61093 - Chanu

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour

Chanu
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Région (+) Région - Blason - Normandie.png    Basse-Normandie
Département Blason de l'Orne    Orne
Arrondissement Blason Argentan-61006.png    Argentan (S-Préf.)
Métropole -
Canton

Blason Tinchebray-61486.png   61-33   Tinchebray (Ancien canton)

Code INSEE 61093
Code postal 61800
Population 1189 hab. (1990)
Nom des habitants
Superficie 1572 hectares
Densité 76 hab./km²
Altitude Mini: 226 m
Point culminant 321 m
Coordonnées
géographiques
48.729444° / -0.676389° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
61093 - Chanu carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Chanu est un village du bocage normand près de Tinchebray dans l'Orne qui a la chance d'avoir conservé les archives de ses seigneurs et où les habitants ont développé le travail du fer depuis le Moyen Âge. Centre actif de la chouannerie normande, c'est aussi la patrie du sculpteur LEHARIVEL-DUROCHER.


LEHARIVEL-DUROCHER, sculpteur

Le sculpteur Victor Edmond LEHARIVEL-DUROCHER est né à Chanu le 20-11-1816 de Jacques Le Harivel huissier marié en 1813 à Sourdeval avec Clarisse Amélie fille de Pierre Marie Lenicolais-Peltrie et de Antoinette Bagot. Victor Edmond Leharivel-Durocher meurt dans sa maison du bourg de Chanu le 20-11-1878, célibataire, chevalier de la légion d'honneur le 9-10-1878.

Sa vocation artistique est découverte à Rouen dans l'atelier Beaudoin où il suit les cours du soir d'un frère des écoles chrétiennes. Après l'école de dessin du XIe arrondissement de Paris, il est élève subventionné par le département de l'Orne à l'école des Beaux-Arts et suit l'enseignement d'Augustin Dumont et Jules Ramey fils. Il remporte le prix de la tête d'expression en 1844 mais s'est avant tout un sculpteur religieux.


Sa biographie

  • Les œuvres
Au Louvre : Gloire, La Prudence et la Force, La Justice et la Fraternité
À Paris : œuvres dans les églises : Ste-Clotilde, St-Pierre-de-Montrouge, St-Augustin, St-Leu, le tombeau de Visconti au Père-Lachaise, La Comédie et la Tragédie à la Comédie Française,
À Bayeux : Arcisse De Caumont, Condé sur Noireau : St-Martin, Argentan : Monument des Trois frères Eudes, Sées : Les litanies de la Vierge, Jésus bénissant les petits enfants, St-Jean l'Evangéliste, Flers : Le Juif Errant, La filature et le tissage, Bellême : Collin-Maillard
À Flers, au centre du square Delaunay s’élevait depuis 1881 la statue du Juif Errant, reproduction en bronze de l’original en plâtre présenté au Salon de 1877. Remplacé par le monument aux morts en 1922, il fut alors placé au jardin public, avant d’être fondu par les Allemands en 1941.
Œuvres dans les musées de Flers, Alençon, Grenoble, Angers

Les familles depuis 1322 (1)

Les seigneurs

Patry
De La Motte Ango De Flers

Chanu avec Larchamp et la Lande-Patry sont de la Baronnie de la Lande-Patry aussi appelée Baronnie de Larchamp.

La première famille connue est celle des PATRY, puis De MILLY, PAYNEL dit TESSON, De LARCHAMP, De GRIMOUVILLE, De GUEROULT, De CRUX, FAUVEL. En 1665, Antoine De PELLEVE par son mariage avec Marie FAUVEL réuni la baronnie de la Lande-Patry au comté de Flers. Famille De La MOTTE-ANGO et son dernier représentant : Louis Charles De La MOTTE-ANGO De FLERS.

Le 22-5-1418, le roi d'Angleterre Henri V donne les terres de la Lande-Patry et de Larchamp confisquées à Jean De LARCHAMP à Hortank Van CLUX (Rôles normands de Bréquigny n°170)

Le Chartrier du château de Flers est conservé à la médiathèque de cette ville.

Grimouville
Larchamp

Aveux de Guillemette De LARCHAMP, 1499

De très haut et puissant Prince Monseigneur le Duc d'Alençon, Prince de France tient Guillemette De LARCHAMP, Dame de la terre, seigneurie et baronnie de La Lande, veuve de Messire Guillaume De GRIMOUVILLE avoue tenir par foi et hommage la terre, seigneurie et baronnie de la Lande-Patry, entière baronnie de la châtellenie et vicomté de Domfront laquelle seigneurie et baronnie est située tant dans la vicomté de Domfront que celle de Vire et dont le chef est assis dans la vicomté de Domfront, paroisse de la Lande-Patry et située dans les paroisses de La Lande, Chanu et Larchamp dans la vicomté de Domfront.

Lande-Patry : château, ville, bourg et bourgeoisie, moulin à blé, étang, une vavassorie tenu par le Prieur de la Lande-Patry

Larchamp : Manoir à motte close à eau, domaine, trois étangs, moulin à blé, mines, minière et fourneau pour faire fer, deux étangs servant audit fourneau, un bois
Fauvel

Chanu : un quart de fief remis par Robert De BEAUMANOIR mon prédécesseur, une vavassorie que tiennent l'Abbé et les religieux de Belle-Etoile, le bois Dauffy Un demi fief de chevalier : le fief du Mesle apporté à la baronnie par Dame Jeanne CHAMPION en son vivant Dame De La HAYE où il y a 3 prêvots de la vicomté de Vire et un de la vicomté de Domfront

Le fief du Bois sur la Lande-Patry, Chanu et Landisacq avec manoir, domaine, bois de haute futaie. Moulins à blé et à drapeaux, à la Lande-Patry et à Chanu : Vaubaillon qui est ruiné (AD 61 H 236)

Aveux de Marie FAUVEL pour la baronnie en 1668


Guillaume Abbé en 1252

En 1238, Mathilde De La LANDE fille de Enguerrand PATRY donne aux Religieux de l'Abbaye de Belle-Etoile à Cerisy tout ce qu'elle possède à Chanu sauf le Bois Dauffy.

Les archives de Belle-Etoile sont conservées par les Archives départementales de l'Orne

Aveux de Thomas CHANCEREL Abbé de Belle-Etoile, 1499

De noble et puissant seigneur Guillemette De LARCHAMP veuve de Messire Guillaume De GRIMOUVILLE, confesse et avoue tenir de lui sous ladite baronnie et sieurie de la Lande-Patry, Révérend Père Thomas, Abbé de Notre-Dame de Belle-Etoile pour lui, les chanoines et religieux, une franche vavassorie assise en la paroisse de Chanu en laquelle il y a cour et usages, hommes, hommages, rentes et deniers, grenier à oiseaux, moulin mouleur dudit étang pour laquelle vavassorie ils doivent chacun an douze deniers pour une paire d'éperon payées à Jehan PLANCON de la paroisse de Chanu. L'abbé et sa communauté seront tenus de faire prières et oraisons selon la coutume.(AD 61 H 236)

Les barons de la Lande-Patry L'Abbaye de Belle-Etoile Médiathèque de Flers

Les familles

Carte de Cassini: Chanu
bnf/gallica

L'étude des familles de Chanu est possible au delà de l'état civil et du notariat grâce aux archives de l'Abbaye de Cerisy Belle Étoile qui avait la charge du spirituel et possédait la Seigneurie de Chanu (AD 61 Série H).

Sur l'ensemble de la paroisse et 49 lieux habités : 2 dépendait de la Baronnie de Lonlay, 38 de la Seigneurie de Chanu, 4 de la Seigneurie du Mesle, un de la sieurie de Beaumanoir et 10 de la Seigneurie de la Fresnaye. La toponymie rappelle les noms de familles : la hubertière HUBERT, la Plançonnière PLANCON, la Havassière HAVAS, Vaubaillon VAUBAILLON, l'Aubrière AUBRIERE, la Gonfrère GONFREY, le Chesnay DUCHESNAY, la Racinière RACINE, la Chancellerie CHANCEREL, la Besnardière BESNARD.

Chanu, Géologie
Chanu, Liaisons

Si tous se rendaient devant l’Église pour délibérer des affaires de la paroisse, les tenants de la Seigneurie de Chanu étaient tenus d'assister à ses gages-pleiges et de moudre leurs grains aux moulins de Vaubaillon puis de la Blaire. Ils étaient de la vicomté de Domfront, sergenterie de Lonlay et ceux de la Seigneurie de la Fresnaye payaient les rentes seigneuriales au Manoir, assistaient aux gages-pleiges du seigneur, devaient l'entretien des douves et portaient leurs grains au moulin de la Fresnaye. Ils étaient de la vicomté de Vire, sergenterie de Vassy. Ce contexte renforcé par la géographie, la ligne de partage des eaux: celles de la Seigneurie de Chanu coulant vers le Nord et celles de la Fresnaye vers la Loire, la géologie et ces deux zones granitiques: la première au nord d'une ligne Chancellerie, Fontaine, Pont herbout avec les bois Dauphy et de la Fresnaye, les landes de la Racinière et de Mauffray, celle du sud avec les Fresnayes, la Maigrière et ses landes, le val de Préaux avec son hôtellerie, point de rencontres et de commerce sur le grand chemin de Domfront se traduit dans les liaisons familiales et l'évolution sociologique.


Au XIVe siècle, dans les premiers actes on trouve en 1322 Raoul LE BROUCEI, 1324 Perrine BOUCHER veuve de Robin HUBERT, 1325 Guillaume BION dit PLANCON, 1335 Etienne LE RONCIER, 1344 Julien LABICHE, 1374 Geffroy DU MESNIL (AD 61 H 230).

Les patronymes évoluent : BION dit PLANSON 1325, DES BISSONS, DES BROUCE dit HUBERT 1326, De LARCHAMP dit VAUBAILLON, JEHAN dit ROBIET, JEHENNE dit DUCHESNEY, MAINGAND dit CHASTELIER, LARCHER dit BEAUNNE 1402.

Variantes: HELIE/HELIX, BOUCHER/LE BOUCHER, BRIOSNE/BREOSNE/BRIONE/BRIONNE, ANGEART/ANGERART, ANGER/ANGE, HONNET/HOUVET, DANY/DAVY, CHANCEREL/CHANSEREL, POULAIN/POULIN, PLANSON/PLANCON, POLI/PALI/PALLIX, POTEL/POSTEL, VAULTIER/VAUTIER, JOSSEL/JOSEPH, VOUESIN/VOISIN, MOULIN/MOULLIN, MADELAINE/MADELINE, MONTANBAU/.../MONTEMBAULT, BESNARD/BENARD, CHAUNIN/CHAUVIN. En 1625 une branche des LEPRINCE deviendra De PRINCEY (AD 61 H 235).

Le fief as BELOYE/BELOYE,BELAIS,BELAIRE/BLAIRE, Le fief as PLANCHON/PLANCONNIERE, La masure à LA BLANCHE/LA MASURE, Le champ des BESNARD/BESNARDIERE, Le HAMEL DANY/HAMEL, La CHANCELERIE/CHANCELLERIE, La FRESNOIE/FRESNAYE/Basse et Haute FRESNAYE/Les FRESNAYES


Des contrats sont lus à l'issue de la messe en présence des paroissiens :

1394 : RACINE, HELIE, HUBERT, PLANSON, HEBELIN, LEBROUCEI.
1417 : GUIOT, GONFREY, ROBIET, BEAUGRAND, VAUBAILLON, LETIRANT, CHEVALIER, BESNARD, POLAM, POULIN, DUCHESNEY.
1437 : JEHAN, GUERIN, GONFREY, PLANSON, De LARCHAMP, HAVAS, DUCHESNAY, LIMODIN, CHANCEREL, LEPRINCE, DELAHAIE, HUBERT, BOUCHER, ANGEART, AUBRIERE.
1452 : CHANCEREL, LETIRAN, JEHAN, HUBERT, VAULTIER, POILAM, BOUCHER, POLI, ANGEART, VAUBAILLON.
1459 : JEHAN, CHASTELIER, CHANCEREL, ANGEART, BESNARD, BEAUGRAND, HUBERT, HELIE, LETIRANT.
1491 : CHANCEREL et PLANSON Tabellions, HUET, HAMARD, LEPRINCE, PIGNARD, LEGOT.
1494 : Thomas CHANCEREL Prieur de Chanu qui deviendra Abbé de Belle-Etoile, PLANSON, LIMODIN, HUET, HAMAR, LEPRINCE, GOSSELIN, PICART, LEGOT.

Tabellions : 1474 CHANCEREL (AD 61 H 232), 1475 CHANCEREL, De LARCHAMP, témoins: Jehan CHANCEREL, Jehan HONNET (AD 61 H 232), 1494 PLANSON (AD 61 H 226). Lieutenant du Sénéchal de Chanu : 1502 Pierre CHANCEREL (AD 61 H 238 et 247). Paraphes : Pierre CHANCEREL entre 1474 et 1511 (AD 61 H 226, 232, 238, 247, Médiathèque de Flers 5S 7), Jamet De LARCHAMP 1475 (AD 61 H 232), Gérard RACINE Lieutenant du sénéchal de Chanu, 1564 (AD 61 H 248).


  • Baronnie de Lonlay
Lonlay

Elle jouxte : L'Aubrière, la Flaudière, la Rousselière, la Mignotière, les Vallées et les Brousses. La Hubertière, le lieu habité le plus proche de l’église doit son nom à la famille HUBERT présente dès 1324 "Perrine BOUCHET veuve de Robin HUBERT (AD 61 H 230). En 1407 Pierre HUBERT vend à Guillaume BESNARD un pré près de la rivière de Larchamp (AD 61 H 230). Aux XIVe et XVe siècles ,ils vendent des biens. Les villages de la Fillière et de la Guibourdière sont de ladite Baronnie (AD 61 4E 160/26, 11-6-1667, AD 160/1, 11-6-1571). Le Prieur de Chanu devait un trait de dîme à l'Abbaye de Lonlay (H. Le Faverais : Histoire de Lonlay page 173)

Dans les archives de l'abbaye de Lonlay il reste une trace dans l'inventaire : Aveux de la masure de la Hubertière (AD 61 H 476). Biens à Chanu (AD 61 H 5567)

Seigneurie de Chanu

Belle-Étoile

En 1238, Mathilde De LA LANDE donne aux religieux de Belle Étoile tout ce qu'elle possède à Chanu (AD 61 H 225). C'est l'origine du prieuré-cure et des droits féodaux de Belle Étoile sur Chanu.

Don confirmé en 1477 : Robert De BEAUMANOIR baron de la Lande-Patry tient sous lui du duc d'Alençon et du Maine une franche vavassorie tenue de faire ou payer un éperon par an. Franc-tenant : l'abbé de Belle-Étoile, aveux de Jehan, Michel et Jacques De LA LANDE du 27 avril 1460 suivent un aveux du 20 octobre 1391 et précède un aveux de 1499 de Guillemette De LARCHAMP veuve de Guillaume De GRIMOUVILLE (AD 61 H 236).


Les Abbés de Belle-Etoile, Seigneurs de Chanu Fichier:BelleEtoileAbbes.pdf


Les limites de la seigneurie sont Landisacq, Saint Paul et la Chapelle Biche, les Huttereaux, la Haie, la Fillière, la Pichardière et la Maçonnière avec quelques enclaves de la seigneurie du Mesle, du fief de Lonlay (la Hubertière) et du fief de Larchamp (la Bénardière).

Les dossiers d'aveux de 33 masures qui ont été conservés (AD 61 H 238-249) sont composés de parchemins et papiers liés entre eux. Ils donnent au minimum le nom du seigneur, le nom de l'ainé, le nom de la masure, la surface, les limites, les devoirs et parfois sur plusieurs pages le nom de tous les puinés, les bâtiments, pièces de terre avec le nom des voisins, ruisseaux, chemins, croix et très rarement un plan.

Une masure, vavassorie, aînesse ou arrière-fief est une terre roturière dont la condition se rapproche le plus des terres nobles. Elle est divisable à l'infini et composée de maisons d'habitation, granges, étables, fontaines, cours, courtils, jardins, terres labourables, prés, mares, parfois écuries, boutiques (à cloutiers), ouvroir, forges, clos à chennevière, fournil, pressoir. Cet ensemble forme un bloc représenté par l'ainé auprès du seigneur. En son nom et pour tous ses puinés, il tient les aveux et participe aux assemblés de tous les tenants (Gages-Pleige de 1563 à 1787 (AD 61 H 250-257).

ChanuFiefs.JPG


Aupésiere : 1450 Bertrand BOUCHER (17 acres), 1624 DUCHESNAY
Aubrière : 1418 AUBRIERE (12 acres), 1563 AUBRIERE, LEPRINCE, 1608 MOULIN.
Barberelle : 1563 VAUBAILLON (2 acres), LEPRINCE, 1632 MOULIN, PLANSON, HUET.
Bischetière : 1402 De SAINTE MARIE (40 acres).
Buissons : 1403 DUGUAY, 1563 LEPRINCE, 1613, aveux De PRINCEY Ecuyer (LEPRINCE, 1/8 de fief, 100 acres).
Blaire : 1563 HELIX, 1624 HELIX, LECONTE.
Blanche (Masure) 1428 EUCLIN (4 acres) 1455 GUIOT (4 acres) 1576 CHANCEREL (73 acres, probable intégration des terres CHANCEREL citées dans les aveux de Vaultiou en 1499), JARDIN, LEPRINCE, RACINE, JOSEPH/JOSEL, RIANT. L'aveu de 1574 donne le parchemin original avec la copie sur 15 pages de la description de toutes les terres avec les noms de leurs possesseurs, aveux de 1667 sur 23 pages et 43 signatures ou marques (AD 61 H 239)
Brousses : 1419 JEHAN dit ROBIET (66 acres) HUET, SALLES, LEPRINCE, 1563 VAUBAILLON, 1608 HUET, LEPRINCE, VAUBAILLON, DUMONT, BRIOSNE, SALLES, AUBRIERE. Aveu de 1627 sur 12 pages (AD 61 H 240), présence d'une mare en 1310 (H 226)
Chesnay : 1511 DUCHESNAY, 1563 PLANCON (47 acres) LEPRINCE, DUCHEMIN, BRIOSNE, FORGOT, HUET, 1624 DUCHESNAY, DELAHAIE, DANY, HUBERT, AUBRIERE, PONTHOMME, LEPRINCE, PLANCON, VAUTIER, BESNARD.
Domaines : Manoir Presbytèral (14 acres)
Filière : 1618 DAVY (1 acre).
Flaudière : 1624 LEPRINCE (15 acres).
Gestière : 1428 BELOYE (20 acres).
Gonfrère : 1430 GONFREY, 1733 GONFREY (1 acre).
Grossière : 1433 DES BROUCES, 1499 LIMODIN, 1563 HERGAULT (22 acres), 1628 LIMODIN.
Hamel : 1563 DAVY.
Huardière : aveux avec Visance.
Huttereaux : 1624 De CRUZ (8 vergées).
Mainfrère : 1450 ANGEART (34 acres), 1563 ANGEARD, LIMODIN, CHAUNIN, LE MULET, ROY, LEPRINCE, BEAUGRAND, RIANT, LE LACQUET, HUET, 1624 ANGIBARD, HERGAULT, BEAUGRAND, LEPRINCE.
Métairie : 1563 HOUVET, De LARCHAMP, VAULTIER, DELAHAIE, JOSEF, HUET, POSTEL, 1577 HOUVET (30 acres), LEPRINCE, FOUGERAY, HUET, DELAHAIE, VAULTIER, JOSEL, VAUBAILLON, LE LACQUET. L'aveu de 1577 donne le parchemin original avec la copie sur 10 pages (AD 61 H 244).
Mezerette : 1499 BESNARD, (10 acres) De GRIMOUVILLE, HUET, DUCHESNAY, LEPRINCE, RACINE.
Mignotière : 1434 LE TIRANT (80 acres) GONFREY, HUBERT, BELOYE, DELAHAIE, 1484 VAULTIER, HUBERT, ANGEARD, BELLOYE, DELAHAIE, 1563 baron De LARCHAMP, VAULTIER, 1620 HUET, ANGER, PLANCON, CHRETIEN, HONNET, BRIOSNE, LE MAISTRE, RACINE, DELAHAIE, BRIOSNE, POSTEL. L'aveu de 1667 donne sur 14 pages la descriptions de toutes les terres avec les possesseurs, 25 signatures ou marques (AD 61 H 244).
Pichardière : 1427 LE BROUCEY (24 acres), 1434 ENEULT (touche au Fief de Coulombières), 1563 LECONTE, 1621 De PRINCEY.
Plansonnière : 1394 PLANSON, 1434 PLANSON (24 acres) HEHIE, 1563 FORGOT, DUMONT, LEPRINCE, 1626 HELIX, LEPRINCE.
Pont Herbout : 1527 BEAUGRAND (20 acres), LIMODIN, JARDIN, SALLES, GUIOT, 1624 BEAUGRAND, De LARCHAMP, LIMODIN, GUIOT, RIANT, HELIX.
Racinière : 1452 RACINE (5 acres).
Rosées : 1427 AUBRIERE (3 acres), 1541 AUBRIERE.
Rousselière : 1667 De PRINCEY.
Tardivière : 1402 LARCHIER dit BEAUME (12 acres), HARDOIN, 1472 POULIN, 1502 HARDOIN, 1563 HARDOIN, FORGOT, DUMONT, BRIOSNE, 1624 HARDOIN, POULIN.
Valfortin : 1563 BEAUGRAND (3 vergée).
Vallées : 1409 LEPRINCE (45 acres), 1561 LEPRINCE, De LARCHAMP, POSTEL, 1574 LEPRINCE, DELAHAIE, POSTEL, 1626 LEPRINCE, MONTEMBAUT, BRIOSNE, ROBIET. L'aveu de 1574 donne le parchemin original et la copie sur 10 pages de la description de toutes les terres avec les noms des possesseurs (AD 61 H 247).
Vaubaillon : 1326 De LARCHAMP Vente par Raol De LARCHAMP, rente payée par Guillaume DES BUISSONS, Raol DES BROUCE, Gueffrey DES BROUCES lesdits HUBERT, 1434 De LARCHAMP (15 acres) HAVAS, 1554 LEPRINCE, De LARCHAMP, 1563 LEPRINCE, VAUBAILLON, 1624 De LARCHAMP, HUBERT, BOUCHER.
Vaultiou : 1440 GUIOT (40 acres) BEAUGRAND, JARDIN, 1499 JARDIN (42 acres) LIMODIN, GUIOT, BEAUGRAND, RIANT (touche les Hoirs de Jehan CHANCEREL), 1564 BEAUGRAND, HELIX, BRIOSNE, LEPRINCE.
Visance : 1305 Don de Robert De La RIVIERE à Jehan BURNEL pour son mariage avec Colette fille d' André escuier, 1427 PINET (10 acres), 1435 BRIOSNE, JODET, POULLAIN, LEPRINCE, 1443 BRIOSNE, 1455 BRIOSNE, 1487 BRIOSNE, POULIN, 1526 BRIOSNE, POULIN, JODET, LEPRINCE, 1563 BRIOSNE, 1624 BRIOSNE, 1631 BRIOSNE, MADELINE (A l'aveu de 1526 est lié un plan coloré avec l'Eglise de Chanu et 3 maisons, la fontaine St Martin, les terres des Domaines, Rosées, Huardière, Renaudière avec 2 maisons, Chesnay, la rivière de Visance).

Analyse des aveux


  • Métrologie

Dans le procès-verbal d'un débat de tenure entre l'abbaye de Belle-Étoile et le seigneur de la Fresnaye et du Mesle, l'arpenteur-juré de la vicomté de Mortain utilise : 12 pouces par pied, 22 pieds par perche, 40 perches à la vergée et 4 vergées à l'acre (AD 61 4E 160/3, 24-11-1642, Pierre De NEUFVILLE)

La perche de 484 pieds carrés= 51,7 m², la vergée= 2 064 m², l'acre= 8 256 m²


  • Les Gages Pleiges de 1561 à 1788 (AD 61 H 250 à 261).
Abbaye de Belle-Étoile
Cloître reconstruit vers 1500 par les abbés Thomas CHANCEREL et Jehan LEPRINCE

Les gages pleiges sont les assemblées des hommes et sujets de la seigneurie. Ils donnent des milliers de noms, les transferts de propriétés permettant des liaisons entre les aveux et le cadastre napoléonien, les héritiers, veuves, tutelles, droits lignagés, filiations en cas d'homonymie, échanges, contrats de fieffes, bail d'héritage pour paiement de dot et de nombreuses informations sur la vie sociale.

Ils sont tenus par le sénéchal, souvent un avocat, de 1561 à 1565 : Gérard RACINE, Jehan RACINE, Jehan DUPONT, ou le Bailli, avec la permission du seigneur abbé de Belle-Étoile et la présence du prévôt. Entre 1561 et 1565 : Jullien et Thomas HARDOIN, Gille LEPRINCE mis en défaut et commission donnée à Jehan CHANCEREL, Guillaume AUBRIERE récusé pour ébriété et potation, Jehan BRIOSNE, François BRIOSNE (1564). Le lieu est variable, souvent dans une des masures de la seigneurie: Tardivière, Blaire, Vallerie, Pont-Herbout.


Abbaye de Belle-Étoile
L'hôtellerie

Sous la cote : AD 61 H 250, un cahier de 228 pages contient les greffes de 29 plaids tenus entre le 26/02/1561 et le 10/09/1565. Sont présents : Maître Gérard RACINE, Maître Jehan RACINE, Maître Georges AUBRIERE, Maître Robert DELAHAIE, Maître Denys CHANCEREL, Maître Robert DUCHESNAY, Maître Marguerin JARDIN, Maître Jehan HUBERT, Maître Michel PRIEUR, Honnête Homme Jehan LECONTE, Honnête Homme Pierre LEPRINCE, Maître Michel LEPRINCE sieur de la Havassière (1562), Maître Pierre LEPRINCE sieur de la Havassière (1563), le sieur de la Racinière, le sieur de la Pichardière, le baron de Larchamp.

Le 20/05/1562 : sur 8 pages, liste de 136 aînés et puinés signée par Pierre LEPRINCE.

Le 15/09/1563 : suite au pillage de l'abbaye de Belle-Etoile par les Huguenots et la disparition des titres, appel des aînés en présence de Jehan LECONTE, Pierre LEPRINCE, Me Gilles HAVAS tabellion et Jehan BRIOSNE prévôt. 14 aînés sont présents: Jullien HELIX Blaire, Jehan FORGET Plançonnière, Denys LEPRINCE Flaudière et Vallées, Guillaume BRIOSNE Visance, Jehan LECONTE Pichardière, Guillaume DANY Hamel, Thomas HARDOIN Tardivière, François HUET Brousses, Thomas LIMODIN Grossière, Gilles BEAUGRAND Pont Herboult, Jehan BEAUGRAND Vaultion, Jehan CHANCEREL Blanche, Guillaume PIGNARD Mignotière, Guillaume VAUBAILLON Barbrolle. Le 30-10-1563: Georges LEPRINCE Vaubaillon, Guillaume BRIOSNE Visance, Thomas PLANSON Chesnay, Jehan ANGEARD Mainfrère, Jehan HONNET Métairie. Le 4-11-1563: Jehan ANGEARD Grossière, Guillaume et Denys VAUBAILLON Barbrolle, Jehan BEAUGRAND Val Fortin, Robert DUCHESNAY Aupessière. Le 29/06/1564 : Le baron de Larchamp Mignotière.


Celui du 29 juin 1564 est tenu par le Bailli de la seigneurie. Le prévôt Jehan BRIOSNE ayant appelé par deux dimanches les hommes et sujets, il se tient en présence de Georges de Grimouville baron de Larchamp qui tient sous lui la vavassorie de Chanu aux Religieux de Belle Etoile, son procureur et Richard LEFEBVRE prieur de Chanu. Il donne sur 15 pages 161 noms d'aînés et puinés de 18 masures : 24 : LEPRINCE, 12 : HELIX, BRIOSNE, 10 : LIMODIN, 7 : JARDIN, HUET, HARDOIN, JOSSEL, 6 : DELAHAIE, BEAUGRAND, LE LACQUET, VAULTIER, GUIOT, 5 : POSTEL, 4 : VAUBAILLON, 3 : HAVAS, FORGET, RIANT, AUBRIERE, 2 : PLANSON, DUMOND, De LARCHAMP, 1 : LECONTE, CHANCEREL, DOISNEL, ANGEARD, CHAUNIN, LE MULET, SALLES, HONNET, FOUGERAY, DANY, GOSSELIN, BESNARD, SOREL.


Sous la cote : AD 61 H 251, 306 pages, 10 pages entre 1601 et 1606 : Jehan RABACHE lieutenant du sénéchal, Jehan PLANSON notaire greffier , François HUET aîné des Brousses, Jehan HARDOIN aîné de la Tardivière, Jehan LEPRINCE aîné de Vaubaillon, Cosme BESNARD, Me Jacques LEPRINCE sieur de la Havassière puiné de la masure à la Blanche.

Suivent 296 pages de plaids entre 1624 et 1629 : Richard LEMAISTRE tabellion greffier, prévôts : Pierre AUBRIERE, Denis DANY, Marin DANY, Jehan HARDOIN, Claude HARDOIN, Jehan De LARCHAMP, Richard SOULAIN, Pierre SALLES, signatures : Michel NIOBE prieur de Belle-Etoile, Pierre SALLES, André VAULTIER, François De MALHERBE, Guillaume LE BAILLI, Me Jean RACINE, François LEPRINCE prêtre, François De PRINCEY, Philippe CHANCEREL, François POSTEL, Pierre et Guillaume BESNARD, Guillaume HUET, HELIX.

Adjudication du droit d'aînesse de la masure de l'Aupessière.

Noble François De PRINCEY dit avoir droit de garenne, colombier, sépulture et droits honorifiques dans l'église, droits de gages pleiges, juridiction sur les masures des Vallées et Rousselière. (Voir AD 61 H 235 pour les procès.)

Le 10-9-1624 Jacques de CRUX ,baron de Larchamp, calviniste convaincu auquel Henry IV avait donné l'abbaye de Belle-Étoile pour le remercier d'avoir combattu contre les Ligueurs demande que les pleds soient tenus en son nom à la place du nouvel abbé. (Voir Dr Jean fournée, Abbaye de Belle-Etoile PBN 1974 pages : 79 à 100 sur le saccage de l'Abbaye par De CRUX.)


Confrérie de Notre-Dame du Rosaire

Le 12-9-1627, érection d'une Confrérie de N.-D. du Rosaire sur l'autel de l'église de Chanu avant la construction d'une chapelle. Présents dans l'acte : M{{e} Joachim MOULLIN prieur de Chanu, Maîtres François et Jacques dits LE PRINCAY, Denys De LARCHAMP, Jean HELIE, Jacques POSTEL prêtres et clercs de la paroisse de Chanu, Pierre De NEUFVILLE, seigneur de la Fresnaye, sieur du Mesle et du Fougeré, Dlle Florence d'HEMERY son épouse, Guillaume De La FRESNAYE, sieur de la Fosse et de la Chancellerie (fils naturel de feu Monsieur De SAINTE-MARIE seigneur de la Fresnaye), Anthoyne Du BOYS sieur des Barres, Dlle ABRAHAM épouse de Me Michel De PRINCE, sieur de la Hubertière, Dlle Rauline RACINE, Me Richard LEMAISTRE sieur de la Basalinière, Madeleine BOUVET son épouse, François HELIE, Anne DUCHEMIN et autres habitants de Chanu. (Copie insérée image 14, E.C. Chanu, 1692-1700, AD 61)


Sous la cote : AD 61 H 252, sur 161 pages, gages pleiges de 1630 à 1632 montre l'évolution de certaines branches des LEPRINCE/De PRINCEY : Noble François De PRINCEY conseiller du roi, Me Jacques De PRINCEY sieur de la Havassières, Me Michel De PRINCEY sieur de la Huberdière, Me Jacques LEPRINCE prêtre, Me François LEPRINCE sieur des Bissons, Honnête Homme Jacques LEPRINCE, Me François LEPRINCE prêtre.

Guillaume De La FRESNAYE sieur de la Fosse, François De MALHERBE sieur de la Renaudière, Denis HOUVET sieur de la Métairie, Jehan FOURNIL sieur de la Planche, Me Vincent LE GOT. Signatures : Michel De PRINCEY, Me François LEPRINCE, Jacques LEPRINCE, Me François HELIX tabellion, Me Jacques HELIX prêtre, Me Etienne CHANCEREL prêtre, Nouel HELIX, Me Denis RACINE, Me Denis De LARCHAMP, DUCHESNAY, POSTEL, VAUBAILLON.


Les principaux paroissiens de Chanu en 1641

En 1641, les prêtres et les principaux paroissiens confirment que le seigneur de la Fresnaye possède : banc, sépultures et insignes dans le chœur de l'église de Chanu. Me Jean LEPRINCE, prieur curé, 87 ans, Me Denis De LARCHAMP, 65 ans, Me Etienne CHANCEREL, 50 ans, Me Jacques POSTEL, 40 ans, Me Pierre PRIEUR, 25 ans, Me Pierre GUIOT, 24 ans, tous natifs et officiants de Chanu, Jean HOUVET, 55 ans, Louis CHANCEREL (Maigrière) 55 ans, Charles LEMAISTRE (la Fontaine), 30 ans, Robert BESNARD, Robert CHANCEREL (Chancellerie), 80 ans, Pierre HELIX, Tabellion royal (AD 61 80 J 8)

En 1642, pour confesser et faire communier plus commodément les paroissiens, Bonaventure LEFEBVRE Prieur de Chanu, Pierre De NEUVILLE, François, Jacques et Michel De PRINCEY, Charles LEMAITRE, Jean HELIX fils Lucas, François LEPRINCE, Jean MADELINE, François et Denis POSTEL, Denis DAVY, Jean GUIOT, François HOUVET, Denis HELIX, Simon De LARCHAMP, François MOULLIN, Julien GUIOT et Louis CHANCEREL commandent pour 320 Livres de travaux à Isaac BUSNOT maître menuisier de Larchamp : une contretable avec deux colonnes corinthiennes, deux angelots tenant des cubes et la place d'un petit tableau, un grand autel sur deux marches et trottoir, la moitié fermant à clef pour les ornements, deux crédences, deux gradins de six chandeliers sur l'autel, un balustre de deux pieds et demi de haut en travers de l'église avec une muraille pour communion avec au milieu deux guichets , une chaire à prêcher, un lutrin pour porter le livre à chanter la messe et une porte entre le chœur et le cimetière (AD 61 80 J8, 16-11-1642)


Sous la cote : AD 61 H 253, cahier de 235 pages, pleds de 1650 à 1671. Pierre HELIX tabellion royal greffier, prévôts : Marin LIMODIN, Charles LEMAISTRE, Denis HELIX. Prêtres : Me Denis De LARCHAMP, Me Jacques POSTEL, Me Germain DUCHESNAY, Me Gabriel CHANCEREL, baron De LARCHAMP puis 26-2-1671 comtesse De FLERS, Gabriel De NEUFVILLE, Jean Baptiste GILBERT conseiller du roi, Guillaume De PRINCEY escuier sieur des Bissons, Michel De PRINCEY sieur de la Huberdière, Simon De PRINCEY sieur de la Havassière, Me Gérard LE SENECHAL, Me Charles RACINE sieur de la Ricollière, Hoirs Denis RACINE sieur de la Racinière, Me Thomas LE ROY sieur de Langevinière, Me Pierre LEMAISTRE sieur de la Bassilinière, Charles LEMAISTRE sieur des Fontaines, 18-7-1653 : François MOULLIN aîné de la Barbrolle, 20-2-1671 : Me Jacques De PRINCEY sieur de l'Aubrière.

Le 4-2-1671, saisie de la masure de la Métairie pour défaut d'aveux, devoirs et rentes non payés par les héritiers d'Etienne HOUVET aîné de la Métairie. Trois criées par trois dimanches consécutifs : une maison manable de 40 pieds de long, le dessous servant d'écurie et le dessus de salle et grenier, huit pièces de terre. Adjudicataire: Jean GILBERT le 4-7-1675 (AD 61 H 244).

Gillebert

Le 20-2-1671, Jean Baptiste GILBERT avocat du roi est aîné de la Blaire (Jean-Baptiste GILLEBERT sieur de la Jaminière, écuyer, conseiller du roi, avocat à Domfront).

Signatures : Michel De PRINCEY, Me Denis De LARCHAMP, André CHANCEREL, Me Gabriel CHANCEREL, François MOULLIN, Marin LIMODIN, Richard LEMAISTRE, Guillaume HUET, Jean HUREL, Laurent FOURNIL, Michel HARDY, HELIX, HUET, DOISNEL, LECHEVREL, HERGAULT, LEPRINCE. Signatures de cloutiers : Gabriel HARDOIN Hubertière, Julien HUET fils Pierre, Noel BOUCHER fils Germain Lanfrère, Noel ANGER, Thomas ANGER, Guillaume ANGER fils François, Lanfrère, Michel BESNARD Hamel, Jean MONTEMBAUT Brousses, Jean GARNIER marchand.


Sous la cote : AD 61 H 254, 15 pages sur la tenue des pleds, gage pleige et élection de prévôts du jeudi 12-7-1690 au village des Brousses annoncée le dimanche 25 juin à l'issue de la grande messe par François BRIONE en présence de Denis ANGER Filière, Denis et François CHANCEREL, et François AUBRIERE. Charles LEMAISTRE notaire greffier. Service de prévoté : Macé DESRAMEE, David BAILLE, Nicolas et Michel LEPRINCE.

Me Germain DUCHESNAY prêtre, Me Gabriel LE ROY prêtre, Me Jacques De PRINCEY sieur de l'Aubrière, Me Michel RACINE ,Germain HONNET sieur de la Huberdière.

Nicolas De LA ROQUE seigneur de Montsecret aîné des Bissons et de la Rousselière

Thomas MOULIN, Pasquier CHANCEREL et Germain LEPRINCE héritiers de Charles HELIX.

Les tenants de la Blanche et des Brousses condamnés au paiement du Relief pour la mort de l'aîné.


Sous la cote : AD 61 H 257, un cahier de 88 pages contient le rapport du 16/11/1733. Le dimanche 01/11/1733, à l'issue de la messe, Jacques PERIER sergent royal à la demande du procureur des religieux fait savoir à tous les tenants et vassaux du fief de Chanu, la tenue des Pleds de Gage Pleige le 16-11-1733 au manoir presbytéral vers les onze heures du matin pour y représenter les contraveux, payer les treizièmes, faire leurs déclarations, payer les rentes seigneuriales et élire le prévôt. Témoins : Pierre LEPRINCE, Patrice LECONTE, Michel CAILLEBOTTE, Pierre LEPRINCE.

Tenu par Jean Baptiste LE LACQUET sieur de la Rivière, avocat en présence de Jacques GOSSELIN notaire royal, ce document contient : la description de toutes les terres de 31 masures appartenant à 355 tenants et vassaux :

Les héritiers de Me Thomas MOULIN escuier aîné des masures des Bissons, Vallées, Rousselière, Bischetière, Val Fortin, Aupésière et Racinière (présence d'une chapelle dans la masure des Brousses). Me François LE LACQUET sieur de la Bunodière, aîné de la Grossière et des Domaines. Gabriel Du BUR escuier, Marguerite De PRINCEY Dlle de l'Aubrière, le comte de FLERS, Jacques De La ROQUE, Pierre De CHAUFFOUR, Jean LEMAITRE sieur de la Prairie, Charles LEMAITRE sieur des Fontaines, Laurent ROUSSEAU sieur de la Vente, Me Denis MADELINE sieur du Bouillon, Me Charles LE ROY sieur de l'Angevinière, Me Edmond François HOUVET sieur de la Hubertière, Me Thomas LEPRINCE, Me Etienne HUARD, Me Jean Baptiste DUCHESNAY, Me Denis LEFEBVRE prêtres.

50 : LEPRINCE, 19 : HELIX, 16 : BRIONE, 15 : CHANCEREL, 12 : MONTEMBAUT, GUIOT, 11 : DELAHAIE, 10 : HOUVET, 9 : DUCHESNAY, 8 : BEAUGRAND, 7 : HUET, MADELINE, MALHERBE, HARDOIN, 6 : VAUBAILLON, YVER, 5 : POSTEL, VAUTIER, 4 : HERGAULT, RIANT, DELALANDE, De LARCHAMP, LEFEBVRE, 3 : ROBIET, HAVAS, HUARD, HUREL, BAILLET, HARDY, PLANSON, PETIT, ANGER, 2 : LE MONNIER, JAMET, AUVRAY, FRILOUX, CAILLEBOTTE, DESRAMEE, GASTE, BENARD, SALLES, DAVID, HAMARD, LAIR, LE BAILLIF, BLAIST, LIMODIN, DUGUE, LISIAUX, SOULAIN, AUBRIERE, 1 : MANSEL, LECONTE, HODIENNE, CHAUNIN, BERTRAND, GALLIER, GUILLAUME, VANMOUSSE, DUMONT, BARBOT, DEVERE, HAMARD, GALLIN, FOUQUAUT, COTARD, THIERY, MAUMOURY, HUBERT, FOUCAULT, GALLIEN, BOUCHER, AUBERT, PETIT, LE LIEVRE, ROBERT, BARBEY, MOUSSET, MILLET, PELOIN, FOURNIL, DESPOIS, LE BATARD, LE BALLEUR, DUFAY, MALAGRAY, GONFREY.


La Chapelle Notre-Dame des Brousses

Dans les gages pleiges de 1733, pour la masures des Brousses, les héritiers de Thomas MOULIN tiennent une chapelle autorisée par bref du Pape Clément XI le 16-8-1712 et construite en 1727 sous le vocable de Notre-Dame par Thomas MOULLIN, marchand de Chanu, adjudicataire des messageries de Normandie et de Bretagne vers Paris et conseiller secrétaire du roi à Domfront.

Chapelains : Charles HARDOIN, sieur de la Tardivière, prêtre de Chanu, Jacques CHANCEREL, vicaire de Chanu nommé le 7-5-1759 par Marie-Louise Le Frère De Maison veuve de Charles MOULLIN, sieur des Bissons, Jacques-Pierre MOULLIN, sieur de la Racinière, acolyte (AD 61 4E 159/267 n°2057,10-6-1760), François VAUBAILLON, prêtre de la Lande-Patry nommé le 7-10-1772 (Surville, La Baronnie, page : 34)


En 1735, la population de Chanu est de 441 feux (Claude-Marin SAUGRON: Nouveau dénombrement du Royaume par généralités, élections, paroisses et feux. Chanu, page : 80 (sur Gallica)


Sous la cote : AD 61 H 257, sur 126 feuillets, plaids de 1733 à 1744 tenus par J. B. LE LACQUET bailli de Flers
Sous la cote : AD 61 H 258, sur 113 feuillets, plaids de 1749 à 1757, en 1749 tenus au village de la Blaire, frère Julien BERNARD procureur des Religieux, en 1757 frère Guillaume PLANQUOIS procureur des Religieux
Sous la cote : AD 61 H 259, sur 115 feuillets, plaids de 1760-1761, frère Guillaume PLANQUOIS procureur de l'abbaye de Belle-Étoile
Sous la cote : AD 61 H 260, sur 55 feuillets, plaids de 1763 à 1770, tenus par Etienne JOUENNE sieur des Montiers, avocat à Condé-sur-Noireau, frère J. F. GOT procureur de l'Abbaye (1763), frère P. Nicolas CHAUVEL (1770)
Sous la cote : AD 61 H 261, sur 208 feuillets, plaids de 1780 à 1788, P. BINET prieur de Belle-Étoile, Etienne JOUENNE sénéchal, J. B. René GUERIN notaire royal à la Lande-Patry (1780)


  • Les Aveux
Église et prieuré vers 1640

Les rentes seigneuriales

Les tenants paient les rentes à la St Jean Baptiste, la St Michel, la Chandeleur, la St Jean d'hiver et à Noël. Tous paient des rentes en argent à la St Jean-Baptiste et la St Michel et environ la moitié donnent des poules. Les Vallées doivent des canards, Blaire, Billotière, Chesnay, Tardivière des chappons, Huardière des poulets. Les volailles sont donnés à Noël. Les Vallées, Ampérière et Huttereaux ont la pitance, Bissons, Ampésière et Chesnay le regard, Vallées, Bissons, Chesnay, Aubrière, Blanche, Grossière, Mezerettes le charroy, Gestière, Visance, Huardière, Mezerettes et Val Fortin donnent des boisseaux d'avoine.

Pont Herboult doit des ouvrages au moulin, Vallées la garde du moulin de Vaubaillon (1409), Aupessiere et Chesnay sont sujets à avenage si charroi, Vaultiou si charroi à huit bêtes, Grossière sujet à ouvrage à la St Michel et à la fête de février et 5 sols pour la forfaiture de ROUSSEAU. L'Aupessière paie 5 sols pour la bénédiction de Collin DES BROUSSES et 6 sols 2 deniers pour la bénédiction de Perrin CHANCEREL. Cette bénédiction vient du don fait en 1456 par Perrin CHANCEREL à l'abbaye de Belle-Etoile d'une rente perpétuelle sur Bertrand BOUCHER aîné de l'Aupessière (AD 61 H 3325).


Le Prieur

Les domaines en fief et aumônes du prieur : en 1733, 14 acres de terres, le manoir presbytéral avec cuisine, salle, pressoir, écurie, chambres et grenier au dessus, une grange, une étable, un fournil et un corps de logis servant à loger les dîmes de la paroisse (AD 61 H 257).

Les dîmes du Prieur: Grosses dîmes: blés, foins, pommes, poires, linage (chanvre), charnage (viandes des bestiaux)...Dîmes insolites: animaux: veaux, cochons, brebis...Menues dîmes: fruits des jardins clos: pois, fèves, parfois le sarrasin...Dîmes novales: sur les terres nouvellement défrichées (Auguste Surville, La baronnie, page: 38)


1409 Aveu de Thomas LEPRINCE
Masure des Vallées

Les aînés

Le seigneur abbé tient l'aîné par foi et par hommage, lui et ses hommes dans les premiers aveux, puis lui et ses puînés et au XVIIIe siècle, le tenant et ses vassaux. L'aîné est réputé être le fils du précédent. Il recueille la maison manable principale ce qui permet de situer l'origine de la masure. Une femme peut transmettre ses biens, son époux devient aîné ou puiné à cause de sa femme. Les enfants sous âge sont représentés par leur tuteur. S'ils sont aînés et ne peuvent accomplir les charges liées à la fonction il y a adjudication. Les aînés doivent faire élection et servir de prévôt en leur rang et degré, aller moudre leurs blés au moulin de la seigneurie, annoncer les épaves et soutenir paréage outre obéissance tant eux que leurs puînés aux gages pleiges, court, usages et juridiction de la seigneurie et déclarer s'ils viennent à croissance, payer les ventes, arrières ventes, relief et aides coutumières.


Le bâti

À partir du début du XVIe siècle, les aveux sont suffisamment détaillés pour avoir une idée du bati, son organisation et son évolution. Si quelques masures sont constituées uniquement de terres, la plupart sont pourvues d'un à plusieurs dizaines de bâtiments près d'un point d'eau, organisés sur la rue du village, parfois une cour commune.

Les Bissons

On note une différence entre les zones granitiques où chaque masure a son village centre et la bande de terre qui s'étend à l'est des fermes du fief de la Fresnaye. La plus importante masure de la seigneurie de Chanu : la Mignotière, 108 acres de terre entre le chemin des Fontaines à Larchamp et celui de Chanu à la Bénardière voit son habitat repoussé aux villages des Fontaines, de la Haie et de la Métairie. Cette tendance est confirmée par les 22 acres de la masure de la Grossière qui touche à l'étang des Huttereaux.

Les aveux et gages pleiges donnent pour la masure de Pont Herbout, le nombre et la nature des bâtiments pour les années : 1527, 1570, 1627, 1667, 1717 et 1733.

Les voies antiques
1527 : 9 carrées maisons dont 2,5 maisons manables, 0,5 grange et pressoir plus un fournil dans un jardin
1570 : 17 carrées de maisons dont 4 carrés de maisons manables et 13 carrées de maisons.
1627 : 18 carrées de maisons dont un corps de logis de 3 carrées, un corps de logis, une maison manable, une carrée avec une chambre dessus et une forge cloutière, 3 granges, 1 étable, 1 cellier.
1667 : 21 carrées de maisons dont 9 salles, 1 chambre, 9 étables et 2 granges.
1717 : 21 carrées de maisons dont un ensemble de 9 carrées à la Bunodière servant à salles, une chambre, grange, étables et cave, 5 étables, 1 chambre, 5 salles, un carré de maison et une vieille maison.
1733 : 22,5 carrées de maisons avec le même ensemble de 9 carrées à la Bunodière.

De 1577 à 1667, la masure à la Blanche passe de 16 bâtiments dont 6 maisons manables, 5 maisons et 5 granges à 52 carrées de maisons dont 8 granges, 11 étables, 3 pressoir et une boutique (à cloutiers) en 1667. La masure de la Métairie passe de 8 maisons en 1577 à 28 carrées de maisons en 1667.

En 1640, l'église est de plan rectangulaire avec un clocher en charpente entre le choeur et la nef, elle est accompagnée de trois bâtiments proches de la fontaine St Martin. (Document graphique AD 61 H 249)


En 1571, 4 acres 3 vergées de terre à la Maigrière coûtent 75 Livres soit: 20 Livres l'acre (vente de Christophe LIMODIN à Georges De GRIMOUVILLE, AD 61 4E 160/1, 25-5-1571)

En 1630, trois carrées de maisons servant à salle, grange et étable, cour et jardin à herbes, deux pièces de terre labourables et trois prés coûtent 1145 Livres plus 25 Livres de vin dont le pré du Ratoir de la sieurie de Savigny : 400 Livres (vente Jacques De PRINCEY/Jean MADELAINE, 23-5-1630, tab: François HELIX et François BERTRAND la Lande-Patry)

En 1666, une carrée de maison coûte 450 Livres en fournitures et façon dont: 250 Livres pour la pierre et 200 Livres pour la charpente (AD 61 4E 160/25, 28-4-1666, Me Gabriel CHANCEREL).

En 1683, le fermier de la Chancelerie doit 2 000 essentes et 100 gerbes de paille de glui sur la maison, maçonner la grange à sable et chaux et en 1701, on trouve des ardoises et des briques au château de la Fresnaye. (Jacques De NEUFVILLE, AD 61 4E 159/4, 29-10-1683 image 4, Anthoyne De PELVE, AD 61 4E 159/13, 12-10-1701)


  • Les voies antiques
    Le chemin

Dans les aveux de la masure de la Pichardière, on trouve dès 1427 et dans les aveux suivants une limite formé par le chemin chaussé. C'est une voie antique de 10 pieds de large qui relie Bayeux et Vieux à Jublains et le Mans. Elle sert de limite aux paroisses de Larchamp, Beauchêne, Chanu, St-Cornier, Landisacq, Frênes, Moncy, St-Germain-du-Crioult, Pontécoulant et Proussy. Au sud de Chanu, elle passe par Lonlay, Domfront, Ambrières et Mayenne. Elle est presque intacte à Chanu près de Préaux et le Champ de la pierre peut indiquer une borne.

Une deuxième voie antique parallèle au chemin chaussé venant de Jublains par Lassay, Champsecret et le Chatelier traverse Chanu en passant par la forêt de Halouze, Pont-Herbout, les Brousses, le Bourg, puis à Landisacq, le Plessis, la haute et basse Hagrie et rejoint le chemin chaussé à 2,5 km au nord de Chanu.(AD 61 H 245, BSAN, 1878, page 241, HUBERT : Voies antiques,page : 178, BERTIN : carte des voies de B-N, APPERT)

Etude de M. Appert

Les LEPRINCE

De Princey 1644

Régulièrement suivis depuis 1409. Au début du XVIIe siècle, les LEPRINCE sont entre 60 et 80 par générations soit de 12 à 15 feux, la plupart au nord-est de Chanu en zone granitique entre la Pichardière, la Plançonnière, la Havassière, Pont-Herbout, les Brousses et la masure à la Blanche.

En 1409 ils sont aînés de la masure des Vallées d'une superficie stable de 45 acres en deux ensembles de terres, la plus grande partie village et terreur des Bissons en zone granitique et la seconde près de la Haie . L'expansion passe en 1419 par les Brousses où ils sont puinés des ROBIET ,Visance en 1435 où les hoirs de Denis LEPRINCE sont puinés des BRIOSNE. En 1563 ils sont aînés des Bissons et de Vaubaillon, puinés des PLANSON au Chesnay ,des CHANCEREL à la Blanche, des ANGERARD à la Mainfrère et des VAUBAILLON à la Barberelle.

L'analyse des aveux de la masure des Vallées de 1574 montre l'organisation du bâti et les liaisons familiales. L'aîné Denys LEPRINCE tient la maison manable avec grange, cour de devant et jardin derrière. Il jouxte à Pierre LEPRINCE Havassière, Eustache et Jehan LEPRINCE, le chemin de l'église. Pierre LEPRINCE Havassière tient une maison manable, cour et jardin de derrière et jouxte à l'aîné. Eustache LEPRINCE tient une vieille maison, cour devant et derrière et jouxte à l'aîné. Jehan LEPRINCE tient une maison avec la cour de devant et derrière, jouxte Eustache. Guillaume LEPRINCE tient une maison, cour et jardin, jouxte Gilles et Gatien LEPRINCE. Jacques LEPRINCE tient une vieille maison avec la cour, jouxte Pierre LEPRINCE Havassière. Gilles LEPRINCE fils de Damien tient à cause de sa femme une maison et une grange, jouxte Guillaume et Gatien LEPRINCE. Les hoirs de Robine fille de Jehan LEPRINCE tiennent une maison avec cour et jardin, jouxtent Guillaume et l'aîné. Gatien LEPRINCE tient une maison, cour de devant et jardin de derrière, jouxte le chemin de l'église et l'aîné. Ces liaisons sont identiques dans la répartition des terres avec en plus dans celles proches de la Haye qui n'ont pas de batiments, Me Robert DELAHAYE, François et Robert POSTEL comme puinés.

En 1625, François LEPRINCE obtient l'autorisation de s'appeler: De PRINCÉ, (De PRINCEY) (AD 61, H 235)

Sur les aveux de 1667: une signature De PRINCEY, une LEPRINCE,une POSTEL, une DELAHAYE et 11 marques LEPRINCE.

Dans la recherche de noblesse de De MARLE en 1666 : Charles De PRINCEY sieur des Buissons, François De PRINCEY sieur du lieu à Chanu, issus de François De PRINCEY annobli en 1644 (Annuaire de l'Orne, 1866, page 92)

Les familles depuis 1322 (2)

  • Seigneurie du Mesle
Campion
Coulombières

Les terres que cette Seigneurie possédait à Chanu : Havasière, Brulay, Hamel, Renaudière / Mézerettes / Richaudière sont surtout importantes par les archives des conflits qu'elles ont provoquées. Elles sont apportées à la Baronnie de la Lande-Patry par Jeanne CAMPION, Dame de la Baronnie de la Haye-du-Puy, veuve de Henri De COULOMBIERES qui aurait reçu en dot la terre de Caligny.

En 1427, la masure de la Pichardière jouxte le fief de Caligny, en 1431 le fief de Coulombières et dans les Aveux suivants, le fief du Mesle.(AD 61 H 245)

En 1553, Georges De GRIMOUVILLE baron de Larchamp et de la Lande-Patry est seigneur du fief et seigneurie du Mesle (AD 61 H 344)

En 1566, aveux des hoirs de Georges HUET et Robert DUCHESNAY pour la Renaudière à Georges De GRIMOUVILLE baron de la Lande-Patry, sieur du Mesle signés Me Gérard RACINE (AD 61 H 244).

En 1640, Débat de tenure sur les surfaces des masures des Mézerettes et Renaudières entre Pierre De NEUFVILLE seigneur de la Fresnaye du Mesle et du Fougeray et Raphael BARRIER prieur de Belle-Etoile devant le Parlement de Rouen (AD 61 H 244) avec rappel des droits et de nombreuses pièces, cités: Jehan BESNARD ancien propriétaire, Guillemette de LARCHAMP 1452, Georges De GRIMOUVILLE 1566 (AD 61 H 244).


  • Sieurie de Savigny

Le pré du Ratoir borné par l'ancien ruisseau de Visance et la masure de Visance est dans la sieurie de Savigny en Landisacq (Vente De PRINCEY/MADELAINE, 23-5-1630, HELIX et BERTRAND, la Lande-Patry)


Seigneurie de la Fresnaye

Larchamp
Mare et village de Préaux
Samoy
Mauny
Dubois
Méheudin
Husson
St-Germain
Harcourt
Colas De Brouville Chancerel d'Ardennes
Sainte-Marie
Pierre CHANCEREL 1474
Emilie CHANCEREL
Née en 1827
Neufville
Pellevé
Ango

La Seigneurie de la Fresnaye qui est mouvante de la Seigneurie du Mesle (AD 61 H 236) couvre le quart ouest de la surface de la paroisse, est limitée par St Cornier, Larchamp, la Pajotière, la Thiboutière, la croix de la Chancellerie et la Cour. Les Seigneurs avaient : droit de Gages Pleiges, Court et Juridiction, Rentes seigneuriales, Devoirs, Oiseaux, Relief, Treizième (AD 61 H 236).

Ses Seigneurs issus des grandes familles féodales normandes furent souvent en conflit avec les Religieux de Belle-Etoile.


1133 : De VILLERS (Bul. Soc. Ant.Normandie 1934 T 42 p18 Gallica), 1229 : De LARCHAMP (AD 61 H 225), 1297 : Plein fief de Villers Bocage qui relevait de l'évêque de Bayeux à cause de Seigneur défaillant (B.S.A.Normandie 1934 T 42 p 34 Gallica), 1318 : Henry De La FRESNAYE (AD 61 H 226), 1409 : Jeanne Du BOIS veuve de Guillaume De SAMOY (AD 61 H 3325),1419 : Jeanne Du BOIS veuve de Guillaume De MEHEUDIN (Registre des dons... Henry V par Charles VAUTIER p 74, 6 Avril 1419, Gallica), 1451 : Samson De SAINT GERMAIN époux de Marguerite De HUSSON petite fille de Jeanne Du BOIS(AD 61 H 3325), vers 1480 : Aubert De SAINT GERMAIN sous tutelle Denys CHANCEREL (AD 61 H 3326), 1500 : Hélie De SAINT GERMAIN (AD 61 H 3325), 1587 : Pierre De HARCOURT fils de Jean et Jeanne De SAINT GERMAIN (Histoire de la Maison d'Harcourt, La Roque, Gallica),1589 : Jacques De SAINTE MARIE (AD 61 H 226), 1616 :Pierre De NEUFVILLE (ad 61 H 236), 1694 : décès Jacques De NEUFVILLE, 1701 : décès LOUIS DE PELVE, 1724 Hyacinthe Louis De PELLEVE, 1776 : ANGO de la MOTTE.


En 1475, dans le temporel de l'Évêché de Bayeux, la Fresnaye est du fief de Villers, Baronnie de Saint-Vigor-le-Grand, "Sonnet De SAINT-GERMAIN tient à cause de sa femme la terre et seigneurie de la Fresnaie assise en la paroisse de Chanus que soulloit tenir Messire Guillaume De SAMOY, chevalier et sa femme a cause d'elle". Le fief de Villers est tenu par Jehan De MAUHUGEON à cause de sa femme Marguerite de MAUGNY/MAUNY, dame de Thorigny (AD 14 6 G 421, archives numérisées: Chapitre Cathédrale de Bayeux, Documents divers, Dénombrement, Images: 47-48)


Le manoir Seigneurial avait encore en 1616, douves et pont-levis (AD 61 H 236). En 1684, il était composé de deux pièces au rez-de-chaussée, deux chambres à l'étage, grenier, cave, chapelle et écurie (4E 159/5 13/1/1684). En 1701, un inventaire donne sur 38 pages l'état des biens d'Anthoine De PELVE seigneur de la Fresnaye (AD 61 4E 159/13, 17-11-1701).

Le domaine non fieffé : bois de Haute Futaie (au nord du Manoir) et taillis, étang (à l'est du Manoir), moulin à bleds de la Fresnaye affermé à la famille POLI, terres labourables et non labourables : la ferme de la Chancellerie (CHANCEREL AD 61 4E 160/11) et de la Thiboutière .


Le domaine fieffé : la masure de la Foutelais, la Servinière : VOISIN, BASSIN, GARNIER, Masure de la Lanfrère : ANGER, PRIEUR, les Fresnayes CHANCEREL, Maigrière (masure de la Lanfrère 25-5-1571, AD 61 4E 160/1) CHANCEREL, ANGER, FORGET, LIMODIN, Masure de la Pajotière CHANCEREL, Préaux CHANCEREL, deux masures "Le fief Roland et au Dougey" dont les CHANCEREL sont aînés (4E 160/23, 27-7-1664), transmettent l'ainesse aux POSTEL (AD 61 4E 159/6, 25/11/1685) et la reprennent en 1725 (AD 61 4E 159/38 du 04/06/1725 Julien fils François fils Julien fils Toussaint fils de Gilles ). En 1646, Philippe CHANCEREL est Sieur du Val de Préaux (AD 61 4E 160/7, 18-10-1646), en 1670, Christophe CHANCEREL Sieur de la Maigrière et en 1694 Jacques CHANCEREL Sieur des Fresnayes. En 1713 Aveu devant le Comte de Flers de Georges VOISIN aisné de la masure de la Servinière (AD 61 4E 159/37, 26-10-1724). En 1725, dans la vente de la Maigrière, deux aveux des masures Bardel et Logisière, Jean ANGER et Michel MALHERBE (AD 61 4E 159/38, 1-10-1725)


Sur le grand chemin de Domfront à Tinchebray, le Val de Préaux est un lieu de rencontre avec hôtellerie, débit de cidre et de poiré. De nombreux actes notariés y sont rédigés. Le 13-11-1484, lors d'un procès entre les férons et la Dame de Larchamp, fut dépensé au Val de Préaux, pour eux et leurs chevaux: 5 sous et 2 deniers, le même soir, au gîte fut dépensé pour la nuit, pour lesdits et leurs chevaux: 12 sous (AD 14 E 453, cité par Mathieux Arnoux dans: Mineurs, férons et maîtres de forges, page: 630)


Pour la taille, la Fresnaye est de la vicomté de Vire, sergenterie de Vassy (sur Gallica : Rôles des tailles et pièces relatives à des impositions diverses, Vire, folio 86: en 1375 : la Fresnoie). Du baillage de Vire, elle relève pour les cas présidiaux du Présidial de Caen (Annuaire de l'Orne 1868, page 26, mémoire historique sur Domfront)

En 1428, la Fresnaye doit 6 guets assis au château de Vire (Parchemin: mss Bibliothèque de Vire C.317 10e pièce)

En 1640, dans le rôle des fiefs: Fief, terre et sieurie de Fresnea possédé par Pierre De NEUFVILLE, écuyer est intégré à Fresnes (Rôles de la noblesse des baillages de Caen, de Cotentin et de Caux, image 168 (sur gallica)

Rôle de la noblesse, 1640

Inventaire du Manoir Seigneurial en 1701

Les CHANCEREL

Régulièrement suivis depuis 1437, les CHANCEREL sont au début du XVIIe siècle entre 60 et 80 par générations soit 12 à 15 feux. Les CHANCEREL de la seigneurie de la Fresnaye représentent plus des deux tiers des CHANCEREL de Chanu, les autres étant regroupés autour de la Masure à la Blanche de la seigneurie de Chanu.

