacus (= Brisach).
Au Moyen-Âge :

  • « La localité de Blodelsheim, d'après l'historien Paul Stintzi, aurait existé déjà au IXe siècle comme nombre de villages de la région »[1].
  • À partir du XIIe siècle, les Habsbourg multiplient leurs possessions en Haute-Alsace. Parmi elles, figure Blodelsheim, qui avec dix autres villages de la campagne de la Hardt, fait partie du bailliage inférieur de Landser, et plus précisément de « la prévôté d'Othmarsheim »[2],(Ottmarsheim).
  • Le XIIIe siècle se révèle particulièrement tourmenté. « Le village fut d'ailleurs fortifié au milieu du XIIIe siècle »[3], comme en témoigne encore à l'heure actuelle la disposition de deux rues en demi-cercles avec 4 impasses.
- en 1228, Berthold de Teck, évêque de Strasbourg, s'oppose au comte de Ferrette Frédéric II, et le bat entre Hirtzfelden et Blodelsheim.
- en 1268, c'est au tour de l'évêque de Bâle, en guerre contre Rodolphe de Habsbourg, de s'emparer du village.
- et en 1272 ce sont les villageois de Neuenburg qui cherchent à se l'approprier.

Époque moderne :
Le XVIIe siècle et le XVIIIe sont à nouveau une période mouvementée pour Blodelsheim :

  • Durant la guerre de Trente Ans le village est dévasté.
  • « En 1632, 300 soldats autrichiens y prennent position »[4].
  • D'autre part, lors de la guerre de Succession d'Espagne, en 1709, s'y affrontent « 10000 soldats français et 4000 soldats autrichiens »[5].
  • Durant le XVIIe siècle, on peut aussi observer à Blodelsheim une certaine proportion de Suisses : la plupart sont des travailleurs saisonniers repartant chez eux après les moissons.

Époque contemporaine :

  • Aux alentours de 1845, des mauvaises conditions climatiques et des inondations répétées entraînent une grande pauvreté à Blodelsheim, ce qui amène le curé Joseph Philippi à souhaiter dès 1847 la mise en place d'un hospice, projet auquel la municipalité adhère en mettant une ferme à disposition (voir section patrimoine). À cette époque, la population du village est à son maximum (environ 1600 habitants)
  • Il y avait à Blodelsheim un relais aux chevaux avec 2 chambres (transformé ensuite en restaurant). Un agent postal y a travaillé de 1896 à 1906.
  • La première Guerre Mondiale a fait 21 victimes.
  • Insolite : il y avait de la potasse sur le ban communal. La Compagnie des Mines de Potasse de Blodelsheim, créée en 1926, acheta une concession de 1556 ha entre Roggenhouse et Blodelsheim. On commença les deux puits en 1928, d'autres installations et une cité de 12 logements (que l'on peut encore voir au Poney-Parc). Mais les puits ne furent jamais terminés « pour des raisons économiques survenues avec la crise sévissant après 1930 »[6]. Le site fut remblayé après la seconde guerre mondiale.
  • En 1939, tout comme les habitants de Munchhouse, les Blodelsheimois sont évacués : certains se réfugient à Hartmanswiller (68), la plupart sont envoyés à Gimont dans le Gers.
  • Le 8 février 1945, la 3e compagnie du 5e Régiment de Tirailleurs Marocains, commandée par le colonel Louis Dewatre, arrive sur les lieux et libère la commune vers 10h. En fin de journée le véhicule du commandant a la malchance de sauter sur une mine : grièvement blessé, Louis Dewatre décède dans la soirée. Il a été promu commandeur de la Légion d'honneur. (L'école de Blodelsheim porte son nom).

Héraldique

68041 - Blodelsheim Blason.JPG
  • De gueules aux deux cierges d'argent, allumés d'or, passés en sautoir, soutenus d'une rivière d'argent en fasce ondée.
ou alors « De gueules à deux cierges d'argent posés en sautoir allumés d'or, soutenus par une rivière courante d'argent en fasce ».
  • Les armoiries ont été créées en 1978 :
- les deux chandelles entrecroisées correspondent à un des deux attributs de saint-Blaise, à qui la paroisse est dédiée. Celui-ci était invoqué pour soigner les maux de gorge, et lors de sa fête, le 3 février, on tenait une bougie devant la gorge des malades.
- « La rivière évoque le Rhin tout proche »[7]. Mais il est à noter la présence d'un ruisseau avant d'arriver au Rhin : le Muhlbach (= ruisseau du moulin).


