62671 - Pronville-en-Artois

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Pronville-en-Artois
Blason de Pronville
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 62 - Blason - Pas-de-Calais.png    Pas-de-Calais
Métropole
Canton Canton de Bapaume (Canton 62 09)

Blason en attente.png   62-35   Marquion (Ancien canton)

Code INSEE 62671
Code postal 62860
Population 323 habitants (2011)
Nom des habitants Les Pronvillois (ses)
Superficie 609 hectares
Densité 53,03 hab./km²
Altitude Mini: 58 m
Point culminant 98 m
Coordonnées
géographiques
50.175° / 3.003611° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
250px
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

62671 - Pronville - panorama.jpg

Le territoire de Pronville faisait autrefois partie de la Gaule Belgique, pays occupé depuis le neuvième siècle avant Jésus-Christ par les celtes ; le village se trouvait dans le pays occupé par les Nerviens dont la capitale était Bavay.

Après Clovis, le pays des Nerviens tombe dans la part de Clotaire, roi de Soissons... En 870, les Normands et les Danois se répandirent sur toute la province sans qu'on put leur opposer aucune résistance... Ces Normands détruisirent à Baralle l'abbaye de Saint Georges fondée par Clovis et celle de Sainte Saturnine à Sains les Marquion.

Dans le voisinage du village de Pronville, on a découvert un cimetière Mérovingien composé de nombreuses tombes renfermant des squelettes entourés de poteries, de vases en verres, de bijoux, des plaques de ceinturons, des agrafes et des broches en bronze avec pierres de couleurs enchâssées, des armes, des miroirs de métal, des colliers faits de petits anneaux de verre transparent, d'ambre ou de terre cuite émaillée, des bracelets en verroterie, des bagues en or avec chaton en métal ou en pierres de couleurs. Les tombes étaient de simples fosses creusées dans le calcaire, la tête tournée vers l'orient, mais à partir du sixième siècle, les tombes sont en bois ou en pierre.

Une bulle du pape Pascal II, datée de 1104, puis une autre du pape Innocent II, datée de 1137, confirme à nouveau les donations faites par les évêques, dans trente-quatre villages du Cambrésis et de l'Artois, à l'abbaye de Saint-Aubert. la bulle d'Innocent II s'exprime ainsi : « Innocent, évêque, chef des serviteurs de Dieu, à notre cher fils Gautier abbé et aux fils de l'église de Saint-Aubert, situé dans la ville de Cambrai, substitue à lui et à ses successeurs à perpétuité l'autel de Chaum (Quéant) avec son appendice de Pronville, l'autel d'Osgice (Oisy). Donné à Pise par le cardinal diacre Emeric, le deuxième jour de juin, le troisième de l'indication de l'an de l'incarnation de notre Seigneur, mil cent trente-sept et de notre pontificat l'an VII.

Lors de la création de l'évêché d'Arras en 1093 par le pape Urbain II, les biens furent donnés au nouvel évêché et nous trouvons dans un cartulaire du chapitre d'Arras la confirmation de ces possessions données par le pape Pascal II, le 2 décembre 1115 et, parmi elles, dans la portion du doyenné de Vaulx , comprise dans les limites du territoire de l'Artois, les autels de Vaulx, de Noreuil, de Quéant, de Pronville, de Cagnicourt, etc., mais comme les autels de Quéant et de Pronville avaient été donnés par l'évêque de Cambrai à l'abbaye de Saint-Aubert, ces autels continuèrent à faire partie de l'évêché de Cambrai et Robert, comte de Flandre, ainsi que les papes Pascal II et Innocent II confirmèrent les possessions de l'abbaye de Saint-Aubert, après entente avec l'évêché d'Arras. Ce cartulaire du chapitre d'Arras établit nettement que les villages de Quéant et de Pronville faisaient partie de l'Artois dès 1115. »

Les archives de l'abbaye de Saint-Aubert contiennent une charte, datant de 1230, par laquelle Watier, Seigneur de Pronville, près Quéant-en-Artois, accorde, à l'abbé de ce monastère le droit de dîme sur vingt-cinq razières de terre situées à Pronville et joignant les terres de Robert du Cornet, ce qu'il fit du consentement de sa femme Mathilde et de celui de son fils aîné Jean. Un de leurs descendants Amand de Pronville épouse Guyote d’Hamelincourt avec laquelle il eut trois enfants, Louis, Guy et Alix qui devint religieuse de l’abbaye du Verger. Louis de Pronville eut un fils du même nom dont la fille Louise de Pronville, seule héritière porta la terre de Pronville dans la famille de Wignacourt.

