57350 - Jouy-aux-Arches

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Jouy-aux-Arches
Blason Jouy-aux-Arches-57350.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 57 - Blason - Moselle.png    Moselle
Métropole
Canton Canton des Coteaux de Moselle (Canton 57 05)

Blason Ars-sur-Moselle-57032.png   57-13   Ars-sur-Moselle (Ancien canton)

Code INSEE 57350
Code postal 57130
Population 1501 habitants (2015)
Nom des habitants Gaudassiens, Gaudassiennes
Superficie 601 hectares
Densité 249,75 hab./km²
Altitude Mini:165 m
Point culminant 314 m
Coordonnées
géographiques
49.06222° / 6.0788888° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

  • Des peuplades étaient sans doute présentes sur les lieux à l'époque néolithique, comme le laissent supposer des objets découverts dans le lit de la Moselle.
  • C'est déjà au Ier ou IIe siècle que commence l'histoire du village, avec l'implantation des Romains et de leur chantier titanesque : le pont-aqueduc enjambant la Moselle pour acheminer l'eau en provenance de la source des Bouillons à Gorze jusqu'à Divodorum, la future Metz.
  • Le nom de "Gaudacium" est ensuite mentionné dans une charte de l'évêque Chrodegang, de 745, quand il dote l'abbaye de Gorze de certains biens, dont l'église dédiée à saint André. Ce toponyme romain et à l'origine du gentilé actuel.
  • Le village fut incendié en 1325 lors de conflits locaux. Reconstruit, il est par la suite composé de deux bans différents avec pour chacun une maison forte.
  • Tout comme Ars-sur-Moselle, Jouy-aux-Arches exploite les pentes de ses coteaux et devient un bourg viticole.
  • Au XIXe siècle l'industrie fait son apparition avec une tuilerie et une usine d'électricité.
  • Durant la seconde guerre mondiale, la petite ville est fortement impactée par les combats entre Allemands et les troupes américaines s'étant installées sur la rive Est afin de délivrer la cité messine.

Héraldique

« D'azur à l'aqueduc à cinq arches d'or, sur une rivière ondée d'argent ».

Toponymie

Les divers toponymes issus de la première forme "Gaudiacum" perdurent jusqu'au XIIIe siècle.
À partir de 1242, des variantes de "Jouy" apparaissent ("Joïe" par exemple) et se succèdent jusqu'à la forme actuelle, datant de 1769.
Durant les deux annexions, Jouy-aux-Arches est appelée "Gaudach".

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : ....
  • Arrondissement - 1801-.... : ....
  • Canton - 1801-.... : ....
  • Commune - 1801-.... : ....

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine

Aqueduc gallo-romain de Gorze à Metz : deuxième section

De son point de départ à l'arrivée dans la cité messine, l'aqueduc totalise 22 km de longueur et se décompose en trois sections, la première de 13km étant souterraine, de Gorze à Ars-sur-Moselle.
La deuxième section comprend le bassin de décantation et de régulation ainsi que les sept arches situées sur la rive occidentale, sur le ban communal d'Ars-sur-Moselle, ainsi que, sur la rive gaudassienne, les deux éléments ci-dessous.

Les seize arches du pont-aqueduc

Premières arches au bord de la Moselle
Photo B.ohland
  • Nous avons déjà vu sur la rive arsoise (Cf : Patrimoine d'Ars-sur-Moselle) que cet aqueduc de 1,12km était haut de 33 mètres au total, et qu'il était exceptionnel par sa double canalisation entraînant une largeur de 3,5 mètres. Son appareillage était réalisé en mœllons bruts liés au mortier, recouverts par un parement régulier en petits mœllons. Pour l'étanchéité, les parois des conduits étaient montées en briques triangulaires avec joints de mortier, et le soubassement constitué de plusieurs couches : mortier de tuileau, lit de grandes briques carrées, nouveau lit de tuileau.
  • La durée d'exploitation de l'aqueduc, évaluée à 250 ans, est déduite d'une pièce de monnaie à l'effigie de l'empereur Valens (364-378), découverte au moment d'une restauration. Par contre, restent inconnues les raisons de l'abandon du pont : peut-être un glissement de terrain, ou l'érosion dûe à la Moselle, ou le déclin des thermes messins ?
  • Les restaurations : tout commence avec Prosper Mérimée, nommé Inspecteur général des Monuments historiques en 1834. Il se rend à Jouy au-Arches en 1838 et, avec le messin Victor Simon, membre de l'académie, il défend la cause de l'aqueduc. Le pont, classé la même année, figure sur la liste des 1 000 premiers édifices, dressée en 1940. S'ensuit une première restauration, avec gravure du millésime 1838 sur un parement. Mais quand Mérimée revient en 1845, il constate que c'est insuffisant et qu'il faudra poursuivre. Les travaux reprendront en 1874 et continueront régulièrement jusqu'à nos jours.



Le bassin collecteur en aval

Bassin collecteur, site clôturé
Schéma explicatif

Ce bassin est totalement différent de celui d'Ars-sur-Moselle.
Ayant la forme d'une rotonde, et semi-entrré, il recevait les eaux arrivant de la double canalisation. Celles-ci chutaient de 65cm et tombaient dans un puits central d'une profondeur de 1,60m. Une autre canalisation, à l'opposé, acheminait les eaux d'un petit ruisseau coulant sur ce versant.
Le rôle de ce bassin était de tempérer les vagues qui s'étaient formées sur la longueur du pont-aqueduc, mais aussi de décanter les impuretés, comme en témoigne une bonde au ras du fond.
Sur la gauche, à angle droit, s'ouvrait une canalisation unique en direction de Metz.

