67009 - Altwiller

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Altwiller
Blason Altwiller-67009.png
Blason d'Altwiller
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 67 - Blason - Bas-Rhin.png    Bas-Rhin
Métropole -
Canton Blason Ingwiller-67222.png   67-08   Ingwiller

Blason Sarre-Union-67434.png   67-20   Sarre-Union (Ancien canton)

Code INSEE 67009
Code postal 67260
Population 421 habitants (2006)
Nom des habitants Altwillerois, Altwilleroises
Superficie 1622 hectares
Densité 24,59 hab./km²
Altitude Mini: 215 m
Point culminant 266 m
Coordonnées
géographiques
48.930833° / 6.980833° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
67009 - Carte administrative Altwiller.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Topo.jpg Toponymie

Héraldique

D’azur au lion coupé d’or et d’argent.

Marianne.jpg Histoire administrative

Des fragments de vases et d'autres pièces Gallo-romaines ont été trouvés à Bonnefontaine.

Le nom d'Altwiller apparait pour la première fois dans des documents officiels en 1131. Le village est alors propriété des comtes de Saarwerden et n'est composé que de quelques maisons basses en bois aux toits de roseaux et d'une église.

Altwiller au XIVe siècle et XVe siècle

Le village va connaître des temps extrêmement difficiles : il subit de plein fouet les incessants conflits entre les comtes de Saarwerden (puis Mörs-Saarwerden et Nassau-Saarbrücken) et leurs voisins ainsi que le passage de troupes étrangères :

- En juin 1365 et de 1374 à 1375, ce sont les Anglais ("Wilde Engländer"),
- de 1404 à 1408, les troupes messines ravagent le village durant la Vierherrenkrieg,
- en 1439 et 1444 ce sont enfin les Armagnacs sous la conduite de Jean de Fénétrange puis du futur Louis XI.

A plusieurs reprises, la commune est pillée, les hommes tués, les femmes violées tant et si bien qu'à la fin du XVe siècle, le village est en ruine et abandonné, les survivants ayant fuit ou été emportés par la peste.

La reconstruction de 1559

Laissé à l'abandon depuis la seconde moitié du XVe siècle, le village n'est depuis lors plus que peut-être périodiquement occupé par quelques bohémiens.

Le comte Adolphe de Nassau-Saarbrücken qui gouverne le comté depuis 1557 et y a introduit la Réforme cherche à repeupler ses terres. A partir de 1559, il fait venir des huguenots de France, la plupart de la région messine, menés par Jean Lenfant, seigneur de Chambray et craignant les persécutions depuis le passage de la ville sous domination française en 1552. Il arrive également des familles de Champagne, de Normandie, de Bourgogne et du Midi.

Les nouveaux arrivants sont installés dans sept villages détruits : Altwiller, Burbach, Eywiller, Diedendorf, Goerlingen, Kirrberg et Rauwiller. Ils apportent leurs coutumes, leur foi et leur langue. Ces villages où l'on parle français reçoivent l'appellation de "welsches" des habitants des villages environnant. Bien qu'apprenant rapidement le parler germanique local, les immigrants continuent d'utiliser leur langue et à la fin du XVIIe siècle, il n'était pas rare d'entendre encore parler français.

Anecdote : Les nouveaux habitants donnèrent des noms français à leurs champs, ceux-ci sont restés : "champ du gueux", "grand borne", "champ de grenouille", "pré-days", "petits prés-days", "prés-bur la Blanche" etc. Le temps n'aura fait qu'en germaniser la prononciation : "Schandikett ("champ du gueux"), la "Krampo" ("Grand borne") etc.

Une partie de la forêt est mise à disposition pour la reconstruction du village. Ces terrains défrichés se nomment aujourd'hui encore "Welschacker" (champs français). Le village est reconstruit non loin des ruines de l'ancien village qui garderont le nom de "Gebrenntes Platz", "place brûlée".

