68007 - Andolsheim

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Andolsheim
Andolsheim.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 68 - Blason - Haut-Rhin.png    Haut-Rhin
Métropole
Canton Blason Colmar-68066.png   68-05   Colmar-2

Andolsheim.png   68-02   Andolsheim (Ancien canton)

Code INSEE 68007
Code postal 68280
Population 2180 habitants (2016)
Nom des habitants Andolsheimois, Andolsheimoises
Superficie 1160 hectares
Densité 187,93 hab./km²
Altitude Mini: 185 m
Point culminant 192 m
Coordonnées
géographiques
48.0630555° / 7.417778° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
68007 - Andolsheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier


HHistoire.pngistoire de la commune

  • Le hameau primitif aurait été fondé à la fin du VIIe siècle ou au début du VIIIe, mais la première mention écrite date de 768 quand il tombe sous la dépendance du prieuré de Lièpvre. La dénomination d'Andolsheim serait liée au nom de l'abbé Ansoal, d'abord abbé de Munster, puis évêque de Strasbourg.
En 870, c'est le roi Louis le Germanique qui a des droits sur ce village. Au XIIe siècle, les seigneurs d'Horbourg en prennent possession, puis toute la seigneurie passe sous la coupe des comtes de Wurtemberg à partir de 1324. À la fin du XVe siècle, les comtes, devenus ducs de Wurtemberg, mettent en place la Réforme.
En 1648, une partie des terres est appropriée par Louis XIV et il vient les visiter en 1673 ; ses intendants décident alors d'instaurer le simultanéum. Andolsheim est définitivement rattachée au royaume de France en 1680.
  • À la Révolution, la commune devient chef-lieu de canton.
  • Il y avait deux huileries à Andolsheim en 1826, produisant 3 300 litres d'huile par an. Une est encore mentionnée en 1851. Par ailleurs, l'activité principale de la population était l'agriculture, mais peu prometteuse dans un secteur où le sol caillouteux de la Hardt est ingrat. Pour éviter l'exode rural, les habitants se sont tournés vers des activités artisanales, notamment le tissage. Dès 1826, des industriels mulhousiens « ont fait installer des métiers à tisser le chanvre chez dix particuliers à Andolsheim »[1]. Cette activité a pris de l'ampleur, car en 1851, ce sont 17 tisserands qui œuvrent dans le village. Et le nombre d'artisans, tous métiers confondus, s'élève à 53 sur 241 ménages, soit presque un quart de la population.
  • Ceux qui continuent à travailler dans l'agriculture se mettent à innover. En effet , la culture du tabac se limitant auparavant à cinq départements dont le Bas-Rhin, est autorisée en 1856. Cinq cultivateurs andolsheimois se lancent pour une surface d'1,11 ha. L'année suivante, encouragées par des remises de prix, toutes les communes du canton s'y mettent. On dénombre pour Andolsheim « 100 déclarations pour 194 parcelles qui totalisent 34,01 ha »[2].
  • La seconde guerre mondiale éprouve fortement le village qui n'est libéré que le 1er février 1945 par les 3e et 75e divisions d'infanterie américaine sous le commandement de la 1ère Armée française durant les combats de la Poche de Colmar.

Héraldique

Blason, caserne des pompiers

« D'argent à la ramure de cerf de sable chevillé à senestre de quatre pièces, posé en pal, soutenue en pointe d'une étoile à cinq rais de même ».

Ces armoiries sont apparues au XVIIe siècle. La ramure correspond aux armoiries de la maison des Wurtemberg. L'étoile fait référence aux armoiries des sires de Horbourg, mais leur étoile comportait six à huit rais, alors qu'il n'y en a que cinq ici.
Jusqu'au XIXe siècle, Andolsheim portait aussi pour emblème une feuille de trèfle.

Toponymie

Le village apparaît en 768 sous la dénomination de "Ansulfisheim"[3].
On rencontre ensuite des formes assez proches les unes des autres : Anholzheim, Ansolsheim (au XVIIIe siècle).

Histoire administrative

  • Département - 1801-1871 : Haut-Rhin - 1871-1919 : Haut-Rhin (Allemagne) - 1919-2019 : Haut-Rhin
  • Arrondissement - 1801-1871 : Colmar - 1871-1919 : Kreis Colmar - 1919-2019 : Colmar
  • Canton - 1793-1801 : Horbourg - 1801-2014 : Andolsheim - 2014-2019 : Colmar-2

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Église luthérienne

L'église protestante le matin Photo B.ohland

Il y avait au début du IXe siècle deux églises dans la cité, une pour "le haut" (Oberkirche), une pour le bas (Niederkirche). Le village n'étant pas pentu, cela correspond au sens d'écoulement du Rhin, comme pour d'autres communes en Ober- et Nieder-, et comme pour les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. L'église Niederkirche a disparu au XVIe siècle.
L'église actuelle correspond à l'Oberkirche. Elle était liée à l'abbaye Saint-Denis, et était peut-être dédiée au même patron. En ce qui concerne l'époque de la Réforme, son vocable n'est pas connu. À partir du simultaneum, elle est dédiée à saint Georges, jusqu'à la construction de l'église catholique en 1883.

