67216 - Huttenheim

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Huttenheim
Blason Huttenheim-67216.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 67 - Blason - Bas-Rhin.png    Bas-Rhin
Métropole
Canton Blason Erstein-67130.png   67-04   Erstein

Blason Benfeld-67028.png   67-02   Benfeld (Ancien canton)

Code INSEE 67216
Code postal 67230
Population 2094 habitants (1999)
Nom des habitants Huttenheimois, huttenheimoises
Superficie 1255 hectares
Densité 166,85 hab./km²
Altitude Mini: 156 m
Point culminant 162 m
Coordonnées
géographiques
48.3597° / 7.5797° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
67216 - Huttenheim carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Les origines du village de Huttenheim remontent au VIIe siècle.

Situé à l'Ouest de Benfeld, non loin de la voie romaine dite "route des païens" (S'Heidestressel), le hameau avait fait partie des biens de la seigneurie féodale d'Eticho et fut légué en 667 à l'abbaye d'Ebersmunster.

A l'arrivée des moines missionnaires du Grand Nord qui se vouèrent à la christianisation de la région jusqu'au Xe siècle, les murs du village se transformèrent et une mentalité nouvelle se fit jour dans tout le pays.

Très tôt, les habitants de Huttenheim avaient adopté la foi chrétienne. Peuple laborieux et combatif, ils se composaient essentiellement de pêcheurs et de chasseurs, car le poisson et le gibier étaient abondants dans cette région.

Pour se protéger contre les bêtes sauvages dont le pays était infesté, beaucoup d'entre eux avaient érigé leurs huttes sur les berges de l'Ill. Tout le long des rives des différents bras d'eau qui traversaient en méandres les prairies environnantes.

A travers les siècles Huttenheim changea plusieurs fois son nom :

Vers 728 c'était Hittenheim
en 770 Hudenheim
en 798 Hivatinquhaim
puis en 884 Hindingheim
en 959 Hitingheim
en 1031 Hutenheim
en 1174 Hittenheim et
Huttenheim depuis 1560 (« Hettne» en dialecte local).

Au début du XIe siècle, la tribu des Husen arriva en conquérants dans le pays. Ils choisirent comme lieu d'habitat l'orée de la forêt du Ried, aux confins du village, où ils s'installèrent en colonie avec à la tête leur chef suprême, l'empereur féodal Frédéric 1er Barberousse.

Chevalier preux et vaillant, celui-ci était connu pour ses prouesses épiques. Il fit ériger, non loin de la source de la Lutter, un somptueux castel qu'il fit fortifier et que l'on nommait à Husenburg.


Mais en 1190 durant les guerres incessantes contre les Turcs et les Vandales qui ravageaient la région, le beau château féodal fût attaqué et détruit, les troupes dispersées et l'empereur Frédéric qui s'était lancé à la poursuite d'une horde ennemie périt dans une embuscade, transpercé d'une lance et écrasé sous le poids de son propre cheval.

Après le règne des Husen, les empereurs Othon I et Othon Il d'Autriche, qui étaient devenus consécutivement les seigneurs du village, firent placer, vers 1257, les terres parmi les biens du chapitre d'Argentoratum, aujourd'hui l'évêché de Strasbourg.

En 1239 toutefois, le château rebâti alors, revint aux deux frères Bourcard, écuyers originaires de Huttenheim. Ils prirent les terres sous leur patronat après avoir prêté serment de foi et hommage pour leur fief, sous l'épiscopat de Jean Il du chapitre.

Après le règne des frères Bourcard, l'évêque Berthold II fit remettre une part des titres des propriétés de Huttenheim à Hugues de Zorn, chevalier de la Basse-Alsace, qui en posséda l'usufruit jusque'en 1341.

Plus tard, notamment en 1423, le château fut acquis et habité par les nobles de Man de Monsenburg. Mais leur faste fut de courte durée, car déjà en 1428 le château fort fut pris d'assaut et détruit par les troupes épiscopales, sous les ordres de l'évêque Guillaume de Diest qui s'attitra le village et les terres.


Les guerres de religions et les révoltes des paysans (cf. la guerre des rustauds) aux XIVe siècle et XVe siècle dévastèrent toute l'Alsace, et Huttenheim et ses habitants ne furent pas épargnés. Leur existence était pénible et souvent ils devaient fuir devant un ennemi barbare qui pillait, massacrait et détruisait tout sur son passage.