Altwiller est alors le plus grand des sept villages welsches et un marché s'y tient une fois par semaine. La commune accueille également un prédicateur : Jean Loquet, introduit par Guillaume Farel et officiant depuis Burbach. On vient depuis la Lorraine pour faire baptiser et confirmer ses enfants. Ainsi, il est dit dans Histoire ecclésiastique, vol. III, livre XVI imprimé à Anvers en 1780 que lors des persécutions à Metz en 1572, les réformés cherchèrent à sortir les enfants de la ville "et puis étaient ces enfants portés et baptisés par le ministre de Alteville près de Buquenon, appartenant au comte de Nassau".

La guerre de Trente Ans

Le début du siècle est marqué par une relative période de calme et de prospérité à laquelle la guerre de Trente Ans va mettre un terme prématurément. A partir de 1620, les troupes espagnoles d'Ambrogio Spinola, allemandes d'Ernst von Mansfeld, autrichiennes etc. traversent le village, le pillent et y apportent la peste.

Parallèlement à la guerre de Trente Ans, le village subit également le jugement du tribunal impérial de Spire qui règle le 7 juillet 1629 une querelle vieille de plus d'un siècle entre les comtes de Nassau-Saarbrücken et leurs voisins lorrains. Peu satisfaits de la sentence, ces derniers occupent le village :

"Le quartier général des Lorrains se trouve à Altwiller. C'est là que l'on prépare des boules de fer pour bombarder Bockenheim. Les troupes lorraines moissonnent le blé et l'avoine dans les champs, détruisent les récoltes, brisent les meubles et maltraitent les habitants. Le presbytère réformé est en ruines..."

Les lorrains finissent par devoir se retirer avec l'arrivée du rhingrave Othon Louis en 1633. Le village n'est cependant pas encore au bout de ses peines : toujours en 1633, les suédois traversent le village et en 1635, ce sont les impériaux (autrichiens, hongrois, croates) commandés par Matthias Gallas qui dévastent la région.

Toutes ces calamités aboutissent à une nouvelle désertion du village vers 1635, les habitants s'étant réfugiés dans les villages voisins ou dans les forêts ; seuls des loups logent encore dans les maisons brûlées. En dehors d'une brève réoccupation lorraine en 1641 et 1642, le village restera vide au moins jusqu'en 1653.

La paix relative d'après guerre favorise le retour des réfugiés mais également l'arrivée d'une nouvelle vague d'immigrants suisses luthériens originaires principalement du canton de Berne. Le village reste sous domination lorraine jusqu'en 1670, date à laquelle les Nassau-Saarbrücken en reprennent possession avant de devoir céder le comté à la France en 1679. La révocation de l'Edit de Nantes s'accompagne de la destruction de l'église aux frais de la commune fin 1685. Suite au traité de Ryswick signé en 1697, la France rétrocède le comté aux Nassau-Saarbrücken.

Altwiller au XVIIIe siècle

le XVIIIe siècle, marqué par une période de relative stabilité politique voit le développement de la commune. L'église est reconstruite en 1723 et les premières maisons en pierre font leur apparition autour de celle-ci.

En 1742, on dénombre 85 familles pour un total de 439 personnes dont 242 enfants et 30 domestiques. La majorité des familles vit de la culture et de l'élevage mais on trouve également :

- trois tisserands de lin, deux de laine, deux de bas,
- un serrurier,
- un maçon,
- deux forgerons,
- trois tailleurs,
- deux tonneliers,
- un charron,
- un cordonnier,
- un menuisier,
- deux cloutiers,
- un vitrier,
- deux fabricants de boucle,
- un teinturier.

La commune compte deux paroisses : une réformée et une luthérienne créee en 1726 possédant chacune leur pasteur, leur presbytère et leur école mais utilisant l'église en simultaneum (les quelques familles catholiques dépendent de la cure de Harskirchen). Cette situation est à la source de nombreuses tensions et mesquineries entre les deux communautés et le problème ne sera résolu qu'au XXe siècle avec la création d'une seule et même école en 1910 et la nomination alternée d'un réformé et d'un luthérien au poste de pasteur à partir de 1920.