Une différence importante dans la maîtrise de l'écrit apparait dès 1600 entre ceux établis dans la seigneurie de la Fresnaye sur les terres granitiques et ceux de la seigneurie de Chanu. En 1601, Robert CHANCEREL né vers 1580, fils de Julien aîné de la masure à la Blanche fait une marque sur l'aveu comme cinq CHANCEREL dans celui de 1667. Dans la seigneurie de la Fresnaye, les CHANCEREL signant avant 1650 sont nombreux : Robert "Chancellerie" né vers 1567 est témoin de nombreux actes du seigneur, Louis "Maigrière" fils de Benoît né vers 1592 est l'ancêtres des CHANCEREL inhumés dans le portail de l'église et de Léon CHANCEREL réformateur du Théatre français au XXe siècle, Etienne fils de François né vers 1597 est prêtre (AD 61 80 J 8), Toussaint né avant 1600 est marchand, Philippe "Préaux" fils de François né vers 1600 est à l'origine de la branche noble du XVIIIe siècle, les descendants de Charles "Fresnayes" fils Georges né avant 1600 seront les plus importants marchands de clous au XIXe siècle, Jacques fils de Julien né vers 1600 est cloutier et son fils Noel marchand, Charles fils de Thomas est hôtelier, Philippe fils de Joachim père de Mathurin maître-cloutier et Philippe fils de Noel sont nés vers 1600.


Les enfants de Marguerin "Pajotière" sont connus par sa succession en 1641 (AD 61 4E 160/2), en 1649, succession de Thomas "Préaux" fils Julien x Françoise BELHOMME (AD 61 4E 160/11, 20-5-1649), en 1659, celle de Toussaint "Fresnayes" x Françoise LEPRINCE donne sur 12 pages les biens de nombreux CHANCEREL dont l'aînesse du fief Raul Michel (Frênes AD 61 4E 161/10, 10/5/1659) et en 1661, celle de Louis "Maigrière" x Marguerite CHANCEREL, le partage en 6 lots (AD 61 4E 160/21, 24-2-1661). Les signatures sur des ventes ou partages, souvent des prés et terres plantées d'arbres à Chanu, St Cornier et Larchamp permettent d'établir des filiations au delà de l'état civil. Les CHANCEREL "Masure" sont parfaitement connus par les aveux et gages pleiges de la seigneurie de Chanu de 1564 à la Révolution.

Les CHANCEREL en France avant 1915

Le patronyme est stable depuis le début du XVe siècle car ils maîtrisent l'écrit depuis Pierre tabellion de 1474 à 1512 et de nombreux prêtres: Thomas Prieur de Chanu en 1494, Abbé de Belle-Etoile en 1498, présent en 1514, Denys Chapelain de la Fresnaye et tuteur d'Aubert De SAINT-GERMAIN avant 1500, Robert Prieur de Chanu, présent de 1500 à 1540, Denys Prêtre présent en 1562, 1564, 1569, Estienne 1595-1655, Gabriel né en 1628, présent en 1680, Pierre, né en 1633, présent en 1685, Germain présent en 1717, Jacques présent de 1748 à 1758, Chapelain des Brousses en 1759, Pierre Gilles Gabriel né en 1757, présent de 1785 au 27-7-1791, M.... présent du 29-9-1791 au 24-1792.


Frère Thomas CHANCEREL, futur prieur de Chanu et Abbé de Belle-Étoile est présent à l'Université de Caen en 1474 (AD 14, D89 Rectories 1440-1510, image: 157)

Jean CHANCEREL signe le premier acte d'état civil de Chanu le 6-10-1792 et Gilles CHANCEREL né à Chanu celui de Tinchebray le 7-10-1792. Entre 1793 et 1870, les CHANCEREL mesurent de 1,60 m à 1,65 m, ont souvent des cheveux clairs, blonds ou roux et les yeux clairs, bleus ou roux (Matricules Napoléoniens, Recrutements militaires)

Traité de Mariage CHANCEREL de 1569


Le patronyme CHANCEREL dans l'Orne

Les travaux des généalogistes du Pays Bas-Normand mettent en évidence l'hyperconcentration des CHANCEREL à Chanu. Sur 138 paroisses dépouillées et 644 actes de mariages CHANCEREL, plus de 50% sont à Chanu (348) et 75% dans les paroisses limitrophes (St-Cornier: 65, Larchamp: 20, la Chapelle-Biche: 13, Tinchebray: 12, Lonlay: 10, la Lande-Patry: 7, Yvrandes: 5). Seuls 43 mariages à Saint-Pierre-d'Entremont et 20 aux Tourailles sont isolés. Dans le Calvados, 24 mariages CHANCEREL dont 15 à Vassy (Cégécal+Ebbmn)


Á la Chapelle-Biche, à moins d'un km de la masure à la Blanche de la paroisse de Chanu, on trouve une masure nommée: Le Clos Chancerel, ancien village dont il ne reste que quelques pierre en 1893. Elle avait la particularité de devoir douze plats et douze assiettes de bois. Un acte de cette paroisse de 1466 est passé devant Jehan CHANCEREL tabellion en la sergenterie de Vassy → voir carte féodale. (Auguste Surville: Un coin du bocage normand... pages; 32 et 354)

Á Saint-Clair-de-Halouze, au sud de la masure à la Blanche de Chanu, une portion de terre de 14 hectares autrefois de la forêt nommée: Le Défriché CHANCEREL (Le journal de Flers, 21-4-1859, page: 2 (sur Normannia)


Dans les registres de l'Université de Caen, entre 1440 et 1567, les CHANCEREL du diocèse de Bayeux sont présents pendant soixante ans. En 1461 avec Denis, 1474 Frère Thomas Abbaye de Belle-Étoile, 1475 et 1477 Noël, 1484 et 1497 Guillaume, 1500 Jean, 1517 Thomas 1521 Denis (AD 14 D89 Rectories 1440-1510, images: 105, 157, 161, 169, 248, 258, 268)(Rectories 1515-1567, image: 22 et 45)


Sieurie de Beaumanoir

La Bénardière est de la sieurie de Beaumanoir (AD 61 4E 160/1, 19-6-1570) qui est mouvante de la Baronnie de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/5, 12-10-1644). Elle est parfois nommée fief de Larchamp ou de la Grande Verge et comprend à Larchamp: Lozinière, la Jouennière, le Coudray et à la Lande-Patry: le Tremblay, la Salletière, Launay-Morin, le Bois Maillard, la Gomonière, la Gevraisière, Rebion, l'Hodiesnière, la Barrère, le Chesnay, le Hamel-Jenvrin (Auguste Surville, La baronnie de la Lande-Patry, page: 6)


  • Fief du Bois

En 1668, dans l'Aveu de Marie FAUVEL, Baronne de Larchamp, le fief du Bois s'étend sur la Lande-Patry, Chanu et Landisacq (AD 61 240 J 31)


  • Transferts de Propriétés
Rosel
La Rivière
Malherbe

La Noblesse locale fut à l'origine de la Seigneurie de Chanu aux Religieux de Belle Etoile qui restera une vavassorie de la Baronnie de Larchamp / la Lande Patry.


1232 : Droit de patronage de l'Eglise de Chanu, confirmation par Mathilde De La LANDE, 1236 : Confirmation des dons de Hugues PATRY et Emma De LARCHAMP,
1236 : Renoncement de Thomas De LARCHAMP sur ses droits de patronage, 1238 : Don par Mathilde De La LANDE de tout ce qu'elle possède à Chanu sauf le bois Dauphy,
1248 : Don de Yvon PEYSON de tout ce qu'il possède à Chanu, 1241 Vente par Nicolas SEGUIN du fief as BELOYE (Blaire),
1269 : Rente de Guillaume Du ROSEL sur le fief PLANCHON (AD 61 H 225).
1305 : Don par Robert De LA RIVIERE de la masure de Visance à Jehan BURNEL pour son mariage avec Colette fille d'André PENIER (AD 61 H 249)

De 1322 à 1504 Ventes et Achats : HUBERT, ROBIET, SALLES, JEHENNE, BESNARD (AD 61 H 230, 231,232).

En 1466, Sanson De SAINT-GERMAIN, Seigneur de la Fresnaye échange le moulin de Vaubaillon contre une rente de 40 sous avec l'Abbé de Belle-Etoile (AD 61 H 237).


En 1494, Vente d'une portion de la dîme de Chanu contre une rente de 11 Livres par le chapitre de Bayeux à Thomas CHANCEREL prieur de Chanu (AD 61 H 226, lettre lue à l'issue de la Messe en 1497 en présence de: Gilles PLANSON, Richard LIMODIN, Gilles HUET, Gilles HAVAS, Raul PLANSON, le jeune Denys LEPRINCE, Thomas LEPRINCE, Jehan GOSSELIN, Raul PICQUARD, Thomas LIMODIN, Robert LE GOT, signé : Pierre CHANCEREL et Robert PLANSON Tabellions, Collation de 1636 signée : Jacques POSTEL et Jehan HELIS prêtres, Robert CHANCEREL "Chancellerie").

En 1504, Thomas CHANCEREL Abbé de Belle Etoile vend avec l'accord des Religieux: François CAGNON prieur de Chanu et frère Jehan LEPRINCE qui deviendra le dernier Abbé élu de Bellle Etoile après Thomas CHANCEREL, la Terre des Brousses à Jehan HUET (AD 61 H 232).

En 1569, contrat d'échange et de contre échange de la Regnaudière entre Georges de GRIMOUVILLE et Pierre De MALHERBE grand père de François De MALHERBE (AD 61 H 244)

En 1616, Vente de la seigneurie de la Fresnaye par Jean De SAINTE-MARIE à Pierre De NEUFVILLE (AD 61 H 236)


  • Évolution du foncier

La surface des masures depuis les premiers aveux reste très stable sauf : la Bischetière qui perd 10 acres entre 1402 et 1733 et passe de 40 acres à 30 acres, la Mignotière qui gagne 28 acres entre 1434 et 1667 et passe de 80 acres à 108 acres (AD 61 H 246) et la Blanche (la Masure) qui passe de 4 acres en 1455 sous ainesse GUIOT à 73 acres en 1576 sous ainesse CHANCEREL (AD 61 H 239).

Vente De PRINCEY/MADELAINE en 1630

Au XVIIe siècle commence une concentration des terres dans les mains des marchands et possesseurs de charges, parfois par retrait lignagé.

Familles :MOULIN / MOULLIN sieur des Brousses, De PRINCEY sieur des Bissons, sieur de la Pichardière, sieur de la Havassière, sieur de l'Hubertière, LE MAISTRE sieur des Fontaines, MADELINE sieur du Brulay, sieur de la Hubertière, HOUVET sieur de la Métairie, LE LACQUET sieur de la Bunodière, POSTEL sieur de la Bénardière, LEPRINCE sieur de la Havassière, sieur de l'Aubrière, sieur de la Forge, CHANCEREL sieur de la Maigrière, sieur des Fresnayes, sieur des Vallées, sieur du Val de Préaux, LE ROY sieur de la Renaudière, GARNIER sieur de la Foutelaie .

Entre les Gages Pleiges de 1563 (AD 61 H 250) et ceux de 1733 (AD 61 H 257), la propriété a complètement changé et les ainés qui possèdent l'essentiel des terres font face à des centaines de très petits propriétaires.

Jacques De PRINCEY sieur de la Havassière vend 3 carrés de maisons, 2 terres et 3 prés village et terreur de Visance à Jean MADELAINE. Jouxtent: Guillaume, Germain, hoirs Denis, hoirs Thomas, Jacques, Jacques fils Gilles, Jacques fils Jean, Mathurin et Noël BRIOSNE, Me Charles RACINE et son frère Denis. Contrat lu à l'issue de la Messe de Chanu, signatures: François HELIX tabellion, Jean HUET, Pierre SALLE, Denis ANGER, Louis DUCHESNAY et François BOUCHER de Chanu. Contrôlé par François LOUVEL contrôleur des titres de la vicomté de Domfront, M. NIOBEY pour l'abbaye de Belle-Etoile et le procureur aux écritures du fief de Savigny. (23 mai 1630, Tab : HELIX et BERTRAND La Lande-Patry).

Seigneurie de la Fresnaye : dans l'inventaire des biens de Jacques De NEUFVILLE du 22/9/1694 (AD 61 4E 159/9) un acte d'acquêt de la Chancelerie.


  • Relations et conflits

Des familles fournirent des Abbés Seigneurs de Chanu (CHANCEREL), des Prieurs (CHANCEREL, HELIE) et des prêtres mais furent aussi au service des Seigneurs de la Fresnaye (CHANCEREL) (AD 61 H 226-227).

Si le Prieur régnait sans partage sur les âmes, il était aussi un Seigneur temporel et son Prieuré un établissement économique. Il dut faire face au Seigneur de la Fresnaye sur ses droits aux dîmes, préséance à l'Eglise et à une branche des LEPRINCE, les De PRINCEY prétendant posséder des terres nobles (AD 61 H 235). Des débats de tenure sur des biens contestés ou mal définis finissent parfois devant le Parlement de Normandie.

Les archives laissées par ces conflits nous permettent de mieux comprendre les liens de dépendance qui unissaient ces trois ordres.

  • En 1409, les LEPRINCE sont déjà ainés de la masure des Vallées, puis, des Buissons et de la Flaudière. François De PRINCEY parviendra à rassembler 100 acres (80 ha) de terre et former un fief d'un huitième de haubert.
  • En 1409 : Dans le traité de Mariage de Gérard De BOUQUETOT et Perette De SAMOY fille de Jeanne Du BOIS, il est dit que le Seigneur de la Fresnaye a le droit de prendre la dîme (AD 61 H 3325). C'est le texte fondateur de nombreux procès. Dîmes de blé et laine à Chanu et la Lande-Patry, cités: LE VERRIER et JENVRIN (G.LOUISE, La dîme...p: 37, AD 61 H 3325))


  • L'occupation anglaise
Château de Domfront

De 1417 à 1450, le château de Domfront et la Normandie sont occupés par les Anglais. En 1451, les Anglais partis, Samson De Saint-Germain héritier de Jeanne Du BOIS seigneur de la Fresnaye partagent les biens sans oublier Jehan CHANCEREL "qui a bailler ou reçu des biens meubles et accessoires en gages des biens de Jeanne Du BOIS depuis son trépas" et "recevra la somme de dix-huit sous" (AD 61 H 3325, collation de cet acte vers 1640 signée par Robert CHANCEREL "Chancellerie").

Jeanne Du BOIS seigneur de la Fresnaye était deux fois veuve au mariage de sa fille en 1409. En 1419 quand le roi Henry V d'Angleterre la laissa jouir de ses biens elle devait avoir environ 60 ans. Pendant plusieurs décennies, entre son trépas et la défaite anglaise de 1450, le fief de la Fresnaye n'a été attribué à aucun tenant si l'on croit les sources françaises (AD 61 H 226) et attribué à Gérard HUYN écuyer anglais suivant les sources anglaises (Rôles normands de Bréquigny ou La Roque: Histoire de la Maison de Harcourt, Tome II, p: 1513). La somme remboursée à Jehan CHANCEREL peut correspondre à un fermage, "les anglais détenteurs de seigneuries s'en remettant souvent aux régisseurs locaux qui prospérèrent comme les coqs de village pendant cette période de faiblesse seigneuriale" (Mauger).

En 1419 : Facteurs de sociabilité rurale et de concentrations marchandes, les tavernes de Chanu, Larchamp et la Lande-Patry ne trouvent pas preneurs (Mauger, Une vicomté...p: 148)


  • En 1456 : Perrin CHANCEREL donne à l'Abbaye de Belle Étoile une rente sur Bertaud BOUCHER qu'il avait baillée en 1452 en présence de Jehan CHANCEREL.(AD 61 H 3325)
  • En 1475 : Pierre CHANCEREL est tabellion avec Jamet De LARCHAMP (AD 61 H 238 et 247) et est Lieutenant du Sénéchal en 1502 sous l'Abbatiat de Thomas CHANCEREL (AD 61 H 226).
  • En 1500 : Procès entre Hélie De SAINT GERMAIN Seigneur de la Fresnaye et Me Robert CHANCEREL Prieur Curé de Chanu sur les dîmes de la chapelle du Château de la Fresnaye (AD 61 H 3326)"... que Thomas CHANCEREL fut Prieur de Chanu, et depuis Abbé de Belle Etoile, frère de Denys CHANCEREL chapelain de la Fresnaye et tuteur de Aubert De SAINT GERMAIN Seigneur de la Fresnaye, frère Robert CHANCEREL fils de Guillaume leur neveu, lesquels oncles et neveu firent démolir la chapelle et transporter les images dans l'Eglise de Chanu ..."
  • En 1509 : Accord entre l'abbaye de Belle-Etoile et Me Guillaume CHANCEREL sur le bénéfice de frère Robert CHANCEREL prieur curé de Chanu (AD 61 H 226)
  • En 1533 : Débat de tenure entre François De GRIMOUVILLE baron de Larchamp et les Religieux de Belle-Etoile sur les landes de Maufra, 14 acres aux Bissons, jouxtent : les Brousses, le bois Dauffy, la Havassière et Michel LIMODIN neveu de Pierre CHANCEREL. Cités : Guillaume, Michel, Maître Eustache, Robert, Jehan et Jacques LEPRINCE,Robert DUCHESNAY (AD 61 H 247).
  • En 1563 le litige sur les dîmes de la Fresnaye n'était toujours pas réglé et le Seigneur Charles d'HARCOURT conserva les dîmes du domaine non fieffé en s'engageant à reconstruire la Chapelle (AD 61 H 226). Le Prieur bailla la dîme de blanc pommier, poire et chenneviere pour 40 livres à Guillaume CHANCEREL (AD 61 H 3326).
  • En 1589 le Manoir de la Fresnaye a été attaqué et son Seigneur Jacques de SAINTE MARIE déclare la démolition de maisons, muraille et tourelles, le vol de tous ses meubles et titres (AD 61 H 226). En 1616 dans la vente de la Fresnaye à Pierre De NEUFVILLE, il réserve des biens à son fils naturel : Guillaume De La FRESNAYE (AD 61 H 236).
  • En 1625, Pierre De NEUVILLE seigneur de la Fresnaye autorise l'inhumation de Demoiselle Charlotte De MALHERBE dans le choeur de l'église de Chanu. Charlotte De MALHERBE est épouse de Me Jean RACINE avocat et mère de Marie et Suzanne RACINE épouses de H.H. Vincent LE GOT de N.D. de Tinchebray et de Jean FOURNIL sieur de la Planche, témoins: Robert CHANCEREL et Michel VOISIN (AD 61 H 226, R.P. Chanu)
  • En 1633, Procès entre Jacques et Guillaume ANGER père et fils contre le prieur de Chanu sur les dîmes de seigle, sarrasin, chanvre, pommes et poires sur la récolte de 1632 à la Maigrière : 53 gerbes de seigle, 8 boisseaux (mesure de Condé) de sarrasin et 20 boisseaux de pommes. ANGER donne la 11e gerbe, le prieur veut la 10e. La dîme doit être remise dans la maison d'André CHANCEREL (AD 61 H 226)
  • En 1638, les paroissiens de Chanu troublent la perception des dîmes par le prieur (AD 61 H 226, factum de 1677)
  • En 1638, Pierre De NEUFVILLE seigneur de la Fresnaye est condamné par la Chambre des Requêtes du Parlement de Rouen à ôter le banc qu'il avait mis dans le choeur de l'Eglise avec défense de prendre le titre de patron (AD 61 H 226). Dans les pièces du dossier, 9 extraits des gages pleiges de la sieurie de la Fresnaye: 7-1-1527, 2-12-1567, 6-7-1588, 6-7-1589, 14-7-1615, 22-6-1616, 6-7-1627 et des aveux rendus par des personnes de la sieurie de la Fresnaye.
  • En 1641 après un don pour l'embellissement de l'Église, il obtient la reconnaissance de ses droits de banc et de tombeaux dans le cœur de l'Eglise alors qu'il existait dans le cimetière une tombe à ses armes (AD 61 80 J 8 De Neufville 17/01/1641). Ce procès verbal est signé par les prêtres de Chanu : LEPRINCE, CHANCEREL, POSTEL, PRIEUR, GUIOT et : HONNET, HELIE, BESNARD, LE MAISTRE, Robert et Louis CHANCEREL, les ancêtres de ce Louis CHANCEREL fils de Benoît "étant de tous temps" inhumés dans le portail de l'Eglise (E.C. Chanu 1663 image 64, décès Jean CHANCEREL fils de Louis).


Arpentage de la Renaudière
  • En 1642, transaction entre l'Abbaye de Belle-Etoile et Pierre De NEUFVILLE sur la masure de la Renaudière avec arpentage (AD 61 4E 160/3, 24-11-1642, AD 61 H 249)


  • En 1622, 1637, 1651 et 1695, pendant la Messe ,le Prieur interdit à l'hôtelier BOUCHER de donner à boire et à manger, à l'hôte BERTOUT du village de la Hubertière de vendre et débiter cidre, poiré et marchandises, défend aux marchands d'étaler et vendre dans le cimetière et autour de l'Eglise, aux paroissiens de s'ivrogner et réprime le libertinage des jeunes de Chanu AD 61 H 229) .
  • En 1666, Charles et Denis VAULTIER, Guillaume HUET et Raul JOSEPH sont condamnés à payer au prieur de Chanu la dîme sur sarrasin, pommes et poires. VAULTIER: 20 boisseaux de pommes, HUET: 2, JOSEPH: 4 (AD 61 H 226)
  • En 1668, transaction entre l'abbaye de Lonlay et celle de Belle-Etoile sur les dîmes du fief de Lonlay en Chanu (AD 61 H 226, factum de 1677)
  • En 1677, factum du prieur de Chanu à celui de Lonlay sur la dîme du sarrasin: menue dîme/grosse dîme. A Chanu le sarrasin se fait sur la fin du printemps, demeure en terre 100 jours, se coupe en vert, se seiche sur le champs, se recueille à la Toussaint. Il ne se lie ni ne se tasse en grange. On fait arrêt sur les levées de sarrasin début septembre et sur les grosses dîmes à la St Jean...il se fait peut de sarrasin à Chanu car il y a peu de labours en raison du trafic qui occupe entièrement les paroissiens et beaucoup de pauvreté (AD 61 H 226)


  • La peste

Les registres paroissiaux de Chanu conservent la trace d'épidémies de peste en 1625, 1629 et 1641.

Le 28-8-1625, Thomas CHANCEREL et ses deux petites filles, le 4-10-1625, Charles CHANCEREL fils de François.

Les paroisses de Saint-Cornier, Yvrandes et Saint-Jean-des-Bois sont touchées en 1626 (AD 50 A 526)

Du 18-5-1629 au 28-9-1629 "Mémoire de ceux qui sont mort de la peste" : François BOURGET et son fils Gilles, François GERMAIN et son fils Pierre de la paroisse de Vaumont, Suzanne CHANCEREL fille de Charles, Marin DUFAY et sa fille Françoise de Landisacq, Estienne CHANCEREL et sa femme Jeanne LE BALLEUR, Joachim CHANCEREL, Jacques QUERUEL, Jeanne femme de Guillaume QUERUEL, Julienne LEPRINCE, Mathurine HUARD femme de Denis LEPRINCE, Joachim et Charles CHANCEREL frères fils de Guillaume, Julien CHANCEREL, Olivier HUBERT, Roberde veuve de Guillaume CHANCEREL, Germain De LARCHAMP fils de Denis, Pierre HUET, Marin PRIEUR, Denis PLANSON, Jeanne CHAUNIN veuve de Guillaume LEPRINCE, Guillaume LEPRINCE fils de la précédante, Marie LEPRINCE veuve de Jean HOUVET, Marie HUBERT veuve de Robert HUBERT

En 1629, à Lonlay, nombreuses victimes et commentaires du prêtre (AD 61 RP 1621-1672, images 208 à 216)

En mars 1639, le Prieur Curé de Chanu: frère Joachim MOULIN et Me Jean HELIE de Chanu meurent de contagion et sont inhumés à St-Georges-des-Groseillers (61)

Le 15-2-1641, Anne THOURY veuve de Guillaume HAVAS, son fils François et le 25-4-1641, Jacques GASTE, françoise CHANCEREL sa femme sont enterrés à la Havassière, le 3-6-1641, Marie RUEL femme de Jacques HARY près de sa maison de la Haye, le même jour Marin FAUDET fermier près de la maison de Jean HAVAS à la Havassière, le 4-10-1641, une petite fille batarde de Denis GARNIER à la Foutelaie, le 8-10-1641, Marie ANGER fille de Guillaume et le 27-10-1641, Denis GARNIER fils de Jean sont morts de la peste.


  • Les prêtres

En 1577, Richard LEFEBVRE prieur curé de Chanu reçoit de l'abbaye de Belle-Etoile 100 Livres par an pour sa nourriture et ses 10 Livres de pension (AD 61 H 226)

En 1624, le prieur de Chanu doit prendre un compagnon et payer 20 Livres ou payer 100 Livres à l'abbaye de Belle-Etoile s'il n'en veut pas (AD 61 H 226)

En 1677, le prieur a deux vicaires et près de 1500 communiants (AD 61 H 226, Factum de Siméon FORMAGE)

En 1760, Répertoire des titres et papiers du Trésor de Chanu, n° 2049 du répertoire de Pierre Gilles Gabriel HELIE notaire à Chanu (AD 61 4E 159/267)

Les familles les plus aisées fournissent des prêtres et doivent assurer une rente pour titre clérical.

En 1649, à Chanu, Me Jacques POSTEL s'oblige à une rente de 200 Livres par an et à vie pour son neveu Jacques fils François sur des biens à la Besnardière (AD 61 4E 160/11, 10-3-1649)

En 1657, Pierre CHANCEREL fils Toussaint de Chanu fait une rente de 150 Livres par an à son frère en loi Jacques BASIN fils Guillaume pour accès à la prêtrise (AD 61 4E 160/17, 25-10-1657)

En 1661, à Chanu, Jean MADELINE donne 150 Livres par an à son fils François pour titre clérical (AD 61 4E 160/21, 22-2-1661)

En 1680, à Chanu, Julien CHANCEREL fils Toussaint donne 150 Livres de rente viagère à son fils Pierre pour titre clérical (Relevés Guillon, 31-7-1680, MAN 68, Auguste Surville, Médiathèque de Flers)

Les familles alliées des paroisses voisines

La Chapelle-Biche
Carte féodale de la Chapelle-Biche
Couespel

La Chapelle-Biche appartient aux seigneurs de Flers et comme à Chanu, la plupart des terres sont des masures dont les vassaux sont astreints à faire moudre leurs grains au moulin d'Hariel pour la seigneurie de Gasprée, Buhéré pour Montagnoux, la Monnerie pour la Bunèche et la Helloudière pour la Petite-Verge


Une seule famille noble, les De COUESPEL, sieurs des Brières et de Louvigny. Leur manoir était au bourg de la Lande-Patry.(Auguste Surville, La baronnie..., page: 10)

En 1657, les habitants de la Chapelle-Biche contestèrent leur noblesse. Dans l'enquête sur les usurpateurs de 1666 dans l'élection de Vire; "Nobles où il y a à redire: Guillaume COISPEL, escuier, sieur des Brières; Guillaume GOISPEL escuier, sieur du lieu. Ces deux hommes ne sont pas nobles, et il est nécessaire de voir curieusement leurs titres, car ils sont usurpateurs". Après examen, l'unique famille noble de la paroisse continua à profiter de l'immunité dont elle avait joui jusqu'alors. (Auguste Surville, Un coin du bocage..., page: 39)


Scépeaux

Seigneurie de Gasprée

Famille De SCEPEAUX

Le fief de Gaspée

masures:

Louvigny:

En 1300, 22 acres de terre, Robert De GUERNON, Guillot RENOUT, HARET ou HARIEL

En 1556, vente d'héritages par Roullant JENVRIN de Flers à Marin JENVRIN et Guillemine sa femme (26-2-1556, Médiathèque de Flers, MAN 33, Relevés Stéphane Guillon)

En 1715, 24 acres, aîné: Jean JENVRIN, le 8 mars 1724, son fils Gilles JENVRIN paie 15 Livres à Louis MOUSSET fils Eléazar pour la fonction d'aîné pendant un an


Les Brières: en 1300, Hue MOREL , le village s'appelait la Huannière, en 1716, aîné: le sieur De COUESPEL écuyer

La Fontaine-Herbouze: en 1300, Guimard BEGUIN, en 1698, Georges DOISNEL, sieur de la Chapelle, donne en fief à Michel JENVRIN divers héritages

La Béguinière: en 1300, famille BEGUIN, en 1715, 32 acres (en partie sur Flers), aînée, Marguerite HUE, veuve de Pierre SEBIRE

La Sauvagère: au XIVe siècle, motte et château, en 1391 Pierre FAUVEL fils Guyot, en 1300, 30 acres, en 1714, 26 acres et demi, aîné: Julien HUE

Les Bissonnets: en 1300, 9 acres

La Pelletrie: en 1300, Guillot GERMAIN, en 1476, famille LE PELLETIER, en 1650, Michel et David LE PELLETIER, Adrien LEPRINCE gendre de Michel LE PELLETIER, en 1700, 6 acres, aîné: Guillaume LEPRINCE

La Mancellière: en 1300, Osmont LE BREMENSON, en 1466, Jean De SCEPAUX chevalier, fief à Pierre, Jean, Bertin, Richard, Raoulin DOUBTEY de Landisacq, en 1480, terres saisies et adjugées à Robert LE MAITRE de la Lande-Patry, en 1592, Robert LE MOUTON, sieur de Launay, écuyer la vend à Robert LE MAITRE qui en 1595 l'afferme à Pierre et Julien BREBIES frères de la Brebionnière de Flers, en 1644, la propriété passe à Jacques De PRINCEY écuyer, sieur de la Havassière en Chanu puis son fils François De PRINCEY prêtre, puis passe dans la famille MONLIEN par le mariage de Madeleine-Françoise De PRINCEY, fille de Gabriel De PRINCEY sieur de la Pichardière en Chanu avec Georges MONLIEN avocat. En 1798, Nicolas LEPRINCE l'achète 13600 Livres. En 1700, 82 acres

La Guyonnière: en 1300, 32 acres, famille GUILLON, en 1649, aîné: Jean GOSSELIN, en 1680, David DOISNEL sieur de la Chapelle, en 1716, 27 acres, aîné: Michel DOISNEL, puinés: Léonard et Guillaume DECOSSE, les héritiers de Robert LEPRINCE fils Guillaume, les héritiers Françoise DECOSSE et les héritiers Charles LHONORE

La Boulaye: en 1570, le curé Germain DUGUEY est propriétaire et donne une terre à son neveu Guillaume DUGUEY (AD 61 4E 160/1, 31-5-1570, sur cet acte, la Boulaye est du village et masure de la Guyonnière et jouxte Gilles GOSSELIN), en 1654, Julien DUGUEY vend à Gilles SALLES fils Jean, en 1679, Gilles SALLES et son fils Robert louent à Jean LEPRINCE en 1669, une partie appartenant à Pierre GOSSELIN est louée à Robert BONHOMME


L'église et le bourg de la Chapelle-Biche

Seigneurie de Montagnoux

Montagnoux est un village de Flers voisin de la Chapelle-aux-Moines

masures:

Le Val-Tourneur:

Au XIVe siècle, une branche des DOISNEL s'intitule sieur du lieu, 50 acres, 1660, aîné: David DOISNEL, sieur de la Chapelle, un siècle plus tard, Nicolas LEPRINCE fils de Gilles

18-8-1556, vente d'héritages au Val-Tourneur par Pierre ROGER à Jehan DECOSSE l'aîné et Robert son frère (Médiathèque de Flers, MAN 33, Relevés Stéphane Guillon)

26-2-1570, Richard ROGER vend à Louis ROGER et Pierre ROGER fils Gilles une étable, village du Val-Tourneur, sieurie de Montagnoux, jouxte: Pierre ROGER l'aîné, Colas ROGER, Pierre LEPRINCE Havassière (Chanu)(AD 61 4E 160/1)

28-3-1570, Pierre ROGER fils Collas vend à son cousin germain une terre au Val Tourneur (AD 61 4E 160/1)

4-5 1570, Colas ROGER baille à son neveu Gilles ROGER, 3 vergées de terre au fief et terreur du Val-Tourneur, sieurie de Montagnoux, jouxte Jehan et Roger JOSEL, sur l'acte suivant: Gilles et Jehan ROGER frères et neveux de Collas ROGER (AD 61 4E 160/1)

1-7-1571, Richard ROGER vend à Gilles ROGER, maison, cour, terre, jardin suite au contrat fait par Pierre, Gilles et Louis ROGER frères le 26-2-1570 (AD 61 4E 160/1)

11-7-1571, Louis ROGER remet à Gilles ROGER son frère une partie de Maison jouxtant Pierre ROGER, acquise de Richard ROGER (AD 61 4E 160/1)

6-3-1571, Guillaume JARDIN vend une terre à H.H. Antoine DOISNEL (AD 61 4E 160/1)

En 1650, aîné: Louis DOISNEL, en 1788, les maisons du clos-poussin sont vendues par Marin DECOSSE aux frères DUGUEY, marchands de bois


La Rivière

aux XVIIe siècle, famille RIVIERE

26-8-1652, Gilles LEBAILLY vend à Pierre DOISNEL, une salle et une grange, village de la Rivière, sieurie de Montagnoux, jouxte: la forge, Jean GOSSELIN, Jean LEBAILLY (AD 61 4E 160/13)

20-3-1662, Pierre LEBAILLY fils Jean vend à Barnabé BUFFARD, marchand de Tinchebray, une forge et une grange, village et terreur de la Rivière, sieurie de Montagnoux AD 61 4E 80/62)


La Fontaine-Blais: dépend de la masure du Val-Tourneur

Le Bois-Doisnel: en 1573, Guillaume DOISNEL vend en 1574 à Michel DOISNEL fils de Jean, Guillaume DOISNEL la Chapelle fils de l'acquéreur

Le Côtil-Dosnel: en 1599, Guillaume DOISNEL, sieur de la Chapelle, en 1624, Martin LUCAS, sieur de la Monnerie. Á cette époque, il est habité par Guillaume DOISNEL, sieur de la Chapelle et Guillaume LHONORE, sieur des Planches, en 1677, Charles DEVERRE, 1684, Nicolas et Jacques RIVIERE, en 1750, vente à Michel DUGUEY fils de Charles, en 1830, les trois frères DALIGAULT fils de François


12-5-1569, Pierre ROGER fils Pierre de la Chapelle-Biche épouse Juliette CHANCEREL fille de Jehan de Chanu, témoins: Me Julien CHANCEREL et Pierre DOISNEL de la Chapelle-Biche (AD 61 4E 160/1)

15-5-1570,Gilles ROGER remet une terre , sieurie de Montagnoux à Pierre BIGEON fils de Jehan et Jehanne MALHERBE (AD 61 4E 160/1)


  • Seigneurie de la Bunèche

La Bunèche est en Saint-Clair-de-Halouze

masures:

Le Bourg (en partie): 1619, Jean DOISNEL, sieur du Val-Michel vend à son frère Michel, sieur de la Chapelle. Á cette époque, hostellerie tenue par un LHERMITE puis Pierre PETIT, en 1720, 5 acres, aîné: Gilles HUBERT

L'Oriendière: en 1720, aînée: Jacqueline BLAIS par Pierre COLETTE son mari

Le Val-Michel (en partie)

Le village es-Malherbe: En 1466 et 1480, Guillaume MALHERBE habite le village, en 1568, Richard MALHERBE, le 18 mars 1571 devant le tabellion de Larchamp, héritages de Me Marguerin JARDIN curé, Jacques JARDIN et Raoul son fils vendent à Michel DOISNEL et Gilles JARDIN

Vente JARDIN/DOISNEL de 1571

Le Clos Chancerel: au début du XVIIIe siècle, aînée Jeanne SOYER par Guillaume LEBAILLY son mari

La Monnerie Graffard : au XVIe siècle, famille LEFEVRE De GRAFFARD, en 1664 Guillaume De COUESPEL afferme à Laurent JENVRIN fils de Robert, en 1769, le Comte de Flers donne en fief à Charles MOULIN


  • Fief de la Petite-Verge

La Petite-Verge est une simple division de la seigneurie de Flers

masures:

La Taupinière: en 1627, François AUPEE, prêtre, curé de Villempuy (Dunois) , vicaire de la Chapelle-Biche qui le donne en 1656 à son neveu Pierre AUPEE qui le vend 8 ans plus tard à David DOISNEL, sieur de la Chapelle. En 1743, François FRILOUX, sieur de la Jannière par sa femme de la famille DOISNEL

Le Bourg (en partie

La Thiaudière: en 1313, famille TIAU ou THEAU, en 1650, Jean DOISNEL, sieur de la Chambre et son épouse Marguerite LEFEBVRE De GRAFFARD et aux héritiers de François DOISNEL, sieur de la Chapelle, en 1651, le Comte de Flers vend le bois de Thiau à David DOINEL, sieur de la Chapelle (Auguste SURVILLE, Un coin du bocage..., pages: 18 à 37)

5-2-1570, Gilles HODIESNE vend une terre terreur et village de la Tiaudière à H.H. Adam DOISNEL, jouxte: Marin GAUVIN, Hoirs de François HODIESNE et de Guillaume JEHENNE (AD 61 4E 160/1)

10-12-1480, 18 habitants de la paroisse sur la saisie de la Mancellière: Me Guillaume HUART, curé de la Chapelle-Biche, Me Gilles HELIE, vicaire, Pierre DOUBTEY, tabellion, Thomas LE ROSSETEL, Guillaume MALLEHERBE, Jehan ROGER, Richard VERGIER, Thomas JEHENNE, Raul JEHENNE, Perrot DEVERE, Jehan HUART, Thomas BLONDEL, Jehanot et Jehan LE TIRAN, Macé DEVERE, Guillaume COLETTE, Jehan HUE, Perrin AVICE (Auguste Surville, Un coin du bocage...page: 262)

29-9-1570, Pierre et Jehan ROGER frères et fils de Collas ont leur bail du grand pré prolongé par H.H. Michel DOISNEL (AD 61 4E 160/1)

4-9-1571, Jehan LECONTE de la Chapelle-Biche vend à Jacob JOSEL de la Chapelle-Biche une terre clos de la fontaine, masure à la Blanche à Chanu (AD 61 4E 160/1)

Saint-Cornier-des-Landes, Beauchêne
Forêt de la Lande-Pourrie
Saint-Cornier-des-Landes - Les familles avant 1700
Saint-Cornier-des-Landes - Rentes
Forêt de la Lande-Pourrie - Garde de Tinchebray
Forêt de la Lande-Pourrie - Garde de Tinchebray

Saint-Cornier-des-Landes

Saint-Cornier des Landes est de la châtellenie de Tinchebray, à l'extrémité est du comté de Mortain et de la forêt de la Lande-Pourrie. Les terres défrichées ont été fieffé à des particuliers qui se sont agrégés à la paroisse. Elles sont du fief de Saint-Pierre relevant directement du Domaine et certains riverains jouissent de droits dans cette forêt. (Gomboust de Beaulieu: Á son Altesse Sérénissime le Duc d'Orléans, page: 3 (gallica)

Ce fief de Saint-Pierre couvre la plus grande partie de la paroisse et touche à l'est avec la Chênelière la voie antique qui fait la limite entre Chanu et Saint-Cornier-des-Landes


Sur le point le plus élevé de cette voie est accroché le fief de l'hôpital de Courval de l'Ordre du Temple puis de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem avec les villages des Monts, de la Noë-Chesnay, de la Butte, des Longs Champs et du Val


Au sud, sur la zone granitique qui s'étend aussi sur Chanu, organisé sur la voie antique et le village de Préaux, le fief du Val de Préaux comprend les masures de Landolières et du Hamel Garnier, les villages du Valet, de la Renardière et du Houx. Ce fief a été donné au prieuré d'Yvrandes par le Roi Henri II (Mémoires de la Société...des arrondissements d'Avranches et de Mortain, 1898, page: 205 (gallica)


En 1700, 234 familles et 1000 à 1100 personnes, l'Abbé du Plessis-Grimoult présente au bénéfice et Monsieur en est seigneur. La paroisse est partagée entre la sergenterie de Tinchebray et celle du Domaine sur tous les défrichements de la forêt de la Lande-Pourrie (Pierre Gouhier, L'intendance de Caen, page: 528, AD 50, A 630)


  • 1700-1702, Rentes de Saint-Cornier-des-Landes au comté de MORTAIN (AD 50 A 312, copié par l'Abbé Dumaine, Tinchebray et sa région, tome 2)

Familles:

BARATTE, DUBOIS, DUCHESNAY, MASSON, MARIN, PORET, DE LAUBRIERE, BERTHOU, PATRY, THEBAULT, LEGOT, DUMAINE, AUMONT, ROULLIER, GARNIER, COURIOT, HOUEL, MARCE, HEUTARD, LE PRIEUR, DESPOIDS, AVENEL, COURY, GUITTARD, JEAN MONEY, ROULLEAUX, LEVESQUE, DROULON, DE BRIEUX, DUHAMEL, THERIN, LEFEBVRE, SIGNARD, MANSEL, DELALANDE, COSTEL, BELLOT, LECOINTE, LECONTE, MOUSSARD, LEFRANC, AUQUEY, BAUBARD, PELLOIN, COURY, MOULLIN, GAUBERT, POTERIE, LEBIGOT, PRUNIER, VENIARD, CARABY, DE LECLUZE, DE LA ROQUE, CLOUARD, BELLIER, MOUY, HARDY, AUGUER


En 1437 et 1469, Joanet BERTHOULT de Larchamp prend en fieffe du prieuré du Plessis-Grimoult, le moulin d'Yvrandes (Cartulaire du Plessis-Grimoult, n° 1308 et 1309, dans: Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie, 1834, page: 143)

En 1496, dans les comptes de la vicomté de Mortain, masure Belux par Colin LE RIANT à présent Jehan DESDOUETZ, en 1652-1658, Masure-Belluce en Saint-Cornier par Pierre et les héritiers Marin DUCHESNAY (Dumaine,Tinchebray..., tome 2, page: 265, 267)

En 1550, fieffes nouvelles: Jean DUCHEMIN pour 3 acres de terre au Guey au Prieur par Me Pierre DUCHEMIN, Me Jean BENOIST pour 1 acre au Guey au Prieur, jouxte le chemin, Laurent PATRY et Pierre LEPRINCE (Dumaine, Tinchebray..., page: 268)

En 1571, Gilles COURIOT/CORIOT bail à son fils Jacques COURIOT des terres à la Chennelière tenu du Roi et la lande des Forgettes (AD 61 4E 160/1, 2-3-1571)

En 1571, Pierre PATRY vend un pré, terreur et village des Patry, tenu du Roi à Michel PELLOIN de Landisacq, jouxte: Jehan DUCHEMIN, Héritiers de Guillaume et Lambert PATRY (AD 61 4E 160/1, 4-5-1571)

En 1585, Michel DE LAUBRIERE échange maisons et 10,5 acre de terre aux enclaves de la forêt de la Lande-Pourrie à Philippe DESPOIS, de Saint-Cornier (Dumaine, Tinchebray..., tome 2, page: 281)

En 1595, Leon BERTHOU fait une rente qui sera payée par son fils Julien à Thomas LEMASURIER bourgeois de Tinchebray le 5-5-1642, Jean BERTHOU fils Thomas de Saint-Cornier étant témoin (AD 61 4E 80/21, 5-5-1642), le 6-5-1634, Jean BERTHOUT fils de Lion fait une rente (AD 61 4E 80/18)

En 1630, quittance de Me Pierre DESDOITS tabellion aux collecteurs de taille: Raul DUMONT, Thomas TIERCELIN et son frère, Toussaint GALLIER et son frère, François CHANCEREL (AD 61 4E 80/10, 11-3-1630)

En 1633, Désaccord et procès entre Pierre LEVESQUE et les collecteurs de taille: Marin VENIARD, Pierre DUMONT, Jean TIERCELIN, témoins: René COURIOT, Pierre PATRY (AD 61 4E 80/13, 26-7-1633)

En 1652, le tabellionage de Beauchêne et Saint-Cornier affermé à Adrien COURIOT et autre partie à Gilles ROULLEAUX (Dumaine, Tinchebray..., tome 2, page: 271)


  • AD 50, A 1983, 1586-XVIIIe: Aveux au comté de Mortain

Familles: COURIOT, DU BOIS, DU MAINE, DUCHEMIN, DES POIS, PELLOIN, DE BRIEUX, HAMEL, DAVY, L'ÉVÊQUE, DE LA LANDE


  • AD 50, A 1984, 1546-1653: Droits d'usage dans la forêt de la Lande-Pourrie

Les franchers et riverains de la forêt ont le droit de prendre: le bois mort, tombé, sec, brisé, arraché ou volé, de passonner leurs bêtes porchines, d'herbager toutes leurs bêtes à cornes en payant 12 et 6 deniers par pièces de plus et moins de 3 ans. Amendes en 1498: Perrin PATRY, Denis DELALANDES (Dumaine, Tinchebray, tome: 2, pages: 37 et 39)

Masures: Chennière, Mesnil-Béluce, Chesnelière, Guitonnière, Bretherie, du Val, du Pommier ou de la Beauvallerie, Tertre, Pelulière, Prise, Gaudinière, Tréssoudière, de la Noë et des Béziers, des Pratiquères

Familles: DUCHESNAIS, DELALANDE, De L'ESPINACE, DES DOITS, COURIOT, NYOBÉ, LE LANDAIS, PITOT, GALLIER, DU BOIS, HAMEL, ROULLIER, MASSON, PRIEUR, AUBRIL, BAUSSÉ, DE LUSSÉ


  • AD 50, A 1986, 1571-1600: Terres près: le Gué-Riche, la Noë de la Vilaine, Peuva

Familles: Michel L'ÉVÊQUE, Pierre CHESNAY, Etienne HAMEL, Enguerand DE LA LANDE, Jean DU MAINE, Jacques DE BRIEUX

Fieffe de terres au village de Riant, vente par Bonaventure De L'ESPINACE, écuyer, sieur de Riant à Jean DUBOIS (AD 50, A 1986, 1571-1600)


Famille DESDOITS

En 1565, aveu pour la Guitonnière de Jacques De L'ESPINACE, écuyer, tant pour lui que pour Jean, Laurent, Thomas, Etienne DESDOITS, en 1586, aveu de Jean DESDOITS (Abbé DUMAINE, Tinchebray..., tome 2, page: 153)

En 1620, avance de succession de Me Claude DESDOITS et Henry DESDOITS à Marin et Pierre DESDOITS leurs fils et neveux. Tous leurs héritages, maisons, jardins, terre au village et terreur de la Guitonnière, à charge pour eux de les faire inhumer dans l'église de Saint-Cornier (AD 61 4E 80/4, 31-6-1620)

En 1621, clameur lignagère entre Raul DELALANDE fils Jean et Jacques BASIN fils Jean sur une terre, paiement à Me Claude DESDOITS, prêtre (AD 61 4E 80/5, 27-1-1621)

En 1625, Me Claude DESDOITS, Prêtre achète une terre, village et terreur des Monts tenu de la sieurie de l'Hôpital, à Adrien VOISIN fils Jean de Chanu, jouxte: Michel PETIT, Michel VOISIN, témoins: Joachim BASSIN, Michel TASSEAU les Béziers (AD 61 4E 80/7, 9-2-1625)

En 1625, 1° Pierre et Marin DESDOITS frères achètent une terre à Jacques BASSIN fils Jean, terreur de la Chénellière, tenu de Melle la Duchesse de MONTPENSSIER, jouxte: Guillaume BASSIN, Guillaume GARNIER,, héritiers de Jean DELALANDE, témoins: Jacques DE BRIEUX, Nicolas PREVEL, paiement à Me Claude DESDOITS, prêtre pour amortissement d'une rente de défunt François BASSIN et à Guillaume DE L'ECLUZE, 2° Claude DESDOITS prêtre achète à Denis et Adrien VOISIN solidaires, une terre contiguë (AD 61 4E 80/7, 27-5-1625, 8-6-1625)

En 1631, Me Pierre DESDOITS tabellion et Marin DESDOITS son frère vendent à H.H. Guillaume DUHAMEL, sieur de la Poterie, deux places de maisons, jardins, terres acquises par Me Claude DESDOITS, prêtre leur oncle. Jouxte: André DOISNEL, Claude HAMARD (AD 61 4E 80/11, 8-1-1631)

En 1631, échange et contre-échange entre Me Pierre DESDOITS, Marin DESDOITS et Raul DELALANDE suite à la succession de Thomas DELALANDE, de terre à la Chennelière, comté de Mortain, dans la maison CHANCEREL au Houx, sieurie de Préaux, , terres à la Fresnaye, sieurie de la Frenaye à Chanu. Jouxte: Denis BASIN, François et Guillaume GARNIER, Etienne PREVEL, , témoins: Claude BERTOU, Marin et Pierre COURIOT. Terres engagées par contrat du 27-4-1626 avec Olivier CHANCEREL (AD 61 4E 80/11, 16-1-1631)

En 1631, vente par Pierre DESDOITS, tabellion et son frère Marin à Jean DELALANDE, suite à l'échange avec Raul DELALANDE et le décès de son fils Thomas DELALANDE de maison, terre plantée de pommiers et poiriers, champ, sieurie de Préaux, jouxte: Guillaume et Noel BERTHOUT, Jacques DELALANDE, chemin du village du Houx au village des Forgettes, héritiers Jean BERTHOUT, Claude COURIOT, témoins: René COURIOT, Jacques GARNIER (AD 61 4E 80/11, 23-3-1631)

En 1631, succession de Henry DESDOITS et de Me Claude DESDOITS, héritiers: Me Pierre DESDOITS tabellion et Marin DESDOITS, fils et neveux. Succession avec biens du contrat de mariage de Françoise De L'ESPINACE épouse d'Henry DESDOITS fondeur à la Guitonniere. Maisons, terres, prés, jardins, pressoir situées: village de la Guitonière, sieurie de l'Hôpital, masure de la Chennelière. Jouxte: Jean et Michel DESDOITS, Claude PREVEL, Jehan LECOQ, Adrien BASIN, François GARNIER, Raul DELALANDE, Michel GASNERIE, Jean LE LANDAIS, Gilles DUBOIS, René PRIEUR, Noel et Adrien DE LA ROQUE, René DUBOIS, Etienne DUBOIS, Claude GAUBER, Héritiers de Jacques CHANCEREL, Pierre DUMONT, Catherin BASIN, Joachim BASIN, Guillaume GARNIER, Guillaume BASIN, Jacques PRIEUR, Toussaint CHANCEREL, la terre du Val dont jouit à présent Laurent PATRY acquis de Marie PRIEUR héritière de Guillaume PRIEUR, terres au village du Houx (AD 61, 4E 80/11, 6-3-1631)

En 1634, Jacques PREVEL fils Etienne vend à Me Pierre DESDOITS tabellion le champ du Mont, de la masure de la Chennelière, tenu du comté de Mortain, châtellenie de Tinchebray et le champ de la Croix, masure de Landolière, sieurie du Val de Préaux, jouxte: Gilles GARNIER, Marin DESDOITS, Me Cornier PREVEL frère du vendeur, Raul DELALANDE, Denis BASIN, Claude PREVEL (AD 61 4E 80/14, 3-2-1634)

En 1659, Julien DESDOITS fils Pierre donne à Marie NIOBE sa future épouse, un pré au village de la Guitonnière, le champ des friches, une terre, un jardin planté d'arbres, témoins: Laurent SAGEON, Jeanne NIOBE (AD 61 4E 80/52, 18-2-1659)

En 1659,Julien DESDOITS fils Pierre échange avec Jean DUMONT fils Raul des maisons, village de la Jouanière tenue de Mademoiselle, jouxte: Charles DUMONT frère dudit Jean, acte suivant: Julien DESDOITS/Charles DUMONT (AD 61 4E 80/54, 27-7-1659)

En 1670, Julien DESDOITS Guitonière loue la ferme de la Butte à Charles DUMONT (AD 61 4E 80/106, 26-3-1670)

En 1671, Laurent DESDOIT vend un pré à la Guitonnière, sieurie de la Duchesse de MONTPENSSIER à Vincent DESDOITS fils Denis, jouxte: Me Jean LELANDAIS prêtre, Julien DUCHESNAY, Pierre DESDOITS frère de l'acquéreur, le chemin de la Guitonnière au Neufbourg, témoins: Michel LECONTE fils Etienne, Jean GUILLEMIN fils Bertrand (AD 61 4E 80/107, 31-5-1671)

En 1673, avance sur succession de Laurent DESDOITS, 4 lots: Noel BASIN x Madeleine DESDOITS, Marin BERTHOUT x Suzanne DESDOITS, Guillemine et Marie DESDOITS filles dudit Laurent, salle, étable, grange, jardin, jardin à pommes , terres labourables, prés dans le pré Berthout tenus de la Duchesse de MONTPENSSIER, jouxte: chemin de la Guitonière au Mebellus, Me Jean DELALANDE prêtre, Julien DUCHESNAY Mebellus, Cornier GASNERAY, PRIEUR, chemin de la Guitonière au Val, témoins: Me Laurent SAGEON prêtre, Jacques GARNIER, Julien PATRY (AD 61 4E 80/108, 2-8-1673)

En 1674, promesse de mariage: Michel, Vincent et François DESDOITS fils Denis (AD 61 4E 80/109)

En 1693, succession René DESDOITS x Renée TASSEAU au village des Béziers tenu du comté de Mortain. Héritiers: Me Vincent DESDOITS, prêtre, Jean et Pierre DESDOITS. Maison, grange, étable, forge, jardins, terre, prés, jouxte: Michel DESDOITS, Nicolas DUCHESNAY, héritiers Pierre TASSEAU, Pierre DESDOITS, Michel BESNARD, héritiers Pierre PREVEL, Guillaume et Charles DUCHESNAY, Barnabé SIGNARD, Jean DUCHESNAY, Bertrand DESPOIX, héritiers de Pierre LIMODIN et de Pierre LECONTE. Paiement d'une promesse de mariage à Noel BERTHOUT (AD 61 4E 80/186, 25-9-1693)


Saint-Cornier-des-Landes
village de la Butte

En 1627, Guillaume BERTHOUT les Loges reçoit de Pierre DESDOITS, tabellion de Saint-Cornier, l'amortissement d'une rente de 1616 de Bertrand BAUSSE, témoins: Julien SAGEON Landolière, Lucas BERTHOUT (AD 61 4E 80/8, 27-2-1627)

En 1630, Fleury PATRY vend deux terres terreur de la Fourière, jouxte: Charles LEPRINCE, Cornier DELALANDE, un pré à la Gaudinière, jouxte Guillaume MARIE, Célery, Michel et Marin PATRY (AD 61 4E 80/10, 16-1-1630)

En 1643, Emond GODIER loue à Jacques DESDOITS fils Marin, maison, jardin, terres, village de la Butte, présence aux gages pleiges de l'Hôpital de Courval (AD 61 4E 80/23, 7-1642, image: 25)

En 1643, Laurent PATRY fils Guillaume vend à Laurent LEBALLEUR, marchand bourgeois de Tinchebray, un pré village et terreur de la Foultière, masure du Tertre, tenue de la Duchesse DE MONTPENSSIER (AD 61 4E 80/23, 9-3-1643)

En 1644, Charles LEPRINCE baille tous ses biens en la fieffe du Guey à Saint-Cornier à Laurent LEBALLEUR de Tinchebray, témoin: Pierre LEPRINCE son fils (AD 61 4E 80/25, 11-4-1644)

En 1644, Jean LEVIEL x Marguerite FLEURY vendent à Jean DE LA ROQUE, écuyer, sieur du Neufbourg, maison, étable, jardin planté de pommiers, 6 acres de terre à la Butte de Riant, terreur de Riant tenu de la Duchesse DE MONTPENSSIER, jouxte: Me Jean DUCHESNAY, prêtre (AD 61 4E80/24, 1644, images 188 et 194)

En 1646, Michel TASSEAU tabellion vend à son gendre René DESDOITS, une grange, cour, terre ,terreur du Pommeray, au lieu des Béziers tenu de Madame (AD 61 4E 80/27, 27-10-1646)

En 1649, le 21 févier, contrat de mariage de Jean BERTHOUT x Claudine GASNERAY, dot payée en 1679 à Pierre LETESSIER porteur d'une lettre de Jean BERTHOUT, par Julien GASNERAY et Jacques GASNERAY, représentant son fils Jean par une terre nommée la Loge Mauduit (AD 61 4E 80/148, 23-5-1679)

En 1649, Claude et Jean BERTHOUT, père et fils louent à Etienne HOUVET de Chanu, un corps de logis avec salle et chambre au dessus, cour, jardin, village et terreur de Préaux (AD 61 4E 160/11, 28-2-1649)


En 1650, François DUBOIS fils René vend à Bertrand MASSE d'Yvrandes qui le revend en 1661 à Jean DE LA ROQUE, écuyer, sieur du Neufbourd, le pré de la Nos de Riant (AD61 4E 162/1, 31-12-1661)

En 1651, Julien DUCHESNAY, Mebellus loue à Laurent PATRY des biens, village du Val (AD 61 4E 80/1104, 10-4-1651)

En 1656, Michel BERTHOUT fils Thomas doit payer une rente à son frère Louis à prendre sur les héritages de Michel BERTHOUT, une terre labourable d'un acre nommée la Vallée, village et terreur de la Vauvaltière, jouxte: Fleury PATRY, Etienne et Jean BERTHOUT. Le même jour, Michel BERTHOUT fils Thomas vend à son frère Louis BERTHOUT, une terre village et terreur de la Vauvaltière tenu du comté de Mortain, jouxte: Jacques BERTHOUT frère. Cette vente est payée en partie à Guillaume DUMAINE pour la moitié d'une promesse de mariage (AD 61 4E 80/47, 16-1-1656)

En 1656, François et Damien PATRY s'échangent des près, au gué de la Briardière et du gué Aubry tenus du comté de Mortain, jouxte: André et Julien PATRY leurs frères, Pierre PATRY, témoins: Pierre TASSEAU Longpré, Guillaume DESPOIS (AD 61 4E 80/47, 20-3-1656)

En 1656, Raul PATRY et son frère remettent une acre de terre nommée la Crière au village des Vallées à Jacques DUBOIS (AD 61 4E 80/47, 18-6-1656)

En 1659, Jean DELALANDE vend un acre de terre à Judith LECONTE x Nicolas ANGUEY, situé à la Petite Vente tenue de Madame, jouxte: héritiers Nicolas BERTHOUT, chemin du moulin, (AD 61 4E 80/53, 17-4-1659)

En 1658, Guillaume BASIN fils François donne à son fils Marin tous ses biens au village de la Chesnelière, témoins: Raul BASIN frère dudit Marin, Raul et Noel DELALANDE, père et fils (AD 61 4E 80/54, 3-5-1658)

En 1658, Jacques GARNIER fils Mathurin vend à Marguerin ANGER, le pré des rivières, village et terreur du Hamel Garnier, sieurie de Préaux dépendante du sieur du Fresne, jouxte: Jean GARNIER fils, Pierre GARNIER, Guillaume LEPRINCE (AD 61 4E 160/18, 25-7-1658)

En 1658, Jacques GARNIER fils Mathurin vend à Julien, François et Pierre CHANCEREL fils Toussaint de Chanu, un pré, masure du Hamel, sieurie de Préaux, jouxte: Denis, Louis, Jean et Thomas GARNIER (AD 61 4E 80/53, 21-10-1658)


En 1659, Pierre DUCHEMIN vend à Thomas LEMAZURIER, tabellion, de la Lande-Patry, terres et prés à la fieffe du guey au prieur, village et terreur de la Patricaire tenue du comté de Mortain (AD 61 4E 160/19, 6-3-1659)

En 1659, Etienne BASIN fils Catherin loue à son frère Claude une carrée de maison plâtrée servant à forge cloutière à la Haute-Chesnellière (AD 61 4E 80/1104, 16-3-1659)

En 1659, Jeanne NIOBEY veuve de Pierre LEPRINCE, tutrice naturelle de l'enfant loue: maison, jardin, terres, près à la Bovaltière (AD 61 4E 161/10, mai 1659)

En 1659, Adrien PRIEUR, pour lui et pour son frère Jacques, vend à Julien DUCHESNAY, collecteur, tout le seigle de deux pièces de terre , village de Launey-Buchet (AD 61 4E 80/54, 24-6-1659)

En 1659, Julien PATRY vend le pré de la Briardière, village et terreur de la Briardière, tenu de Mademoiselle à Pierre DE MAULORE, Maître des grosses forges de Champsecret, revendu à Thomas PATRY fils Julien le 26-10-1683 (AD 61 4E 80/157, 26-10-1683)

En 1659, succession de Toussaint CHANCEREL x Françoise LEPRINCE, 1° à la Renardière, sieurie du Val de Préaux: Maison, grange, étable, cour, courtil, jardins, terres, prés, jouxte: Adrien COURIOT, héritiers DE LA ROQUE, héritiers Nicolas BERTHOUT, Claude BERTHOUT, Nicolas BERTHOUT, Jacques CHANCEREL, Nicolas DUCHESNAY, 2° terre au Val de Préaux, jouxte: Jean GARNIER, Philippe CHANCEREL fils François, héritiers Guillaume LEVIEL, Jean LETEINTURIER x Françoise CHANCEREL, 3° à la Chesnelière: terre, jouxte: Raul DELALANDE, héritiers Guillaume LEVIEL, héritiers Guillaume LEPRINCE, héritiers Guillaume GARNIER, Jean et Mathurin GARNIER, Philippe CHANCEREL fils François (AD 61 4E 161/10, 22-5-1659)

En 1659, succession de François GARNIER, 1°: Jacqueline GARNIER fille et héritière et Denis GRANET vendent à Nicolas DUCHENE fils Gilles des terres, masure de la Chesnelière, tenues de Madame, jouxte: Raul DELALANDE, 2°: Noelle GARNIER, fille et héritière et François MOULIN Barberelle vendent à Nicolas DUCHESNE des terres terreur du Mont, tenues du fief de l'Hôpital et autres biens à Chanu (AD 61 4E 80/54, 16-7-1659 et 21-7-1659)