Dans la tourmente de la guerre de Trente Ans


Souvent durant des semaines, les villageois allaient se cacher dans la forêt, où hélas beaucoup d'entre eux périrent dans les trous qu'ils s'étaient creusés pour s'y réfugier.

Mais en dépit de leur misère, leur ferveur était inébranlable et la nuit on s'approchait sans risque et péril de la Vierge Notre-Dame de Grasweg, située derrière la chapelle du cimetière. On l'implorait pour secours et courage. Notre-Dame de Grasweg est depuis le XIVe siècle un lieu de prière de fervents pèlerins.

Le début du XVIIe siècle apporta un nouveau souffle au village de Huttenheim.

Par la remise des pouvoirs de l'Alsace des Margraves de Brandenburg en faveur du Cardinal Charles de Lorraine en 1604, contre une gageure, les paysans connurent enfin une ère meilleure. On instaura un système d'attribution de terres avec possibilité d'acquisition, stimulant ainsi une meilleure culture et éliminant, quoique lentement, la grande misère dans laquelle le village était plongé.

Mais un nouveau fléau devait s'abattre sur le sort des habitants : la guerre de Trente Ans et le siège des Suédois qui dura de 1632 à 1650.

Cette soldatesque venue des régions nordiques subjugua toute notre plaine d'Alsace. A Huttenheim on brûla la très belle chapelle Sainte-Catherine, qui était située dans les terrains entre l'Ill et le Muhlbach, et après avoir chassé les nobles et les religieux, on soumit les habitants à une servitude totale.

Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine à la France sous le traité de Westphalie en 1648, l'impôt fut instauré dans tous les villages.

A Huttenheim, on versait la dîme et la gabelle, la taille et le cens, sous l'égide du puissant Veit Fels, bourgmestre du hameau. En 1652, après les batailles des troupes lorraines, et celles de Turenne en 1675, Huttenheim était devenu à nouveau propriété des évêques de Strasbourg.

On rebâtit le village et prolongea le chemin qui le traversait du nord au sud, parallèle à la route qui plus tard devint la route impériale. (Aujourd'hui la R.N. 83)

De par l'Ill qui coule à travers champs et prairies, les terres environnantes quoique argileuses par endroit, ont toujours été fertiles. On y cultivait la pomme de terre, des céréales et diverses racines. Il y avait du foin et des herbes médicinales en abondance.

L'agriculture se développait vite et à la veille de la Révolution française, Huttenheim se rangeait parmi les villages les plus imposants de la Moyenne-Alsace.

Toutefois la paysannerie devait subir des harcèlements de tout genre, surtout durant les années 1793 et 1794, époque de la Terreur. La chapelle Saint-Léodégar qui était située au sud du village fut détruite, les biens de l'Eglise étatisés et le clergé dut fuir et chercher réfuge ailleurs. Les nuits de cette époque résonnent du grincement des carrioles transportant gibets et guillotines.

En l'an II de la République Française fut fondée la Garde nationale de Huttenheim sous l'égide du chef-grenadier P. Keebach.

On regroupait les classes de recrues et engagés volontaires. Ils partaient, ces fils de paysans, de tisserands et de pêcheurs, le coeur plein de courage pour défendre leur cher hameau qui était toute leur fierté.


La paroisse de Huttenheim date du XIIe siècle ; elle vénère Saint-Adelphe comme son patron. La fondation de l'église actuelle remonte au XIIIe siècle, sous le patronat du monastère d'Ebersmunster.

Le clocher de l'église érigé en 1572, contient quatre cloches : une ancienne datant du 16e siècle ; puis un ensemble de trois, dont la première pesant 24 quintaux est consacrée au coeur de Jésus ; la deuxième, lourde de 11 quintaux, est consacrée à Saint-Adelphe, patron du village et la troisième, dont le poids est inconnu, à Saint-Joseph, patron des ouvriers.

L'église fut agrandie et embellie en 1843. La pose des statues murales qui représentent les apôtres et ornent le choeur fut achevée en 1880 sous le patronat de Nicolas Mol, curé de la paroisse de 1868 à 1888.



Le XIXe siècle fut pour Huttenheim une période de grande transition.

