66161 - Ria-Sirach

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Ria-Sirach
Blason Ria-Sirach-66161.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 66 - Blason - Pyrénées-Orientales.png    Pyrénées-Orientales
Métropole
Canton Blason en attente.png   66-13   Les Pyrénées catalanes

Blason Prades-66149.png   66-10   Prades (Ancien canton)

Code INSEE 66161
Code postal 66500
Population 1 229 habitants (2011)
Nom des habitants Rianencs
Superficie 1 282 hectares
Densité 95 hab./km²
Altitude Mini : 339 m
Point culminant 1 081 m
Coordonnées
géographiques
42.6094° / 2.4006° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
66161 - Ria-Sirach carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

H
Histoire.pngistoire de la commune

1793 : Sirach devient une commune indépendante
1822 : Rattachement de Sirach à la commune de Ria
1973 : Rattachement d'Urbanya à la commune de Ria-Sirach
1983 : Urbanya reprend son statut de commune

Héraldique

  • Coupé : au premier d'or à la croisette de gueules, au second de gueules à la fasce d'argent.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

Année 1794 1800 1806 1820 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 704 548 611 689 977 1 004 1 016 1 002 1 000 959
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 849 977 881 1 038 1 045 1 115 1 095 932 960 913
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 971 928 864 872 776 782 831 1 017 1 057 1 028
Année 1982 1990 1999 2006 2011 - - - - -
Population 1 042 1 017 1 126 1 169 1 229 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Sources : Cassini avant 2006, INSEE 2006 & 2011

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Personnage célèbre : Guifred El Pilut, Comte de Barcelone et de Gérone. Fondateur de la nation catalane.


Guifred el Pelut

Historiquement, Guifred el Pilós, né vers l’an 840, à Fons Cooperta, Fontcouverte, dans le "Pagus Narbonense", "villam" concédée, avant 814, par l’Empereur Charles Ier le Grand, à Borrell, et confirmée, par l’Empereur Louis Ier le Pieux, le 14 octobre 829, à Tibur, à son "...fideli nostro Suniefredo quandam juris nostri, quae est in Pago Narbonense, cujus vocabulum est Fons Cooperta...", était le fils cadet de Suniefred et d’Ermessende.

A la mort de Salomon, Comte d’Urgell, de Cerdagne et de Conflent, en reconnaissance à sa vaillance et à sa fidélité à la dynastie carolingienne, Charles II le Chauve, Roi de Francie, lui octroya, en 870, les Comtés d’Urgell et de Cerdagne et investit, de même, son frère, Miron le Vieux, dans le Comté de Conflent.

Dès lors, en possession du pouvoir, de l’autorité de commandement et des décisions de justice sur les juridictions qui lui avaient été allouées par fermeté et résolution royale, Charles II le Chauve ne devenant Empereur d’Occident qu’en 875 après la disparition de Louis II le Jeune, se trouvant trop à l’étroit dans ses territoires, outrepassant ses droits sur les Comtés limitrophes administrés par Bernat II, Marquis de Gothie, s’imposant à lui, bafouant son gouvernement, il s’engagea dans le repeuplement intérieur des terres comtales de Barcelone et de Gérone qui avaient été dévastées et quasi dégarnies de ses habitants, lors de la révolte d’Aisson et de Guillelmon, fils de Béra Ier, en 826, et l’incursion d’Abũ Marwãn et de ses armées sarrasines, en 827.

Aveuglé par la supériorité d’autorité et d’influence, n’était-il pas parmi les suppliants et les mandants de la souveraineté ducale, comtale et vicomtale qui obligèrent Charles II le Chauve à reconnaître, sous la menace d’une conjuration des commandants de ses territoires militaires, par le cartulaire de Quierzy, les progrès de la féodalité et l’hérédité du titre ?, dont il faisait grand étalage et qui le rendait précieux auprès de son monarque, orgueilleux, suffisant et boulimique de pouvoir, regorgeant de scélératesse, de pusillanimité, de veulerie et de fausseté, et encouragé par la réussite finale de son extorsion de terres, au détriment de son voisin Bernat II, il renouvela ses menées, obtenant les mêmes honneurs, en repeuplant les Comtés de la Vall de Lord, de Besalú et d’Osone.

Ainsi put-il relier ses états pyrénéens et maritimes avec l’assentiment, le consentement volontaire, mais la main forcée, et l’approbation des Rois de Francie, Louis II le Bègue, Louis III et son frère Carloman, de l’Empereur d’Occident et régent du Royaume de Francie, Charles III le Gros, et, enfin, des Rois Eudes Ier et Charles III le Simple. Il paracheva son entreprise expansionniste, au décès de son frère Miron le Vieux, en 896, en captant, au dol de l’épouse et des enfants filles du défunt, héritiers réservataires en absence de descendance mâle, les Comtés, terres fiscales, de Conflent et de Roussillon.