À propos de la troisième section de l'aqueduc

À partir de là, commence la troisième section qui consiste en un aqueduc souterrain, courant sur 8,5km. À son arrivée à Divodorum, on suppose l'existence d'un bassin de répartition et d'un réseau de distribution pour alimenter différents lieux ou fontaines de la ville. D'ailleurs des éléments de canalisations ont été retrouvés.

Inscription dédicatoire

Mais le point exact d'arrivée n'est pas encore connu : l'aqueduc traversait-il la ville jusqu'à son quartier nord, lieu des thermes de la Cour d'Or (visibles in situ dans les sous-sol du musée) ? Arrivait-il dans la piscine circulaire des thermes de l'îlot Saint-Jacques ?
Toujours est-il qu'une inscription en honneur des généreux donateurs a été retrouvée, et les historiens supposent qu'elle se trouvait sur une grande fontaine décorée marquant majestueusement l'extrémité de l'aqueduc.

Église Saint-André

Côté portail

La vielle église précédente, profanée par un curé factice à la fin du XVe siècle commençait à devenir trop petite au XVIIe siècle. C'est la visite de l'évêque messin Georges d'Aubusson de la Feuillade qui est à l'origine du projet d'un nouvel édifice.

Façade latérale

Les travaux commencent en 1699 et voient le décès du curé de l'époque : Gaspar Bradefer. L'église est détruite en partie lors des offensives pour libérer la cité messine, et perd tous ses vitraux.
Elle est donc remaniée, dans un style plus sobre. Les nouveaux vitraux sont l'œuvre de Schouler.

Autres éléments du patrimoine

Maison forte

Il y avait deux maisons-fortes dans le bourg. Seule subsiste celle-ci, du XIIe siècle, également appelée château du Veau d'Or. Elle a abrité Charles VII et René d'Anjou, ducs de Lorraine lorsqu'ils vinrent assiéger Metz avec leur bande d'écorcheurs aux alentours de 1445.

Château Linartz

Cette propriété a connu plusieurs occupants. De 1807 à 1870 la famille Dreyfus, maître des forges à Ars-sur-Moselle, le docteur Linartz jusqu'en 1918, puis l'école d'apprentissage pour jeunes orphelins israélites de 1921 à 1933. La partie centrale a été victime d'un incendie.

Château Ancillon

Merci de consulter Marly et ses six châteaux.

Lavoir

Deux lavoirs du XIXe siècle sont encore en état dans la commune, avec une fontaine attenante. Celui de la photo ci-dessous se trouve impasse de la mairie.


Repère géographique.png Repères géographiques

Cette commune est située sur la rive droite de la Moselle. Il s'agit d'un village-rue, s'étirant le long de la D657 reliant Pont-à-Mousson (au sud) à Metz, à une douzaine de kilomètres au nord. La partie occidentale du village longe les berges de la Moselle, la partie à l'est de la rue principale s'élève en pentes douces, lieu de prédilection du vignoble autrefois.

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 684 702 730 743 abs. 841 859 abs. abs. abs.
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 960 1 041 1 015 984 1 014 944 944 952 1 215 1 184
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 055 863 926 1 018 1 013 834 1 051 1 306 1 271 1 317
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 1 339 1 493 1 559 1 590 1 554 1 487 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2013

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
- - -  
H. ROLLIN 1921 - -  
- - -  
Pierre THILL 1959 - 1995 -  
Gérard NUTZ 1995 - 2008 -  
Patrick BOLAY 2008 - (2020) - [ Photo]  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Gaspar BRADEFER 1700 - Décédé le 20 janvier 1704 lors de la construction de la nouvelle église.  
- -  

Les titulaires de la Légion d'honneur

Médaille - Légion d'honneur.png
Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Charles Louis Jacques ROLLIN 4 juin 1886 4 mai 1918
Saint-Jans-Cappel (Nord)
Capitaine au 321e RI. Tué à l'ennemi. Mort pour la France. Chevalier à compter de cette date Son dossier  

Personnalités liées à la commune

Maison où vécut H.J. Paixhans
  • Henri Joseph PAIXHANS : fils de Jean-Joseph-Nicolas Paixhans, marchand drapier, et d'Anne-Marie Volmerange. Marié à Paris, en 1817, avec Virginie Louvet. Né à Maizières-lès-Vic le 22 janvier 1783.
Lieutenant d'artillerie puis général. A participé à la campagne de Russie. A mis au point en 1822 un canon obusier pour la marine, auquel on a donné son nom. Député de la Moselle de 1830 à 1848. Promu au rang de Commandeur de la Légion d'honneur le 1er février 1839.
Décédé ici le 19 août 1854 et inhumé au cimetière communal.


Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945

Pictos recherche.png Consulter la liste

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 10h - 12h 8h30 - 12h 10h - 12h 10h - 12h 10h - 12h - -
Après-midi 14h - 17h30 14h - 17h30 14h - 17h30 14h - 19h 14h - 16h - -
57350 - Jouy-aux-Arches Mairie.JPG

Mairie
Adresse : 5 impasse de la Mairie - 57130 JOUY-AUX-ARCHES

Tél : 03 87 60 64 03 - Fax : 03 87 60 68 43

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.