Façade occidentale


La tour-clocher, avec son chaînage d'angle harpé en grès de deux couleurs, date du XIIIe siècle, de même que la baie à l'est.
Un agrandissement est effectué au XVe siècle côté sacristie.
La nef, reconstruite au milieu du XVIIe siècle présente une corniche en boudins.
Le portail occidental est daté de 1737 et toute la façade est remaniée cent ans plus tard.
Les baies ont été agrandies au XIXe siècle et l'intérieur rénové à la fin du XXe siècle.
L'église, inscrite à l'inventaire général du patrimoine [4], est rattachée à la paroisse de Sundhoffen.

Église Saint-Georges

L'église catholique le matin Photo B.ohland

L'église a été construite de 1882 à 1883 lorsqu'il a été décidé de mettre fin au simultaneum. Elle reprend le vocable qu'avait porté par un moment l'église luthérienne.
Composée d'une nef à trois travées, d'une abside à pans coupés et d'un campanile faisant saillie sur la façade, elle a été consacrée le 23 avril 1883 par Monseigneur STUMPF, évêque coadjuteur de Strasbourg.
L'édifice a été restauré à la fin du XXe siècle. Il est inclus dans la paroisse d'Horbourg-Wihr.

L'intérieur, terminé quelques années plus tard, bénéficie d'une belle clarté grâce aux verrières disposées dans des baies cintrées : sept, dont l'oculus, sont des grisailles de la fin du XIXe siècle, centrées dans un cadre néo-renaissance, les trois vitraux de l'abside sont d'une facture différente, et un vitrail est de style contemporain.
Une piéta en bois peint polychrome et doré date du XVIIIe siècle. Elle est inscrite au titre d'objet historique[5].


Repère géographique.png Repères géographiques

Borne de 1754

Le village d'Andolsheim s'épanouit dans la plaine, à l'est du département, tout près du Rhin.
Située entre Colmar et Neuf-Brisach, la commune jouxte à l'ouest celle d'Horbourg-Wihr.
Aucun cours d'eau ne traverse le ban communal : il est longé du côté ouest par l'Ill et au nord par la Bind.

À côté de la mairie se trouvent deux anciennes bornes routières : en grès, dates de 1754, elles portent des armoiries usées par le temps, peut-être celles des Wurtemberg. L'une d'entre elles, qui a été déplacée, correspond au croisement des routes 36 et 21.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 660 724 811 970 1 046 1 089 1 092 1 084 1 126 1 064
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 039 1 016 970 937 935 886 838 754 747 734
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 730 692 698 718 717 645 680 751 871 1 088
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 262 1 565 1 985 2 238 2 232 2 180 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.


Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Jean-Michel KLINGER 1799-1799 Né le 17 janvier 1773. Cultivateur.  
Jean-Georges REBERT 1799-1813 Né le 20 septembre 1757. Cultivateur. Décédé le 11 juin 1832.  
Sigismond KLINGER 1813-1815 Né le 2 juin 1769. Cultivateur. Décédé le 17 mai 1820.  
Jean BOLLENBACH 1815-1816 -  
Joseph HIRTZ 1816-1819 Né le 15 janvier 1766.  
Jean-Michel KLINGER 1819-1831 Le même que ci-dessus. Décédé en 1831.  
Jean-Georges REBERT (fils) 1831-1836 Né le 14 septembre 1781. Cultivateur. Auparavant conseiller municipal. Décédé le 8 mai 1836.  
Mathias le jeune BOLLENBACH 1836-1837 Né le 27 novembre 1772. Cultivateur. Foyer fortuné[6].  
Mathias WOELFLIN 1837-1848 Né le 17 avril 1794. Cultivateur. Foyer fortuné[6].  
Mathias RITZENTHALER 1848-1871 -  
Sigismond KLINGER 1871-1877 Peut-être le fils du précédent. Né le 6 janvier 1795. Cultivateur. Foyer fortuné[6].  
Michaël (MERIUS) BOLLENBACH 1877-1891 -  
Michaël HAEMMELIN-ITTEL 1891-1909 -  
Michaël MERIUS (HAEMMELIN) 1909-1919 -  
Michel OBRECHT 1919-1926 -  
Georges SCHAECHTELIN 1926-1940 -  
Fritz KOEGLER 1940-1945 -  
René BOLLENBACH 1945-1947 -  
Frédéric KOEGLER 1947-1971 -  
Eugène HAEMMERLIN 1971-1977 -  
Constant GOERG 1977-2001 Maître ramoneur. Conseiller général du canton de 1992 à 2004. Président du Conseil général de 1998 à 2004.  
Christian REBERT 2001-(2020) - [ Photo]  
- - -  