En 1659, Jean DUMONT fils Raul x Marie PRIEUR fille Germain reçoivent un emplacement de maison, village de la Johanière, tenu de Madame pour paiement d'une promesse de mariage du 3-4-1657 par Germain, Pierre, Charles, Julien, et Pierre PRIEUR fils, ses père et frères en loi. Jouxte: Laurent et Adrien DUMONT, Robert DUBOIS, témoins: Pierre LECONTE fils Michel, Michel PATRY (AD 61 4E 80/54, 14-9-1659)

En 1659, Jacques PATRY fils Sébastien fait une rente à Jacques PATRY sur une terre, terreur de la Colonière, jouxte Jacques LEVESQUE et ledit Jacques PATRY (AD 61 4E 80/54, 10-1659, image: 246)


Saint-Cornier-des-Landes
La place

En 1660, Claude PATRY fils Cornier vend à Louis BERTHOUT fils Thomas, un pré de la succession de Jean PATRY son neveu, masure de la Gaudinière tenue de Madame la Duchesse de MONTPENSIER en son comté de Mortain, châtellenie de Tinchebray. Jouxte: Pierre et Jacques PATRY, héritiers de Georges PATRY, témoins: Louis et Adrien BASIN (AD 61 4E 80/56, 6-12-1660)

En 1661, Julien DUCHESNAY loue la ferme de la Butte à Michel LEGOT, la ferme appartenant à Jeanne DE LAUBRIERE, fille et héritière d'Etienne DE LAUBRIERE (AD 61 4E 80/65, 17-1-1661)

En 1661, Perrine BADIOU, veuve de Pierre LEVESQUES loue ses biens de la métairie de la Butte du Houx à Edmond BERTHOUT fils Julien (AD 61 4E 80/57, 26-1-1661)

En 1661, Jacques CHANCEREL fermier de la Renardière doit en 1664, le paiement de son bail à Adrien COURIOT (AD 61 4E 80/67, 28-1-1664)

En 1661, vente des héritages de Pierre DUMONT, villages de la Butte et de la Jounnerie tenus de Melle De MONTPENSIER par sa fille Madeleine épouse de Denis DUCHESNAY fils de Pierre de Beauchêne à Julien DUCHESNAY, marchand de Nebellus à Saint-Cornier. Marin DUMONT frère de Madeleine DUMONT (AD 61 4E 162/1, 8-12-1661)

En 1662, compte de tutelle et bail de la succession de Nicolas BERTHOUT, Denis et Anne BERTHOUT ses enfants. Maisons, jardins, prés et terres labourables, à Saint-Cornier: village du Houx, village de la Renardière, près du moulin d'Yvrandes, à Larchamp: terreur de la Pépinière (AD 61 4E 162/1, 8-3-1662)

En 1662, André PATRY fils Michel achète une terre, village des Patry, tenue et mouvante du Domaine de Mortain à Pierre DUCHEMIN, témoin: Noel PATRY fils Jacques (AD 61 4E 162/1, 26-3-1662)

En 1662, Pierre GARNIER fils Mathurin vend à Me Vincent SAGEON une terre au Hamel Garnier dépendant de la sieurie de Préaux, jouxte: Jacques, Jean et Thomas GARNIER, témoin: Noel GARNIER frère du vendeur (AD 61 4E 80/63, 21-6-1662)

En 1662, succession Guillaume ROULLIER x Jacqueline LEBALLEUR, héritiers: Marin, Vincent et Guillaume ROULLIER ses fils, maison, jardin, prés, terres, village du Bourg-Volé, jouxte: héritiers Julien ROULLIER, Robert ROULLIER, Jacques LEPRINCE, Guillaume DUBOIS, Jean ROULLIER, Marin PRIEUR, Hervieu ROULLIER, Charles PRIEUR, Julien et Bertrand DUCHESNAY, témoins: Robert et André PATRY (AD 61 4E 80/63, 17-7-1662)

En 1662, clameur lignagère de Guillaume et Etienne DUBOIS, père et fils sur Jean LEPRINCE, marchand sur une terre dans le champ Hamard (AD 61 4E 80/63, 25-7-1662)

En 1662, 2 actes: 1° échange entre Me Vincent SAGEON, prêtre et Marin DELALANDE x Jeanne GARNIER. DELALANDE donne une terre, masure de la Chenellière, jouxte: Raul DELALANDE, SAGEON donne une terre dans le champ Hamard, jouxte: héritiers Guillaume ROULLIER, Noel DELALANDE, Pierre PATRY, forêt de la Lande-Pourrie, 2° vente d'une terre de DELALANDE à SAGEON (AD 61 4E 80/63, 14-9-1662)

En 1663, Bertrand DUMAINE donne à Michel JOUNIN fils Julien pour la promesse de mariage de sa femme, deux acres de terre, village et terreur de la Haie Huard, jouxte la forêt de la Lande-Pourrie (AD 61 4E 80/70, 26-11-1663)

En 1664, échange entre Nicolas DUCHESNAY fils Gilles et Guillaume GARNIER de terres, village des Béziers tenus de Madame et la Noë-Chesnay, sieurie de l'Hôpital. Le même jour, Nicolas DUCHESNAY fils Gilles, x Suzanne GARNIER fille François vend à Guillaume GARNIER, marchand de Chanu, son oncle, tous les biens de la succession de François GARNIER, père de son épouse. Biens au village de la Foutelaie à Chanu, sieurie de la Fresnaye, les Béziers et la Noë-Chesnay à Saint-Cornier, du comté de Mortain et de la sieurie de l'Hôpital (AD 61 4E 160/23, 14-7-1664)

En 1664, Julien DUCHESNAY Mebellus loue la ferme du Val à Etienne DUBOIS fils Guillaume pour 50 Livres/an (AD 61 4E 80/1098, 3-4-1664)

En 1664, Julien PATRY fils Michel fait une rente à Michel BERTHOUT fils André sur une terre à la Briardière, jouxte François PATRY (AD 61 4E 80/70, 18-8-1664)


En 1666, Denis ROULLIER paie une promesse de mariage à Robert ROULLIER son père en loi par un jardin, village et terreur du Bourg-Volé, jouxte: Jean, Pierre et Michel ROULLIER, Pierre PATRY (AD 61 4E 80/76, 12-4-1666)

En 1666, Adrien PRIEUR fils Charles échange des biens de la succession de Charles PRIEUR son père au lieu de Launey-Bucher avec son frère Jacques PRIEUR x Françoise DESPOIS fille et héritière de Emon DESPOIS, village et lieu des Monts (AD 61 4E 80/76, 1-5-1666)

En 1666, Jean GARNIER fils Jean vend à Thomas GARNIER son frère une terre au Hamel Garnier, sieurie du Val de Préaux, jouxte Jacques et Pierre GARNIER frères (AD 61 4E 162/2, 12-6-1666)

En 1666, Marin DELALANDE loue à son frère Noel DELALANDE une terre, village et terreur des Loges (AD 61 4E 162/2, 27-6-1666)

En 1666, Guillaume DESPOIS fils Jean vend à Toussaint BRIERE, marchand de Chanu, un corps de logis, salle, grange, étable, village et terreur des Béziers tenus du comté de Mortain (AD 61 4E 160/25, 21-12-1666)

En 1667, Pierre DUCHENE fils Michel vend à Jacques GODARD fils Pierre, une maison, village et terreur de la Foisnotière tenue du comté de Mortain, jouxte: Claude et Bertrand DUCHENE (AD 61 4E 160/26, 23-8-1667)

En 1668, Jean LEPRINCE vend une terre entre le Valet et l'église de St-Cornier à André PATRY marchand qui la fieffe à Denis LECONTE, jouxte: Thomas DELALANDE, Guillaume et Michel BASSIN (AD 61 4E 80/106, 3-1-1668)

En 1668, succession Adrien DOISNEL x Madeleine TASSEAU, tabellion, héritiers: Julien, Pierre et Jean DOISNEL, frères et fils, maison, terres, terreur du Bourg, la Butte et environs. Vincent ROULLIER, Jean et Pierre LEPRINCE, acquéreurs et créanciers, paiement de la dot de Madeleine TASSEAU. Jouxte: Thomas DUBOIS, Guillaume DUHAMEL, sieur de la Poterie, Marin ROULLIER, Julien DESDOITS , Julien LEPRINCE, Gilles DOINEL (AD 61 4E 80/92, 14-7-1668)

En 1669, Jacques, Jean et Claude CHANCEREL, fermiers de la Renardière, propriétaire: Adrien COURIOT, tabellion (AD 61 4E 80/93, 6-4-1669), en 1663, Jacques CHANCEREL bail à ferme les dîmes du village de la Renardière (AD 61 4E 80/65, 30-7-1663)

En 1669, vente de la ferme des Longs Champs pour 1200 Livres par Jacques PITOT, bourgeois de Tinchebray à Jacques CHANCEREL fils Julien de Chanu, tenue de l'Hôpital de Courval et de la Duchesse de Montpenssier, jouxte: Thomas PRIEUR, André DUCHESNAY, Gilles DUCHESNAY, Julien PATRY, Julien DUCHESNAY, Raul LECONTE, Michel LELIEVRE, Claude DUBOIS (AD 61 4E 80/93, 12-7-1669)


Duchesse de Montpenssier
Comtesse de Mortain

En 1670, Noel PATRY le jeune fils Jacques vend une terre à la Gaudinière, sieurie de l'hôpital de Courval à Julien MARIE de Tinchebray, Jouxte: André PATRY, Jean COURY (AD 61 4E 80/106, 12-3-1670)

En 1670, Jean BERTHOUT fils Julien vend à Michel MARIE sieur de la Gaudinière de Tinchebray, une place de maison, village de la Gaudinière tenu de la sieurie de l'Hôpital de Courval (AD 61 4E 80/94, 25-3-1670)

En 1670, Gilles PREVEL fils Nicolas vend demi acre de terre à Julien BERTHOUT fils Julien, jouxte: le chemin du Val à l'église de St-Cornier, Pierre GARNIER fils Gilles, Jean LEPRINCE (AD 61 4E 80/106, 25-4-1670)

En 1670, succession de Thomas DESPOIS, héritiers: Bertrand, Emon, Jacques ses fils, chambre, vieille maison, grange, deux places à bâtir, forge, four, jardin, village des Monts, sieurie de l'hôpital de Courval, jouxte: représentants de Jacques SIGNARD (AD 61 4E 80/106, 22-4-1670

En 1670, Jean LEPRINCE fils François vend une terre à la Gaudinière à Michel BERTHOUT fils André (AD 61 4E 80/106, 4-6-1670)

En 1670, succession de Gilles DUCHESNE, héritiers: Jacques, Adrien, André ses fils, terres, prés à la Noë (AD 61 4E 80/106, 15-7-1670)

En 1670, Bertrand LEPRINCE fils Jacques vend une terre , masure du Val, tenue du comté de Mortain à Jean ROULLIER fils Pierre et à Noel DELALANDE fils Cornier, jouxte: Charles LEPRINCE fils Pierre. Le même jour, son frère Jacques LEPRINCE fils Jacques x Marie NIOBEY lui remet une terre qui jouxte: Pierre PATRY fils Pierre et Jean ROULLIER fils Pierre (AD 61 4E 80/106, 25-7-1670)

En 1670, Bertrand DUCHESNAY vend une terre, village et terreur du Valet, sieurie de Préaux à Julien DUCHESNAY Mebellus, jouxte: héritiers Guillaume ROULLIER, le pré donné par Claude COURIOT les forgettes aux prêtres et chapelains de l'église de St-Cornier, témoins: Pierre LECONTE Trisoudière et son fils Pierre (AD 61 4E 80/106)

En 1670, Julien PATRY vend une terre à la Gaudinière tenue de la Duchesse de MONTPENSSIER à Michel BERTHOUT fils André, jouxte: Pierre PATRY, Me Jacques GUERARD, héritiers Thomas BERTHOUT. Paiement: promesse de mariage de Michel BERTHOUT fils André x Jeanne PATRY fille Georges, André PATRY, Noel PATRY fils Jacques, promesse de mariage entre le vendeur pour sa sœur Fleurie PATRY (AD 61 4E 80/106, 14-8-1670)


La Roque

En 1670, François DE LA ROQUE écuyer, sieur du Neufbourg, fils de Jean DE LA ROQUE , écuyer, sieur du lieu x Elisabeth DE MEHERENC (AD 61 4E80/106, 27-5-1670), en 1692, avance de succession pour ses enfants et héritiers: Etienne, Arnoul, Gabriel et Jacques DE LA ROQUE (AD 61 4E 80/169, 5-12-1691)


En 1671, Christophe PITOT vend une terre à la Beauvaltière, tenue du comté de Mortain à Pierre BERTHOUT, jouxte: HAMELIN, Noel BERTHOUT, Jean PITOT. Paiement à Pierre DUBOIS époux d'une des sœurs du vendeur. Le même jour, Pierre BERTHOUT fils Guillaume x Julienne PITOT donne quittance à Christophe PITOT (AD 61 4E 80/107, 1-5-1670)

En 1671, succession de Michel DUCHENE x Jacqueline GODARD, Bail à Bertrand DUCHESNE tuteur des enfants de Pierre DUCHESNE, 3 lots: maisons, étable, pressoir, jardins, prés, terres, rente sur Denis DAVY de Chanu, jouxte: héritiers Pierre DUCHESNE et Guillaume DUCHESNE, Bertrand, Célery, Claude, Noel DUCHESNE, Michel et François DESLANDES, Julien JOUBIN, Me Jean GUILLOUET, André CHANCEREL à cause de sa femme, Marin TASSEAU, héritiers Hervieu TIERCELIN, Michel SOREL et Jean TIERCELIN, Guillaume GARNIER, Julien HARDY, Jean LEMAZURIER (AD 61 4E 80/107, 18-5-1671)

En 1671,Pierre BASIN fils Pierre vend trois pièces de terre, village de la Chesnelière à Bertrand LEMANCEL, jouxte les représentants de défunt Charles BASIN. Clameur lignagère de Bertrand LEMANCEL sur Etienne et Pierre BASIN fils Pierre, frères (AD 61 4E 80/107, 30-8-1671 et 5-9-1671)

En 1671, Pierre LEPRINCE vend trois pièces de terre à la Chapellière à Pierre LEGOT (AD 61 4E 80/107, 30-8-1671)

En 1672, Michel DESPOIS fils Michel, cloutier, vend à Pierre LIMODIN fils Marin, marchand de Chanu, une grange, village et terreur des Béziers, tenus du domaine de Mortain (AD 61 4E 160/30, 21-7-1672)


En 1673, Jacques DUBOIS fils René loue ses biens à la Crière à Julien DUBOIS son fils, témoins: Denis et Gabriel DUBOIS ses autres fils (AD 61 4E 80/108, 26-4-1673)

En 1673, Etienne DUBOIS passe un marché de construction d'une maison au village du Val à Simon MOURICE (AD 61 4E 80/108, 5-5-1673)

En 1673, Vincent BASIN fils Gilles vend à Adrien GARNIER les héritages de son grand-père DESDOITS à la Chênellière tenue du comté de Mortain. Vente payée en partie à sa tante Jacqueline BASIN et faite avec le consentement de Pierre COURIOT x Marie LECONTE qui renonce au droit de douaire qu'il pouvait espérer (AD 61 4E 80/108, 28-5-1673)

En 1673, Jacques PRIEUR fils Marin vend une terre à la Vauvallière tenue du comté de Mortain à Jean ROULLIER, jouxte Louis ROULLIER (AD 61 4E 80/108, 4-6-1673)

En 1673, Jacques PRIEUR fils Charles vend une terre, terreur et village de Launey-Buchet tenue du comté de Mortain à son frère Adrien, jouxte: Pierre PATRY, Thomas ROULLIER (AD 61 4E 80/108, 11-6-1673)

En 1673, succession de Guillaume BASIN, héritiers: Vincent, Gille, Julien BASIN ses fils, Raul BASIN fils Marin. 3 lots: Etienne BASIN acquéreur de Raul BASIN, Guillaume GARNIER acquéreur de Vincent BASIN, Julien BASIN fils dudit Marin. Salle, jardin, terres, prés, à la Chênelière tenue de la Duchesse de MONTPENSSIER (AD 61 4E 80/108, 7-6-1673)

En 1673, Adrien COURIOT, tabellion loue le lieu et terre de la Renardière et la terre des Forgettes 5AD 61 4E 80/108, 24-6-1673, 16-7-1673)

En 1673, Pierre PATRY fils Pierre vend un pré, village du Bourg-Volé tenu de la Duchesse de Montpensier à Michel BERTHOUT fils André, jouxte: Charles PRIEUR, chemin de la Beauvallière au Bourg-Volé (AD 61 4E 80/109, 1-11-1673)

En 1673, disposition de tutelle de Laurent GALLIER fils Gilles, gisant au lit, village du Tertre (AD 61 4E 80/109, 3-11-1673)

En 1673, Claude COURIOT, sieur des Forgettes, fils Adrien loue à Robert MARIE le lieu et terreur du Mont-Renard (AD 61 4E 80/109, décembre 1673)

En 1673, Pierre DUBOIS fils Thomas, cloutier, vend à Julien DUCHESNAY Mebellus, marchand, une terre tenue de Mademoiselle, jouxte: Etienne DUBOIS, chemin du Val à la Briardière (AD 61 4E 80/109, 29-12-1673)


Saint-Cornier-des-Landes
Route d'Yvrandes

En 1674, Etienne DUCHESNAY, marchand coutier loue ses biens, village de la Fouanotière (AD 61 4E 80/109, 15-1-1674)

En 1674, Jacques PRIEUR fils Marin vend à Michel BERTHOUT, une terre, village de LAUNEY-BUCHET, tenue de Mademoiselle, jouxte: Pierre PATRY, Pierre et Jacques PRIEUR (AD 61 4E 80/109, 21-1-1674)

En 1674, Julien DUCHESNAY Mebellus et Cornier GASNERAY échangent des terres, village du Val, droits à l'Hôpital de Courval et Mademoiselle, jouxte: Richard MAUDUIT et Me Jean LELANDAIS (AD 61 4E 80/109, 11-2-167)

En 1674, Claude BASIN x Guillemine COUSIN loue une terre , village de la Chesnellière à André PATRY, marchand (AD 61 4E 80/109, 20-3-1674)

En 1674, Jacques PRIEUR fils Marin vend à Noel BERTHOUT fils Etienne, un pré acquit par Marin BERTHOUT de Julien BERTHOUT, masure de la Beauvaltière tenue de Mademoiselle (AD 61 4E 80/109, 26-4-1674)

En 1674, Michel BERTHOUT fils André loue à Etienne DESDOITS une terre village des Clos qui appartient à Guillaume DESDOITS fils Laurent (AD 61 4E 80/109, 3-5-1674)

En 1674, Grégoire AUVRAY fils Adrien AUVRAY x Julienne PREVEL paie sur une vente par Adrien AUVRAY à Marin DESDOITS sur une terre appartenant à sa mère au village du Valet (AD 61 4E 80/109, 16-5-1674)

En 1674, Denis et Gabriel BASIN, frères, fils Jacques loue à Julien DUBOIS leur frère ? , des terres village de la Crière (AD 61 4E 80/109, 13-5-1674)

En 1674, Marie DESDOITS x Nicolas AUVRAY vend à Julien DUCHESNAY, Mebellus, une terre village et masure de la Guitonière tenue de Mademoiselle, jouxte: Gabriel MADELAINE, témoins: Julien MOGIS, Bertrand LEMANCEL (AD 61 4E 80/109)

En 1674, Adrien AUVRAY fils Etienne vend à Marie DESDOITS x Nicolas AUVRAY, tous ses biens des héritages de son père Etienne, village de la Butte, tenu de l'Hôpital de Courval (AD 61 4E 80/109, 16-5-1674)

En 1674, 4 lots de la succession d'Etienne COURY x Anne HAMARD, héritiers: Jean ROULLEAUX, Pierre DESDOIS fils Marin, Marie DESDOIS x Nicolas COURY et sœur de Pierre DESDOITS fils Marin, biens village de la Butte, masure de la Beauvaltière (AD 61 4E 80/109, 22-5-1674)

En 1674, 1° René LECONTE fils Denis x Quillemette LEVESQUE vend maison, terres, jardin, village de la Trousaudière tenu de Mademoiselle à André PATRY, marchand, Pierre LECONTE, Pierre et François LECONTE, témoins: Louis LEVESQUE et Noel BERTHOUT fils Michel, 2° Clameur lignagère sur cette vente de Pierre ALEXANDRE fils Pierre et Honorine LEVESQUE (AD 61 4E 80/109, 16-9-1674)

En 1674, Me Gilles ROULLEAUX, Avocat et Laurent ROULLEAUX, héritiers de Me Jean COURY, Avocat, vendent à Michel PATRY fils Claude, un pré à la Gaudinière, tenue de Mademoiselle (AD 61 4E 80/109, 16-9-1674)

En 1676, succession de Françoise TIERCELIN x Jacques GERAUT, héritiers: Louis et Michel GERAUT frères, maisons, prés, terres, jardin, terreur et village de la Foisnotière, jouxte: héritiers Guillaume DUCHESNAY, Julien DUCHENE fils Claude (AD 61 4E 159/1, 20-2-1676)

En 1676, Louis GERAUT fils Jacques vend une terre à la Foisnotière, à Pierre HARDOIN fils Germain de Chanu, jouxte: Julien HARDOIN, Bertrand DUCHESNAY (AD 61 4E 159/1, 14-7-1676)

En 1676, Guillaume BERTHOUT, marchand loue à Grégoire GUILLARD fils Jean le lieu et ferme de la Renardière (AD 61 4E 159/1, 25-3-1676)


En 1682, Guillaume MOULLIN x Julienne TURBION, rente à Jacques LEPRINCE fils Guillaume sur une terre à la Chênelière, jouxte: héritiers François CHANCEREL, Claude GALLIER, Thomas DELALANDE (AD 61 4E 161/11-13, 7-6-1682)

En 1680, Jacques CHANCEREL fils Jean vend à Guillaume GARNIER, marchand de Chanu, une terre plantée d'arbre, un jardin, une maison servant de forge à cloutiers, village et terreur de la Renardière, sieurie de Préaux, jouxte: Adrien COURIOT, Guillaume BERTHOUT, paiement à Guillaume LE GALLOIS, bourgeois de Fougères x Marguerite CHANCEREL, fille d'André frère du vendeur. Biens fieffés par l'acquéreur à Claude CHANCEREL, fils du vendeur (AD 61 4E 162/3, 21-3-1680)

En 1685, succession de Celery PATRY x Judith DUCHESNAY, Pierre, Michel, Julien ses fils, maison étable, grange, jardin, pré, une petite forge à cloutier, village et terreur de la Gaudinière, tenu du comté de Mortain et de la sieurie de l'hôpital de Courval (AD 61 4E 80/158, 27-12-1685)

En 1688, succession de Michel TASSEAU, héritières: Jacques HARDOIN fils Pierre x Eugénie TASSEAU, Jeanne, Marie et Françoise TASSEAU filles de Michel TASSEAU. Maison, jardin, pré, terre village des Béziers tenu de Mademoiselle, jouxte: Jean et Pierre DESDOITS, Michel BESNARD, héritiers Pierre DESDOITS, Nicolas DUCHESNAY, représentants de Pierre TASSEAU, Pierre DESDOITS (AD 61 4E 80/164)

En 1688, tutelle des enfants mineurs de Pierre PATRY fils Georges x Marguerite LIOUT, Michel LELIEVRE, tuteur, septuagénaire, Jean LEMARIE, Pierre PATRY fils Laurent, Pierre PATRY fils Jacques, Noel BERTHOUT fils Noel, Gilles PATRY fils Sauveur, Pierre PATRY le jeune fils Jacques (AD 61 4E 80/166, 23-5-1689)


En 1691, succession de Jean DE LA ROQUE, sieur du Neufbourg, estimation des biens: terre du Neufbourg, ferme de Riant, ferme de la Crière, ferme de la Butte de Riant, ferme du Houx, 5 lots (AD 61 4E 80/170, 21-11-1691, 17-3-1692)

En 1692, succession de Roberde PRIEUR décédée en Bretagne, Jacques, Gilles, Pierre PRIEUR frères donnent procuration à Bertrand DESPOIX conjointement à Pierre ANGUEY x Gilette PRIEUR, Etienne BAZIN x Marie PRIEUR, Perrine PRIEUR autre sœur (AD 61 4E 80 /171, 2-6-1692)

En 1692, succession de Jean COURY x Jeanne DUMAINE et Noel COURY frères, héritiers: Laurent COURY fils Jean x Jeanne DUMAINE, Philippe PATRY fils Gilles x Jacqueline COURY, Philippe DEPASSE fils Philippe x Suzanne COURY, Etiennette COURY aussi fille de Jean COURY, vendent sans division à Etienne DE LA ROQUE, écuyer, maison, étable, jardin, terres, pré, village et terreur du Doitel, tenu de la Duchesse de MONTPENSSIER (AD 61 4E 80/171, 7-7-1692)

En 1692, Guillaume BERTHOUT, prisonnier aux prisons royales de Tinchebray bail à ferme la Renardière à: Adrien LECONTE fils Michel, Pierre SAGEON fils Grégoire et Jean CHANCEREL (AD 61 4E 80/171, 24-9-1692, 3 actes)

En 1692, Marie DUMAINE fille Guillaume vend les biens de la succession de Philippe DUMAINE son aïeul, village de la Dumainerie (AD 61 4E 80/172, 5-10-1692)


Les paroissiens en 1693

Taxe du Roi sur le Trésor de la Fabrique


Le 29-7-1693, les paroissiens de Saint-Cornier sont condamnés à payer 300 Livres sur les rentes du Trésor de la Fabrique. Ils s'assemblent le 18-1-1694 pour délibérer:

Pierre SAGEON, Marin et Guillaume ROULLIER, Pierre DUCHESNAY, Thomas PATRY fils André, Christophe PATRY, Guillaume et Jean BERTHOUT, Etienne DUBOIS, Gilles DUBOIS, Jacques BERTHOUT fils Macé, Laurent DESPOIX, Gilles PATRY, Thomas GARNIER, Louis DUMONT, Robert ROULLIER, Noel BERTHOUT, Pierre DE NOYEU, Michel PATRY, Thomas DELALANDE, Veuve de Pierre PATRY, Nicolas DUCHESNAY, Jean DUCHESNAY, Pierre PATRY fils Pierre, Jean DESDOITS, Gilles PATRY fils Laurent, Richard MAUDUIT, Bertrand DUBOIS, Jean LECONTE, Jacques, Pierre, Thomas BERTHOUT, Julien PATRY, Michel GEBAULT, Noel DUCHESNAY, Claude GALLIER, René DUMAINE, Michel MARIE

Rentes:

Thomas BERTHOUT, don de 1684, Gabriel DUCHESNAY, don de Me Vincent SAGEON, don de 1689, Jean DESDOITS fils René, don de Claude et François TASSEAU de 1683, Etienne DUBOIS, don de Fleury PATRY de 1644, don de Guillemine BERTHOUT de 1658, don des héritiers de Julien BERTHOUT en 1620, Guillaume ROULLIER fils Thomas, don de Quillaume ROULLIER en 1646, Jacques PRIEUR fils Charles, don de ...AUVRAY veuve de Charles PRIEUR en 1649, Thomas GARNIER don de la veuve d'André GARNIER fils Jean en 1626, Pierre DE NOYEU, don de Mathurin HAMARD en 1650, Louis DUMONT

45 signatures ou marques (AD 61 4E 80/187, 18-1-1694, image: 80)


En 1695, Renée BERTHOUT héritière de Denis BERTHOUT x Andrinne GALODE x2 Julien BESNARD de Vitré (35), biens au Houx, la Renardière, près du Moulin d'Yvrandes avec rappel de contrats: lots par Nicolas BERTHOUT et Etienne BASIN du 12-8-1648, partage entre Adrien et Nicolas BERTHOUT, frères, fils Guillaume du 10-6-1637, acquêt de Nicolas BERTHOUT de Noel COURIOT du 15-1-1648, jouxte: DIGUET, RACINE, ANGUEY, DE LA ROQUE, LECONTE, MASSON, CHANCEREL, GALLIER (AD 61 4E 80/188, 18-3-1695 (images: 23 à 30)

En 1695, succession de Jacques LEPRINCE, héritiers: Jean BERTHOUT x Jacqueline LERINCE, Jean BESNARD x Marie LEPRINCE, filles du défunt, Guillaume LEPRINCE fils Jean LEPRINCE. Maison, grange, étable, jardins, prés, terres, village et terreur de la Foisnotière, jouxte: héritiers Raoul DUMONT, Thomas ROULLIER, Richard MAUDUIT, Marin BERTHOUT, Guillaume MAUDUIT, Pierre PATRY, . Paiement d'une promesse de mariage de Françoise NIOBE, mère de Guillaume LEPRINCE fils Jean (AD 61 4E 80/189, 3-5-1695)

En 1695, succession de Marin ROULLIER, héritiers: Guillaume ROULLIER x Catherine ROULLIER, fille de Marin, Robert Sol... x Jacqueline ROULLIER, fille de Marin, Jean ROULLIER x Perrine ROULLIER fille de Marin. Maisons, cabinet à marchandises, jardins, champ de la Crière, champ Duchemin, pré du Valet, jouxte: Pierre DUBOIS, Gabriel MADELAINE, Julien ROULLIER, Pierre DUCHESNAY, Philippe DEPASSE (AD 61 4E 80/189, 22-6-1695)

En 1696, Pierre SAGEON marchand, héritier de Grégoire SAGEON et de Me Vincent SAGEON prêtre, vend la métairie de la Noë-Chesnay 1180 Livres (300 sur la sieurie de l'Hôpital de Courval et 880 sur le comté de Mortain), contrat d'acquêt de Grégoire SAGEON du 5-6-1648. Paiement en partie à Jeanne DUCHESNAY x Denis SAGEON, sœur en loi du vendeur, jouxte: héritiers de Guillaume GARNIER, Pierre LEPRINCE, Jean LEPRINCE et de Denis SAGEON, Bertrand DESPOIS, Pierre AUVRAY, Bertrand LECONTE (AD 61 4E 80/190, 3-6-1696)

En 1696, succession de Louis ROULLIER x Marie LETESSIER, héritiers: Pierre et Etienne ROULLIER,. Maison, jardin, prés, terres, village de Launey-Buchet, jouxte: Jacques PRIEUR, Jean ROULLIER, Héritiers d'André PATRY, d'Adrien PRIEUR et de Charles PRIEUR, Guillaume BERTHOUT, Thomas BERTHOUT (AD 61 4E 80/189, 20-5-1696)


  • En 1635, Recherches de noblesse d'Aligre, Election de Mortain: 645, De LESPINASSE Bonaventure de la paroisse de Saint-Cornier-des-Landes, fils Joachim, fils Charles fils Jean De LESPINASSE: avons ordonné qu'il justifie plus amplement


  • AD 50, A 1988, 1601-1766:

Fieffes de terres: au Mont-Renaud, aux Doiteaux, aux Planistres, au Gué du Prieur, sous Vieux-Ciel, au Maupas, à la lande des Cavées

Familles: Jean LE LIEVRE, Martin et René PATRY, Julien JOUBIN, André et Gervais DESPOIS, Claude COURIOT, Etienne HAMEL, Marin VENIARD

Echange entre Gilles PATRY et Bertrand DE L'AUBRIERE de 10 acres de terre sur le triage du Gué-Robert


  • AD 50, A 4015

1586: Aveu de 10 acres de terre par Claude BELOT

1609: Vente par Jean, Marie et Marguerite FOULET de 10 acres de terre au Gué du Prieur


Le Harivel
Beauchêne - Rentes - AD 50 A 312

Beauchêne

En 1700, Beauchêne est une paroisse où il y a 420 familles et 700 à 800 personnes. Jacques LE HARIVEL en est seigneur et l'Abbé du Plessis-Grimoult présente au bénéfice (Pierre Gauhier, L'intendance de Caen en 1700, page: 528)

Beauchêne est du comté de Mortain en la châtellenie de Tinchebray et on y compte 47 villages, terres, masures, aînesses. En 1620, le tabellionage de Beauchêne et Saint-Cornier est affermé à Pierre LEVIEL et Michel TASSEAU. (Abbé Dumaine, Tinchebray et sa région, tome 2, page: 464)

L'Abbé Dumaine dans le tome 2 de Tinchebray et sa région a copié les rentes dûes au comté pour Beauchêne (AD 50 A 312, 1700-1702)

familles:

GODIER, RENAULT, DUCHESNAY, MAUNIER, ROBBES, GIROU, LECORNU, JOUCQUET, ROUSSEL, DUGAST, LE CHEVALLIER, AUMONT, ROULLEAUX, LAROQUE, BOUQUET, DU GASSEL, GUITTON, BESNARD, CALLANDO, FLEAUX, DUMAINE, GRAFFARD, LEFRANC, BAUGEARD, LEGOT, DURAND, RUEL, MOULLIN, DESDOUETS, DE SURVILLE, MARJAIS, PATRY, BATTEAU, LE ROYER, MASSERON, LETEISSIER, LALANDE, DROULLON, GIROULT, THIERY, LEVIEL, DE FONTENAILLE, LE FAVERAIS, LEVAL, DE VERDUN, DE SOURDEVAL, ROBINE, BOULARD, LE ROUYER, MALOISEL, GRISERE, PALLIX, LOUVEL, COUCHE, COURIOT, POSTEL, DE LA ROQUE, GAILLARDIN, POISNEL, AUBERT


AD 50 A 1928, 1552-1598

Fieffes par les officiers du comté de Mortain aux familles: LE CHEVALIER, LEFRANC, MALOISEL, DROMER, LE CORNU, DE SOURDEVAL de terres: au Bois de Beauchêne, la Vente, la Butte du Béchet et à la Noé-Verte


AD 50 A 1929, 1601-1640

Fieffes par les officiers du comté de Mortain aux familles: LE BIGOT, LE FRANC, LE CHEVALIER, DES DOUETS, GODIER, AUMONT, LE VIEL, ROULEAUX, JOUGUET, LE ROYER de terres à la Butte du Béchet, la fontaine de Passe, la fontaine du Goulet, au Tronchet, au bois de Beauchêne et à la Vieille-Vente


AD 50 A 1930, 1586-1652

Aveux au comte de Mortain par les familles: AUMONT, LE CHEVALIER, DROMER, GODIER, DE GRIMOUVILLE, LOUVET, MALOISEL, PALLIX, DE PASSE, ROUSSEL, ROULLEAUX, ROBBES, ROYER, DE SOURDEVAL, DES DOITS pour des terres: au Haut Béchet, la butte du Béchet, la Vente au Vicomte, Pierre-Blanche, au Long-Gué, au Bruslin de la Cloustière, au Pont-d'Ays, la Vente du Béchet, la Vente-Rivet et à la Vieille-Vente


AD 50 A 4015, 10-11-1601, Amortissement d'Eustache AUMONT pour 36 acres de terre à Beauchêne, 18-11-1653, Aveux d'Adrien AUMONT, Michel GIGAN et autres pour 10 acres de terre au Béchet

AD 50 A 3951, 25-1-1757, Julien AUMONT, deux portions de landes au Goulet, Jacques et Julien ROBBES, marchands, deux portions de landes au Béchet


  • Minutes des tabellions de Saint-Cornier-des-Landes et Beauchêne classées à Tinchebray:


1692-1702: 4E 80/185 à 197

1704-1726: 4E 80/538 à 586

1733-1741: 4E 80/587 à 607

1741-1750: 4E 80/613 à 630

1754-1786: 4E 80/631 à 641


La Lande-Patry, Landisacq
Patry

La Lande-Patry est de la baronnie de la Lande-Patry dite parfois: baronnie de Larchamp


Fief de la Champagne:

Château de la Lande, le bourg, halles, marché, bourgeoisie, le Mesnil, les Landes

Le 25-1-1570, Julien MALHERBE vend à Michel VOISIN représenté par son fils Robert, 2 carrées de maisons, jardin, terres, village de la Malletière, sieurie de la Champagne, jouxte: Pierre JENVRIN, Hoirs Christophe MALHERBE, Michel MALHERBE, Hoirs Collas JENVRIN, témoins: Philippe MALHERBE (AD 61 4E 160/1)


  • Fief de Beaumanoir:

Le Tremblais, la Solletière, Launay-Morin, le Bois Maillard, la Gomonière, la Gevraisière, Rebion, l'Hodièsnière, le fief du vivier pour un quart, le fief de la Cour du Bois pour un demi de haubert (Auguste Surville, La baronnie..., pages: 5-6)

Le 16-11-1571, Noel LECHEVREL fils Julien vend pour payer une dette à H.H. Jehan LECHEVREL et Marguerite LEMAITRE sa femme, 6,5 vergées de terre, terreur du vivier tenue de la Baronnie de la Lande-Patry, jouxte: Jehan LECHEVREL fils Gilles, Robert LEMAITRE (AD 61 4E 160/1)

En 1629, François LEMAITRE, sieur de la Salletière se fait un blason et lègue une terre à l'église (La Normandie monumentale et pittoresque, Orne, 1ère partie, page: 262 (sur gallica)


  • Fief du Bois dit aussi de Bois Cour (AD 61 240J31, 22-3-1668):

Le 15-1-1570, Philippe MALHERBE époux de Charlotte FOURMONT, vend à Guillaume LECONTE de Chanu, une terre , sieurie de Bois Cour à la Lande-Patry, jouxte: Me Gilles FOURMONT, Antoine DESLANDES, le chemin tendant au pont de Visance, témoins: Julien MALHERBE, Jehan FOURMONT (AD 61 4E 160/1)

Le 12-2-1570, Pierre HELIX de Chanu vend à Guillaume LECONTE fils Michel de Chanu, une terre à la Belaie, paroisse de la Lande-Patry, fief de Bois Cour, jouxte: le bois Belaie, ...HAVAS

Le 23-5-1571, Echange d'héritages entre Michel LEMOUTON de la Lande-Patry et Pierre LEPRINCE Havassière de Chanu: LEPRINCE baille à LEMOUTON: grange, étable, fournil, jardins, prés, terres labourables à la Sébergère et Launay-Venieux, fief de Bois Cour paroisse de la Lande-Patry, jouxte: Michel, Julien, Jehan, Gilles TABLET, Me Jehan TABLET, Hoirs Me Robert et Gilles TABLET, François HAVAS. LEMOUTON baille à Leprince: jardin à la Havassière, mare du Rosel, terres, pré, village de la Havassière, fief du Mesle, paroisse de Chanu, jouxte: le rocher Blais. LEMOUTON baille une rente à prendre à la Chapelle-Biche (AD 61 4E 160/1)


F. Bertrand

En 1141, Guillaume PATRY donne le terrain pour bâtir l'église et le prieuré Saint-Vincent, 10 arpents de pré dans le bois et pacage Dauphy, Rannulf POISSON le manse de Roger AMELIN et Raoul De LA LANDE une vergée de terre (Le Pays Bas-Normand, 1974, n°1, pages: 4 et 6)

15-1-1471, Assemblée des férons de la minière de Beaumont en l'hôtel de Phelippot BETRAN (AD 14 E 491)

10-1-1504 et 22-9-1504: Aveux de Jean DUMESNIL et Jean MALHERBE pour les masures du Mesnil et du Chesnay à Charles De GRIMOUVILLE, prêtre et baron de la Lande-Patry (Auguste Surville, La baronnie..., page, 15)

28-7-1560, Julien et Gilles LEMAITRE, tabellions (AD 61 4E 160/1)

7-2-1570, transport d'héritage à la Pannetière, paroisse de la Lande-Patry, baux et contrats de Robert VAUBAILLON à Marin AUPEE par son frère Jehan VAUBAILLON à Messire Georges De GRIMOUVILLE, Baron de Larchamp (AD 61 4E 160/1)

25-9-1570, Bail des moulins de la Lande et du Val par Georges De GRIMOUVILLE, Baron de Larchamp à Me François BERTRAND prêtre de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/1)

2-5-1571, Bail à ferme de la métairie de la Cour du Bois par Georges De GRIMOUVILLE Baron de Larchamp et de la Lande-Patrie à Jehan HUET de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/1)

7-11-1571, Noël LECHEVREL fils de Jehan de la Lande-Patry paie à Jehan LECHEVREL fils de Vincent et à Marguerite LEMAITRE sa femme une obligation de 190 Livres par 6,5 vergées de terre, terreur du vivier tenue de la Baronnie de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/1)

En 1595, constitution par Pierre AUPES de la Lande-Patry d'une rente d'un écu au profit de Louis BRIERE de Landisacq (AD 61 H 48)

En 1651, succession de Jean GOSSELIN à la Rosserie, héritiers: Noël et Gilles GOSSELIN frères, jouxte: Jean, Michel, Guillaume, Robert GOSSELIN, Georges LEMAITRE (AD 6 4E 80/37, 9-3-1651)

24-10-1685: Abjuration de RPR: Guillaume NOEL, Marie PROFICHET, Julien et Elisabeth SEBIRE, Gilette, Jacob, Louise et Jacques DUVAL. Marie LECHEVREL avait abjuré avant (Auguste Surville, La baronnie, page; 39)


Henri II
Visa de l'Abbaye de Savigny sur un contrat de 1630
Landisacq - Le haut du Bourg

Landisacq

Au début du XVIIIe siècle, Landisacq contenait 180 feux avec 700 habitants (Dumaine, Tinchebray, tome 2, page: 483)

Fief du Mesle

Fief de Savigny

Charte de Henri II, Roi d'Angleterre, Duc de Normandie, d'Aquitaine et d'Anjou: Don à l'abbaye de Savigny du don de Guillaume PATRY et de la concession de l'évêque de Bayeux à Landisacq: la métairie de la Noe avec ce qui en dépend, le moulin et l'église avec la mouture et la dîme de la paroisse et autres droits (Société historique et archéologique de l'Orne, 1901, page: 132 (sur gallica)


  • Fief de Belle-Etoile: ferme du Val et la Flaudière (Jean Fournée, L'Abbaye...Pays Bas-normand, n°181, 1986, page: 703)
  • Fief du Bois (AD 61 240J31, 22-3-1668)


26-11-1430, Acte entre Raul LE BONST de Landisacq et Pierre HUBERT de Chanu, BELLIER tabellion de Tinchebray (AD 61 H 231)

28-6-1557, Accord pour le mariage de Guillaume FORGET fils de Pierre FORGET de Landisacq et Tassine POTEL fille de Gilles et Chardine VAUGEOIS (Médiathèque de Flers, MAN 33, Relevés Stephane Guillon)

En 1595, constitution par Pierre AUPES de la Lande-Patry d'une rente d'un écu au profit de Louis BRIERE de Landisacq (AD 61 H 48)

En 1616, Jean BESNARD, sieur du Boullon, sergent x Sainte HAVAS, gendre: Abraham DUVAL (AD 61 4E 80/1, 28-11-1616 et AD 61 4E 160/11, 24-1-1649)

En 1619, Mathieu GAUQUELIN, tabellion, sieurs des Rochers (AD 61 4E 80/2, 27-8-1619)

En 1625, Raul PELOIN, le Plessis (AD 61 4E 80/7, 18-8-1625)

En 1633, Denis DUFAY fils Gilles de Landisacq x Anne BASIN fille et héritière de Jacques BASIN fils Jean de Fresne, vente du tiers de la succession AD 61 4E 80/14, 31-12-1633)


En 1639, 5 lots, succession de Jean LEMONNIER frère de: Gilles, Raul, François et Guillaume LEMONNIER, tuteur de l'enfant : Jean VENIARD, parents et amis: Michel AVICE, Pierre LECONTE, Pierre MOUSSET, Richard AVICE, témoins: Jean AVICE la Chambre, Collas MASSON. Terres village et terreur de la Claudière, jouxte: François et Guillaume LEMONNIER par acquis de Jean THOURY, Thomas DUFAY, Collas MASSON (AD 61 4E 80/72, 6-1-1639)

En 1639, 1° avance sur succession Jean DEVERRE x Barbe AVICE, héritiers: Guillaume et Gilles DEVERRE fils Jean, Jean DEVERRE fils Raul leur neveu, maison, clos à chenevière, pré, terres, Rentes seigneuriales et foncières au Trésor de l'église de Landisacq, jouxte: le chemin du cimetière à l'église, Collin HERGAULT, Thomas HAVAS, DE PRINCEY, sieur des Bissons (Chanu), Julien JENVRIN fils Guillaume, Raul PELOIN, Me Guillaume GAUCHER, Jacques LEPRINCE, sieur de la Havassière (Chanu), Gilles GAUCHER, Guillaume LEGENDRE, 2° Guillaume DEVERRE fils Jean x Barbe AVICE vend à Etienne FONTAINE, sieur de la Fontaine de Landisacq tous les héritages fait par sa mère Barbe AVICE (AD 61 4E 161/9, 9 et 10-4-1639)

En 1639, 2 actes: quittance de bail et accord sur des héritages à la Hagrie sur le douaire de Madelaine JEAN x Robert THOURY, ses fils Nathan THOURY x Marie ONFRAY et Isaac THOURY, Julien THOURY tuteur d'Isaac et père en loi de Madelaine JEAN, témoins: Julien THOURY fils Guillaume et Jean THOURY fils Toussaint (AD 61 4E 161/9, 6-2-1639)

En 1639, paiement de Toussaint PRIEUR à Catherin GAUCHER, Plessis (AD 61 4E 161/9, 14-2-1639)

En 1639, Jean VENIARD fils Germain VENIARD x2 Amelette CHRETIEN, mère en loi dudit Jean, accord pour meubler la maison de défunt Germain à la Jardinière, témoins: Noel HELIX, la Fontaine, Macé HUARD, Huardière (AD 61 4E 161/9, 10-2-1639)

En 1639, échange entre Jean GAUCHER fils Michel et Pierre LEHAGRE Motinière, fils Etienne de Fresnes, à cause de sa femme Perrine GAUCHER d'une terre à la Basse-Hagrie, sieurie du Mesle, jouxte: Richard FORGET, Catherin GAUCHER le Plessis contre deux terres à la Jardinerie, sieurie du Mesle, jouxte: Jean GAUCHER, Gilles AUFFREY, héritiers Raul PELOIN (AD 61 4E 161/9, 3-4-1639)

En 1639, Guillaume BRIOSNE fils Thomas et Jacques BRIOSNE fils Jean son oncle vendent à Jean MADELINE, marchand de Chanu, un pré terreur de Maison-Blanche, sieurie de Savigny, jouxte: Mathurin GAUQUELIN, héritiers Guillaume HALBOUT (AD 61 4E 161/9, 22-3-1639)

En 1639, avance sur succession par Germaine HUREL femme de défunt Guillaume HUARD, 3 lots, Pierre HUARD fils Guillaume, Pierre LEPRINCE, tuteur des enfants. Contrat de mariage Guillaume HUARD x Germaine HUREL, 4-8-1630, Domfront. Biens: deux maisons, grange, étable village des Carrefour, terres, prés, clos à chennevière, jardins, courtil, villages et terreurs de la Huardière, des Carrefours et de la Mare, jouxte: Michel HUARD Huardière, Jacques et Julien HUARD, Louis et Denis HUARD, Germain GAUCHER, témoin: Germain HUARD fils Guillaume (AD 61 4E 161/9, 14-5-1639)

En 1639, Louis HUARD fils Gilles vend à Pierre ANFFREY, 2,5 acres de terre, village et terreur de la Mare tenu de la sieurie du Mesle, jouxte: Gilles ANFFREY, Louis HUARD frère du vendeur, Michel HUARD, sieur de la Huardière (AD 61 4E 161/9, 18-5-1639)

En 1639, Isaac et Guillaume HUARD vendent à Michelle DESCOURT fille Richard x Isaac MASSON fils Gilles, une terre à la Flaudière, sieurie du Mesle (AD 61 4E 161/9, 12-8-1639)

En 1639, accord sur la valeur d'une terre entre Me Jean Du ROZEL écuyer, sieur de la Brigaudière et Noel DUFAY fils Jean, frère de Thomas DUFAY x 14-2-1612 avec Simone JEAN fille de Gilles, sœur de Marie, Louise et Gabrielle JEAN, témoins: Philippe DE LA ROQUE, François GUILLEMIN le Plessis (AD 61 4E 161/9, 26-7-1639)


En 1641, Marie, Marguerite et Germaine MASSON, filles de Raul MASSON x Catherine BRIERE vendent à René GAUQUELIN, sieur du Perron, sergent, le pré du Perron, village et terreur du Bouillon et le champ de la Vigne, jouxte: Mathieu GAUCHER, héritiers Guillaume HALBOUT ((AD 61 4E 80/21, 11-3-1641)

En 1641, accord entre Michel et Guillaume DUFAY, frères, fils David DUFAY x Françoise THOURY (AD 61 4E 160/2, 29-8-1641)


En 1676, Léonard et Pierre FRILOUX, frères de Larchamp loue la Huardière à Landisacq à Gabriel Antoine Du CRUX (Relevés Sthéphane Guillon, famille Du CRUX, 12-8-1676)


  • Voir sur Généanet, espace de publication : Emmanuel Hamel : nombreux actes sur Landisacq
Larchamp
Grimouville
Larchamp - Le bourg vu de la route de Ger

Larchamp est de la Baronnie de Larchamp dit aussi Baronnie de la Lande-Patry. En 1570, Georges De GRIMOUVILLE est Baron de Larchamp, Guillaume HERGAULT et Hervieu BOUVET tabellions (AD 61 4E 160/1)


Fief de Larchamp

La Vaudardière:

Guillaume BAUDOIN vend à H.H. Pierre BAUDOIN, prévôt une terre, terreur et village de la Vaudardière, sieurie de Larchamp, jouxte la rivière de Glaire, Jehan BAUDOIN son frère, Me Jaspar BAUDOIN (AD 61 4E 160/1)

Me Jaspar BAUDOIN vend un pré à la Vaudardière à Me Pasquier ANGER curé de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 10-5-1570)

Me Jaspar BAUDOIN vend un pré devant sa maison à Me Pasquier ANGER, masure de la Vaudardière, fief de Larchamp, jouxte la rivière de Glaire, Guillaume BAUDOIN et son frère (AD 61 4E 160/1, 15-5-1570)

Me Jaspar BAUDOIN prêtre vend une partie du jardin de la Vaudardière à Me Pasquier ANGER curé de Larchamp, nota: la Vaudardière est dite de la sieurie de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/1, 14-11-1570)

Me Jaspar BAUDOIN vend une terre au lieu du Rocher, terreur et masure de la Vaudardière, sieurie de Larchamp (AD 61 4E 160/1, image: 248)


La Fleurière:

Christophe et Jacques LIMODIN (AD 61 4E 160/1, 20-2-1570)


La Ménardière:

Simon DUTERTRE vend à Raoul DUTERTRE un pré au lieu de la Ménardière, sieurie de Larchamp, jouxte Messire Georges De GRIMOUVILLE (AD 61 4E 160/1, 2-5-1570)

H.H. Pierre HERGAULT, maréchal achète le champ de dessus du Val, masure de la Ménardière, sieurie de Larchamp à Nicolle DUTERTRE (AD 614E 160/1, 23-1-1571)


Le Coudray:

Clameur sur deux terres en jardin, village du Coudré, sieurie de Larchamp entre Collas ROUSSEL le Jeune de Saint-Bômer et Nicollas HERGAULT de Larchamp, ROUSSEL renonce (27-4-1570, AD 61 4E 160/1)


Le Buisson:

H.H. Nicolas HERGAULT fils Robert époux de Marguerite DESCOSE ? vend à H.H. Guillaume GAUDON une terre labourable, terreur et village du Buisson, sieurie de Larchamp, jouxte: Jehan BAUDOIN (AD 61 4E 160/1, 11-6-1571)


La Corvère:

H.H. Michel VAULTIER vend une terre à H.H. Mathurin HERGAULT, jouxte Julien HERGAUT Corvère et le Baron de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 23-4-1570), Julien HERGAULT Corvère vend un jardin à Michel VAULTIER, jouxte Mathurin HERGAULT (AD 61 4E 160/1, 2-5-1570)

Description des biens de Mathurin HERGAULT à la Corvère avec sa filiation et rappel d'un acte du 10-6-1480: Mathurin fils Jehan fils Guillaume fils Robert HERGAULT (AD 61 4E 160/1, 29-7-1570)


La forgetière:

Me Jean MORICE prêtre échange des terres avec Georges De GRIMOUVILLE, masure de la Forgetière, sieurie de Larchamp, soulte à la requête de Michel VAULTIER, du lieu, fief et masure de la Haute-Bunellière, jouxte aux HERGAULT, Mathurin HERGAULT Corvère (AD 61 4E 160/1, 25-1-1570)


La Corbinière:

Vente par Jehan AUBERT à Me Pasquier ANGER curé de Larchamp d'une terre à chenevière, village de la Corbinière, sieurie de Larchamp, jouxte: Marin AUBER (AD 61 4E 160/1, 16-7-1570)


La Pépinière:

Vente par H.H. Nicolas BOULAY à Raul VENIARD de Beauchêne d'un pré terreur et masure de la pépinière, jouxte: Guillaume BOULAY (AD 61 4E 160/1, 27-6-1570)

Vente d'une terre de H.H. Louis GAUDON à Guillaume GAUDON fils Jacques époux de Françoise DUTERTRE (AD 61 4E 160/1, 25-7-1570)

Vente d'une rente foncière sur les héritages de Me Jehan ROUSSEL à la Pépinière, sieurie de Larchamp par H.H. Robert ROUSSEL fils de grand Jehan de Saint-Bômer à H.H. Jehan BOULAY de Larchamp, suite à un contrat de fieffe fait entre Me Jehan ROUSSEL et Jehan et Nicolas BOULAY (AD 61 4E 160/1, 27-8-1570)

Vente de terre à la Pépignière par André BRULLE à H.H. Jehan BRULLE son oncle (AD 61 4E 160/1, 3-9-1570)

Echange de parties de la grande maison de la pépinière, cour, étable entre H.H. Jehan BOULAY et Nicolas BOULAY son frère, terreur et masure de la pépinière , sieurie de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 28-9-1570)

Contrat de fieffe de H.H. Lyon GAUDON à H.H. André BOULAY d'une maison terreur et village de la pépinière, sieurie de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 23-5-1571)

Christophe BAUDOIN vend un jardin terreur et village de la pépinière, sieurie de Larchamp à Guillaume BOULAY (AD 61 4E 160/1, 29-6-1570)

H.H. Lyon GAUDON vend une terre à la pépinière, sieurie de Larchamp à H.H. Martin BAUDOIN (AD 61 4E 160/1, 6-5-1571)

François HUET et son épouse Catherine ROUSSEL vendent une rente sur un contrat de fieffe à la pépinière de Larchamp passé entre Me Jehan ROUSSEL prêtre et Jehan BOULAY père de Nicolas BOULAY acquéreur (AD 61 4E 160/1, 2-2-1571)


La Jouenière:

Jacques CHANCEREL fils Julien, marchand de Chanu vend une terre, village de la Jouenière, masure de la Talvendière, sieurie de Larchamp à Gabriel FRILOUX fils Julien, marchamp de Larchamp (AD 61 4E 160/17, 22-5-1657)


  • Fief de Beaumanoir

Lozinière:

H.H. Nicollas HERGAULT fils Pasquier (17-2-1570, AD 61 4E 160/1), Pasquier HERGAULT baille tous ses biens à son fils Nicolas HERGAULT demeurant à l'Ozinière, maisons, jardins, terres, bétails à la Boulangerie , sieurie de Larchamp, devoirs à la cour et manoir de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 7-9-1570)


la Jouenière:


le Coudray:

Michel ROUSSEL de Beauchêne vend une petite motte au dessous du pont du Coudré, terreur et village du Coudré, sieurie de Beaumanoir à H.H. Nicolas HERGAULT, demeurant au lieu de Lozinière, jouxte la rivière de Glaire, le chemin de ronde, Julien ROUSSEL, Julien ROUSSEL héritier de Raoul (AD 61 4E 160/1, 12-3-1570)

Terre Raul ROUSSEL x Louise FOURNERIE, Jehan ROUSSEL fils Raul (17-2-1570, AD 61 4E 160/1), Donation de Julien ROUSSEL x Jacquine BAUDOIN à René POUPION x Françoise ROUSSEL leur fille (AD 61 4E 160/1, 4-6-1570)

Clameur entre Nicolas ROUSSEL fils Gaulvin de Saint-Bômer et Nicolas HERGAULT de Larchamp sur un jardin, lieu et terreur du Coudré, sieurie de Beaumanoir (AD 61 4E 160/1, 20-6-1570)


la Pépignière:

Lyon GAUDON de Larchamp vend une terre labourable, village et terreur de la Papignière à H.H. Pierre AUBER de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 22-5-1570)

Nicolas et André BOULAY échangent terres et maison, village et terreur de la pépinière, sieurie de Beaumanoir (28-9-1570, AD 61 4E 160/1)


  • Fief de la Lande-Patry

La Vaudardière:

Vente d'un jardin par Me Jaspar BAUDOIN, prêtre à Me Pasquier ANGER, curé de Larchamp, terreur et village de la Vaudardière, sieurie de la Lande-Patry (AD 61 4E 161/1, 14-11-1570)


  • fief Sourdet

Bourg de Larchamp (Auguste Surville, La Baronnie..., pages 6 et 7)


Larchamp

En 1141, Robert De LARCHAMP donne une vergée de terre au Prieuré de la Lande-Patry (Le Pays Bas-Normand, 1974, n°1, page: 6)

10-1-1250, Nicolas De LARCHAMP fait don de l'Auberdière, 16 acres et le bois des Déserts sous la charges annuelle de 32 sols, 4 boisseaux d'avoine, 6 poule et de lui fournir un prévôt. Jean AUBERT prend cette charge. Ces descendants lui succèdent de père en fils. Le 10-5-1413, le seigneur se plaint de l'antiquité, vieillesse et impuissance de Robert AUBERT. Il est remplacé par François BEAUDOIN de la Boulangerie qui accepte de remplir cette tâche à titre héréditaire. On lui remet la verge, symbole de la fonction. Ces descendant la conserveront plus de trois siècles. (Auguste Surville, La baronnie..., page: 14)

7-2-1556, Avancement de succession par Me Julien ROUSSEL, curé de Larchamp, agé de 95 ans à ses neveux: 1° Me Jean ROUSSEL prêtre et Nicolas ROUSSEL frères et fils du frère aîné du Curé, 2° aux héritiers de Gauvain ROUSSEL, 3° à Guillaume, Jean et Mathurin ROUSSEL, 4° aux héritiers de Raul ROUSSEL, 11-6-1556, Lots et partage entre Guillaume, Jean et Mathurin ROUSSEL fils de Jean ROUSSEL et Jeanne LECHEVREL

21-6-1556, Donation d'héritage par Me François HERGAULT, prêtre à Pierre et Mathurin HERGAULT fils de Jean

21-6-1556, Donation d'héritage à la Talvendière par Me Pasquier ANGER, prêtre à Guillaume, Jean et Mathurin ANGER ses frères

5-12-1556, Vente d'héritage, masure de la Haute-Bunelière par Jacques VENIARD de Larchamp et Jeanne sa femme, fille de feu Pierre PACQUET représentée par Me Guillaume PACQUET, prêtre, frère de Pierre PACQUET (Médiathèque de Flers, MAN 33, relevés Stéphane Guillon)

Janvier 1570, Le Seigneur Baron de Larchamp achète deux portions de pré, sieurie de Larchamp à Michel VAULTIER et à Julien HERGAULT (AD 61 4E 160/1)

23-3-1570, H.H. Me Jehan BONNET Favrie de Larchamp remet une rente passée par Jehan POUPION audit BONNET à Guillaume et Christophe POUPION fils Christophe de Larchamp (AD 61 4E 160/1)

28-3-1570, fieffe partie de maison à la Basse-Bunelière par Guillaume HERGAULT à Michel HERGAULT, jouxte Jehan HERGAULT (AD 61 4E 160/1)

15-5-1570, Donation de Françoise PICHARD veuve de Guillaume LOCQUE à Jehanne MERERIE épouse de Jehan LOCQUE de son droit de douaire, biens à Larchamp et Saint-Clair-de-Halouze et l'obligation de la faire inhumer dans l'Eglise de Larchamp (AD 61 4E 160/1)

16-5-1570, procès aux assises de Domfront sur la jouissance d'un pré nommé la noé du pré talmoude à Larchamp entre les héritiers de Me BAUDOIN en son vivant Curé de Larchamp. Héritiers de Me Pierre BAUDOIN: Christophe BAUDOIN, Pierre BAUDOIN prévôt, Martin et Jehan BAUDOIN. Clameurs dudit procès: les héritiers de Me Jehan ROUSSEL: François HUET, Robert ROUSSEL fils Gerau, Jehan ROUSSEL, Pierre et Jehan ROUSSEL frères, Jehan MASSERON, Guillaume TASSIN, Robert et Julien ROUSSEL frères et autres clameurs (AD 61 4E 160/1, 16-5-1570)

26-7-1570, Premier lot de la succession BAUDOIN. Héritiers: Mathurin, Pierre prévôt de Larchamp, Martin, Jean BAUDOIN frères, maison manable, étable, cour, courtil, jardin, prés, terres labourables à la Vévalière, la Vaubardière, la Pépinière à Larchamp (AD 61 4E 160/1, 26-7-1570)

8-12-1570, succession de Robert BAUDOIN, Bertin, Jehan et Gabriel BAUDOIN frères, Me Jaspar BAUDOIN, carré de chauffepieds, étable, jardin, cour, courtil, clos à chennevière, terres à la Vaudardière (AD 61 4E 160/1)

17-2-1571, Emancipation de Jacques FRILOUX par son père Christophe. Acte lu par Me Pasquier ANGER, curé de Larchamp lors de la Grande Messe, témoins: Me Christophe BONNET, curé de Port-en-Bessin (14), Samson HERGAULT, Guillaume PACQUET, Me Jaspar BAUDOIN prêtre, Pasquier, Jehan, Pierre, Mathurin, Guillaume et François HERGAULT, Nicolas, Julien, et Jacques LECHEVREL, Pierre, Guillaume et Nicolas PACQUET

15-3-1571, Gilette BAUDOIN veuve de Michel TENNEGOT baille ses biens villages du Coudray et de la Jouenière à son gendre Nicolas LE CHEVREL (AD 61 4E 160/1)

12-3-1571, Bail mobile de Michel et Jehan HERGAULT fils Robert à Guillaume GAUDON leur beau-frère de maisons, cours, jardins, prés et terres labourables au lieu et village du Buisson (AD 61 4E 160/1)

15-3-1571, Nicolas LECHEVREL loue une terre jouxtant le chemin du pont du Coudray à Marguerin HERGAULT (AD 61 4E 160/1)

6-11-1571, François HERGAULT et Françoise DESGENESTRE sa femme vendent le champ Roger à Philippe et Julien POUPION (AD 61 4E 160/1)


Registre du tabellionage, 1570-1571, AD 61 4E 160/1

Tinchebray, Yvrandes, St-Jean-des-Bois
Tinchebray, Carte de Cassini

Tinchebray appartient au diocèse de Bayeux, doyenné de Condé-sur-Noireau. C'est une châtellenie royale du Comté de Mortain dont le fief de Saint-Pierre-de-Tinchebray relève directement du domaine. Notre-Dame et Saint-Pierre-de-Tinchebray sont du baillage secondaire et de la sergenterie de Tinchebray (Abbé Dumaine, Tinchebray...tome 2, pages 259 à 264)


Tinchebray et sa région, tome 1

Tinchebray et sa région, tome 3

Le tome 2 de l'ouvrage de l'Abbé DUMAINE sur Tinchebray et sa région est consacré en grande partie à l'histoire des familles de Tinchebray. Il utilise des archives de la Manche détruites pendant la seconde guerre mondiale. Copies d'actes et de nombreux aveux des pages 265 à 386.


