63244 - La Moutade

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour


La Moutade
Blason La Moutade-63244.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Région (+) Région - Blason - Auvergne.png    Auvergne
Département 63 - Blason - Puy-de-Dôme.png    Puy-de-Dôme
Métropole
Canton Riom (Canton 63 25)

Blason Riom-63300.png   63-33   Riom-Est (Ancien canton)

Code INSEE 63 244
Code postal 63200
Population 350 hab. (1990)
Nom des habitants Moutadaires
Superficie 531 hectares
Densité 65,91 hab./km²
Altitude Mini: 323 m
Point culminant 356 m
Coordonnées
géographiques
45.8575° / 3.6008° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
63244 - La Moutade carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

La Moutade fut fondée en 1869. Elle faisait partie de la ville de Cellule. C'est un petit hameau du centre de la France qui est implanté dans le Puy-de-Dôme (Auvergne). Les administrés de La Moutade se nomment les Moutadaires.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, se regroupaient autour de Cellule (le bourg), Saulnat et Pontmort, les villages de La Moutade et du Cheix-sur-Morge

  • Juin 1840 : Une pétition est lancée par les habitants de La Moutade afin d'avoir leur propre mairie.

Mais le projet n'aboutit pas.

  • Six ans plus tard, nouvelle contestation et vote favorable du Conseil mais report de la décision.
  • 1854 : demande de nouveau validée mais à condition que les dépenses soient à la charge des citoyens.
  • 1861 : Les citoyens se rendent à Vichy afin de voir l'Empereur Napoléon III
  • 1869 : Le programme de séparation aboutit enfin et La Moutade devient une commune distincte.

Pourtant en 2015, la Commune de Chambaron sur Morge est créée par l'arrêté préfectoral : Cellule et La Moutade se regroupent de nouveau et deviennent des communes déléguées[1].


Blason en attente.png Héraldique

D'azur à la tour d'argent ouverte, ajourée et maçonnée de sable, posée sur un rocher d'or, accompagnée d'une crosse contournée du même à dextre et d'un couteau d'argent, garni d'or et posé en pal à senestre, le rocher chargé en pointe d'un écusson de gueules au chevron d'or accompagné de deux mouchetures d'hermine d'argent en chef et d'une feuille d'orme d'argent.

Patrimoine.png Patrimoine

Église Saint-Barthélemy

Vue d'ensemble

L’église est un édifice néo-classique très homogène dédié à saint Barthélemy à la demande des habitants auprès de l’évêché.

Sa façade est décorée de deux frontons triangulaires superposés que sépare un oculus (ouverture pratiquée sur un comble de voûte): l’un des frontons encadre l’unique portail, l’autre correspond à l’extrémité de la toiture.

Le clocher dit "clocher porche" comprend un massif carré percé d’une unique baie sur chacune de ses faces. Il est coiffé d’une flèche octogonale couverte d’ardoises.

La travée occupant la base du clocher porche est voutée dans sa partie centrale. Elle est séparée de la nef par un mur percé de deux étroits passages latéraux et d’une grande arcade centrale en plein cintre, décorée au revers de pilastre portant, au fronton.

La nef, voûtée d’un berceau lisse en plein cintre, ouvre au nord et au sud sur les chapelles dédiées à la Vierge et à saint Barthélemy, avec une statue en bois dorée le représentant, et la châsse contenant ses reliques.

Le chœur, limité par une table de communion, est formé d’une partie droite que terminent deux colonnes placées en avant de l’hémicycle du chevet. Une puissante corniche court tout autour de la nef et de la partie droite du chœur et se termine sur les deux colonnes qu’elle surmonte. Un décor peint, contemporain de l’architecture, est réparti sur les murs et les voûtes.