La Révolution et le rattachement à la France

La Révolution est globalement bien accueillie et ne fait l'objet d'aucun débordement d'importance. On s'attaque toutefois aux inscriptions figurant sur la porte de l'église ainsi qu'aux armoiries seigneuriales. Aucun mal n'est fait aux pasteurs mais on leur interdit cependant d'exercer leur ministère pendant un an. Bien qu'étant enclavé dans le territoire français, le comté n'est rattaché à la République qu'en 1793.

Altwiller au XIXe siècle

En 1814, de nouvelle troupes étrangères traversent le village mais cette fois sans causer aucun dommage. La commune doit néanmoins s'acquitter d'une forte somme d'argent.

La tombe du Russe

Une partie de la forêt de Bonnefontaine est encore appelée aujourd'hui "Russeküpp" ("la coupe des russes") et à la lisière de la forêt se dresse une petite stèle de grès où, sous une croix orthodoxe, on peut lire "Ein Russe, 181". Voici ce que l'on en dit :

Lorsque les Alliés se retirèrent de France en 1815, six soldats russes s'éloignèrent de leur unité en raison de mauvais traitements qu'on leur avait infligés. Ils se cachèrent dans les bois épais de Bonnefontaine. Non loin du Neuweyerhof, ils trouvèrent un abri sûr sur une petite hauteur boisée. C'est là qu'ils construisirent leur hutte. Ils s'y tenaient le jour et en sortaient la nuit pour s'approcher des habitants de Diedendorf, Neuweyerhof, Altwiller et Viberswiller. Ils leur apportaient du bois et en échange on leur donnait de la nourriture et des habits. Comme ces hommes se comportaient convenablement, la population eut pitié d'eux et ne les trahit pas. Il arrivait même qu'ils les cachaient des soldats français qui les recherchaient pour les livrer.

Voilà qu'au cours d'une nuit, on vola du linge au garde-forestier du Neuweyerhof. De suite, il soupçonna les soldats russes. Le garde-forestier, appelé par les gens le "Jäckel rouge", se dirigea vers leur hutte, le fusil chargé. Justement, l'un des russes était en train de laver leur linge. Sans autre forme de procès, le rustre abbatit le russe, l'abandonna dans un état grave et se sauva dans sa maison. Le blessé fut porté dans la hutte par ses camarades revenus. Bientôt, il mourut. Ils l'enterrèrent dans les alentours. Alors les russes quittèrent le pays à l'exception d'un seul qui resta à Viberswiller jusqu'à sa mort (aux environs de 1870). On l'appelait "Russenmichel" ("Michel le russe"). Souvent, il visitait et fleurissait la tombe de son ami. Plus tard, l'innocence du russe fut prouvée. Quant au meurtrier, il n'eut plus de paix. Il se cachait de tous et errait dans la forêt sans trouver le repos. On raconte qu'il portait sur sa poitrine une plaie purulente qui n'a jamais guéri...

Le XIXe siècle est globalement une période calme pour la commune. La guerre de 1870 n'affecte pas particulièrement la région si ce n'est le passage des troupes et les inévitables ponctions dans les villages.

Altwiller au XXe siècle

Se trouvant loin des champs de bataille, Altwiller ne ressent que peu les effets de la guerre mais paiera, comme tout village, son tribut en vies humaines. Comme lors de chaque conflit, le village est un lieu de passage de troupes et d'octobre 1916 jusqu'en 1918, on installe un village artificiel sur le ban de la commune (au champ du gueux) pour servir de cible à l'artillerie lors d'exercices depuis Wittersbourg.

Le château de Bonnefontaine et le hameau du Neuweyerhof

Le village compte deux annexes, à savoir le château de Bonnefontaine et le hameau du Neuweyerhof. Celui-ci est cité pour la première fois dans le pouillé de l'archidoyenné de Sarrebourg de 1360 comme la plus petite paroisse sous le nom de "Codemburen" (qui donnera plus tard "Gutten Brunnen" puis "Bonnefontaine"). Celle-ci était sans doute peu étendue : de toutes les paroisses, elle versait la plus faible redevance. Elle n'est plus nommée dans les pouillés du XVe siècle et XVIe siècle.