Le Devin

Saint-Pierre-de-Tinchebray, en 1700, 172 familles, 1000 à 1100 personnes. Les héritiers de Pierre LE DEVIN sont seigneurs et présentent au bénéfice.

Notre-Dame-de-Tinchebray, en 1700, 120 familles, 600 à 700 personnes, Jacques De COURSEULLE, curé et chanoine de Mortain est seigneur et patron à cause de son canonicat


Bourgeoisie de Tinchebray , en 1700, 191 familles et 700 à 800 personnes. Notre-Dame et la bourgeoisie forment une seule paroisse (Pierre Gouhier, L'intendance de Caen, page: 529)


Aveux des familles:

HARDOIN, LE DENAYS, DUCHEMIN, PITOT, PORET, NYOBE, THOUMIN, SOREL, SALLES, POULLAIN, LE VERRIER, MORICE-HERGAULT, AUMONT, DEGRENNE, YVER, HUART, VENIART, GAUCHER, CHANTEREL (CHANCEREL, AD 61 4E 80/44,7-7-1654), LELIEVRE, DUGUEY, THOMAS, HEBERT, LECOQ, PESCHARD, TASSEAU, DAVY, EUDES, PATRY, PICQUENARD, MAUNAIS, MYRETEL, LEMARCHAND, ROUSSEL, HUREL, BAUSSE, FEUILLET, LE BOUCHER, GIRARD, LE HARIVEL, HARDY, LE GOT, PETIOT, LEGALLOIS, MOULIN

DESMOTTES, BARBOTTE, DUGAST, BAUJARD, BLANCHARD, GAUBERT, ROULLIER, BELLIER, GUITTON, QUERUEL, LE MAZURIER, MARIE, LECOMTE, PELUS, LE VIEL, LE LOUVIER, ONFRAY, LOUDE, DURAND, LE LANDAIS, De LAUBRIERE, LE CHEVRIER, ROCHER, DELARUE, ALEXANDRE, HAMARD, ESLIER, BESNARD, FREVAL, LE FABVERAIS, LE HAGRE, DUBOIS, DROUILLON, PAUTHONNIER, LE BALLEUR, LE GASCOIN, JOUBIN, GODIER



Eglise d'Yvrandes
Monument Historique inscrit en 1926

Yvrandes

En 1700, paroisse où il y a 102 familles et 900 à 1000 personnes. L'Abbé du Plessis-Grimoult présente au bénéfice. Les héritiers du sieur De PERTOULT en sont seigneurs (Pierre Gouhier, L'intendance de Caen en 1700, page: 529)

Yvrandes comme fiefs nobles a le fief de Montbahier, le fief du chanoine de N-D de Tinchebray, le prieuré d'Yvrandes, simple aumône, le domaine de Maisoncelles. 39 villages,terres, aînesses et masures. Montbahier est une franche vavassorie dont le chef est en N-D d'Yvrandes (Abbé Dumaine, Tinchebray et sa région, tome 1, page: 408)


Rentes du comté de Mortain pour Yvrandes 1700-1702, (AD 50 A 312, copié par l'Abbé Dumaine, Tinchebray et sa région, tome 2)

Familles:

Yvrandes - Rentes au comté de Mortain 1700-1702

POUET, AUVRAY, DROULLON, ROULLEAUX, PREVEL, LEGOT, DE LAUBRIERE, LETESSIER, SIGNARD, JOUBIN, DESPOIDS, PATRY, LEVESQUE, LEHARIVEL, GOBARD, AVENEL, BASIN, LEBOUCHER, BAUBARD, LE BONHAME, GUITTON, DUCHESNAY, DUMAINE, BERTHOULT, LECHAPPELAIS, CHEDEVILLE, CERTAIN, GUELLODE / GALLODE, JOUVIN, DESLANDES, MOULLIN, GUILLAUME, MARIN, HARDY, SEIGNEUR, PRUNIER, LECHEVALLIER, LOUVEL, BESNARD, HEUSE, JOUQUET, LEFRANC, ROBBES, LELIEVRE, DE LA ROQUE, GRISERE, FERMIN, DUCHEMIN, MAILLOT, JEAN, DE SOURDEVAL, MAUY, RENAULT, HAMEL, PEGASSE, LAURENS, MASSERON, GOBARD, MALOISELLE, LEMOINE, RIANT, DURAND, DUBOIS, BOUQUER, YVER, LOUVETEL, VENTROUX,

Collégiale de Mortain
St-Jean-des-Bois ,St-Christophe ,Mesnil-Ciboult
St-Quentin, Rentes au comté de Mortain, 1700-1702

Saint-Jean-des-Bois

En 1700, paroisse sur la rivière de Noireau où il y a 132 familles et 400à 500 personnes; Le chanoine de Notre-Dame de Mortain, à présent Jacques De COURSEULLE, chanoine et curé, en est seigneur, patron et présentateur (Pierre Gouhier, L'intendance de Caen en 1700, page: 528)

Saint-Jean-des-Bois ou Saint-Jean-de-Fonmaheut a 45 aînesses. Comme fiefs nobles: le fief de Montbahier, le fief du doyen de Mortain, le fief Dégrenne à l'abbaye Blanche (Mortain) le fief au Maréchal en Saint-Jean et Saint-Quentin aux religieux du Plessis-Grimoult, le fief de Nérée. (Abbé Dumaine, Tinchebray et sa région, tome 1, page: 485)


Gage-Pleige de 1678 du fief du doyen de la Collégiale de Mortain, AD 61 4E 80/1103

Gage-Pleige de 1686 du fief du doyen de la Collégiale de Mortain, AD 61 4E 80/1103


Rentes au comté de Mortain pour Saint-Jean-des-Bois, Saint-Christophe, Mesnil-Ciboult et Saint-Quentin (AD 61 A 312)

Familles: 298-Jean et Jacques PERTHOU écuyers pour 12 acres en la Vente André, par Christophe et Claude TARDIF, Julien DESLANDES à présent propriétaire Philippe THOMAS, veuve Jacques LETESSIER fermier dernière payante: 24 sols

TARDIF, THOMAS, EUDES, LEMOINE, VENIARD, MACEY, LAURENS, BOURGET, BAUBARD, LEBARON, MOULIN, LE NICOLLAIS, DURAND, MOULLIN, LE BOUCHER, FLEURY, GOBARD, PRINGAULT, BOISLE, ROULLEAUX, MAUCORPS, VILLAUD, POUPION, RESTOUT, FERMIN, DUBOIS, LETESSIER, AVENEL, DAVY, BOURGET, REBULLET, DEBON, HAMON, FREMONT, FORTIN, GORON, LEFRANC, GRAFFARD, GARRON, HAMELIN, HEUDES, AVICE, BIXE, JEAN, DU BUR, COBET, LELIEVRE, GUERARD, FLEURY, CORBEY, DENDIN, ROINEL, AUGEARD, SIGNARD, LEMASURIER, MICLARD, LE BIGOT, ANGUEY,

Méhérenc
Saint-Quentin

Saint-Christophe

En 1700, 61 familles et 400 personnes. Gabriel De MEHERENC en est seigneur, patron et présentateur, (Gouhier)

Familles: DES VOYS, DU BUR, VALLEE, BOISSET, ONFRAY, LECONTE, TESTU


Mesnil-Ciboult

En 1700, 73 familles et 400 personnes. Gabriel de MEHERENC en est seigneur, patron et présentateur, 26 villages, terres, aînesses et masures (Gouhier et Abbé Dumaine)

Familles: BREUY, MILET, AUVRAY, TESTU, DUGUEY


Saint-Quentin

En 1700, 220 familles et 800 à 900 personnes. Jean-Baptiste LE MARIE en est seigneur, et l'Abbé du Plessis-Grimoult présente au bénéfice (Pierre Gouhier, L'intendance...,page: 528)

Familles: RADIGUEL, HEUDES, THOMAS, LELIEVRE, BILLARD

Guide du chercheur

Chanu

L'article sur les familles de Chanu s'appuie sur 60 % des cotes concernant cette paroisse dans les archives de l'Abbaye de Belle-Etoile (AD 61).

Reste à analyser :

H 42: (1373-1767) Aveux fief de Chanu avec le moulin et l'étang valant 300 Livres
H 149: (1331) Rente des paroissiens de Chanu représentés par Jehan De La ROCHELE prêtre de Chanu
H 225: (1229-1269) 8 parchemins 29 pièces, papier Enguerrand PATRIC, Guillaume De MILLY,, Mathilde De La LANDE, Raoul TESSON, Hugues PATRIC, Emma De LARCHAMP, Thomas De LARCHAMP, Pierre PEISSON fils Osmond, Raoul PEYSON, Vente par Thomas et Nicolas SEGIN de ce qu'ils possèdent dans le fief "as Beloies" (Blaire) acquis de Richard BRISOI, Guillaume PLANCHON (1262), Guillaume Du ROSEL fils Guillaume (rente sur le fief Planchon)
H 228: (1626-1726) 14 parchemins 16 pièces papier, Les prieurs Joachim MOULLIN, Bonaventure LEFEBVRE, Raphaël BARRIE, Simon FORMAGE, Jacques PONFOUL, Laurent DOUESNEL.
H 229: (1611-1695) 22 pièces papier, André BOUCHER hôtelier, Pierre De NEUFVILLE, Claude BERTOUT hôte au village de la Huberdière, Pierre HELIE prieur de Chanu, Syndic de la paroisse (1651),libertinage des jeunes, ventes pendant la Messe
H 233: (1558-1773) 11 parchemins 28 pièces papier, Bail des rentes de la seigneurie de Chanu pour 40 Livres (1558), Vente des terres de l'Aumône (1576), Baux de la petite Aumône de 1646 à 1773
H 234: (1766-1790) Registre in-folio 45 feuillets papier, Registre des lots et ventes des fiefs de Chanu et Perthou, échange Louis Charles MOULIN/M. De SAINT-HILAIRE, vente de Louis MARTIN/Jean LEPRINCE, Pierre LEPRINCE prêtre à Saint-Martin-des-Landes
H 235: (1466-1780) Dossier LEPRINCE 5 parchemins, 100 pièces papier. Abbé de Belle-Etoile contre François LEPRINCE, lettres patentes autorisant François LEPRINCE à s'appeler De PRINCE (1625), Arrêt du Parlement de Rouen contre LEPRINCE (1631), Inventaire des pièces produites, Aveux de Jehan DUGUAY 1403 aîné des Buissons, vente Simon De PRINCEY sieur de la Havassière à Me Thomas LEROY (1659), blâmes d'aveux
H 237: (1466-1776) 1 parchemin 70 pièces papier, échange du moulin de Vaubaillon par Samson De SAINT-GERMAIN et Marguerite De HUSSON à frère Jehan Abbé de Belle-Etoile (1466), bail des moulins de la Blaire pour 216 Livres en 1608 et 302 Livres en 1776, quittances de réparations
H 238: (1402-1761) 16 parchemins 3 pièces papier, Masures: Aubrière, Bischetière, Buissons, Blaire, Familles: AUBRIERE, BLANCHIER, De SAINTE-MARIE, DUGUEY, De PRINCEY, HAVAS, CAILLEBOTTE
H 241: (1511-1760) 10 parchemins 7 pièces papier, Masures: Domaines, Chesnay, Fillière, Familles: JARDIN, LE LACQUET, DUCHESNAY, DAVY, De NEUFVILLE, LEMAITRE
H 243: (1428-1750) 17 parchemins 12 pièces papier, Masures: Gestière, Gonfrère, Grossière, Mainfrère, Familles: BELAYE, GONFFREY, DESBROUSSES, LIMODIN, ANGERART
H 246: (1427-1772) 10 parchemins 13 pièces papier, Masures: Racinière, Ronsée, Rosées, Familles: RACINE, AUBRIERE
H 258, 259, 259, 260, 261: Plaids de 1749 à 1788, voir à Gages Pleiges ci-dessus
H 362: vivier
H 1528: Fond Silly, Aveux de Belle-Etoile 1427
H 2595: dîmes
H 2569, 4467: chanvre redevances
H 5355, 5356: rentes
H 5567: étang dépendant de Lonlay
Parlement de Normandie: Abbaye de Belle-Etoile contre Pierre De NEUFVILLE, sieur de la Fresnaye: débat de tenure à la Renaudière 1634-1637 ( AD 76 1B 5556)
Cour des aides: Michel GARNIER marchand de Chanu contre les habitants de St-Cornier (AD 76 3B 1143)


  • Autres archives de Belle-Etoile (AD 61) pour les paroisses de :
Cerisy,Prise en fief de la masure de la Valeyrie par Colin MARTIN
Abbaye de Belle-Etoile - Métairie des Salles de bas
Cerisy Belle-Etoile

Masures: H 91 à H 139, Plaids de 1611 à 1788: H 163 à 169, Table des masures suivant les gages pleiges de 1736 avec la contenance et le nom des tenanciers (H 170)

Familles :

AUBERT 1477, AUBINE, AUBRY 1476, AUPAIS/AUPOIS 1469, BARATTE 1425 ,BARBEY 1326 ,BASTARD XVe ,BAZIN 1604 ,BERTRAND 1785 ,BIREY 1430 ,BLAIS/BELLAIE/BELAYE XVIe ,BOREY/BORAY 1604 ,BOURDON 1429, BOUSSET XVIe, BRISSET 1624, BUFFARD 1463, BUNODIERE XVIIIe, BUSNOT 1626, CAILLOT 1465, CAILLY 1584, De CLINCHAMP 1717, CONSTANTIN 1788, COMPAGNON 1445, DAVOUT XVIIIe, DECOSSE 1626, DELAUNAY XVe, DENIS XVIIIe, DESCOURS 1537, DESERT 1657, DESLANDES XVIIIe, DESRAME XVIIIe, DOUTE XVIIIe, DROULOUT 1788, DUDUIT 1788, DUFAY 1788, DUFOUR 1427, DUGUE XVIIIe, DUMESNIL 1674, DUMOULIN 1433, DUPONT 1437, DURANT XVIIIe, DUVAL 1461

FERER 1491, FOSSARD 1643, FOUCAULT 1657 (H 57), FOURNIL 1435, GALLAIS 1430, GALLIER 1788, GAUBERT/GOBERT 1578, GAUCHER XVIIIe, GESLIN XVIIIe, GIRARD XVIIe, GODARD 1360, GOSSELIN XVIIIe, HALBOUT 1531, HAMEL 1427, HARDY XVIIIe, HARIVEL 1427, HEBERT 1788, HELIE 1656, HODIESNE 1788, HUARD 1428, HUBERT 1583, HUET 1788, HUSNOT XVIIIe, JACQUELINE XVIIIe, JEAN XVIIe, JENVRIN XVIIIe, JEHAN XVIIIe, JOSEPH XVIIIe, JOUENNE 1668, JULIENNE 1788

LAFORGE 1656, LAISNE XVe (H 45,H 57), De LARCHAMP 1524, LEBAILLY XVIIIe, LEBLANC 1434 (H 98), LEBONNOIS XVIIIe, LEBOURGEOIS XVIIIe, LEBRET XVIIIe, LEBRETON XVIIIe, LEBRUN XVIe, LECHASTELAIN XVe, LECHEVREL XVe, LECOIS XVIIIe, LECOMTE XVIIIe, LECOQ XVIIIe, LECORNU 1430 LEDOUX XVIIIe, LEGODOIS XVe, LEGONTIER XVIIIe, LEGRAND 1561, LELANDAIS/LELANDOIS XVIIIe, LELOUVIER XVIIIe, LEMAITRE 1451, LEMARCHAND 1580, LEMARIE XIVe (H 278), LEMAZOYER XVIIIe, LEMONNIER 1332, LEMOUTON XVe, LEPRINCE 1563, LEREVEREND XVIIe, LERICHEUX 1624, LETELLIER XVIIIe, LE TIRANT 1650, LETORTU XVIIe, LHERMITTE 1402, L'HONORE XVe, LOUIS XVIIIe, LOUVET 1530, LUCAS 1387

MARGERIE XVIIIe, MARIE 1425, MARTIN 1350, MATHIEU XVIII, MAUCORPS-GALLAND 1756, MAUPAS 1698, MELLET/MESLET 1360, MENARD XVe, MOULIN 1433, ONFROY/ONFRAY 1432, PAUL XVIe, PERETTE 1485, PIGAULT XVIIIe, PRESTAVOINE XVe, PRIEUR XVIIe, PRINGAULT XVIIIe, PROD'HOMME XVIIIe, PROFICHET XVe, RABACHE/RABASCHE XVIIe, RADIGUET XVIIe, De La RIVIERE XIIIe, ROGER XVe, De La ROQUE XVIIe, Du ROSEL 1656, SAILLARD XIVe, SAUQUET XVIIIe, SEGUIN 1558, SOREL XVIIIe, TABESSE/TABAISE XVIIe, VARDON XVIIIe, VAUMOUSSE XVIIIe, VAUTIER XVIIIe, VENIARD XVe, VIARD XVe, VIEL XVIIIe

Etat des Masures de Cerisy en 1656


La Bazoque: Robin MILLET, Macié LE BLONT 1416 (H 44), LETELLIER 1504 (H 192), LETORTU

Caligny: Raoul et Robert BEDART 1218, Vente par Guillaume DELAMARE et autres habitants de Caligny et Miontilly 1529 (H 217), Charles DELAMARE fermier des dîmes de Caligny 1569 (H 220), destructions des huguenots et De PELVEY 1562 (H 218), mémoires des pauvres de Caligny 1777 (H 221)

Condé-sur-Noireau, Domfront,

Flers: Jamet LORENS 1337 (H 57), Jehan POURFICHET bourgeois de Flers 1450 (H 64)

Frênes: Jehan JEHAN 1450 (H 64)

La Lande-Patry: Pierre AUPES 1595 (H 48), Gilles HUARD prêtre 1552 (H 65), Robert VERGER 1440, Guillaume SAILLARD, HELIX, Ch. MADELINE, Ch-BERTRAND L'HOSDIENIERE 1665, Me Mathurin De GRIMOUVILLE curé 1490, Me Georges De MALHERBE écuyer, prêtre 1620 (H 3330)

Landisacq: Louis BRIERE 1595 (H 48), MONLIEN De La POTERIE XVIIIe

Moncy, Montilly, Montsecret, Saint-Georges-des-Groseillers, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Germain-de-Tallevende

Sainte-Honorine-la-Chardonne: Plaids 1607 (H 380)

Saint-Pierre d'Entremont

La-Selle-la-Forge: CHANCEREL 1433 (H 388)

Tinchebray: une masure entre la maison de Richard GAULTIER et la masure DUENVAUT 1252 ( H 390), Thomas LETELLIER/LETELLAIR 1477 (H 51)

Vassy

Vire: Etienne, Nicolas et Jehan BYSSON 1317 (H 403), Michel LEBOURGEOIS bourgeois de Vire 1498 (H 405), Raoul DAMMER bourgeois de Vire 1380, Jehan LE HOUX 1480, Jehan HENRY, Jehan De CAUVILLE 1504 (H 407), Thomas LAVARDE bourgeois de Vire 1512, Thomas et Michel De BRECEY bourgeois de Vire 1522 (H 408), Jehan et Richard MESGNIET bourgeois de Vire 1573 (H 409), Nicolas DESMARES bourgeois de Vire 1579 (H 415)


Asnières

Athis: Robert De QUENNEVIERES, Jehan NICOLAS, Jehan FOURNILLET 1365, François et Pierre BRISSET 1570 (H 191)

Berjou, Bernai-sur-Orne, Bernières-le-Patry, Bréville, Brocottes, Caen, Cahan, La Carneille, La Chapelle-Bayvel, , Fontaines-Etoupefour, Maltot, Mesnil-Amand, Ménil-Villeman , Méré, Mille-Savattes, Montpinchon-la-Selle, Milly, Noiyers, Ouilly-le-Basset, Passay-la-Conception, Placé, Pierres-en-Bocage, Le-Pin-en-Lieuvin, Proussy, Putot-en-Auge, Roiville, Rully, Le Theil en Bocage, Trungy

Vieux: Plaids et gages pleiges de la seigneurie de Vieux 1555-1735, Noms et surnoms des hommes et tenants de la seigneurie de Vieux 1583, Plaids de 1735 (H 399)


  • Vicomtés et sergenteries

Vicomté de Domfront:

Sergenterie de Lonlay: la Lande-Patry, Chanu (mi-partie), Larchamp, la Haute-Chapelle

Sergenterie de la Ferrière: Saint-Bômer, Banvou, La Ferrière, Dompierre, Champsecret, Beaulandais, Haleine, paroisses mi-parties: la Chapelle-Moche,Tessé, Madré

Sergenterie de Domfront: Domfront

Sergenterie de l'Epinay: Rouellé, Saint-Gilles, Saint-Mars-d'Egrenne, Torchamp, Mantilly, L'Epinay, paroisses mi-parties: Saint-Fraimbault, Lesbois, Vaucé

Sergenterie de la Ferrière: Banvou, la Ferrière, Saint-Bômer, Dompierre, Champsecret, Beaulandais, Haleine, paroisses mi-parties: la Chapelle-Moche, Tessé

Sergenterie de Saint-Front: Saint-Front, Saint-Brice, Lucé, Avrilly, la Baroche, Juvigny, Brétignoles, Loré, Sept-Forges, paroisses mi-parties: Ceaucé, Rennes, Melleray, le Housseau, Sainte-Marie-des-Bois, Saint-Denis-de-Villenette. (Mauger, la vicomté, pages 86-90)


Vicomté de Vire:

Sergenterie de Vassy: Vassy, Pierres, Moncy, Saint-Georges-des-Groseillers, Frênes, la Basoque, Cerisy, Landisac, Montilly, la Chapelle-Biche, Flers, Montsecret, la Fresnaye (Chanu), Caligny, Les Bots (Athis), Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Clair-de-Halouze, Aubusson, la Selle-la-Forge, Saint-Pierre-d'Entremont, Clairefougère (Rôles des tailles et pièces relatives à des impositions diverses, Vire, 1375, fol: 86, image 93, sur gallica)


Vicomté de Mortain:
Vicomté de Mortain

Sergenterie de Tinchebray: Notre-Dame-de-Tinchebray, Saint-Pierre-de-Tinchebray, Saint-Quentin, le Mesnil-Ciboult, le Petit-Truttemer, Saint-Christophe-d'Enfernet, Beauchêne, Saint-Cornier, Saint-Jean-des-Bois (Rôles des tailles et pièces relatives à des impositions diverses, Mortain, 1530, fol: 92, image: 102, sur gallica)

Sergenterie de Tinchebray

Châtellenie de Tinchebray: Beauchesne, Bernières, Fresnes, Maisoncelles, Mesnil-Ciboult, Montsegret, Notre-Dame de Tinchebray, Rully, Saint-Cornier, Saint-Christophe, Saint-Jean-des-Bois, Saint-Pierre-de-Tinchebray, Saint-Quentin, Yvrandes ((AD 50, A 274, XVIIIe)



La chouannerie normande

Entre l'automne 1793 et les débuts du consulat, le bocage, contrairement au reste de la Normandie qui reste calme, est le théâtre d'une guérilla, sporadique, difficile à réprimer et toujours impitoyable qui s'identifie aux autres résistances au régime révolutionnaire, de la Vendée, de l'Anjou, du Maine et de la Bretagne. Elle reçoit l'appui et la complicité d'une large partie des populations rurales. Quant au danger politique qu'elle présentait, il fallut en finir par l'assassinat de son chef.


En 1789, les Seigneurs de Chanu sont: le Comte de Flers qui possède une grande partie de la région et l'Eglise avec ses abbayes de Belle-Etoile et de Lonlay. Philippe-Egalité est le dernier Seigneur de Tinchebray.

Tinchebray, centre de commerce est un bastion républicain avec Condé, la Carneille et Domfront, la campagne reste fidèle à Dieu et au Roi.


  • Le serment civique

En 1790, un décret oblige les ecclésiastiques à prêter le serment civique. Beaucoup le signent avec restriction "en tout ce qui est et sera conforme à la Religions Catholique Apostolique et Romaine", mais elles ne sont pas admises par les autorités. Ils quittent alors leurs presbytères, partent à l'étranger ou restent dans le pays et commencent une périlleuse vie clandestine. Dans cette région de haies et de chemins creux, ils trouvent refuge dans les forêts : Halouze, la Lande-Pourrie, les bois : Dauffy, Cerisy et dans la population qui protège ces enfants du pays. La persécution dirigée contre eux double leur autorité car elle en fait des martyrs.


  • Prêtres clandestins
St-Quentin : Chapelle de la Garanterie, lieu de Messes clandestines

Chanu : Pierre CHANCEREL, MONTEMBAULT, HERGAULT, LE BOURGEOIS, Flers : J.B. DELAUNEY, Antoine HUET, Louis MOUSSET, la Chapelle-Biche : Jacques BUNOT, la Lande-Patry : Jacques TABLET, Michel VAUBAILLON, Tinchebray : AUVRAY, DULAURENT, HUREL, ONFRAY, LE HAMEL, LE BOUCHER, St-Jean-des-Bois : Guillaume MOULIN, St-Cornier : Guillaume BERTHOUT, Pierre FREMONT, Yvrandes : Guillaume VALLEE, St-Christophe-d'Enfernet : Guillaume AUBINE, Vassy : Guillaume LE HERQUIER, St-Jean-des-Bois : MONDET (Ohl, page 73, Dumaine, III, pages: 75,76,543, Desdoits, page: 21)

  • Prêtres émigrés à l'étranger

Flers : Jean-François BERTRAND, Charles DESERT, Landisacq : Pierre MONTEMBAULT, la Lande-Patry : François TABLET frère, Gilles GOSSELIN, Pierre HUE, Charles HODIESNE, St-Georges-des-Groseillers : Pierre DUVAL, Fresne : Jean-Jacques BAZIN, Yvrandes : Michel DUFAY, Beauchêne : GARNIER, St-Pierre-d'Entremont : BUFFARD, Moncy : GORBE (Ohl, page: 73, Dumaine III, page: 74,76,77)

Louis François HOUVET De La Huberdière, né à Chanu, vicaire d'Athis puis curé de Sainte-Honorine-la Chardonne exilé à Jersey. GARNIER de Chanu, déporté sur les côtes de la Guyane (Les martyres,II,page:5,LXXXVI)

  • Prêtres morts en exil : Jean PIQUE, vicaire de St-Quentin, Pierre FLEURY, Lonlay
  • Prêtres morts en prison : DELAUNAY, curé de Larchamp, George DUFFAY, Lonlay, l'Abbé BERTHOUT de Saint-Cornier, curé de Montigny en 1791 est chassé de son église, continu à donner les secours spirituels dans sa paroisse et aux environs. Dénoncé, arrêté par des révolutionnaires de la Fresnaye, conduit en prison où il meurt (Martyres,I,Page:163)
  • Prêtre condamné à mort : Jean-Baptiste Thomas LE CHEVREL, la Lande-Patry
  • Prêtres massacrés : Jean BALLON, la Selle la Forge
  • Prêtres morts de misère : Julien LETOURNEUR, Champsecret, DUFAY, vicaire de Landisacq (Les martyres)

Ces prêtres sont remplacés par des prêtres "jureurs" qui, face à l'hostilité de la population sont obligés de partir et de fermer les églises. A Chanu, les habitants s'opposent à l'enlèvement des objets sacerdotaux.


  • Le 3 juillet 1791, rixe sanglante à Flers, la Garde Nationale de la Carneille intervient sous l'influence d'Ambroise BERTRAND dit "l'Hodiénière" de la Lande-Patry, vice-président du district de Domfront et député à la Convention de 1792.
  • Le 28 août 1792, deux affiches sont placées sur la porte de l'église de Chanu : "Fi de la république! Fi de la liberté! Vive la religon! Vive la royauté! La religion ou la mort! La liberté n'est qu'une chimère, tremblez persécuteurs!" (Dumaine,III,page:154)
  • Le 19 septembre 1792, 40 hommes de la garde de Tinchebray accompagné par MM. CHANCEREL et RIVIERE, officiers municipaux s'emparent des barreaux et ferrements de l'abbaye de Cerisy Belle-Etoile pour les transformer en piques (Dumaine,III,page:119)
  • Le 26 septembre 1792, désarmement des communes du canton de Tinchebray "gangrenées d'aristocrates" et particulièrement Chanu où on trouve 68 fusils, 3 pistolets, un couteau de chasse, une épée, 14 bayonnettes et 2 piques (Dumaine,III,page125)
  • La réquisition

En mars 1793, la levée de 300 000 hommes sur tout le territoire ouvre une période de résistance par le refus massif de répondre à l'appel militaire. Les réfractaires constituent les troupes contre-révolutionnaires.

Église de Landisacq
La Chapelle-Biche
Contingent et réquisitions de 1793
  • Landisacq dont le Maire est François FRILOUX doit 16 hommes, aucun volontaire, la municipalité les désignent par tirage au sort (Guillaume et Gilles PRIEUR, Jean, Pierre et Michel DUFAY, Pierre DELALANDE, Pierre ANGUE, Jean HUET, Etienne LANGEARD, Pierre LEPRINCE, Charles ONFRAY, Guillaume BOUVET fils Jean, Gilles LEDOUX fils Nicolas, Etienne et Pierre HUARD, Louis HERGAULT), mais ils refusent y compris les remplaçants désignés à la place des fuyards. Le contingent est formé par Hyacinthe LOUVET commandant le bataillon de Montsecret après désarmement des personnes suspectes et arrestation des prêtres réfractaires (Surville, page: 155)

Liste des 350 suspects de Landisacq


  • Michelot MOULIN

À Saint-Jean-des-Bois, Michel MOULIN dit Michelot est réquisitionné. Fils d'un taillandier aisé, il est à l'origine de la chouannerie normande. Il se rend avec ses camarades à Domfront pour rejoindre les forces républicaines et marcher sur Mayenne. Sans armes, il prétend que c'est inefficace et demande les armes de la garde nationale, ce qu'on lui accorde. Mais il déserte avec ses camarades et entre dans la clandestinité en formant les premières bandes de réfractaires. Michel GUESDON de Mantilly suit le même chemin. MOULIN souhaite désarmer les gardes nationaux pour se procurer des armes. Pour éviter de compromettre leurs familles, ils décident d'agir en dehors de leur commune, St-Jean-des-Bois désarme les patriotes de Landisacq, Chanu et St-Cornier, Landisacq désarme Flers qui désarme la Carneille, Trutemer le Fresne-Poret, St-Jean-des-Bois et St-Christophe. Les réunions ont lieu dans le bois Dauffy à Chanu. Il organise des compagnies : Landisacq, Flers, Truttemer-le-Grand. Ils creusent des souterrains. À St-Cornier, les frères PRIEUR creusent des puits pour s'y cacher avec des prêtres insermentés.(Desdoits, page: 28, Surville, page: 155, Moulin, La Sicotière,II,page:618)


St-Cornier
  • Les petites villes et les bourgades deviennent de petites forteresses. Tous les républicains qui ont poursuivi les réquisitionnés ou ont pillé leurs propriétés et celles de leurs parents y trouvent refuge.(Moulin,page:19,23,24)
  • 18 octobre 1793, soumission par LEPRINCE de Chanu et autres fabricants de 250 piques pour le district de Domfront (La Sicotière,I,Page:117)
  • En novembre 1793, Emeute à Flers, 57 contre-révolutionnaires arrêtés, 22 sont condamnés à la déportation, 7 à mort dont 2 exécutés.
  • Pendant la Terreur, chasse aux conscrits réfractaires et aux prêtres insermentés. Jacques TABLET est caché au Val Saulnier à la Lande-Patry, Jacques BUNOT au Val-Michel, J.B. DELAUNAY à la Béquinière à Flers ou à la Sauvagère à la Chapelle-Biche, l'abbé CHANCEREL à la Rivière à la Chapelle-Biche. L'abbé J.B. LECHEVREL est exécuté le 25-11-1793, le 3-9-1794, le conscrit Jean BALLON de la Selle-la-Forge est passé par les armes.(Ohl, page: 86,89)
  • Le 23 juillet 1794, escarmouche sur la route de Domfront près de Tinchebray
  • En mai 1794, Michelot MOULIN libère de la prison de Tinchebray l'abbé DULAURENT condamné à la guillotine.
Hoche

Les revers de l'Armée vendéenne libère beaucoup de troupes républicaines, une armée de 4 ou 5 bataillons est répartis dans les cantons de Domfront, Vire, Mortain et Tinchebray (Moulin)

En septembre 1794, HOCHE accorde aux républicains pour la ville et le canton de Tinchebray, deux compagnies qui doivent envoyer en patrouille chaque jour le quart de leur effectif, moitié à Chanu, moitié à St-Christophe (La Sicotière,I,page241)

En octobre 1794, mise en place par HOCHE d'un système de défense contre les chouans. Il crée des colonnes mobiles de 50 à 60 hommes pour faire la chasse aux brigands à St-Jean-des-Bois, au Val de Préaux à St-Cornier-Chanu, Flers, Lonlay, Romagny, Truttemer-le-Grand et aux environs de Mortain, Domfront, du Teilleul et St-Hilaire-du-Harcouet.

8 novembre 1794, état des cantonnements : une compagnie à Tinchebray, une à Flers et Deux à St-Cornier.(La Sicotière,I,pages:220,221)

En novembre 1794, HOCHE enlève 12 hommes à St-Jean-des-Bois dont le père de Michelot MOULIN qui meurt avec 7 autres dans les prisons de Rennes.


Louis De Frotté

Louis De FROTTE

Le Comte Louis De FROTTE né à Alençon en 1766 d'une vieille famille normande reçoit de PUYSAIE le 3-12-1794 des pouvoirs pour soulever la Normandie. Il établit son quartier général au château de Flers où la Comtesse met à sa disposition toutes ses ressources, argent, bois pour bâtir des loges secrètes, le plomb de ses toitures pour fabriquer des balles. Il régularise la guerre et lui donne un certain poids. Il est l'âme et le chef unique de l'insurrection normande et en est l'organisateur. Elle meurt avec lui le 16 février 1800.

Il est reconnu comme général par la compagnie de St-Jean-des-Bois et Michelot MOULIN le conduit aux compagnies de Flers, Chanu, Landisacq, la Chapelle-Biche, la Lande-Patry, Ger et le Fresne-Poret soit environ 400 hommes. Le rejoignent ensuite : St-Cornier-des-Bois, Yvrandes, Beauchêne, Truttemer, St-Quentin-des-Chardonnets puis St-Mars-d'Egrenne. Ces forces seront actives pendant deux périodes de guerres : 1795-1796 et 1799-1800 (Desdoits, pages: 41,42,43,151)

  • L'organisation militaire

L'Armée catholique et royale de Normandie comprend 21 divisions. Orne : St-Jean-des-Bois, Flers, Ambrières, Alençon, Laigle, Manches : Avranches, Coutances, Valogne/Cotentin, Carentan, St-Jammes, Eure : Evreux, Elboeuf, Conches, Pont-Audebert, Louviers, Calvados : Falaise, Lisieux, Pays d'Auge/Vimoutiers, Aunay, Dives, Bayeux. St-Jean-des-Bois est la première, certaines sont peu nombreuses ou n'existent que sur le papier. (La Sicotière,II,544)

La division de St-Jean-des-Bois occupe la région entre Vire, Condé, Mortain et Domfront. En 1792, 1200 à 1500 hommes. Parmis les officiers : Etienne-Jean et Julien HARDOIN d'Yvrandes, HUE de Flers, fils d'un tisserand, Jean-François FOUCAULT dit la ville, marchand de Tinchebray. Cette division a le privilège de lever des contributions sur les Biens Nationaux hors de son territoire. Elle participe à des combats à Vitré, Laval, Le Lion-d'Angers. En 1799, 1710 hommes, : St-Jean-des-Bois : 80, Yvrandes : 80, Lonlay : 150, Ger : 40, Sourdeval : 100, Tallevende : 100, St-Quentin : 60, St-Martin-de Tallevende : 80 (La Sicotière, II, page 544,758)

Commandants : Du LORENT Godefroi De BOISJUGAN, Martial De MANDAT, LOUVET De MONCEAUX Commandant en second : Adjudant-Major: Michelot MOULIN Major : GUESDON Michel

Capitaines : ACHARD De La VENTE Jean-Pierre, ACHARD Des HAUTES NOES, ADIGARD, BEAUMIER, BOISNET De La LOGERIE Charles-Germain, CHATELIER Pierre, CHEVRELLE Jean, COUPET Jean, De DOISNEL, De L'EPINAY, Des ESSARTS, Des ROTOURS De CHAULIEU, DOISNEL Jacqes-Jean, DOISNEL Julien, DUFAY, GALIEN Jean, GAUDIN Jacques, HARDOIN Etienne-Jean, HARDOIN Julien, HERVIEU, JEGOU, LANGLOIS Lucien, LE BRETON Du BEAUCHENE, LE FRANC, LE TESSIER Guillaume-Victor, MOULIN De La POTERIE, PIQUE Des DEMAINES Pierre-Denis-Armand-Honoré,POSTEL Jean-Charles,PROD'HOMME Jacques, ROGER Pierre-Félix-Michel, ROULIER François, TRIQUET Guillaume.

Lieutenants : BARBOT François, BIGOT, BRAULT Simon, CHANU Jean, COURTEILLE Michel, De SARCILLY Edmond, DESLANDES De la RUAUDIERE, DUMAINE Anne-Jacques, DUMAINE Charles, DUMONT Michel,Fleury Pierre, FOUCAULT Jacques, FOUCAULT Etienne-François, GALODE Pierre, GUIMONT Pierre, HODIESNE Jean-François, LALLIER Jacques, LAISNE Nicolas, LECOCQ Jean-Michel, LEBROC Louis, MIQUELARD Jean, ROBBES GRANDMAISON Roger Pierre-François-Michel, VAUGEOIS Jean

Sous-lieutenants : BECHET André Mathurin, BRAULT Pierre-Henri, CHANCEREL Jean-Baptiste, CHEDEVILLE Du MONT, DUTERTRE François, DESERT Pierre, ERARD Thomas, FERET Louis, FOUASSE Gilles-Anne-François, FOUCAULT Charles-Jean, FOUCAULT Jean-Baptiste, FOUQUES Louis, GRISARD Pierre, HARDOIN Jean-Baptiste-Pierre, JEAN Jean, LAURENT Jean, LEDEME Pierre, LORY Guillaume-François, MALOIZEL François-Marin-Jean, MEVILLE Pierre-François, MOULIN Pierre-François, PELVE François, PERRETTE Nicola, RAGEOT Michel, SALLE Nicolas, VALEE Jean

Sergents : AMAND Pierre, CEVILLY Jean-Baptiste, DUMAINE Michel, DURAND Charles, FOURNERIE Jean, GALLAIS Louis, JOUBIN Jacques, LAURENT François, LE BRETON Jacques, LE BRETON Pierre, LECONTE Jacques, LIOUST Julien, LORENT Jean, PRINGAULT Pierre, THIEBAULT Michel, THOMAS François (Desdoits, pages:110,111)


La division de Flers occupe la région de Domfront, Juvigny, Couterne, la Ferté-Macé, Briouze, la Carneille, Pont-d'Ouilly, et Condé. En 1795-1796, environ 800 hommes. Parmis les officiers : MALHAIRE dit d'artois, fermier de la Lande-Patry, Nicolas HUE dit st-paul, cultivateur, décédé à Flers en 1814 à 44 ans, les frères LE TELLIER JENVRIN de la Chapelle-Biche, un capitaine tué remplacé par son frère Victor, Jacques DELAUNAY fils d'un ancien juge de paix d'Athis. En 1799, 1210 hommes : Chanu : 100, Flers : 200, la Chapelle-Biche : 50, Landisacq : 100, la Lande-Patry : 100, Fresnes : 100, Cerisy : 60, Larchamp : 60, la Ferrière : 140, Briouze : 60, Bellou : 100 (La Sicotière, II, page 549,758)

Jusqu'à l'amnistie du 24 juin 1796, la compagnie de St-Jean-des-Bois plus Trutemer, 1000 hommes, Flers plus Landisacq, 800 hommes (Moulin,page:22)

Jean-Baptiste FRESNEL originaire de Mathieu (14) est chef des cantons de Landisacq et Chanu sous le nom de LETELLIER (La Sicotière,I,page:616)


La compagnie Royale de la Chapelle-Biche en 1793: capitaine: Jean-Baptiste-Charles JENVRIN fils de Gabriel et Marie CHANCEREL, ses frères François-Gabriel et Jacques JENVRIN, le vicomte De CHAMBRAY, François LEPRINCE capitaine, Julien MORIN de la Thiaudière, Pierre-Jérôme DOISNEL, Jean-Baptiste LEBRUN, Jacques DECOSSE, Jacques HUE de la Béguinière, Jean, Louis et François HUBERT du Val-Michel, Michel LEPRINCE de la Fontaine-Blais, Pierre HUE, Gilles DEVERRE de l'Oriendière, Jean LEPRINCE fils de Michel, Michel GALLET, Jacques JENVRIN de la Fontaine-Herbouze. (Auguste Surville, Un coin du bocage..., page: 85)


  • Escarmouches, attaques, occupation, guet-apens, combats
Chanu

Chanu : 25 mars 1795, escarmouche, 9 mai 1796, escarmouche, 15 mai 1796, combat du Val-de-Préaux.

En février 1796, le républicain MADELINE PICHARDIERE marchand de clous est tué (La Sicotière,I,page:551).

Le 3 mars 1796, le curé insermenté de la Lande-Patry Jacques TABLET est fusillé à Préaux et inhumé à Chanu. 30 habitants de la Lande-Patry l'exhume pour le transporter dans leur cimetière.(Les martyres, tome 3, page 108)

À cette époque, l'église de Chanu est un poste militaire républicain, la tour est crénelée pour mieux servir de lieu de défense. Les royalistes après un combat aux Buissons y mettent le feu pour débusquer les républicains (Dumaine,III,page:286,287).

Le 15 mai 1796, combat autour du village de Préaux sur Chanu et St-Cornier. Toute l'armée des chouans, 2000 hommes est dans la forêt près de St-Jean-des-Bois quand ils apprennent que le général LARUE et les républicains de Tinchebray regagnent leur garnison. Frotté décide de les attacher à Préaux. 500 chouans sont postés au bourg de St-Cornier pour attaquer l'arrière des républicains et FROTTE avec 1500 hommes s'embusquent à Préaux. Après avoir résistés, les républicains abandonnent un convoi de trois voitures avec 10 à 11 prisonniers délivrés par les chouans qui récupèrent un gros butin d'armes, de munitions et de vivres (Moulin,page:91)

En mai 1799, Chanu est toujours le foyer le plus actif, 600 chouans sont enrôlés par FRESNEL (LETELLIER) et menacent la lisière du Calvados et de l'Orne (La Sicotière,II,page:111)

En décembre 1799, enlèvement et séquestration d'une vingtaine d'acquéreurs de biens nationaux (La Sicotière,II,page:352)

En février 1800, c'est dans les environs de Chanu et Caligny, que se concentrent les derniers efforts de résistance. Une bande de 25 chouans y tiennent encore la campagne sous les ordres de "La Victoire". Il est pris et fusillé par la colonne de la Carneille. On découvre à Chanu dénoncées par le serrurier AUBINE deux cachettes importantes avec quantité d'armes, de munitions et d'équipement ainsi que le secrétaire de FROTTE qui est tué. Par la suite on trouve cinq caches avec quantité de matériel et l'aide de camp de COMARQUE qui est tué. Fin février 1800, tout est fini. Sur les 170 000 Francs du trésor de la chouannerie, 6000 Francs sont réservés aux habitants de Chanu qui ont le plus souffert. Un boucher a livré pour 594 Francs de viande du 17-11-1799 au 19-2-1800 (Ohl,page:104, La Sicotière,II,page:535,536)

fructidor an V, requêtes en dégrèvement des habitants de Chanu, à la suite des réquisitions et du brigandage provoqué par la querre civile, 58 pétitions (AD 61 L 4494)


Saint-Cornier
St-Cornier-des-Landes : 15 mai 1796, combat du Val-de-Préaux (voir Chanu), combat au Gué Vigneret, le clocher sert de vigie aux républicains (Dumaine,III,page:307)
Landisacq : 2 février 1796, combat à l'Auberge-Neuve
La Lande-Patry : 2 mars 1796, combat


La Chapelle-Biche
Sceau de la Municipalité

La Chapelle-Biche : 7 avril 1794, profanation des monuments religieux

27 janvier 1795, massacre de DUGUEY dit Godier, cloutier convaincu de faire connaître aux Bleus les agissements des Chouans dans ses voyages à Caen, tué par Pierre DOINEL et Jacques DECOSSE

3 mars 1796, massacre du capitaine chouans Jean-Baptiste-Charles-Gabriel JENVRIN fils de Gabriel JENVRIN et Marie CHANCEREL. Peu de jours après, massacre de 2 chouans bretons

22 avril 1796, massacre de Jean-Baptiste LEPRINCE fils de François et Jeanne Avril et Pierre HUBERT fils de Jean et Françoise VAUTIER entre Saint-Clair-de-Halouze et la Chapelle-Biche. Le même jour un chouan de la Forêt-Auvray est tué à la Thiaudière.

En mai 1796, Louis HUBERT époux de Julienne JENVRIN dit Saint-Louis tombe sous les balles républicaines.

11 avril 1798, Charles SALLES, cloutier à la Sauvagère meurt de peur lors d'un simulacre d'exécution.

24 août 1799, combat de la Chapelle-Biche dans le bourg entre une vingtaine de chouans et la colonne mobile de Domfront commandée par BERTRAND-L'HODIESNIERE, 2 chouans tués, Jean-Baptiste FRILOUS-DESLONGCHAMPS et LOISEL de Caen sont blessés , fait prisonniers et emmenés à Domfront. Après ce combat, la compagnie de la Chapelle-Biche, réduite à une cinquantaine de réguliers, continue, sous la conduite des frères JENVRIN à guerroyer dans la contrée. (Auguste Surville: Un coin du bocage normand...,pages: 68 à 92)

Lonlay-L'Abbaye

25 novembre 1795, assassinat de LABBEE, cultivateur à la Gélinière (Caillebotte), 12-13 mai 1799, assassinat de deux hommes, 15 septembre 1799, attaque et occupation, 19 septembre, escarmouche

St-Jean-des-Bois : 26 septembre 1795, à la Vente-Henriel, affaire entre la colonne de TOUSSAINT et les chouans (Caillebotte,page:32), 1 décembre 1799, escarmouche
Cerisy Belle-Etoile : en mai 1796, 150 chouans sont attaqués par les républicains dans le bois de Cerisy. Ils ont avec eux l'abbé CHANCEREL prêtre qu'ils abandonnent caché dans un pressoir (La Sicotière,I,page:485)
St-Bômer-les-Forges : 28 janvier 1800, attaque et occupation
Plan de défense

Tinchebray

Combat du 31 mars 1796 (11 germinal an IV) Située au milieu de communes royalistes, Tinchebray s'est énergiquement prononcée en faveur de la Révolution. La ville est fortifiée et chacun sait la place qu'il doit occuper et défendre. Elle a une compagnie de 84 hommes du régiment des Vosges et 150 hommes capables de porter les armes. La tour de l'église St-Rémy sert d'observatoire et de citadelle.

Frotté après avoir fait divertion s'approche de Tinchebray avec 800 hommes rejoints par les chouans de St-Quentin et Moncy. Il envoie 2 parlementaires pour demander la remise de la place et une contribution de guerre. Ils sont tués. Les chouans attaquent de tous les cotés, Frotté blessé met le feu à la ville. Les veillards, les femmes et les enfants sont réfugiés dans l'église St-Rémy. Au plus fort de l'action, Godefroy De BOISJUGAN attaque avec 50 de ses meilleurs soldats mais il est tué comme le capitaine De MALHERBE à la tête des chouans de Chanu. Après 7 heures de combats, Frotté donne le signal de la retraite.

84 maisons brulées, 2 sentinelles républicaines tuées, 20 officiers et environ 80 chouans tués (Dumaine,III,page:261)

Eglise St Rémy


Liste des défenseurs de Tinchebray contre l'armée royaliste :

alexandre, anfray, angot, (2 familles), aubert (2), aubine, auvray, avice, bazin (2), besnier (2), richard, bourneuf, bouvet, buffard, busnel, cailly (3), caillebotte, calice, chancerel, chanu, desert (2), desnoyers, duchemin (2), duchesne, dufay, dufy, dumaine, durand, fourré, frémont (2), gallier, gallodey, gigant, gauthier, guérard, guillande, guillouet, goubert, granjean, godouet, hurel (3), lanoë, langlois, lougrais, larcher, larue, laubrière, lavigne, leballeur, lebastard, legueu, lecocq, legot (2), lechastellier, lebarbey, legrain (2), lelièvre (3), lesueur, lepetit, lepont, lemonnier, lecomte, leneveu, lemasquérier, lemazurier, létang, leteinturier, letessier, levallois, leveneur, lévêque, mauduit, mogis, moncocq, mondet, onfray (2), patry, pénel (2), pernelle (2), piquenard, pitot, potel, prieur, quéruel, rivière (2), robine, saint-julien, seigneur, signard (2), véniard, yver (2) (Dumaine,III,page:547)

27 novembre 1799, François LELIEVRE riche acquéreur de biens nationaux se rendant à Vire avec le boucher LEMAZURIER est attaqué par les chouans qui lui demandent 5400 Francs pour 4 ans de jouissance des biens (La Sicotière,II,page:352)

Flers : 23 février 1800 : incendie du château
La Selle-la-Forge : les trois frères BOUQUEREL sont tués par la colonne mobile de la Carneille. BODEY et BALLON sont tués (La Sicotière,I,page:551)
Ger : septembre 1795, attaque du cantonnement (Moulin,page:24)
St-Quentin : Décembre 1799, enlèvement et séquestration d'acquéreurs de biens nationaux (La Sicotière,II,page:352)
Fresne-Poret : 1799, attaque (Moulin,page:27)

Montsecret

Abbé Collet

En mars 1795 (mi-carême), Michelot MOULIN réuni 200 hommes pour attaquer LOUVET commandant de toutes les gardes républicaines du pays qui a avec lui 100 hommes plus 80 gardes nationaux. LOUVET est tué. Après sa mort, les gardes nationaux sont facilement désarmés.(Moulin,page:19)

13 avril 1796, assassinat de l'abbé COLLET
17 messidor an VII, assassinat de Esmond-Nicolas MADELEINE, adjoint au Maire de Montsecret par les chouans qui lui volent 10000 Francs (Caillebotte,page:34)
4 aout 1799, siège, le commandant des chouans BILLARD est blessé, caché à Cerisy (Sellerie), soigné par FRILOUX DUCOUDRAY chirurgien de la Chapelle-Biche


  • Les dégats

Le 6 brumaire an IX, M. GARNIER Maire de Chanu adresse à Domfront une demande de 3050 Francs d'indemnités pour fourniture de vivres aux troupes ou pour divers dégats.

Indemnités accordées : Tinchebray : 15000 F, Chanu et Fresnes : 600 F, Montsecret : 500 F, St-Cornier : 400 F, St-Pierre-d'Entremont : 300 F, St-Quentin : 250 F, St-Jean-des Bois : 150 F, Beauchêne, Larchamp et Yvrandes : 200 F, St-Christophe, Clairefougère, Mesnil-Ciboult et Moncy : 100 F (Dumaine,III,page:365)


  • Récompenses

En 1815, 1816, 1817, 1823, 1824 la Royauté récompense les anciens chouans, les veuves et enfants.

Chanu : HODIESNE Jean-Baptiste-François, cultivateur, lieutenant. DELARUE, riche propriétaire, employé à la correspondance, s'est exposé et a été dévoué pendant tout le temps, MADELINE Georges François, propriétaire, sous-lieutenant, POUPION P., ROULLEAU-DUBIQUA fils, DUCHESNAY Guillaume, DUROCHER fils, DELAHAYE fils, VAULTIER serrurier, AUBINE Thomas, Veuve FRILOUX

Landisacq : BOUVET Pierre, cultivateur, HUEL Jean Baptite, propriétaire, secrétaire de FROTTE, Veuve HERGAULT, ANGUEY François, ROHEE François, PRIEUR Pierre dit Casque, HARDY Jean

Larchamp : MORIN Jean, CHANCEREL Jean-Baptiste, VIVIER Jean, PRODHOMME Jacques dit Richepot, capitaine, JAMET Jean fils, MALHERBE Michel fils, FRILOUX DESLANDES fils, FRILOUX DUVAL fils

St-Cornier : GARNIER Jean, Veuve DURAND

Beauchêne : MALVINET François, sous-lieutenant, GARNIER Pierre, BESNARD Thomas

La Lande-Patry : HUET Pierre, cultivateur, MALHAIRE Michel, cultivateur, MACE François, BRIONE dit Malmené, cultivateur

Tinchebray : FOUCAULT Jacques, coutelier, lieutenant, FOUCAULT Jean-Baptiste, cultivateur, DURAND Charles, cultivateur, FOUCAULT Julien, cultivateur, RENAULT Pierre François, LEGOT Guillaume, LEPONT J.B., ONFRAY Gilles

Flers : HUE jean-Baptiste, LE BAILLY, FORGET Louis, DENIS Pierre, DUPONT Pierre, propriétaire, CUVELIER La Fontaine

Yvrandes : HARDOIN Etienne Jean, HARDOIN Julien, taillandier, JOUBIN Jacques, journalier, HARDOIN Jean-Baptiste Pierre, fermier, DURAND Charles, journalier, BERNARD Pierre François

Ger : RAGEOT Michel, porteur d'eau, LANGLOIS Julien, maréchal

St-Jean-des-Bois : GUIMONT Jean, journalier, THIEBAULT Michel, Coutelier, PRINGAULT Pierre, colporteur, LORENT Jean, fermier, LAURENT Jean, coutelier, AUBERT Charles, marchand colporteur, LAURENT François, LAURENT Louis, MOULIN dit Michelot, ancien chef

Lonlay : BOISNET De La LOGERIE Charles Germain, propriétaire, capitaine, HERVIEU FOUCHELIERE Julien, THOMAS Guillaume, HERVIEU Jean (à la Rénière)

St-Christophe-de-Chaulieu : GALODE Pierre, cultivateur, LAINE Nicolas, maréchal, JEAN Jean Baptiste Jacques, fermier, GOUJON Pierre dit Grisard

St-Quentin : FOUCAULT Charles, boulanger, PIQUE Des DEMAINES Pierre Denis Armand Honoré, propriétaire, manufacturier, capitaine, noté pour son dévouement, a levé dans les Cent-Jours une compagnie à ses frais

St-Germain-de-Tallevende : ROGER Pierre Félix Michel, fermier

Caligny : Veuve BOURDON, capitaine mort au combat, LE TORTU Jean

Frênes

Frênes : VENTE Jean Noel, BOSQUET Jean père et fils

Montsecret : GALLIER A., LALANDE Louis

La Selle : GUERIN Pierre

Mesnil-Ciboult : YVER Jean-François, PRUNIER Thomas

Cerisy : BUSNOT Pierre, COLIN Jean, HUREL Jean 18ans, PARIS Nicolas, TARIEL Nicolas(La Sicotière,II,page:796, Dumaine,III,page:417,418,419,427,428,429)

Table des noms de personnes et de lieux de la chouannerie normande

Le travail du fer

Introduction

Saint Eloi
Patron des forgerons

Le travail du fer est attesté dans la région de Tinchebray depuis le XIIe siècle. Sur un métier de férons présent au XVe siècle se superposera entre la Chapelle-Biche et Saint-Bômer à l'Est , Saint-Jean-des-Bois et Ger à l'Ouest une forte activité métallurgique.

Dans ce pays montueux, aux terres maigres, au climat pluvieux, aux chemins impraticables en hiver, où le minerai est abondant et les forêts nombreuses, le travail du fer est un complément de l'agriculture bien adapté au caractère normand par son exercice à domicile et nécessaire par son apport d'espèces monétaires.

Ces travailleurs ont subi de nombreuse mutations techniques et économiques. Au milieu du XVIe siècle, la révolution du haut-fourneau prive le ferron de la réduction du minerai et au début du XVIIe siècle, l'apparition de la fenderie lui enlève une grande partie de la préparation du métal, favorise les marchands mais développe l'activité.

Au début du XVIIIe siècle, la production de petits clous à Chanu et sa région atteint un niveau national,l'activité de taillanderie entre Saint-Quentin et Yvrandes se développe. Dans la deuxième partie du siècle, la forte demande de clouterie de marine déplace le centre de gravité de la clouterie de Chanu vers Saint-Cornier et Beauchêne, impose une génération de marchands capables de mobiliser des sommes importantes, de faire travailler de nombreux cloutiers et permet la naissance d'un capitalisme local.

Après la Révolution, au nord-est de Chanu, certains cloutiers et petits marchands proches des quincailliers se diversifient dans la serrurerie. Avec l'apparition de la production mécanique de la pointe de Paris et la disparition des forges à bois régionales remplacées par des forges à coke plus éloignées, le clou forgé perd les marchés de la marine et entre en décadence.

Au début du XIXe siècle s'installent à Tinchebray des quincailliers qui utilisent cette main-d'œuvre nombreuse et habile. Á la fin du siècle est construite la première usine d'outils agricoles. Certains cloutiers, serruriers, forgerons perdent leurs qualifications et deviennent ouvriers d'usine.

Au XXesiècle, l'industrie de Tinchebray passe dans les années 70-80 d'une concurrence régionale à une concurrence nationale et dans les années 90-2000 à une concurrence mondiale avec l'explosion du marché asiatique.

Au début du XXIe siècle, le système productif local représente 80% de la production française d'outils de jardin et 25% de la quincaillerie de bâtiment.

Le travail du fer du XIe au XVIIe siècle

L'approvisionnement sidérurgique

Les minerais sont accessibles à l'affleurement pour le synclinal Mortain-Domfront-Bagnoles à Larchamp, Halouze, la Ferrière-aux Etangs, Mont-en-Gérôme, l'Ermitage et pour le synclinal de la zone bocaine dans la vallée de l'Orne autour de Saint-Rémy (Minière de Beaumont). Teneur en fer: 36% à 56%, phosphore toujours présent.

Le charbon de bois est tiré des forêts de la Lande-Pourrie (3400h), Halouze (1300h), Bois de Larchamp et Grand Bois Dauffy (480h), Petit Bois Dauffy (150h), la Haie de la Ferrière (280h), Andaine (6000h), Bois de Messei et de Chatillon (350h). (La Métallurgie normande pages: 17,88,89, surfaces vers 1650)


La région de Tinchebray

Les antécédents médiévaux

En 1135-1139 : Don d'une forge dans la forêt de Tinchebray par Henry Roi d'Angleterre aux moines de Savigny confirmé par l'Impératrice Mathilde sa fille (Arnoux)
En 1180 et 1184 : Première attestation d'un groupe de férons dans la Baillie de Tinchebray (Comptes de l'Echiquier de Normandie).
En 1296 Mentions de commerce de fer normand dans les ports de Bretagne (AN J 240, n° 18)
En 1303 Estienne LARCHIER de Tinchebray doit une rente sur la terre des forges grossières (Arnoux)
En 1357 Madelinthe De La FERRIERE (aux étangs) fait établir un censier où sont nommés trois forgerons: Guillot MICHEL qui avait en 1348 des droits en forêt d'Andaine, Robert LE VERRIER et Guillaume MORIN. Dans le premier aveu connu de 1373, le seigneur de la Ferrière possède le droit de faire extraire le minerai et celui de faire fonctionner des forges (Marie-Claire LEFEVRE: Le fer et la Ferrière aux Etangs, pages 7, 8 et 17)
En 1364 Robinet GARIN de Tinchebray vend des clous au château de Vire (PBN 1910 page 242).
En 1383, Robert d'HARCOURT aveu: 4 forges dans le bois de Hallouze et autres bois Aveu de 1383
En 1390 L'Abbé de Cerisy-Belle-Etoile , avoue devoir au baron de la Lande-Patry pour sa vavassorie , douze deniers pour un éperon (AD 61 H 236, 12-9-1390, l'Abbé est baron de Cerisy et seigneur de Chanu)
En 1392 Colette femme de Clément HUTTEVENT de Tinchebray vend des clous au château de Falaise (BN Fr 26025 n°1747).
En 1395 Colette femme de Clément HUTTEVENT de Tinchebray vend des clous à lattes et à gantiers au Château de Falaise (AD 14 série E, Chartrier Le Vallois d'Escoville)
En 1395 Raoul GOSSELIN est cloutier à Tinchebray (Métallurgie normande).
En 1408 Symon DUCHEMIN a une forge à Tinchebray (AD 14 E 446, Arnoux, mineurs...page 242)
En 1437 à La-Selle-La-Forge, Jehan CHANCEREL doit à l'Abbaye de Belle-Etoile une rente sur des biens qui jouxtent le Pont-Féron, les Chancereaux et le Seigneur de La Selle (AD 61 H 3325)
En 1484-1485 Henri NIOBE féron à Tinchebray vend des clous (AD 14 E 453)
En 1570, Pierre HERGAULT est maréchal à Larchamp (AD 61 4E 160/1, 12-4-1570)
En 1586, à Tinchebray, Michel PITOT déclare une forge rue des Boutière et Pierre YVER une forge sur la Grande Rue, Pierre CHANTEREL, le clos de forge (Dumaine, tome 2, pages: 90, 341, 319)
En 1597 Pierre MALOISE est cloutier à Ger (AD 50 A 1210)

Important dépot de déchets sidérurgiques à St-Paul (la Lande-Patry avant 1853) au lieu-dit la Noire Vallée (400m x 100m x 0,5 à 1m d'épaisseur), dépots à Chanu, la Ferrière-aux-Etangs, St-Pierre-du-Regard, culot de fond de four à la Ferrière-aux-Etangs (Corpus...pages: 25,26,27)

Á la Chapelle-Biche, scories à la Sauvagère et au Côtil Doisnel, résidus métalliques à la Ferronnerie (Auguste SURFILLE, Un coin du bocage..., pages: 19, 31, 34)

Á Tinchebray, scories à l'Epinette, la ruelle des Forges-Paillettes et au Val des Fontaines (Dumaine, Tinchebray tome 3, page: 507)

La Métallurgie au Moyen-Age

Les Férons

Les premiers documents citant des paroissiens de Chanu dans le travail du fer sont "Les papiers de la Minière de Beaumont" (AD 14 E 491).