Pour tous les catalans, Guifred el Pelut est le père fondateur de la Catalogne, sa seigneurie, Ria, en étant le bressol (le berceau), et, à ce titre, vénéré comme un Dieu. Mais, contrairement à tous les qualificatifs et à tous les honneurs qui lui sont portés, ce seigneur sanguinaire, atteint de "carolingite, une maladie à évolution lente, mais fatale, causée par les microbes virulents nommés féodaux", n’hésitait pas à ourdir des menées chafouines à l’encontre de ses ennemis afin qu’ils tombassent en disgrâce et fussent destitués de leurs titres et fonctions, ou à assassiner ses voisins, pour étendre ses possessions.

N’avait-il pas accusé, alors qu’il était Comte de Cerdagne et d’Urgell, avec son frère Miron, Comte de Conflent, Bernat II, Marquis de la Marche de Gothie, Comte de Barcelone, de Gérone, de Roussillon et de Narbonne et autres Comtés septimaniens, Béziers, Agde, Magdelone et Nîmes, et conseiller royal, outre qu’il s’était opposé au Roi Charles le Chauve, d’être l’amant de la Reine, d’une part, d’intelligence avec les musulmans, d’autre part, et, enfin, d’avoir favorisé les incursions Normandes jusqu’à Arles sur Tech et le Castell de Vernet ? Aussi, pour tout cela, Bernat II fut-il destitué de ses titres et de ses honneurs comtaux, au Concile de Troyes. Wilfred el Pilós reçut, pour sa fidélité au trône carolingien, les Comtés de Barcelone et de Gérone, et Miron celui de Roussillon.

Il alla, même, à faire empoisonner, par son filleul Huniefred, dans le château de Sancti Stephani de Pomers, résidence des Comtes de Conflent, son propre frère Miron, à faire accuser son second neveu Borrell, de parricide et à le tuer de sa propre main pour un tel crime inexcusable, et, enfin, parachevant son œuvre de destruction familiale, de confondre Huniefred, de le juger pour parricide et fratricide, et, la tête couverte d’un voile noir, de le faire exécuter pour crimes de sang. Lors, la succession des Comtés de Conflent et de Roussillon, en concordance avec le capitulaire de Quierzy, étant vacante par absence d’héritier mâle, il s’en fit octroyer les terres par Charles II le Chauve, Roi de France et Empereur d’Occident.

(Sources : Les confessions de Wilfred el Pelut, conjurateur débauché. "De Comissatorem Conjuratii ad juris Guilfredus Pilosus Chronicon" de Soniefredus, prieur de Sancti Andreæ de Valtarcha, conseiller, confesseur et chapelain de Wilfred el Pilós. Liasse de douze parchemins. Collection particulière Martí Anglada i Gix ols. Province de Gérone.)

(Texte de Raymond Matabosch)

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Martin DELCAMP 1848 - 1851  
Michel BASSET 1851 - 1852  
François ROMEU 1852 - 1863  
Auguste KOPP 1863 - 1871  
Jacques ANGLÈS 1871 - 1874  
André FAJOLE 1874 - 1876  
Pierre ATGÉ 1876 - 1876  
Auguste KOPP 1876 - 1878  
Joseph ANGLÈS 1878 - 1888  
Émilien PELET 1888 - 1908  
Gaudérique BERNARD 1908 - 1912  
Hyacinthe HULOT 1912 - 1919  
Joseph MARC 1919 - 1941  
Joseph GRAND 1944 - 1983  
Albert SALGUES 1983 - 1989  
Paul CAMPS 1989 - 2001  
Jean MAURY 2001 - (2014)  
- -  

Source : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 de 8h00 à 12h00 - -
Après-midi de 14h00 à 17h00 - de 14h00 à 17h00 de 14h00 à 17h00 de 14h00 à 17h00 - -
Commune.png

Mairie
Adresse : - 66500 RIA-SIRACH

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Dépouillements des registres paroissiaux

- Mariage de 1670 à 1906.
- Décès de 1893 à 1906.
- Baptême 1669 et de 1737 à 1748.

En cours :

- Décès de 1822 à 1892 par l'Association de Généalogie Catalane.

Archives notariales

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • "Rià Cirac" de l'Abbé Albert CAZES
  • "Ria-Sirach en Conflent" de Jean VIALLET GeneaNet

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références