En 1603, la source minérale de Bonnefontaine est mentionnée pour la première fois : "Il y avait là un bain public avec source curative". Vers 1750, le prince de Nassau-Saarbrücken fait construire une métairie au Neuweyerhof ainsi qu'un établissement de bains et un château en 1760 près du domaine actuel de Bonnefontaine. La proximité de la cour princière assure un certain succès à l'établissement.

En 1816, un riche banquier bâlois, Christophe Merian-Hoffmann, se porte acquéreur de la quasi-totalité des biens de la succession des princes de Nassau-Saarbrücken ; celle-ci comporte entre autres le site de Bonnefontaine. Voulant faire du domaine une grande station thermale, il se désintéresse de l'ancien château pour en faire construire un nouveau entouré d'un grand parc englobant le vieux château (ce dernier sera démoli en 1920). Voici ce qu'il en est dit dans Panorama pittoresque de la France, tome III, publié par Firmin Didot Frères en 1839 :

"On remarque aux environs une source d'eau minérale ferrugineuse, connue sous le nom de Bonne-fontaine , qui jouit d'une assez grande réputation. Un château d'une architecture élégante, un temple où la source fui renfermée, une rotonde pour les danseurs, des jardins délicieux , des logements commodes, attirèrent, en 1810 et 1821, la foule dans cette vallée qui n'était naguère qu'une solitude. Cependant cet établissement n'a pu rivaliser avec Niederbronn ; il est aujourd'hui peu fréquenté et n'est plus guère regardé que comme un lieu de plaisance"[1]

Devant le peu de succès rencontré, Merian-Hoffmann se résout à vendre en 1837. Le château reste habité jusqu'en 1926 et est aujourd'hui en ruine.

Le village disparu de Hunckassen

Il existait autrefois un petit village nommé "Huntzen", "Honzen" ou "Hunckassen" non loin d'Altwiller, probablement au lieu-dit "Im Hunserbann" aujourd'hui.

Il est mentionné pour la première fois en 1241. En 1331, il est cédé par le chevalier Jehan Frey von Alben au comte Frédéric II de Saarwerden et est l'objet en 1426 d'une dispute entre les comtes de Saarwerden et les seigneurs de Fénétrange. Le différent est finalement réglé par un compromis : le village est rattaché au comté de Saarwerden mais les sires de Fénétrange y perçoivent la dîme. Les communes environnantes de Bissert, Harskirchen, Hinsingen et Altwiller y exercent le droit de pâture.

En 1745, le village est indiqué comme étant rattaché à Altwiller.

Histoire religieuse.jpg Histoire religieuse

Patrimoine.png Patrimoine

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 603 698 702 777 796 821 844 795 809 752
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 756 773 782 775 753 728 767 751 712 661
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 657 641 549 529 509 487 505 474 456 416
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 414 415 399 411 418 406 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini & INSEE 2006 & INSEE 2011

Repère géographique.png Repères géographiques

Commune du département du Bas-Rhin (Région Alsace), Altwiller est situé à cinquante deux kilomètres de Saverne, à vingt six kilomètres de Sarreguemines (département de la Moselle), à quatre vingt neuf kilomètres de Strasbourg.
La commune est située à cent cinq kilomètres de l'aéroport international de Strasbourg-Entzheim.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance et de décès de

Ville de naissance

Ville de décès

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
Arthur SCHWARTZ 1989 - 2001  
Gilbert SCHMIDT 2001 - 2008  
Alain LIEB 2008 - 2014  
Aimé SCHREINER 2014 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les instituteurs

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les religieux

Les curés
Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Les rabins
Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Les pasteurs
Les réformés
Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
Les luthériens
Prénom(s) NOM Période Observations
Frantz Albert BARTHELS 1726 - 1745 -
Johann Bernhardt HORTSMANN 1745 - 1746 Vicaire
Johann Conrad REUTER 1746 - 1748 -
Georg Wilhelm CULMANN 1748 - 1749 Vicaire d'Harskirchen desservant Altwiller
Johann Paul LICHTENBERG 1749 - 1764 -
Alexander FISCHER 1764 - 1772 -
Georg Friedrich HAUTH 1772 - 1814 -
Karl Philipp KIMNACH 1815 - 1854 -
Jakob KONTZ 1854 - 1860 -
Christian MICHI 1860 - 1866 -
Benjamin SCHUH 1866 - 1892 -
Ludwig HALLIER 1894 - 1897 -
Paul BRUNS 1897 - 1903 -
Rudolph STOECKEL 1904 - 1918 -
August HORNBECK 1918 - 1919 Pasteur administrateur
Les unifiés