En 1469 Gervais LEPRINCE et en 1476 Jehan CHANCEREL de Chanu sont "férons". En 1463 Thomas BREOSNE et en 1475 Guillaume DUHAMEL transportent le minerai. Les LEPRINCE sont en 1409 ainés de la masure des Vallées où l'on trouve dans les aveux de 1574 : un jardin au féron (AD 61 H247), les BRIOSNE à Visance (AD 61 H 249), les CHANCEREL à la Chancellerie et aux Fresnayes, Jehan CHANCEREL est présent dans un acte en 1475 (AD 61 H 227).

Ils ne sont pas isolés, 1463 Jehan LE METAYER l'aîne et le jeune, Pierre LE METAYER sont de Flers, 1465 Jehan DUVAL, 1475 Henry NIOBEY, Jehan fils Gervais, Pierre et Robert LE GOTH, Guillot GOSSELIN ouvrier dans la forge de Robert LE GOTH, Jehan et Etienne LEPRINCE sont de Tinchebray, Guieffroy LEPRINCE forge à Tinchebray chez DUVAL 1474 Jehan LE BOUCHER de Flers, 1466 Etienne FERRU de Montilly, Regnault LE CHARETIER de la Selle, 1471 assemblée à la Lande-Patry en l'ostel Philippot BERTRAN marchand de minerai, 1473, assemblée à l'hotel de Pierre LELIEVRE tabellion à Tinchebray (Arnoux,page 87), Robert LE MAITRE Flers ou la Lande-Patry, Guillaume LE GOTH Chanu ou Landisacq.( AD 14 E 491 et Métallurgie normande, page: 295 à 297)


Être férons, c'est accomplir une double tâche de direction de la forge et de production de fer, il est l'homme sans qui le métal ne peut légalement être produit. La transmission du métier est héréditaire et donne une importance particulière aux femmes, "nul ne feroit le fer exepte les fils des ferrons et ceulx qui epouseroient leurs filles". La qualité de férons fait partie du patrimoine d'un groupe familial. Maîtres de forges, ce sont des artisans très qualifiés porteurs de tours de mains ancestraux qui réduisent dans des bas-fourneaux le minerai de la mine de Beaumont à Saint-Rémy-sur Orne. Ils ont un dépot à mi-chemin au pied du château de Condé-sur-Noireau (14) et travaillent à la mine, au commerce du minerai et au travail des forges de la Sainte-Croix (14 septembre) à la mi-juillet (Arnoux, Mineurs...)

Le métier est organisé et protégé mais la production de fer exige une importante quantité de bois et met le féron dans la dépendance des possesseurs des forêts : le Baron de Flers pour la forêt de Halouze (1300 ha), la Baronne de la Lande-Patry pour le bois de Larchamp et le bois Dauphy (470 ha), le Comté de Mortain pour la forêt de la Lande-Pourrie (3400 ha).

Les faiseurs de paesles

Une deuxième catégorie de travailleurs du fer dépendent de la Minière de Beaumont: les faiseurs de paesles qui forgent tous les objets d'usage courant fabriqués en fer: poëles à frire, pelles pour le travail de la terre, tuyauteries en tout genre. On peut suppposer que les férons se réservent le métal en gros et peut-être les clous et abandonnent à d'autres le marché des objets courants. (Arnoux, Mineurs...page: 128)

En 1462 Raoullet LE VERRIER de Flers utilise le minerai de la forêt de Halouze. Guyon FOUQUIER est faiseur de paesles à Flers
En 1463 Johanet CHESEN et Pierre LOYSEL faiseurs de paesles à Chanu sont enfuis en Bretagne
En 1468 Fraslin MORIN est faiseur de paesles (Arnoux, Mineurs..)


La révolution du haut-fourneau

Forge vers 1530

Dans la seconde moitié du XVe siècle, le développement dans le nord du Royaume de France du procédé indirect de production du métal avec haut-fourneau et affinerie est maitrisé par les nobles et leurs capitaux. Il prive les férons de la phase de transformation du minerai en métal.

Quatre grandes seigneuries font le choix de développer des forges pour augmenter la valeur de leur bois: le baron de Flers propriétaire de la forêt de Halouze (forge de Halouze), le baron de Larchamp et de la Lande-Patry (forge de Larchamp), le baron de Messei (forge de Moulin-Rouge) et le seigneur de la Ferrière (forge de Varennes). (La métallurgie normande, page: 91)

En 1473, Nicolas Groparmy, Baron de Flers à fait ouvrir une minière dans la forêt de Halouze et dit que si les ferons ne prennent de sa mine, ils n'auront plus de son bois pour forger (AD 14 E 491).
En 1489, Alix De Larchamp, Dame de la Lande-Patry s'attaque devant l’Échiquier d'Alençon aux privilèges des férons de la Minière de Beaumont, défendus par leurs suzerains traditionnels, le Comte d'Alençon et le Baron de Thury (AD 14 E 453).
En 1499, Guillemette De Larchamp, Baronne de la Lande-Patry avoue sur la paroisse de Larchamp : mines, minière et fourneau à faire fer (AD 61 H 236).
Vers 1530, Nicolas de Groparmy, Baron de Flers et propriétaire de la forêt de Halouze construit la forge de Halouze à St Clair-de-Halouze (Métallurgie normande)
Entre 1530 et 1574, forge au "Bossu" à Beauchêne (Métallurgie normande)
En 1562, à Beauchêne, Noble Homme Jehan THIERRY, sieur du Lalier, maître de la grosse forge de Beauchêne (AD 50,A 1868, cité par l'Abbé Dumaine, Tinchebray..., tome 2, page100)
En 1566, dans les revenus du comté de Mortain: vente de bois de haute futaie au maître de la forge de Larchamp (AD 50 A 335)
En 1567, Conseil de Mortain, vente de bois aux maîtres des grosses forges de Beauchêne et Larchamp (AD 50, A 446)
En 1569, le Conseil du Comté de Mortain blâme les officiers qui laissent les tenants des forges à cloutiers et charbonnières dérober le bois (AD 50 A 452 et A 453).
En 1570, Paiement au comté de Mortain de 4000 Livres due par Madame De SOURDEVAL pour sa forge de Beauchêne (AD 50, A 134)
En 1570, acte tenu au Manoir de Larchamp entre Honnête Homme Jacques FOUGERAY de Chanu et Noble Homme Jehan MALHERBE locataires de la forge de Larchamp portant sur le Bois Dauffy et quatre milliers et cent de fer (AD 61 4E 160/1, 7-2-1570 et 17-12-1570). La grosse forge de Larchamp et le Bois Dauffy appartiennent au Baron de Larchamp Georges de GRIMOUVILLE.


Les férons vont faire face à la révolution du haut fourneau développée par les Seigneurs pour augmenter la valeur de leur bois en se spécialisant dans la petite métallurgie de transformation et en particulier, la production de clous bien adaptée au fer cassant produit par les forges de Larchamp et de Halouze. Au XVIIe et XVIIIe siècle, la répartition géographique des artisans du métal hérite directement de l'implantation des férons. La permanence de cette tradition médiévale est s'en doute pour beaucoup dans la croissance de la sidérurgie normande après l'introduction du procédé indirect. (La métalllurgie normande, page: 35)


Le XVIIe siècle

Fenderie de Larchamp
Fenderie

En 1608, la production de clous était suffisamment importante pour permettre la construction de la première fenderie normande à Larchamp et fournir du fer en verges aux cloutiers. Le projet de forge et fenderie au "Gué de la Motte à Ger est abandonné par le Conseil du Comté de Mortain (1608, AD 50 A 247 et A 488). Construction des fenderies: Varenne: 1614, Champ-de-la-Pierre: 1619, Halouze: 1623, Cossé avant 1627, Bagnoles avant 1640, Champsecret: 1658, La Sauvagère: 1671. Dans le Maine, Port Brillet: 1627, Chailland: avant 1657, Aron: avant 1638.

La fenderie ancêtre du laminoir permet de fendre mécaniquement les barres aplaties en tiges ou verges de calibre adapté au type de clous souhaité en apportant une économie considérable de main d'oeuvre par rapport aux procédés manuels. Elle prive les cloutiers de la transformation des barres en tiges ou verges et facilite la distribution par les marchands.

Fenderie de Larchamp Fenderie du Champ-de-la-Pierre


  • Les fendeurs

Les NIOBE/NIOBEY de Tinchebray déjà présents au XVe siècle avec les LEPRINCE et CHANCEREL parmis les férons vont développer les fenderies de Normandie: Larchamp, Halouze, Varenne, la Roche-Mabile, Moulin-Rouge, Rânes, Balleroy (14), du Maine: Orthe (53), Aron (53) et du Pays de Chateaubriand en Bretagne: Martigné-Ferchaud (35), la Vallée, la Hunaudière (44). Guillaume et Barnabé BUFFARD gendre et neveu de Robert NIOBEY fendeur à Larchamp 1635-1643 sont fendeurs à Rânes, Carrouges et La Frette. Gabriel LELIEVRE sieur de la Prévôtière, fendeur à Halouze est aussi allié des NIOBEY (La métallurgie normande, page:312, AD 61 4E80/29, 24-8-1648 + R.P. Tinchebray), en 1691, acte à Lonlay: Jean NIOBE fils Pierre, fendeur à Antoigné, province du Maine, Jean NIOBE fils Guillaume, fendeur à Carrouges, Jean NIOBE fils Thomas, fendeur à Moidon (44), province de Bretagne (AD 61 4E 158 1/1, 3-8-1691), en 1692, Gilles BUFFARD, maître fendeur à Gonneville (50) (AD 61 4E 80/171, 8-10-1692)

Pendant tout le XVIIIe siècles, les NIOBEY ont gardés des biens dans le bocage et passent des actes à St-Cornier en 1708 (AD 61 4E 80/546, 28-10-1708, Jean NIOBEY sieur du Coudray, fendeur à la Vallée et Jean NIOBEY sieur du Bourg, fendeur à la Hunaudière)


Forges de Paimpont

Louis BOUVET, fendeur à Brécilien, beau-frère de Simon LAUMAILLER, marteleur, chauffeur natif de Lonlay sont présents dans les registres de Paimpont (35) (R.P. Paimpont: 18-2-1691, 8-10-1690, 4-5-1709, AD 61 4E 132/2, 12-8-1675)

Olivier BOUVET de Lonlay est fendeur à la Gaudinière dans le Maine (AD 61 4E 92/82, 21-10-1692)


  • Les fondeurs

Les fondeurs vont travailler au haut fourneau le temps de couler une ou deux gueuses et résident dans les communes voisines. Ils sont rémunérés à la gueuse coulée, chacune étant numérotée. (La métallurgie du Maine, page:157)

À St-Cornier, en 1630, à la Guitonière, Henri DESDOITS est fondeur (AD 61 4E 80/11, 6-3-1630)


NIOBEY, LAUMAILLER, Liste des forges


Les forges de l'Orne au XVIIe siècle
  • Le fer de Normandie

La clouterie de Chanu utilise la production des forges et des fenderies normandes :

1570: dans la succession de Gilles POTEL: un cent de fer dut à Mr De MALHERBE Maître de la forge de Larchamp (AD 61 4E 160/1, 29-4-1570).

1643: Denis POSTEL achète pour 123 Livres de fer à Champsecret (AD 61 4E 80/23 2/3/1643), Jean MADELAINE pour 300 Livres puis 600 Livres à Halouse (AD 61 4E 160/4, 22-1-1643, 4E 160/5, 28-3-1644),

1661: David DOISNEL, maître de la forge de Halouze vend pour 24 Livres de marchandise à Raul et Charles CHANCEREL de Chanu (AD 61 4E 160/21, 19-6-1661)

1662: Denis et Charles DUCHESNAY, 105 livres à Halouse (AD 61 4E 160/22, 22-3-1662), Charles CHANCEREL témoin de la vente à Pierre GARNIER de St Cornier d'un millier de fer en verges à la fenderie de Chansecret pour le prix de 103 Livres (AD 61 4E 162/1, 12-1-1662),

1672: François SOULAIN de Chanu et Jacques BEAUNER de Landisacq achètent 5000 de fer en verge pour 475 Livres à Larchamp (AD 61 4E 160/30, 4-9-1672),

1673: Robert BEAUGRAND, 500 Livres à Halouse (AD 61 4E 160/31, 15-12-1673), David HELIE , 380 Livres à Forge Neuve et Bagnoles (AD 61 4E 160/31, 31-1-1673)

1689: Noel CHANCEREL pour 1232 Livres de fer à la Sauvagère (AD 61 4E 176/11 23/4/1689),

1693: Guillaume LE DEBOTTE maître de la forge de la Sauvagère passe le 16-9-1693 un marché de produits de la forge avec Jean BUFFARD marchands de Saint-Pierre-de-Tinchebray et Etienne BUFFARD son fils de La Landelle (G. De CONTADES, Notice sur la commune de la Sauvagère, page: 109)

Forge de la Sauvagère


1643: Bertrand HUARD de la Lande-Patry achète pour 200 Livres de fer à la forge de Cossé (AD 61 4E 160/4, 27-3-1643)

1643: Me Germain LE SENECHAL sieur du Parc, maître de la forge de Larchamp met dans la main de Robert DAUFFY fils Michel de la Lande-Patry un cheval pour voiturer de la castille (AD 61 4E 160/4, 9-12-1643)

1652: Jean GARNIER de St-Cornier et Julien MOGIS de Beauchêne achètent pour 320 et 476 Livres de fer à Halouze (AD 61 4E 80/40, 2-10-1652 et 4E 80/39, 15-4-1652)

1652: Louis NIOBE sieur des Noées s'oblige envers Guillaume SEIGNEUR à voiturer 9 600 de fer à la forge de Bagnoles et 4 000 à Evron (Métallurgie normande, page 172, notice 652)

1656: Les LE SEIGNEUR marchands de Tinchebray achètent à la forge de Bagnoles pour 11 000 Livres de fer (Métallurgie normande, page 172, notice 654). Cette vente indique que dès cette époque une grosse proportion du fer produit par les forges du Bocage est utilisée par la clouterie des environs (Dornic). En 1660, Guillaume SEIGNEUR est emprisonné pour une dette de 6 000 Livres (AD 61 4E 80/56, 13-11-1660). En 1642, Guillaume SEIGNEUR fils de Jean avait baillé le droit de subvention de toutes marchandises de fer et d'acier, témoin Julien CHANCEREL (AD 61 4E 80/22, 11-2-1642)

1658: Michel GAUCHER, marchand de Landisacq vend à Gabriel HELIX fils François: 2000 fers en verge de la forge de Hallouze pour le prix de 260 Livres (AD 61 4E 160/18, 21-6-1658)

1664: Claude et Bertrand DUCHESNAY de Saint-Cornier doivent 599 Livres de fer en verges à Olivier Du HALLEY, forge et fenderie de Varenne (AD 61 4E 80/67, 28-1-1664)

1668: Robert LEHAGUE la Brière de Frênes paie 85 Livres de fer en verge à Jacques De LONLAY, Maître de la grosse forge de Valognes, témoin: Noel CHANCEREL de Chanu (AD 61 4E 80/92, 15-10-1668) Jacques De LONLAY, Maître de la forge de Tamerville proche de Valognes (50) de 1666 à 1676, propriétaire: Louis BERRYER (La métallurgie normande, page: 229)

1668: Louis DUMONT, marchand de Bernières-le-Patry (14) paie pour 510 Livres de fer en verge à René GUILLEMIN, marchand bourgeois de Saint-Lo, témoin: Robert LEHAGUE la Brière (AD 61 4E 80/92, 15-10-1668)

1669: Louis DUMONT, marchand de Bernières-le-Patry (14) paie pour 770 Livres de fer en verge à Jacques De LONLAY, Maître des grosses forges de Valognes (50). Marchandises livrées par Raul GUILLEMIN, commis dudit De LONLAY (AD 61 4E 80/92, 2-3-1669)

1669: Jean GOT fils Etienne de Landisacq paie pour 200 Livres de fer en verge à Raul GUILLEMIN pour Jacques De LONLAY, Maître des grosses forges de Valognes (50) (AD 61 4E 80/93, 21-9-1669)

1673: Pierre HERGAULT fils Gabriel, cloutier de Larchamp achète pour 20 Livres 10 sous de marchandise à Me Thomas NIOBE fendeur à Halouze (AD 61 4E 160/31, 9-4-1673)

1673: Marie DESCOSSE de la Chapelle-Biche paie 600 Livres et Guillaume NIOBE fils Julien de Tinchebray demeurant à Landisacq 67 Livres de marchandise à Henry PELIER, maître de la forge de Halouze (AD 61 4E 160/31, 15-12-1673)

1682: Pierre ROBERT de Beauchêne achète pour 180 Livres de fer en verge à François ALEXANDRE au château de la Ferriere (AD 61 4E 132/24, 20-11-1682)

1684: Olivier FOURNERIE de Lonlay-l'Abbaye achète pour 1194 Livres de fer en verge à Varenne (AD 61 4E 132/25, 7-2-1684)

1693: Jean BUFFARD marchand de Tinchebray et son fils Etienne de la Landelle passe un marché de produits de la forge avec Guillaume LE DEBOTTE maître de la forge de la Sauvagère le 16-9-1693 (De Contades, Notice...page: 109)


Forge de Port-Brillet
  • Le fer du Maine

Les cloutiers de Chanu utilisent la production des fenderies du Maine et en particulier celle de Port-Brillet qui passe pour produire le meilleur fer à clou. En 1643, Denis CHANCEREL achète du fer à Port-Brillet en Mayenne (AD 72 4E 4/111).

A l'époque de Mazarin, les forges de Port-Brillet sont importantes dans la fourniture pour la Marine...les chantiers de St-Malo ou de Brest s'approvisionnent en clous fabriqués dans le Bocage normand autour de Tinchebray et de Chanu (La métallurgie du Maine, page 216)

En 1655, Pierre NIOBE s'oblige envers Gabriel SEIGNEUR marchand de Tinchebray à voiturer 10 000 de fer en verge à prendre au bourg de Gorron (53) Métallurgie normande, page 172, notice 652)

Les marchands normands rencontrent les Maîtres de Forges du Maine aux foires de Domfront: Jacques CHANCEREL cloutier de la Fresnaye de Chanu est présent à Domfront en 1640 (AD 61 4E 140/2, 28-4-1640)

En 1698: aux 9 foires de Domfront, vente importante des fers des forges de Varennes, Chailland, Port-Brillet, Aron et beaucoup d'autres (Duval, Etat..)


  • Les migrations

Des habitants de Chanu migrent vers les forges et les zones cloutières du Maine et de Bretagne:

En 1621, Gabriel MALAGRE et Germaine DELAHAYE sont à Chailland (53) R.P. 53 Chailland 8-5-1621)

En 1637 et 1640, Marie et Perrine LEPRINCE filles de Denis et Michelle GARNIER, mariées à René FOURNERIE (témoin Pierre CHANCEREL) et Martin LEMONNIER sont à Gennes sur Seiche et Brielles (35) AD 61 4E 160/5, 11-10-1644, R.P. 35 Gennes sur Seiche, R.P. 35 Brielles22-11-1638)

En 1644 Julien et Guillaume HUET sont à Chailland (35)(11-10-1644, AD 61 4E 160/5).

En 1669, Denis DAVY cloutier est à Saint-Malo (AD 61, 4E 160/28, 23-12-1669)

En 1679, Michel MALAGRE, cloutier est à Bécherel (35) R.P. 11-4-1679, 13-1-1689)

En 1680, Charles PLANSON est à Dinan (R.P. Dinan Saint Malo, 18-2-1680, AD 61 4E 159/6, 27-12-1685)

En 1687, Pierre LEPRINCE fils François et Jeanne HUET est à Dinan (R.P. Chanu, 21-4-1668, R.P. Dinan Saint-Sauveur, 25-11-1687)


En 1621, Louys LOUVET de Beauchêne, en 1623, Jehan DOINEL de la Chapelle-Biche, Toussaint LE VIEL de Larchamp, en 1646, Pierre VAULOUAS de Lonlay-l'Abbaye sont à Chailland (R.P. 53 Chailland: 15-6-1621, 26-1-1623, 23-2-1623, 29-1-1646), en 1635, Guillaume NIOBE x Jeanne ROUSSEL de Larchamp est fendeur aux forges d'Orthe à St-Martin-de-Connée (R.P. 53 St-Martin-de-Connée, 20-6-1635, AD 61 4E 160/5, 28-10-1644)

En 1657, Adrien BERTHOUT x Anne LEVESQUE de St Cornier est cloutier à Châteaulin (29) et son fils Jean marchand à Douarnenez (AD 61 4 E 80/528, 12-8-1704, AD 61 4E 80/540, 19-8-1705, Base récif du cercle généalogique du Finistère, 11-10-1657 x Gilette BERTHOUT, 22-10-1670 + Adrien BERTHOUT), en 1658 Sainte et Françoise CHANCEREL de St-Cornier demeurent à Laval (24-6-1658, Tab. Chanu Guillon)

En 1690, François LECHEVREL de Larchamp épouse Madeleine CHANCEREL à Dinan (R.P. Dinan Saint-Malo, 3-6-1690, naissance Alain LECHEVREL, 9-4-1691, présence Christophe CHANCEREL, AD 61 4E 80/551, 26-5-1711)

En 1692, Jean NIOBE de Larchamp est fendeur aux forges de La Vallée à Trans 44 (R.P. 35 Martigné-Ferchaud 3-5-1692, 44 Petit-Auverné 4-11-1704), Marin GASNERAY marchand de Saint-Cornier demeure près des forges de Martigné-Ferchaud (R.P. 35 Martigné-Ferchaud, 8-7-1698, AD 61 4E 80/549, 23-6-1710).En 1696, Macé JOUGUET, cloutier de Beauchêne accompagne Charles LEPRINCE, de Saint-Cornier, marchand cloutier à Laval (35) (AD 61 4E 80/190, 20-9-1696)


  • Les forges
Les Forges de Chanu au XVIIe siècle
Forge à cloutiers

Les cloutiers travaillent regroupés dans des carrées de maisons servant à forge ou pour les plus pauvres sous un abri au fond d'un jardin. Une place de cloutier est composé d'un billot de granit ou de bois recouvert de fer et ses accessoires. Un soufflet peut alimenter jusqu'à 6 places mais avec deux soufflets, un marchand fait travailler 8 cloutiers . Une branche des LEPRINCE de Chanu possède un atelier de maréchal et s'est spécialisée dans la taillanderie et en particulier les faucilles.

Á Chanu: dans les aveux de 1627 on trouve une forge cloutière à Pont Herbout: Marin et Denis LIMODIN (AD 61 H 245), des forges aux Brousses: Jean et François ROBIET (AD 61 H 240) et à la Masure à la Blanche: Pierre HUET (AD 61 H 239), dans ceux de 1667 des forges à la Blanche: Charles CHANCEREL, Guillaume HUET et Raoul JOSEL (AD 61 H 239), aux Brousses: Michel ROBIET et Denis DANY, Charles LEPRINCE est maréchal (AD 61 H 240). Gilles DELARUE bourrelier possède un ouvroir (AD 61 H 240).

Chanu: dans les actes de notaires, on trouve: une carrée de maison servant à présent à forge à la Besnardière (FRILOUX AD 61 4E 160/4, 23-1-1643), à la Basse Fresnaye (VOISIN, AD 61 4E 160/4, 10-4-1643), à Visance (BRIOSNE, AD 61 4E 160/11, 23-3-1649),à la Métairie (HUET AD 61 4E 160/9, 3-3-1647), une forge dans un jardin au Hamel Dany (DANY AD 61 4E 160/8, 10-1-1647), une forge à cloutiers dans un jardin à la Fillière (ANGER, AD 61 4E 160/14, 20-11-1653), une forge près du moulin de la Blaire (HUREL, AD 61 4E 160/4, 10-2-1643), une forge à la Barberelle (MOULLIN, 4E 160/6, 4-4-1645), une maison appliquée à forge à la Blaire (AD 61 4E 160/17, 23-5-1657), une forge à cloutiers à la Maigrière (CHANCEREL, AD 61 4E 160/21, 14-2-1661), deux forges aux Bissons, (LEPRINCE, AD 61 4E 160/22, 7-4-1662), une à la Pajotière (CHANCEREL, AD 61 4E 160/22, 22-3-1662), une forge et boutique à cloutiers au Chesnay (DELAHAYE, AD 61 4E 160/26, 25-6-1667) une forge aux Fresnayes (CHANCEREL AD 61 4E 160/26, 21-11-1667), une forge avec 8 billots et 2 soufflets à la Lanfrère (ANGER, AD 61 4E 160/30, 28-5-1672, état des biens avec estimation), une forge et boutique à cloutiers à la Tardivière (HARDOUIN, AD 61 4E 160/30, 8-7-1672), une forge avec 5 places de cloutiers à la Huberdière dont 2 soufflets et une place vendus 13 Livres à Pierre MONTEMBAUT (CHANCEREL AD 61 4E 159/8, 20-1-1691).

En 1625 : Pierre LEPRINCE fils d'Eustache de la Flaudière achète 5 bennes de charbon de fouteaux pour 40 Livres à Michel LAURENT de St Jean des Bois (AD 61 4E80/7, 19 janvier 1625)

En 1632 : procès sur du charbon entre Michel BRIOSNE de Chanu et Michel LAURENT de Tinchebray (AD 61 4E 80/12, 26-7-1632)

En 1643 : Etienne HELIX de Chanu achète du charbon à François et Julien VAUBAILLON de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/4, 23-8-1643)

En 1643 : Denis BESNARD fils Pierre, Motinière achète 26 sacs de charbon de fouteau pour le prix de 51 Livres, livré par la voiture de Champsecret (AD 61 4E 160/4, 12-9-1643)

En 1647, Michel ROBIET fils François des Brousses à Chanu paie 50 Livres pour 26 sacs de charbon à Jean GAUDIN de Banvou (AD 61 4E 160/9, 10-11-1647)

En 1657 : présence d'un clos au Febvre à la Maigrière dans la succession de Philippe CHANCEREL (AD 61 4E 160/17, 27-5-1657)

En 1659 : sur accord de tutelle des enfants de Germain LEPRINCE, marchandise de clouterie, dettes à Pierre GAUDIN, Barnabé BUFFARD (AD 61 4E 160/19, 1659, image: 212)

En 1661 : Julien HELIX fils de François loue une maison servant à forge et boutique à Jacques HELIX la Feuillée pour 60 sous/an (AD 61 4E 160/21, 5-6-1661)

En 1664 : Charles LEPRINCE maréchal possède une carrée de maison aux Brousses à présent appliquée à boutique (20-7-1664, AD 61 4E 160/23)

En 1669 : Comptes entre Pierre LEPRINCE Billotière qui a fourni en 2 à 3 ans pour 87 Livres de charbon à Denis DUCHESNAY fils Jean. Paiement sur le forgeage de Michel HARDY et son fils dans la boutique de Denis DUCHESNAY (AD 61 4E 160/28, 12-11-1669) vu sur: Généalogie autour du Houlme-Orne

En 1673 : Charles HELIE, Guillaume HUET et Joachim MOULIN, marchands de Chanu achète à Michel NUGUET, charbonnier de la Chapelle-Biche, 208 sacs de charbon pour le prix de 425 Livres (AD 61 4E 160/31, 1-1-1673)

En 1676 : Paiement par Denis et Yves GRAVANT de la Foutelaie de 45 Livres de charbon à Pierre LETESSIER, marchand d'Yvrandes (AD 61 4E 159/1, 15-1-1676)

En 1693 : Dernières volontés de Denis DUCHESNAY fils de Jacques marchand: François HARDOIN de la Laudinière lui doit 6 Livres de charbon, Robert HUET: 30 Livres, David DUFAY de Landisacq: 10 Livres...paye des bucherons du bois Dauffy (R.P. Chanu, 21-4-1693 devant Me Denis MADELINE prêtre


Larchamp

En 1643 : une carrée de maison servant à forge cloutière (HERGAULT, COURIOT, 1-9-1643, AD 61 4E 160/4)

En 1644 : Robert FRILOUP de Larchamp vend une forge cloutière pour le prix de 23 Livres à Guillaume FRILOUX fils François de Larchamp (AD 61 4E 160/5, 5-3-1644)


Saint-Bômer

En 1644 : Jacques LAUMAILLER, cloutier (R.P. St-Bômer, 12-4-1644)

En 1664 : Thomas LAUMAILLER, cloutier (R.P. St-Bômer, 29-11-1664)

En 1675 : Nicolas LAUMAILLER, cloutier (R.P. St-Bômer, 16-10-1675, sur baptême Françoise LAUMAILLER)


À Saint-Cornier: à la Guitonière: Henri DESDOITS fondeur (Succession 6-3-1631, AD 61 4E 80/11), à la Haute-Chesnellière, une carrée de maison plâtrée servant à forge cloutière (BASIN, 14-3-1659, AD 61 4E 80/1104), une forge (HARDY, 18-3-1676, AD 61 4E 159/1), au village des Monts, une forge (DESPOIS, 22-4-1670, AD 61 4E 80/106), à la Renardière: une carrée de maison servant à forge à cloutier (CHANCEREL, 20-2-1680, AD 61 4E 162/3), à la Gaudinière, une petite forge à clou, PATRY (AD 61 4E 80/158, 27-12-1685), au Val: une forge, une forge à 7 billots (DUBOIS, AD 61 4E 80/185, 10-8-1692 et 17-8-1692), à la Pluvière, une forge (LEPRINCE, AD 61 4E 80/170, 24-3-1692), aux Béziers: une forge dans la succession DESDOITS/TASSEAU (AD 61 4E 80/186, 25-9-1693), à Préaux: une forge avec un soufflet, 6 billots et outils à faire le clou (Succession COURIOT, AD 61 4E 80/539, 19-4-1705 et AD 61 4E 80/540, 7-5-1705).

Vincent DESDOITS fils Denis paie 103 Livres de charbon à Etienne LETESSIER, marchand ventier d'Yvrandes AD 61 4E 80/109, 29-4-1674)


Cloutiers: Jean ALEXANDRE, Jacques, Jean BERTHOUT, Adrian, Florian CHANCEREL, Jean DELALANDE, Laurent DESDOITS, François, Julien DUBOIS, Noël DUCHESNAY, Pierre DUMONT, Jacques FLEURY, Vincent GARNIER, Julien GASNERAY, Guillaume GUILLEMIN, René LECONTE, Jean LECONTE, Pierre SAGEON, Marin LE MANCEL, François MASSON, Julien, Pierre PATRY, Jean PITOT, Jean, Michel, Robert ROULLIER (AD 61, R.P. St-Cornier 1676-1688)


Jacques BERTHOUT fils Lucas, cloutier achète du charbon à Gilles LETESSIER (AD 61 4E 80/108, 1-5-1673) Pierre DUBOIS fils Thomas, cloutier (AD 61 4E 80/109, 29-12-1673) Jacques PRIEUR fils Marin paie du fer en verges à Michel BERTHOUT (AD 61 4E 80/109, 21-1-1674) Pierre PATRY fils Pierre, cloutier (AD 61 4E 80/109, 3-5-1674) Michel PATRY fils Claude, cloutier (AD 61 4E 80/109, 17-9-1674), Pierre PATRY fils Pierre, cloutier (AD 61 4E 80/149, 12-12-1679), Thomas DELALANDE, cloutier (AD 61 4E 80/157, 20-12-1683), Louis PATRY, cloutier (AD 61 4E 80/157, 24-1-1684), Marin BERTHOUT, cloutier (AD 61 4E 80/157, 3-4-1684), Julien PATRY fils Celery, cloutier (AD 61 4E 80/158, 20-10-1685), André LEVESQUE, cloutier (AD 61 4E 80/160, 26-6-1689), François LECONTE, cloutier (AD 61 4E 80/170, 9-10-1691), Thomas et Michel PATRY fils Michel, cloutiers (AD 61 4E 80/170, 23-12-1691, 23-8-1692), Etienne BAZIN, Jean BERTHOUT fils Cornier, Laurent DESDOITS fils Pierre, cloutiers (AD 61 4E 80/171, 9-7-1692, 4-8-1692, 29-9-1692), Robert et Julien DUBOIS, cloutiers (AD 61 4E 80/185, 17-8-1692), Pierre PRIEUR fils Germain, cloutier (AD 61 4E 80/172, 13-10-1692), Michel ROULLIER, cloutier (AD 61 4E 80/188, 31-12-1694), Jean PATRY fils Pierre, village de la Patricaire, cloutier (AD 61 4E 80/189, 30-4-1695), Jean BERTHOUT, cloutier (AD 61 4E 80/189, 13-6-1695), Jean PITOT fils Jacques, cloutier (AD 61 4E 80/189, 27-8-1695), Michel PATRY fils Michel, cloutier (AD 61 4E 80/191, 27-12-1697), Jacques BERTHOUT fils Jean, cloutier (AD 61 4E 80/191, 8-1-1698), Jean LEVESQUE, cloutier (AD 61 4E 80/199, 14-9-1698)


Á Beauchêne: Jean AUBER, cloutier (AD 61 4E 80/148, 8-4-1679), Etienne AUBERT, cloutier (AD 61 4E 80/135, 14-7-1692)


Á la Chapelle-Biche: à la Rivière, une forge (LEBAILLY, 26-8-1652, AD 61 4E 160/13), Jean HAMARD, cloutier met en fieffe des biens à la Thiaudière à Michel JOANNE, marchand cloutier de la Ferté-Macé (AD 61 4E 172/103, 26-1-1689)


À Frênes : Michel FROMONT fils Isaac, cloutier (AD 61 4E 161/14, 6-4-1679), une forge à la Brigaudière : Raoul TOURY cloutier (AD 61 4E 159/6, 26-3-1685), Jacques LECOQ, cloutier de Landisacq, demeurant à Frênes (AD 61 4E 159/4, 13-12-1683)


Á Landisacq : Gilles BEAUMER, cloutier (AD 61 4E 162/3, 12-4-1681), Isaac VENIARD, cloutier (AD 61 4E 162/3, 3-1-1680)


Tinchebray
Eglise des Montiers

À Tinchebray : Thomas LEFEBVRE, forgeron de Tinchebray s'oblige à travailler un an à la forge de Jean HARDOIN pour la somme de 24 Livres (AD 61 4E80/72, 20-1-1642)

Fabien LELIEVRE déclare une forge aux Montiers le 20-3-1613, 1653, Jean LE CHEVRIER deux portions de terre avec forges, 1653, Antoine Du BOIS écuyer, une forge sur la Grande-Rue, 1653, Pierre DUCHEMIN, Me Robert LELIEVRE et Michel LE GALLOIS déclarent une forge (Dumaine tome 2, pages: 326, 133, 312, 136, 344)

Contrat de travail: Isaac BUFFARD fils Abraham, cloutier de Tinchebray s'oblige à travailler pendant un an pour Gilles AUVRAY qui lui fourni le fer et le charbon, le couche dans sa maison, lui donne du potage et autres commodités ordinaires aux personnes dudit métier, le nourri de pain, entretient son linge et son habit, lui paie 17 sous par quarteron de fer employé et lui fourni du travail pendant l'année (AD 61 4E 80/94, 20-1-1670)

Julien Marie LA NOE cloutier de Tinchebray fait son trafic à Vire et Condé (AD 14 8E 9396, 19-3-1674, La métallurgie normande, page: 172)


Á Saint-Jean-des-Bois : Abraham THOMAS, cloutier (AD 61 4E 80/93, 28-5-1669)

Á Yvrandes : Pierre HARDY, cloutier (AD 61 4E 80/187, 8-10-1692)


  • Location de forge

Á Saint-Cornier, Robert DUBOIS, cloutier, loue pour un an et 4 Livre 15 sous à Julien DUBOIS, cloutier, une forge village du Val avec la maison pour stoker le charbon, 7 billots, le soufflet et autres outils propre au métier de cloutier, paiement en fin de bail (AD 61 4E 80/185, 17-8-1692)


  • Les produits

Marchés de clouterie et quincaillerie :

Fabrication du clou
Clous forgés

Chanu

1641 : Pasquier CHANCEREL fils Jean s'engage à livrer à Etienne HOUVET marchand, pendant un an et chaque quarteron, 10 milliers de clous de deux livres ou ardoises à 8 sous le mille, et 8 milliers de clous de 2 livres et demi à 10 sous le mille (AD 61 4E 160/2 4-6-1641). Marché d'Etienne HOUVET sieur de la Métairie à Germain HERGAULT fils Julien de Larchamp: un quarteron de fer en verge de clous à 2,5 Livres le millier au prix de 13 sous 9 deniers le millier et un quarteron de fer chaque semaine pour faire 8 000 clous dans un quarteron (AD 61 4E 160/2, 21-4-1641). Etienne HOUVET à Germain TABLED fils Robert: un quarteron de fer en verge chaque semaine en clous à 3 Livres le millier, 7000 clous par quarteron à 35 sous le millier (AD 61 4E 160/2, 28-4-1641).

1641 : Marché de 40 milliers de clous à soulliers au prix de 15 sous le millier entre Robert BRIOSNE et Robert GUIOT fils de Laurent (AD 61 4E 160/2, 12-5-1641).

Chanu: 1642 : Marché de 60 milliers de broquettes de poids 50 ... le millier (petits clous) par Jean MADELAINE marchand à Toussaint AUBIER (AD 61 4E 160/3, 7-12-1642)

1643 : Marché de 200 faucilles passé à Olivier et Robert LEPRINCE frères et fils de Jean par Jacques et Charles LEPRINCE (AD 61 4E 160/4, 3-1-1643), Pierre LEPRINCE est taillandier (AD 61 4E 160/5, 24-5-1644).

1643 : François DAVY du Hamel échange avec André BEAUGRAND: 80 000 clous à souliers de 2,5 Livres au millier, à raison de 2 000 clous par semaine contre 25 sacs de Charbon de bois ( AD 61 4E 160/4, 5-3-1643)

1643 : André DANY passe avec Michel SOREL un marché de 10 000 clous de 2,5 Livres toutes les semaines pendant un an à 13 sous le millier (AD 61 4E 160/4, 8-12-1643)

1644 : Jean MADELAINE achète 40 000 clous à ardoise de 2,5 livres le mil aux frères BAUDOIN de Larchamp (AD 61 4E 160/5, 3-1-1644),

1647 : Marché de 44 Livres de clous à cheval à 13 Livres le millier de Jacques ANGER à Denis DAVY fils de Julien (AD 61 4E 160/9, 21-12-1647).

1648 : marché de faucilles entre Jean ROBIET et Jacqueline RIANT de Chanu (AD 61 4E 160/42, 25-3-1649, répertoire n°1573)

1649 : Gilles CHANCEREL fournit du fer en verge de semaine en semaine pendant un an à Jean et Jacques LEPRINCE pour qu'ils forgent du clou de 2 Livres à 1 liard 19 sous et du "clichon" d'une livre à 1 liard 6 sous (AD 61 4E 160/11, 6-6-1649)

1649 : marché de 200 livres de clous à cheval et 40 milliers de clous de 3 livres le millier entre Noel TABLET bourgeois de St Hilaire et Michel ROBIET fils François, cloutier de Chanu (AD 61 4E 160/11, 12-6-1649)

1649 : marché entre Jacques PLANSON et Michel ROBIET de 200 de fer en verge pour forger chaque semaine des clous de 10 et 20 livres au millier (AD 61 4E 160/11, 29-9-1649)

1652 : Marché de 400 faucilles à Jean LEPRINCE fils de François par des marchands de Banvou (AD 61 4E 160/13, 23-4-1652).

1652 : les héritiers de Jean HELIX de Pont Herbout doivent 88 livres de clous à cheval à PLANSON (AD 61 4E 160/13, 11-11-1652)

1653 : marché de clous à cheval passé par Barnabé BUFFARD marchand de Tinchebray qui s'engage à fournir à Jean MONTEMBEAU des Brousses le fer en verge à 14 Livres 6 sous le cent pour lui fournir du clou à cheval de 10,5 et 12 Livres le mil (AD 61 4E 160/14, 8-12-1653)

1653 : marché de Marguerin ANGER à Denis BOUCHET pour forger un quarteron de fer en verge par semaine en clous à souliers de 2 livres le millier pour 19 Livres par charge de 200 et 80000 clous par charge (AD 61 4E 160/14, 12-10-1653)

1653 : Accord entre Denis LEPRINCE fils de Jean de Chanu qui a promis de faire travailler au métier de cloutier Jacques HUARD fils de Bertrand de Landisacq à raison de 2 sous et 6 deniers par jour travaillé avec prise en compte d'un éventuel manque de charbon (AD 61 4E 160/14, 12-10-1653)

1653 : Nicolas FLEURY livre à François DAVY fils Marin de Chanu, 10000 verges à raison de 200 par quinzaine, DAVY s'engage à livrer à FLEURY: 175000 clous de 3 livres par 100 verges à 16 sous le millier, 15000 clous de 3 livres et 100 clous à 16 livres le millier (AD 61 4E 80/1104, 27-10-1653)

1654 : marché de 600 faucilles passé par Jean GAUCHER de Bayeux à Robert LEPRINCE (AD 61 4E 160/15, 16-3-1654). Marché de 25000 clous au prix de 20 sols le millier passé par Charles FOURNIL marchand à la Racinière à Julien MORIN de Larchamp (AD 61 4E 160/15, 10-6-1654).

1657 : marché de 7000 clous de 3 livres (le millier)à livrer par semaine et pour un an par Guillaume et Charles BRIOSNE à Etienne BRIOSNE fils Guillaume, tous de Chanu, ledit Etienne livre le cent de verges à 14 Livres. (AD 61 4E 160/17, 17-11-1657)

1659 : Charles FOURNIL, marchand de Chanu paie 268 Livres de marchandise de clouterie à Julien DUCHESNAY, marchand de Saint-Cornier (AD 61 4E 80/54, 1-7-1659)

1659 : Marquise HELIX x Pierre COUESPEL et leur fils Pierre COUESPEL de Chanu paient en partie une obligation avec 6000 clous à Michel HAVAS fils Pierre de la Lande-Patry (AD 61 4E 160/19: 21-4-1659)

1659 : Julien CHANCEREL fils Jean vend du fer en verge à ses oncles Joachim et Guillaume (AD 61, BMS Chanu 1595-1645, image: 152)

1668 : Jean SOREL fils Gilles de Saint-Quentin paie pour 195 Livres de marchandise de clou à Jacques CHANCEREL de Chanu (AD 61 4E 80/92, 15-10-1668)

1669 : paiement pour 345 Livres de marchandise de clou par Pierre MOULIN fils Etienne de Frênes à Jacques CHANCEREL représenté par son fils Noel CHANCEREL (AD 61 4E 80/92, 18-2-1669)

1669, Paiement par Pierre MOULIN, marchand de Chanu pour 200 Livres de marchandises de clou à Julien DUCHESNAY Mebellus de Saint-Cornier (AD 61 4E 80/94, 30-12-1669)


Yvrandes

1632 : Yvrandes, Jean PEGASSE d'Yvrandes livre à Laurent PRINGAULT, 300 000 clous bougron de demi livre la somme au prix de 4 sous 5 deniers le millier à raison de 25 000 clous par mois (AD 61 4E 80/12, 5-7-1632)

1633 : Yvrandes, Guillaume PEGASSE d'Yvrandes livre 30 000 petits clous de demi livre le millier à Claude COURIOT, marchand de Saint-Cornier au prix de 5 sous le millier (AD 61 4E 80/14, 8-11-1633)

1634 : Yvrandes, marché de 110 000 clous de demi Livre le millier à livrer par 12 000 chaque quinzaine passé par Laurent PRINGAULT marchand du Ménil-Cibout à Guillaume PEGASSE (AD 61 4E 80//15, 24-12-1634)

1642 : Yvrandes, marché de 12 000 clous de 2 Livres le millier par semaine et pendant un an passé par Barnabé JOUVIN de Tinchebray à Julie LETESSIER d'Yvrandes (AD 61 4E 80/23, 28-7-1642).


Saint-Jean-des-Bois

1664 : procès entre Guillaume PEGASSE et ses fils Philippe, Rémy, Michel, Etienne et Guillaume PEGASSE portant sur 204 000 clous (AD 61 4E 80/68, 8-11-1664)

1690 : marché de clouterie entre Jacques MAUCORPS et Julien AUGRAND, cloutiers de Saint-Jean-des-Bois et Guillaume JOUVIN, marchand d'Yvrandes. Ils s'obligent à travailler au métier de cloutier pendant un an. JOUVIN paie pour chaque balle de fer en verge employée en clou de 3 livres le millier: 60 sous, en clou de 4 livres: 54 sous (AD 61 4E 80/168, 24-9-1690)


Saint-Cornier-des-Landes

1651 : St-Cornier, marché de 46000 clous battus de deux livres au millier entre Pierre LEPRINCE, marchand de St-Cornier et Richard HARDOIN. Le fer en verges est fourni par Pierre LEPRINCE (AD 61 4E 80/1098, 13-10-1651)

1656 : St Cornier, marché de clous de 3 Livres le millier passé par Louis DUCHESNAY de St Cornier à Gabriel MASSON de Tinchebray. Pendant un an MASSON travaillera dans la forge de DUCHESNAY et donnera 2 000 clous par jour travaillé et recevra 90 Livres de salaire par an (AD 61 4E 80/48, 15-9-1656), en 1660, marché de clouterie entre Guillaume FRILOUX fils de François et François LEPEINTEUR fils de Pierre de Landisacq (AD 61 4E 160/20, 10-8-1660)

1663 : Louis BERTHOUT fils Thomas de Saint-Cornier vend à Julien MARIE des clous à souliers de deux livres au millier (AD 61 4E 80/65, 18-6-1663)

1669 : Achat par Pierre LECONTE et Jean LEPRINCE, marchands cloutiers pour 65 Livres de fer en verge à Me François FOUREY (AD 61 4E 80/93, 10-7-1669)

1669 : Marché de clouterie entre Marin BERTHOUT fils Robert de Saint-Cornier et Rémy PEGASSE de Tinchebray. BERTHOUT s'oblige à faire du clou pendant un an. PEGASSE fourni le fer en verge à 10 Livres le cent et paie le clou de deux livres le millier: 4 sous 6 denier et le clou de trois quarterons: 5 sous 6 deniers le millier. Engagement sur 70000 clous de trois quarterons (AD 61 4E 80/93? 29-8-1669)

1670 : Paiement de 319 Livres de marchandise entre Thomas ROULLIER, marchand cloutier de Saint-Cornier et Jean LEINE fils Guillaume, marchand cloutier de Saint-Quentin (AD 61 4E 80/106, 21-4-1670)

1670 : marché de clouterie entre Barnabé BUFFARD de Tinchebray qui vend un millier de fer en verge à Robert DUBOIS, cloutier de Saint-Cornier contre 165000 clous, moitié à ardoise, moitié en clous de 3 livres le millier (AD 61 4E 80/94, 11-1-1670)

1674 : Etienne DUCHESNAY, marchand cloutier (AD 61 4E 80/109, 15-1-1674)

1674 : Paiement de 7 Livres de fer en verge par Jacques PRIEUR fils Marin à Michel BERTHOUT (AD 61 4E 80/109, 21-1-1674

1674 : Marché de clouterie entre Michel PATRY fils Claude et André PATRY, marchand, 50000 clous de buchon de pays de 4 livres le millier (AD 61 4E 80/109, 17-9-1674)

1666 : Marché de 150 petites faucilles façon de Flandre passé par Guillaume GARNIER à Robert LEPRINCE (AD 61 4E 160/25, 2-1-1666).Marché de 400 faucilles passé par Germain FRILOUX à François LEPRINCE (AD 61 4E 160/25, 30-3-1666)

1677 : Marché de clouterie entre Adrien DEPASSE et DUCHESNAY, marchand de Saint-Cornier, 62000 clous dont la moitié à lattes de 2 livres (AD 61 4E 159/1, 3-1-1677)

1679 : Marché de clouterie: Guillaume et Pierre LUCAS, Philippe BERTHOUT de Saint-Cornier s'obligent au métier de cloutier pour faire du clou pour Jacques GAUTIER, marchand. Prix: clou de 4 livres: 14 sous chaque millier, clou de 3 livres: 11 sous par millier, clou de 2,5 livres: 10 sous, celui de 5 quarterons: 6 sous 9 deniers. GAUTIER fournit le fer à 10 Livres le cent. Fait en présence de Jacques DUCHESNAY, le maître de la forge qui fournit le charbon et la place à 2 sous par jour (AD 61 4E 80/148, 22-4-1679

1679 : Julien PATRY, marchand cloutier (AD 61 4E 80/148, 20-6-1679)

1680 : Julien PATRY de Saint-Cornier annule un marché de clou à cheval avec Louis FOULAUT du Mesnil-Ciboult (AD 61 4E 80/149, 9-2-1680)

1690 : Marché de clouterie: Robert DUBOIS, marchand cloutier de Saint-Cornier promet livrer à Me Thomas GROSSE, Jean et François POTIER frères: 400 000 clous à ardoise de 2 livre le millier à 1 Livre 10 sous et 100 000 clous à ardoise de 2,5 livres le millier à 1 Livre 12 sous (AD 61 4E 80/168, 25-9-1690)

1691 : Marché de clouterie: André LEVESQUE fils Louis, cloutier de Saint-Cornier s'oblige à payer à Jean BUFFARD fils Germain de Tinchebray, 30 Livres de marchandise et à travailler pendant un an pour BUFFARD au métier de cloutier et lui fournir pour chaque balle de fer en verge, 40 livres de clous à cheval. BUFFARD fourni le fer et paie le clou à cheval coupé à 41 sous (AD 61 4E 80/170, 21-10-1691)

1692 : Pierre DUBOIS, marchand cloutier (AD 61 4E 80/185, 10-8-1692)

1693 : Marché de clouterie: Claude GALLIER fils Jacques et René LECONTE fils François s'obligent à faire le métier de cloutier pendant un an dans la forêt de Guienne !, pour Jacques GAUTIER, sieur de la Souffisière, marchand. GAUTIER fourni le fer en verge à 10 Livres le cent de fer. GALLIER et LECONTE s'obligent à travailler: du clou d'ardoise de 2 livres à 9 sous le millier, le bochon de 3 livres le millier à 10 sous 6 deniers, le clou à cheval, 3 sous 1 liard la livre, le grand clou à 14 Livres. GAUTIER fourni les places de cloutier, à GALLIER, LECONTE et leur compagnon, une loge dans la forge de DUBOIS et un jardin à herbe. Acompte de 10 Livres (AD 61 4E 80/172, 13-4-1693)

1693 : Marché de clouterie entre Thomas PATRY fils Julien, marchand et Pierre PATRY fils Pierre, marchand, du village de la Briardière. Thomas livre à Pierre: 40 balles de fer en verge de la forge de Larchamp à 30 sous 6 deniers chaque balle. Pierre livre à Thomas: 44 livres de clou à cheval par balle. Le clou est fait dans la maison de Pierre. C'est un contrat de marchand à marchand faisant le trafic de même marchandise (AD 61 4E 80/186, 23-8-1693)

1697 : Michel BERTHOUT fils Laurent de Saint-Cornier, marchand cloutier à Bellefontaine (50), (AD 61 4E 80/191, 22-12-1697)

1698 : Marché de clouterie entre Michel DUMAINE qui s'oblige à travailler au métier de cloutier pour Pierre AUVRAY, du clou de trois quarterons, DUMAINE livrera 9 livres de clou par semaine et recevra pour la façon, 27 sous par demi quarteron chaque semaine (AD 61 4E 80/191, 13-1-1698)


Frênes

1678 : marché de clouterie entre Jean BUFFARD fils Germain et Louis, Jean et Barnabé THOURY, frères, cloutiers à la Brigaudière. Marché du 5-9-1678 à la Madeleine suivante à raison de 3 balles de clou de 3 livres le millier et une balle de clou de 2 livres le millier par semaine. BUFFARD paie 12 Livres pour lesdites et livre une balle de fer en verge (AD 61 4E 161/4, 4-9-1678)


Larchamp

1641 : marché de clouterie, Germain HERGAULT fils Julien de Larchamp s'oblige livrer chaque semaine pendant un an à Etienne HOUVET sieur de la Métairie à Chanu: un quarteron de fer en verge en clou à ardoise de 2,5 livres le millier, prix: 13 sous 9 deniers le millier. Etienne HOUVET livre chaque semaine un quarteron de fer en verge à HERGAULT au prix de 15 Livres le quarteron. HERGAULT fera 8000 clous par quarteron (AD 61 4E 160/2, 21-4-1641)

1660 : marché de clouterie, Guillaume FRILOUX fils François de Larchamp s'oblige livrer à François LEPAINTEUR fils Pierre de Landisacq, 80000 de clou à ardoises de poids de 2 livres contre: 200 verge de fer, le pré long de la masure de la Fleurière à Larchamp, le transport des meules du moulin de Larchamp (AD 61 4E 160/20, 10-8-1660)

1661 : Larchamp, David DOISNEL, maître de la forge de Halouze fait payer 25 Livres de fer en verge à Robert LOCQUE fils Pierre et Nicolas LOCQUE de Larchamp par la fourniture, par semaine et pendant un an de 3 quarterons de clou "chantier" de 4 livres et un quarteron de clou "chantier" de 2 livres (AD 61 4E 160/21,25-9-1661)


La Lande-Patry

1626 : La Lande-Patry, h.h. Thomas HAVAS fils Jean paye 160 Livres de quincaillerie à Christophe DURAND sieur du Lion (AD 61 4E 80/8, 7-9- 1626)

1641 : La Lande-Patry, marché de fabrication de 5 douzaines de serrures au prix de 4 Livres la douzaine entre Guillaume AUBRY marchand de Tinchebray et François VAUBAILLON (AD 61 4E 160/2, 23-9-1641)

1647 : La Lande-Patry, marché de deux fusils entre Charles RACINE, sieur de la Racinière et Gilles DAUFFY (2 fusils identiques à ceux vendus à Anthoine DUBOIS escuier, sieur des Barres, prix 20 livres chacun, AD 61 4E 160/9, 1-6-1647)


Landisacq

1641: Landisacq, accord entre Michel et Guillaume DUFAY, frères, fils David DUFAY x Françoise THOURY sur des marchandises de quincaillerie dans les provinces de Bretagne et Normandie (AD 61 4E 160/2, 29-8-1641)

1649: Léonard et Georges DAUFY, père et fils de la Lande-Patry doivent une obligation de 47000 clous à Pierre DUFAY, marchand de Landisacq (AD 61 4E 160/11, 27-5-1649)

1682: Michel LEBASTARD fils Antoine, marchand de Landisacq s'oblige livrer à Nicolas DUMONT, marchand de Landisacq: 480 livres de clou chaque quinzaine jusqu'à la Madelaine prochaine: 180 livres de clou de poids de 3 livres par millier, 120 livres de grand clou de 6 et 8 livres, 30 livres de broquette de 5 quarteron, 146 livres de clou de 2 livres. Variété: clou à lattes, bucheron, à tête ronde, battu. Prix: clou de 3 livres: 12,5 sous le millier, le grand clou: 15 sous la pesée de 4 livres, broquette: 8 sous le millier (AD 61 4E 159/2, 12-9-1682)


Tinchebray

1620 : Christophe DURAND sieur du Lion de Tinchebray livre à Gilles DURAND Béharie d'Yvrandes, 1050 de verges de fer poids de forge pour le prix de 77 Livres (AD 61 4E 80/4, 20-7-1620)

1643 : Julien HARDOIN fils Jean de Tinchebray s'oblige livrer à Guillaume SEIGNEUR, marchand bourgeois de Tinchebray, 110 douzaines de siots (petites scies) au prix de 40 sous par douzaine et une douzaine par quinzaine. SEIGNEUR fourni la marchandise nécessaire à la façon (AD 61 4E 80/24, 23-9-1643)

1666 : marché de clouterie : Michel GAUBERT de la paroisse du haut du village de Notre-Dame de Tinchebray s'oblige livrer à Pierre AUMONT d'icelle paroisse: 50000 clous à latte de 3 livres le millier et 50000 clous à chantier de 2,5 livres le millier. Prix: 65 Livres, acompte: 10 Livres (AD 61 4E 80/69, 24-8-1666)

1691 : Tinchebray, marché de faucilles: Michel LEGOT fils Guillaume, marchand forgeur vend à Julien SEIGNEUR de Tinchebray, 1000 faucilles flandrennes pesant 28 livres le cent pour le prix de 80 Livres. SEIGNEUR vend à LEGOT, 13 sacs de charbon. Contrat de marchand à marchand du même corps (AD 61 4E 80/170, 29-10-1691)

1691 : Tinchebray, marché de faucilles: Michel LEGOT fils Guillaume, maréchal vend à Nicolas BUFFARD, huissier de Tinchebray, 1300 faucilles flandrennes pesant 28 à 30 livres le cent pour le prix de 110 Livres (AD 61 4E 80/170, 8-12-1691)

1691 : Tinchebray, marché de faucilles: Pierre HARDOIN fils Bertrand, maréchal de Tinchebray vend à Nicolas BUFFARD, huissier de Tinchebray, 1000 faucilles larges gloutonnières pesant 34 livres le cent pour le prix de 9 Livres le cent. Contrat de marchand à marchand de même corps (AD 61 4E 80/170, 20-10-1691)

1692 : Tinchebray, marché de faucilles: Michel LEGOT fils Guillaume, maréchal de Tinchebray vend à Julien SEIGNEUR et Nicolas BUFFARD de Tinchebray, 1000 faucilles flandrennes pesant 28 à 30 livres le cent. SEIGNEUR livre 3 sacs de charbon (AD 61 4E 80/170, 1-5-1692)

1692 : Tinchebray, marché de 50 grosses (une grosse = 12 douzaines) de mèches façon d'Angleterre entre Michel DEGRENNE fils Charles et Nicolas LECOURT marchand de Landisacq, à livrer une grosse par semaine, prix: 6 Livres 14 sols chaque grosse (AD 61 4E 80/172, 15-12-1692)


Beauchêne

1668 : Pierre DROMER fils Pierre, marchand cloutier (AD 61 4E 80/80, 14-5-1668), Denis JOUGUET, marchand cloutier (AD 61 4E 80/186, 9-8-1693)


Landisacq

1693 : Guillaume DUFAY, marchand cloutier, paiement de charbon de la forêt de la Lande-Pourrie (AD 61 4E 80/157, 31-1-1684), Daniel HALBOUT, marchand cloutier (AD 61 4E 80/186, 10-7-1693)


CouteauForgeage.PNG



A l'Ouest de la zone cloutière, entre St-Quentin des Chardonnets et Yvrandes, d'autres travailleurs du fer ont développés une activité de coutellerie (relevés Guillon).