Toponymie

Les Archives Départementales de Colmar nous confirment l'existence du village « en 1064 sous la dénomination de Bladolvesheim ».
Une autre forme est mentionnée en 1147 : Bladoltzheim, et Ernest NÈGRE[8] nous explique la formation du toponyme : à partir du patronyme germanique "Blidoldus" auquel on rajoute le suffixe germanique -heim (= maison, hameau, village).

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin, 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne), 1919-2019 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar, 1871-1919 : Kreis Guebwiller, 1919-2015 : Guebwiller, 2015-2019 : Thann-Guebwiller
  • Canton - 1801-2019 : Ensisheim

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Industrie.jpg Histoire industrielle

  • À l'est du village existaient « tuilerie et moulin, sur un petit bras du Rhin »[9], le Muhlbach.
  • La tuilerie est mentionné en 1673, date à laquelle sa propriétaire, veuve, vend l'ensemble de ses biens au collège des Jésuites d'Ensisheim : « Le contrat de vente fut fait et signé à Blodelsheim le 29 janvier 1673 devant le notaire royal d'Ensisheim Maître Rognier »[10].
  • Le ruisseau du Muhlbach, s'étendant sur 40 km, avait pour rôle de faire fonctionner des moulins à grains (il y en avait huit entre Ottmarsheim et Vogelsheim). Cette mission était souvent contrariée par les crues du Rhin, qui y déposaient sables et limons, le laissant à sec quand le fleuve regagnait son lit, et provoquant le chômage des moulins. Dans le compte-rendu du Conseil Municipal de 1797[11], il est écrit que « le meunier (Benoît Decker) est redevable de 111 livres 18 sols en numéraire, [...]. Mais il a droit à une réduction de loyer étant donné que le moulin était à l'arrêt forcé dû au manque d'eau pendant un trimestre ».

Histoire religieuse.jpg Histoire religieuse

En 1849 il y avait :

  • 1506 catholiques
  • 2 protestants
  • 16 israélites

Patrimoine.png Patrimoine

L'église Saint-Blaise

L'église Saint-Blaise en 1924
L'église Saint-Blaise


  • L'église faisait partie du doyenné "Citrà Rhenum", dans le diocèse de Bâle, et avait pour collateur l'abbesse d'Ottmarsheim. Cette église était desservie par un curé recteur et un vicaire. D'après Modeste SCHICKELÉ[12], « les actes du chapitre cis-rhénan nous ont fourni les noms des curés » depuis 1540. (voir liste ci-dessous)
  • Cette origine du XVIe siècle est accréditée par Anne-Sophie STOCKBAUER[13].
  • Un relevé de LAUBSER, architecte du secteur, mentionne des travaux en 1731 sur la partie supérieure du clocher. Un monument funéraire scellé dans le mur sud de la grande nef en 1770 (à l'initiative de la famille Wegbecher) témoigne aussi d'une reconstruction au XVIIIe siècle.
  • Entre 1840 et 1842, l'église est agrandie côté est. En 1845, une grande horloge est rajoutée. La crue du Rhin de 1852 fait des ravages et les fondations de la tour sont abîmées. On démolit alors le clocher en 1956 pour en construire un neuf en 1860-1861. « Une facture datée du 20 février 1861 concerne la fourniture et la pose de la croix sur la flèche avec piédestal en zinc, boule en tôle galvanisée, pour un montant de 837 francs »[14].


Portail roman de l'église
  • Des travaux de rénovation de l'édifice, en 1980, ont permis de retrouver le portail latéral nord. De forme très simple, avec un linteau "en bâtière", « le portail roman suggère qu'une église de quelque importance existait dès le XIIe siècle au cœur du village »[15]. Ce portail a été réalisé en grès jaune à grains fins (voir photo), et a été en partie préservé des intempéries par sa situation au nord. Le linteau mesure environ 1,5 mètre.
La répartition entre croix centrale, rosettes et croix latérales se retrouve de façon plus ou moins similaire, sur d'autres édifices de la région.