Vue d'ensemble de l'intérieur

Dans la demi-coupole du sanctuaire, cinq cadres dans lesquels sont peints les évangélistes, de part et d’autre d’anges agenouillés adorant le Saint Sacrement, les statues en bois doré de Saint-Roch, Saint-Joseph, Saint-Antoine et Sainte-Philomène. Au pied des colonnes soutenant Sainte-Thérése de l’Enfant Jésus et Saint-Joseph se trouve celle de Saint-Jean-Baptiste qui provient très vraisemblablement de l’église de Cellule et celle de Saint-Abdon, orthographié Abedon, qui provient certainement du monastère d’Auranche (aujourd’hui disparu qui devait se situer à environ un kilomètre de la commune sur la D122 à gauche un peu avant la croix). Cette statue était accompagnée d’une croix qui fut installée à côté de l’église. Elle est aujourd’hui située dans le cimetière communal. La présence de Saint-Abdon dans la commune laisse à penser qu’il fit un arrêt, lors d’un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle pour se recueillir et se reposer au monastère d’Auranche.

Le beffroi, en bois de chêne, fut commandé en 1841 au sieur Roux, maitre menuisier de Combronde. Deux socles engravés dans les murs ont été nécessaires pour soutenir la charpente. Suite à des travaux de restauration, un incendie le détruisit entièrement. Il fut reconstruit en 1875 avec la forme actuelle.

La cloche, commandée chez les fondeurs Lheritier-frères de Clermont-Ferrand en 1841, pèse environ 600 kilos. Son transport fut à la charge des habitants. Quand au battant, il fut fabriqué par le Sieur Masson, maitre serrurier à Clermont-Ferrand. Elle s’est cassée en 1877 le jour de l’enterrement du curé Mouton, d’après la rumeur publique, pour avoir sonné trop fort et trop longtemps. Une deuxième cloche fut alors commandée, mais étant fêlée elle fut refondue en 1910. En 1912 la troisième et actuelle cloche fut commandée à Lyon chez le fondeur Burdin. Elle porte l' inscription : "Je m’appelle Marie Régine, fondue en 1912. M Germain étant curé, et M Marius Belin maire de La Moutade. J’ai eu pour parrain Mr Henri-Marie-Anastase Comte de Bonnevie de Pogniat et pour marraine Melle Régine Marie de Bonnevie de Pogniat. Burdin Aine fondeur à Lyon".

L’autel, en marbre blanc veiné, date de 1841. Il est l’œuvre du marbrier Dalle à Clermont-Ferrand. Sur le dessus de la porte de la sacristie une mention écrite par le curé Germain sur fond rouge "Autel privilégié", où l'on peut dire la messe des morts les jours où on ne peut la dire aux autels ordinaires.

Le chemin de croix date de 1942. Il fut offert par les paroissiens par souscription pour le centenaire de l’Église.
Une chaire, aujourd’hui disparue, se trouvait à droite du chœur à la place du Christ en croix.

Les vitraux furent, pour la plupart, offerts par les paroissiens en souvenir de leur proches disparus. Ainsi à droite en entrant dans l’église :

  • Un vitrail à motifs géométriques et floraux, sans renseignements.
  • Un vitrail représentant saint Jean-Baptiste et saint Louis rappelant Mr Jean-Baptiste Faure, cousin de du père de Jean Faure, tué en 1914, et Mr Louis Ravel, frère de Mme Juliette Ravel Belin, grand-mère de Daniel Faure, précédent maire de la commune.

En face à gauche en entrant dans l’église :

  • Un vitrail consacré aux héros de la guerre
  • Un vitrail dédié à saint Bernard offert par la famille Enreille en souvenir de leur fils mort des suites de la guerre de 1914-1918.

A gauche dans la coupole :

  • Un vitrail offert par Mme Moulin Faure en souvenir de ses trois fils célibataires tués à la guerre

Trois vitraux offerts par la paroisse : La vierge à l’oiseau, dans la chapelle dédiée à Marie ; sainte Thérése de l’Enfant Jésus, à droite dans la coupole ; et la bénédiction du curé d’Ars, dans la chapelle dédiée à saint Barthélemy.

  • Le vitrail qui se trouve au dessus de la porte à été offert pour les 50 ans de sacerdoce du curé Rovident.