Petit-Truttemer : Jacques REBULLET, Gilles BACHELOT fils Richard couteliers (AD 61 4E 80/1, 2-6-1616), Vente par Me Guillaume GODIER tabellion à Gilles LEMASSON les Landes, à Gilles et Pierre GORRE fils Régnault d'un moulin émouleur à couteaux avec la moitié de la mare servant à l'écluse, le tout au village des Landes, prix: 34 Livres (AD 61 4E 80/7, 13-1-1625), Pierre CARCEL fils Marin baille à Richard CARCEL le droit de travailler comme artisan au métier de coutelier et de forger dans sa forge (AD 61 4E 80/7, 2-2-1625), Jacques REBULLET vend un moulin à couteaux au village des Bieux (AD 61 4E 80/8, 25-9-1626), Michel BREARD fils Jacques s'oblige à servir au métier de coutelier Jacques BESNARD au village des Landes (AD 61 4E 80/11, 2-3-1631), Jacques REBULLET s'oblige à servir pour un an au métier de coutelier Julien ONFRAY sieur de la Margelière pour 12 sols par semaine (AD 61 4E 80/15, 15-8-1634), Vente par René FESTU fils Régnault à Marc AUVRAY de ses droits sur un moulin émouleur à couteaux (AD 61 4E 80/14, 22-1-1634), Accord entre Jacques BACHELOT et Fabien REBULLET pour mettre en état de tourner un moulin à couteaux leur appartenant par moitié comme héritiers de Jean REBULLET (AD 61 4E 80/15, 10-9-1634), Léonard AUVRAY fils Macé loue à Michel BREARD, 1,5 jours de moulin à couteaux (AD 61 4E 80/16, 6-1-1636), Jacques et Abraham BACHELOT, père et fils vendent le moulin à couteaux du village du Bief à Léonard AUVRAY fils Marc (AD 61 4E 80/17, 24-5-1638)

Mesnil-Ciboult : Etienne DURAND coutelier (AD 61 4E 80/1, 21-12-1616), Marin ONFRAY Margelière baille à Julien ONFRAY un jour et demi d'un moulin émouleur à couteaux (AD 61 4E 80/4, 25-6-1620),Louis DURAND fils Etienne coutelier s'oblige à servir Etienne CARCEL coutelier pour 16 sols par semaine (AD 61 4E 80/5, 19-12-1620), Contrat d'apprentissage entre Jacques BOISLE pour son fils Michel de St-Christophe et à présent du Mesnil-Ciboult et Me René ONFRAY sieur de la Forge, Maître-coutelier pour apprendre à faire :rasoirs, lancettes et autres espèces de marchandises fines pour 16 sols par semaine (AD 61 4E 80/15, 13-7-1634), Bail de Georges ROSEL fermier de Guillaume DURAND la Chesnaye à Jacques PRINGAULT fils Richard de la maison et du moulin émouleur à couteaux du Vaugrout (AD 61 4E 80/14, 25-3-1634), Bail par Julien ONFREY sieur de la Margelière du moulin à couteaux de la Margelière à Léonard PRINGAULT (AD 61 4E 80/14, 28-3-1634), Etienne CARCEL loue 2,5 jours par semaine du moulin à couteaux dont il est fermier (AD 61 4E 80/16, 3-2-1636), Julien PRINGAULT fils Jacques vend à Charles CARCEL fils Etienne, sa quatrième partie du moulin émouleur à couteaux (AD 61 4E 80/17, 30-11-1638), Location par Adrien MOULIN à Jacques GORRE de terres contre 42 douzaines de couteaux par an (AD 61 4E 80/57, 27-11-1660)

Tinchebray : Thomas et Louis DURAND frères fils Etienne couteliers (AD 61 4E 80/1, 21-12-1616), Jacques DESLANDES fils Alain vend à Jacques BAUJARD fils Jean sieur de la Baujardière un droit de fieffe sur le moulin à couteaux de la Baujardière (AD 61 4E 80/7, 15-4-1625), Jean GORRE fils Médard s'oblige à livrer à Christophe DURAND sieur du Lion et travailler pendant un an dans la forge dudit DURAND qui lui fournira la matière pour faire des couteaux (AD 61 4E 80/8, 21-4-1619), Accord entre Louis ONFRAY fils Cornier et René ONFRAY sieur de la Forge pour qu'il apprenne à son fils le métier de maître coutelier (AD 61 4E 80/14, 29-1-1634)

Saint-Jean-des-Bois : Antoine et Thomas PRINGAULT frères fils Pierre vendent à Noel PRINGAULT un moulin émouleur à couteaux en cette paroisse (AD 61 4E 80/2, 9-9-1619), Bail par René PRINGAULT fils Noel du moulin à couteaux nommé le moulin Chapelle à Charles et André MAILLOT frères (AD 61 4E 80/11, 15-12-1630), Bail par René PRINGAULT et son frère Fleury du moulin à couteaux du village des Préveries à Julien GODARD coutelier (AD 61 4E 80/13, 5-5-1633), Bail par Jean MOULIN sieur de la Talboisière de son moulin à couteaux à Etienne CARCEL du Mesnil-Ciboult (AD 61 4E 80/13, 19-5-1633), Adrien MOULIN fils Guillaume vend à Guillaume LAURENT Préverie son droit foncier sur la mare des Préverie et au moulin à couteaux étant dessus (AD 61 4E 80/81, 21-1-1669)

Saint-Christophe-de-Chaulieu : Jacques REBULLET du Petit-Truttemer vend un moulin à couteaux au terroir de l'Aumosne paroisse de St-Christophe (AD 61 4E 80/8, 25-10-1626)

Saint-Quentin-les-Chardonnets : Bail d'un moulin à couteaux ferme de la Championnière (AD 61 4E 80/22, 21-?-1641 ou 1642), Christophe PATRY, coutelier (AD 61 4E80/23, 29-?-1642), Jean et Catherin FOUCAU père et fils vendent une forge à coutelier située au village de la Foucaudière à René GAUCLIN (AD 61 4E 80/26, 11-10-1645)

Yvrandes : Jacques De ROULLON fils Marin s'oblige à livrer à Christophe DURAND sieur du Lion 120 douzaines de couteaux (AD 61 4E 80/1, 20-2-1617), trafic de quincaillerie entre Jacques et Julien MAILLOT frères et fils de Benoît (AD 61 4E 80/3, 21-4-1619


  • Contrats de travail de coutelier

En 1631, 1° Jacques REBULLET du Petit-Truttemer s'oblige à servir au métier de coutelier Gilles CARCEL fils Etienne, pendant un an pour 26 sous par semaine, 2° Jacques FANDER de Saint-Quentin demeurant à Saint-Christophe s'oblige à servir Etienne CARCEL pendant un an pour 25 sous par semaine (AD 61 4E 80/11, 28-8-1631 et 19-10-1631)

En 1635, contrat entre père et fils, Jean LEBEL, de Saint-Sauveur-de-Chaulieu s'oblige à servir au métier de coutelier, forger, émonder, polir des couteaux, faire des faucilles et autres choses, pendant 5 ans Jacques LEBEL fils Jean qui s'oblige à nourrir, alimenter, entretenir d'habit et à promis à son père le nécessaire en cas de maladie ou d'accident contre 10 Livres par an, du matériel de coutelier et des meubles(AD 61 4E 80/16)


  • Contrats d'apprentissage

En 1643, Jean LEPAINTEUR, marchand quincaillier de Tinchebray s'oblige à apprendre son trafic et métier à Richard MASSON fils Jean de Tinchebray qui le servira pendant 2 ans (AD 61 4E 80/23, 3-3-1643)

En 1679, Michel GORRE, coutelier de Tinchebray s'oblige à apprendre le métier de coutelier à François AUMONT fils Louis de Tinchebray et réciproquement, François AUMONT s'engage à servir Michel GORRE pendant deux ans (AD 61 4E 80/148, 22-3-1679)

En 1692, Pierre POIRIER, maréchal de Tinchebray s'oblige à montrer le métier de maréchal, nourrir à sa table et payer 7 Livres à Jean GUERARD de Saint-Cornier qui s'oblige à le servir pendant 18 mois (AD 61 4E 80/170, 25-3-1692)

En 1692, Jacques HARDOIN fils Bertrand, bourgeois de Tinchebray, forgeur de scies et faucilles s'oblige montrer et apprendre son métier à Guillaume DUCHEMIN fils Jacques de Frênes, le nourrir à sa table, blanchir son linge et le loger dans sa maison. DUCHEMIN s'oblige à le servir et travailler au profit d'HARDOIN, lui payer 30 Livres (AD 61 4E 80/171, 5-6-1692)

En 1692, Jean GARNIER fils Pierre de Saint-Cornier s'oblige à payer à Pierre DUBOIS, marchand cloutier de Saint-Cornier, 26 Livres pendant un an pour apprendre le métier de cloutier dans la forge dudit DUBOIS au village du Val. DUBOIS fournira à GARNIER, le charbon suivant la coutume des autres cloutiers, le billot et autres outils propres au métier de cloutier (AD 61 4E 80/185, 10-8-1692)

En 1698, Alexandre HARDOIN, maréchal, bourgeois de Tinchebray s'oblige à apprendre son métier, nourrir, chauffer, blanchir pendant trois ans et pour 25 Livres, Joseph ONFRAY fils Julien de Maisoncelles (14) qui s'oblige à le servir (AD61 4E 80/200, 28-12-1698)


  • Les prix

En 1674 : 20 000 clous de 3 Livres = 11 Livres 10 sols, 25 000 clous de 2 Livres et 2,5 Livres = 11 Livres, 30 000 clous de 1 livre = 9 Livres, 2 000 clous de 5 carterons = 70 sous, 100 Livres de grands clous de 10 Livres et de 20 Livres = 15 Livres, 100 Livres d'acier en barre = 13 Livres, 80 000 clous de 3 Livres à tête ronde et clous à lattes = 45 Livres (Inventaire LA NOE cloutier à Tinchebray, AD 14 8E 9396, 19-3-1674, Métallurgie normande).



Le système productif et commercial


Familles de marchands de Chanu au XVIIe siècle : AUBRIERE, ANGER, BESNARD, BRIOSNE, CHANCEREL, DUCHESNAY, LEPRINCE, HOUVET, HARDOIN, MADELAINE, LE LACQUET, GARNIER, HELIX, HUARD, DELARUE, MOULIN, PELOIN, ROBIET, PLANSON, LIMODIN, JOSSEL, BRIERE, GUIOT, DUGUEY, VOISIN, SOREL, GASTE, HUBERT, FOURNIL, MONTEMBAULT, GUIOT, BOILLE, HUET.


Depuis 1608, le travail des cloutiers qui achetaient le métal directement au Maître de forge est facilité par la production du fer en verges des fenderies mais ils sont vite remplacés par des marchands fabriquant dans leurs propres boutiques ou fournissant aux cloutiers le fer en verge pour le travail d'une semaine et récupérant le produit fini contre paiement et avance de fer. Quelques maîtres cloutiers emploient des compagnons sans être marchands, des journaliers cloutiers et cloutiers charbonniers servent de variable d'ajustement à la commande. On note des transferts de propriétés entre les cloutiers et leurs marchands. Dans un premier temps, les marchands font des prêts, fieffent les biens contre une somme d'argent qui permet d'apurer les dettes, les cloutiers conservant l'usage contre une rente perpétuelle ou achètent.


Deux systèmes commerciaux sont en place : sur la zone granitique sud, le grand chemin de Tinchebray à Domfront et l'hôtellerie de Préaux, la nombreuse famille des CHANCEREL et les POSTEL, ANGER, HOUVET, GARNIER de Chanu, COURIOT, PATRY, DESDOITS, SAGEON, LEPRINCE, BERTHOUT et DUCHESNAY de St Cornier, HERGAULT, FRILOUX, BAUDOIN, POUPION, SIMON de Larchamp, MOGIS de Beauchêne ont développé leurs propres réseaux commerciaux pour vendre la production de leurs forges et celle de leurs proches. Sur la zone granitique nord, les membres les plus influents des LEPRINCE ont recherché l'accès à la noblesse par achat de charges et de purs marchands comme les MADELAINE/MADELINE et MOULIN de Chanu, BUFFARD de Tinchebray sont devenus très actifs dans la vente de petites quantités de fer contre la production de cloutiers travaillant souvent à deux avec un seul souflet dans une cabane au fond d'un jardin. Certains s'engagent à acheter toute la production d'un cloutier, passent des marchés sur un an ou imposent des délais très courts. Des LEPRINCE de Chanu vendent leur production aux DUFAY de Landisacq qui distribuent mercerie et quincaillerie en Bretagne (DUFAY AD 61 4E 160/2, 29-2-1641, LEPRINCE AD 61 4E 160/9, 17-3-1647, 8-4-1647). Le nombre de contrats de clouterie et de fourniture de fer en verges est beaucoup plus important au nord de Chanu qu'au sud où tout semble réglé par les solidarités familiales. La production des moulins à couteaux est distribuée par les DURAND de Tinchebray avec un vaste réseau de colportage en Bretagne.


On voit l'importance des intérêts commerciaux dans les alliances par une déclaration de 1643 où 18 CHANCEREL considérent que le "trafic" d'Etienne HOUVET est suffisant pour lui permettre de marier son fils à Françoise CHANCEREL (AD 61 4E 160/4, 2-10-1643). Etienne HOUVET est lié à la famille DURAND (AD 61 4E 80/15, 13-5-1634).



Louis Berryer

Louis BERRYER agent de MAZARIN et de COLBERT


Des marchands de Chanu: (GARNIER AD 61 4E 80/40 02/10/1652, DUCHESNAY, fondé au droit, (AD 61 4E 160/10, 03/04/1648), MOGIS de Beauchêne (AD 61 4E 80/39, 14-2-1652), MOULLIN (AD 61 4E 160/25, 14-11-1666), l'Abbaye de Belle-Etoile (vente de 12000 Livres de bois en 1653, AD 61 H 174) sont en relation avec Louis BERRYER, maître de la Forge de Halouze de 1648 à 1659 et qui va devenir un personnage important auprès de Colbert. Il gère pour Mazarin les forges de Chailland et fait valoir par ses créatures les forges de Varennes, la Sauvagère, Bagnoles, Ranes, le Champ de la Pierre et Tamerville (Valognes), est fermier du Domaine de Domfront, en 1665 Directeur pour les finances de la Compagnie des Indes Orientales basée au Havre, Propriétaire de la sergenterie de Chanu, Larchant, la Lande-Patry (AD 61 4E 162/3, 23-11-1679). Parmis ses associés, David DOISNEL, sieur de la Chapelle, François ALEXANDRE sieur de la Rivière, Maître de la forge de Varennes, procureur de BERRYER et Jean Baptiste GILLEBERT sieur de la Jaminière sont très actifs à Chanu et sa région. Il utilise Etienne HOUVET de Chanu comme messager. Des cloutiers de Chanu s'installent à Balleroy (14)(Thomas ANGER, 16-3-1663) et Bricquebec (50)(Robert CHANCEREL, 20-9-1673) près des forges et forêts contrôlées par BERRYER.

Louis BERRYER en Basse-Normandie Louis BERRYER maître de forge à Halouze


David DOISNEL sieur de la Chapelle

Né en 1629 à la Chapelle-Biche, il partage avec son frère Pierre DOISNEL sieur des Brière en Saint-Clair-de-Halouze, marchand de fer et de clous comme la plupart des membres de sa famille l'héritage paternel le 16 juillet 1646. Le 3-3-1660, avec J.-B. GILLEBERT sieur de la Jaminière, et plusieurs autres, il prend à bail, pour 6 ans, de Mr LARCHER, Président de la Chambre des Comptes de Paris, la coupe de la forêt d'Andaine et les forges du Domaine de la Vicomté de Domfront, pour le prix annuel de 39.000 Livres, non compris les amas desdites forges vendus séparément 16.000 Livres. Grand propriétaire à la Chapelle-Biche et Saint-Clair-de-Halouze, il est encore maître de plusieurs grosses forges: Halouze, Bagnoles, Forge-Neuve (Moulin-Rouge), Rânes, Champ-de-la Pierre. Le 15-2-1674, il prend à ferme les "quatrièmes" de Chanu, la Lande-Patry, Larchamp. En 1679, il s'associe avec les sieurs De La RIVIERE-PASSARD et LE DEBOTTE des Jugeries, pour exploiter les forges de Domfront et les bois de la Lande-Pourrie. La même année, ses biens sont saisis par Louis BERRYER et adjugés à André BOULLIER, de la Chapelle-Biche, mais ils font bientôt retour à leur ancien propriétaire.(Auguste SURVILLE, Un coin du bocage...,page: 46 et 48)

Il obtient de LOUIS XIV en octobre 1672, l'établissement de quatre foires à Tinchebray (Dumaine,Tome 1,page 344, AD 50 A 1884).

David DOISNEL et François ALEXANDRE vendent aussi le droit de débiter cidre et poiré à Charles LEPRINCE maréchal aux Brousses et Charlotte GODARD femme de Charles CHANCEREL hôtelier à Préaux (14-11-1672, AD 61 4E 160/30)

Il meurt le 2-12-1694



Le dynamisme commercial


Rennes, Ille et Vilaine en 1612

La distribution se fait par colportage ou messagerie:

les HOUVET de Chanu vers Rennes et Rouen, chaque semaine pour Paris. (HOUVET AD 61 4E 159/3, 11-5-1683, Dornic)

les MOULLIN marchands de Chanu puis messagers de la Normandie et la Bretagne vers Paris, sous bail de la messagerie de Tinchebray à Rouen à Jean HAVAS marchand de la Lande-Patry (HOUVET : 29-5-1674 MAN 29 minutes de Chanu, Médiathèque de Flers) (MOULLIN : AD 61 4E 159/19, 20-7-1707, AD 61 4E 80/573, 21-4-1721, AD 61 4E 159/17, 20-2-1705).

Les DUFAY de Landisacq: Guillaume DUFAY et Jean, Richard et Gabriel ses enfants sont messagers d'Argentan, Vassy, Mortain et autres lieux à Paris (AN Y 3924, 20-7-1649, 7 actes)

David DOISNEL, sieur de la Chapelle (Biche) est propriétaire des Postes sur la route de Caen à Saint-Malo (AD 61 4E 80/188, 26-11-1694)

François BLAIS de Chanu, voiturier et messager de Domfront et autres villes à Paris (AD 61 4E 159/12, 13-4-1700, AD 61 4E 159/30, 7-8-1718)

En 1640, Daniel LE PONTHONNIER marchand quincaillier de Frênes achète des loges à Domfront (AD 61 4E 140/2, 14-5-1640)

Michel CHANCEREL est messager extraordinaire de remise à Quimper (EC Quimper St Mathieu, 16-5-1658, Jullianne CHANCHEREL normande x Charles ROUSSEL garçon du messager de remise, Quimper St Mathieu 1656, i 32)



Les marchands concurrencés à l'Est par la production de la zone cloutière L'Aigle-Breteuil s'installent en Bretagne, dans le Maine et aux limites de la Beauce et de l'Anjou. Les marchands de la zone granitique sud de Chanu sont plus nombreux dans le Maine et sa frontière sud-est.


En 1643, les HUARD de la Lande-Patry sont établis en Bretagne (La Métallurgie normande), les GARNIER de Chanu en Bretagne à Fougères (35) AD 61 4E 160/9, 1-1-1647), à Rennes (R.P. 35 Rennes St-Aubin, 8-11-1667, 22-7-1684, 25-12-1689), à Pleine-Fougères (35) AD 61 4E 160/30, 5-7-1672), en 1657, Noel COURIOT de St-Cornier est à Montsoreau (49)en Anjou (MAN 28 minutes de Chanu, Médiathèque de Flers)

Chanu, en 1645, les HUBERT sont à Fougères (AD 61 4E 160/6, 6-6-1645), les HUET à Marcillé-Robert (35) AD 61 4E 160/15, 21-4-1654), les GARNIER à Rennes (AD 61 4E 160/20, 20-6-1660, les DAVY à Saint-Malo (23-12-1669, AD 61 4E 160/28), les HARDOIN à Pleine-Fougères (30-6-1672, AD 61 4E 160/30), les HERGAULT de Larchamp dans le Maine à Brûlon (19-9-1643, AD 61 4E 160/4, R.P. Brûlon (72) 7-2-1644), à Sablé (53) 10-8-1663 MAN 68 Médiathèque de Flers, Guillon), en 1649 les FRILOUX sont au Horps (53) Acte AD 61 4E 160/11, 8-4-1649, R.P. Chanu 28-9-1641), en 1668, Jacques DUGAST marchand cloutier et autres ferrailles de Lonlay-l'Abbaye est à Baguer Morvan (35) R.P. Baguer Morvan, 20-11-1668, acte sur l'année 1670), en 1676, Robert FRILOUX marchand de Larchamp vend pour 600 Livres tournois de marchandise à Jean FOSSET marchand de Noyan ? dans le Maine (AD 61 4E 159/1, 27-6-1676), en 1675, les GUIOT sont à Antrain (35) AD 61 4E 160/31, 7-12-1675), Jean HERGAULT de Larchamp, marchand cloutier à Sablé dans le Maine, 16-9-1663 (Généanet, espace de publication, Emmanuel Hamel, MAN 68, Fresnes)

Chanu, en 1677 les HOUVET et HELIE sont à Rennes (R.P. 35 Rennes St-Etienne 19-1-1677, AD 61 4E 159/2, 12-6-1682), en 1684, à Rennes, Pierre LEMESTRE sieur de la Gonfrère, marchand quincaillier épouse Perrine GARNIER fille de Denys et Julienne LECOMTE ( R.P. 35 Rennes St Aubin 22-7-1684, A.M. Rennes, Rôles de capitation 1702, page 67), en 1686, Gabriel POSTEL est à Dinan (35) R.P. 35 Dinan St -Sauveur 9-11-1686, Acte AD 61 4E 159/7, 19-4-1686), en 1690 Etienne HOUVET sieur de la Métairie est à Rennes (R.P. Rennes Toussaint 21-6-1690, Acte AD 61 4E 159/13, 29-9-1701), Charles LEPRINCE de St-Cornier est marchand-cloutier à Laval (AD 61 4E 80/165, 3-10-1689, AD 61 4E 80/188, 2-1-1695, AD 61 4E 80/538, 20-8-1704, R.P. St-Cornier 14-9-1678), Michel BERTHOUT fils Laurent marchand cloutier de St-Cornier est à Bellefontaine dans la Manche (AD 61 4E 80/191, 22-12-1697).

La Flèche, Sarthe en 1612

En 1685, Jean et Germain BESNARD de Chanu sont à Châteaugiron (35) AD 61 4E 159/6, 23-12-1685), Michel MALAGREY à Bécherel (35) AD 61 4E 159/6, 26-4-1685), en 1686, Robert PLANCON marchand est à Valogne (50) AD 61 4E 159/7, 15-2-1686), Gabriel POSTEL à Dinan (22) AD 61 4E 159/7, 19-4-1686)

Les CHANCEREL de Chanu sont présents en 1634 en Mayenne, à Méral (AD 61 4E 160/17, 28-3-1634 et AD 61 4E 160/42,n°3090 du répertoire), en Anjou (AD 61 4E 80/44, 22/11/1654), en 1642, 1681 et 1685 en Bretagne (Fougères St Léonard 25/01/1642, Dinan St-Malo 12-8-1679 et St Sauveur 28-5-1681 et AD 61 4E 159/5 22-5-1684, Pleine-Fougère et Dol AD 61 4E 159/6, 2-12-1685), en 1661 dans le Maine (La Flèche St Thomas 01/08/1661), en 1700 dans le Perche et l'Orléanais (St Martin du Vieux Bellême 20/7/1700, La Loupe 31/7/1701, Pontgoin 21/11/1701)

BlasonChancerel.png

Charles CHANCEREL fils de François né à Chanu, marchand à La Flèche s'installe vers 1715 sur le quai de la Fosse à Nantes et fait une fortune vulgurante dans le commerce triangulaire. Ses fils Charles CHANCEREL d'ARDENNES et François CHANCEREL Du COUDRAY sont annoblis par charges de secrétaire du roi mais font des faillites de plus d'un million de livres. Ils portaient : De gueule au chevron d'or accompagné de trois abeille de même.

En 1672, Gilles LEPRINCE de Chanu est marchand quincaillier à 30 km à l'est de Rouen en forêt de Lyons avec Nicollas et Mathurin LEPRINCE natifs de Chanu (AD 61 4E 160/30, 13-7-1672 et 19-9-1672).


  • Douanes

Bureaux des traites foraines marqueurs des flux commerciaux vers la Bretagne et le Maine: élection de Mortain: à St Hilaire du Harcouet et Savigny quelques années avant 1700. Election de Coutances: Coutances et Granville, Election d'Avranches: Avranches et Pontorson. (Intendance de Caen, pages: 429, 454, 484, 488, 521, 530) et sous Louis XIV, siège des traites foraines à Domfront relevant de la Direction de Laval, la seule de la généralité d'Alençon (Duval, Etat, page: 103)


  • L'évolution démographique

L'augmentation de la production se traduit dans la population de Chanu avec une natalité en hausse de près de 60% entre le début et la fin du XVIIe siècle. Sur les séries complètes de baptèmes 1611-1620 et 1692-1701, on passe de 480 à 683 naissances soit de 48 à 63 par an.

Cette progression est confirmée par l'agrandissement entre 1660 et 1663 de l'église (R.P. Chanu 31-7-1660 Louys CHANCEREL inhumé au portail lieu de sépulture des ancêtres, R.P.Chanu 21-2-1663, Jean CHANCEREL fils Louys inhumé dans le vieux portail lieu de sépulture des ancêtres à présent dans l'église augmentée) et les aveux montrent l'évolution des surfaces baties, en particulier dans les masures situées près des forges (voir dans l'histoire des familles).

En 1677, le prieur de Chanu a près de 1500 communiants et dit qu'il y a peu de labours car ses paroissiens sont entièrement occupés à leur trafic. (Factum de Siméon FORMAGE, AD 61 H 226)


  • Les capitaux

L'augmentation de la demande et la possibilité pour les plus riches de négocier avec les forges de grosses quantités de fer en verges revendues aux plus faibles entraine une concentration des capitaux et une modification de la société. Les dots payées par les marchands de Chanu qui étaient en moyenne de 250 Livres avant 1650 passent à : 500 Livres : MONTEMBAULT x HELIE 1682, 600 Livres : MADELAINE x LEROY 1672, CHANCEREL x PELOIN 1697, 700 Livres : CHANCEREL x COURIOT 1670, 800 Livres : HOUVET x POSTEL 1652, HELIE x LEPRINCE 1657, 900 Livres : HODIESME x LEPRINCE, 950 Livres : LEFEBVRE x GUIOT 1702, 1200 Livres : PELOIN x LEMAISTRE 1680, 2000 Livres : MOULIN x HELIE 1677. Mais au XVIIe siècle, le patrimoine des marchands n'est en rien comparable à celui du seigneur de la Fresnaye qui donne en 1641, 17000 Livres au mariage LOIR x De NEUFVILLE.

Cette évolution est confirmée par la division des propriétés et la concentration des terres notée dans les aveux de Chanu(voir histoire des familles)

Le travail du fer au XVIIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle pratiquement tous les habitants de Chanu sont cloutiers ou marchands . Les dots des cloutiers qui étaient de 150 Livres en 1650 passent à 60 Livres puis disparaissent. Certains dont les ancêtres signaient en 1650 marquent d'une croix. Ils sont parfois ruinés par des dots ou des rentes non payées par leurs ancêtres et ceux qui avaient quelques terres et dont la clouterie n'était qu'un complément de ressources sont devenus très dépendants par la vente de leur héritage et partent parfois vers d'autres zones cloutières et en particulier à Rennes où on les trouvent pour des sommes modestes sur les rôles de la capitation dès 1702.


Rennes, Plan de 1726 après l'incendie

Les migrations

Chanu: en 1702, Pierre BRIOSNE est cloutier à Rennes avec deux compagnons (A.M. Rôles de la capitation 1702, Acte AD 61 4E 159/18, 18-4-1706), en 1713, Jean BRIONE cloutier (R.P. 35 Rennes St Germain 30-5-1713, Acte AD 61 4E 159/29, 23-7-1717, A.M. Rennes, Rôles de la capitation 1737 page 944)

En 1720, Michel CHANCEREL cloutier épouse la fille d'Ollivier LECOMPTE maître-cloutier de Rennes et habite dans la 4ème baraque du Bd des Portes de Toussaint près de celle d'Ollivier LECOMPTE qui travaille avec deux puis un compagnon (R.P. 35 Rennes Toussaint 18-7-1720, Acte AD 61 4E 80/573, 5-5-1721, A.M. Rennes, Rôles de la capitation 1702, 1707, 1725 page 151), en 1728, Nicolas CHANCEREL cloutier (R.P. Rennes Toussaint, 9-4-1728, CM : AD 61 4E 159/19, R.P. Chanu 1-12-1708)


Les adjudicateurs des fers nécessaires à la reconstruction de Rennes après l'incendie de 1720 étaient des cloutiers de la Généralité d'Alençon (Claude Niérès: Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle, chapitre XI, page: 6, voir assi sa thèse sur la Reconstruction de Rennes)


En 1709, Jacques BOUCHER cloutier à Tremblay en Ille et Vilaine (35 R.P. Tremblay, 11-5-1709)

En 1712, à Château-du-Loir dans la Sarthe, François CHANCEREL compagnon cloutier fils de Mathurin maître cloutier épouse la veuve de Thomas BASIN maître cloutier (R.P. 72 Château-du-Loir, 1-6-1712)

En 1718, Julien LEPRINCE est cloutier dans la Sarthe à St-Léonard-des-Bois (R.P. 72 St-Léonard-des-Bois 10-11-1720, Acte AD 61 4E 159/30, 27-10-1718), en 1722, Jean DELALANDE est journalier cloutier à St-Léonard-des-Bois (AD 72, R.P. St-Léonard-des-Bois, 2-6-1722), en 1724, Louis BRIONE cloutier est aussi à St-Léonard-des-Bois (AD 61 4E 159/37, 19-9-1724)

En 1725, Jean DELAHAIE est cloutier à Dinan (22) AD 61 4E 159/38, 3-3-1725)

En 1704, Julien DUBOIS cloutier de St-Cornier est à La Guerche (35)AD 61 4E 80/538, 27-3-1704

En 1718, Michel PATRY marchand cloutier de St-Cornier est à Juvigné (53) AD 61 4E 80/566, 20-9-1718, AD 61 4E 80/566, 26-6-1718)

En 1758, Roger HARDOUIN de Chanu est marchand cloutier à Bain de Bretagne (35) (AD 35, 4B 287, 10-11-1758, inventaire sur 22 pages avec prix)

En 1798, Pierre BRIOSNE de Chanu est ouvrier à la Compagnie d'Artillerie de Marine et en 1818, marchand cloutier à Brest (Archives de Brest, Brest recouvrance le 3 prairial An 6, 3-10-1818 sur Coucousé x Briosne)


  • En 1710, Thomas MOULLIN maître des postes et messageries de Paris en Bretagne sous bail les messageries de Domfront, Aubrière et Tinchebray à Jean et François HAVAS (29-4-1710 MAN 30 minute de Chanu Médiathèque de Flers)


  • Le fer de Normandie
Forges de Varennes

En 1702, Michel HARDOIN de Chanu achète pour 442 Livre de marchandise à Jean LETELLIER maître des forges de Halouse et Larchamp (AD 61 4E 159/14, 19-2-1702)

En 1710, Thomas HAVAS marchand de la Lande-Patry doit deux billets à Me Louis LEFEVRE De BEAUVAL, maître des forges de Halouze et du Champ de la Pierre : 250 Livres en 1705, 1765 Livres en 1708 (AD 61 4E 159/22, 30-3-1710)

En 1711, François PELLOIN marchand de Chanu reconnaît devoir à Jacques LEFEVRE De MAISON maître des grosses forges de Carrouges 4 billets de 4750 Livres + 4750 Livres + 925 Livres + 925 Livres pour marchandises livrées en 1708, 1709 et 1710 (AD 61 4E 159/23, 8-9-1711)

En 1715, Germain HERGAULT de Larchamp, André JOUGUET de Beauchêne et Charles HODIESME de la Lande-Patry marchands faisant le même trafic doivent sur un reste de marchandise de fer et verges des forges de Halouze, Larchamp et Champsecret, 400 Livres à Jacques Louis LETELLIER sieur des VAUX (AD 61 4E 80/560, 29-10-1715)

En 1731, les fers des forges de St-Denis près d'Alençon, la Roche-Mabille, Carrouges, Cossé, Rânes, le Champ de la Pierre, Bagnoles, Varennes, Champsecret, Halouze, tous les fer de ces forges se charroient à Chanu où il se fabrique toutes espèces de clous, et de là, on transporte ses clous dans le Cotentin, à Alençon, au Mans ou ailleurs (Dornic, Le fer..page 68)

En 1740, le prix des fers chutent de 160 Livres le millier à 100 Livres. L'année est ruineuse pour les forges de Cossé, Lignères, La Sauvagère, Halouze, Champsecret et Varennes. En 1728, la forge de Cossé se loue 10000 Livres, en 1738, 8000 Livres mais l'industrie du fer se relève car elle se loue 9000 Livres en 1759 (Le journal de la Comtesse de SANZAY, page: 84 ou sur Gallica dans: Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, 1853, page: 437)

Les forges de Larchamp et Halouze se louent: 14000 Livres en 1741, 18000 Livres en 1753 et 19000 Livres en 1769 (François DORNIC, Les forges de Larchamp ... pages: 53 et 58)

En 1747, dans les comptes de la régie des forges de Larchamp et de Halouze, sur 47 débiteurs: 9 marchands de la Chapelle-Biche, 8 de Chanu, 4 de Lonlay, 3 du Fresne-Poret, 3 de Larchamp et 2 de Tinchebray. (Dornic, les forges de Larchamp, Halouze et Varennes, page: 57)

En 1774, la fenderie de la forge de Cossé fend tout son fer cassant en menue verge de trois lignes au carré et met son fer ployant en même verge pour toutes espèces de petits clous, en verge de sept pour les plus gros clous, en verge de cinq qui est en majeur partie employé par les serruriers, et au reste par les cloutiers pour les clous à vaisseaux, en gros fendu aussi à l'usage des serruriers et maréchaux pour les fers à chevaux. La commercialisation des fers est faite dans la région Tinchebray-Chanu pour les besoins des cloutiers et des serruriers, par des contrats passés avec les marchand-fabricants aux foires de Domfront (Dornic, Le fer et la forêt, les forges de Cossé en 1774, page:27)


Forge de VarennesForge d'Aube Forge du Champ-de-la-Pierre Forge de Halouze Forge de Carrouges Forge de St-Denis-sur-Sarthon Forge de Rânes (1) Forge de Rânes (2) Forge de Dompierre Forge de Boucé Forge de Putanges Forge de Cossé (1) Forge de Cossé (2)


Les Forges du Maine

Le fer du Maine

La vente de fer de Port-Brillet, Chailland et Aron aux foires de Domfront est attestée en 1698. En 1743, 60000 Livres de fer d'Aron y sont stockées. En 1757, Gilles DUCHESNAY, Michel et Thomas GARNIER de Chanu doivent :5154 Livres, 4268 Livres et 3358 Livres aux forges d'Aron. En 1779, sur 12 débiteurs normands, 3 sont de Landisacq, 2 de Chanu, 1 de St-Cornier et 1 de la Chapelle-Biche dont GARNIER, JENVRIN et MADELINE déjà présent en 1757. En 1761, les forges de Chailland, Aron-Hermet et la Gaudinière livrent du fer à Chanu (La métallurgie du Maine, page 228).

1736-1754, une partie des fers de Port-Brillet, Chailland et d'Aron est livrée à Lonlay-l'Abbaye, localité connue pour sa production de clous destinée au marché parisien (La métallurgie du Maine, page: 227)

En mars 1743, plus de 60000 de fer de la forge d'Aron sont en dépot à Domfront. Nombreux marchés de Christophe THOMAS de Lonlay-l'Abbaye en 1736-1754 dont le 24-5-1736, 12000 de fer à 12 Livres le cent (Dornic : La forge d'Aron (Bas-Maine) au XVIIIe siècle)


  • Inventaires

Chanu: en 1715, Michel DELARUE marchand gisant au lit dicte l'état de ses affaires : sur son trafic de clous : 200 Livres de clous tant à cheval que menue clouterie, 324 Livres pour Monsieur De Maison maître des forges de Carrouges (AD 61 4E 159/27, 27-5-1715)

En 1716, dans la boutique à cloutier de François HELIE à Pont-Herbout : 8 places de cloutiers avec 8 billots, 2 soufflets (Inventaire AD 61 4E 159/28, 27-4-1716)

En 1720, dans le compte de tutelle de 23 pages du marchand Charles MADELINE de Visance on trouve : 44 balles de fer en verges, clous à cheval de 60, 68, 72 livres le millier, clous à crochet, clous de broche à talon, broquette 1,5 livres le millier, clous à lattes, clous de Valogne, clous de beron, clous à broche, clous de 1, 1,5, 2, 3, 4, 10 livres le millier,8, 10, 12, 80, 125 à la livre , clous doubles, clous de 8 à la livre, 125 à la livre (AD 61 4E 159/32 12-6-1720 images 179-202)

En 1721, dans l'inventaire de Julien MALHERBE à la Masure : plus de 1000 Livres de clous : clous de 8 à la Livre, 2,5 Livres au millier, grands clous divers, clous d'ardenne ? (AD 61 4E 159/33, 21-1-1721)

En 1723, inventaire sur 18 pages de François CHANCEREL cloutier : 25 Livres de verges de fer prêtes à clouter, une vieille paire de balance de bois, 7,5 Livres de clous à lattes, 3 marteaux, un à pointes et deux à cloutiers (AD 61 4E 159/36, 16-6-1723)

En 1725, dans l'inventaire de Noel BRIOSNE : forge à cloutier avec deux marteaux, un soufflet, deux billots de bois avec plan de fer, trois clouaires propre à faire du clou à souliers (AD 61 4E 159/38, 14-11-1725)

En 1726, à Beauchêne, inventaire sur 10 pages de Jacques THIERY cloutier : forge à cloutiers avec 3 billots ferrés, 2 paires d'outils, un soufflet, une balance (AD 61 4E 80/584, 29-4-1726)


  • Ventes de marchands à marchands

En 1710, Denis CHANCEREL de Chanu vend pour 214 Livres de clous à Robert HESNARD fils Jean marchand de Flers (AD 61 4E80/568, 23-4-1710)


  • Marché de clouterie

En 1720, à la Chapelle-Biche, Robert et Denis LAIR père et fils du village de la Rivière s'engagent pour un an à travailler exclusivement pour Georges CAILLY, marchand de clous de la paroisse, moyennant 32 sols par quarteron pour les petits clous de toute sorte du poids de 3,5 livres le millier, et 50 sols par balle pour les grands clous. Charles DEVERRE prend le même engagement pour des clous à lattes de 2,5 livres au millier, moyennant 48 sols par quarteron. Si le fabricant laisse chômer ses ouvriers, il leur paiera 15 sous par jour de chômage. Réciproquement, si ceux-ci travaillaient pour autrui, ils paieraient chacun une indemnité de 50 Livres. Des arrhes sont versés à raison de 3 Livres par homme. (Auguste SURVILLE, Un coin du bocage..., page: 8)


  • Apprentissage

En 1707, les parents du mineur de Pierre CHANCEREL marchand cloutier de Chanu réservent 40 Livres par an pour que François CHANCEREL fils Toussaint lui apprenne le métier de cloutier (AD 61 4E 159/19, 27-11-1707)

En 1717, Denis CHANCEREL fils Charles marchand cloutier de Chanu s'engage à apprendre le métier de cloutier à Jean ANGER fils François pour 25 livres par an. Il fournit le fer et le charbon et garde les clous (AD 61 4E 80/565, 23-11-1717)


  • Charbon de bois

En 1710, le Comte de Flers vend pour 60 Livres de charbon du bois Dauffy à Denis CHANCEREL de Chanu (AD 61 4E 159/22, 19-6-1710)


En 1726, Chanu et son centre de commerce Tinchebray ont une production de niveau national

Savary des Brûlons dans son dictionnaire du commerce universel écrit à l'article clou "en Basse Normandie, Tinchebray fourni presqu'autant de broquettes (petits clous) que Charleville, plus grosse dans leur qualité mais moins cher".

Article: Clou, 1726


Ciseaux.PNG

Le travail du fer dans la région de Tinchebray

En 1729, une requête au duc d'Orléans montre qu'il s'est établi depuis environ 25 ans une manufacture de couteaux, ciseaux, scies et autres ouvrages de grosse quincaillerie dans les paroisses de Fresne-Poret, Sourdeval,, St-Christophe, St-Jean-des-Bois, Ménil-Ciboult, Tinchebray, St-Quentin, St-Cornier, Truttemer le Grand et le Petit, St-Martin-de-Chaulieu (Dumaine, tome I, page: 457)


Au XVIIIe siècle, les forgerons sont de plus en plus nombreux à Tinchebray (LEMASURIER, DEGRENNE, ONFRAY, LECONTE, MAUDUIT, PIQUE, BAZIN, HARDOIN, LEBASTARD), Saint-Jean-des-Bois (MOULIN, PRINGAULT, DURAND, LETESSIER), Saint-Quentin-des-chardonnets (CHOLLET, DUVAL), Yvrandes, Frênes, Saint-Cornier, Menil-Ciboult, Truttemer-le-Petit, Sourdeval, Chanu, Saint-Christophe-de-Chaulieu (Registres paroissiaux)

Au Fresne-Poret, en 1767, fieffe par le Duc d'Orléans à Pierre LALOUEL d'un moulin à couteaux et à ciseaux (AD 50 A 682)

En 1733, Gilles HELIE de Chanu à cause de Jacqueline CHANCEREL possède une boutique à cloutier au village de Pont Herbout, Jean MONTANBAUT une forge aux Bissons et Julien AMIARD une forge aux Brousses (AD 61 H 257).

En 1742, "tous les habitants de Chanu sont cloutiers et marchands de fer" (mention sur la carte de la garde Tinchebray, Dumaine, tome 1)

En 1744, dans la bourgeoisie de Tinchebray: Denis MAUDUIT cloutier, Estienne BOUCHER maréchal, François HARDOIN fils Jacques forgeur, Henry DURAND forgeur, Jean HARDOIN et ses fils Jean et François forgeurs, Julien et Charles TOUMIN forgeurs, Julien LEMAZURIER quincaillier, Julien et Estienne BESNIER maréchaux, Julien DEGRENNE forgeur, Veuve Gilles YVER et son fils forgeur, Michel LEGOT forgeur, Pierre GALLIER et son fils Jacques maréchaux, Pierre LEMAZURIER forgeur, Quentin DELAVIGNE forgeur (Lavollé, Tinchebray, page: 36-37)


Saint-Cornier-des-Landes
  • La zone cloutière

En 1761, dans un mémoire ,on lit :"Chanu est un village sur Domfront en Normandie qui donne le nom à beaucoup d'autres voisins où il est consommé en clous de toutes sortes 2 000 tonnes de fer, c'est ce qu'on appelle "le clou normand". 2 000 tonnes de fer c'est la production d'une quinzaine de forges. Chanu est la capitale du clou normand (Dornic). La zone cloutière s'étend sur les paroisses d'Yvrandes, St-Cornier-des-Landes, Ger, Beauchêne, Larchamp, La Chapelle-Biche, Landisacq et avec une moindre densité sur: Lonlay-l'Abbaye, St-Clair-de-Halouze, la Lande-Patry, Tinchebray er St-Jean-des-Bois.

Déjà, en 1657, dans un rapport sur la Chapelle-Biche, on lit : " les terres de ladite paroisse ne sont point bonnes, et aussy les habitants ne s'abusent point au revenu d'icelle. Ils sont tous marchands de fer et cloutiers, et voituriers (transporteurs à dos de cheval) bûcheurs, charbonniers, menuisiers et artisans de tous les ouvrages qui se font aux grosses forges de Halouze et Larchamp" (Dornic, Le fer.., Auguste SURVILLE, Un coin du bocage...page: 8)

Au milieu du XVIIIe siècle, à Landisacq, seulement 1/5 des terres sont en labours, les habitants sont cloutiers, certains marchands de fer, d'autres voituriers. Il y a des messagers de toutes sortes de marchandises pour Paris (Auguste Surville, Landisacq pendant la Révolution, Pays Bas-Normand 1912, pages: 153-154 (sur gallica)


  • Les foires

Entre 1772 et 1779, lettre patente portant érection de quatre foires à Tinchebray (AD 50 A 1880)


Constructions navales
Budgets, Tonnages, Incidence sur la démographie de Saint-Cornier
Constructions navales, Ports

La clouterie de marine


Au XVIIIe siècle, la Marine délègue une partie de l'achat du matériel naval à de petits réseaux de marchands locaux et pour les approvisionnements très spécifiques comme les clous à des micro-entreprises (Plouvier, L'état, intro, page: 66)

Répondre à des adjudications de la Marine implique l'organisation de la concurrence entre quelques fournisseurs se cautionnant entre eux, capables de fédérer la production, de mobiliser des sommes importantes dans la fourniture du fer en verges et de négocier son prix avec les maîtres de forges.


Vers 1745 puis 1755, l'augmentation importante des budgets de la Marine impacte la démographie de Saint-Cornier. C'est en 1749 qu'André LE CAILLETEL / CAILTEL, marchand de Perriers-en-Beauficel (50) s'installe à Saint-Cornier et développe avec ses fils une forte activité de négoce. (AD 61 2C 2877, 2-7-1749, dot: 2000 livres, AD 61 R.P. Saint-Cornier, 28-10-1749)

Dès 1780, l'adoption du doublage en cuivre de la coque des navires remplace le mailletage de clous à maugère (tête large) et impose un cloutage en métaux non ferreux.

Le fer de menue clouterie de 3 1/2 à 1/2 pouces de long utilisé par la marine de guerre vient de petites forges spécialisées situées essentiellement en Normandie (GAY, Le fer dans la marine,pages:70,82)

En 1790, la paroisse de Saint-Cornier fournit la majeure partie du clou du port de Brest (Dumaine, tome 3, page: 51)


En 1789-1790, "Tableau général du commerce, des marchands, négociants, armateurs" (par M. GOURNAY, article: Tinchebray pages: 790-791)

Tinchebray: Industrie
Fabrique d'outils de toutes espèces, pour menuisiers, charpentiers et serruriers, ustensiles en fers pour la cuisine. Négociant tenant cette partie en gros: MOULIN la Bourdonnée au Fresne-Poret


Fabrique de clous de toutes qualités et grandeurs, servant à la construction des navires et tous autres usages. On en fait des envois considérables à Granville, Saint-Malo et dans les ports de Bretagne et même à Brest pour la Marine Royale. On en vend aussi en barils aux Indes Orientales et occidentales.
Négociants faisant fabriquer: CAILLETEL (LE CAILLETEL) aîné et CAILLETEL Provotière à Saint-Cornier, CHANCEREL à Chanu




Pouvoir économique et pouvoir politique


En 1789, à Saint-Cornier, François LE CAILLETEL Du Tronchet, négociant est député de Saint-Cornier aux Etats généraux de 1789 et en 1792, Gilles CHANCEREL négociant et François-Michel LE CAILLETEL sont électeurs du département de l'Orne pour le canton de Tinchebray, JENVRIN Louvigny de la Chapelle-Biche pour le canton de Messei. Charles DUMESNIL du BUISSON ,négociant, Maire de la Lande-Patry est Conseiller Général de l'Orne en 1790, Philippe PIQUE DESDEMAINES, négociant, Maire de Saint-Quentin-les-Chardonnets est Conseiller Général de l'Orne en 1790. En 1790, François FRILOUX, marchand est Maire de Landisacq.

RevolutionDessin.PNG

En 1793, Denis CHANCEREL négociant est envoyé à Paris par le canton de Tinchebray pour la fête de l'unité et de l'indivisibilité du 10-8-1793.

(Emile Brideux, Département de la Manche, Cahiers de doléances du baillage de Cotentin, tome 3, page: 334 (sur gallica), (Tableau des électeurs du Département de l'Orne nommés en exécution de la Loi du 12 août 1792(Google books), R. JOUANNE, Les origines du conseil général de l'Orne (sur archive.org), Auguste Surville: Landisacq pendant la Révolution, dans: Pays Bas-Normand 1912, page: 155, Archives parlementaire, 14-5-1793, page: 158, Archives numériques de la Révolution Française (sur gallica)



1802 Dumesnil-Dubuisson
Le port de Caen en 1819
  • Marchands de fer, de clous, maîtres de forges et banquiers


En 1789, Denis et Gilles CHANCEREL, Charles DUMESNIL du BUISSON de la Lande-Patry, Pierre CALAIS et ses frères louent pour 9 ans, moyennant 40 000 Livres par an les forges de Halouze et de Varennes au Comte de Flers. Gilles CHANCEREL sera le premier président du tribunal de commerce de Tinchebray créé pendant la Révolution, ses descendants continuant de briller dans les mêmes activités, au premier rang, tout au long du XIXe siècle. (Dornic, P.B.N. n°176, page 58).

Denis Toussaint CHANCEREL frère de Gilles est négociant à Chanu en 1780, marchand de fer à Caen en 1798 et banquier à Caen en 1809. (R.P. Domfront 15-5-1782, E.C. Caen, 30 germinal an 6 sur l'acte de naissance de Prosper Denis Victor CHANCEREL, Arrêt de la Cour de Cassation 30-8-1817)

Les frères CALAIS sont négociants banquiers à Condé-sur-Noireau en 1813 et alliés de Gilles CHANCEREL (Almanach du commerce de Paris, 1813, page: 555 (sur gallica)

DUMESNIL-DUBUISSON père et fils de la Lande-Patry sont installés à Caen en 1802, négociants en fers, clous et acier, banquiers, membre du tribunal de commerce de Caen en 1813, président en 1816, membre des loges maçonniques "Thémis" et "Constante Amitié" de Caen sous le Consulat et l'Empire et de la loge "Thémis" sous la Restauration (papiers d'affaires, Almanach du commerce de Paris, 1813, pages: 550, 551 (sur gallica), AD 61 E.C. Lougé-sur-Maine, 15-10-1818 sur mariage de son fils, Eric SAUNIER: Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, 6000 francs-maçons de 1740 à 1830, page: 455)

1789-1800, très important dossier de procédure sur les forges entre le citoyen ANGO De Flers et les associés: Charles DUMESNIL-DUBUISSON, Pierre CALAIS, Denis et Gilles CHANCEREL (Médiathèque de Flers, Chartrier de Flers-Varennes, copies Surville)


En 1795, Gilles et Gabriel JENVRIN frères, marchands de Chanu et la Chapelle-Biche achètent la forge et les bains de Bagnoles. La forge est revendue en 1809 au comte De REDERN. (Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1900, page: 174, Y. Le cherbonnier, La métallurgie.., Annales de Normandie, 1988, vol: 38, page: 182 (sur persee)

Gabriel JENVRIN dit Gros-père époux de Marie Marguerite CHANCEREL et Gilles JENVRIN dit Petit-père sont d'une vieille mais modeste famille de cloutiers de la Chapelle-Biche enrichie par leur père François JENVRIN dit Teissère qui dans les années 1740, période catastrophique pour les forges se vit proposer un important marché de fer avec toutes facilités de paiement par Madame de VARENNES maîtresse de forges (Renée GRAVELLE veuve de Louis LEFRERE de Maisons de Beauval). Une hausse rapide des prix lui fit réaliser d'importants bénéfices qui servirent d'assise à une jolie fortune que ses fils augmentèrent rapidement. (Auguste SURVILLE, Un coin du bocage..., pages: 57-58 (information: Stéphane Guillon)


En 1810, les CHANCEREL, CALAIS et DUBUISSON créent une société de capitalisation pour prendre à bail les six forges de : Banvou, Halouze, Varennes, Champsecret, Bagnoles, La Sauvagère et Cossé mais sans succès. M. De RODERN ayant réuni dans sa main toutes les forges de l'arrondissement de Domfront y déploya une grande activité mais sans obtenir de biens meilleurs résultats. (Dumaine, tome III, page: 408)


1802 Dumesnil-Dubuisson
Négociation avec Port-Brillet
1805 Chancerel
Accord sur achat à Port-Brillet

Par sa puissance d'achat, la masse de capitaux disponible, ce capitalisme local peut négocier avec les maîtres de forges, peser sur le coût des matières premières, et en fédérant la production répondre à des appels d'offres importants.


Le 15 nivôse an 10 (1802), DUMESNIL-DUBUISSON tente d'acheter à bas prix 200 000 de fer aux forges de Port-Brillet pour compléter son stock de 200 000 en magasin, assécher le marché et permettre au maître de forge de vendre plus cher à ses concurrents (papiers d'affaires)

Le 9 floréal an 13, on voit l'influence de CHANCEREL dans la région par la commande en direct, avec son accord d'un marchand de Mortain aux forges de Port-Brillet (35).



Les petits marchands de clous vendant directement leur production sur les foires et les marchés ne maîtrisant plus le coût de la matière première et ne pouvant fournir de grosses quantités deviennent très dépendants de ces importants négociants. Certains, dans le nord-est de Chanu cherchent à développer de nouveaux marchés .


Serrure en Bois

La serrurerie

En 1790, Les premiers serruriers présents à Chanu: Jean-Pierre LEPRINCE serrurier (E.C. Chanu 22-6-1790), Etienne MADELINE serrurier (E.C. Chanu 3-6-1793), Jacques MORICE serrurier (E.C. Chanu 24-7-1793), Jacques GALLOT serrurier (E.C. Chanu 16-7-1793), Thomas AUBINE serrurier en 1794 et marchand serrurier à Pont-Herbout en 1801, propriétaire en 1835 (E.C. St-Clair-de-Halouze 9 pluviose an 2, E.C. Chanu 19 prairial an 9, 4-2-1835), Jean DUFAY et son père Jean DUFAY 58 ans serruriers (E.C. Chanu 27 nivose an 2), Pierre DELAUNAY serrurier (E.C. Chanu 22 thermidor an 2), Gabriel BOUVET serrurier aux Brousses (E.C. Chanu 25 Thermidor an 2, recensement 1815), Philippe BOUVET de Landisacq à Chanu depuis 8 ans, serrurier (E.C. Chanu 30-6-1803), Pierre ANGER serrurier (E.C. Chanu 27 nivose an 4), François HELIE serrurier (E.C. Chanu 15 vendémiaire an 5), Guillaume et Michel CAILLON serruriers (témoins DUHAZE x CORBIERE 23 nivose an 5), Pierre LEPRINCE serrurier (E. C. Chanu 26 nivose an 5), Pierre DUBOIS serrurier (30 ventose an 5), Guillaume LELIEVRE serrurier (E.C. Chanu 28 Brumaire an 5),Jacques ANGER serrurier (E.C. Chanu 12 nivose an 6), Etienne Jean FORGET serrurier (E. C. Chanu 30 nivose an 8), Jean Baptiste Pierre LEPRINCE serrurier (E. C. Chanu 30 pluviose an 9), Gabriel et Jean François YVER serruriers (E.C. Chanu 20 thermidor an 9),Jean Baptiste GALLET serrurier né à Flers (E. C. Chanu 20 vendémiaire an 9), Guillaume YVER serrurier (E. C. Chanu 29 frimaire an 10), André DUCHESNAY est fabricant de serrures (AD 61 4E 159/269, 30 messidor An 12), Pierre Jean Baptiste LEPRINCE maréchal en 1790 est serrurier aux Bissons en 1826 (R.P. Chanu, 22-6-1790, 5-1-1826), Charles Jean DUFAY de Landisacq, maréchal à Chanu en 1781, serrurier en 1839 (R.P. Chanu 19-6-1781, 5-7-1839).

Á la Chapelle-Biche, Louis DEVERRE est serrurier à l'Oriendière et Agent national en 1794-1795 (Auguste SURVILLE, un coin du bocage..., page: 181)

Á Landisacq, Jean LECONTE 32 ans est serrurier en 1794 (E.C. Landisacq, 12 germinal An II, sur naissance François FRILOUX)

À Saint-Cornier cette fabrication de serrures se développe dans la famille PATRY dès 1765: Robert PATRY serrurier (R.P. St-Cornier sur baptême de sa fille Marie Jeanne le 9-8-1765) ainsi que la vente: Pierre PATRY quincaillier (R.P. St-Cornier au baptême de son fils Pierre Etienne le 12-8-1770

Le développement de la serrurerie au nord de Chanu et le déplacement de la clouterie vers le sud-est correspondent aux deux réseaux commerciaux du XVIIème siècle


  • Tribunal de commerce à Tinchebray

En 1791, Tinchebray obtient un Tribunal de Commerce avec juridiction sur tout le ressort du District de Domfront. Le canton de Tinchebray possède plus de commerçants que l'ensemble des huit autres cantons. Sur les jugements rendus par ce tribunal, figurent des marchands du Calvados,Seine-Inférieure, Manche, Ille et Vilaine et de la Mayenne, ce qui prouve les relations commerciales du canton avec des citoyens étrangés au département. Sous la présidence de M. PIQUE DESDOMAINES se forment pour ce rôle difficile des juges intelligents tels Messieurs FREMONT et CHANCEREL qui apprirent à leurs fils à les remplacer avec honneur. (Dumaine, tome III, pages: 52, 459, 550).


  • La contre-révolution

En 1793, 18 octobre, soumission de LEPRINCE de Chanu et d'autres fabricants pour la fourniture de 250 piques à 6,50 Livres pièce pour le district de Domfront (La Sicotière,I,page:117)

En 1794, le 3 mars à la Chapelle-Biche, Jean DALIGAULT marchand au Val-Tourneur, tenant une maison de quincaillerie à Mayenne, est requis par les administrateurs de la ville de regarnir son magasin de 500 livres de clous à cheval et à souliers, d'un mille de fer et de différents objets que les autorités de Mayenne doivent pouvoir se procurer facilement (Auguste SURVILLE, Un coin du bocage..., page: 163)


MoulinMichelot.PNG

En 1795-1796 et 1799-1800, Chanu et la zone de travail du fer sont au coeur de la chouannerie commandée par Michelot MOULIN, taillandier de Saint-Jean-des-Bois. Un marchands de clous : MADELINE PICHARDIERE est tué, les acquéreurs de biens nationaux et les marchands républicains sont particulièrement inquiétés et se regroupent à Tinchebray. Parmi eux, Gilles CHANCEREL qui avait acheté le Prieuré d'Yvrandes, signé en octobre 1792 comme officier public les premiers actes d'Etat Civil de Tinchebray et participé à la défense de la ville lors de l'attaque des Chouans. Son beau-frère Gervais CALAIS négociant à Condé est arrêté le 21 prairial an VIII par des chouans sur la route de Tinchebray. Ils lui demandent une rançon de 15000 Francs mais le général commandant la division arrange l'affaire. (Dumaine,III,page:359)



  • Evolution démographique

A Chanu, on constate une augmentation de la population jusqu'à 100 naissances par an entre 1750 et 1760 à comparer aux 48 et 63 naissances du début et de la fin du XVIIe siècle puis une baisse à 83 naissances par an entre 1780 et 1790.(AD 61,R.P. Chanu)

La progression démographique de Saint-Cornier entre 1735: 247 feux et 1797: 2182 habitants comparée à celle de Chanu: 441 feux en 1735 et 2248 habitants en 1797 confirme le basculement du centre de gravité de la clouterie de Chanu vers St-Cornier. (Nouveau dénombrement du royaume par généralités, élections (gallica), Base cassini de l'EHESS)


Dans la deuxième partie du XVIIIe siècle, on note un très fort développement des emplois de cloutiers à Saint-Cornier et Beauchêne et parallèlement une modification du ratio cloutiers/marchands qui double puis triple à la fin du XIXe siècle alors que cette évolution est moins marquée à Chanu. (R.P. et E.C. Chanu, Beauchêne et Saint-Cornier).

Le travail du fer au XIXesiècle

Vers 1800 sur l'ensemble de la région de Tinchebray, les cloutiers représentent environ 60% des emplois, les couteliers et les maréchaux plus de 10%, les forgerons et serruriers moins de 10%. L'importance de la clouterie est encore renforcée par les marchands fabricants difficiles à isoler mais qui représentent entre 15 à 30% des cloutiers et sont les plus nombreux à Chanu puis St-Cornier et Beauchêne.Plus des 2/3 des cloutiers travaillent dans le triangle Chanu, St-Cornier, Yvrandes, Beauchène et sont présents à Tinchebray, la Chapelle-Biche, Ger, Frênes, Lonlay, la Lande-Patry, Landisacq, Larchamp et St-Jean-des-Bois. On note une forte augmentation à St-Cornier dans la deuxième moitiée du XXIIIe siècle à partir des familles: BERTHOUT, DUCHESNAY, HARDOUIN, DUBOIS, DESDOITS, PATRY, PREVEL, DELALANDE.

TravailduFer1800.png
  • Les maréchaux sont les plus nombreux à Ger et Tinchebray (+ de 10%), Chanu, le Frêne-Poret et Bernières-le-Patry (entre 7 et 10%)
  • La moitié des couteliers sont à St-Jean-des-Bois, plus de 10% au Frêne-Poret et 10% à Yvrandes. On forge aussi des couteaux à Frênes, Truttemer-le-Petit, Ger, St-Quentin-les-Chardonnets, Tinchebray, le Ménil-Ciboult et Caligny.
  • Le tiers des serruriers sont à Chanu, plus de 10% à Tinchebray et St-Cornier et moins de 10% à Frênes, Landisacq et Ger. On en trouve aussi à la Lande-Patry, Flers, Bernière-le-Patry, St-Jean-des-Bois, St-Quentin-les-Chardonnets, la Chapelle-Biche et Larchamp.
  • Plus de la moitié des forgerons sont à Tinchebray et plus de 20% à St-Jean-des Bois, 10% à St-Quentin-des-Chardonnets. Ils sont aussi présents à Yvrandes, Frênes, Menil-Ciboult, St-Cornier, Truttemer-le-Petit, Chanu. Ger, le Fresne-Poret et Sourdeval.
  • Les quincailliers sont nombreux au Frêne-Poret, St-Cornier, St-Jean-des-Bois, Vengeons et Sourdeval.
  • Plus de la moitié des ciseliers sont au Frêne-Poret, 20% à Sourdeval, 10% à Ger, 5% à Saint-Jean-des-Bois
  • Quelques fabricants et marchands de fourchettes au Frêne-Poret, Truttemer-le-Petit, Sourdeval, Saint-Jean-des-Bois, Yvrandes, Ger et Lonlay.

Sur l'ensemble des emplois de la métallurgie, environ 20% sont à St-Cornier, un peu moins à Chanu mais avec beaucoup plus de marchands fabricants, puis: Beauchêne, Tinchebray, Yvrandes et St-Jean-des-Bois. (Registres paroissiaux)


Le Tribunal de Commerce

En 1804, élection de six membres par 30 fabricants et manufacturiers de l'arrondissement de Domfront : Philippe PIQUE de Tinchebray, fabricant de fer, Pierre DELARUE de Chanu, marchand de fer et fabricant de clous, Gilles CHANCEREL de Tinchebray, marchand de fer et fabricant de clous, ancien maître de forge, François FRILOUX de Landisac, marchand de fer et marchand de clous, Jean LELIEVRE de Beauchêne, marchand de fils et de clous (Dumaine, tome III, page:391)

En 1808, Tribunal de Commerce de Tinchebray : CHANCEREL Président, DELARUE suppléant (Annuaire de l'Orne)

En 1810, Gilles CHANCEREL président du Tribunal de Commerce de Tinchebray écrit à l'Empereur pour attirer l'attention sur la région et le féliciter pour le décret du 9 octobre 1810 ordonnant de brûler toutes les marchandises de fabrication anglaise (Dumaine,III,page:409)

En 1812, réunion dans la salle de réunion du Tribunal de Commerce des fabricants du pays : Tinchebray : LALOUEL, LEBASTARD, YVER, DUTAILLER, Yvrandes : CHANCEREL, Chanu : DELARUE, Beauchêne : LELIEVRE, Larchamp : JENVRIN, FRILOUX, tous fabricants de clous à l'exception de ceux de Tinchebray. La clouterie à cette époque est la principale industrie (Le Mardeley)

En 1804, création de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures le 12 germinal an XII (Le Mardeley, page: 243)


Billot et sa clouyère



La condition sociale des cloutiers


"on voit dans le coin d'un bois ou d'une pièce de terre une méchante cabane isolée, où dès la pointe du jour en été et plusieurs heures avant le lever du soleil en hiver, se rendent deux ou trois cloutiers qui travaillent à la même forge, un petit garçon encore trop faible pour manier le marteau fait marcher le soufflet. Le dimanche, ils portent leurs sacs de clous chez les grossistes qui les paient et rapportent en s'en retournant un ballot de verges de fer pour la semaine suivante." (Richard Seguin, 1810, page 126)

Histoire de l'industrie du Bocage par Richard SEGUIN



  • En 1810, Production de la région de Tinchebray : Chanu et St-Cornier: clous, St-Jean-des-Bois: coutellerie, Pont de Grenne, Fresne-Poret, Yvrandes, Beauchêne et Larchamp: toutes sortes de quincaillerie tels que faux, scies, haches, tarrières, ciseaux, pinces, serrures, essieux, bandages de charettes et autres serrureries et outils pour la saboterie, charpenterie, menuiserie, sérans, meubles de feu, ustenciles et instruments aratoires en général tout ce qui sert à la ferrure des meubles et des bâtiments (Seguin, Essai,page:126-127)
Dans un rapport à BONAPARTE, Tinchebray fait un grand commerce d'outils de fer, de coutellerie et de clouterie. Chanu est très renommé pour ses manufactures de grosse et petite clouterie (Mémoire présenté à BUONAPARTE lors de son passage à Caen le 23 mai 1811, page: 12 (sur normannia)


Paul Alexandre Chancerel

La réussite des marchands


En 1813, on peut mesurer la réussite des marchands dans le recensement pour constituer une "garde d'honneur" de l'Empereur avec les fils des 10 000 familles les plus riches de France. Jean DUCHESNAY de Chanu : 1 000 F de rente, Thomas GARNIER-DUBIOT marchand-cloutier à Beauchêne : 2000 F de rente, Jean CHANCEREL de la Billotière à Chanu : 3 000 F de rente, son fils Gilles CHANCEREL négociant à Yvrandes, ancien maître de forge, Président du Tribunal de Commerce : 5 000 F de rente indépendamment de son commerce, famille très influente dans sa région (son fils Pierre-Auguste sera dans la garde. AD 61 R 75/1 et R 76/2, 1813-1814) et associé de la Société CHANCEREL FRERES. Denis-Toussaint CHANCEREL frère aîné de Gilles, marchand de fer est dans les principaux négociants de Caen en 1805 et banquier en 1813 (Almanach du commerce de Paris, 1805, page: 478, 1813, page: 551 (sur gallica)

En 1813, Tribunal de commerce de Tinchebray: CHANCEREL président, FREMONT. Membres de la Chambre Consultative: CHANCEREL, DELARUE, FRILOUX (Almanch du commerce de Paris, 1813, page: 785 (sur gallica)

En 1802, Gabriel CHANCEREL de Chanu est cloutier au Havre, marchand de clous et de fer à Fécamp en 1811 et son fils Paul Alexandre, marchand cloutier et armateur, certainement avec des amitiés maçonniques (AD 76, E.C. Le Havre, 26 nivôse An X, E.C. Fécamp, 16-6-1811, 7-9-1846, 7-6-1885,)

En 1809, François DOISNEL fils de Nicolas DOISNEL, marchand à Granville (50) en 1766, et de Françoise CHANCEREL de la Chapelle-Biche et Chanu épouse Marie Anne DOISNEL à la Chapelle-Biche. Il est négociant, armateur, Membre de la Chambre de Commerce et du Conseil Municipal de Granville (AD 14 E.C. la Chapelle-Biche, 26-9-1805, 1-5-1809, AD 50 E.C. Granville, 24-9-1824)

En 1813, son frère Charles Marie DOISNEL est négociant à Saint-Malo après avoir épousé à la Chapelle-Biche Jeanne Françoise JENVRIN fille de Gabriel JENVRIN et de Marie Marguerite CHANCEREL (AD 61 E.C. la Chapelle-Biche, 36261803, AD 35 E.C. Saint-Malo, 2-6-1813)

Les Gardes d'Honneur de l'Orne en 1813



En 1819 début de la fabrication industrielle de la "Pointe de Paris" dans le Jura avec le brevet JAPY de 1806 (Histoire générale des techniques, tome 3, pages: 104,105,160)


  • En 1820, à Chanu, les listes nominatives confirment que la fabrication de serrures s'est développée au nord-est de Chanu avec des apports de Landisacq, de la Lande-Patry et de Flers. Contrairement aux cloutiers qui utilise du fer cassant en verges et vendent à des grossistes, les serruriers forgent du fer ployant, leur travail est proche de celui des maréchaux dont ils utilisent les mêmes réseaux d'approvisionnement en fer et vendent souvent à des quincailliers. Les LEPRINCE et alliés sont largement représentés dès le début du développement de cette fabrication. En 1820, aux Bissons, 5 LEPRINCE, 2 MONTEMBAULT, DUFAY, CHANCEREL, GALLET, LELIEVRE, LE TINTURIER sont serruriers. A Pont-Herbout, autour de Thomas AUBINE, 2 DELAUNAY, 2 LAUNAY, DUFAY, GOUBAULT, HAVAS, HUE et LEVASNIER, au Bourg: 2 YVER, HODIESNE, DUFAY, LECONTE, BASIN, au Chesnay: JAMET, ROHEE, MADELINE, DUCHESNE, à la Billotière :CHANCEREL, LEPRINCE, BASIN, à la Flaudière: 3 BRIONNE, à Visance: 2 VAUTIER, à la Lanfrère: 2 ANGER fabriquent des serrures. Dans quelques villages, des serruriers sont isolés: DELARUE à la Tardivière, BERTOULT à la Guibourgière, LEPRINCE aux Clos, BAILLE à Vaubaillon, SOREL à la Bulaie, ROULLEAUX aux Fontaines et ANGER à la Foutelaie.