Avec la construction de la ligne de chemin de fer Bâle-Strasbourg en 1838, sous le patronat des frères Koechlin de Mulhouse, le commerce et l'industrie se développèrent rapidement dans la région. C'est en 1827 que fut fondée par M. Beyer l'usine de Filature et tissage mécanique du Bas-Rhin, dans les locaux de l'ancienne manufacture de tabac Mainoni qui avait fonctionné de 1780 à 1817. En 1926 la filature qui par périodes travaillait avec un effectif de 2.800 ouvriers, devint l'usine partenaire de la filature Kullmann et Cie de Mulhouse. Les établissements Kullmann à Huttenheim furent durant des années le point central de l'industrie de la région.

Hommes, femmes et mineurs y gagnaient leur pain, dans une atmosphère de franchise et de loyauté que les anciens d'aujourd'hui ne sont pas prêts d'oublier.

En 1936, à la veille de la guerre mondiale, les Ets Kullmann furent contraint de réduire leurs activités, à la suite d'un déséquilibre provoqué par une surproduction, une vente insuffisante et une trop haute concurrence. Le site deviendra plus tard le siège de la société Ergé, disparue à la fin du XXe siècle.

Une deuxième filature fonctionnait à Huttenheim : les établissements Immer-Klein. L'usine toutefois cessa ses activités vers 1950.

Ces locaux servirent ensuite de succursale de la société Remington. On y fabriquait jusqu'en 1977 des rasoirs électriques avec un effectif d'environ 600 personnes.

Plus tard, l'usine Joustra y occupa quelques ateliers et des jouets électriques y furent fabriqués en grandes séries.

Plusieurs autres entreprises, la plupart privées, se sont ajoutées au palmarès industriel de Huttenheim ; ce sont les fonderies Vallat-Rohmer, les ferronneries Sablon, l'usine des produits laitiers Frech, ainsi que les menuiseries Bartelmebs, Lips, Kopf, Boschenritter et Feuerer. La société Ergé fut la plus importante usine de la région. On y fabriquait des baraques métalliques de chantier, qui étaient installées sur place dans le monde entier par une équipe d'ouvriers spécialisés.



L'instruction publique à Huttenheim fut instaurée d'office au début du 19e siècle, notamment avec la construction de l'école des garçons en 1825, puis de celle des filles en 1845. Ces bâtiments scolaires mirent fin à un système d'enseignement moyenâgeux qui avait cours dans les écoles des deux paroisses dont le village était doté jusqu'au 18e siècle :

- la paroisse du Haut-village, consacrée à St-Gangolf et Romanus, avec les moines de Peterlinden,
- la paroisse du Bas-village, assurée par les Jésuites et consacrée à St Adelphus.

Vers 1880, une école protestante fut installée dans un local de la filature et tissage mécanique Kullmann, pour les enfants des nombreux ouvriers de foi évangélique venus travailler à l'usine.

Patrimoine.png Patrimoine

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population - - - - - - - - - -
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population - - - - - - - - - -
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population - - - - - - - 1 625 1 893 2 062
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 974 1 999 2 094 2 460 2 554 2 705 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

Ville de naissance

  • Joseph SCHAEFFER : Sculpteur.
Né sourd et muet le 09 mars 1886, décédé à Strasbourg le 26 février 1960.
Après son mariage, il s'installe à Strasbourg, dans le quartier de Cronenbourg. D'ailleurs, un chemin perpendiculaire à la route d'Oberhausbergen porte son nom.

Ville de décès

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
Auguste SCHNAITER 2001 - 2014  
Jean-Jacques BREITEL 2014 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les justiciers

Prénom(s) NOM Période Observations
Jacob EHRHART 1663 Prévôt. Au Moyen Âge, agent domanial du roi ou d'un seigneur, exerçant des pouvoirs financiers, judiciaires, administratifs et militaires. (C'est au XIe siècle que le domaine royal fut divisé en prévôtés.)    
- -  

Émigration

Émigration en Algérie

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 08h00 - 12h00 08h00 - 12h00 08h00 - 12h00 08h00 - 12h00 08h00 - 12h00 - -
Après-midi 14h00 - 18h00 - - 14h00 - 19h00 - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 4, rue du Général de Gaulle - 67230 HUTTENHEIM

Tél : 03 88 74 43 48 - Fax : 03 88 74 38 29

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


^ Sommaire