Le mobilier de l'église :

  • L'orgue :
La facture d'origine est du Strasbourgeois Jean-André SILBERMANN (fils d'André), en 1779. Puis Joseph Antoine BERGER apporte ses améliorations au siècle suivant, à savoir une pédale indépendante de quatre jeux. Le dernier restaurateur connu est Alfred KERN. Cet orgue est classé aux Monuments Historiques depuis 1978[16].
  • Les autels :
1) Le maître autel, de style Louis XVI, date du début du XXe siècle et a été offert par la famille Valentin, installée à Blodelsheim aux environs de 1830 et qui a fait preuve d'une grande générosité envers la commune.
2) L'autel de gauche est dédié à saint Joseph.
3) Réalisé en 1731 pour l'ancienne église, celui de droite, un autel à tombeau droit en bois peint faux marbre, est adossé d'un retable. La statue de la Vierge couronnée a été rajoutée plus tard[17].
Ancien vitrail
Vitrail récent (1962)
  • Les vitraux :
On trouve dix-huit vitraux dans l'église :
Un seul a pu être récupéré entier après les bombardements de 1945. Il date peut-être du XIXe siècle.
Les autres, d'un style sobre, ont été réalisés en 1962 dans les ateliers Kempf-Haeffele, par F. Haas.


Le presbytère

Cette demeure est le fruit d'un contrat, en 1770, entre l'abbaye d'Ottmarsheim et un architecte de Guebwiller, Gabriel Ignace Ritter[18], prévoyant non seulement le presbytère, mais aussi une grange et une écurie.
« Le premier curé qui y demeure est Gaspard Marbach »[19].
Ce bâtiment se trouve face à l'église, côté nord (voir photo).

L'« ancien hôpital »

Ancien hospice, face à la mairie

Dans l'hospice mis en place en 1847, suite au projet du curé Philippi, on commence par distribuer de la soupe trois fois par jour. Puis on installe des chambres pour vieillards ou invalides. Le village fait tout son possible pour aider. On fait venir des sœurs religieuses de Niederbronn, puis deux sœurs de charité. Une commission est créée pour la gestion et fait appel à l'aide financière du département. En 1860 deux nouvelles sœurs se rajoutent. L'hospice prend de l'importance et est prêt à desservir deux communes toutes proches moyennant participation financière. Malheureusement, le 13 janvier 1879, un incendie détruit tout. Avec la prime d'assurance, la commune projette de faire un hôpital et rachète cette grande ferme à colombage. « C'est la puissante famille Wegbecher, prévôt, qui est à l'origine de la construction, fin XVIIe siècle, début XVIIIe »[20].
Finalement, Blodelsheim n'obtiendra pas l'agrément pour l'hôpital, et cela restera un hospice jusque dans les années 1960, où les sœurs font encore fonctionner ce centre de soins avec l'aide d'un médecin.

L'école

  • Depuis 1714, il est question de "ludimagister" (= maître d'école). On ne sait pas où se faisait la classe au début. Mais le tout premier bâtiment connu est une grande ferme à colombage datant de 1732. A partir de 1842, l'enseignement se déroule dans la mairie-école (ferme acquise à cette époque, transformée, et qui subira encore des restaurations jusqu'à devenir la mairie actuelle).
  • Ensuite un projet antérieur voit le jour, au carrefour de la mairie et de l'ancien hôpital, et sa construction est terminée entre 1902 et 1904, avec plusieurs salles de classe et logement de l'instituteur. (voir photo)

Une ancienne maison

Ancienne maison du XVIIIe siècle

Cette maison de Blodelsheim date du début du XVIIIe siècle. ce qui la rend typique est son toit dit "à la Mansart". Il s'agissait certainement d'une auberge ou d'un relais. Elle a été démontée au village en 1988 et reconstituée à l'identique à l'Écomusée d'Alsace en 1993.

Repère géographique.png Repères géographiques

Localisation du village
  • Dans le Grand Est, précédemment en Alsace, Blodelsheim est une commune de plaine, située à la frange est du département du Haut-Rhin. Elle fait partie d'un chapelet de villages qui s'égrènent d'Ottmarsheim à Neuf-Brisach sur la "basse terrasse rhénane", sur une route parallèle au Rhin, à 1 ou 2 km environ de celui-ci.