Des marchands de clous utilisent leurs réseaux commerciaux pour vendre de la quincaillerie


Chancerel, quincaillier à Lassay (53)
  • En 1806, Guillaume CHANCEREL x Marie DUFAY est quincaillier à la Haie-du-Puits (50) E.C. Chanu, 18-1-1791, E.C. la Haye-du-Puits (50) sur décès Jean CHANCEREL, 19-4-1806)
  • En 1819, Jacques CHANCEREL fils de Thomas CHANCEREL x Jeanne Elisabeth MARTIN, de Saint-Cornier est cloutier puis quincaillier à Bayeux (AD 14, E.C. 17-2-1819 sur naissance Adolphe Constant CHANCEREL, 18-5-1845 son décès, Listes nominative Bayeux, 1836, rue Saint-Martin, L'Indicateur de Bayeux, 25-1-1843, page: 3
  • En 1823, Pierre Louis CHANCEREL fils de Jean Baptiste CHANCEREL x Marie Anne DUCHESNAY de Chanu est quincaillier à la Haye-du-Puits (50) (E.C. La Haye-du-Puits, 30-4-1823 sur naissance Louis Sulpice CHANCEREL, décès Pierre Louis CHANCEREL, St-Malo (35), 26-4-1866, décès Marie DUCHESNAY, la Haye-du-Puits, 8-6-1845, décès Jean Baptiste CHANCEREL, St-Cornier, 20-4-1814)
  • En 1824, Guillaume CHANCEREL x Marie DUFAY de Chanu fils de Denis CHANCEREL et Marie HARDOIN est quincaillier à la Haye-du-Puits (50), son fils Etienne CHANCEREL y est aussi quincaillier (E.C. la Haie-du-Puits, 11-3-1806 sur naissance Euphrasie Rosalie CHANCEREL, 16-2-1824 sur mariage de Marie Julie CHANCEREL née à la Haye-du-Puits le 23 pluviose An 6, décès Guillaume CHANCEREL, 28-1-1838)
  • En 1827, Michel François CHANCEREL est marchand quincaillier à Chanu, son fils Pierre Désiré CHANCEREL, quincaillier, Grande-Rue à Lassay-les-châteaux (53) (E.C. Montilly-sur-Noireau, 26-11-1827, Lassay-les-Châteaux, 25-7-1899)


  • En 1821, Tribunal de Commerce de Tinchebray : CHANCEREL Président, Tinchebray : ONFRAY, FREMONT, Beauchêne : LELIEVRE, AUMONT, Chanu : DELARUE, MONTEMBAULT, St-Cornier : DUMOND, DELARUE, Landisacq : AUBINE, LE CHEVREL, Larchamp : FRILOUX, AUBERT, Yvrandes : LETESSIER, HARDOIN (Annuaire de l'Orne)
  • En 1823, le Tribunal de Commerce de Tinchebray tient son audience tous les mardi excepté pendant la première semaine des foires de Caen et de Guibray (Annuaire de l'Orne)
  • En 1824, Chambre consultative de Tinchebray: DELARUE Pierre marchand de fer à Chanu, CHANCEREL fils aîné (Armand) fabricant de clous à Yvrandes, LALOUEL Jean-Charles fabricant de quincaillerie à Tinchebray, FRILOUX François fabricant de clous à Landisacq (Annuaire de l'Orne, 1824, page: 187 (sur gallica)


Déclin de la clouterie et développement de la serrurerie et de la quincaillerie


Vers 1826 et quelques années plus tard se fondent différentes fabriques pour les serrures et la quincaillerie dont HELIE et BOURDON à Chanu.

Tinchebray : La Grande Rue

"A cette époque, Tinchebray est tout désigné pour devenir le centre des différentes fabriques, en réunir le produit et en faire l'expédition : MIQUELARD, LE LOUVRIER, BESNARD, JUHEL, MAUDUIT, LE MARDELEY, LE BRETON, ALEXANDRE, VERON, AVICE. C'est le jour du marché que les produits quittent l'atelier du village pour venir prendre place dans le magasin du fabricant . Ainsi arrivent à Tinchebray les serrures avec les clous de Chanu, les petits clous de St-Cornier et de Beauchêne, les couteaux et vrilles de St-Jean-de-Bois, les crochets et les romaines de St-Christophe, les sonnettes, les sérans et les chandeliers de St-Quentin. De nombreux marchands colporteurs parcourent avec de vastes voitures la France entière vendant aux foires et marchés les articles de Tinchebray." (Le Mardeley)

L'industrie du fer à Tinchebray par LEMARDELEY


  • En 1827 "Almanach du commerce de Paris" (pages: 519 et 580 (sur gallica)
Tinchebray:
Tribunal de commerce: FREMONT père, CHANCEREL aîné (Armand fils de Gilles), YVER aîné, FRILOUX
Chambre consultative des manufactures: Pierre-Auguste CHANCEREL, DELARUE, J.J. DURAND, J-Ch. LALOUEL
Négociants en quincaillerie du pays: FREMONT fils aîné, LALOUEL, Veuve LEBATARD et fils (en 1819, François LEBASTARD est marchand quincaillier à Tinchebray (E.C. Tinchebray, 11-2-1819 sur naissance de son fils Octave)
Négociants en clous: Beauchêne: Jn. CHESNAIS, Chanu: DELARUE père, DELARUE fils, Chapelle-Biche: DALIGAULT Frères, DALIGAULT neveu, Landisacq: FRILOUX,
Larchamp: Jacques JENVRIN, Saint-Cornier: CROULLEBOIS, Veuve DELARUE, DUBOIS, Pierre DUBOIS fils, HUARD, Yvrandes: CHANCEREL Frères
Sourdeval (50)
Négociants en quincaillerie: BAZIN, FORTIN, LALOUEL, MIQUELARD-HAUCHAMP, MIQUELARD aîné


  • En 1829, François FRILOUX marchand cloutier de Landisacq marchand de fer, de vin et d'eau de vie dépose son bilan. Il est client de 4 forges en Mayenne: Port-Brillet, Chailland, Aron et Orthe, 6 forges dans l'Orne: La Chaux, Varennes, St-Denis-sur-Sarthon, Carrouges, Le Champ de la Pierre, Rânes (La Métallurgie du Maine, page 378, notice 157, Dornic Le travail..page 45)


  • En 1827, dans le "rapport au jury de l'Exposition de l'Industrie française", pas de clous normands mais apparition de clous fabriqués à froid par des procédés mécaniques" (Gallica)


L'Aigle : fabrique de pointes
En 1830, les marchands de clous se plaignent de la concurrence des pointes fines des manufactures de l'Aigle, St-Sulpice et Rugles (Dornic, Le fer,page:55).
Nombreuses fabriques d'épingles, d'aiguilles et de pointes, tréfilerie de fer et laiton, quincaillerie de Normandie. Les négociant forment le noyau dur de la loge maçonnique de l'Aigle (Almanach du commerce de Paris, 1827, page: 581, Eric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, page: 191, Yannick Lecherbonnier: Moulins et industries dans la vallée de la Risle (sur persee))


  • En 1831, à Chanu, les serruriers chefs de familles sont 134 et les cloutiers 151. Très importante progression de la fabrication de serrures depuis la Révolution, en particulier dans le nord-est de Chanu et Landisacq où il ne reste en 1846 que 11 cloutiers contre 69 serruriers dont 32 entre la Haute-Hagrie et le Plessis et 3 fabricants : Nicolas et Julien BOURDON, Jean MORIN. En 1836, on trouve 116 cloutiers à Beauchêne et en 1820: 90 cloutiers à la Chapelle-Biche mais pas d'activité de serrurerie. A Saint-Cornier où sont apparus les premiers serruriers au milieu du XVIIIe siècle, cette activité contrairement à Chanu restera minoritaire et en 1891, les serruriers sont 59, les cloutiers 120 et les forgerons 35.(listes nominatives).


  • En 1832, Gilles DESPOIS est marchand quincaillier à Tinchebray et fils de Gilles DESPOIS marchand d'Yvrandes ( E.C. Sourdeval 50, 23-10-1832)
  • En 1833, Théodore Michel MAUDUIT quincaillier à Tinchebray épouse Marie-Cécile MIQUELARD d'une famille de marchands et négociants de Sourdeval (E.C. 50 Sourdeval, 22-1-1833)


  • En 1834, d'après ODOLAN-DESNOS, les cloutiers sont 30 à Tinchebray, 126 à Chanu, 200 à St-Cornier, 30 à Landisacq, 30 à Larchamp et 30 à Yvrandes. Ils se livrent particulièrement à la grosse clouterie, tirent 6000 quintaux de fer aux forges de Varennes, Carrouges et autres, fabriquent 4445 quintaux de produits pour 311150 Francs à 70 Francs le quintal. La quincaillerie dans le canton de Tinchebray emploie 135 ouvriers à Tinchebray, 130 à Chanu et 30 à Landisacq. Ils tirent 3000 quintaux de fer des mêmes forges que les cloutiers et fabriquent 2887 quintaux d'objets divers pour une valeur de 800000 Francs sur laquelle les ouvriers prennent pour main-d'oeuvre 150000 Francs (La France, M. LORIOL, L'Orne, M. ODOLAN-DESNOS, page: 107, sur Google-books)
  • En 1834, la clouterie et la quincaillerie de Tinchebray sont dans un état peu prospère, mais cet état de chose résulte moins des commotions politiques que de la concurrence des fers laminés qui se vendent à plus bas prix que ceux des forges du pays, et de ce que la marine qui s'approvisionnait autrefois dans cette localité des objets de clouterie dont elle a besoin a traité avec d'autres fabricants (Archives du commerce ou guide des commerçants, tome 1, page: 280 (sur Google books)
  • En 1835, cette concurrence des pointes de l'Aigle est confirmée par les registres de la Chambre consulaire de Tinchebray. Concurrence de Charleville, la fabrique occupe alors seulement 1 200 ouvriers cloutiers, le double en 1789. Les serruriers sont 500 occupés par 50 maîtres de boutiques (Le Mardeley, page: 243)


En 1839, la clouterie de Chanu entre en décadence

  • En 1839-1842, sur les 62 clients de la forge de Carrouges, les plus importants sont les CHANCEREL, DELARUE, DALIGAULT et HUARD qui se fournissent aussi dans les autres forges de Basse-Normandie et du Maine (Dornic, Le travail..)


  • En 1839 :Statistiques agricoles et industrielles de l'Arrondissement de Domfront.

C'est à Tinchebray et à Chanu que la quincaillerie est dans l'état le plus florisant, Chanu surtout est, à proprement parler, le centre de cette branche d'industrie, c'est là que se forment les bons ouvriers des ateliers de serrurerie. Les objets de serrurerie fabriqués dans l'Arrondissement de Domfront s'emportent dans les départements voisins, on en envoit aussi beaucoup dans la Picardie, la Flandre, la Bretagne et à Bordeaux.

Cette industrie a pris une grande extension. Il n'en est pas de même de la clouterie. Les fabriques rivales de Liège et Charleville lui font un tort immense à cause du peu de cherté du charbon de terre. La fabrique de Laigle lui nuit aussi beaucoup ce qui s'ajoute à la difficulté des chemins qui ne permettent d'effectuer les transports qu'au moyen de chevaux de somme.

C'est des forges de Varennes, Rânes, Carrouges, le Champ de la Pierre, Boucey qu'on tire presque tout le fer employé par la clouterie et la serrurerie. (Annuaire des cinq départements de Normandie, 1839, page: 95, sur gallica)


  • En 1839 :"Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration" (pages: 104-105, 404-405, 515-516 (sur gallica)
Tinchebray: Tribunal de commerce: FREMONT, Chambre consultative des manufactures: Armand CHANCEREL
fonte de moulerie: CHANCEREL Frères, quincaillerie du pays: BESNARD, FREMONT aîné, HEUZE-LALOUEL, LE BASTARD et Fils: MAUDUIT-MIQUELARD, taillandier: CAILLY aîné
CHANCEREL Frères, négociants en fers et clous tente une diversification dans la fonte de moulerie. LE MARDELEY évoque cette activité qui n'a pas eu de suite. On trouve cette activité dans "L'almanach annuaire du bâtiments et des T.P." de Sageret en 1841, page: 430, LE MARDELEY, page 245).
Chanu: fabricants de clous: DELARUE et Fils, HAILLET, HAVAS, HELIE, fabricants de quincaillerie: ANGER, C. BAZIN, J. BAZIN, BERTOUT, BOURDON, BURNOT, DELALANDE, DELAUNAY, DUBOIS, A. DUCHESNAY, J. DUCHESNAY, P. DUCHESNAY, HAVAS, J. HERGAULT, M. HERGAULT, HODIESNE, HYVER, LECONTE, F. LEPRINCE, MADELINE, MONTEMBAULT, PETIT
La Chapelle-Biche: fabricant de clous: DALIGAULT Frères
Landisacq: négoce de clous: FRILLOUX
Beauchêne: négociant en clouterie: AUMONT, fer et clous: GARNIER-DUBIOST
Larchamp: clous: JENVRIN
Saint-Cornier: clous: CROULLEBOIS, DELARUE, DUBOIS, DUBOIS, HUARD
Yvrandes: clouterie: CHANCEREL, PELLOIN
Sourdeval: quincailliers: ALLIX, BAZIN, LALOUEL, MIQUELARD aîné, MIQUELARD, HAUCHAMP, RONDEL
Le Fresne-Poret: fabricant de fourchettes en fer, ciseaux, couteaux, outils de taillandiers et quincaillerie: MOULIN LA FRESNAYE
Condé-sur-Noireau: fer et charbon de terre: MOLLE, PIQUE, quincailliers: PIQUE, ROUSSIN


  • En 1839, à Tinchebray, la Maison MAUDUIT-MIQUELARD fabrique spéciale de serrurerie s'est élevée en peu d'années. Elle est celle qui en quincaillerie fait les plus grandes affaires du pays (Dornic, Le travail..page:47)


  • En 1841, à Chanu, les cloutiers chefs de familles sont 116 dont 17 à Visance et 13 au Bourg, les serruriers 214 dont 40 à Pont-Herbout, 37 au Bourg, 28 aux Bissons, 28 au Chesnay; Marchands serruriers : Pierre Julien DELALANDE à Vaubaillon, Jean-Baptiste GALLET aux Bissons, DELAUNAY époux AUBINE à Pont-Herbout; Marchands de clous : Pierre HAVAS à la Guibourgère, Pierre GALLIER à la Masure, Jean-Baptiste HELIE, Charles HELIE et Pierre HELIE à Pont-Herbout. François LEPRINCE est quincaillier aux Bissons. (Listes nominatives)
  • En 1841, à Beauchêne, avec la crise économique, le nombre de cloutiers et de laboureurs cloutiers qui étaient de 130 en 1836 passe à 60 + 4 cloutiers indigents avec disparition des laboureurs cloutiers. En 1846, les cloutiers sont 58, en 1856: 104, en 1876: 130 + 2 forgerons, fabricants de clous: AUMONT Eloi, GARNIER Auguste, BOUVET Paul, en 1886: 110 + un serrurier, fabricant de clous: AUMONT Eloi, GARNIER Auguste.(AD 61, Listes nominatives)


Tinchebray
Champ de Foire, route de Sourdeval



Liaisons entre les zones économiques de Tinchebray et Sourdeval


Dans la vallée de la Sée, la petite métallurgie ferronnière qui comprend essentiellement la tréfilerie, la fabrique de pointes, la quincaillerie résulte de la conversion de certains moulins (surtout à papier) 5 à Sourdeval, 1 à Vengeons, 1 à Beauficel et 1 à Brouains. Á Vengeons, le moulin de la Thébaudière fonctionne en appoint d'une tréfilerie qui disparaît en 1890. Vers 1880, conversion de certaines tréfileries en fabriques de couverts à Sourdeval, en 1890 à Vengeons et Beauficel, 5 ateliers à Sourdeval: la Bruyère, la Béduaudière, les Vallées, le moulin de bas et à Vengeons. (Le Ravalec, Les industries, pages: 285, 288, 289)


  • En 1820, Pierre Jacques CHANCEREL de Chanu est fabricant de sérans à Sourdeval (E.C. Sourdeval (50) 12-10-1820 sur naissance Marie Anne CHANCEREL, E.C. Larchamp (61) 2-8-1811 sur son mariage avec Eléonore Félicité FRILOUX)
  • En 1823, Jean Charles LALOUEL, du Fresne-Pôret (50) est fabricant de quincaillerie à Tinchebray (E.C. Fresnes-Pôret (50) 11-4-1788, E.C. Tinchebray 17-7-1847, Annuaire statistique, historique et administratif de l'Orne, 1823, page: 168)
  • En 1832, à Sourdeval, Gilles François DESPOIS, marchand quincaillier, né à Tinchebray épouse Jeanne LEJEMBLE (E.C. Sourdeval, 23-10-1832)
  • En 1833, à Sourdeval, Théodore Michel MAUDUIT, marchand quincaillier de Tinchebray épouse Lucie Victoire MIQUELARD, fille de Pierre Jacques MIQUELARD-HAUCHAMP, marchand (E.C. Sourdeval, 26-1-1833)
  • En 1838, Etienne Honoré JUHEL né au Fresne-Poret y épouse Euphrasie Clémence HEUDE née a Tinchebray. Il est marchand quincaillier à Tinchebray en 1844 (E.C. Fresne-Poret (50) 1-3-1838, E.C. Tinchebray 10-1-1844 sur naissance Léon, Honoré JUHEL)
  • En 1854, Pierre Charles DUMAINE, marchand quincaillier de Tinchebray, né à Ger (50) E.C. Tinchebray, 14-3-1854)
De LENICOLAIS à Guy DEGRENNE
  • En 1841, à Sourdeval, LENICOLAIS Aîné (Prosper Eugène LENICOLAIS): fabrique et magasins de quincaillerie, fabrique de pointes et becquets à la mécanique, fer, acier, fer blanc, couverts d'Allemagne, Paris, Saint-Etienne, couteaux, ciseaux, outils à sabotiers, fabrique de serrurerie en fer et en bois et de tout ce qui concerne le bâtiment, pièges à taupes et à gibiers, fourchettes étamées, romaines, pesons, sérans ou peignes à filasse, vilebrequins, tabatières et boutons en cornes (François Dornic, le travail du fer dans le bocage normand au XIXe siècle, page: 47 (sur persee). Prosper Eugène LENICOLAIS est le beau-frère de Pierre Auguste Alexandre CHANCEREL, marchand de Chanu marié à Sourdeval en 1813, l'oncle et l'employeur de Lucien CHANCEREL né à Chanu, le grand-oncle d'Arsène Alexandre CHANCEREL, né à Chanu, quincaillier à Sourdeval, Jules Léon CHANCEREL, oncle d'Arsène Alexandre CHANCEREL né à Chanu est quincaillier à Sourdeval (E.C. Chanu, E.C. Sourdeval (50) 4-2-1874). Léon CHANCEREL et VILLARD, fils et gendre d'Arsène Alexandre CHANCEREL lui succèdent comme fabricants de quincaillerie à Sourdeval. Léon CHANCEREL est le fondateur de "L'Union industrielle et commerciale de Sourdeval (papiers d'affaires, 1907), (L'Ouest-Eclair, éd. de Caen, 28-12-1919 et 29-12-1919)
Lettre commerciale de Lucien CHANCEREL à Prosper Eugène LENICOLAIS marchand quincaillier à Sourdeval
Voyageur.png
Représentant

"Redon le 25 juin 1853 Mon cher oncle et ma chère tante Je vous ait remis ma dernière de Nantes et je vous remets d'ici 17 commissions Montant viron à 2400 F Avoir de M. GUILLARD ...la somme de 35 F mon itinéraire finie à St MEEN, j'attents de vos nouvelles qui me diront de quel côté prendre s'il faut continué la Bretagne les voyageurs de HUE de JUHEL de LEMARDELEY en arrivent et disent que les affaires n'y vont pas nous étions tous à parloter? ensembles Ecrivez moi chez le père DEBON à St Meen Je vous embrasse votre neveu L. CHANCEREL Paris à offert la pointe à M. MARTARD et BLANDIN n°16 à 54 f 3% 2 f 50 de port à Nantes Ecrire à Léon qu'il organise un petit voyage pour ... dans la contré pour vendre de la pointe ...l'itinéraire qu'il va suivre Nous avons aussi beaucoup de fil de fer très beau...pensant d'une augmentation...qui avait déjà eu lieu dans le bruit de guerre...qu'il...concurrence avec les bonnes maisons"

En 1864, un représentant de LENICOLAIS basé à Bordeaux distribue quincaillerie et produits en corne dans le Poitou, le Périgord et le Midi
En 1866, Usine LENICOLAIS: 1° fabrique de serrurerie et de quincaillerie, 60 ouvriers, hommes, femmes, enfants en 6 ateliers, 2° tréfilerie de fer, 5 à 6 ouvriers, 3° fabrique de pointes, 7 ouvriers (Arrêt du conseil d'Etat, 1866, 185, 25-1-1866, dans: Répertoire général des contributions directes, page: 1010 (gallica)
Usine LE MONNIER
En 1886, LENICOLAIS Aîné et LE MONNIER, Maison P. LENICOLAIS fondée en 1827. Fabrique de quincaillerie, Serrurerie de fer et de bois, Tréfilerie de fil de fer, Fabrique de pointes. Trois usines hydrauliques aux Vallées et à la Bruyère (papiers d'affaires)
En 1926, LE MONNIER Frère et Sœur, successeur de Mme veuve F. LE MONNIER-LENICOLAIS. Ancienne Maison P. LENICOLAIS fondée en 1827. Serrurerie, Quincaillerie, Ferronnerie, Tréfilerie. Trois usines hydrauliques des Vallées et du Moulin-Neuf (papiers d'affaires)
En 1932, les usines des Vallées et de Moulin-Neuf sont achetées par Emile Frédéric DEGRENNE, forgeron, fils d'Emile Vital DEGRENNE, vriller à Tinchebray. En 1933, il s'associe à Henry Marie LORANGE pour construire son usine de couverts. En 1948, il crée une Société avec ses fils Guy et Raymond dont le siège est transféré à Vire en 1961 (Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche par Jean-Pierre Hamel)


  • En 1841 à l'Exposition de Bayeux, CHANCEREL et MADELINE de Chanu exposent des échantillons de clous de toutes sortes (Mémoires de la Société d'Agriculture, Siences, Arts et Belles-Lettres de Bayeux, 1844, Tome 2, page: 83)
  • En 1842, MAUDUIT de Tinchebray obtient pour ses vrilles et ses serrures une médaille de bronze à l'Exposition des Arts et Industrie d'Alençon (Annuaire de l'Orne, 1842, page: 535 (gallica)


  • En 1842 "Almanach-Bottin"
à Beauchêne : Négociant en clous : Jean CHESNAY,
à Chanu : fabricant de clous : DELARUE père et fils, D. HAILLET, T. HAVAS, J.HELIE, fer : DELARUE père, fabricants de quincaillerie et serrurerie, serrures en cuivre pour la Marine : ANGER, J.BAZIN, Ch. BAZIN, BERTOUT, BOURDON, BURNOT, DELALANDE, DELAUNAY, HAVAS, DUBOIS, A.DUCHESNAY, J.DUCHESNAY, P.DUCHESNAY, M.HERGAULT, HODIESNE, J.HYVER, P.LECONTE, F.LEPRINCE, P.LEPRINCE, MADELINE, MONTEMBAULT-PETIT
à la Chapellle-Biche : fabricant de clous et marchand de fer : DALIGAULT Frères
à Champsecret : fabrique de serrurerie : LAUNAY
à Flers : fers et quincaillerie : AMIARD, DELAUNAY, FORGOT, POLLET, VENIARD
à Landisacq : négociant en clous : FRILOUX
à Larchamp : négociant en clous : JENVRIN
à St-Cornier : négociants en clous : CROUILLEBOIS, Veuve DELARUE, DUBOIS, P.DUBOIS Fils, HUARD
à Tinchebray : Tribunal de Commerce : CHANCEREL président, DURAND, LE MARCHAND, HEUZE,, Chambre consultative des Manufactures : P.A. CHANCEREL président, négociants en fonte de moulerie : AUBINE, CHANCEREL Frères, quincailleries : BESNARD, FREMONT Fils aîné, HEUZE, LALOUET, Veuve LEBASTARD et Fils, MAUDUIT-MIQUELARD
à Yvrandes : négociant en clous : CHANCEREL Frères

(Almanach-Bottin du Commerce de Paris, des départements de la France 1842, sur gallica)



  • Le fer de Normandie, du Maine et de Bretagne

En 1819-1820, les marchands normands DELARUE et CHANCEREL prennent à Chailland à 25,50 Francs le cent, tout le fer invendu.

En 1820-1840,parmis les clients du Champ-de-la-Pierre (61) figurent trois DELARUE à Chanu et St-Cornier, cinq DALIGAULT, tous à la Chapelle-Biche, trois HELIE à Chanu (Dornic, Le fer contre la forêt, page 177 et 198)

En 1830, le 5 mars, offre de commande à Port-Brillet : CHANCEREL: 300 000 livres de fer livrables en 15 mois à 23 Fr le cent les 50 kg à Laval, HUARD: 100 000 livres aux mêmes conditions, DALIGAULT: 50 000 livres à 23 Fr les 50 kg valeur à neuf mois (Dornic, Le Travail..page:46)

En 1836, les forges de Varennes, Cossé, Rânes, Carrouges, Le Champ de la Pierre, approvisionnent les fabriques de Tinchebray-Chanu (Dornic, Les forges de Larchamp, Halouze et Varennes, page: 60)

En 1837, la forge de Carrouges produit chaque année 250 à 300 mille kg de fer ployant pour la clouterie fine et la quincaillerie de Tinchebray. (Annuaire des cinq départements de Normandie, 1837, page: 325)

En 1837, Par leur puissance d'achat, les marchands font pression sur les forges : vente de Port-Brillet (53) à Monsieur CHANCEREL de 600 000 livres de fer en verge (environ la production d'une année de fabrication pour les fers de clouterie) livrable à 4 ans à raison de 150 000 livres par an, payable à 9 mois des livraison mensuelles à 24 F le cent à Laval (Dornic, Le fer..).

En 1844, le 3 décembre, Commande à Carrouges par JUHEL Aîné de Tinchebray: 3500 kg de fer : 1000 kg de feuillard de 12 à 18 lignes de large, 500 kg verges à clous, 300 kg de galopine, 500 kg galopine carrée, 400 kg verge en cinq, 300 kg verge carrée, 200 kg verge fendu au milieu, 300 kg côtes de melon. Commande semblable le 7 février 1845 (Dornic, Le Travail..page:47)

En 1852, les CHANCEREL et DELARUE sont créanciers des maîtres de forges de Moncor (53) et Chemiré (53)et en 1858, Port-Brillet (53) passe un marché de 55000 de fer avec DELARUE (Métallurgie du Maine, page 292)

En 1857, Créanciers de la forge du Champ-de-la-Pierre: DALIGAULT Charles, DALIGAULT François Jeune, DALIGAULT Aîné de la Chapelle-Biche, DALIGAULT Jean-Baptiste, oncle à Mayenne, AUMONT à Saint-Cornier, Veuve LE BASTARD et Fils, PATRY François, négociants à Tinchebray, JENVRIN Victor à Flers, MIQUELARD Hauts-Champs à Sourdeval, HELIE Jeune à Chanu, MILLET, fabricant de serrures à Tinchebray, BESNARD et LAROSE, négociants à Tinchebray, Paris et Caen, DELARUE Victor et DELARUE Fils Aîné à Saint-Cornier, LE NICOLAIS Aîné à Sourdeval, FLEURY Jules, LEMARDELEY, négociants à Tinchebray (François Dornic, La forge du Champ-de-la-Pierre, page: 111)

En 1858, un des DELARUE passe à Port-Brillet un marché de 55000 de fer (La métallurgie du Maine, page: 292)

En 1862, la forge de Chailland (53) livre : François DELARUE à Chanu, Veuve DELARUE fils aîné à St-Cornier, Pierre-Auguste CHANCEREL fils de Gilles à Yvrandes, HUARD Victor à Chanu, PATRY Ferdinand à St-Cornier (Dornic, Le fer..)

Important fond sur la correspondance des maîtres de forges de Port-Brillet aux archives de la Sarthe: Collection Julien Chappée, 6J 50/62 (plus de 1000 pièces)

Existence d'un fond privée sur la fenderie du Champ-de-la-Pierre (Patrimoine de l'Orne: IA00060948)


1860 Pierre-Auguste CHANCEREL
Lettre aux forges du Vaublanc
1871 GARNIER-DU-BIOT
Lettre aux forges du Vaublanc
  • Des négociants et quincailliers s'approvisionnent en fer laminés et martelés aux forges du Vaublanc et des Salles à Plémet (22) près de Saint-Brieuc, famille CARRE-KERISOUET (Le Mardeley, page: 244)
Marteau de forge



Le développement des forges à charbon de terre fait disparaître les forges à bois et éloigne Tinchebray des zones de production de la matière première.

Fin de la production des forges: Halouze: 1800, La Sauvagère: 1810, Bagnoles: 1820, Champsecret: avant 1830, Carrouges et Varennes: 1850, Champ-de-la-Pierre: 1860 , Chailland: 1862, Ranes: 1870, Vaublanc: 1870. A partir de 1882, seule Port-Brillet survit sous forme de fonderie. (La métallurgie normande, notices), La métallurgie du Maine, page: 244 (Chailland), La Mayenne industrielle sous le second Empire, page: 170, sur persee (Port-Brillet), Patrimoine région Bretagne (Vaublanc)



  • En 1844, Liste générale du Jury pour 1845: CHANCEREL Pierre-Auguste, négociant et conseiller général à Yvrandes, CHANCEREL Armand, négociant à Tinchebray, CROUILLEBOIS Etienne-Marie, marchand à St-Cornier, DELARUE François-Auguste, Maire de Chanu, DELARUE Guillaume-Victor, marchand de fer en gros à St-Cornier, DURAND Archange-Jacques-François, marchand de clous à St-Cornier, HUARD Gilles-Jacques-Jean-Baptiste, marchand et Maire de St-Cornier, LALOUEL Jean-Charles, marchand et conseiller d'arrondissement à Tinchebray, LEBATARD Octave-Marcel-Charles, négociant à Tinchebray, LELIEVRE Guillaume, poëlier à Tinchebray, LENORMAND Guillaume-Charles, taillandier à Tinchebray, ROULLIER Etienne, taillandier à St-Cornier, AMIARD Jacques-François, marchand de fer à Flers (Annuaire de l'Orne, 1844, pages: 146, 152-154 (sur gallica)


  • En 1845, inventaire de la Société CHANCEREL-FRERES fabriquants de clous à Yvrandes suite à la mort subite sur la route de Chanu d'Armand CHANCEREL fils de Gilles et petit-fils de Jean-Baptiste : 2 voitures, un tombereau, 60 à 70 cuves à mettre des clous, 100 poches à clous, 7950 kg de fer en verges en 138 bottes de 25 kg, 12079 kg de divers clous et pointes, 1559 kg de clous à grosse tête et 128 kg de noir animal dont ils faisaient aussi le commerce. La balance finale est de 141 623 Francs à comparer avec l'inventaire d'un ouvrier cloutier vivant dans une maison élémentaire à pièce unique, l'atelier de la forge situé à coté, avec pour seul outillage : un billot, des tenailles et des soufflets estimés 159 Francs. Les CHANCEREL et DELARUE, sont qualifiés de négociants. Ils s'étaient au fil des générations constitués en dynasties familiales (Dornic, Le fer..). Édouard CHANCEREL représentant de la 8e génération de Marchands fera faillite en 1879. Les CHANCEREL de Chanu furent pendant quatre siècles, du métier de produire, de transformer et de vendre du fer.


  • En 1845 à Tinchebray, sur les papiers d'affaires JUHEL Aîné: Fabrique de serrurerie et grosse quincaillerie, couverts en fer battu, scies, robinets en cuivre et bois, mèches, article d'Allemagne et de Paris, tout ce qui concerne le bâtiment, pièges à taupes et à gibier, fourchettes étamées, romaines à cadran, pesons, peignes à filasse, souricières et ratières en fils de fer et bois, vrilles et alènes en fer et acier, vilbrequins, chandeliers, couteaux, ciseaux, outils à sabotiers (Dornic, Le travail..page 47)


  • En 1845, à Tinchebray, Guillaume LETESSIER est romainier (Acte de décès d'Armand CHANCEREL, Tinchebray, 29-8-1845)
  • En 1846, à Tinchebray, MAUDUIT-MIQUELARD : Fabrique spéciale de serrurerie, serrures pène dormant fer et cuivre, serrureries communes de Tinchebray, en outre les articles qui se fabriquent dans le pays. Fait aussi travailler des cloutiers à domicile (Dornic, Le travail..page 47)


En 1848, La Révolution de février 1848 fait tomber la fabrication industrielle de plus de moitié dans les districts de l'Orne dont Tinchebray (A. Audiganne: L'industrie française depuis la Révolution de février, page: 18 (sur gallica)


  • En 1848, l'importance des capitaux accumulés à Tinchebray permet la création par Théophile MARION d'une banque au capital de 62000 F. chargée d'émettre des fonds au profit de l'activité commerciale du canton de Tinchebray. Pierre-Auguste CHANCEREL figure parmis les 17 actionnaires d'origine (Dornic, Le fer..)


  • En 1851 "ANNUAIRE DU COMMERCE DIDOT-BOTTIN" pages: 1614-1615 (gallica)
Beauchêne: négociant en clouterie: AUMONT, fer et clous: CHESNAY, GARNIER-DUBIOST
Chanu: fabricants de clous: BAILLE, DELARUE F., HAVAS, HELIE Frères. fabricants de quincaillerie, serrures en cuivre pour la marine: ANGER, BAZIN C., BERTOUT, BOURDON, DELALANDE, DELAUNAY-LETOURNEUR, DELAUNAY Polydor, DUCHESNAY, HELIE P., HODIESNE J.-B., HUE J., LECONTE, LEPRINCE F., LEPRINCE P., MADELINE, MONTEMBAULT fabricants de peignes à chanvre: ANGER J.-B., FARTIN, ROULLEAUX
La Chapelle-Biche: fabricants de clous: DALIGAULT Frères, coutellerie: LEPRINCE
La Lande-Patry: marchand de clous: HAVAS
Saint-Cornier: clous: DELARUE, DUBOIS, DUBOIS P., HUARD
Tinchebray: quincaillerie du pays: BESNARD, DUMAINE, FLEURY, HEUZE, JUHEL Aîné négociants en quincaillerie, fabriques de serrures, coutellerie, pièges, romaines à cadran: Veuve LEBASTARD et Fils, LEBRETON, MAUDUIT, MIQUELARD, MILLET, taillanderie: AUVRAY, BUFFARD Frères, BONNESOEUR
Yvrandes: clouterie: CHANCEREL P.-A. commerce de fer en gros


  • En 1853, les fabricants de clouterie, serrurerie et quincaillerie dont le centre est à Tinchebray compte 21 fabricants qui emploient 600 ouvriers et achètent les produits fabriqués par un nombre considérable d'autres qui travaillent pour leur compte personnel. Le nombre total d'ouvriers de cette industrie est évalué à 3000. Les produits de clouterie s'écoulent en Normandie et Bretagne, les serrures et la quincaillerie dans le Nord, l'Est et le Centre de la France. M. DELARUE de Chanu à exposé une grande variété de clous, M. DELALANDE de Chanu, des entrées d'armoires en fer et cuivre poli, des serrures et des tarières, M. HUARD de St-Cornier, des clous en zinc pour la Marine, MM. MAUDUIT-MIQUELARD, DURAND-LEROI, BESNARD et LAROZE, quincailliers de Tinchebray, des serrures, vrilles, chandeliers, pièges, ciseaux, vilebroquins et des couteaux. Produits consommés annuellement: Houille venant de Caen: 622 Tonnes, Acier de Toulouse et Ariège: 30 T, Limes d'Alsace, par Paris: 22,5 T, Tôles des Ardennes et du Creusot: 130 T, Fer en verge des fenderies du Nord et de la Haute-Marne: 200 T, Fer laminé: 3,2 T, Fer cassant de Mayenne: 400 T (Annuaire des cinq départements de Normandie, 1853, pages: 188, 201).


  • 1854, à Tinchebray, fondation de la maison Constant BESNIER, taillanderie et peigne, successeurs: BESNIER Fils et ACHARD, manufacture de taillanderie et quincaillerie de Normandie, Fabrique de peignes (Lavollé, Tinchebray, page: 52, 53)
  • En 1855, la quincaillerie est vendue sur 12 foires à Tinchebray, 6 à Chanu et une à Flers (Annuaire de l'Orne, 1855 (sur gallica)
  • En 1856, à Chanu, la clouterie n'emploie plus que 89 cloutiers chefs de familles contre 186 serruriers dont les BOUVET.
  • En 1857, à Tinchebray, MAUDUIT-MIQUELARD dépose un brevet sur un système de serrure et en 1864, un brevet de machine à ployer le fer pour cloison de serrure dit fer à couteau (Catalogue des brevets d'invention d'importation et de perfectionnement: 1857, page: 260, 1864: page: 189 (sur gallica)
  • En 1858, à Beauchêne, décès de M. AUMONT, fabricant de clouterie employant environ 150 personnes (Le Journal de Flers, 15-7-1858, page: 1 (sur Normannia)
Á Chanu, médailles de bronze à l'Exposition d'Alençonnaise pour la quincaillerie et la serrurerie des Frères DELALANDE et la serrurerie de bois et de cuivre de DUPONT-HODIESNE (Journal de Flers, 29-7-4858, sur Normannia)
Á Saint-Cornier des Landes, aux Béziers, Pierre François BAZIN, fabricant de clous forgés cède son fond à son fils Alexie BAZIN (Le Journal de Flers, 22-1-1858, page: 3 (sur normannia)
Á Tinchebray, dissolution de la société BESNARD-LAROZE et Cie pour le commerce de quincaillerie et la fabrication de serrures, LAROZE continu le commerce de quincaillerie sous le titre de Vve LEBASTARD et Fils (Le Journal de Flers, 26-8-1858, page: 2 (sur normannia)


  • Vers 1860, Jules DELALANDE de Chanu va s'établir à Tinchebray et ajoute à ses fabrications la Ferronnerie d'Art . DELARCHAMP son successeur va continuer la même fabrication.

Usine DELALANDE


  • En 1861, à Tinchebray, Eugène LEROY successeur de M. DUMAINE-LEROY, Fabrique de serrures en fer et bois, Alènes, Pièges et tout l'article de Basse-Normandie (papiers d'affaires)
  • En 1861, à Tinchebray, AUMONT et PIQUE dépose un brevet: Pêne de serrure à deux morceaux enclavés à queue d'aronde (Catalogue des brevets d'invention, d'importation et de perfectionnement, 1-1-1861 (sur gallica)
  • En 1861, à Chanu travaillent 111 cloutiers chefs de familles et 202 serruriers dont 53 dans le Bourg, 39 à Pont-Herbout et 16 aux Brousses. Les cloutiers sont 28 à Visance, 15 à la Tardivière et 14 au Hamel. Léon DUPONT, François DUPONT, Henri DUPONT, François BOURDON et Polycare DELAUNAY sont fabricants au Bourg. Pierre DUBOIS est fabricant de pièges au Bourg, Jean-Baptiste HAMARD et Jean-Baptiste HUE ,fabricants de pièges à Pont-Herbout (Listes nominatives)
  • En 1862, Nomenclature des principaux marchands : Fabricants de clous forgés : Chanu : DELARUE, DELARUE Fils, DUGUE, HAVAS, HELIE Charles, HELIE François, St-Cornier : BAZIN, BERTHAUT, DEVERRE, DURAND, PATRY, La Chapelle-Biche : DALIGAULT. Marchands de fer en barres : La Chapelle-Biche : DALIGAULT Charles, DALIGAULT François, DALIGAULT Jean, Fabricants de serrurerie : Chanu : DELALANDE, DELAUNAY, DUPONT Léon, PATRY, Marchands de ferronnerie : Tinchebray : AMAURY, LEGEARD, MAUDUIT, Taillandiers : Tinchebray : AUMONT, BONNESOEUR, Quincailliers : Tinchebray : ALEXANDRE, AUVRAY, BESNARD, FLEURY, GAUCHER, JUHEL, LAROZE, LEBRETON, LELIEVRE, LE MARDELEY, LEROY, MARIE, MAUDUIT-MIQUELARD, MILLET (Annuaire de l'Orne)


  • Le 7-10-1863, Création du Tribunal des Prud'hommes de Tinchebray, juridiction: tous les établissements du canton de Tinchebray. 24-11-1864, président: François DELARUE marchand-cloutier (Gazette de l'industrie et du commerce 17-10-1863 et 26-11-1864, sur gallica)


  • En 1863, faillite d'Amédéee AUVRAY, fabricant de quincaillerie, Tribunal de Tinchebray, juge: M.MAUDUIT, syndic: Gustave CHANCEREL, négociant (Le journal de Flers le 4-11-1863, page: 3, sur Normannia)


1878 LEMARDELEY Fils Commande de bois de serrures
  • En 1864, à Beauchêne: négociant en clouterie: AUMONT, fer et clous: GARNIER-DUBIOST, à Chanu: fabricants de clous: DELARUE (Ver), DELARUE F., vve HAVAS, HELIE Ch., fabricants de quincaillerie, serrurerie, pièges, vrilles, ciseaux à épines, villebrequins: BOURDON-RIVIERE, et fabriques spéciales d'entrées d'armoires, DUPONT-HODIESNE, DUPONT frères, HAVAS P., HUE J.B., peignes à chanvre: ANGER J.B., FARTIN, ROULLEAUX, à la Chapelle-Biche: fabricants de clous: DALIGAULT frères, fabricant de coutellerie: LEPRINCE, à St-Cornier: clous forgés: BAZIN P., BERTHOUT DELARUE, DUBOIS fils, DURAND, PATRY, à Tinchebray: Tribunal de commerce: Président: MARION, Juges: MAUDUIT-MIQUELARD, LEBRETON Michel, LEMONNIER Thomas, Suppléants: LAROZE Jules, LEMARDELEY, fabricant de fonte malléable: TENCE Auguste, négociant en acier, fers, tôles et charbon: LAROZE Jules, quincaillerie du pays: ALEXANDRE et AUVRAY, AVICE, AUBINE Théophile, CHANCEREL Gustave, FLEURY, GAUCHER Alexandre, HEUZE, JUHEL Aîné, LEBRETON, DELALANDE, LELIEVRE fils, fabricants de quincaillerie et articles de Tinchebray: LEMARDELEY, MARIE Ch., fabricants de serrurerie, grosse quincaillerie et articles de Normandie: MAUDUIT-MIQUELARD, MILLET, à Yvrandes: clouterie et commerce de fer en gros: CHANCEREL P.A. (Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, pages 2219 à 2222, sur Gallica)


  • En 1864, Rapport du Préfet de l'Orne: Dans le canton de Tinchebray la métallurgie par son application à la quincaillerie et à la clouterie occupe dans 45 établissements 2000 ouvriers mettant en œuvre 4 200 000 kg pour un prix de vente de 3 600 000 F après fabrication. Les matières premières viennent de France et d'Angleterre. (Rapports et délibérations-Orne-Conseil-Général 1864, page: 66 (sur gallica)


Exposition Universelle de 1867

Exposition Universelle de 1867


En 1867, lors de l'Exposition Universelle on fait figurer Tinchebray et ses environs sur la liste des grandes régions productrices de clous à la main (Dornic). Fabriques de clous, serrures, articles de quincaillerie et de serrurerie de Chanu, St-Cornier, Tinchebray, Yvrandes (Le Moniteur de l'Exposition Universelle de 1687, 17-6-1866, page: 2 (gallica)

Dans le rapport du jury international de l'Exposition: la clouterie en France en 1867: les Ardennes, le Nord, Tinchebray et ses environ dans l'Orne, l'Ariege. "L'invention de la pointe de Paris d'abord, puis les applications de plus en plus répandus des procédés mécaniques ont fait une concurrence redoutable à la clouterie à la main, en lui enlevant successivement une partie des sortes qu'elle fabriquait" (Exposition Universelle Paris 1867. Rapport du jury international, tome 5, page: 561 (Conservatoire numérique des Arts et Métiers)


  • En 1867, à Saint-Cornier, Fabrique de clous forgés P. MEROU (papiers d'affaires)
  • En 1867, à Lonlay-l'Abbaye, Fabrique de clouterie forgée en tous genre Pascal HOUET (papiers d'affaires)


  • En 1868, Electeurs au Tribunal de Tinchebray avec montant des patentes:
Quincailliers à Tinchebray: AUBINE Théophile 136 F, AVICE Etienne 87 F, CHANCEREL Gustave 126 F, FLEURY Jules 230 F, GAUCHER Alexandre 98 F, JUHEL Honoré 256 F, LEBRETON Honoré 92 F, LEBRETON Michel Marie 150 F, LELIEVRE Cyprien 118 F, LEMOINE Albert 98 F, MAUDUIT Lucien Théodore 290 F, MAUDUIT Philéon Mérédic 102 F, MILLET Victor Désiré 96 F
Chanu: quincaillier DUPONT-HODIESNE François 91 F, fabricant: DELARUE 83 F
Beauchêne: fabricant: GARNIER Auguste 198 F
Flers: marchand de fer; JENVRIN Paul Hector 138 F (Annuaire de l'Orne 1868 (1), page: 185 (sur gallica)


  • En 1869, Rapport du Préfet de l'Orne: "La quincaillerie de Tinchebray soutient sa réputation. Elle occupe pas moins de 1500 ouvriers. Chiffre d'affaire: 2 772 000 F. Salaire ouvrier: 2,25 F/jour x 300 jours/an. Dans le même groupe de Tinchebray dont Saint-Cornier-des-Landes est le centre, la clouterie occupe 900 ouvriers. Chiffre d'affaire: 1 126 123 F". (Rapports et délibérations-Orne-Conseil Général, pages: 66,67 (sur gallica)
  • En 1869, à Chanu, Fabrique de serrurerie et quincaillerie, Ancienne maison DELALANDE père fondée en 1816, Gustave DELALANDE Aîné successeur (papiers d'affaires)


Flers, Tribunal de Commerce

En 1870, montant des patentes : les quincailliers de Tinchebray : MAUDUIT 293 F, JUHEL 259 F, FLEURY 232 F, LEBRETON 152 F, AUBINE 138 F, LEMOINE 129 F, CHANCEREL 128 F, LEMARDELEY 118 F, QUERUEL 114 F, LELIEVRE 112, MAUDUIT P. 103 F, AVICE 88 F Fabricants de clous à Chanu : DELARUE François 120 F, DELARUE François 94 F, St-Cornier : HUARD 116 F, DUBOIS 103 F, Beauchêne : GARNIER 178 F, Fabricant de serrures à Chanu : DUPONT 106 F, Fabricant quincaillier à Flers : CHAUFRAY 228 F, GAUCHER 100, HEUZE Fils 63 (Annuaire de l'Orne)

  • En 1871, Rapport du Préfet de l'Orne: "L'industrie métallurgique du département n'a pas trop souffert de la guerre. Le travail a repris et la main-d'oeuvre manque plus que les commandes. Les 30 établissements de quincaillerie de Tinchebray et de Chanu occupent 1500 ouvriers payés 1,75 F/jour. Les 22 établissements de clouterie de St-Cornier occupent 900 ouvriers payés 2F/jour. (Rapports et délibérations-Orne-Conseil Général, pages: 47,48 (sur gallica)


En 1872, Tinchebray perd son Tribunal de Commerce au profit de Flers


  • En 1872, à Chanu les cloutiers chefs de familles sont 149, et les serruriers 219 dont 53 au Bourg, 32 à Pont-Herbout et 29 au Chesnay. François DELARUE et Frédéric DUBOIS sont marchands de clous à Visance, François PREVEL marchand de serrures aux Fresnayes, Gustave DELALANDE marchand quincaillier aux Clos, Victor DUPONT, François DUPONT, Ernest BOURDON, Marcel HEUZE, Victor HEUZE, Charles HELIE, Théodore HAVAS fabricants au Bourg, Jean-Baptiste HUE fabricant à Pont-Herbout. (Listes nominatives)


  • En 1872, à Tinchebray, AUBINE-LEMAITRE, anciennement maison DUMAINE-LEROY, fabrique de serrurerie perfectionnée et articles de Tinchebray (papiers d'affaires)
  • En 1873, à Tinchebray, Léon Paul FOURRÉ piègier du Fresne-Poret épouse Marie Alphonsine LAINÉ fille de Pierre LAINÉ piègier, témoin Jean FREMONT piègier. Sa fille Marie Alphonsine FOURRÉ épouse en 1913 Armand Alphonse GALLIER (E.C. Tinchebray, 20-9-1873, 31-1-1883, 13-3-1884)


  • 1875, Electeurs du Tribunal de commerce de Flers:
Fabricants de Clous: Beauchêne: BOUVET Thomas, GARNIER Auguste, Chanu: BOURDON Ernest, DELARUE François, DELARUE François (Préaux), DUBOIS Frédéric, Saint-Cornier: AUBERT Isidor, BERTHOUT Placide, HUARD Victor-Edouard, DUBOIS Eugène
Fabricants de serrures: DELALANDE Gustave, DUPONT François, DUPONT Victor, serrurier: HEUZE Victor
Quincailliers: Tinchebray: AVICE Etienne, CHANCEREL Gustave, DELALANDE Jules, LEBRETON Honoré, LELIEVRE Cyprien, MAUDUIT Lucien, MAUDUIT Romain, MAUDUIT (MIQUELARD), QUERUEL Albert, AUBINE-LEMAITRE Théophile, HEUZE François, LEBRETON Michel, LEMARDELEY Théodore
Forgeron: Saint-Cornier: AUMONT Justin
Marchands de fer: Chanu: HAVAS Auguste, Yvrandes: CHANCEREL Edouard (Annuaire de l'Orne, 1875, pages: 149 à 164 (sur gallica)


Exposition Universelle de 1878
1878 DUPONT-HODIESNE Commande de bois de serrures

Exposition Universelle de 1878


Exposition collective des fabricants de la commune et du canton de Tinchebray: BOURDON E., BOUVET P., DELALANDE J., DUPONT-HODIESNE, DUPONT Frères, GARNIER DU BIOT, HUARD, JUHEL Aîné, LEMARDELEY, LEMOINE et DUVAL, QUERUEL A., VAUGON-MILLET (Catalogue officiel, tome 2, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris, page: 428 (sur gallica)


  • En 1879, à Beauchêne, fabrique de clous forgés, clouterie mécanique et quincaillerie A. GARNIER-DU-BIOLT (papiers d'affaires)
  • En 1879, à Yvrandes, faillite d'Edouard CHANCEREL marchand de noir et de fer et à Tinchebray faillite de Gustave CHANCEREL quincaillier, fils de Pierre-Auguste CHANCEREL associé de la société CHANCEREL-FRERES et petits fils de Gilles CHANCEREL , négociant et ancien président du Tribunal de commerce de Tinchebray. (Archives commerciales de la France: 28/12/1879 pages: 103 et 208, 8/6/1879 page: 757)
  • À Tinchebray, formation de la Société en nom collectif GAZENGEL et LECOQ fabrique de serrurerie, 8 ans, capital: 35000 F, société dissoute le 1/1/1882 (Archives commerciales de la France 11/12/1879 page 1587, 12/1/1882 page: 64)
  • En 1880 à Tinchebray, dissolution de la société L. et H. MAUDUIT frères, fabrique de serrurerie et quincaillerie (Archives commerciales de la France 14/3/1880 page: 356)
  • En 1880, à Tinchebray, création de la maison BUFFARD qui s'occupe jusqu'à la guerre 1914-1918 de la vente à la commission de produits de Tinchebray. En 1914, elle fabrique directement pour libérer le marché de certains produits allemands dont la France était devenue tributaire. L'ancien matériel est remplacé par de puissantes machines pour produire en séries: cisailles à haies et sécateurs, couperets de cuisine, planes de charrons, piquets de pâturages...(Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1922, page: 138(sur gallica)
  • En 1880, à Tinchebray, conversion du moulin à papier de Rochefort en usine de quincaillerie. En 1930: DEGRENNE-GUITTON, Armand DEGRENNE, en 1972: DEGRENNE Frères (Rèf. Mérimée: IA00060927)
  • En 1881, à Chanu, les cloutiers chefs de familles sont 89 dont 16 au Bourg, 12 au Hamel, 11 à la Tardivière et à Visance, les serruriers chefs de familles 130 dont 31 au Bourg, 26 à Pont-Herbout, 18 au Chesnay, 8 aux Brousses et 7 aux Bissons. Victor DUMONT est fabricant de clous au Bourg, Polydore HAVAS au Hamel et Adolphe VIGOUR aux Clos. Frédéric DUBOIS est fabricant à Visance, François DUPONT, Victor DUPONT, Emile HELIE, Victor et Marcel HEUZE au Bourg. Avec les 89 cloutiers chefs de familles travaillent 110 cloutiers et avec les 130 serruriers chefs de familles, 60 serruriers souvent fils ou neveux.(Listes nominatives)


Gare de Tinchebray

En 1883, Le Chemin de Fer arrive à Tinchebray

Les habitants de Tinchebray ont souscrit à eux seuls 900 000 F pour la construction du chemin de fer (quotidien Le Temps, 6-9-1893, page: 4(sur gallica)


En 1883 : Liste des électeurs de la Chambre de Commerce de Flers pour l'arrondissement de Domfront

À Chanu : Fabricants de clous : BOURDON Ernest fils, DELARUE François, DELARUE François (Préaux),DUBOIS Frédéric, HAVAS Polydor, VIGOURNAMUR Adolphe, Fabricant de serrures : DUPONT Victor, Serrurier : HEUZE Victor

À St-Cornier : Fabricants de clous : DUBOIS Eugène, AUBERT, BERTHOUT P., Forgeron : AUMONT Justin

À Beauchêne : Fabricants de clous : BOUVET Paul, GARNIER Auguste

À Tinchebray : Quincailliers : AUBINE-LEMAITRE Théophile, HEUZE François, LEBRETON Michel, LEMARDELEY Théodore, MAUDUIT Lucien, DELALANDE Jule, DUPONT Jules, LELIEVRE Cyprien, LEMARDELEY Auguste, QUERUEL Albert


  • En 1884, à Tinchebray, fabrique de serrurerie et quincaillerie, Ancienne maison QUERUEL, Victor LECOQ, successeur (papiers d'affaires)
  • En 1886, à Saint-Cornier: fabrication d'objets en métal: 328 ouvriers (AD 61, Listes nominatives,1886, page: 2)
  • En 1887, à Saint-Cornier, la clouterie traverse une crise qui dure depuis quatre ans et plonge la commune dans une profonde détresse. (Rapports et délibérations-Orne-Conseil Général, page: 263 (sur gallica)
  • En 1887, à Tinchebray, Manufacture de serrurerie et quincaillerie LEMAITRE et BONTEMPS (effet de commerce)


Usine Mermier Tinchebray
Mermier et Cie
Saint-Etienne et Tinchebray

Concentration de la production dans les premières usines


En 1875, création d'une usine de serrurerie à Flers. Production de serrures et ferronnerie d'art pour les particuliers et les Monuments Historiques. Cessation d'activité en 1972

Usine de serrurerie

En 1878, J.M. CHEVALLIER déplace sa fonderie de Bourberouge (50) à Flers. Elle est reprise en 1912 par la Société FAUVEL et PRIEUR, puis, en 1925 par F. FAUVEL. "Fonderie et Ateliers de construction de Flers". 100 ouvriers en 1903.

Fonderie FAUVEL

En 1890, Etienne MERMIER industriel de St-Etienne dans la Loire construit une usine à Tinchebray après avoir acheté la Maison DUVAL-ROBERT, fabricant de serrures, puis, LEMAITRE et BONTEMPS spécialistes de serrures en bois et HEBERT-FLEURY de St-Martin-de-Chaulieu fabrique de ferronnerie. La première fourche sort en 1892. Suivent : pièges, ciseaux, tenailles, serrures, ferronnerie, boulonnerie, clous. Environ 300 ouvriers en 1927 (L'Illustration Economique et Finançière, numéro spécial Orne du 14-5-1928, sur Normannia).

En 1891, création de la société MERMIER et Cie, serrurerie quincaillerie pour 49 ans 11 mois, capital 1.850 000 F, St Etienne et Tinchebray (Archives commerciales de la France, 28/12/1901 page: 56)

Usine MERMIER

En 1892, Alphonse LEON de Tinchebray achète à la Monnerie près de Frênes une clouterie qu'il transforme en fabrique de serrurerie. En 1919, son gendre Pierre LEMARCHAND ajoute la fabrication d'articles de jardinage et la fabrication d'outils de culture soudés et non plus forgés. Cette société fusionne avec MERMIER.

