54553 - Vaudeville

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Vaudeville
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 54 - Blason - Meurthe-et-Moselle.png    Meurthe-et-Moselle
Métropole
Canton Haroué
Code INSEE 54553
Code postal 54740
Population 165 habitants (2016)
Nom des habitants
Superficie 905 hectares
Densité 17 hab./km²
Altitude Mini: 238 m
Point culminant 362 m
Coordonnées
géographiques
-° / -° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
250px
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Au court du premier millénaire avant notre ère, le peuplement celte s’étend sur le territoire lorrain. On compte deux tribus principales : les Leuques et les Médiomatrices (région de Metz). Sur la colline de Sion et aux alentours s’est installé un tout petit peuple client des Leuques, les Seuntis. Ils ont bâti un pagus (en latin : bourg, village), le Pagus Seuntis, qui donnera plus tard son nom au Saintois et à la colline de Sion (Segoduno puis Semita et Seuntum) . D’autres ont colonisé les terres vierges et fertiles autour de la colline et donneront naissance à nos villages. A la fin du dix neuvième siècle et au début du vingtième, la Société Archéologique Lorraine a effectué des fouilles systématiques dans tout le Saintois. Menées par le docteur Voinot, médecin à Haroué, et le comte de Beaupré, ils ont mis à jour de nombreux objets qui témoignent d’une occupation très ancienne du site :

_ Des vestiges d’habitations subsistent aux lieux dits « au Tarpey » et au « Haut Bois » où la terre a restitué une foule d’objets : poteries antiques et monnaies à l’effigie des empereurs romains, fibules, clous ... _ Des traces de substruction gallo romaine, des tuiles à rebord, des puits, des fragments de poterie au lieu dit « à Villers » et ce, sur au moins deux hectares. _ mise au jour d’un buste de minerve de 10 centimètres de haut. Les archéologues on parlé à l’époque d’un laraire de Minerve à Vaudeville. Le laraire de Minerve a été découvert près des ruines d’une villa romaine . Au milieu du III ème siècle, la paix gallo-romaine est troublée par les premières invasions de Francs et d’Alamans venus de Germanie. Beaucoup de villages du secteur ont une origine gallo-romaine comme le montrent les traces archéologiques, mais l’arrivée et l’installation des Francs a réorganisé et hiérarchisé les domaines. Le changement des noms de lieux fût massif à l’échelle des petites localités. Les chefs barbares prenaient le pouvoir au niveau des fermes et des hameaux et leur nom servait à designer l’habitation collective. Ainsi, Vaudeville perdit son appellation gallo-romaine aujourd’hui inconnue pour devenir « Waldini villa», formé à partir d’un prénom d’homme germanique (les germains n’ont pas de nom contrairement aux romains), Waldini, et du suffixe «villa» signifiant le domaine rural puis par extension le village. Ce personnage, Waldini, étendit son territoire jusqu’à Vaudigny, territoire qui évoque d’ailleurs bien le nom de son propriétaire.

C’est vers l’an trois cent que le christianisme apparaît en Lorraine. Avec la liberté de culte accordée aux chrétiens apparaissent les premiers évêques et apôtres. La religion s’implante d’abord dans les villes et plus lentement dans les campagnes. Une évangélisation pacifique des populations a bien évidemment existé mais très tôt la force et notamment la force publique vint s’ajouter ou se substituer au pouvoir de conviction des prédicateurs. Les temples et lieux de cultes païens sont petit à petit détruits, copiés ou remplacés par les églises. Des missions d’évangélisation sont lancées à travers les campagnes par des hommes comme Saint Martin, qui donnera son nom à plusieurs paroisses dont Vaudeville, Benney, Lebeuville ...

La cure de Vaudeville est extrêmement ancienne comme l’attestent les archives : en 1153, les dîmes versées par les habitants de Vaudeville furent données au prieuré de Neuviller (Sur Moselle). La cure de Neuviller fut elle même donnée par la suite au prieuré de Flavigny. L’évêque de Toul, Pierre érigea la charte de fondation de Vaudeville en 1171 qui légitima Vaudeville en tant que communauté et établit les droits et les devoirs de chacun. A partir de la première moitié du XII ème siècle, la cure de Vaudeville dépendit des Bénédictins de Flavigny à qui les nobles locaux soucieux du repos de leur âme lui faisaient régulièrement divers dons.

La société du Moyen Âge est une société fortement hiérarchisée, fondée sur la transmission héréditaire du pouvoir, des titres et de la richesse Vaudeville appartenait autrefois en partie aux comtes de Linange, principaux seigneur des territoires environnants ( Vaudigny, Lebeuville, Crantenoy, Neuvillers, Ormes, Haroué …) Ils Habitaient le château fort d’Ormes et avaient fait de cette ville un important lieu de commerce avec une halle et un marché, où se rendaient régulièrement les gens de Vaudeville pour commercer et s’acquitter de leurs devoirs et corvées de culture. Avec l’érection du marquisat d’Haroué, Vaudeville passa aux mains des marquis De Bassompierre.