Le ban communal est longé par trois cours d'eau : d'ouest en est, le ruisseau Muhlbach, le Grand Canal d'Alsace, puis le cours naturel du Rhin.
Le village se situe dans une zone agricole, mais on peut noter qu'au début du XVIIIe siècle, on trouvait dans la forêt toute proche de très belles truffes : « En 1715, la récolte est à nouveau abondante [...] 140 truffes sont achetées à Blodelsheim, à raison de 18 batz le cent »[21].

Blodelsheim fait partie de la communauté de communes "Pays Rhin-Brisach" (résultat d'une fusion des anciennes communautés "Essor du Rhin" et "Pays de Brisach").
Elle est jumelée avec Gimont depuis 1982, en souvenir de l'accueil des Gimontois pendant l'évacuation.

  • Autre repère : la borne PK 207 :

Après la rectification du Rhin, à la fin du XIXe siècle, les géomètres prirent des mesures et installèrent des bornes. Celle-ci, sur la rive gauche du fleuve et à hauteur du village, nous indique que nous sommes à 4,000 Myriamètres de Bâle et à 78,445 Myriamètres (soit 784,450 km) de Rotterdam.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 825 899 988 1 188 1 178 1 253 1 367 1 524 1 505 1 379
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 316 1 341 1 235 1 151 1 167 1 058 1 007 917 908 922
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 908 858 896 936 881 794 829 942 980 1 125
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 198 1 318 1 409 1 618 1 773 1 833 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
François-Joseph DECKER 1790 - A obtenu 77 voix sur 125  
Jean HERR décembre 1792 -  
François-Blaise RENNER mai 1795 -  
François-Joseph RUDOLF 1795 -  
François-Joseph MEYER le jeune mars 1797 -  
Georges WERNER 1797 -  
François-Joseph MEYER 1797 -  
François-Joseph DECKER 1799 -  
Joseph RUDOLF le jeune août 1800 -  
Ignace SCHILLINGER 1803 -  
François-Antoine EICHENBERGER 1813 -  
François-Joseph REITHINGER 1814 -  
François-Joseph MEYER 1816 -  
François-Antoine FIMBEL 1817 -  
François-Joseph GROTZINGER 11 février 1826 - En remplacement de FIMBEL, décédé. En 1830, il est suspendu de ses fonctions.  
François-Joseph REITHINGER 1830 - Faisait partie du comice agricole d'Ensisheim[23]  
Zachée MEYER 1838 -  
Martin EICHENBERGER 1843 -  
Sébastien REITHINGER 1851 -  
Joseph FIMBEL 1858 -  
Étienne PETER 1876 -  
Joseph REITHINGER 1881 -  
Wilhelm WEIDNER 1889 -  
Joseph REITHINGER 1891 -  
Xavier FIMBEL 1910 -  
Sébastien STAHL 1915 -  
Blaise GABA 1916 -  
Sébastien STAHL 1919 -  
Joseph REITHINGER 1925 -  
Aloïse SITTERLÉ 1936 -  
Albert RENNER 1940 -  
Aloïse SITTERLÉ 1945 -  
Albert PETER 1945 -  
Joseph STAHL 1950 -  
Édouard SITTERLÉ 1956 -  
- -  
Robert DEHLINGER 11 décembre 1967 - 1995 A reçu le 17 décembre 1988 la médaille d'honneur régionale, départementale et communale, échelon d'argent. Puis, le 8 septembre 1991, la médaille de chevalier de l'ordre national du mérite. En 2007, il est distingué maire honoraire de Blodelsheim.
Robert DEHLINGER est décédé le 28 octobre 2018. L'hommage qui lui a été rendu met l'accent sur ses qualités de personne « visionnaire », estimée et respectée de tous.  
Raymond PETER 1995 - 2001  
François BERINGER 2001 - (2020)  

Cf : MairesGenWeb & Liste des maires des communes du Haut-Rhin, Archives départementales du Haut-Rhin (fichier pdf)