Saint Géry fut de tous temps le patron du village de Pronville, évêque de cambrai et d'Arras, en 585, il fonda à Cambrai le monastère de Saint-Médard qui prit ensuite le nom de son fondateur.

A Pronville, désigné dans les vieux diplômes comme appendice de l'église de Quéant, on voit une église, un château, un moulin et deux chapelles situées toutes deux le long de la seule grande route du pays qui, reliant les routes de Cambrai à Bapaume et d'Arras à Cambrai, allait de Douai à Beugny par Lécluse et Villers-Cagnicourt.

La fête patronale est la ducasse, nom qui existait au XIIIe siècle. Le mot ducasse est la contraction de dédicasse, consécration de l'église à un saint, et la ducasse tombe le dimanche le plus proche du jour anniversaire de cette dédicasse. Le dimanche après la ducasse on fêtait le raccroc.

La Famille de Pronville Blason Pronville 2-62671.pngnous est connue dès le XIIIe siècle. Elle portait de Sinople à la Croix engrêlée d’argent

Pronville a eu au moyen age une forteresse considérable, qui fut détruite au commencement du XIVe siècle, pendant la courte irruption des flamands en cette contrée en 1303.

Le château de Pronville avait été bâti à l’endroit d’un poste romain dit Peronna Villa. Le nom de villa indiquait un ensemble de bâtiments agricoles où presque tous les travailleurs étaient esclaves, et qu’un mur d’enceinte flanqués de tours protégeait contre les voleurs.

En 1368, monseigneur Gilles d’Escaussines, chevalier à Pronville en Artois, époux de Jeanne d’Espinoy (de la famille d’Espinoy Oisy). Le nom d’Escaussines ou d’Escausseurs appartenait à une ancienne famille du Cambrésis qui figure en 1266 et 1402 dans les chartes de l’abbaye de Saint-Aubert. Dans la charte de 1402 il est parlé d’un Alexandre d’Escausseurs dit le Gueulard ou le Goulu, parce qu’il était esclave de son ventre et amoureux de la bonne cuisine et de la bonne fumée. Cet Alexandre avait épousé Marguerite de Pronville avec laquelle il eut deux fils dont l’un, Godefroy, porta le titre de la terre venant de sa mère et périt à la bataille d’Azincourt en 1415, alors que l’autre s’établit à Cambrai. Gilles portait le titre de seigneur de Renne, il devait être le père d’Alexandre, marié à l’héritière des anciens seigneurs et administrait ses biens.

En 1560, Jean de Miraumont, écuyer, était seigneur de Pronville, sa maison était au rang des familles équestres.

En 1569, Pierre Lagneaux était propriétaire de la seigneurie vicomtière de Sart en Pronville qui comprenait 22 mesures de terre.

Dans l’église du monastère des Dominicains de Douai se trouvait le tombeau de Jeanne de Pronville, décédée en 1646, mariée en premières noces à Hugues de Wasselin de Lannoy. Cet Hugues de Wasselin de Lannoy était seigneur de Pronville en 1596. Le 23 décembre de la même année, il fut créé chevalier par Philippe II roi d’Espagne.

En 1632, la seigneurie fut confisquée par l’empereur et vendue par décret en 1676.

Marie-Florence de Pronville épousa en 1672 Pierre de Chastellain, seigneur de Fontenay.

En 1729, le conseil d’Artois rendit un jugement qui maintenait le sieur Charles-Albert Châtelain écuyer dans ses droits et possessions de la seigneurie de Pronville, notamment dans le droit d’afforage sur les boissons et denrées qui se vendaient chez les cabaretiers du village.

En 1741, les seigneurs ou hommes de fiefs du Baillage de Bapaume, dont dépendait Pronville, furent convoqués afin que les coutumes du bailliage soient de nouveau constatées. Pour la seigneurie de Pronville ce fut Messire de Poix de Robersalle.