Depuis 1920, la commune ne compte plus qu'un seul pasteur pour les deux communautés. Est nommé en alternance un pasteur réformé et un pasteur luthérien bien que cette pratique ne soit aujourd'hui plus suivie à la lettre.

Prénom(s) NOM Période Observations
Alfred KELLER 1921 - 1927 Luthérien
Jean Sommer 1928 - 1939 Réformé
Fritz Münch 1939 - 1940 Luthérien ; pasteur administrateur
G. LIEBRICH & Dietrich BARTH 1940 - 1942 Luthériens ; pasteurs desservants, respectivement d'Harskirchen et de Fénétrange
Hans BLOCHER & SOHN 1943 - 1945 Luthériens ; pasteurs desservants, respectivement de Sarre-Union et d'Herbitzheim
Immanuel LEUSCHNER 1946 - 1949 Réformé ; pasteur administrateur
Dieter BARTH 1949 - 1950 Luthérien ; pasteur desservant de Fénétrange
Marc SCHWEBEL 1950 - 1957 Luthérien
Doris RIEBER 1958 - 1976 Réformée
Henri TOUSSAINT 1975 - 1976 Luthérien ; inspecteur ecclésiastique de Keskastel ; assure la desserte de 1975, date à laquelle Mlle RIEBER n'est plus en mesure d'assurer son ministère, jusqu'à la nomination d'un nouveau pasteur.
Emile BAUER 1976 - 1995 Luthérien
Elisabeth DEFER 1996 -

Les autres personnalités

Les décorés

Les titulaires de la Légion d'honneur
Pictos recherche.png Article détaillé : Altwiller - Légion d'honneur
Les titulaires de la médaille de Saint Hélène

La médaille de Sainte Hélène, créée par Napoléon III, récompense les 405000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815.

Medaille st helene 2.jpg
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
-  
-  
-  
-  
-  
-  

Source : Les médaillés de Sainte-Hélène

Émigration

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Pictos recherche.png Article détaillé : Altwiller - Morts aux guerres

Décès de militaires

Liste des militaires décédés hors de la commune, nés dans la commune, ne figurant pas sur le monument aux morts

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives


Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Les informations ci-dessous sont données à titre indicatif et ne saurait remplacer un contact direct avec la mairie pour les connaître.

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - 13H00 - 15H30 - 19H00 - 20H00 - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 5, rue de l'Eglise - 67260 ALTWILLER

Tél : 03 88 00 91 13 - Fax : 03 88 00 95 65

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Dépouillements des registres paroissiaux

  • Altwiller : reconstitution des familles de 1726 à 1902 par l'Espace culturel du Temple, Centre de généalogie d'Alsace Bossue, rue des Eglises 67262 Sarre-Union.
  • Altwiller : tables des mariages 1726-1794 par le Cercle généalogique d'Alsace, 5, rue Fischart 67000 Strasbourg. [2]

Les actes antérieurs à 1726 doivent être recherchés dans les registres de la commune de Keskastel.

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Alsace Bossue, par Alain Lieb et Théodore Rieger, 1989.
  • Etude d'habitat rural en Alsace bossue : Altwiller, par Alain Lieb en collaboration avec Henri Heitz, Société d'histoire et d'archéologie de Saverne et environs, cahier 118-119, 1982.
  • Notre bon vieux temps, contribution à la chronique familiale de l'Alsace bossue et historique des villages d'Altwiller et Hinsingen, par le pasteur Emile Bauer, 1980.
  • La coopérative scolaire à la recherche du passé de son village : Altwiller, 1964.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.