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Antoine FREY 1540 - Pléban  
Gerhard FABRI 1545 -  
Urbain SUTOR 1550 -  
Christophe RINCKENBACH 1593 - Il s'est vu infliger une amende par le garde-forestier de Munchhouse pour avoir coupé du bois.  
Pierre ZURBUCH 1656 -  
François HARTMANN 1660 -  
Georges WILLI 1661 - Originaire de Willisau (Suisse). Décédé à Rouffach en 1668  
Adam MOLITOR 1668 - Originaire de Rheinfelden en Suisse  
André MULLER ou MOLITOR sénior 1690 -  
Jean-François HANTZ de SUARCE 1726 -  
Antoine ÉBELIN 1730 - De Hirtzfelden  
Jacques MARBACHER 1735 - 1764 De Habsheim  
- -  
Gaspard MARBACH 1769 - 1811 De Kientzheim. Décédé à Blodelsheim le 4 juillet 1811.  
- -  
ERNST - 1836 Décédé en 1836  
Joseph PHILIPPI 1836 - 1854 Voir ses dates et son histoire ci-dessous. Un espace porte son nom (voir photo du presbytère)  
- -  
Désiré DANTZER 1876 - 1900 Né à Roderen en 1839. Décédé en 1900 et inhumé ici.  
- -  
Sébastien WILDY  ? - 1904 Né le 21/02/1851 à Rustenhart. Décédé le 19/06/1904 comme curé de Blodelsheim. Inhumé ici.  
Florent KAUSS 1904 - 1945 Né à Flexbourg (67) en 1863. Décédé à Guebwiller en 1952. Inhumé au cimetière St-Blaise à Blodelsheim.  
- -  
Paul MAERKLEN 1947 - Muté à Roppentzwiller.  
Marcel THOMAS août 1952 - septembre 1965 Né au Val de Villé le 9/01/1915. Ordonné prêtre le 24/02/1943. D'abord vicaire à Lingolsheim jusqu'en 1945, puis Hilsenheim jusqu'en 1952, deux communes du bas-Rhin. après ses 13 années ici, il est nommé à Schwobsheim, puis Boesenbiesen (Bas-Rhin) jusqu'en 1981, puis en charge de la paroisse Saint-Joseph à Colmar. Il décède à Bergholtz le 8/02/2005.  
Joseph MIESCH 1965 - 1982 Né à Wittelsheim le 4/05/1909. Ordonné prêtre en 1943 à Clermont-Ferrand. Aumônier de la prison de Mulhouse jusqu'en 1965. Se retire en 1982, s' établit dans la résidence St-Nicolas à Oderen, puis en 1986 dans la maison de retraire St-Vincent. Il décède le 1er août 1996.  
Landolin MENSCH 1982 - 1996 Né à Ruelisheim le 5/03/1925. Ordonné prêtre le 10/04/1950. Vicaire à Ottmarsheim jusqu'en 1952, curé de Ste-Jeanne d'Arc à Mulhouse jusqu'en 1957, à Altkirch jusqu'en 1964, à Schaffhouse-sur-Zorn (Bas-Rhin) jusqu'en 1969, à Schweighouse-Thann jusqu'en 1982.  
Père Piotr Kopitzara 1996 - 12 septembre 1999 Né en Silésie à Gutentag en 1956. A étudié et vécu en Pologne jusqu'en 1982. Est ordonné prêtre à Pontoise en 1987, au sein de la Société de l'apostolat catholique (missionnaires palottins). Il va rejoindre la paroisse d'Aspach-le-Bas.  
Père Christophe SMOTER 1999 - 2009 Entré au séminaire en 1978 et ordonné prêtre en 1984. Parti en mission au Brésil en 1988. Il assiste aux débuts de la communauté de paroisses du secteur de Fessenheim. Il sera ensuite en charge de Masevaux, puis de Waldighoffen en 2011  
Armand MARTZ octobre 2009 - Communauté de paroisses Saint-Éloi de la Hardt  

Le curé Joseph PHILIPPI, « l'apôtre des Badois »