Cf. : Mairesgenweb
Autre source : Liste des maires des communes du Haut-Rhin

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Joseph SIFFERT - 1718 ? Fils de André Siffert, né le 15/12/1653 à Logelheim et de Madeleine Stoffel. Joseph, ordonné prêtre, meurt à Andolsheim le 7 juin 1718.  
- -  
- -  
GROELL 1803-1805  
François Joseph MEYER 1805-1809  
Henri Théodore COUDRE 1809-1812 Religieux de Colmar. Auparavant à Rixheim. Ira ensuite à Illfurth, Hunawihr et Le Bonhomme et se retire momentanément. Sera ensuite curé de Ramersmatt, Réchésy et Valdoie.  
Jacques BRESSLER 1812-1815 Auparavant à Ribeauvillé. Sera ensuite curé de Thannenkirch.  
Jean-Baptiste FALKNER 1815-1822 Auparavant à Éguisheim. Sera ensuite curé de Moernach.  
François Xavier MANGOLD 1822-1823 Né le 31 décembre 1795 à Colmar. Auparavant à Éguisheim. Sera ensuite curé à Widensolen jusqu'en 1827, puis à Fréland où il décède le 26 août 1847.  
Jean-Baptiste PETER 1823-1829 Auparavant à Widensolen. Sera ensuite curé à Houssen.  
Mathias SCHOEFFER 1829-1833 Auparavant à Mittelbergheim. Sera ensuite curé à Ingersheim.  
Richard DURR 1833-1856 Auparavant à Brinckheim. Sera ensuite curé à Artzenheim.  
Théodore GSELL 1856-1860 Auparavant à Mulhouse. Sera ensuite curé à Mommenheim.  
Louis JOSS 1860-1867 Auparavant à Oberbruck. Sera ensuite curé à Grussenheim.  
Adolphe BUCHER 1867-1872 Né le 27 octobre 1827. Auparavant à Walheim. Sera ensuite curé à Réguisheim jusqu'en 1882, puis à Fellering où il décède le 11 novembre 1884.  
Léonce BERTRAND 1872-1879 Auparavant à Belfort. Sera ensuite curé à Wolfgantzen.  
Antoine LOTZ 1879-1887 Auparavant à la cathédrale de Strasbourg. Sera ensuite curé à Niederhergheim jusqu'en 1892, puis supérieur des Sœurs de Ribeauvillé.  
Joseph GUTHMANN 1887-1894 Auparavant à Saint-Martin de Colmar. Sera ensuite curé à Holtzwihr.  
Auguste (François Antoine) MERTZ 1894-1903 Né le 13 septembre 1858. Auparavant au Bonhomme. Décède ici en 1903.  
Louis KUPFERER 1903- Auparavant curé à Saint-Joseph de Colmar.  
- -  
- -  

Titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Léon Frédéric HAEMMERLIN 22 mars 1812 16 septembre 1881 Capitaine au 74e de ligne.

Chevalier le 14 septembre 1855. Officier le 25 juin 1859. Son dossier  

Jacques Henri LOESCHER 16 mars 1880 27 décembre 1951
Fontenay-aux-Bois
Caporal d'infanterie du recrutement de Colmar.

Chevalier le 2 février 1940. Son dossier  

Jean OBRECHT 15 août 1838 4 octobre 1910 Garde de 2e classe d'artillerie aux Forges du Midi.

Chevalier le 5 juillet 1893. Son dossier  

Georges REBERT 10 juillet 1839 15 avril 1892 Lieutenant au 89e Régiment d'Infanterie.

Chevalier le 29 décembre 1882. Son dossier  

Paul Émile UMDENSTOCK 12 mars 1859 3 octobre 1943 Chef d'escadron au parc d'artillerie Place de Lyon.

Chevalier le 30 décembre 1902. Officier le 24 janvier 1917. Son dossier  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des victimes inscrites sur le monument...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h00 - 12h00 8h00 - 12h00 8h00 - 12h00 8h00 - 12h00 8h00 - 12h00 - -
Après-midi 13h30 - 20h00 - - - 13h30 - 18h00 - -
68007 - Andolsheim Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 2, Grand'rue - 68280 ANDOLSHEIM

Tél : 03 89 71 40 08 - Fax : 03 89 71 52 67

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 10, 1997, 154 pages, ISSN 0990-6894
  • Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 28, 2016, 196 pages, ISSN 0990-6894
  • Daniel Delattre, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Article d'Olivier Conrad, intitulé "La petite industrie dans les cantons de Neuf-Brisach et d'Andolsheim au milieu du dix-neuvième siècle", pages 85 à 109, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 10, 1997, 154 pages, ISSN 0990-6894
  2. Article d'Olivier Conrad, intitulé "La culture du tabac en Alsace, la Hardt s'y est mise (1855-1870)", pages 77 à 88, in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, n° 28, 2016, 196 pages, ISSN 0990-6894
  3. Daniel Delattre, Le Haut-Rhin, les 377 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, 2015, 240 pages, ISBN 978-2-36464-078-8
  4. Fiche Mérimée
  5. Base Palissy
  6. 6,0 6,1 et 6,2 Selon l'article d'Olivier Conrad intitulé "Les grandes fortunes des cantons d'Andolsheim et de Neuf-Brisach... dans les années 1840", dans l'annuaire n° 13 de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried. À partir des listes électorales de la Monarchie de juillet, l'auteur a recensé les contribuables payant plus de 200 francs d'impôt, condition nécessaire pour élire conseillers généraux, conseillers départementaux et députés.