Messire Arnould-Joseph Mairesse, écuyer et seigneur de Pronville, possédait le domaine de Pronville vers le milieu du 18eme siècle.

En 1780, il y avait quatre seigneuries dans l'étendue du territoire; elles appartenaient à MM Mairesse, Rouvroy de Libessart, Lefebvre de Noureuil et à Mme de Maulde.

En 1781, les habitants du village demandent à être autorisés à faire un emprunt pour terminer leur église.

En 1793, le 2 janvier, le directoire du district de Bapaume dont dépendait Pronville, « de « déclarer confisqués au profit de la nation, les biens situés dans l’étendue de ce district et « appartenant aux émigrés dont les noms suivent » : Armand joseph Mairesse de Pronville,...

De nombreuses personnes du district furent mises en arrestation comme suspectes ou comme fanatiques, dont à Pronville : Flandra et Saudemond (ex-bénédictin).

Après Waterloo, les troupes françaises rentrent par la chaussée Brunehaut et la route du Cateau, les anglais qui les suivent viennent mettre le siège devant Cambrai qui se rendit au bout de quelques jours. Le 26 juin, le roi Louis XVIII entre dans Cambrai d'où il adresse sa première proclamation aux Français. Bapaume reçoit une garnison prussienne et une garnison anglaise.

Les Anglais occupent les villages de Quéant et de Pronville, et le territoire ne fut évacué qu'en 1818, année ou une terrible famine sévit dans la région, le pain se vendit 0,50 fr. la livre.

Le 12 juin 1818, un incendie qui commença dans la grange d’un maréchal-ferrant détruisit 60 maisons et causa 160000 francs de perte.

En 1883, un habitant de Quéant, parcourant les souterrains situés sous le village, découvrit une monnaie d'argent à l'effigie de l'empereur Trajan qui régna de 98 à 117 après Jésus-Christ, et une autre en bronze à l'effigie de Lucius Aurélius Vérus, associé à l'empire sous Marc-Aurèle et mort en 169. A peu près à la même époque, le chaufournier J.B. Delot, tirant de la marne pour son four dans un champ situé du coté de Pronville, trouva l'entrée d'une carrière communiquant avec les souterrains, et ramassa des pièces d'argent à l'effigie de Posthumus, un des trente tyrans de l'époque de Gallien qui commandait en Gaule en 257 et s'y fit proclamer empereur en 261

En août 1914, le village fut envahi et occupé par les troupes Allemandes. De 1916 à avril 1917, furent construits, sur le terroir de Pronville, de nombreux ouvrages, blockhaus, tranchées, abris, pour l’édification de la ligne Hindenburg . Lors du recul de leurs troupes en avril 1917, les Allemands vinrent se poster sur cette ligne et n’en furent délogés que le 3 septembre 1918, date à laquelle, les troupes Écossaises et Navales du 17e corps commandées par le général Sir Charles Fergusson, aidées par le corps de tanks, libérèrent le village.

En 1922 fut trouvé, dans la ferme du château, appartenant à Mme veuve Bachelet, à la lisière de Quéant, une pierre de 0,35 m sur 0,20 m environ, sculptée de deux écussons soutenus par une guirlande, et sous couronne de comte : l’un portant un château à trois tours accolées ; l’autre une croix. Cette pierre devait surmonter l’entrée de l’ancien château, elle était dans une cave depuis longtemps et paraît datée de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle.

Le 23 septembre 1920, suite à la destruction presque complète du village, Pronville reçoit la croix de guerre.

Suite aux délibérations du conseil municipal de Pronville, des 13 septembre 2007 et 22 octobre 2010, demandant le changement de nom de la commune, parait le Décret n° 2017-149 du 7 février 2017 portant changement du nom de communes, inscrit au Journal officiel n°0034 du 9 février 2017, texte n° 39, Pronville redevient "Pronville-en-Artois", comme autrefois[1].


Topo.jpg Toponymie

(extrait du Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, par le comte de Loisne, 1907) :
-1115 : PRODOVILLA (cartulaire du chapitre d'Arras)
-1154 : BRODOVILLA (id)
-1219 : PROUVILLE (id)
-1259 : PROVILA (charte de Ponthieu)
-1307 : POUREVILLE (titres et comptes d'Artois)
-1456 : PROVILLE

Blason en attente.png Héraldique

De sinople à la croix engrêlée d'argent.