Durant de nombreuses années, le pays eut à souffrir d’une guerre cruelle dans laquelle les maisons d’Anjou, de Bourgogne et de Vaudémont se disputaient le duché de Lorraine. Pendant plusieurs années, les troupes de soldats et d’aventuriers ravagèrent les villes et villages de Lorraine. En avril 1908, messieurs Gabriel et Piéton, cultivateurs à Vaudeville, découvrirent en labourant un champ situé à Villers un trésor de 770 monnaies. Les pièces en argent étaient contenues dans un pot dissimulé sous le pavé recouvert de terre d’une cour antique autour de laquelle gisent les débris d’une vaste maison isolée. Ce trésor fut enfoui très probablement sous le règne de René I qui dura de 1431 à 1433. L’histoire nous apprend qu’en 1438, Antoine de Vaudémont envoya son capitaine Fort Epice, aidé d’une armée d’aventuriers anglais et de seigneurs Bourguignons, attaquer les gens du duc René de Lorraine habitant Haroué , Ormes et Charmes.

La guerre de 30 ans, très peu connue, est une suite de conflits armés qui ont déchirés l’Europe centrale de 1618 à 1648, le but ultime étant d’annexer et posséder la Lorraine.

De 1636 à 1640, les campagnes sont dépeuplées, la disette fait son apparition : en tout la Lorraine a perdu 60 % de sa population. A Vaudeville et Vaudigny, le bâti composé à 70 % de maisons en bois est détruit au 2/3. En 1709, Vaudeville ne dénombrait plus qu’une quarantaine de personnes et vaudigny 7 personnes.

Aux guerres, maladies, et misère s’est ajouté un autre fléau, la chasse aux sorcières. La grande chasse aux sorcières s’étend de 1501 à 1621 où l’on dénombre rien qu’en Lorraine 2.013 victimes. En 1608, des procédures furent instruites contre des femmes de Vaudeville et Benney accusées de sorcellerie.

En 1766, la Lorraine est rattachée à la France et les habitants de Vaudeville deviennent français. On change de monnaie, de coutumes, d’unités de mesures, de lois, de langue... On redécoupe le territoire pour créer la Meurthe, la Moselle, la Meuse et les Vosges. Beaucoup n’acceptent pas le changement et l’application des nouvelles mesures s’avère difficile à mettre en place. Ce sera un travail sur plusieurs générations. Après la guerre de 30 ans, les habitants de Vaudeville, comme dans de nombreux autres endroits, avaient remis leur terre en culture. Cette exploitation s’était d’abord faite au hasard, sans grand soucis des droits des anciens propriétaires, nombreux au 18eme siècle (142 pour 900 ha). On décida donc de l’organisation d’un grand remembrement qui engendra de nombreuses contestations, disputes et procès, au point que les habitants de Vaudeville furent affublés du sobriquet de « bêtes de derrière le château ». De peur de perdre leurs héritages, les laboureurs se montrèrent particulièrement retors face à la justice, d’autant que la plupart de ces hommes détenaient une grande part de l’autorité publique. La cour ne put jamais imposer ses arrêts .

A la révolution les esprits sont restés calmes à Vaudeville. Le marquis de Beauveau Craon ne fut pas inquiété et mourut même paisiblement dans son lit le 19 mai 1793.

Vaudeville subira plusieurs épidémies en 1832, 1849, 1866, mais la plus meurtrière sera l’épidémie de choléra de 1854, ramenée de Crimée par les troupes de Napoléon III. Vaudeville a compté 225 cas et 60 décès (4 fois plus que les autres années) pour une population d’environ 500 habitants.

L’économie du village a reposé durant des siècles sur la culture de la vigne. Mais la concurrence des grands crus de Toul, l’évolution des techniques de culture, de conservation de la viande, ont fait évoluer l’élevage qui prendra le pas sur la vigne.

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... : ....
  • Arrondissement - 1801-.... : ....
  • Canton - 1801-.... : ....
  • Commune - 1801-.... : ....

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

La maison forte de Vaudeville fut construite en 1567 et malgré les guerres, les affres du temps et les modifications, elle a gardé de nombreuses traces du passé. Cette ferme était couramment appelée la grange Saint Firmin. Maison grenier du collecteur d’impôt pour les seigneurs d’Haroué, elle fut rachetée par les bénédictins de Flavigny au 17ème siècle où un petit groupe de moines y pratiquait l’alambic. Ce gagnage fut longtemps tenu par la famille Maillard. Nationalisée à la révolution puis revendue par la commune, la bâtisse devint la résidence d’une dynastie de notaires, les Moine, avant de reprendre sa fonction originelle de ferme jusqu’à nos jours. Dotée de meurtrières, elle possède également un four, d’immenses greniers, une cave d’où part un mystérieux souterrain qui, selon la légende, mènerait au château d’Haroué.

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population - - - - - - - - - -
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population - - - - - - - - - -
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population - - - - - - - - - -
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 158 151 172 188 188 165 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : INSEE & Cassini

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
- -  
- -  
- -  
Gilbert DERLER 2008-(2014)  
- -  

Cf. [ MairesGenweb]

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Jean Poutier 1440  
Abbé Faron 1624  
Thomas Dauphin 1632  
Abbé Souchotte 1644  
Abbé Haguigny 1652  
Gérard Henri 1657  
G.N. Guyot 1657  
F. Mayaux 1669  
Jean Didillon 1696  
François Cuny 1698  
Joseph Roguet 1718  
Louis Lervat 1775  
Joseph Thouvenain 1780  
François Xavier Nicolas 1791  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : - 54740 Vaudeville

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Livre des familles de 1624 à 1937 par le Cercle Généalogique de Nancy

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références