Croix en mémoire de Joseph Philippi. Cimetière Saint-Blaise à Blodelsheim
  • Né à Kaysesberg le 7 février 1808, il fait ses études à Colmar puis à Soleure en Suisse (les finançant en donnant des cours privés à un jeune suisse d'une famille aisée). Puis il entre au grand séminaire de Strasbourg où il est ordonné prêtre en 1832.
  • En 1835, il est nommé curé de Schlierbach mais n'y reste même pas une année.
  • Pour remplacer un curé qui vient de décéder, Joseph Philippi est nommé à la cure de Blodelsheim en 1836, à une époque où l'on compte environ 1500 villageois. Trouvant l'église trop petite, il propose de la faire agrandir et obtient gain de cause en 1840.
  • Par la suite, Joseph Philippi organise des missions spirituelles, à l'aide de pères Rédemptoristes, Ligoriens et Jésuites. Commencent alors à affluer des paroissiens des alentours, mais aussi de nombreux Suisses du grand duché de Bade (où le gouvernement était protestant). Durant quelques années ce sont des allers-retours incessants, en barque, d'une rive à l'autre. En 1843 « 5 à 6000 personnes traversèrent le Rhin pour assister aux diverses célébrations »[24].
  • L'évêque de Fribourg envoie de nombreux séminaristes ou curés pour suivre ces missions, et notre Joseph les accueille à bras ouverts au presbytère.
  • Parallèlement, ce prêtre dévoué réussit à convaincre la commune de donner corps à son projet d'hospice-hôpital, n'hésitant pas à donner un coup de main aux divers ouvriers du chantier.
  • À partir de 1854, au grand regret des Blodelsheimois, Joseph Philippi est nommé curé missionnaire et grand prédicateur à Molsheim où il officiera jusqu'en 1882.
  • Il décède le 1er février 1891 à Molsheim, où il est inhumé.

Sœur Marie-Pierre

  • Née à Blodelsheim le 2 janvier 1906 sous le nom de Berthe STOFFEL, elle est la fille d'Eugène Stoffel et Catherine Settelen. Entrée au noviciat le 9 mars 1922, dans la Congrégation des Sœurs de la Providence, à Portieux, elle fait sa profession de foi le 15 septembre 1929.
  • Elle part en Indochine, y reste 46 années et reçoit la Croix de guerre avec étoiles pour son engagement durant la guerre du Vietnam.
  • Elle rentre en France en 1975, rejoint la maison Saint-Jean pour sa retraite et est décorée de la Légion d'honneur à titre militaire en 1984.
  • Elle décède à Portieux le 11 octobre 1994.

Les instituteurs

Prénom(s) NOM Période Observations
Bernhard ISAAC 1714 - Source[25]  
Joan Martin GELB 1716 -  
Martinus BLAHSMEY 1721 -  
Franz-Joseph SITTERLÉ  ? - Marié en 1721. Décédé ici en 1755  
François-Laurent PETER 1766 - 1790 Né à Gueberschwihr. Se marie en 1768 avec Madeleine Birgham, dont de nombreux enfants. Meurt ici en 1810, à l'âge de 77 ans  
François-Laurent PETER (fils) 1795 - Est également greffier. Auparavant, en poste à Roderen. En 1795, il est en service à la fois ici et à l'école de Rumersheim.  
Christophe BUCHLIN 1795 - 1806 Né à Eschentzwiller, y est instituteur jusqu'en 1795. Décédé à Blodelsheim en 1826 (à l'âge de 70 ans).  
Clément JEGY 12 novembre 1806 - Marié à M.A. Gross. Ils ont un fils, Georges, né ici le 12 janvier 1808.  
Joseph Matthieu RUESTERHOLTZ 1817 - Marié à M. Thérèse SITTERLÉ. En 1826, il souhaite démissionner. La municipalité lui offre un supplément de traitement et se défait de la religieuse qui le secondait et n'était pas appréciée....  
François Joseph MOSER 1831 Né à Neuf-Brisach. Il seconde l'instituteur en place (RUESTERHOLTZ)  
Pierre WERNY 1838 Né à Biesheim. Aussi secrétaire de mairie et organiste. À cette époque, la classe comporte 110 garçons en hiver.  
Deux sœurs de la Providence de Ribeauvillé 1838 Elles ont en charge l'école des filles (130 filles en hiver).  
EHKIRCH 1853 - 1855 Il eut pour aide le candidat Bassler, mais ne convenant pas au maire et au curé, celui-ci fut nommé à Moosch.  
 
 

Les médaillés de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
François Xavier REITHINGER 15/04/1842
à Blodelsheim
20/04/1930
à Plancher-les-Mines (70)
Fils de Joseph Reithinger et Marie-Anne Decker. Chef de bataillon au 23e de ligne. Chevalier dans l'ordre national le 30/09/1870. Officier de la Légion d'honneur le 18/09/1895. Base Leonore Cote LH/2289/10.  
Charles Georges WELTER 25/07/1870
à Blodelsheim
19/11/1921
à Paris
Fils de Jean-Georges WELTER et Caroline SCHILLING. Marié le 10/04/1902 à Marie-Mathilde-Marguerite Le Coultre. Capitaine à l'État-Major de la 139e brigade d'infanterie. Chevalier dans l'ordre national le 25/12/1916. Officier de la Légion d'honneur le 19/11/1918. Base Leonore Cote LH/2753/28.  