Repère géographique.png Repères géographiques

Située à 17 km de Cambrai, à 51 km de Lille et à 150 km de Paris

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Église Saint-Géry rebâtie en 1931, avec fonts baptismaux de 1675
  • Anciennes carrières de pierre

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1811 1815 1820 1826 1831 1836 1841
Population 587 682 696 722 722 712 770 890 874 846
Année 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 797 713 729 727 721 666 698 677 644 653
Année 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 587 552 554 527 415 441 411 415 389 373
Année 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
Population 349 358 305 261 239 275 309 323 - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
M. François Joseph HARY 1790-1813  
M. Englebert HARY 1813-1828  
M. Jean Charles LEGENTIL 1828-1840  
M. Bénoni SOUALLE 1840-1844  
M. Jean-Charles LEGENTIL 1844-1850  
M. Jean Baptiste COCHON 1850-1855  
M. François LABALETTE 1855-1860  
M. Jules SOUALLE 1860-1869  
M. Alfred SAUDEMONT 1869-1884  
M. Alexandre François SEVRETTE 1884-1888  
M. Alfred SAUDEMONT 1888-1892  
M. François CORNET 1892-1904  
M. Achille LE GENTIL 1904-1919  
M. Emmanuel SEVRETTE 1919-1925  
M. Joseph MANECHEZ 1925-1929  
M. François CATHELAIN 1929-1971  
M. Léon LACHEREZ 1971-1983  
M. Jean-François RIBOUT 1983-2008  
M. Bernard BATTESTI 2008 - 2018 Démission[2]  
Melle Isabelle TOURNEL 2018 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les prêtres

Prénom(s) NOM Période Observations
Pierre Guislain BERNARD 1512  
Mathieu BIZET 1665  
Simon LEFEBVRE 1669  
Claude CAPPON 1679-1740  
Antoine Maurice ROUSSEAU 1737-1741  
Jean Baptiste LEGAT 1742-1748  
Nicolas Joseph DUFEUILLE 1748-1755  
CAULLET 1756  
Antoine OBLIN 1756-1769  
LAGUILLIER 1770  
Nicolas Joseph FONTAINE 1771  
ROZIER 1789  
Nicolas Joseph FONTAINE 1801  
Pierre Joseph Marie BOUFFLERS 1801  
Jean Antoine VARET 1803  
Nicolas Joseph (DE)FONTAINE 1805  
Philipe François FOULON 1804 - 1816  
Pierre Joseph FONTAINE 1816 - 1817  
A CORROYER 1817 - 1818  
Constant LOUIS 1818 - 1819  
Auguste CARLIER 1819 - 1821  
Pierre Joseph FONTAINE 1821 - 1824  
Désiré DELASSUS 1826 - 1829  
Charles Benoit LEPHAY 1829 - 1837  
Charles VENIEL 1837 - 1839  
Victor Henri Joseph PARIS 1840 – 1852  
Augustin Edouard VIART 1852 - 1859  
Pierre Désiré HOLLEVILLE 1859 - 1862  
Paul COQUEMPOT 1862  
François PICAVET 1863 - 1869  
Louis CAPRON 1870 - 1870  
Ladislas BUISINE 1870 - 1888  
François DUCROCQ 1888 - 1901  
Louis HERBECQUE 1901 - 1911  
Charles FANIEN 1911 - 1917  
Auguste DUBAR 1920 - 1955  
Pierre HENGUELLE 1955 - 1960  
André MANNECHEZ 1960 - 1972  
Jacques THELLIER 1972 - 1989  
Pierre LEGRAND 1989 - 2012  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - 10h -11h (permanence du maire) -
Après-midi - 16h -17h - - 17h -19h - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 1 place Jean Moulin - 62860 Pronville

Tél : 03 21 24 00 42 - Fax : 03 21 24 00 42

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (novembre 2009)

Dépouillements des registres paroissiaux

Ces registres se trouvent aux Archives Départementales.

Archives notariales

Il n'existe pas d'Archives notariales à Pronville.

Patronymes

Remarques

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références




Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.