Usine Alphonse LEON

Exposition Universelle de 1889



Exposition Universelle de 1889


Dans le rapport général, section serrurerie: des produits remarquables permettant de constater les progrès continus d'une industrie intéressante...il est juste de signaler la serrurerie de Tinchebray (Exposition Universelle internationales de 1889. Rapport général, page: 50 (sur gallica)


1890 JUHEL Fils Aîné
1902 Alphonse LEON
  • En 1890, à Tinchebray, fabrique de serrurerie et quincaillerie pour le bâtiment JUHEL Fils aîné successeur, ancienne maison JUHEL aîné (effet de commerce, paiement aux forges de Chatillon-Commentry, sur papiers d'affaires de 1892: Médaille d'argent, Exposition Universelle de 1878)
  • En 1891, Chanu avec seulement 53 cloutiers chefs de familles n'est plus le centre de l'activité cloutière qui s'est déplacé vers l'Ouest : St-Cornier a conservé 120 cloutiers et 2 fabricants : BOURDON et BERTAUT, Beauchêne 90 cloutiers et 4 fabricants : AUMONT, FOUILLEUL, BOUVET et AUBERT. A Landisacq, il ne reste que 8 cloutiers et 7 serruriers et à la chapelle-Biche 2 serruriers. Les travailleurs du fer sont remplacés par ceux du textile. Chanu concentre la fabrication de serrures avec 138 serruriers (Listes nominatives).
  • En 1893, à Tinchebray, le 16 novembre, formation de la société en nom collectif: PATRY Frère, fabrique de quincaillerie, Grande rue à Tinchebray, 20 ans, 12000 Francs (L'écho des mines et de la métallurgie, 1893/12/24, sur Gallica)
  • A Tinchebray, formation en nom collectif C. LEMOINE et F. DESPOIS fabrique de quincaillerie aux Montiers (Archives commerciales de la France 11/1/1893, page: 45)
  • Á Tinchebray, fabrique de serrurerie LEMOINE-DUVAL, quincaillerie de Normandie, MERMIER successeur (papiers d'affaires)
  • Á Tinchebray, manufacture de taillanderie et quincaillerie Napoléon DESPOIS, usine des Moutiers (papiers d'affaires)
  • Grève de 50 ouvriers chez Mermet, cause: réduction des salaires, durée: 6 au 8 février (Statistique des grèves et recours, 1893, pages: 58-59, sur gallica)


Tinchebray P.Delarchand
  • En 1893, Article sur Tinchebray dans le journal LE TEMPS : "Tinchebray alimente une grande partie de la France d'articles de serrurerie, d'outils pour les différents corps de métiers, de pièges à animaux, d'objets de ferronnerie pour attacher les chevaux, les chiens, les animaux domestiques. Dans cette fabrication, les industriels sont passés maîtres. À peine un outil ou un instrument est-il inventé en Amérique, en Allemagne ou en Angleterre qu'il est aussitôt amélioré à Tinchebray. Chez un des plus habiles inventeur, on fabrique en quantité des boules de cuivre destinées à être fixées à l'extrémité des cornes de bœufs pour empêcher les animaux de se frotter aux arbres. Dans une maison on fait uniquement la ferronnerie artistique, bougeoirs, flambeaux, lustres en fer forgé. J'ai vu là des coffrets en fer qui sont des merveilles de patience et de goût." (Le Temps, 6 septembre 1893. Article complet sur la région: Voyage en France, pages 3 et 4 (sur gallica)


  • En 1895, dans la liste des commerçants on trouve à Chanu : Fabricant de clous forgés : HELIE à la Huberdière, Marchands de ferronnerie : DUMONT, LERICHEUX à Pont-Herbout, Serruriers : BOURDON, Vve DUPONT, HEUZE et à Tinchebray, fabricants de quincaillerie : Vve AMAURY, BESNIER, BUFFARD, DELARCHAMP, DESPOIS et Vve BUFFARD, DROUET, DUPONT, Vve DUPONT, FOURRE, GAZENGEL, HEBERT, HEUZE, HOMO, JUHEL, LACROIX, LEBOUCHER, LECOQ, LEGUIDECOQ, LELIEVRE, LEMARDELEY, LEMONIER, LEON, LEPELLETIER, MERMIER, MAUDUIT, PATRY Frères, VAUGON-MILLET,VERON, forgerons : BONNESOEUR, CAILLY, DEGRENNE, HALBOUT, LEVIEL, MARIE, coutelier : PRUNIER, ferblantier : FOUCAULT, polisseur de métaux : DUMAY (Annuaire de l'Orne 1895, page 437)
Emile Vital DEGRENNE est vriller à la Butte-Rouge, il est le grand-père du célèbre industriel Emile Roger Guy DEGRENNE, (E.C. Tinchebray, 15-8-1895 sur naissance Emile Frédéric DEGRENNE)

Les commerçants de Tinchebray et Chanu en 1895


  • En 1897, Chambre consultative des Arts et Manufactures de Tinchebray. Elus le 3-1-1897: BERTHOUT Placide fabricant de clous à St-Cornier, BOUVET Paul fabricant de clous à Beauchêne, BOURDON Ernest fabricant de clous à Chanu, DELARCHAMP P. fabricant de quincaillerie à Tinchebray, JUHEL L. fabricant de quincaillerie à Tinchebray (L'écho des mines et de la métallurgie, 1897/01/31, page 1685, sur Gallica)
  • En 1897, création du "Syndicat métallurgique des cantons de Tinchebray et Sourdeval" (Ministère du Commerce, de l'Industrie, des Postes et des Télégraphes, Annuaire des syndicats, 1900)
  • En 1897, à Tinchebray, quincaillerie LELIEVRE-AUVRAY, outils, pièges (papiers d'affaires)



Hôtel de Guise, Préfecture, Conseil général de l'Orne

Pouvoir économique et pouvoir politique

DELARUE Pierre, fabricant de clous: Maire de Chanu en 1813, Conseiller d'Arrondissement en 1821 (Annuaire de l'Orne, 1821, page: 99, AD 61, E.C. Chanu)
FRILOUX François, fabricant de clous: Maire de Landisacq en 1815 (AD 61 E.C. Landisacq)
JENVRIN Pierre Victor Gabriel, marchand de fer: Maire de Saint-Hilaire-du-Harcouët (50) en 1816 (E.C. St-Hilaire-du-Harcouët,4-12-1842, Chanu, 15-5-1775)
LEBATARD François, marchand quincaillier: Maire de Tinchebray en 1821 (AD 61, E.C. Tinchebray)
LALOUEL Jean-Charles, fabricant de quincaillerie: Maire de Tinchebray en 1826, Conseiller d'Arrondissement en 1844 (Annuaire de l'Orne, 1844, page: 228, (gallica) AD 61, E.C. Tinchebray)
AUMONT Pierre, marchand :Maire de Beauchêne en 1839 (AD 61, E.C. Beauchêne)
DELARUE François, négociant: Maire de Chanu en 1843 (AD 61, E.C. Chanu)
CHANCEREL Pierre-Auguste, négociant en fer et clous: Maire d'Yvrandes, Conseiller Général en 1833, 1836 et 1845 (Annuaire de l'Orne, 1844, page: 228 (gallica), R. JOUANNE, Les origines du conseil général de l'Orne (sur archive.org)
HUARD Gilles-Jacques Jean-Baptiste, marchand, Maire de Saint-Cornier (Annuaire de l'Orne, 1844, page: 228 (gallica)
CHANCEREL Edouard, marchand de fer: Maire d'Yvrandes en 1865 (AD 61, E.C. Yvrandes)
LENICOLAIS Prosper Eugène, fabricant de serrurerie et quincaillerie: Conseiller d'arrondissement de Mortain (Le petit livre de Sourdeval, page: 86 (sur gallica)
DUBOIS Eugène, fabricant de clous, Maire de Saint-Cornier en 1876 (AD 61, E.C.)
LE MARDELEY Théodore, fabricant de quincaillerie: Maire de Tinchebray en 1882 (AD 61, E.C. Tinchebray)
BERTHOUT Placide, fabricant de clous: Maire de Saint-Cornier en 1884 (AD 61, E.C. St-Cornier)
GARNIER Auguste Joseph Marie, négociant: Conseiller d'Arrondissement à Beauchêne en 1886 (Rapports et délibérations, Orne, 1886, page: 261 (gallica)

Le travail du fer au XXesiècle

TinchebrayMermier4.PNG
  • En 1901, les listes nominatives nous permettent d'avoir une idée précise des emplois de la métallurgie :
885 sur 14 communes avec une concentration sur Tinchebray, St-Cornier, Chanu et Beauchêne.


Tinchebray : 380 emplois dont : MERMIER 86, Alphonse LEON 20, LACROIX 16, JUHEL Aîné 15, BESNIER 15, DELARCHAMP 15, LE MARDELEY 13, DESPOIS 11, LEPELLETIER 9, LEGUIDECOQ, Léon JUHEL, HEBERT Frère 7
105 serruriers dont 1 serrurier artiste chez DELARCHAMP, 54 forgerons, 33 ouvriers d'usine, 22 limeurs dont 1 limeur de couteaux, 15 quincailliers, 11 vrilliers, 11 employés de commerce, 12 employés, 9 ouvriers, 8 piègiers, 6 mécaniciens, 5 tenailliers, 4 ajusteurs, 4 souffleurs, 4 fabricants de mèches, 3 polisseurs, 3 romainiers, 3 ferblantiers, 3 boulonniers, 3 maréchaux, 2 marchands forains, 2 taillandiers, 2 cloutiers travaillant chez BREARD à St-Cornier, 2 lamineurs, 1 ajusteur, 1 tourneur, 1 voyageur en quincaillerie, 1 marchand de fer, 1 représentant de commerce chez DUPONT à Chanu, 1 fabricant de tarières, 1 fabricant de ciseaux, 1 contre-maître, 1 soudeur, 1 outilleur, 1 chauffeur
Beauchêne : 57 emplois,
4 fabricants de clous (BOUVET Paul, JOUGUET Paul, PREVEL Auguste, AUBERT Victor), 46 patrons cloutiers, 11 cloutiers travaillant chez leurs parents, 1 maréchal.
Chanu: cloutiers et serruriers
Chanu : 143 emplois,
127 serruriers, 12 cloutiers, 3 fabricants de serrurerie: BERTOUT, HEUZE, BOURDON, 1 fabricant de clous: DUMONT. Glissement des emplois de serruriers vers Tinchebray et marginalisation de la clouterie. L'analyse des listes nominatives sur 70 ans depuis 1831 en ne prenant en compte que les chefs de familles clairement identifiés prouve que la clouterie baisse jusqu'en 1856, remonte jusqu'à la guerre de 70 et s'effondre ensuite. La serrurerie se développe rapidement jusqu'en 1841, retombe jusqu'en 1856, rebondie jusqu'à la guerre de 70 pour chuter brutalement pendant dix ans et rester ensuite pratiquement stable pendant 20 ans.
la Chapelle-Biche : 2 emplois, 1 forgeron, 1 serrurier originaire de Chanu. Perte de 52 emplois de cloutiers depuis 1841
Frênes : 27 emplois,
15 patrons serruriers, 2 maréchaux, 1 patron cloutier, 1 forgeron, 1 serrurier travaillant chez LEMOINE et 1 lamineur chez MERMIER à Tinchebray, 1 serrurier, 1 ouvrier, 1 limeur et 1 contre-maître travaillant chez Alphonse LEON, 1 meuleur, 1 limeur. Développement récent du travail du fer lié à l'activité des quincailliers de Tinchebray, marginale avant 1870. Quelques quincailliers et cloutiers , 1 coutelier sur les statistques de 1856-1866
Landisacq : 14 emplois,
6 patrons serruriers, 2 patrons vrilliers, 2 serruriers, 2 patrons cloutiers, 1 patron limeur, 1 maréchal. Perte de 69 emplois de la métallurgie depuis 1846 et spécialisation des fonctions. En 1846 : 11 cloutiers, 69 serruriers dont 22 au Plessis et 3 maréchaux. Fabricants : BOURDON Nicolas, BOURDON Julien, Jean MORIN
Larchamp : 3 emplois, 2 cloutiers, 1 maréchal
Ménil-Ciboult : 3 forgerons
St-Christophe-de-Chaulieu : 2 forgerons
St-Cornier : 216 emplois,
105 cloutiers, 70 serruriers, 29 forgerons, 3 limeur, 2 fabricant de tarières HUREL, ROULLIER, 2 maréchaux, 1 marchand de clous LETESSIER, 1 fabricant de clous DUFFAY, 1 marchand DESDOITS, 1 fabricant DESDOITS. Le nombre d'emplois dans la métallurgie est stable depuis 1891, mais spécialisation des fonctions. En 1891 : 120 cloutiers, 35 forgerons et 59 serruriers.
St-Jean-des-Bois : 4 emplois, 2 couteliers, 1 forgeron, 1 ouvrier travaillant chez DELARCHAMP à Tinchebray
St-Paul : 1 patron serrurier
St-Quentin-les-Chardonnets : 21 emplois, 10 forgerons, 5 limeurs, 3 serruriers, 1 patron forgeron, 1 limeur, 1 romainier
Yvrandes' : 12 emplois, 7 patrons cloutiers, 4 patrons serruriers, 1 patron forgeron, 1 serrurier. Perte de 78 emplois dans la métallurgie depuis 1836 : 90 cloutiers


Si en 1901, la dénomination ouvrier d'usine est présente uniquement chez MERMIER à Tinchebray, la production reste familiaile et il reste plus de 500 petits patrons travaillant seuls ou avec quelques parents. Mais sans moyens de commercialisation, ils sont complétement dépendants des usines, quincailliers, fabricants et marchands dont ils sont les sous-traitants. On trouve 8 emplois de femmes dont 5 chez MERMIER : 3 boulonnières, 1 employée et 1 ouvrière d'usine. Seul MERMIER est structuré avec contre-maître, comptable, chauffeur, outilleur, 3 employés de commerce. Dans les emplois spécialisés, les serruriers sont 12 puis 5 forgerons, 5 boulonniers, 4 lamineurs, 4 polisseurs, 3 ajusteurs, 3 limeur, 1 romainier, 1 soudeur, 1 vrillier, 1 tourneur.


  • En 1901, salaires des ouvriers fournis par le Conseil des prud'hommes de Tinchebray : Forgerons : 300 jours/an, 0,40 F/h, 4 F/jour, serruriers : 300 jours/an, 0,25 F/h, 2,50 F/jour (Annuaire statistique, Paris 1901, page 273, sur gallica)
  • En 1900 et 1901, à Tinchebray, liquidations judiciaires : LECOQ Louis, quincaillerie et LACROIX G. quincaillerie (Archives commerciales de France,27-7-1900, page 931, 31-7-1901, page 960, sur gallica)


MinesLarchamp.PNG

Réouverture des anciennes mines de fer

En 1903, concession minière de 440 hectares sur Larchamp, Saint-Clair-de-Halouze, la Chapelle-Biche et Chanu. Puits du Vieux fourneaux à Larchamp, Gévelot à Saint-Clair-de-Halouze et des Huttereaux à Chanu. En 1910, démarrage de l'exploitation, 1913: 300 ouvriers, 1919: 25 ouvriers. Cessation d'activité en 1932.

Mine de fer de Larchamp

En 1905, exploitation de la mine de fer de Halouze à Saint-Clair-de-Halouze. 500 emplois en 1913, 410 en 1919, 185 en 1975. Cessation d'activité en 1980

Mine de fer de Halouze La Bogagerie Le puit 1 Le puits 2 Les cités


  • En 1906, à Tinchebray : Couteliers : LEGEARD, PRUNIER, Forgerons : BONNESOEUR-DESVOIE, DEGRENNE Jules, LEGEARD Lucien, LEVIEL, MAUDUIT Emile, THOMAS, Taillandier : LEGUIDECOQ

Quincailliers : veuve AMAURY, BESNIER-DEGRENNE, DELARCHAND, DESPOIS et veuve BUFFARD, DESPOIS Léa, DUPONT, FOURRE, HEBERT Jules, HEUZE, HOMO Adrien, JUHEL, DEGRENNE Léon, LEBOUCHER, Veuve LEGUIDECOQ, LEMARDELEY, LEMOINE Cyprien, LEMONNIER, LEON, LEPELLETIER, LETELLIER Albert, MERMIER, Veuve MONDET, PATRY Frères (Lavollé, Tinchebray, pages 39-40)


  • En 1907, état de la métallurgie de la région de Tinchebray

"Dans la région de Tinchebray subsiste de petites industries où le travail à domicile est encore à l'honneur. La quincaillerie était florissante mais les matières qui lui étaient nécessaires, de faible valeur et de grand poids lui venaient de loin, les fers cassants de la Mayenne ne lui suffisant plus, elle devait se fournir aux fonderies du Nord de la France et de l'Ariège, la houille lui venait de l'étranger par le port de Caen. De pareilles conditions ne lui ont pas permis de conserver l'importance qu'elle s'était acquise, et ses fabriques ont bien diminuées depuis vingt à trente ans. Elle garde néanmoins une nombreuse clientèle spécialement agricole." (La Basse-Normandie, Étude de géographe régionale, page 466)


  • En 1909, à Chanu, Fabrique de serrurerie quincaillerie de Normandie, Maison DUPONT Frères fondée en 1835, veuve Léon DUPONT, BERTOUT-DUPONT successeur (papiers d'affaires)
  • En 1909, Emile DEGRENNE fils Armand, vriller achète le moulin de la Planche Connerette aux BRUNET, amidonniers qui le tiennent de Pierre et Félix BUFFARD, fabricants de papier (Lavollé, Tinchebray, page: 83)


Manufacture Clément Dubois
  • En 1911 : Listes nominatives AD 61


Sur un périmètre identique à celui de 1901, sur 14 communes, la métallurgie représente 916 emplois soit 31 de plus qu'en 1901 dont 29 à Frênes, 19 à Chanu, 17 à Beauchêne, 5 à Saint-Jean-des-Bois, 3 à Tinchebray, 1 à Larchamp mais Saint-Cornier perd 34 emplois, Yvrandes 5, Saint-Quentin 3 et le Mesnil-Ciboult 1.

Les emplois sont moins spécialisés avec une forte augmentation des ouvriers d'usine qui passent de 33 à 115 et une perte des emplois de cloutiers : 187 à 171 et de serruriers : 336 à 259. Les entreprises structurées se développent, MERMIER passe de 86 à 162 emplois, LEON de 20 à 45, LE MARDELEY de 13 à 41, JUHEL de 9 à 21. À Chanu, BERTOUT-DUPONT regroupe 53 emplois dont 45 serruriers. Un manufacturier, Clément DUBOIS reprend la maison E. LEGUIDECOQ Aîné et emplois des travailleurs à domicile. Son catalogue de 1910 propose de nombreux articles : 40 modèles de vilebrequins, ciseaux à épines, sécateurs, taillanderie et serrurerie (Tinchebray, Lavollé, page 92)


Tinchebray : 383 emplois
MERMIER : 145 emplois, Etienne MERMIER industriel, 5 limeurs, 9 employés, 1 domestique, 86 ouvriers d'usine, 8 serruriers, 8 forgerons, 2 tourneurs, 1 lamineur, 2 serrurières, 1 piègier, 1 ingénieur,1 maçon, 3 employées, 1 chauffeur, 1 manœuvre, 1 représentant de commerce, 3 mécaniciens, 5 ajusteurs, 1 menuisier, 1 ouvrière d'usine, 1 comptable, 1 tonnelier
LE MARDELEY : 15 emplois, LE MARDELEY Aristide Auguste fabricant de serrurerie, 8 serruriers, 4 employés, 1 ouvrier d'usine, 1 piègier
JUHEL : 9 emplois, Léon JUHEL quincaillier, 1 comptable, 3 employés de commerce, 1 employé, 4 serruriers, 1 limeur
LEMOINE-DEGRENNE : 10 emplois, LEMOINE Hiacinthe et DEGRENNE Lucien fabricants de quincaillerie, 2 forgeron, 2 serrurier, 1 piègier, 1 employé, 1 mécanicien, 1 ouvriere d'usine, 1 boulonnière
ROULLIER : 8 emplois, ROULLIER Albert fabricant de quincaillerie, 4 forgerons, 1 serrurier, 2 limeurs, 1 souffleur
LEON : 6 emplois, 5 serruriers, 1 forgeron
PATRY Frères : 7 emplois, PATRY Edmond quincaillier, PATRY Edmond quincaillier, 1 comptable, 1 employé de commerce, 3 employés
FOURRE : 5 emplois, FOURRE Paul piègier, 2 forgerons, 2 piègiers
RENAULT : 6 emplois, RENAULT Jules piègier, 5 piègiers
LEGUIDECOCQ : 5 emplois, LEGUIDECOCQ Alphonse fabricant de quincaillerie, 2 forgerons, 1 ouvrier d'usine, 1 employé de commerce
HOMO : 2 emplois, 1 limeur
DELALANDE : 2 emplois, 1 forgeron
LEVIEL Joseph : 3 emplois, 1 limeur, 1 forgeron
LEVIEL Gabriel : 2 emplois, 1 limeur
LARUE : 2 emplois, 1 forgeron
DUBOIS : 3 emplois, DUBOIS Clément et DUBOIS Marie manufacturiers, 1 limeur
DELARCHAND : 7 emplois, DELARCHAND Pierre fabricant de quincaillerie, 1 forgeron, 1 découpeur, 4 serruriers
BUFFARD : 2 emplois, BUFFARD Jules quincaillier, 1 employé
LEGEARD : 2 emplois, LEGEARD Lucien fabricant de pièges, 1 piègier
LEPELLETIER : 12 emplois, 6 forgerons, 4 limeurs, 1 ouvrier d'usine
Fabrique Michel DESPOIS
Atelier François MARIE
1911 François MARIE
Atelier Lucien LEGEARD
Letessier, St-Cornier
MARIE : 11 emplois, MARIE François quincaillier, 2 mécaniciens, 4 ajusteurs, 1 apprenti, 1 ouvrier d'usine, 2 serruriers
GUILLOUET : 2 emplois, GUILLOUET Henri quincaillier, 1 employé
BESNIER : 13 emplois, BESNIER Albert quincaillier, 1 serrurier, 5 forgerons, 4 limeurs, 1 ouvrier d'usine, 1 comptable
DESPOIS : 11 emplois, DESPOIS Michel quincaillier, 4 forgerons, 2 employés, 2 ouvriers d'usine, 1 journalier, 1 rafileur
LETELLIER : 2 emplois, LETELLIER Albert marchand de fer, 1 employé
43 forgerons, 27 serruriers, 9 tourneurs, 7 limeurs, 3 ouvriers d'usine, 2 découpeurs, 2 ajusteurs, 1 serrurier mécanicien
DELALANDE Alfred fabricant de ferronnerie, DUMAINE Eugène piègier, HEBERT Jules fabricant de ferronnerie, DESPOIS Napoléon industriel, LECOQ Adrien taillandier, LEBOUTEILLER Gustave monteur de vilebrequins, AUVRAY Jean-Baptiste cloutier, DEGRENNE Victor piègier, LETERMELIER Honoré fabricant de tarières, PATRY Paul fabricant de mèches, LEBOUCHER Auguste fabricant de romaines, DEGRENNE Armand, AUVRAY Auguste, DEGRENNE Eugène, DEGRENNE Emile vrilliers, DEGRENNE Victor, DEGRENNE Léon, DEGRENNE Jean, LAMBERT Auguste fabricants de mèches, MONDET Octavie marchande de quincaillerie


Beauchêne : 74 emplois, 2 fabricants de clous: BOUVET Paul, ROULLIER Auguste, 56 patrons cloutiers, 15 cloutiers et un maréchal
Chanu : 162 emplois y compris ceux de la mine de Larchamp. 13 cloutiers dont Victor DUMONT fabricant de clous et 15 forgerons.
Sur les 121 serruriers, 53 travaillent chez BERTOUT-DUPONT avec 4 forgerons, un employé de commerce et 3 voyageurs de commerce. BOUVET Gustave est ouvrier à façon avec un serrurier. Beaucoup vont à Tinchebray, 23 chez LE MARDELEY, 11 chez JUHEL, 7 chez MERMIER avec 4 forgerons, 4 chez DELARCHAMP et 11 chez LEON à Frênes.
la Chapelle-Biche : 2 emplois, un forgeron et un maréchal
Frênes : 56 emplois
LEON : LEON Alphonse patron, 11 serruriers, 22 ouvriers d'usine, 5 employés de magasin, 1 contremaître, 1 piègier, 1 rafileur
MERMIER : 10 ouvriers d'usine, DELARCHAND : 1 employé de magasin, RENAULT : 1 serrurier, BERTOUT : 1 serrurier, 1 employé de magasin, CAILLY Jean patron serrurier , 1 serrurier, JOUGUET François cloutier
14 serruriers, 3 forgerons, 1 maréchal
Landisacq : 14 emplois,
LELIEVRE maréchal forgeron, 1 maréchal, PELLOUET Vital ouvrier quincaillier, DELARCHAND 3 serruriers, MERMIER 2 serruriers, LEMARDELEY 3 serruriers, JUHEL 1 serrurier, LANGLOIS Victor cloutier
Larchamp : 4 emplois, GRUSSE Lucien et Marie quincailliers, JENVRIN Jules et Ferdinand cloutiers
Ménil-Ciboult : 2 emplois, ROULLEAUX Isidore forgeron chez J. HEBERT, RENAULT Eugène forgeron
Saint-Christophe de Chaulieu : 2 emplois, DUBOURG Joseph et RIFFAULT Emile forgerons
Saint-Cornier : 182 emplois,
79 cloutiers, 58 serruriers, 30 forgerons, 11 limeurs, un maréchal, un fabricant de clous BRIARD Constant, un négociant en clous AUMONT Jean-Baptiste, un quincaillier DESDOITS Jean
Saint-Jean-des-Bois : 9 emplois tous à domicile: GOT Ernest, MOULIN Gustave, LAURENT Adrien boulonniers, HAMON François et Théodore, VAUVERT Alexandre forgerons, FREMONT Jules et Joseph couteliers
Saint-Paul : 1 emploi, MALHERBE Ernest serrurier
Saint-Quentin-les-Chardonnets : 18 emplois : 11 forgerons, 4 serruriers, 1 tourneur et LETYRAN Marie serrurière
Yvrandes : 7 emplois: 4 serruriers et 3 cloutiers


PATRY Frères
  • En 1911, Monsieur BOUVET forge à Chanu des objets d'Art, landiers, pelles, chandeliers, ferrures pour des armoires suivant les plans de ses clients. L'hôtelière de Chanu se plaint de la déchéance de l'industrie et du commerce local. Jadis les cloutiers et les serruriers des bourgs et hameaux voisins accouraient en foule les jours de marché. Maintenant on n'en voit pour ainsi dire plus (Le Pays Bas-Normand, 1911/10, pages 324-325, sur gallica)
  • En 1911, à Tinchebray, Serrurerie-Quincaillerie-Taillanderie LEMOINE, Anciens établisssements MAUDUIT-LACROIX, usine hydraulique des Communes, crémones bec de cane brevetée S.G.D.G., tarières, mèches, vrilles, tenailles, serrurerie artistique, objets d'art en fer forgé, montures de scies à métaux, articles de Basse-Normandie (papiers d'affaires)
  • En 1915, à Chanu, BERTOUT-DUPONT successeur des Anciennes Maisons : DUPONT Frères, DUPONT-HODIESNE, BOURDON Aîné fondées en 1802 fabrique des serrures de fer, cuivre et bois pour meubles, bâtiment et Marine, pièges à taupes tout acier, articles de Tinchebray et Sourdeval, boissellerie. (papiers d'affaires)
  • En 1915, à Tinchebray, la maison François MARIE fondée en 1881 "Quincaillerie et accessoires pour la vélocipédie" produit : pince-pantalon, freins sur jantes, démonte-pneu, porte-bagages, serre-nez et anneaux pour bœuf et taureau, tire-bouchon, pinces et anneaux à ferrer les porcs, pièges à taupes (papiers d'affaires)
  • En 1917 à Tinchebray, la maison BUFFARD Frères reprend la maison Michel DESPOIS qui emploie surtout des forgerons et des meuleurs (Lavollé, Tinchebray, page 90)
  • En 1919, à Tinchebray, PATRY Frères successeurs de la maison Alexis PATRY fondée en 1868 produit : tarières, tenailles, pinces, mèches, pièges et LEPELLETIER Frères successeurs de la maison Auguste LEPELLETIER fondée en 1879 fabriques des tenailles en tous genres (papiers d'affaires)
  • En 1919, à Tinchebray, Manufacture de serrurerie, outillage, quincaillerie Martial DUBOIS, ancienne maison P. DELARCHAND (papiers d'affaires + AD 61, E.C. Tinchebray, 24-6-1919 sur X Victor DUBOIS)


  • En 1920, à Tinchebray, création d'une usine de quincaillerie spécialisée dans les outils tranchants par Georges JOUIN

Usine de quincaillerie Georges JOUIN

Manufacture Martial DUBOIS
Duchesnay Frères


  • En 1920, à Tinchebray, la maison LE MARDELEY Fils est rachetée par PATRY Frères (Tinchebray, Lavollé, page 87)
  • En 1920, à Tinchebray, Comptoir industriel et commercial de Basse-Normandie Albert MARIE, manufacture d'articles de quincaillerie, outillage pour le bois et le fer (papiers d'affaires)
  • En 1922, à Tinchebray, Albert LEGRAND successeur de Clément DUBOIS successeur de E. LEQUIDECOQ Aîné fondée en 1885 produit: tenailles, villebrequins, vrilles, tarières, mèches, arrache-clou, échenilloirs et en 1925, vve LEMOINE-Lucien DEGRENNE ancienne maison LEMOINE fondée en 1898 : serrures pène dormant noir, pièges à gibiers et à taupes, mèches, tarières (papiers d'affaires)
  • En 1923 à Tinchebray, création de l'usine de fabrication de quincaillerie DUCHESNAY, articles de jardin et de cheminées et de la maison René PATRY (Le Chêne, Rapport, pages 47, 57)
  • En 1923 à Tinchebray, création de la fabrique de vrilles HAMON (Le Chêne, Rapport, page 57)
  • En 1923, à Tinchebray, fabrique de tenailles en tous genres, LEPELLETIER Frère successeurs, ancienne maison Auguste LEPELLETIER fondée en 1875 (papiers d'affaires)
  • En 1924, à Tinchebray et Saint-Martin-de-Chaulieu (50), Manufacture de fourches française MERMIER, usines à Tinchebray et Saint-Martin-de-Chaulieu (papiers d'affaires)
  • En 1925, à Tinchebray, fabrique d'outillage Constant HOMO, Ancienne maison A. HOMO (papiers d'affaires)


  • En 1925, à Tinchebray, création des Etablissements DUCHESNAY FRERES, outils de jardin et agricoles, quincaillerie, 20 employés en 1972. Conversion du moulin à farine "Sous la tour"

Usine Duchesnay frères


  • En 1927, Henri GUILLOUET fabricant de quincaillerie est membre de la Chambre de Commerce de Flers (L'Illustration économique et financière, 14 mai 1927, n° spécial : Orne)
  • En 1927, à Tinchebray, création de la fabrique de vrilles HAMON (kompass)
  • En 1927, la crise industrielle touche principalement la métallurgie à Tinchebray, Saint-Cornier, Chanu et Fresnes (L'Ouest-Éclair, éd. Caen 5-2-1927, page 5, sur gallica)


  • En 1927, Vente judiciaire après faillite de M. Albert MARIE ex-fabricant de quincaillerie à Tinchebray, atelier rue de Vire, usine du Val de la Fontaine (L'Ouest-Éclair, édition de Caen, 18-9-1927, sur gallica)
Maison fondée en 1881 par François MARIE, reprise par son fils Albert, atelier au Val de la Fontaine à Tinchebray. La fabrique est équipée au début du XXe siècle, de deux moteurs, l'un à gaz pauvre, l'autre à pétrole; elle produit divers articles de quincaillerie: mouchettes et anneaux pour bœufs et taureaux, pinces et anneaux pour porcs, pinces universelles, tenailles, arrache-clous, pièges à taupes, freins, cisailles, vilebrequins, mèches... (Lavollé, Tinchebray, page 89)


  • En 1930, L'usine la plus importante (Mermier) occupe 145 ouvriers qui produisent les articles dits "Articles de Normandie". 6 commissionnaires à Tinchebray, un à Chanu et un à Fresnes drainent les produits manufacturés par un grand nombre d'ateliers moins importants et une foule d'artisans faisant chacun sa ou ses spécialités : pièges, tenailles, serrures, trépieds, ciseaux à épines, sécateurs, fourches... et ferronnerie d'art. Spécialités d'un atelier: chandeliers, coffrets, porte-chapeaux... qui sont expédiés dans toute la France, les colonies, les puissances étrangères.
Chiffre d'affaire : 25 millions de francs. Salaire ouvrier : 18 à 20 F./jour. Horaires : 7h30/midi, 13h30/18h (L'Ouest-Éclair, édition de Caen, 8-4-1930, page 5, sur gallica)


  • En 1930, à Tinchebray, fusion par mariage de PATRY Frères fabrique de quincaillerie et ACHARD fabrique de peigne. Abandon de la fabrique de peignes. Cette entreprise devient ACHARD en 1957 (Le Chêne, Rapport, page 60)
  • En 1930, à Tinchebray: Fabrique spéciale d'outillage garanti - Mèches et Vrilles en tous genre, DEGRENNE-GUITTON, Armand DEGRENNE, moulin de Rochefort (papiers d'affaires)
  • En 1932, à Tinchebray, 60 chômeurs en grande partie d'une usine métallurgique (L'Ouest-Éclair, éd. Caen, 19-1-1932, page 5, sur gallica)


  • En 1934, à Tinchebray, BUFFARD Frères, fabrique de quincaillerie, exportation, Sàrl: 500 000 F, acquéreurs des Maisons: Michel DESPOIS, Napoléon DESPOIS et LEGUIDECOQ Jeune (papiers d'affaires). Avant la guerre 1914-1918, la maison BUFFART Frères est encore une maison de commission. Elle propose à sa clientèle des articles fabriqués par des artisans locaux: cadenas, cisailles à haies, étrilles, ferronnerie, fourches, mèches diverses à percer, pièges, quincaillerie, scies à bûches, serrures, tenailles, vilebrequins, vrilles, etc (Tinchebray, Lavollé, page 93)


  • En 1936, Salaires à Tinchebray: forgerons: 3,00 F/jour, serruriers: 3,50 F/jour, tourneurs sur métaux: 4,00F/jour (Bulletin de la statistique générale de la France, 1936/1 (sur gallica)
  • En 1937, à Tinchebray, conflit de grosse importance avec fermeture de l'usine MERMIER et mise au chomage de près de 100 ouvriers (L'Ouest-Éclair, éd. Caen, 19-5-1937, sur gallica)
  • En 1938, DEGRENNE et LEMOINE, usines à Flers et Tinchebray, siège à Flers, sarl, cap: 300 000 F. Quincaillerie, outillage agricole, petit outillage pour bois et métaux, pièges, taillanderie (L'annuaire industriel, 1938, sur gallica)
Maison LEGEARD
DRAGON
Consortium des fabricants de quincaillerie de Normandie
  • En 1947, à Tinchebray, publicité des Etablissement Lucien LEGEARD : Maison fondée en 1820, la plus vieille fabrique de pièges-Quincaillerie-Chaînerie-Spécialité de pièges à gibier et montures pour scies à métaux-Chaînes soudées et double torsion-Chaînes montées pour bestiaux, 13-15 Bd du Nord
  • En 1947, publicité: Constant HOMO Ancienne Maison A. HOMO fondée en 1886, Taillanderie et Quincaillerie: mèches à bois, tarières, vilebrequins, tournevis, vrilles, burins, tamponnoirs, poinçons, clouterie forgée pour sports et sabots.
  • En 1948, à Tinchebray, création de la fabrique de ferronnerie d'art DUBOIS (kompass)
  • En 1950, à Tinchebray, création de la fabrique de tenailles GARNIER (Le Chêne, Rapport, page 57)
  • En 1953, à Chanu, Maison G. BOUVET, H. BOUVET successeur, fabrique de ferronnerie et de fer forgé pour meubles et bâtiments (papiers d'affaires)
  • En 1954, à Tinchebray, DUCHESNAY Frères: Fabrique de quincaillerie, d'outillage agricole et Horticole. Anciennes maisons : Charles DUCHESNAY, E. LEGUIDECOQ Aîné fondée en 1855, Clément DUBOIS et Albert LEGRAND (papiers d'affaires)


  • En 1959, création du Consortium des fabricants de quincaillerie de Normandie par 7 entreprises concurrentes de la région de Tinchebray : MERMIER, LEMARCHAND, AUVRAY (Pont-es-Retours près Vire, 14), BUFFARD, PATRY, LEMOINE, ACHARD pour atteindre les marchés extérieurs avec achats groupés et spécialisation des entreprises, marque unique: DRAGON puis GARDENA. (Chambre régionale de Basse-Normandie, Études et travaux, 1965-1966, n°68, pages 157-159)


  • En 1964, à Tinchebray, Fabrique de quincaillerie O. PATRY, Jean ACHARD successeur, 6 rue de Vire (papiers d'affaires)
  • En 1967, fusion des maisons LEON et MERMIER sous la direction de Michel LEMARCHAND. (Tinchebray, Lavollé, page 93)
  • En 1968, création de: FERDECO à Landisacq qui reprend ACHARD en 1982, NORDY à Landisacq qui reprend René PATRY en 1982, création de MTS à Chanu et STYL'FER à la Ferrière-aux-Etangs (Le Chêne, Rapport, page 76)
  • En 1968, à Tinchebray, éclatement du "Consortium des fabricants de quincaillerie de Normandie" (Le Chêne, Les industries...)
  • En 1968, à Tinchebray, 8 bd du Nord, création de DRAGON "Groupement de fabricants de quincaillerie de Normandie", articles de jardin, de quincaillerie et mèches carbure, 300 employés en 1972, 230 en 1989

Usine DRAGON

  • Entre 1970 et 1980, les maisons: GARNIER, DEGRENNE, LEBOUCHER, HOMO, ACHARD, LEMOINE, René PATRY, MAILLARD disparaissent (Le Chêne, Rapport, page 60)

DEGRENNE FRERES


Système Productif Local

En 1999, la DATAR retient le projet des entreprises de quincaillerie de Tinchebray. Système productif local : filière de la quincaillerie de Tinchebray. 11 établissements et 620 emplois représentant 80 % de la production française d'outils de jardin et 25 % de la quincaillerie de bâtiments. Entreprises : AUVRAY DRAGON, BOUVET, DUBOIS, DUCHESNAY, FERDECO-NORDY, GALLIER, HAMON, JOIN, MERMIER-LEMARCHAND, STYL'FER... (Annuaire des SPL, Datar, 2003, page 21)

Les entreprises MERMIER-LEMARCHAND, BUFFARD Frères, DUCHESNAY, JOIN et AUVRAY sont centrées sur l'outillage de jardinage, BOUVET sur la ferronnerie de bâtiment et est leader européen pour les poignées de portes en métal. DUBOIS est spécialisé dans les ferrures en bronze pour les Monuments Historiques, FRENEHARD et MICHAUX dans les produits de zinguerie, LEGEARD, la chainerie, HAMON l'outillage spécialisé et les vrilles à bois. GALLIER est réputé pour ses pièges pour animaux nuisibles, MTS pour les luminaires et FERDECO-NORDY pour les jouets en métal et les sièges de stades (Atlas les Échos n° 19991 du 26 avril 1999, page 67)

AUVRAY est une société de la zone économique de Vire (14). En 1913, V. AUVRAY successeur de l'ancienne Maison LELIEVRE fils, Manufacture quincaillerie-Ferronnerie-Taillanderie, tire-fond, tire bouchons, pelles à pommes, pinces à dégoudronner, couverts en métal et fer battu, griffes pour garde-manger. Usines de Billard près Vire. En 1926, Manufacture de Ferronnerie-Quincaillerie L.ROGER, BUFFARD et BAZIN successeurs de l'ancienne Maison V. AUVRAY, usines de Billard près Vire, pièges, mousquetons, chaînes double torsion. En 1932, Manufacture de roulettes en tous genres et galets, V.AUVRAY successeur des anciennes Maisons LAURENCEAU et A. BOURDILLAT, usines hydro-électriques de Ponts-ès-Retours près Vire. Usines de Billard près Vire: ferronnerie de Normandie, tous articles de Tinchebray, clés automatiques. En 1950, Manufacture de ferronnerie-Quincaillerie: ancienne Maison V. AUVRAY, R. AUVRAY successeur, usines hydro-électriques de Pont-ès-Retour près Vire, galets, roulettes en tous genres, pièges, porte-mousquetons, spécialité de verrous de boxes à gland, à porte-cadenas et verrous baïonnette. En 1966, Ets R.G. AUVRAY et Cie, capital 40000 Fr, siège social Maisoncelles la Jourdan (14), Vannerie métallique, usine de Billard près Vire. En 2000 ,création Ets AUVRAY, fabrication de portes et fenêtres, Maisoncelles la Jourdan, en 2007: effectif: 19, radiée le 25-3-2010 (papiers d'affaires, infogreffe)

Le travail du fer au XXIe siècle


  • En juillet 2002, inauguration à Saint-Cornier-des-Landes, rue d'Yvrandes du Musée du clou dans la dernière forge en activité dans les années 1945-1950 (site de St-Cornier)
  • En mai 2004, Rapport sur la fabrication de quincaillerie et de ferronnerie décorative dans la région de Tinchebray par le Centre Régional de Culture Ethnologique de Basse-Normandie.

Rapport de Monique Le Chêne

  • En août 2006, radiation du G.I.E. : "Groupement de fabricants de quincaillerie de Normandie", 8 bd du Nord à Tinchebray, qui avait succédé au "Consortium des fabricants de quincaillerie de Normandie", repris la marque DRAGON et collaboré avec GARDENA (Infogreffe, Le Chêne, les industries...)
  • En mars 2007, Etude de l'ethnologue Monique Le Chêne: Les industries de quincaillerie et de ferronnerie décorative dans la région de Tinchebray. Histoire d'un pôle industriel

Étude de Monique Le Chêne

  • En 2008, les activités de quincailleries traditionnelles de la société AUVRAY DRAGON sont intégrées dans la société TIRAUD et BURGAUD, 80210 Feuguières-en-Vineu (site de cette société)
  • En 2012, à Tinchebray, MERMIER-LEMARCHAND est absorbé par la société MONIN de Nogent-le-Rotrou (28) pour construire un groupe de 230 salariés et 23 millions de chiffre d'affaire. (Les Échos, 3-10-2012, page 18)
Marc LEMARCHAND " On est passé dans les années 60 d'une concurrence régionale à une concurrence nationale dans les années 70-80. Vers les années 90-2000, le marché asiatique a explosé". (ouestfrance-entreprise.fr le 20-6-2012)


  • Fiches Orne développement:

Chanu : 18-1-2013, Société Nouvelle BOUVET, ferronnerie décorative pour meubles et bâtiments, poignées de portes et meubles, effectif dans l'Orne : 50, 4-6-2013, MTS Sarl TISON-SAUQUET, ferronnerie d'art et décoration, effectif dans l'Orne : 48, immatriculée le 1-1-2000, radiée le 2-5-2013 (infogreffe) La Lande-Patry : 4-4-2013, Sarl DEROUET-SERRURERIE, serrurerie, métallerie, ferronnerie d'Art, effectif dans l'Orne : 6 Tinchebray : 4-6-2013, MERMIER-LEMARCHANT, fabrication et vente en quincaillerie, serrurerie, outils de jardin, effectif dans l'Orne : 146, 4-4-2013, DUCHESNAY S.A. quincaillerie, outils de jardin, matériel d'arrosage, accessoires de cheminées, effectif dans l'Orne : 20, 18-1-2013, Sarl DUBOIS, ferronnerie d'Art, fabrication de quincaillerie décorative, effectif dans l'Orne : 17, 1-6-2009, Ets JOUIN Pierre, cisailles en tous genres, sécateurs, pièces pour motoculture, effectif dans l'Orne : 9, 1-6-2009, LEGEARD, chaînerie, quincaillerie, fabrication de pièces spéciales, effectif dans l'Orne : 16, 04-04-2013, HAMON, fabrication de vrilles, effectif dans l'Orne : 6 (Fiches par entreprise avec dates de mise à jour, Orne développement, comité d'expansion économique)


  • En 2012 à Landisacq: NORDY, fabrication de jouets, radiée le 15-6-2012 (infogreffe)
  • En 2013, transfert du siège social de GALLIER de Tinchebray à Sourdeval (50), acquisition de la fabrication de tuyaux d'incendie (Ouest-France, 8-4-2014, Infogreffe)
  • En 2013 à Chanu, BOUVET passe de 47 à 27 salariés (Ouest-France, 17-7-2013)
  • En 2013, à la Lande-Patry, MTS TISON-SAUTIER, radiée le 2-5-2013 (infogreffe)
  • En 2015 à Tinchebray, DUBOIS, 45 emplois positionnés sur le marché du luxe avec rachat en 1995 de BRONZE DE FRANCE serrurerie haut de gamme et en 2011 de BAGUÈS luminaires d'art (L'Orne combattante, 1-3-2015)
  • En 2015, à Tinchebray, DUCHESNAY va s'agrandir et investir dans de nouvelles machines (Orne développement, 6-5-2015)

Marianne.jpg Histoire administrative

Vicomté de Vire

Chanu dépendait de la Généralité de Caen avant 1637 puis d'Alençon, élection de Domfront, Vicomté de Domfront, Sergenterie de Lonlay sauf le Fief de la Fresnaye qui est de la Vicomté de Vire et de la Sergenterie de Vassy.

La Hubertière était de la Baronnie de Lonlay, le Hamel, le Brulay, la Renaudière et la Havassière de la Seigneurie du Mesle (démembré du fief de Colombières fin XVe), la cour, la Chancellerie, la Thiboutière, la Foutelaie, la Lanfrère, Préaux, les Fresnayes, la Maigrière et la Pajotière de la Seigneurie de la Fresnaye, le bois Dauphy et la Bénardière de la sieurie de Beaumanoir et le reste de la paroisse de la Seigneurie de Chanu aux Religieux de l'abbaye de Cerisy Belle Étoile.

Patrimoine.png Patrimoine

  • L'église

Elle dépendait, sous l'ancien régime, du diocèse de Bayeux, de l’archidiaconé de Bayeux et du doyenné de Condé. C'était un Prieuré-Cure de l'abbaye de Cerisy Belle Étoile de l'ordre des Prémontrés. Le Seigneur de la Fresnaye avait une chapelle et percevait des dîmes qui donnèrent lieu à procès avec Robert CHANCEREL Prieur de Chanu en 1500 (AD 61 H 3326).

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année
Nombre
1793
2 280
1800
2 307
1806
2 391
1821
2 344
1831
2 662
1836
2 763
1841
2 819
1846
2 740
1851
2 772
1856
2 568
Année
Nombre
1861
2 617
1866
2 554
1872
2 472
1876
2 466
1881
2 451
1886
2 394
1891
2 145
1896
1 927
1901
1 797
1906
1 662
Année
Nombre
1911
1 540
1921
1 339
1926
1 331
1931
1 265
1936
1 244
1946
1 149
1954
1 131
1962
1 135
1968
1 147
1975
1 141
Année
Nombre
1982
1 237
1990
1 189
1999
1 206
2006
1 268
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Cfr : INSEE & Cassini

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
Nicolas FREBET 1966 - 1989  
- -  
Thierry AUBIN 1996 - (2014)  
- -  

Cfr: Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
HERGAULT 1570-1571 4E 160/1, Chanu, Juridiction de Larchamp.  
HELIX 1641-1711 4E 160/2 à 39, Chanu, Juridiction la Lande-Patry.  
ROUSSEL 1676-1677 4E 159/1, Seigneurie de la Fresnaye, Chanu.  
HELIE 1682-1686 4E 159/2 à 7, Chanu.  
LEMAISTRE 1691-1701 4E 159/8 à 13, Chanu.  
HELIE 1696-1708 4E 159/14 à 20, Chanu et la Lande-Patry.  
BONHOMME 1709-1711 4E 159/21 à 23, Chanu.  
HELIE 1712-1721 4E 159/24 à 33, Chanu.  
DUPONT 1721-1739 4E 159/39 à 52, Chanu.  
HELIE 1739-1782 4E 159/53 à 97, Chanu.  
GARNIER 1782-1784 4E 159/98 à 100, Chanu.  
HELIE, BONHOMME, GARNIER 1640-1793 4E 161/23 et 24, Frênes, Répertoire des accords et transactions du notariat de Montsecret, concerne Chanu.  

Les prieurs

Prénom(s) NOM Période Observations
Jehan De La ROCHELLE avant 1331 Prêtre représente les paroissiens de Chanu (AD 61 H149)  
Pierre LE MOUTON avant 1444  
Thomas MOISON avant 1474  
Thomas CHANCEREL avant 1494 Élu Abbé de l'Abbaye de Belle-Etoile en 1498.  
François CAIGNON 1498 Abbé de l'Abbaye de la Lucerne.  
Robert CHANCEREL 1508  
Raoul RIANT 1544  
Richard LEFEBVRE 1560  
Nicolas HELIX 1585  
Vigor MAILLOT 1586  
Joachim MOULIN 1592  
Bonaventure LEFEVRE 1639  
Raphael BARRIER 1646  
Simon FORMAGE 1674 Fait rebatir l'église et la tour  
Pierre HARDY 1704  
Jean Baptiste ROBINET 1707  
Jean BARRE 1707  
Joseph PONFOUL 1724  
Laurent DOUESNEL 1726  
Guillaume LEGUAY 1758  
Jean Gabriel LE BOURGEOIS 1784-1829 Signe avec ses vicaires CHANCEREL et MONTEMBAULT le serment restrictif le 30/01/1791. Remplacé par RAYMOND prêtre jureur qui signe les actes du 23-9-1791 au 14-10-1792  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
JAMET - précédemment curé de St Martin l'Aiguillon  
POULET Années 1960 Aumônier des Scouts/ précédemment curé de Montmerrei.  
- -  

Morts aux Guerres, Légion d'Honneur

Morts aux guerres

  • Fiches individuelles sur le site "Mémoire des Hommes"


Légion d'Honneur

BERTOUT Joseph Constant, DUMESNIL Charles Henry, LECHEVREL Alfred Auguste, LEHARIVEL-DUROCHER Edmond Victor, POUPION Raoul Fernand

  • Dossiers sur "Base Léonore"

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
ChanuMairie.JPG

Mairie
Adresse : - 61800 Chanu

Tél : 02 33 62 27 00 - Fax : 02 33 96 29 60

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : Mairie (05/2012)

Dépouillements des registres paroissiaux

Sur GENEANET


Pictos recherche.pngAu delà de l'Etat-Civil 61


Relevés collaboratifs Chanu: Baptêmes 1595-1802, Sépultures : 1602-1792, Mariages : 1606-1802.

Relevés collaboratifs-Autres documents (Espace de publication): Jean CHANCEREL "Les masures de Chanu, Cerisy, Fief de la Fresnaye", Les paroissiens de Chanu présents dans les archives de l'Abbaye de Belle-Étoile aux AD 61 Série H depuis 1326 (à partir de 2 000 images numérisées aux AD 61).

Registres en ligne : Chanu, Larchamp, La Lande-Patry, Tinchebray.

Sur INTERNET

Blog de Stéphane Guillon (relevés tabellionages et Médiathèque de Flers)

Site d'histoire et de généalogie d'Emmanuel Hamel

Site de Jean-Pierre BREARD: Généalogie autour du Houlme-Orne

Archives notariales

Voir notaires: Séries 4E 159/.. et 4E 160/..

Patronymes

Les plus anciennes familles de Chanu présentent dans les archives de Cerisy Belle Étoile :

HUBERT, BOUCHER 1324 (la Hubertière), BION dit PLANSON 1325 (la Plançonnière), De LARCHAMP 1326 (Vaubaillon), LA BICHE 1344, RACINE (la Racinière), HELIE 1394 (la Blaire), HARDOUIN 1402 (la Tardivière), DUGUAY 1403 (Buissons), HAVAS, BESNARD (la Besnardière) 1405, LEPRINCE (Billotière, Vallées), JENVRIN 1409, GUIOT (Pont Herbout, Masure), GONFREY Gonfrère), ROBIET (Brousses), BEAUGRAND (Pont Herbout), VAUBAILLON, DUCHESNAY (Chesnay), POULAIN ,LE TIRANT 1417, HUET (Métairie), SALLES 1419, AUBRIERE (Aubrière) 1418, BELOYE 1428, BRIOSNE, DELAHAYE 1432 (la Haie), POULAIN 1435 (Visance), CHANCEREL, LIMODIN, ANGIBARD 1437, JARDIN 1440, VAULTIER, FORGOT 1461 (Seigneurie de la Fresnaye), HOUVET 1475.

Remarques

Sources : AD 61 : Abbaye de Cerisy Belle Étoile H 38-418, 1528, 3324 à 3331, 5355, 5356.

Chartrier du château de Flers (Médiathèque de Flers).

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Les familles depuis 1325

  • Louis DUVAL : Inventaire sommaire des archives départementales, Orne, Série H, Abbayes d'Hommes.
  • Auguste SURVILLE : L'ancienne Baronnie de la Lande-Patry
  • Auguste SURVILLE : Un coin du bocage normand ou l'ancienne paroisse Sainte-Suzanne devenue la Chapelle-Biche
  • Auguste SURVILLE : Copie en 80 volumes du chartrier de Flers (Médiathèque de Flers)
  • Auguste SURVILLE : Histoire féodale de Saint-Bômer dans : Le Pays-Bas normand (sur Gallica)
  • M. LE FAVERAIS : La Lande-Patry, Les Barons de la Lande dans: Bulletin de la société historique et archéologique de l'Orne, 1886 (T5), page: 248 (sur gallica)
  • M.HUREL : Notice sur l'Abbaye de Belle-Etoile (sur gallica)
  • Docteur Jean FOURNEE : L'Abbaye de Belle-Etoile (Le Pays Bas-Normand)
  • Léon PUISEUX : L'émigration normande et la colonisation anglaise au XVe siècle (sur google books)
  • Roger JOUET : La résistance à l'occupation anglaise en Basse-Normandie (1418-1450) sur persee
  • G. HUBERT : La peste dans la région de Domfront (Le Pays Bas-Normand, 1964)
  • Docteur Jean FOURNEE : Les normands face à la peste (Le Pays Bas-Normand 1978, n°1)
  • Louis PORQUET : La peste en Normandie du XIVe au XVIIe (téléchargeable sur : Bibiothèque numérique MEDIC), Orne, page 83
  • G. HUBERT : Voies antiques, les relations entre Jublain et Vieux dans: Annales de Normandie, 1960 n°3 (Chanu page: 178) sur persee
  • Dominique BERTIN : Introduction à une étude de l'époque gallo-romaine en Basse-Normandie dans: Annales de Normandie, 1975, n°25-2, page 76 (sur persee)
  • Jules APPERT : Etude sur un embranchement des voies de Bayeux et Vieux à Jublain (BSAN 1879, tome 9, page:241 (sur Gallica)
  • Léopold DELISLE : Etude sur la condition de la classe agricole et l'état de l'agriculture en Normandie au Moyen-Age

Table des matières

  • Daniel JOUSSE : Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses (sur Google books)
  • E. et A. DUMERIL ; Dictionnaire du patois normand (sur Google books)
  • Gérard LOUISE : La dîme dans l'ouest ornais du XXe au XVe siècle (Pays Bas-Normand, 1976)
  • Michèle LAVOLLE : Le Bocage ornais (Pays Bas-Normand, 1994)
  • Folke DOVRING : Contribution à l'étude de l'organisation des villages normands au Moyen-Age (Annales de Normandie, 1952, vol 2, n°2-2 (sur persee)
  • A. VALLEZ : La construction du comté d'Alençon 1269-1320, Domfront, page: 33, carte page 44 (sur persee)
  • Rôles de la noblesse du baillage de Caen, de Cotentin et de Caux (manuscrit, sur gallica)
  • Recherches de la noblesse, Généralité d'Alençon par Bernard De MARLE, 1666 dans: Annuaire de l'Orne 1866, élection de Domfront page: 253, élection de falaise page: 269 (sur Gallica)
  • Julien. PITARD : La noblesse du Mortainais (sur Généanet)
  • Mémoires de la Société d'Archéologie, Littérature, Sciences et Arts des arrondissements d'Avranches et de Mortain (sur gallica)


Le travail du fer

  • Corpus des objets domestiques et des armes en fer de Normandie du Ier au XVe siècles (Cahier des Annales de Normandie, 1986, Vol: 20, n°20 (sur persee)
  • Louis DUVAL : Etat de la Généralité d'Alençon sous Louis XIV ( sur: archive.org)
  • Pierre GOUHIER : L'intendance de Caen en 1700
  • M. GRAVELLE-DESULIS : Inventaire sommaire des archives départementales de l'Orne, séries C et D (sur Gallica)
  • M. DUBOSC : Inventaire sommaire des archives départementales de la Manche, série A (sur Google books)
  • Annuaire de l'Orne (sur Gallica)
  • Le Pays Bas-Normand (sur Gallica)
  • Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l'Orne 1883-1903 (sur Gallica)
  • Bulletin/Société Historique et Archéologique de l'Orne 1904-1943 (sur Gallica)
  • Annales de Normandie 1951-2009 (sur persee)
  • Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie 1860-1940 (sur Gallica)
  • Mathieu ARNOUX : Mineurs, Férons et Maitres de Forges . Thèse publiée par cths.(Résumé sur persee: Annales de Normandie, 1995, Vol 45, n°4-1, pages 93-99)
  • Mathieu ARNOUX : Le commerce du minerai de fer dans le bocage normand à la fin du Moyen-Age (sur persee)
  • Armand DESLOGES : Les forges normandes (sur Normannia)
  • CAHIERS de L'INVENTAIRE : La Métallurgie normande XIIe-XVIIe siècle, La Métallurgie du Maine, Les forges du Pays de Châteaubriant.
  • Auguste SURVILLE : Louis Berryer 1615-1686
  • Auguste SURVILLE : Un coin du bocage normand ou l'ancienne paroisse Sainte-Suzanne devenue la Chapelle-Biche
  • François DORNIC : Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert.
  • François DORNIC : Le fer contre la forêt.
  • François DORNIC : Les forges de Larchamp, Halouze et Varenne dans "Le Pays Bas-Normand" 1984 n°4
  • François DORNIC : La forge du Champ-de-la-Pierre dans: La société historique et archéologique de l'Orne, tome XCVIII, 1980, page; 77
  • François DORNIC : Le travail du fer dans le bocage normand au XIXe siècle dans: Annales de Normandie, 1961, n°1 (sur Persee)
  • François DORNIC : Le fer et la forêt, la forge de Cossé en 1774 dans: Annales de Normandie, 1980, n°1 (sur Persee)
  • François DORNIC : Technique métallurgique avant la Révolution industrielle, la forge d'Aron , Bas-Maine au XVIIIe siècle dans: Annales de Normandie, 1960, n°7 (sur persee)
  • Jules CHAPPEE : Port-Brillet, Mots historiques dans: Revue historique et archéologique du Maine, 1895 (2 tomes)
  • M. DARPENTIGNY : Les forges de Putanges dans: Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne, 1905, tome 24, 3 articles pages: 324, 398, 517 (sur gallica)
  • François DORNIC : L'industrie du fer en Basse-Normandie et au Perche dans: Annales de Normandie, 1982, n°1 (sur persee)
  • Monique LE CHENE : La fabrication de quincaillerie et de ferronnerie décorative dans la région de Tinchebray Etude ethnographique
  • Monique LE CHENE : Les industries de quincaillerie et de ferronnerie décorative dans la région de Tinchebray (Orne) : histoire d'un pôle industriel rural (revue "In Situ" n°8-mars 2007)article
  • LE MARDELEY : L'industrie du Fer à Tinchebray dans "Bul.Soc.His. et Arch. de l'Orne" 1912, Tome 3 page 241 (sur Gallica).
  • Michelle LAVOLLE : Tinchebray 1800-1914 "une société en mouvement" dans "Le Pays Bas-Normand" n°172. (L'artisanat du fer: pages 66 à 97)
  • Richard SEGUIN : Essai sur l'histoire du bocage, 1810 (sur Google books).
  • Franck MAUGER : Une vicomté normande à l'aube des temps modernes ,Domfront 1450-1525 dans "Pays Bas-Normand" n°278-279-230
  • Abbé DUMAINE : Tinchebray et sa région
  • Jacques GAY : Le fer dans la marine en bois, l'exemple de la flotte de guerre française (1665-1815) dans Annales de Normandie (sur persee)
  • Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie de Basse-Normandie, Etudes et travaux, n°70 année 1967-1968, Pages: 180-186, Les établissements BOUVET: ferronnerie d'Art, Chanu, Orne
  • René JOUANNE : La coutellerie dans la région de Tinchebray au XVIIe siècle d'après les minutes du tabellionage
  • Yannick LE CHERBONNIER : La métallurgie dans le bocage ornais ou l'échec d'un monopole (sur persee)
  • "L'illustration économique et financière", numéro spécial sur l'Orne du 14 mai 1927. Mermier, page: 105-106 (sur normannia)" L'Orne
  • G. De CONTADES : Notice sur la commune de la Sauvagère
  • Philippe NOZIERES : Ouvriers des forges en France de l'Ouest [1]
  • Yves LE RAVALEC : Les industries liées à la force hydraulique dans le bassin de la Sée (sur persee)
  • David PLOUVIER: L'état, la marine de guerre et les réseaux économiques en France au XVIIIe siècle (Thèse)
  • Catherine ABEGUILE PETIT: Marine et industrie en Bretagne, l'arsenal de Brest et les établissements sous-traitant aux XVIIIe et XIXe siècles (Thèse)


La chouannerie

  • Léon De La SICOTTIERE : Louis de Frotté et les insurrections normandes (sur Gallica)
  • Alfred CHAUDEURGE : La chouannerie normande
  • Cécile DESDOITS : La division de St-Jean-des-Bois, aspect de la chouannerie dans le Bocage normand (Le Pays Bas-Normand, 1992)
  • Abbé DUMAINE : Tinchebray et sa région, Tome III
  • Auguste SURVILLE : Landisacq pendant la Révolution (Le Pays Bas-Normand 1912) sur Gallica
  • Auguste SURVILLE : Les chouans à Caligny et à Montilly (Médiathèque de Flers)
  • Auguste SURVILLE : Les chouans à Chanu, Larchamp et Beauchêne (Médiathèque de Flers)
  • Auguste SURVILLE : Un coin du bocage normand ou l'ancienne paroisse Sainte-Suzanne devenue la Chapelle-Biche (pages: 60 à 176)
  • L. BERTHOUT : Les cloches imprenables: épisode de la Révolution à Saint-Cornier-des-Landes (Médiathèque de Flers)
  • Pascal RADIGUE : L'émeute de Flers de Brumaire an II (Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, Tome 61 paru en 1998, pages 193-211)
  • G. HUBERT : Les BRIONNE deux chouans de Lonlay (Pays Bas-Normand, 1954)
  • Emile Pierre HALBOUT : Pierre MALHERBE prêtre de la Lande-Patry 1750-1796 (Cahiers Léopold Delisle n° exceptionnel 1978 1979 )
  • Mémoires de Michelot MOULIN sur la Chouannerie normande (sur Gallica)
  • G. OHL : Flers et ses environs pendant la période révolutionnaire (Le Pays Bas-Normand, 1955)
  • N.F.R. CAILLEBOTTE le Jeune : La chouannerie dans l'arrondissement de Domfront (sur Gallica)
  • Docteur Jean FOURNEE : La commune de Cerisy Belle-Etoile pendant la Révolution
  • Jean-Baptiste Nicolas BLIN : Les martyres de la Révolution dans le diocèse de Séez (sur Gallica)
  • P. FLAMENT : Les prêtres clandestins dans l'Orne pendant la Révolution (Pays Bas-Normand, n°4, 1980)
  • Jean QUELLIEN : A propos de la géographie de la chouannerie en Normandie (Annales de Normandie, 1989, n°39-3 (sur persee)
  • Jean Claude MARTIN : Acquéreurs de Biens Nationaux et Chouans dans le Domfrontais pendant la Révolution française (sur persee)
  • Sylvie DENYS-BLONDEAU : Aspect de la vie politique de l'ouest intérieur à l'époque de la transition directoriale: l'exemple ornais, Thèse en partie éditée dans: Pays-Bas-Normand, n° 226-227, 1998
  • Christine PEYRARD : Les jacobins de l'Ouest (Thèse), Editions de La Sorbonne, sur: books Open edition. org
  • Thomas Dufay : Républicains et chouans dans le bocage normand, Pays Bas-Normand, Flers n°299-300


Leharivel-Durocher

  • BULLETIN MONUMENTAL 1879, page: 541 (Nécrologie Leharivel-Durocher) sur gallica
  • Gustave LEVAVASSEUR : Notice biographique sur le Harivel-Durocher
  • De CHENNEVIERE : V. Le Harivel-Durocher
  • E. De ROBILLARD : Notice biographique sur Le Harivel-Durocher

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie GeneaWiki.