Émigration

Émigration en Algérie

Pictos recherche.png Article détaillé : Émigration en Algérie

Émigration aux États-Unis d'Amérique

Pictos recherche.png Article détaillé : Émigration aux États-Unis d'Amérique

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument aux morts
Monument en 2018
Pictos recherche.png Article détaillé : Blodelsheim - Morts aux guerres


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 9h - 12h 9h - 12h 9h - 12h 9h - 12h 9h - 12h - -
Après-midi 15h - 17h30 15h - 17h30 15h - 17h30 15h - 18h30 - - -
68041-Blodelsheim Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 39, rue du Général de Gaulle - 68740 BLODELSHEIM

Tél : 03 89 48 60 54 - Fax : 03 89 48 59 66

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public & Mairie (Décembre 2016)

Dépouillements des registres paroissiaux

  • Pour le département du Haut-Rhin, seuls sont en ligne les actes d'état civil de 1793 à 1892, ainsi que les armoiries, et la liste des maires de toutes les communes. Pour les registres paroissiaux, les registres matricule et les recensements, il faut se déplacer aux AD de Colmar ou au CRHF de Guebwiller.
  • Pour Blodelsheim en particulier, le Cercle Généalogique de Mulhouse a réalisé un nouveau cahier SAIREPA Blodelsheim comprenant les baptêmes, mariages et sépultures de 1661 à 1792, ainsi que les contrats de mariage de 1665 à 1791.

Archives notariales

Patronymes

« Le plus ancien patronyme découvert dans l'histoire locale date de 1429, c'est celui d'un certain Baschen (Bastien) LUTTENSCHLAGER, agriculteur »[26].

Remarques

Nom de la commune en langues régionales

  • en alsacien : Blodelsa
  • en allemand : Blodelsheim

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • "Mi dorf" (= mon village), bulletin communal, du n° 1 (1983) au n° 59 (2014), soit 5 volumes reliés, gracieusement mis à ma disposition par Madame Thuet, mairie de Blodelsheim.
  • Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers (60), Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  • Le patrimoine des communes du Haut-Rhin, Tome 1, Charenton-le-Pont (94), Flohic Éditions, 1998, 752 pages, ISBN 2-84234-036-1 (consulté en CDI)
  • Conseil régional d'Alsace/Préfecture de la Région Alsace, ARDAM, Orgues Silbermann d'Alsace : itinéraire commenté, Strasbourg, 1991, ISBN 2-909371-01-8 (consulté en CDI)
  • Gilbert POINSOT, Alain HAUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER-BARDOUT, Canton d'Ensisheim, collection "Images du patrimoine", Illkirch (67), Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908-367-19-X
  • Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 2, année 1987, ISSN 0990-6894 (consulté en CDI)
  • Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 14, année 2001, 122 pages, ISSN 0990-6894 (gracieusement mis à ma disposition par la mairie de Roggenhouse)
  • Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, années 2006/2007, 176 pages, ISSN 0990-6894 (gracieusement mis à ma disposition par la mairie de Roggenhouse)
  • Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 20, année 2007, 160 pages, ISSN 0990-6894 (gracieusement mis à ma disposition par la mairie de Roggenhouse)
  • Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 27, année 2015, 210 pages, ISSN 0990-6894 (gracieusement mis à ma disposition par la mairie de Roggenhouse)
  • Gérard JAEGER, Joseph VOGT 1847-1927 Pionnier du Bassin Potassique, collection "Les Bâtisseurs de l'Industrie en Alsace", imprimé à Uffholtz, 1994, 152 pages, ISBN 2-910713-11-3