Autres curiosités :
En haut de la nef à gauche : Le tableau de Saint-Austremoine premier évêque de Clermont (250-260). Peint en 1826 par BARROIS pour la cathédrale de Clermont-Ferrand, il représente l’évêque de Clermont ayant cassé la statue de Mercure. Trouvé sans attrait artistique, il fut mis au rebus par l’administration des beaux arts. En 1870 le Comte de Bonnevie d’Aubiat s’en rendit acquéreur et en fit don à l’église de La Moutade.
La statue de Bernadette Soubirous offerte par l’abbé Rovident, curé de la paroisse de 1925 à 1966, lors de son jubilé (50 ans de sacerdoce) en 1953. Elle fait face à la Vierge, représentant ainsi l’adoration que Bernadette portait à Marie.
La statue de saint Michel offerte par le père Germain, curé de la paroisse de 1877 à 1925.

Notre Dame de la Garde

La statue de Notre Dame de la Garde (à l’extérieur sur le toit de la sacristie), achetée par le père Mouton curé de la paroisse de 1842 à 1877.
On peut lire sur la face est : "posuerunt me custodent mai 1864", signifiant : « Ils m'ont prise comme gardienne » et sur la face nord : « donné par Monsieur Mouton, curé de La Moutade à ses chers paroissiens ».

Repère géographique.png Repères géographiques


La Moutade est située au nord du département du Puy-de-Dôme, sur la plaine de la Limagne, au sud d'Aigueperse, au nord de Riom et de Clermont-Ferrand, dans le canton de Riom depuis les élections départementales de 2015.

La commune est traversée par les routes départementales 122 (Beauregard-Vendon – Le Cheix) et 424 (vers Pontmort, ancienne commune de Cellule).

La ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac passe par la commune ; les TER Auvergne des relations Montluçon – Gannat – Clermont-Ferrand circulent sans arrêt. Les gares les plus proches sont Pontmort au sud et Aubiat au nord.

La ligne 67 du réseau de transports interurbains du département (Transdôme) dessert l'ancienne commune. Les autocars, effectuant la relation Clermont-Ferrand – Gannat, desservent le centre-ville. La Moutade est également desservie par la ligne périurbaine A du réseau de transports urbains de Riom Communauté.

Démographie.png Démographie

Année
Nombre
1788
-
1794
-
1800
-
1806
-
1820
-
1831
-
1836
-
1841
-
1846
-
1851
-
Année
Nombre
1856
-
1861
-
1872
731
1876
706
1881
700
1886
699
1891
614
1896
591
1901
574
1906
541
Année
Nombre
1911
515
1921
440
1926
421
1931
412
1936
397
1946
380
1954
389
1962
371
1968
332
1975
346
Année
Nombre
1982
340
1990
350
1999
372
2006
451
2011
471
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2014.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean EMY-CLERMONT 1870-1880  
Gal ENREILLE-ROUDY 1880-1881  
Gabriel BELIN-MIGNOT 1881-1884  
Saturnin EMY-CLERMONT 1884-1888  
Alfred BELIN 1888-1900  
Marius BELIN 1910-1917  
Emile DHEURE 1937-1951  
Pierre Marie RAVEL 1951-1977  
Robert BELIN 1977-1983  
Robert VEDEL 1983-1989  
Daniel FAURE 1989-2008  
Marie-Pierre LORIN 2008-2015  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Antoine MOUTON 1842-1877 Premier curé de La Moutade pendant 35 ans  
Michel GERMAIN 1877-1925 Curé pendant 48 ans  
Jean Marie ROVIDENT 1925-1966 Curé pendant 43 ans  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8h00-12h00 9h00-12h00 9h00-12h0 9h00-12h00 8h00-12h00 - -
Après-midi 13h00-17h30 14h00-19h30 13h00-15h30 16h30-19h30 - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : Commune de La Moutade, 5 Place de l’église - 63200 CHAMBARON sur MORGE

Tél : 04 73 97 20 43 - Fax :

Courriel : contact@mairiechambaronsurmorge.fr

Site internet : http://mairiechambaronsurmorge.fr/

GPS : 45.5805° / 3.0941° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.