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Émile DECKER, "L'Église paroissiale de Blodelsheim", pages 45 à 50, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, année 2006/2007, 176 pages, ISSN 0990-6894
  2. Histoire d'Alsace
  3. Daniel DELATTRE, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers (60), Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  4. Blodelsheim-histoire
  5. Le patrimoine des communes du Haut-Rhin, Tome 1, Charenton-le-Pont (94), Flohic éditions, 1998, 752 pages, ISBN 2-84234-036-1
  6. Page 106, in Gérard JAEGER, Joseph VOGT 1847-1921 Pionnier du Bassin Potassique, collection Les Bâtisseurs de l'Industrie en Alsace, imprimé à Uffholtz, 1994, ISBN 2-910713-11-3
  7. Armoiries des communes du Haut-Rhin
  8. In Toponymie générale de la France, Volume II, 1996
  9. Itinéraire complet de la France, région de l'est
  10. Page 11, dans l'article d'Émile Decker intitulé "regard sur un village disparu "Hammerstatt', pages 10 et 11 in Mi Dorf n° 29, décembre 1998, bulletin municipal de Blodelsheim
  11. retranscrit par Émile Decker dans un article intitulé "Anecdotes en stock ou il y a 2 siècles de cela", page 18, in Mi Dorf n° 27, décembre 1997, bulletin communal de Blodelsheim.
  12. Pages 40 et 41, in État de l'église d'Alsace avant la Révolution, 2ème partie : le diocèse de Bâle, doyenné Citrà Rhenum
  13. Auteure de l'article "Musées, églises et collections privées de la Hardt et du Ried", pages 187 à 195, in Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n°27, année 2015, 210 pages, ISSN 0990-6894
  14. Émile DECKER, "l'Église paroissiale de Blodelsheim", pages 45 à 50, in Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, année 2006/2007, 176 pages, ISSN 0990-6894
  15. Jean-Philippe MEYER, Région Alsace / Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel (Strasbourg, Palais du Rhin), auteur de l'article "Le portail roman de l'église de Blodelsheim", pages 31 à 36, in Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n°20, année 2007, 160 pages, ISSN 0990-6894
  16. Base Mérimée
  17. Page 13, in Gilbert POINSOT, Alain NUSS, Olivia LIND, Michèle SCHNEIDER6BARDOUT, Canton d'Ensisheim, collection "Images du Patrimoine", Illkirch (67), Le Verger éditeur, 1990, 72 pages, ISBN 2-908367-19-X
  18. Originaire d'Autriche, ce sculpteur « se fit remarquer par le Prince Abbé de Murbach qui lui confia la direction des travaux à la collégiale ». (Source : page 16, dans l'article d'Émile Decker intitulé "Le presbytère rénové", pages 14 à 16, in Mi Dorf n° 26, juin 1997)
  19. Le patrimoine des communes du Haut-Rhin, Tome 1, Charenton-le-Pont (94), Flohic Éditions, 1998, 752 pages, ISBN 2-84234-036-1
  20. Émile DECKER, "De l'Hospice...à l'ancien hôpital", page 87, in Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 15, année 2002, 132 pages, ISSN 0990-6894
  21. Selon Maurice BOESCH qui a étudié les comptes bailliagers de Heiteren, page 65, in Annuaire de la société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 2, ISSN 0990-6894
  22. Érigée en 1890, à l'est du village, par Lorenz Charrue et Thérésa Hassler. Il suffisait de réciter 5 "Notre Père", 5 "Ave Maria" et un "Je crois en dieu" pour bénéficier de 40 jours d'indulgence. Laurent Charrue était tisserand. Il est né à Blodelsheim le 29 octobre 1831, s'est marié ici également le 16 février 1859 avec Thérèse Hassler, née à Blodelsheim le 3 mars 1840, décédée ici le 12 mai 1889, avant son époux.
  23. Olivier CONRAD, "Les concours agricoles dans la Hardt", page 70 in Annuaire de la société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 14, 2001, ISSN 0990-6894
  24. Page 136, dans l'article d'Émile DECKER, intitulé "Joseph Philippi, curé de Blodelsheim, et les missions badoises", in Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, années 2006/2007, ISSN 0990-6894
  25. Toute la liste est tirée de : Émile DECKER, "L'école de Blodelsheim à partir du XVIIe siècle : une histoire, une évolution", pages 79 à 81, in Annuaire de la société d'histoire de la Hardt et du Ried, n° 19, année 2006/2007, 176 pages, ISSN 0990-6894
  26. Article d'Émile Decker intitulé "Généalogie", pages 20 et 21, in Mi Dorf n° 15, juin 1991, bulletin municipal de la commune de Blodelsheim


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.